Conte de Noel argentin : l’abduction d’Oliver Thomas… Décembre 2018

 

« Les pas d’Oliver atteignirent la citerne, à côté de laquelle on pouvait voir le seau vide. Cependant, les traces dans la neige se sont arrêtées là et aucune autre marque ne peut être distinguée, comme si le garçon avait été soulevé par les airs. Tout le monde leva les yeux, car de là venaient les cris de l’enfant qui criait désespérément « aidez-moi, prenez-moi! ».

Francisco Villagran pour El Littoral

 

Article critique proposé par le MUFON FRANCE 

 

"Je suis tombé sur cet article hier, et surprise, je ne connaissais pas ce cas d’enlèvement de 1909 au pays de Galles.

 

D’autant plus surprenant qu’après avoir fait le Contact Nightmare avec Egon Kragel et Joslan F.Keller en 2016, ce dossier serait automatiquement ressorti, au même titre que Diatlov, Cash ou Walton. Cette affaire n’aurait pas pu échapper à leur sagacité. 

 

Cependant, El Littoral est un journal argentin établi, j’aurais été surpris qu’il laisse passer un fake. Restait l’erreur, le manque de recherche (ou de discernement) du dit journaliste. La conclusion semble plaider pour une conviction tellement profonde du journaliste qu’elle semble l’aveugler.

Monsieur Villagran, n’est pas Lovecraft qui veut…

 

Il aura fallu 5 minutes de recherches sur Internet avec les bons mots clés pour trouver la clé de l’énigme, délivrée par Kevin Randle…

 

Alors, conte folklorique ou canular, le problème n’est pas vraiment là. Quand un journal comme El Littoral publie ce genre d’articles sans vérifications, il créé un mythe.

 

L’ufologie n’a pas besoin de contes, de mythes ou autres canulars. L’ufologie n’est pas une pompe à fric ou un générateur d’articles putaclic.

 

En 2019, gardez le cap, testez votre discernement et votre libre arbitre, et n’essayez pas de croire, mais de savoir !

 

Lien vers l’article d’El Littoral (pas besoin de traduire ce torchon…) : 

 

Proposition de traduction de l’article :

 

J’ai d’abord pris connaissance de l’histoire d’Oliver Lerch alors que j’étudiais l’étrange cas des lettres Allende.

Ces documents, ou lettres, comprenant une copie annotée de L’affaire de l’ovni de Morris K. Jessup, sont arrivés à l’Office of Naval Research au milieu des années 1950. Les lettres étaient censées, une fois, expliquer certains des mystères du phénomène OVNI et, selon la légende, ont été prises au sérieux par les officiers de la marine qui les ont vues.

Des enquêtes ultérieures, ainsi que l’aveu de l’homme qui les a envoyées comme étant un canular, les a presque rendues inutiles aujourd’hui, mais c’est une autre histoire.

 

Ce n’est pas exactement le cas pour le livre de Jessup sur les ovnis.

Jessup a été formé en tant qu’astronome et a écrit l’un des nombreux livres sur les OVNIS qui sont entrés dans la distribution nationale au milieu des années 1950.

Dans ce livre, il parlait d’étranges disparitions, et l’une de celles sur lesquelles il écrivait était celle d’Oliver Lerch. Il a affirmé que la situation était réelle et que les détails de la disparition avaient été consignés dans les registres du département de police de South Bend, dans l’Indiana, à l’intention de toute personne désireuse de vérifier. Avec ce type de documentation, il s’agit de l’une des meilleures disparitions mystérieuses qui ont été signalées au fil des ans.

 

Selon la version de Jessup, Oliver Lerch, le fils de Thomas Lerch, âgé de vingt ans, avait été envoyé chercher de l’eau au puits parce que « la gorge était assourdie par le chant » la veille de Noël 1890. Vers dix heures, la mère d’Oliver demanda lui d’aller au puits pour l’eau. 

 

La légende disait que la journée avait été couverte avec une faible neige, mais en fin d’après-midi ou en début de soirée, la neige avait cessé et les nuages s’étaient envolés. Il ne restait plus que la nouvelle neige blanche et ininterrompue jusqu’au puits. 

