La technologie dont nous aurons besoin pour détecter les ET

 

Article proposé par le MUFON France

 

 

« À la fin de 2017, 20 scientifiques originaires du Japon, d’Inde, de France, d’Allemagne et des États-Unis – chacun possédant un domaine de compétence particulier – se sont réunis lors d’un atelier organisé par l’Institut de la science de la vie ( ELSI ) sur le campus de Giri à Tokyo. Ils y ont discuté des progrès actuels et des possibilités intéressantes des technologies de détection de la vie. »

 

Cosmos

 

Un bon article récapitulatif, qui permet, si besoin était, de bien se rendre compte que nous avons encore énormément de chemin à faire en matière de recherche cosmologique.

 

Lien vers le texte de l’étude initiale :

 

https://arxiv.org/abs/1810.06026

 

Lien vers l’article de Cosmos :

 

https://cosmosmagazine.com/space/the-tech-we-re-going-to-need-to-detect-et

 

Traduction de l’article :

 

« Déplacez-vous sur les rovers martiens, de nouvelles technologies pour détecter la vie extraterrestre sont à l’horizon.

 

Un groupe de scientifiques du monde entier, dirigé par Chaitanya Giri, experte en astrochimie de l’Institut de technologie de Tokyo au Japon, s’est uni pour planifier les technologies de détection de la vie pour les 20 prochaines années.

 

L’étude est actuellement en attente d’examen par les pairs, mais est disponible gratuitement sur le site de pré-impression, ArXiv .

 

Pendant des décennies, les astrobiologistes ont fouillé le ciel et le sable des autres planètes à la recherche d’indices de la vie extraterrestre. Non seulement ces chercheurs tentent de trouver ET, mais ils vise également à en apprendre davantage sur l’origine et l’ évolution de la vie sur Terre, la composition chimique des objets extra – terrestres organiques, ce qui rend une planète ou d’un satellite habitable, et plus .

 

Mais les réponses à ces questions sont précédées de longues années de planification, de développement, de résolution de problèmes et de stratégies.

 

À la fin de 2017, 20 scientifiques originaires du Japon, d’Inde, de France, d’Allemagne et des États-Unis – chacun possédant un domaine de compétence particulier – se sont réunis lors d’un atelier organisé par l’Institut de la science de la vie ( ELSI ) sur le campus de Giri à Tokyo. Ils y ont discuté des progrès actuels et des possibilités intéressantes des technologies de détection de la vie.

 

Les experts ont notamment débattu des objectifs prioritaires en matière de recherche et développement pour les missions du système solaire local – en d’autres termes, quels instruments seraient les plus utilisables pour une sonde spatiale et leur envoi vers Mars ou Encelade lors de la prochaine quelques décennies.

 

Bien sûr, les planètes et les lunes du système solaire constituent un échantillon extrêmement limité du nombre de mondes potentiellement habitables dans l’univers, mais la compréhension de notre propre arrière-cour sera essentielle pour interpréter les données d’exoplanètes éloignées.

 

Alors, selon ces experts en astrobiologie, quel est le futur plan de détection des extraterrestres?

 

La première étape de toute mission spatiale consiste à étudier la planète ou le satellite de loin pour déterminer si elle est habitable.

 

Heureusement, un ensemble de télescopes de nouvelle génération est en cours de construction, du télescope ultra-sensible James Webb , dont le lancement est prévu en 2021, au gigantesque télescope extrêmement grand du Chili, qui tournera ses yeux au ciel à 39 mètres. en 2024. Les auteurs soulignent que de tels observatoires élargiront considérablement nos connaissances théoriques sur l’habitabilité de la planète.

 

Ce n’est pas parce qu’un monde est jugé habitable qu’il y aura de la vie. Il ne peut exister que dans des niches géographiques limitées.

 

Pour atteindre ces sites inaccessibles, le journal affirme que nous aurons besoin de « sondes robotiques agiles, robustes, capables de communiquer de manière transparente avec des orbiteurs et des réseaux de communication en espace lointain, semi-autonomes sur le plan opérationnel, dotées d’une alimentation en énergie de haute performance et stérilisables en machine. éviter la contamination directe ».

 

Mais selon Elizabeth Tasker, professeure agrégée à la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency), qui n’a pas participé à l’étude, y parvenir ne représente que la moitié du travail.

 

«En fait, c’est la moitié la plus facile à gérer, car nous pouvons imaginer les problèmes auxquels nous serons confrontés», dit-elle.

