France : rencontre avec d'étranges créatures - Mars 2020

 

Notre planète traverse une période d'instabilité; nous devons faire face à l'imprévu, ce que notre société occidentale européenne n'a que très peu envisagé; nous connaissons les catastrophes naturelles, nous avons connu des maladies comme la peste, le tétanos, la variole et bien d'autre, la grippe espagnole , la contamination radioactive, etc.., et maintenant le coronavirus vient nous toucher de plein fouet imposant un bracelet électronique à bon nombre de citoyens de notre planète,  dénommé confinement pour ne pas nous choquer; cela est un avertissement pour nous rappeler que dans notre inconscient collectif nous devons toujours prévoir l'impensable, et nous devons intégrer dans cette perspective tous les phénomènes surnaturelles, le paranormale, le phénomène Ovni ou PAN, car nous ne savons toujours pas qui agit et tire les ficelles dans notre Monde....

Cette petite introduction pour vous inviter à prendre connaissance de l'existence (très rare) de rencontres terrifiantes ou fantastiques avec des êtres créatures inconnues...

 

Voici un témoignage :

 

"Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en France, les témoignages ne sont pas aussi abondants que dans les autres régions du monde. Ceux qui ont fait des observations étranges préfèrent ne rien dire ou alors, ils s'adressent à certaines personnalités du Web pour faire part de leur histoire. Aussi, j'ai décidé de faire part de deux rencontres que j'ai faites sachant que pour la deuxième je n'étais pas seule. Depuis avril 2019, date de la dernière rencontre, je suis plus que jamais intriguée par le dogman, ce qui aiguise ma curiosité.

Qui sont ces créatures ?

J'espère que la publication de ce que j'ai observé incitera d'autres à en parler. Toutefois, j'émets une réserve. Si j'ai ressenti une peur que je n'avais jamais connue jusqu'alors lors de ma première rencontre, la deuxième encore plus impressionnante m'a permis de voir un être qui n'avait aucune agressivité et qui a paru tout aussi surpris que nous l'étions, avec l'autre témoin, de nous voir. J'évite cependant de retourner en forêt et pour ceux que cela effraie, sachez que les signes précurseurs d'une rencontre se manifeste par un silence total, où rien ne bouge.  On entend aucun son d'oiseau. Les bruits familiers disparaissent. Dans ce cas, quittez la forêt. N'insistez pas."

 


Avril 2019 - Rencontre en forêt - Franche-Comté - Jura vers Dole

 

 

Je voudrais partager cette étrange rencontre que nous avons faite ma colocataire et moi-même au cours d'une promenade en forêt. Cela s'est produit  à la mi-avril de cette année, un samedi vers 16h30. La végétation commençait seulement à bourgeonner. Il faisait beau et doux, un temps très agréable en ce début de printemps. Nous cherchions un endroit, après avoir fait quelques courses, pour faire une balade avec mon petit chien.  Nous avons repéré depuis la route, une allée forestière qui semblait toute appropriée.  Je ne connaissais pas ce lieu. Il faut dire que j'avais emménagé trois mois plus tôt dans la région et que je n'étais pas beaucoup sortie depuis.

 

Je tenais Léo en laisse et heureusement que je ne l'ai pas lâché. J'étais loin de m'imaginer ce qui allait arriver. 

 

Quand nous nous sommes engagées dans l'allée, j'ai fait taire un instant ma colocataire qui parlait beaucoup parce que je venais de remarquer que des tourterelles chantaient mais d'une manière très inhabituelle. Elles hurlaient plutôt que chantaient.... J'ai dit en riant "j'ai l'impression que nous ne sommes pas les bienvenues".