 

Environ cinq minutes plus tard, la fête a été interrompue par les cris d’Oliver, qui ont crié à l’aide et qui lui ont dit: «Ça me tient.

 

Bien sûr, ils se sont tous épuisés et, en deçà du puits, les traces d’Oliver se sont arrêtées. L’un des deux seaux qu’il portait était couché sur le côté. Il ne restait plus qu’Oliver à présent, c’était sa voix, apaisée par la distance, criant toujours à l’aide. Certains ont prétendu qu’il venait d’en haut, suggérant que quoi qu’il en soit, il pourrait voler. Plus tard, certains diraient qu’ils l’avaient, mais nous ne savons pas qui ils étaient.

 

Ce n’est pas, cependant, la seule version de l’histoire racontée au fil des ans et j’ai voulu la vérifier. En utilisant des techniques que j’avais apprises à l’université, j’ai effectué une recherche documentaire à la recherche de tout ce qui avait rapport avec ce rapport. J’ai trouvé que le garçon était identifié de différentes manières comme Oliver Lerch, Oliver Larch, Oliver Lurch ou Oliver Thomas. Il avait douze, vingt ou vingt-deux ans. La disparition a eu lieu la veille de Noël 1889, le jour de Noël 1889, le jour de Noël 1890 ou le jour de Noël 1909. Il a réussi à traverser la nouvelle neige à une distance de 50, 75, 90 ou 225 pieds avant, ou ils l’ont capturé. Il vivait soit à South Bend, dans l’Indiana, soit quelque part au pays de Galles.

 

À ce stade, je n’avais pas mené de véritable enquête. Je venais de compléter une recherche documentaire, bien que j’avoue que les divergences entre les différents comptes rendus étaient inquiétantes. Pas d’importance primordiale à ce stade, mais suggérant certainement que quelque chose n’allait pas dans le récit. 

 

Depuis que Jessup a écrit que tout était écrit dans les archives du département de police de South Bend, je les ai appelés. Ils m’ont dit que leurs disques ne remontaient pas si loin. Il y avait eu un incendie et de nombreux documents de la police avaient été détruits. Ils n’avaient rien avant 1920. 

 

J’ai appelé le journal local. Elaine Stevens de la South Bend Tribune a eu la gentillesse de rechercher les fichiers pour moi. Elle a envoyé un certain nombre d’articles, qui semblaient tous découler de la publication du livre de Jessup.

 

Francis K. Czyzewski avait écrit quelques articles dans les années 1960 sur ses tentatives de vérification du rapport. Il a ajouté que ni lui ni la bibliothèque locale ne pouvaient trouver aucune preuve de ce que l’incident s’était produit. Il a écrit: «Aucun paragraphe sur la disparition d’Oliver Lerch n’a été imprimé nulle part. Une équipe d’enquêteurs indépendante de la bibliothèque publique de South Bend avait fouillé les anciens fichiers du South Bend News-Times et du Tribune. Pas même une idée d’une histoire qui aurait pu secouer la nation. Les dossiers de police remontant à 1890 auraient alors été inexistants. « 

 

Sarah Lockerbie, également du South Bend Tribune dans les années 1960, a écrit un article pour leur magazine Sunday sur la disparition. Elle s’est entretenue avec des membres de la famille Lerch qui vivaient encore à South Bend dans l’espoir de puiser dans une tradition familiale. Sherman Lerch, qui a vécu dans le quartier toute sa vie, a déclaré à tous ceux qui le demandaient, y compris à Lockerbie, que cette histoire était fausse. 

 

Je suppose qu’il convient de noter ici que Lerch accordait cette interview dans les années 1960 et que son père, qui était également résident de la région, aurait été en vie au moment de la disparition.

 

Et il y avait un certain nombre d’autres témoins nommés dans les divers livres et articles sur la disparition qui ont permis une enquête plus approfondie. Un pasteur méthodiste, Samuel Mallelieu, par exemple, a été identifié comme ayant assisté à la fête de Noël malheureuse, mais une vérification auprès de diverses églises n’a révélé aucune personne de ce nom vivant à South Bend en 1889 ou 1890. 

