La vague de dirigeables fantômes en 1896-97 + une rencontre du 3ème type (partie 1)

 

Article publié sur le site  UFO Conscience 

 

Voici quelques récits d'observations de airship ou dirigeable fantôme issue d'une des plus grosses vagues d'OVNI qui atteindra plus de 3000 témoignages avec un pic en 1897. 

 

Abonnez-vous dès maintenant à la chaîne Youtube d'UFO Conscience pour écouter l'émission dans laquelle on parlera des dirigeables fantômes en cliquant sur le lien suivant:

 

https://www.youtube.com/c/OlivierdeSedona 

 

Voici un exemple de récits qui se suivent et retranscrits de gazettes de l'époque:

 

Avant de commencer il est important de signaler que le premier vol du premier dirigeable rigide de Zeppelin a eu lieu le 2 juillet 1900 en Allemagne.

 

 

Dans le quotidien Daily Record-Union de Sacramento, le 18 novembre 1896 - Une apparition errant dans l'atmosphère:

 

Plusieurs personnes le soir dernier, entre 6 heures et 7 heures, ont vu une grosse boule lumineuse, comme une lumière électrique, passer au-dessus de la ville, allant en direction du sud-ouest.

Elle se déplaçait lentement et fut en vue pendant plus d'une demi-heure, disparaissant finalement dans la brume et l'obscurité.

Plus d'une personne a été entendue déclarant qu'elle avait distingué des voix humaines engagées dans une chanson et des réjouissance, venant d'en haut, mais on ne put distinguer aucune silhouette de ballon, rien d'autre qu'une grande boule de lumière.

 

Un homme dans les faubourgs déclare avoir entendu un avertissement avertissant l'homme à la barre d'aller plus haut, sans quoi ils allaient entrer en collision avec les clochers d'église, etc.

Il est possible que quelqu'un ait envoyé un ballon illuminé, ou qu'un météore est venu poursuive le reste de la bande, mais il y eut vraiment des personnes qui insistèrent sur le fait qu'il s'agissait d'un aéronef nouvellement mis au point, éclairé par l'électricité et voyageant droit vers San Francisco depuis ... quelque part.  

 

 

Dans le quotidien The Call de San Francisco, le 22 novembre 1896 - Ils ont vu la lumière volante mystique:

Des gens d'Oakland qui pensent qu'un dirigeable a plané au-dessus d'eux.

 

Cela Allait Vers San Francisco et a Semblé Etre sur le Point de se Poser sur la Terre.

 

Bureau d'Oakland, San Francisco Call - 908 Broadway, 21 Nov. Quelqu'un doit manoeuvrer un dirigeable dans cette partie de l'état. Deux fois dans les dernières six semaines il a été vu par des résidants honorables d'Oakland, et à chaque occasion il a présenté le même aspect.

 

Il y a six semaines une jeune dame montait un vélo sur l'avenue du Télégraphe quand elle a vu un objet semblant étrange dans le ciel. Il portait un phare puissant, suffisamment fort pour envoyer de longs rayons lumineux dans l'obscurité. Il a semblé aller dans la direction de l'Ouest et a semblé descendre graduellement pendant qu'il disparaissait au-dessus de l'université de Sainte Mary. 

 

La nuit passée après 5 heures, alors qu'une voiture bondée sortait vers Piedmont, l'attention des passagers a été attirée vers une construction d'aspect particulier haut dans le ciel. Sa caractéristique la plus étrange était un phare puissant et une lumière différente qui a semblé être au fond de la machine et briller directement vers la terre. Il est arrivé en vue de la direction d'Oakland Est, est passé au-dessus de Piedmont, et selon le récit des passagers a semblé descendre d'une telle façon que cela indiquait qu'il atterrirait quelque part à San Francisco.

 

Beaucoup parmi les passagers ont pris leurs journaux du matin en comptant y voir aujourd'hui une description complète de l'objet particulier qu'ils avaient si nettement vu, et ils ont été étonnés et déçus de ne trouver aucun reportage à ce propos.