 

Nous avons repris notre conversation tout en poursuivant notre chemin. Nous marchions et tout à coup, je me suis arrêtée en apercevant quelque chose en mouvement plus loin dans l'allée, au bord des arbres. J'ai dit : "zut ! il y a un chien qui en plus me paraît grand, je préfère faire demi-tour. Je n'ai pas envie que Léo le rencontre". Toutefois, j'étais intriguée par la couleur d'un noir profond, très profond. De plus, je venais de réaliser qu'il n'y avait pas d'autre voiture que la mienne à l'entrée de la forêt. Ce n'était peut-être pas un chien après tout. Mais dans le doute, je fais demi-tour en accélérant le pas en direction de la voiture. 

 

Ma colocataire est restée sur place pour observer l'animal. Je marchais depuis deux à trois minutes quand tout à coup, je l'ai entendue crier "Evelyne, cours ! cours !". Sans me retourner, persuadée que ce que je croyais être un chien arrivait, je me suis mise à courir, Léo me suivait sans rechigner à mes côtés.

 

J'arrive à quelques mètres de la voiture et m'arrête pour reprendre mon souffle. J'ouvre la portière et y fait monter Léo. Mon regard se tourne vers l'allée et là, je vois un être d'une taille immense, un géant, au pelage noir ébène entrer dans la forêt. Ma colocataire, à quelques mètre de moi le regardait sans bouger puis est revenue très vite vers la voiture.

 

Ce qui était également choquant, c'était les enjambées qu'il faisait. On les devinait très grandes, impossibles pour un être humain. 

 

Après avoir démarré la voiture, nous étions toutes les deux sous le choc de ce que nous avions vu. Ma colocataire m'a expliqué que, après que j'ai fait demi tour dans l'allée, elle a vu cette créature s'engager dans l'allée mais avec une démarche étrange comme si elle glissait. Elle se déplaçait en zigzaguant. Puis, elle a pris son élan et avant d'aborder la montée de l'allée, elle s'est mise debout sur ses membres inférieurs qui ressemblait à ceux d'un chien. Son torse était large. On devinait une musculature puissante. Ses membres supérieurs (je ne peux pas dire bras) descendaient jusqu'aux genoux. Elle était grande. Ma colocataire mesure 1,80 m. D'après elle, la créature la dépassait facilement d'une tête. Surprise de voir ma colocataire, elle a stoppé net dans son élan. Elles se sont regardées, puis la créature a tourné la tête et ma colocataire a vu le profil d'une tête de chien. Quelques secondes se sont écoulées avant que la créature décide tout simplement de tourner dans le bois. 

 

Nous sommes bien évidemment restées très choquées et les questions fusaient. Qu'avons-nous vu ?

 

Quelques semaines plus tard, nous sommes retournées sur les lieux et en descendant de la voiture, nous nous sommes regardées. Le silence total. Nous avons compris qu'elle était toujours là, ce qui s'est confirmé. Nous n'avons pas eu le courage de mieux regarder et nous avons pris la fuite. 

 

Nous avons réalisé également que ni l'une ni l'autre n'a pensé à prendre de photo avec son portable.

 

Quand nous sommes retournées sur les lieux la deuxième fois, nous avons remarqué la présence d'un brouillard (photo) alors qu'il n'y avait aucun brouillard sur la région. Il n'était présent que sur ces lieux. Nous n'avons pas osé entrer dans la forêt. C'est lors de notre troisième venue que nous l'avons revu.

 


 

Août 2009 - Rencontre en forêt - Franche-Comté - Doubs

 

Ma première rencontre avec ce que je pense être un dogman a eu lieu il y a 10 ans dans une forêt située entre Besançon et Ornans dans l'Est de la France.

 

Je dois tout d'abord préciser que j'ai toujours aimé la nature. Etant enfant jusqu'à mon adolescence, j'avais l'habitude de me lever tôt le matin avant tout le monde, vers 6h. Je sortais à pas feutrés pour éviter de réveiller mes parents et mes frères. Je partais faire ma balade tous les matins en pleine nature pendant deux heures avant de rentrer prendre mon petit déjeuner et aller à l'école. Donc, j'étais habituée à mes promenades solitaires depuis fort longtemps.

 

Plus tard, j'ai du abandonner cette habitude parce que j'ai du partir poursuivre mes études et que j'étais pensionnaire dans un lycée.

