Danger Nucléaire : Un incident nucléaire s’est produit en Russie ou au Kazakhstan en septembre , images déclassifiées de nombreuses explosions nucléaires - 10

Un institut français soupçonne qu’un incident nucléaire s’est produit en Russie ou au Kazakhstan en septembre

PARIS (Reuters) 

 

 

Un nuage de pollution radioactive  a plané sur  l’Europe ces dernières semaines et cela indique qu’un incident s’est produit dans une installation nucléaire en Russie ou au Kazakhstan au cours de la dernière semaine de septembre, a déclaré jeudi l’IRSN.

 

Cependant l’IRSN a exclu un incident dans une centrale nucléaire, en déclarant que celui-ci lieu vraisemblablement dans un site de traitement de combustible nucléaire ou dans un centre de médecine radioactive.

 

Il n’ y a pas eu d’impact sur la santé humaine ni sur l’environnement en Europe, a déclaré l’IRSN.

 

L’IRSN, bras technique de l’ASN, l’organisme français de régulation nucléaire, a déclaré dans un communiqué qu’elle  ne pouvait pas localiser avec précision l’emplacement des rejets de matières radioactives mais que, sur la base des données météorologiques, la zone la plus plausible se trouverait au sud des montagnes de l’Oural, entre l’Oural et la Volga.

 

Cela pourrait indiquer la Russie ou peut-être le Kazakhstan, selon un représentant de l’IRSN.

 

Les autorités russes ont déclaré « ne pas avoir connaissance d’un incident sur leur territoire », a déclaré Jean-Marc Peres, directeur de l’IRSN, à Reuters. Il a ajouté que l’Institut n’avait pas encore été en contact avec les autorités kazakhes.

 

Une porte-parole du ministère russe des situations d’urgence a déclaré qu’elle ne pouvait pas immédiatement commenter. Il n’ a pas été possible de joindre immédiatement les autorités kazakhes ou l’ambassade du Kazakhstan à Moscou.

 

L’IRSN et plusieurs autres instituts de sûreté nucléaire en Europe ont mesuré ces dernières semaines des niveaux élevés de ruthénium 106, un nucléide radioactif qui est le produit de la scission d’atomes dans un réacteur nucléaire et qui ne se produit pas naturellement.

 

L’IRSN estime que la quantité de ruthénium 106 relâchée était importante, entre 100 et 300 téraBecquerels, et que si un incident de cette ampleur s’était produit en France, il aurait nécessité l’évacuation de personnes dans un rayon de quelques kilomètres autour du lieu de l’incident.

 

« Le ruthénium 106 a probablement été relâché dans un site de traitement de combustible nucléaire ou un centre de médecine radioactive », a dit Peres.

 

En raison de sa courte demi-vie d’environ un an, le ruthénium 106 est utilisé en médecine nucléaire.

 

L’IRSN a exclu un accident dans un réacteur nucléaire, car cela aurait également entraîné une contamination par d’autres radionucléides. Elle a également exclu le crash d’un satellite alimenté au ruthénium, une enquête de l’AIEA ayant conclu qu’aucun satellite contenant du ruthénium ne s’était effondré sur Terre au cours de cette période.

 

Les mesures effectuées dans les stations européennes ont révélé des niveaux élevés de ruthénium 106 dans l’atmosphère de la majorité des pays européens au début du mois d’octobre, avec une baisse constante à partir du 6 octobre.

 

L’IRSN a déclaré que les concentrations de ruthénium 106 dans l’air enregistrées en Europe n’ont eu aucune conséquence pour la santé humaine et l’environnement.

 

L’institut a également indiqué que la probabilité d’importation en France de denrées alimentaires, notamment de champignons, contaminées par le ruthénium 106 près du lieu de l’accident est extrêmement faible.

 

 

L’une des citations les plus citées et les moins interprétées de l’histoire de l’ère atomique est ce que J. Robert Oppenheimer prétendait avoir pensé lorsqu’il a été témoin de la première explosion nucléaire du monde : “Je suis devenu la mort, le destructeur des mondes.”

 

Peu après qu’Oppenheimer, directeur du laboratoire qui a mis au point la bombe atomique, ait vu la boule de feu briller au-dessus du désert du Nouveau-Mexique sur le site d’essai de la Trinité le 16 juillet 1945, ces mots dérivés de l’Écriture sainte hindoue, la Bhagavad-Gita, lui sont venus à l’esprit.

 

La citation apparaît dans toute la littérature sur les armes nucléaires, souvent sous une forme légèrement différente :

“Je suis devenu la Mort, le briseur de mondes.”

 

De 1945 à 1962 environ, les États-Unis d’Amérique ont effectué environ 210 essais nucléaires atmosphériques. Ouaip. Juste au-dessus de nos têtes.

 

Les essais nucléaires en surface ont été interdits en 1963, mais des milliers de films de ces essais destructeurs sont restés dans des voûtes secrètes à travers le pays.

 

Cependant, au fur et à mesure que les temps changent et que le matériel classifié se révèle, nous avons maintenant accès à une grande quantité de séquences vidéo et d’images.

 

Ce que nous recherchons, c’est la destruction à son meilleur.

 

Une telle force vous fait frissonner, et regarder ces vidéos et ces images me fait me demander pourquoi nous gaspillons notre intellect humain à fabriquer des armes de destruction massive, et non des technologies qui nous permettraient de voyager vers les étoiles.

 

Imaginez où nous en serions aujourd’hui en tant que civilisation si tous les pays du monde consacraient plus de temps à mettre au point les technologies futures pour l’exploration spatiale, plutôt que des armes pour s’entre-tuer ?

 

Ce que vous allez voir dans ces images, ce n’est pas une exposition d’art, c’est une exposition de guerre, une exposition de terreur, une exposition de destruction enfouie au plus profond de l’humanité.

 

Quand nous sommes-nous égarés, au point de produire la destruction plutôt que le développement ?

 

 

 

Ces images macabres, qui vous donneront certainement la chair de poule, ont été récemment déclassifiées et montrent un certain nombre d’essais nucléaires atmosphériques réalisés par les États-Unis dans les années 60.

 

Le jour où nous avons décidé de tester des armes nucléaires dans l’atmosphère a marqué un jour tragique pour notre planète, mais aussi pour l’humanité.

 

Les militaires voulaient déterminer s’il était possible de tirer un missile nucléaire du ciel.

 

Les images ont été compilées par web Topic.

 

Les essais n’ont pas permis de déterminer le but à cause de l’extrême difficulté de faire exploser une bombe nucléaire dans le ciel à ce moment-là.

 

Cependant, ce que ces images confirment, c’est qu’il y a plus d’un demi-siècle, l’humanité était déjà capable de lancer une arme nucléaire dans l’atmosphère.

 

Nous espérons que ces photos nous feront réfléchir et questionner ce type de pratique.

 

Compte tenu des tensions actuelles entre la Corée du Nord et les États-Unis, ces photographies pourraient nous faire entrevoir un avenir sombre dont personne, je crois que nous sommes tous d’accord, ne souhaite être témoin.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

“CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE ”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"