 

Tout ceux qui ont vu cet objet étrange s'accordent sur sa description et déclarent qu'il ressemble étroitement à l'illustration qui est parue dans THE CALL jeudi passé, du dirigeable qu'une masse de gens avait vu tandis qu'il est passé au-dessus de Sacramento dans la nuit de mercredi dernier. Certains d'entre eux ont distinctement vu les bras de propulsion et déclarent qu'ils étaient en mouvement, mais tous sont certains que la machine a été brillamment éclairée, et que la lumière du dessous jetait de la lumière sur le sol pendant qu'il passait, alors que le phare avant pouvait être vu sur une grande distance en avant de la machine.

 

 

Un des observateurs les plus mystifiés du dirigeable a été Charles II. Ellis, l'armurier des compagnies A et F. Mr. Ellis est un homme d'un certain âge et très assuré dans son expression, probablement pas quelqu'un que l'on trompe facilement. Il a déclaré ce soir qu'il avait été aussi sceptique qu'on puisse l'être quand il a eu connaissance la première fois du dirigeable de Sacramento. Il déclare également qu'il n'a eu aucune alternative que celle de croire ses propres yeux.

 

"Je rentrais à la maison pour mon dîner aux environs de 5 heure et demi la nuit passée," a-t-il dit, "et j'étais dans le voisinage de la Vingt-Quatrième rue et du Nouveau Broadway, quand j'ai vu une chose semblant étrange dans le ciel. Il venait de l'est et d'abord je n'ai rien pu distinguer si ce n'est une lumière brillante. Quand je l'ai d'abord vu, les deux lumières ont semblé n'en faire qu'une et j'ai pensé que c'était un météore brillant. Le crépuscule tombait, mais le ciel a été opacifié et juste assez foncé pour permettre de distinguer quelque chose nettement. Le ciel était suffisamment foncé pour faire un arrière-fond qui rendrait un tel objet visible."

 

"Tandis qu'il venait plus près, j'ai pu voir qu'il y avait un certain objet foncé avec la lumière. Quand il était presque au-dessus de moi j'ai pu clairement distinguer qu'il a légèrement ressemblé à un ballon se déplaçant de guingois, avec une lumière brillante en avant, une autre en dessous de lui a l'avant et à l'arrière de la lumière ce qui a semblé être des ailes. Il était à une grande hauteur au-dessus de la terre, probablement mille pieds, mais pas haut au point de rendre impossible de distinguer ce que c'était. Je n'ai pas voulu croire que c'était un dirigeable, car j'avais considéré le reportage précédent d'un dirigeable sous l'angle d'une plaisanterie. Cette fois, cependant, je n'ai eu aucune alternative. J'ai bien dû croire ce que j'ai vu."

 

"Dès qu'il est passé au-dessus de la baie de Sainte-Mary, j'ai été légèrement étonné ce matin de voir qu'aucune mention n'a été faite à ce propos dans les journaux. Je voudrais vraiment que l'on trouve cette chose, pour que je puisse satisfaire ma curiosité quant à la façon dont cela fonctionne, parce que c'était la chose la plus intéressante que j'aie jamais vue."

 

 

Mlle Hagstrom, qui réside sur l'avenue du Télégraphe, a vu le même objet il y a environ six semaines. La caractéristique qui l'a impressionné le plus était plus la lumière brillante qu'elle a distinctement vue. En rentrant chez elle, elle a dit à son frère ce qu'elle avait vu, mais rien de plus n'a été envisagé jusqu'à ce qu'elle ait lu récemment qu'un objet semblable avait été vu dans une autre partie de l'Etat.

 

Charles Hagstrom, le frère de la jeune dame qui était témoin de cet objet étrange dans le ciel, est également employé des chemins de fer de Piémont et de Mountain View.

 

"Quand ma soeur m'a parlé la première fois de ce qu'elle a vu je l'ai traité comme une plaisanterie," dit-il ce soir, "et j'ai accordé peu de créance dans son histoire, croyant qu'elle n'avait rien vu de plus mystérieux qu'une étoile filante ou la chute d'un météore. Comme j'ai entendu que la même chose avait été vue ailleurs la semaine dernière et que j'ai encore entendu la nuit passée ce qui a été vu dans une partie de la ville, je suis maintenant convaincu que ma soeur a vu la même chose. J'ai parlé à plusieurs personnes aujourd'hui qui ont été témoins de l'objet la nuit passée, et ils sont tous certain que ce n'était ni plus ni moins qu'un véritable dirigeable."

 

 

W.J. Rodda et son épouse, qui résident à un magasin d'épicerie au 2042 Broadway, avaient également été témoins de l'étrange visiteur aérien.