 

Le deuxième problème, plus urgent, est de savoir comment reconnaître la vie comme nulle part ailleurs sur la planète.

 

Comme l’explique Tasker:

 

"Nous ne pouvons comparer que la vie sur Terre et ceci est le résultat d’une énorme histoire évolutive sur une planète dont le passé complexe a peu de chances d’être reproduit de près. Cela fait beaucoup de bagages à séparer." 

 

Selon le document, la solution consiste à équiper les missions avec une série d’instruments de détection de la vie qui ne recherchent pas la vie telle que nous la connaissons, mais qui sont capables d’identifier les types de caractéristiques qui font fonctionner les organismes.

 

Les auteurs décrivent une grande variété de technologies intéressantes pouvant être utilisées à cette fin, notamment les techniques de spectroscopie (pour analyser des matériaux biologiques potentiels), le tunneling quantique (pour trouver de l’ADN, de l’ARN, des peptides et d’autres petites molécules) et la microscopie à fluorescence (pour identifier la présence de membranes cellulaires).

 

Ils désignent également différentes formes de chromatographie en phase gazeuse (pour détecter les acides aminés et les sucres formés par des organismes vivants), en plus de vérifier si les molécules sont « homochirales » (une biosignature présumée) à l’aide de dispositifs microfluidiques et de microscopes.

 

Des spectromètres de masse miniaturisés à haute résolution seraient également utiles, car ils permettraient de caractériser les biopolymères créés par des organismes vivants et de mesurer la composition élémentaire des objets afin de faciliter la datation isotopique.

 

Giri et ses collègues soulignent également que des développements intéressants en apprentissage automatique, en intelligence artificielle et en reconnaissance de formes seront utiles pour déterminer si les échantillons chimiques sont d’origine biologique.

 

Fait intéressant, les chercheurs développent également des technologies permettant de détecter la vie dans des lieux moins conventionnels. Sur Terre, par exemple, les cryotubes ont récemment été utilisés pour découvrir plusieurs nouvelles espèces de bactéries dans la haute atmosphère.

 

L’étude note qu’avec l’utilisation de ces technologies en plein essor, les missions généreront probablement d’énormes quantités de données et nécessiteront une mise à niveau du réseau de communication en espace profond existant.

 

Les scientifiques ont également expliqué que certaines technologies, telles que le rayonnement synchrotron de haute puissance et les installations de champ magnétique, n’étaient pas encore suffisamment compactes pour voler sur d’autres planètes. Par conséquent, les échantillons doivent continuer à être ramenés pour analyse.

 

Plusieurs missions d’échantillonnage et de retour sont actuellement en cours, notamment la mission d’exploration dela JAXA Martian Moons à Phobos, Hayabusa-2 sur l’astéroïde Ryugu et la NASA OSIRIS-rex sur l’astéroïde Bennu. Ce que nous apprendrons de la manipulation des matériaux extraterrestres riches en matières organiques rapportés de ces voyages sera inestimable.

 

Les prévisions et les recommandations avancées par Giri et ses collègues constituent la première étape pour que ces technologies soient discutées lors de révisions par des panels, incluses dans des enquêtes décennales et finalement financées.

 

Elles complètent plusieurs efforts similaires, notamment un rapport préparé par les académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine (NASEM), appelant à élargir la gamme d’indicateurs possibles du trafic ET et à une exploration dirigée par les États-Unis sur la manière dont la prochaine génération de radiotélescopes sera utilisé par SETI .

 

Le plus important est peut-être que ces documents soulignent tous la nécessité d’un travail de collaboration entre scientifiques de toutes les disciplines.

 

«Une détection réussie de la vie nécessitera des astrophysiciens et des géologues pour examiner les environnements possibles sur d’autres planètes, des ingénieurs et des physiciens pour concevoir les missions et les instruments permettant de collecter des données, ainsi que des chimistes et des biologistes pour déterminer comment classer la vie», explique Tasker de JAXA.

 

«Mais peut-être que c’est approprié: découvrir l’histoire de tous les habitants de la Terre est ce que la vie est réellement et où elle peut s’épanouir. Cela devrait nous prendre à nous tous. »

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"Osez changer de point de vue car l'impossible d'hier est le possible d'aujourd'hui et sera l'évident de demain"

"Deux choses sont infinies : L'Univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue !" Albert Einstein.

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"