Les Anunnakis révélés : Le mythe des Nephilims, les géants parmi les hommes – Partie II

 

Au centre de la théorie des anciens astronautes et du récit de l’auteur Zecharia Sitchin se trouve un groupe d’êtres mythiques connus sous le nom d’Anunnaki, dont il prétendait qu’ils avaient croisé leur propre ADN avec celui de l’Homo erectus afin d’engendrer des humains dans l’objectif de les exploiter comme esclaves pour leur faire extraire l’or et autres minéraux. Aujourd’hui, ces Anunnakis sont souvent dépeints comme l’équivalent du Dieu créateur de l’Ancien Testament.

 

Mais que dit le corpus cunéiforme sur les Anunnakis et autres êtres mythiques ?

Comment la version de ces êtres et de leurs activités présentée dans les médias (sites web ou documentaires) des Anciens Astronautes se compare-t-elle à la façon dont ils étaient réellement représentés dans le monde antique ?

 

 

Le mont Hermon est situé à l’extrémité sud de la chaîne de montagnes anti-Liban, à cheval sur les frontières de la Syrie et du Liban. Le plus haut sommet de l’Hermon atteint 2 814 mètres (9 232 pieds). Gilgamesh était connu dans le monde antique pour avoir obtenu des connaissances du monde pré-inondation (ou « antédiluvien »), comme le dit l’épopée Ugarit de Gilgamesh (lignes 5-9):

 

« Il explorait partout les sièges du pouvoir, il connaissait la totalité de la sagesse sur toutes choses. Celui qui a parcouru la route lointaine jusqu’à « Uta-Napishtim », qui a traversé l’océan, la grande mer, jusqu’au lever du soleil : il a rapporté des nouvelles de l’âge antédiluvien. »

 

Ces passages nous rappellent l’interprétation de Lipinski de la version babylonienne ancienne de l’épopée des Gilgamesh, où l’ancien roi se rendait au mont Hermon, demeure des Anunnakis…

 

Gilgamesh, le Géant

 

Le concept de « savoir ancien » du monde d’avant le déluge est en fait intégré à de nombreuses traditions orientales.

 

 

Par exemple, il y a une histoire similaire dans le Livre apocryphe des Jubilés sur Kainam, un fils de l’Arphaxad biblique :

 

« Et le fils grandit, et son père lui enseigna l’écriture, et il alla chercher pour lui un lieu où il pourrait s’emparer d’une ville. Il trouva une écriture que les générations précédentes avaient gravée sur un rocher, et il lut ce qu’elle contenait ; il la transcrivit et pécha à cause d’elle, car elle contenait l’enseignement

des « Gardiens » selon lequel on avait la possibilité de voir dans les étoiles et le soleil les signes du ciel, les signes de lune, les signes du soleil et ceux de toutes les étoiles. Et il l’écrivit et ne dit rien à ce sujet, car il avait peur d’en parler à Noé, de peur qu’il ne se fâche contre lui à cause de cela. » (Jubilés 8:1-5)

 

Il est intéressant de noter qu’il existe plusieurs sources anciennes qui suggèrent que Gilgamesh lui-même était un demi-dieu ou un être semi-divin de taille gigantesque.

 

Selon la liste des rois sumériens, Gilgamesh était le 5ème roi d’Ourouk, qui régna entre 2800 et 2600 ans avant JC. Bien qu’il y ait des traditions qui considèrent le père de Gilgamesh comme étant le roi Lugalbanda, la liste des rois sumériens déclare que son vrai père était un  » lillu-esprits, un grand prêtre de Kulaba  » et il est décrit dans cette épopée comme ayant  "les deux tiers d’un dieu" .

 

 

Statue de Gilgamesh

 

Gilgamesh aurait remporté la victoire sur les rois de Kish, centralisant le pouvoir d’Uruk, et la tradition veut qu’il étende la ville d’Uruk, y compris son enceinte et ses murs de temple.

 

Dans plusieurs fragments d’une copie du XIIe siècle avant JC de l’épopée de Gilgamesh découverte à l’ancien Ugarit, Gilgamesh est décrit comme « Surpassant tous les (autres) rois ( !), réputé pour sa stature corporelle » (ligne 16) et encore comme  » Gilgamesh, réputé pour son physique, héros né à Uruk, battant le taureau sauvage ». (lignes 18-19).

 

Gilgamesh, le roi-héros de la ville d’Ourouk, combattant le

" taureau des cieux ".

 

Les lignes 34-36 de l’Ugarit Gilgamesh offrent des détails spécifiques sur la taille de Gilgamesh :

« Sa taille était de onze coudées, la largeur de sa poitrine était de quatre coudées. Une triple coudée était son pied et un roseau de la longueur de ses jambes ».

D’après ces mesures, Gilgamesh devait mesurer entre 16 et 18 pieds (4,8 à 5,4 mètres de haut).

 

Le Livre fragmentaire des Géants de la Mer Morte nomme plusieurs géants Néphilims comme Ohya, Mahway, Hahya, et Gilgamesh.

 

Des géants régnant sur le mont Hermon

 

Pour en revenir au mont Hermon, Gilgamesh n’est pas le seul ancien géant directement associé à cet endroit important.

 

Plusieurs livres de l’Ancien Testament (Le Livre des Nombres, Deutéronome et Le Livre de Josué) relatent la bataille de Moïse et des Israélites contre Og, un roi amorite du Bashân.