 

"Quand je l'ai vu au début," a dit ce soir Mme Rodda, "nous avons pensé que c'était un ballon, et s'il n'y avait pas eu la lumière brillante je serais encore enclin à penser que c'était un ballon d'une forme singulière, mais je n'ai jamais entendu parler d'un ballon portant des lumières brillante et voyageant de cette manière. Je n'ai pas pu en voir davantage moi-même, mais d'autres disent qu'ils sont certains d'avoir vu les propulseurs qui déplacent la chose. Tandis qu'elle passé au-dessus d'eux. J'ai immédiatement conclu que c'était la même machine que celle qui avait été vue à Sacramento. Je crois que le dirigeable sera perfectionné, et je ne serais pas le moins du monde étonnée d'entendre que quelqu'un dans la région aurait déjà construit une machine utilisable comme cela et la ferait fonctionner dans les parages."

 

 

Plusieurs des passagers sur la voiture de Yost habitent Piedmont, et tous sont de l'opinion qu'ils on vu un vrai vaisseau aérien.

 

Un artiste d'Oakland qui fait la traversée vers San Francisco chaque jour dit ce soir que le dirigeable a été vu depuis le parc du Golden Gate hier après-midi. "Je rentrais chez moi la nuit dernière," a-t-il dit, "en compagnie d'un ami qui avait fait une sortie au parc du Goden Gate. Il m'a dit que lui et d'autres avaient vu un dirigeable pendant la soirée, qui a étroitement ressemblé à l'image publiée dans THE CALL. Il a dit qu'ils ont essayé de l'expliquer par toutes sortes de moyens, mais ils en sont venus à la conclusion que c'était la même machine. C'était le crépuscule quand ils l'ont vu et la luminosité remarquable des lumières là-dessus a attiré leur attention. Je n'y aurais pas pensé davantage, mais aujourd'hui dans cette ville j'ai entendu plusieurs personnes en discuter."

 

 

Dans le quotidien Sacramento Daily Record-Union de Sacramento, Californie, en page 4 le 23 novembre 1896:

 

 

Le visiteur aérien mystérieux qui avait causé tellement de discussion et d'agitation depuis le mardi dernier a encore fait un signe a Sacramento la soirée passée, et la réputation du whiskey distribué ici doit être loyalement défendue.

 

A environ 6 heures le dirigeable (ce que cela semble être maintenant) est passé au-dessus de cette ville, ou à son extrémité méridionale, et a lentement navigué au loin et disparu dans les brumes et l'obscurité du ciel du sud-est. C'est-à-dire, qu'une grande et brillante lumière électrique a été vue par un grand nombre de personnes, y compris ceux du bureau du "Record-Union". Elle n'était pas assez près, et le ciel était trop noir pour permettre à n'importe qui de distinguer n'importe quoi de plus que la grande lumière brillante transportée par le dirigeable, et qui est évidemment produit par une batterie électrique. Elle est différente de n'importe quelle autre lumière, étant claire et nette.

 

La lumière est venue de l'est à une altitude d'apparemment de 500 ou 600 pieds, allant dans la direction du sud-ouest. Elle était en vue pendant plus d'une heure, sauf que pour des intervalles de quelques minutes elle disparaîtrait soudainement, comme si elle était obscurcie par une certaine pièce de la machine volante à laquelle elle était sensée être fixée.

 

Ed Carragher du Saddle Rock Restaurant déclare qu'à l'aide d'une lunette de nuit il a pu distinguer un objet foncé au-dessus de la lumière, et le contour du dirigeable supposé.

 

Toutes sortes de plaisanteries ont été faites aux dépens des habitants de Sacramento depuis la publication mercredi passé des histoires d'un dirigeable passant au-dessus de Sacramento, mais il semble maintenant que la chose a été vue à Alameda et même à San Francisco. Le San Francisco "Chronicle" d'hier publie le rapport suivant fait par George D. Collins, un avocat honorable de cette ville, qui indique que c'était une machine volante qui est passé au-dessus de Sacramento, dont l'inventeur est son client, et qui a fait le voyage mardi passé en partant d'Oroville vers un point dans le comté d'Alameda. Le "Chronicle" dit:

 

L'HISTOIRE DE MR. COLLINS

 

Le mystère du dirigeable qui avait amusé l'état et troublé quelques dignes citoyens de Sacramento a fait un changement de base, et il y a maintenant une abondance de personnes honorables dans et autour de San Francisco prêtes à faire le serment qu'ils ont vu la chose étrange dans les cieux, et que dans son aspect et son mouvement elle était identique aux lumières de vaisseaux et à la machinerie bourdonnante qui a menacé un clocher d'église de la capitale.