 

Les années ont passé. En 2009 (je ne suis pas sure de l'année), comme dans les années précédentes, j'avais l'habitude de me rendre dans une forêt près d'Ornans pour chercher des champignons. Je pouvais aller assez loin sans jamais ressentir la moindre inquiétude. C'est une belle forêt de conifères. Cette semaine là, on était au mois d'août, j'étais nerveuse sans comprendre pourquoi. Le temps était magnifique mais quelque chose me dérangeait sans que je puisse me l'expliquer. Plusieurs fois, je me dépêchais de ramasser mes champignons et je sortais rapidement du bois pour sauter dans ma voiture et partir rapidement. Sur le chemin du retour, je me disais "qu'est ce qui te prend ?". Mais bon, j'oubliais et revenais quand même le lendemain. J'ai fini par comprendre le motif de mon inquiétude. Après avoir ramassé quelques champignons, je me suis relevée et j'ai compris ce qui me dérangeait : le silence. J'avais beau écouter. Je n'entendais aucun bruit sauf un craquement de branche ici et là. Pas un bruit d'oiseau. Comme s'il n'y avait pas de vie. Et quand j'y repense, il n'y avait pas d'air... je veux dire je n'entendais plus le bruit des feuillages sous l'effet de l'air. Rien ne bougeait. Tout était comme figé.  J'écoutais et je sentais que mon coeur battait fort. Encore une fois, j'ai quitté rapidement la forêt. 

 

Puis, un matin, je suis arrivée vers 7h30. C'est la meilleure heure pour aller aux champignons avant que d'autres ne passent avant moi. Je me suis engagée sur un sentier que je n'avais pas encore exploré. J'ai remarqué une masse sombre en plein milieu à environ 60 mètres mais je ne pouvais pas distinguer ce que c'était. J'ai pensé qu'il s'agissait d'une souche d'arbre. J'ai commencé à avancer tout en regardant le sol. J'ai ramassé quelques champignons. Et j'ai continué à avancer... jusqu'à ce que je me redresse et regarde en face de moi. Et là, stupeur ! 

 

J'essayais de comprendre ce que je voyais. Ce n'était pas une souche d'arbre. C'était manifestement un animal recroquevillé sur lui-même, le museau reposant sur la poitrine. La posture était très étrange. On aurait dit quelqu'un accroupi. Il dormait, le museau sur la poitrine. Son pelage était gris noir comme celui d'un sanglier mais plus foncé et surtout, ce n'étais pas un sanglier. Je sais à quoi ressemble un sanglier, mon compagnon étant chasseur. 

 

Mon cœur s'est mis à battre comme un fou et résonnait dans mes oreilles. J'avais peur qu'il l'entende. J'ai commencé à reculer mais ce qui était inouï, c'est la panique que je ressentais. Comment expliquer ? Une peur viscérale que je n'avais jamais ressentie de ma vie. J'ai fini par tourner les talons et à courir sans oser me retourner. Je suis montée dans la voiture et j'ai appuyé sur l'accélérateur.

 

De retour, chez moi, n'osant pas dire à mon compagnon la peur que je venais d'avoir, je lui ai simplement demandé s'il avait déjà vu un sanglier dormir assis. Bien sûr il m'a ri au nez. 

 

Dans la journée, j'ai décidé de retourner sur les lieux et j'ai avancé prudemment en voiture jusqu'à hauteur du sentier. Je me suis penchée pour regarder.... La souche avait disparu.

 

A partir de ce jour, je n'ai plus osé retourner profondément en forêt et si je suis retournée chercher des champignons, c'était juste à quelques mètres de la voiture.

 

Il y a environ 1 an, j'ai vu l'émission de Nurea TV sur le dogman, mythe ou réalité. C'est là que j'ai pu mettre un nom sur ce que j'ai vu. Je suis sûr que c'était un dogman. Quel animal selon vous dormirait accroupi comme un humain ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0