mer.

20

févr.

2019

Le gouvernement interdit David Icke avant la tournée prévue en Australie - Février 2019

 

“Parmi les affirmations étranges faites par Icke, ancien footballeur et présentateur de sport à la BBC, il est écrit que le monde est contrôlé par une cabale de reptiles géants, dont beaucoup sont juifs, et qu’un groupe de juifs d’élite a financé Adolf Hitler et en a créé plusieurs. guerres.”

 

The Sydney Morning Herald

 

"Si je lis du David Icke ? Ca m’arrive, bien sur !

Je trouve ça divertissant.

Mais, enfin, au même titre qu’un Mickael Salla ou qu’un Radu Cinamar, je m’équipe en général d’un bon casque intégral et d’une paire de lunettes de protection. je veux dire par là que je sais dans quel maelstrom je mets les pieds.

 

J’en profite pour repartager la conférence de Gildas Bourdais (que je salue) sur les livres de Salla au symposium d’OVNI Languedoc (dont nous saluons l’équipe et El Presidente, Thierry Gaulin) en Septembre 2018."

 

Mufon France

Gildas Bourdais avec le thème “Les témoins extraordinaires de Michael Salla”.

 

"Alors, faut-il interdire de territoire Davis Icke ?

Est-ce utile ?

Est-ce productif ?

A l’heure d’Internet, j’en doute. ...

Je regardais (justement, comme par hasard…) hier soir le documentaire Netflix sur les adeptes de la Terre Plate.

 

Extraordinaire !

 

Les dernières secondes sont totalement hilarantes, avec un “It’s interesting…” de dépit laché par un FlatEarth lorsqu’il se rend compte qu’un pan majeur de sa croyance vient de tomber inéluctablement à plat comme une tartine tombe inéluctablement sur son coté beurré.

 

Et extrêmement perturbant, parce qu’on pense trouver plus idiot que soi, mais les problématiques et les impasses rencontrées par les FlatEarth believers sont à peu de chose près les mêmes que celles que nous rencontrons en ufologie.

 

J’ai visionné ce documentaire comme un lambda doit regarder un documentaire sur des ufologues.

 

Douloureux… On peut noter cependant une remarquable réflexion sur les rapports qui devraient exister entre les tenants de la science et ces chercheurs alternatifs.

 

Tout ça pour dire qu’à l’heure d’Internet, le passage physique d’un intervenant n’est qu’un plus, mais pas une nécessité, puisqu’en général le public est déjà acquis à la cause défendue. Alors, quelle est la bonne attitude ? V

 

ous le savez, je suis contre la censure.

 

Mais je suis contre la diffamation.

 

C’est là ou ça devient tendu pour les théoriciens du complot, dont certains écrits peuvent s’approcher dangereusement de la diffamation.

Parce que qui dit complot dit villain. Et qui dit villain… a plutôt intérêt à sourcer ses informations pour ne pas tomber dans la diffamation. La limite est parfois… variable.

 

La meilleure arme reste le libre arbitre et le discernement personnel. Armes qui s’aiguisent par la recherche permanente, une bonne dose de recul et de remise en question quotidienne, et des bases solides en Philosophie…

 

Parce qu’au final, le problème, ce n’est pas vraiment les théories de David Icke, mais la vitalité qu’elles acquièrent en s’ancrant dans la réalité de ses followers."

 

Mufon France

Lien vers l’article :

 

https://www.smh.com.au/politics/federal/government-bans-conspiracy-theorist-david-icke-ahead-of-planned-australian-tour-20190220-p50z2n.html

 

Proposition de traduction :

 

Le gouvernement australien a interdit au notoire David Icke, théoricien du complot anglais, de pénétrer dans le pays le mois prochain pour une tournée de conférences.

 

Parmi les affirmations étranges faites par Icke, ancien footballeur et présentateur de sport à la BBC, il est écrit que le monde est contrôlé par une cabale de reptiles géants, dont beaucoup sont juifs, et qu’un groupe de juifs d’élite a financé Adolf Hitler et en a créé plusieurs guerres.

Il a également déclaré à l’audience que les attaques du 11 septembre constituaient un travail interne organisé par “un réseau fonctionnant par le biais d’agences gouvernementales, par le biais d’organisations comme la CIA”.

 

Icke, âgé de 66 ans, devait faire une tournée en Australie en mars, mais le gouvernement a annulé son visa et l’a empêché d’entrer. Il est entendu que la décision a été prise au cours des dernières 24 heures.

 

Le ministre de l’Immigration, David Coleman, a refusé de commenter.

 

Dans une déclaration, Icke a déclaré qu’il était “choqué et consterné d’avoir reçu la nouvelle plus tôt aujourd’hui que mon visa avait été annulé quelques heures seulement avant d’embarquer pour un vol à destination de l’Australie”.

 

“J’ai été victime d’une campagne de diffamation de la part de politiciens qui ont écouté des groupes d’intérêts particuliers qui tentaient de discréditer mes convictions, mes opinions et mon caractère en propageant des mensonges”, a déclaré Icke.