 

Mieux encore, il y a un avocat de San Francisco, George D. Collins, qui affirme que le dirigeable existe, que l'inventeur est son client; que l'engin étrange a navigué sans problèmes d'Oroville à San Francisco; qu'il est passé au-dessus de Sacramento sur son chemin vers la baie, et que dans quelques jours cette invention, qui est la solution d'un des problèmes les plus anciens et les plus ardus au monde, sera montré en plein jour, de sorte que tout San Francisco puisse le voir, et qu'il fera des cercles et des ascensions et descentes au-dessus du centre ville.

 

Et pourtant il y a des sceptiques vicieux qui rient sous cape et font de grossières plaisanteries au sujet d'une épidémie de fumisterie, et qui cherchent à s'amuser aux dépens des braves gens qui pensent avoir vu un dirigeable dans le ciel.

 

L'avocat Collins, qui occupe des bureaux au deuxième plancher du building Crocker, a été vu à ce sujet à sa maison d'Alameda la nuit passée. Il a dit:

 

"Il est parfaitement vrai qu'il y ait enfin un dirigeable réussi qui existe, et que la Californie aura l'honneur de le porter devant le monde. J'ai su cette affaire depuis un certain temps et j'agis en tant que mandataire pour l'inventeur. C'est un homme très riche, qui avait étudié le sujet des machines volant pendant quinze années, et qui est venu ici il y a sept ans depuis l'état du Maine afin de pouvoir perfectionner ses idées loin des yeux d'autres inventeurs. Durant les cinq dernières années il a dépensé au moins 100.000$ sur son travail. Il n'a pas encore déposé son brevet, mais son formulaire de dépot de brevet est maintenant à Washington. Je ne puis pas dire grand chose au sujet de la machine qu'il a perfectionné, parce qu'il est mon client, et sans compter qu'il craigne que le formulaire de dépot de brevet soit volé du bureau des brevets si les gens en viennent à savoir que son invention est faisable."

 

"J'ai vu la machine lors d'une nuit de la semaine dernière à l'invitation de l'inventeur. Elle est faite de métal, est d'environ 150 pieds de long et est construite pour porter quinze personnes. Il n'y a aucune puissance motrice pour autant que j'ai pu le voir; en tout cas pas à vapeur."

 

"Il est construit sur le principe de l'avion et a deux ailes de toile de dix-huit pieds de large et un gouvernail de direction formé comme la queue d'un oiseau. L'inventeur s'est élevé dans la machine, et après qu'il ait déplacé une partie du mécanisme pendant un moment j'a vu la chose commencer à monter de la terre très doucement. Les ailes se sont agitées lentement pendant qu'elle s'élevait et puis plus rapidement pendant qu'elle commençait à se déplacer contre le vent. La machine était sous contrôle parfait tout le temps."

 

"Quand il est arrivé à une hauteur d'environ quatre-vingt-dix pieds l'inventeur m'a crié qu'il allait faire une série des cercles et puis descendre. Il l'a fait immédiatement, commençant en faisant à un cercle d'environ 100 mètres de diamètre, et le rétrécissant graduellement jusqu'à ce que la machine soit arrivée à moins de trente pieds de la terre. Il alors est tombé tout droit, avec beaucoup d'élégance, touchant la terre aussi légèrement qu'une feuille morte."

 

"Les rapports de Sacramento l'autre nuit étaient vrais. C'était le dirigeable de mon client que le gens ont vu. Il a commencé à partir d'Oroville, dans le comté de Butte, dans la soirée et a volé soixante cinq miles en ligne droite directement au-dessus de Sacramento. Après être monté et descendu deux fois au-dessus de la capitale, mon ami a poursuivi, sur une distance d'encore soixante-dix miles et a atterri en une zone sur ce côté le baie, où la machine se trouve maintenant, gardée par trois hommes. L'inventeur a trouvé pendant ce voyage d'essai que son bateau avait eu un mouvement onduleux qui lui a donné le mal de mer. C'est à ce défaut qu'il remédie maintenant."