 

Dans Deutéronome 3:11 (KJV), Og est décrit comme  "le reste des géants ", et son lit (ou sarcophage) mesure neuf coudées de long sur quatre de large, ce qui signifie que Og lui-même peut avoir été 12 ou 13 pieds (environ quatre mètres) de hauteur.

 

Dans Josué 4,5 (KJV), il est révélé que Og « régnait sur le mont Hermon, sur le Seclah et sur tout le Bashân », une région qui comprendrait les pentes du mont Hermon et le plateau du Golan.

 

Les Entités du Monde Souterrain

 

Un autre facteur qui relie les Anunnakis à l’histoire des

« Gardiens » et de leur progéniture est leur statut d’êtres du monde souterrain.

 

Dans les cycles mésopotamiens, les Anunnakis sont souvent dépeints comme des juges de la mort qui occupent le royaume souterrain et qui fonctionnent comme « esprits de la terre ».

 

Dans les tablettes découvertes à Nippour vers 2000 avant JC, les Anunnakis étaient « les sept juges », les entités du monde souterrain qui accompagnent Ereshkigal, reine du royaume souterrain.

 

Quand Ishtar descend et est amené devant l’assemblée, ils lui fixent leurs « yeux de la mort », ce qui la fait périr.

 

Dessin du début du XIXe siècle d’une statuette d’Hécate, avec laquelle Ereshkigal a été syncrétisé.

 

Jeté en Enfer

 

La demeure montagneuse du dieu Cananéen El, est aussi fréquemment associée à des sources naturelles secrètes ou cachées et à des rivières souterraines.

 

Lipinski associe ces connotations aux sources du Jourdain, dont l’une est la source de Banias, située au pied du mont Hermon.

 

Il précise en outre que la montagne était considérée dans l’Antiquité comme recouvrant  l’un des exutoires des profondeurs ou de l’océan d’où provenaient les eaux du déluge…

 

 

Livre d’Hénoch : Dieu ordonne à l’archange Michel 

" Allez, attachez Semjaza et ses associés qui se sont unis aux femmes….attachez-les fermement pour soixante-dix générations dans les vallées de la terre… " ( Hénoch 10:11-12),

 

tandis que Raphael a reçu cet ordre

« Attachez Azazel main et pied, et lancez-le dans l’ombre : faites une ouverture dans le désert, qui est à Dudael et lancez-le dans celui-ci » ( Hénoch 10:4)

Sculpture en relief hittite ancienne de Yazılıkaya, un sanctuaire à Hattusa, représentant douze dieux du monde souterrain, que les Hittites ont identifiés comme les Anounnakis mésopotamiens.

 

Il y a aussi des références au sort des « Gardiens » dans les livres du Nouveau Testament, y compris le Deuxième épître de Pierre, qui dit :

« ….Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais les a précipités en enfer et les a livrés aux chaînes des ténèbres… ». (2e Pierre, 2:4, KJV).

Le mot traduit par « enfer » dans ce verset est en fait le Tartarus grec, faisant référence au monde souterrain le plus profond de la mythologie grecque, la prison des Titans.

 

Non seulement les Titans étaient des géants, mais comme les Anunnakis, ils étaient la progéniture d’une déesse de la terre (Gaïa) et d’une divinité du ciel (Uranus).

 

Certains chercheurs considèrent qu’il est probable que le mythe grec était largement basé sur les mythologies orientales plus anciennes.

 

Le même concept est répété de nouveau dans le livre de Jude, verset 6, qui mentionne,

« les anges qui n’ont pas gardé leur premier domaine, et qui ont quitté leur propre demeure, il les a réservés dans les éternelles chaînes des ténèbres ».

 

Un des Titans géants, Atlas, qui est puni en portant le ciel sur ses épaules pour toujours.

 

Il est bien connu que les cycles archétypiques des mythes mésopotamiens et du Proche-Orient ont une origine commune,

et que les sujets de ces cycles apparaissent également dans les textes bibliques, extra-bibliques et même coraniques.

 

Le but de cet article est d’identifier le concept mythique spécifique derrière les Anunnakis dans le monde antique.

 

Contrairement à une grande partie de la littérature populaire et d’autres médias d’aujourd’hui, les preuves enregistrées par la recherche académique des chercheurs et une étude comparative des textes cunéiformes actuels et d’autres textes anciens, indiquent que la véritable identité des Anunnakis se trouve dans la tradition orientale d’un groupe de demi-dieux, issus de croisements entre êtres divins et femmes mortelles au Mont Hermon dans la chaîne montagneuse antilibanaise.

 

Ces êtres sont souvent associés à la connaissance du monde avant un grand déluge et se sont ensuite vu attribuer des rôles dans le monde souterrain.

 

Cela suggère qu’au lieu de faire des Anunnakis l’équivalent des

« Elohim » qui ont créé l’homme dans le Livre de la Genèse, ils devraient plutôt être comparés aux Nephilim et aux anges déchus décrits au chapitre 6 du Livre d’ Hénoch , et autres textes extra-bibliques.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"Osez changer de point de vue car l'impossible d'hier est le possible d'aujourd'hui et sera l'évident de demain"

"Deux choses sont infinies : L'Univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue !" Albert Einstein.

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"