 

“Cette réaction instinctive visant à accommoder les personnes derrière cette campagne de diffamation a laissé une marque sinistre sur les Australiens, compromettant la liberté de parole et les idées. Cela va plus loin que moi aujourd’hui, mais crée un dangereux précédent pour les citoyens qui ont des points de vue divergents et sont prêt à exprimer ouvertement ces “.

 

Le gouvernement a interdit à un certain nombre de personnes controversées d’entrer dans le pays au cours des dernières années, dont Chelsea Manning, dénonciateur de WikiLeaks, et Gavin McInnes, le chef du groupe d’extrême droite Proud Boys .

 

Des groupes juifs tels que la Commission anti-diffamation avaient fait pression sur M. Coleman pour qu’il annule le visa d’Icke. Le président de l’organisation, Dvir Abramovich, a félicité le ministre “d’avoir écouté notre appel et d’avoir déclaré à haute voix que les antisémites et les négateurs de l’Holocauste ne trouveraient jamais de domicile en Australie”. Il a appelé cela un “moment déterminant pour qui nous sommes en tant que nation”.

 

Icke devait s’adresser au public à Melbourne, Adélaïde, Brisbane, Hobart et Sydney le mois prochain dans le cadre d’une présentation qualifiée de “quatre heures qui changeront votre vie”.

 

Dans sa déclaration, Icke a déclaré que M. Coleman avait cité son point de vue sur la vaccination et le changement climatique parmi les raisons pour lesquelles son visa avait été révoqué. Il a également accusé M. Coleman d’avoir cédé à la pression d’un article “diffamatoire” paru dans lejournal australien publié mercredi.

 

“Il s’agit de la création d’un État totalitaire manifestement orwellien”, a déclaré Icke.

 

Josh Burns, candidat du parti travailliste au siège fédéral de Macnamara, a également fait pression sur M. Coleman et a déclaré que le ministre avait finalement “pris la bonne décision et cédé aux pressions”.

 

“Étant donné que cela fait à peine un mois que nous avons des rassemblements d’extrême droite et néo-nazis à St Kilda, l’Australie ne peut se permettre d’importer davantage de ce type de haine”, a déclaré M. Burns.

 

La candidate libérale pour Macnamara, Kate Ashmor, a déclaré qu’elle avait “fait pression discrètement” sur M. Coleman pour qu’il annule le visa d’Icke, ses “vues abominables n’ayant pas leur place en Australie”.

 

Elle a déclaré que la décision était “bienvenue” et affirme le soutien indéfectible du gouvernement à la communauté juive d’Australie “.

 

Le siège de Macnamara, anciennement connu sous le nom de Melbourne Ports, est actuellement occupé par le député travailliste sortant Michael Danby et compte une importante population juive. Ce sera une course à trois virages très disputée avec les Verts aux élections de mai.

 

0 commentaires

sam.

16

févr.

2019

La vérité est ailleurs mais la cherchons-nous ? La Grande-Bretagne pourrait lancer une étude secrète sur les OVNIS - Février 2019

 

Un ancien chef de la défense pense que le gouvernement britannique pourrait mener une étude secrète sur les OVNIS.

 

Ceci malgré le secrétaire à la Défense, Gavin Williamson, affirmant qu’il n’y avait « aucun projet » d’ouvrir le département secret.

 

Le bureau britannique des OVNIS, qui a enquêté sur des observations notoires telles que « l’incident de Cosford » dans le Shropshire, a fermé ses portes en 2009.

 

Mais Nick Pope, qui a dirigé l’ancien bureau du ministère de la Défense de 1991 à 1994, estime que certaines parties du gouvernement pourraient encore enquêter sur ce phénomène.

 

En effet, dit-il, les ovnis constituent une véritable

« menace pour le ciel britannique » et doivent être pris au sérieux.

 

Et il a ajouté que les observations pourraient ne pas être simplement des « visites extra-terrestres » – mais « des drones, des avions russes et des phénomènes atmosphériques ».

 

M. Pope a déclaré à Express & Star:

« Le ministère de la Défense, la Royal Air Force et le gouvernement dans son ensemble ne devraient en aucun cas s’efforcer de détecter une anomalie dans notre espace aérien.

 

-Peu importe que vous soyez un sceptique ou un croyant, et peu importe si vous pensez que les observations d’OVNI sont générées par des drones, des avions russes, des phénomènes de plasma atmosphérique exotiques ou des extraterrestres.

 

S’il y a quelque chose dans nos cieux, les implications en matière de défense, de sécurité nationale et de sécurité aérienne sont claires. »

 

Position officielle

 

La position officielle du gouvernement dit quelque chose de différent.

Selon eux, il n’est plus nécessaire de disposer d’un bureau officiel.

 

« Il n’y a certainement pas de projet d’ouvrir le bureau des OVNIS au ministère de la Défense », a déclaré M. Williamson à Express & Star.

 

Pas plus tard qu’en novembre, les pilotes de ligne avaient signalé avoir vu des feux rouges siffler dans le ciel au-dessus de l’Irlande, ce qui était en partie lié à des visiteurs extraterrestres.

 

Peut-être l’observation la plus célèbre dans les West Midlands est-elle l’incident de Cosford, survenu en 1993.