 

"Encore six jours le problème sera réglé et c'est son intention de donner alors immédiatement aux habitants de San Francisco une chance de voir sa machine. Il volera juste au-dessus de la ville et de la rue du marché une douzaine de fois. Je ne puis pas vous dire où il loge le vaisseau ni quel est son nom, car je suis sous un engagement de secret, mais c'est un fait que la machine effectue son travail parfaitement et étonnera le monde puis révolutionnera le voyage quand elle aura été montrée au public. L'inventeur peut voler avec elle vers New York demain s'il le veut."

 

"Il a complètement abandonné les idées de Maxim et de Langley en construisant la machine, et l'a construite à partir d'une théorie totalement nouvelle."

 

 

Dans le quotidien Woodland Daily Democrat, de Woodland, Californie, le 24 novembre 1896:

 

Un phénomène curieux observé par deux citoyens réputés de Woodland

 

Trois lumières brillantes suivies d'une traînée brillante sont passés directement au-dessus de cette ville

Qu'il y ait une lumière mystérieuse se déplaçant dans la haute atmosphère, cela ne semble faire aucun doute. Tant de gens réputés et honnêtes l'ont vu en divers moments et endroits qu'il ne semble pas raisonnable qu'ils puissent tous être victimes d'une hallucination.

 

Nous n'adhérons pas aveuglément, cependant, à la théorie généralement acceptée que le mystérieux visiteur soit un aéronef. Il est plus raisonnable de supposer qu'il s'agit d'un phénomène aérien produit de manière parfaitement naturel et susceptible d'être expliqué de manière rationnelle et scientifique. Dans l'Examiner d'aujourd'hui se trouve l'histoire d'une lumière mystérieuse vue naviguant dans les airs au voisinage de Woodland en une date incertaine. Le Democrat est capable de jeter quelque lumière sur cette histoire.

 

Il y a trois semaines environ, et plusieurs jours avant que le phénomène ne soit annoncé pour la 1ère fois depuis Sacramento, L. Charmak et un gentleman nous demandant de préserver son nom se tenaient devant le lieu de travail de M. Charmak. Il était entre 20:00 et 21:00 dans la soirée. Soudain une lumière en mouvement, ou, de manière plus adéquate, des lumières, apparurent à la portion sud-ouest de la ville. L'attention de M. Charmak fut attirée dessus. Le visiteur inhabituel se déplaçait en direction du nord-est, et lorsqu'il fut vu pour la première fois, il était apparemment au-dessus de la residence de A. D. Porter.

 

Alors qu'il atteignait la rue principale il s'éleva soudain de 100 pieds ou plus, mais continua son mouvement en avant dans la même direction. Il se déplaçait très lentement et 30 secondes s'écoulèrent entre le moment où il fut en vue et où l'Hotel Capital le masqua hors de vue.

 

Alors qu'il se déplaçait amplement, Mr. Charmak et son ami eurent l'occasion d'en avoir une bonne vision. Il y avait 3 lumières distinctes, ressemblant beaucoup à une lumière à arc. Elles étaient près l'une de l'autre et espacées d'une distance uniforme, et étaient suivies d'un longue traînée de lumière comme celui qui suit généralement derrière une étoile filante, à l'exception que c'était blanc.

 

Leur première pensée fut qu'il s'agissait d'un météore, mais sa proximité de la Terre, ses mouvements eccentriques et sa forme inhabituelle soutenaient difficilement cette théorie. Plus ils y pensaient plus leurs doutent augmentaient. La circonstance ne fut pas mentionnée à l'époque sauf par le gentleman qui était avec M. Charmak. Dans la famille où il se trouvait il en parla, exprimant l'opinion que s'il s'agissait d'un météore c'était le phénomène le plus extraordinaire de ce caractère qu'il ait jamais observé. 

 

Aucun de ces messieurs ne prétend que la lumière mystérieuse qu'ils ont vue était un aéronef. Ils n'ont aucune théorie pour l'expliquer. Ils ont raconté ce qu'ils ont vu, et les gens peuvent en tirer leurs propres conclusions. 

 

Dans le quotidien Stockton Daily Independent de Stockton, Californie, en page 2, le 26 novembre 1896:

 

San Francisco n'a pas le monopole de l'Airship.