 

Un autre problème est que les conditions météorologiques décembre 1889 et décembre 1890 révèlent que le temps était chaud, avec des sommets dans les années cinquante et soixante. En d’autres termes, il faisait suffisamment chaud pour qu’il n’y ait pas de neige fraîchement tombée sur le jeune Oliver et ses empreintes de pas.

 

Je n’ai trouvé aucun élément suggérant que l’histoire, sous cette forme, existait avant la publication du livre de Jessup. Cependant, Joe Nickell, écrivant dans Fate, a contacté un ancien collaborateur de ce magazine, Joseph Rosenberger, qui avait publié une version de l’histoire de Lerch en septembre 1950. Rosenberger a déclaré que l’histoire n’était pas véridique. « C’était une fiction pour un dollar », ce qui implique qu’il l’avait inventé. 

 

Jerry Clark a noté que l’histoire était en réalité antérieure à celle de Rudolf H. Horst, rédacteur en chef du South Bend Tribune, avait confié à l’écrivain britannique Harold T. Wilkins que cette histoire était imaginaire. Horst a suggéré que l’histoire était connue bien avant 1932, ce qui laisse évidemment à s’interroger sur l’affirmation de Rosenberger.

 

Des recherches supplémentaires ont montré qu’une histoire sur Oliver Morton Lerch avait été publiée en 1906 dans The Scrap Book. C’est dans cette version que, plutôt que de simplement disparaître et de faire entendre sa voix désincarnée venant du sol, il a été suggéré que sa voix venait d’en haut, disant: «Ça me tient. » Elle n’est jamais identifiée. 

 

Cela semble également suggérer que la prétention de Rosenberger d’avoir inventé le conte pour l’argent est inexacte.

 

Il existe un récit similaire dans un récit de science-fiction d’Ambrose Bierce publié en 1893 qui pourrait servir de base au récit de Lerch-Larch-Lurch-Thomas. Dans cette histoire, la victime était Charles Ashmore, qui vivait à Quincy, dans l’Illinois, en novembre 1878. Ashmore se rendait au puits, ses traces s’étant arrêtées brusquement dans la neige fraîche, et la famille pouvait l’entendre appeler au secours. longue distance. Il a été modifié plus tard, Ashmore ayant reçu un nouveau nom et déménagé à South Bend pour une raison inexpliquée.

 

Brad Steiger, dans l’un de ses nombreux ouvrages, a parlé d’une variante du récit dans lequel Oliver Thomas, un jeune homme vivant au pays de Galles, a disparu dans des circonstances remarquablement similaires à l’histoire américaine. J’ai appelé Brad pour lui poser des questions à ce sujet et il m’a dit qu’il avait appris depuis longtemps que l’histoire était un canular. Lorsqu’il avait appris la vérité, il avait essayé d’alerter les gens, mais parfois, ils ne voulaient tout simplement pas écouter.

 

Tout cela me suggère que l’histoire, sous toutes ses formes, est un canular. Oliver Lerch, Larch, Lurch ou Thomas n’ont pas laissé d’empreintes de pas dans la neige fraîche ou qu’ils se laissent prendre. Les écrivains ont juste accepté que d’autres avaient vérifié l’histoire. Jessup a affirmé que tout ce qui se trouvait à South Bend était destiné à quiconque souhaitait vérifier, ce qui impliquait que Jessup lui-même avait vérifié, mais Jessup avait tort. Il n’y avait rien dans South Bend, mis à part les récits d’autres personnes tentant de vérifier l’histoire. 

 

C’est un autre de ces récits que nous pouvons supprimer de nos listes d’étranges. Je sais que je souhaite parfois que ces choses soient vraies, simplement parce que j’aime, comme presque tout le monde, un bon mystère. Ce n’est cependant pas l’un d’entre eux. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"Osez changer de point de vue car l'impossible d'hier est le possible d'aujourd'hui et sera l'évident de demain"

"Deux choses sont infinies : L'Univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue !" Albert Einstein.

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"