 

On s'attend à ce que tout le monde le voie, mais jusqu'à maintenant les reporters se contredisent.

Le grondement assourdi des roues qui avaient causé l'excitation de l'air ship à San Francisco semblent avoir plutôt atteint notre communauté et même ceux qui démentent la présence de la moindre machine en situant sa présence dans les tête derrière juste l'os frontal observent les uns comme les autres pour voir à quel point on peut approcher les rêves de [Jules] Verne. La lumière mystérieuse, certains avaient affirmé avec la candeur de l'agneau innocent en été les témoins de ses pérégrinations au-dessus de cette vallée, étouffant toutes les explications quant à la façon dont le résultat du 3ème novembre [elections contestées] avait été provoqué, et le sincérité évidente de certains en décrivant le visiteur aérien a fait gagner par le doute les Saint-Thomas jusqu'à ce qu'il arrivent au moins à l'étape de l'incertitude.

 

Le dernier rapport est venu de Lathrop la soirée passée, quand M. Sanguinetti a téléphoné à cette ville que au moment même où il parlait il voyait une lumière brillante, une partie plus sombre qu'une étoile, approchant Lathrop depuis l'est et devenant continuellement plus lumineuse et plus plate. Il a annoncé que si on lui faisait des signaux cela apporterait la chose et amènerait du monde quand il se poserait. Il n'y avait eu aucun rapport ultérieur pour annoncer si les gens de cette ville avaient capturé l'illusion évasive.

 

Un capitaine de navire à vapeur, qui a affirmé être entièrement dégagé des schooners [grands bateaux à voiles transportant souvent de l'alcool], est également venu hier et avant qu'un juge de paix se soit préparé à prendre la déclaration sous serment de la vision étrange qu'il a eu tandis qu'à douze miles plus haut sur le fleuve dans la nuit de mardi. Il a dit qu'il dormait du sommeil du juste et était sûr qu'il n'y avait aucun opium à bord. A environ 12 heures il a été tiré de sa couchette par son cuisinier Chinois effrayé, qui a attiré son attention sur le vol rapide d'une grande lumière et les contours d'une armature en forme de cigare. Elle se déplaçait du nord vers le sud. Le capitaine a déclaré qu'il y avait un décalage continuel de la lumière à proximité de l'objet et il a pensé qu'il a entendu un son sourd occasionnel dans les cieux, comme le bruit d'un certain explosif. Le Chinois a refusé de se calmer et à quitté le bateau quand il a abordé le prochain rivage.

 

Les dires du surveillant de nuit McKee sur un sujet de ce genre pourraient être mis en doute par certains du fait de son poste à l'asile d'état, mais il se présente néanmoins avec une description plus claire du monstre mystérieux que n'avait été donnée par la plupart de professionnel. La soirée passée à 45 minutes et 35 secondes après 9 heures, il a vu le vaisseau passer au mord-ouest des terrains de l'asile et il s'est balancé vers le bas à moins de 210 pieds de la terre. En même temps, il y avait trois forts bruits suivis de grandes rafales du vent, qui sont évidemment venues de l'agitation des pignons du vaisseau. Il pense que c'était une dynamite qui a explosée et que cela avait quelque chose à voire avec la puissance motrice du monstre. Le bateau était en forme de cigare, mais fumait aux deux extrémités.

 

 

Dans le quotidien Stockton Evening Mail, de Stockton, Californie, USA, le 27 novembre 1896:

 

TROIS ETRANGES VISITEURS

 

Qui sont peut-être venus de la planète Mars

 

Vus sur une route de campagne par le Colonel H.G. Shaw et un compagnon 

 

Depuis plus d'une semaine les journaux tout le long de la côte avaient rapporté la présence d'un dirigeable allégué ou d'une machine volante, que beaucoup de gens honorables prétendent avoir vus à plusieurs occasions dans les cieux la nuit. S'il y a ou n'y a pas réellement une telle machine navigant dans les air, le Mail ne peut pas le déterminer d'une manière satisfaisante, mais certains des journaux ont traité le sujet sérieusement et d'autres ont été disposés à faire la lumière sur les déclarations. Une paire d'avocats de San Francisco s'est fait beaucoup de publicité gratuite en prétendant avoir des clients qui ont inventé et testé avec succès des vaisseaux aériens et les journaux ont rempli plusieurs colonnes à parler du mystère aérien.

 

Le Mail sonne le rapport ci-dessus simplement en introduction à une histoire des plus remarquables qui est rapportée par le colonel H.G. Shaw de cette ville, qui autrefois faisait partie du personnel éditorial du Mail. Le Colonel Shaw est actuellement occupé à organiser un stand pour l'exposition de l'association commerciale de Stockton qui sera montré à la Foire du Citron qui se tiendra à Fresno durant le mois prochain. Le monsieur était très hésitant au sujet de raconter les événements, comme il a dit qu'il ne sait pas du tout s'il sera cru par n'importe qui, et il était peu disposé à apparaître publiquement comme un romancier ou un homme à qui il manquerait une case. Il raconte son histoire comme suit:

 

TROIS ETRES ETRANGES

 

"S'il n'y avait pas le fait que je n'étais pas seul quand j'ai été témoin de l'étrange spectacle, je ne l'aurais jamais mentionné du tout. Mercredi après-midi je suis sorti à Lodi et Lockeford en la compagnie de Camille Spooner, un jeune homme est récemment arrivé du Nevada. Je suis allé aux endroits mentionnés à la recherche de matériel pour former un stand d'exposition pour représenter ce comté à la Foire du Citron de Fresno. Nous avions quitté Lodi pour faire le trajet du retour, je dirais peu avant 6 heures, et nous progressions tranquillement quand le cheval s'est arrêté soudainement et a poussé un reniflement de terreur."

 

"En levant les yeux, nous avons vu trois êtres étranges. Ils ressemblaient aux hommes sur de nombreux points, mais cependant ils n'étaient pas comme quelque chose que j'avais jamais vu. Ils étaient presque ou tout à fait de sept pieds de haut (environ 2m13) et très minces. Nous étions tous deux légèrement étonnés, comme vous pouvez aisément l'imaginer, et notre première impulsion était de continuer notre route. Le cheval, cependant, a refusé de bouger, et quand nous avons vu que nous étions considérés plus avec un air de la curiosité que toute autre chose, nous avons décidé de descendre et de voir ce qu'il en était. J'ai marché jusqu'à l'endroit où ces personnes d'aspect étranges étaient et je leur ai adressé la parole. J'ai demandé d'où ils étaient. Ils ont semblé ne pas me comprendre, mais se sont mis à, disons, "gazouiller" pour s'exprimer, plutôt que parler. Leurs remarques, si vous pouvez les appeler comme ça, étaient adressées entre eux, et ressemblaient à un chant monotone, qui tendait à être guttural. J'ai vu qu'il était inutile de tenter une conversation, donc je me suis contenté de les observer et les examiner. Ils ont semblé se prendre d'un grand intérêt pour nous-mêmes, le cheval et la voiture, et ont tout scruté très soigneusement."

 

ILS PESAIENT MOINS D'UNE ONCE CHACUN

 

"Tandis qu'ils étaient affairés à cela, cela m'a permis de les inspecter moi-même. Comme je l'ai déjà énoncé, ils étaient de sept pieds de hauteur (2m13) et très minces. J'ai noté, de plus, que leurs mains étaient tout à fait petites et sensibles, et que leurs doigts étaient sans ongles. Leurs pieds, cependant, étaient presque deux fois plus longs que ceux d'un homme ordinaire, bien qu'ils aient été minces, et les orteils étaient également longs et minces. J'ai noté, aussi, qu'ils pouvaient utiliser leurs pieds et orteils le plus ou moins de même qu'un singe; en fait, ils ont semblé avoir une bien meilleure utilisation de leurs pieds que de leurs mains. J'ai actuellement découvert que c'était probablement une caractéristique naturelle. Alors que l'un d'eux venait près de moi, je l'ai touché, et j'ai placé ma main sous son coude et poussé doucement vers le haut, et voilà que je l'ai soulevé du sols sans grand effort. Je dirais que la densité de la créature était de moins d'une once. C'était alors que je l'ai observé tenter de s'agripper au sol avec ses orteils pour empêcher que je le soulève. Vous pouvez aisément comprendre que leur poids léger a rendu une telle caractéristique nécessaire, sans quoi ils auraient pu être aisément renversé par les vents."

 

"Ils étaient dépourvus de la moindre sorte d'habillement, mais étaient recouverts d'une protection naturelle difficile à décrire; ce n'était pas des cheveux, ni non plus comme des plumes, mais c'était aussi doux que la soie au contact, et leur peau était comme le velours. Leurs visages et têtes étaient sans cheveux, les oreilles étaient très petites, et le nez avait l'aspect de l'ivoire poli, alors que les yeux étaient grands et brillants. La bouche, cependant, était petite, et il m'a semblé qu'ils étaient sans dents. Cela et d'autres choses m'ont mené à croire qu'ils ne mangeaient ni ne buvaient, et que leur vie était soutenue par une certaine sorte de gaz. Chacun d'eux avait attaché sous le bras gauche un sac auquel était joint un bec, et de temps en temps l'un ou l'autre plaçait ce bec sur sa bouche, et alors j'entendais un bruit du gaz s'échappant. C'était plus ou moins le même bruit que celui produit par une personne faisant gonfler un ballon de football."

 

D'UNE BEAUTE INDESCRIPTIBLE

 

"De la description que je donne, je ne voudrais pas que vous ayez l'idée que ces créatures étaient affreuses. Dans leur aspect elles étaient nettement le contraire. Elles étaient d'une beauté étrange et indescriptible. Je puis pas m'exprimer autrement. Ils étaient gracieux à un degré, et plus divinement beaux que n'importe quoi que j'ai jamais vu."

 

"La partie la plus étrange de l'histoire est encore à venir. C'est les lumières qu'ils ont portées. Chacun tenait à la main quelque chose à peu près de la taille d'un oeuf de poule. En les tenant vers le haut et en ouvrant en partie la main, ces substances ont émis la plus remarquable, intense et pénétrante lumière que l'on puisse imaginer. Malgré son intensité elle n'a eu aucun effet désagréable sur nos yeux, et nous avons réalisé que nous pouvions la regarder directement. Elle m'a semblé être une certaine sorte de minerai lumineux, bien qu'ils en aient eu un contrôle complet."

 

"Finalement ils ont été lassés de nous examiner, nous et notre cheval et attelage, et alors l'un d'eux, à fait un signal de celui qui semblé être le chef, a essayé de me soulever, probablement avec l'intention de m'emporter. Bien que je n'ai pas opposé la moindre résistance, il n'a pas pu me déplacer, et finalement, tous les trois l'ont tenté sans le moindre succès. Ils ont semblé n'avoir aucune puissance musculaire à part pour pouvoir déplacer leurs propres membres."

 

ETRANGE DIRIGEABLE

 

"Bien, après avoir essayé en vain de déplacer l'un ou l'autre de nous, ils ont tourné dans la direction du canal de Woodbridge, près duquel nous étions, et pendant qu'ils faisaient clignoter leurs lumières vers le pont, nous avons eu un spectacle stupéfiant. Là, reposant dans le ciel, à environ vingt pieds au-dessus de l'eau, se trouvait un immense dirigeable. C'était de 150 pieds de longueur au moins (environ 50m), cependant de probablement pas plus de vingt pieds de diamètre à sa partie la plus large (environ 6m). Il était pointu aux deux extrémités, et à part un grand gouvernail de direction il n'y avait là aucune machinerie visible. Tous trois ont marché rapidement vers le vaisseau, non pas comme vous ou moi marcheraient, mais avec un mouvement de balancement, leurs pieds touchant seulement la terre à des intervalles d'environ quinze pieds. Nous les avons suivis aussi rapidement que possible, et avons atteint le pont alors qu'ils étaient sur le point de s'embarquer. Avec une petite poussée, ils se sont élevés vers la machine, ont ouvert une porte dans son flanc, et ont disparu à l'intérieur. Je ne sais pas comment cette affaire était construite, mais juste avant qu'elle ne démarre, je l'ai frappé avec une pierre et elle n'a rendu aucun bruit. Elle est passée à travers l'air très rapidement et a augmenté et s'est contractée avec un mouvement musculaire, et a été vite hors de vue."

 

"J'ai une théorie, qui, naturellement, est seulement une théorie, que ceux que nous venions d'observer étaient des habitants de Mars, qui ont été envoyés vers la terre afin de se saisir d'un de ses habitants. Je me sens sûr en affirmant que les histoires qui ont été racontées de certains avocats de San Francisco sont des inventions maladroites, et ne devraient être crues par personne."

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

“CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE ”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"