 

Le 31 mars de cette année, une patrouille de la RAF a rapporté avoir vu un OVNI au-dessus de la base. Ils ont décrit l’objet se déplaçant «à grande vitesse et à une altitude d’environ 1 000 pieds ( 304,8 m )».

 

L’OVNI consistait en deux lumières blanches et une faible lueur rouge à l’arrière,  sans qu’aucun bruit de moteur ne soit  entendu, a indiqué le reportage.

 

Ce qui rend l’incident plus étrange, c’est que des dizaines d’OVNIS de forme triangulaire ont été rapportés dans la nuit, voyageant à grande vitesse dans l’ouest de la Grande-Bretagne.

 

Un ovni a également été signalé à la RAF Shawbury, à Shrewsbury, peu de temps après.

 

Enquête

 

Selon M. Pope, il a peut-être été examiné par une équipe de recherche américaine secrète – et il insiste sur le fait que quelque chose de similaire pourrait déjà exister au Royaume-Uni.

 

« Tout ce dont le MoD aurait besoin est déjà financé, par exemple notre réseau de radar militaire et nos capacités d’analyse d’images », a-t-il déclaré.

 

« Ce serait une proposition neutre en termes de coûts et le travail  qui pourrait être effectué en même temps que les tâches d’analyse du renseignement existantes. »

 

En décembre 2017, des journalistes basés aux États-Unis ont dévoilé une étude secrète du Pentagone réalisée entre 2007 et 2012.

 

Elle a analysé environ 12 000 observations remontant à des décennies.

 

Le personnel basé sur le projet a évité d’utiliser le terme «OVNI» dans son travail pour rester hors de portée du gouvernement.

 

M. Pope ajoute:

 

"L’ironie de la chose est qu’il pourrait déjà y avoir un nouveau projet sur les OVNIS, inconnu même du secrétaire d’État à la Défense.

 

-Aux États-Unis, le projet OVNI du Pentagone AATIP (programme avancé d’identification de la menace aérospatiale) était caché par une combinaison de facteurs: ils ont soigneusement évité toute mention d ‘ » OVNIS « , alors qu’une grande partie du travail a été sous-traitée au secteur privé.

 

-Tout cela a été décrit avec un langage qui impliquait qu’ils étudiaient les menaces futures de l’aviation, des avions et des drones.

 

-Je soupçonne fortement le personnel du renseignement du ministère de la Défense d’avoir agi de la même manière et d’étudier les« inconnus »parallèlement aux menaces plus classiques de l’aérospatiale de la prochaine génération.

 

-Tant que vous utilisez des termes tels que« aéronef

inhabituel »,« hélicoptère non conventionnel », etc., vous pouvez probablement dire que vous n’avez pas du tout de projet OVNI, en particulier si la plupart de vos travaux impliquent des menaces aérospatiales étrangères classiques.

 

-Les personnes impliquées n’auraient peut-être même pas informé les ministres de la Défense de l’existence d’un tel projet, ce qui leur donnerait un » déni plausible ".

 

L’incident de Cosford avait été enquêté par le ministère de la Défense à l’époque, sous la surveillance de M. Pope.

 

Il dit: « J’ai eu un événement OVNI majeur entre les mains. »

 

M. Pope pense que le scepticisme du public à l’égard des extraterrestres est la raison pour laquelle de nombreuses observations d’OVNI ne sont pas prises au sérieux – et de nombreuses personnes parlent rapidement de l’apparition de drones dans le ciel.

 

Il dit:

«Peut-être devrions-nous examiner les doubles normes implicites ici et prendre au sérieux tous les rapports d’objets non identifiés dans notre ciel, peu importe ce que nous pensons qu’ils sont. »

 

0 commentaires

sam.

16

févr.

2019

Vidéos des vaisseaux extraterrestres des missions de la NASA - Février 2019

 

La mission STS-96 de la NASA a été la première mission d’amarrage à l’ISS effectuée par la navette spatiale Discovery en 1999. L’objectif était de transporter le module Spacehab – rempli de cargaisons – jusqu’à la station spatiale, paré pour sa première mission avec équipage un an plus tard. Cependant, alors que le monde entier regardait en direct l’ISS à la télévision, des théories du complot sont rapidement apparues à propos d’un certain nombre d’objets flottant dans l’espace.

 

La série “Secret Space” d’Amazon Prime a révélé que plus de 20 ovnis ont été repérés dans le stream en direct alors que Discovery passait au-dessus d’un orage en Floride, aux États-Unis.

 

Le présentateur Jeff Challender a révélé en 2017 : “À mon avis, c’est peut-être la vidéo d’OVNI la plus importante que j’aie jamais filmée.”

 

“Le 4 juin 1999, la mission de ravitaillement de la mission STS-96 à l’ISS venait d’aboutir.”

 

“L’équipage profitait d’un repos bien mérité et dormait pendant l’incident.”

 

“Alors que Discovery passait devant la Floride, le passage les a emmenés presque parallèlement à la côte Est des États-Unis.”

 

“Des orages violents se produisaient en dessous et pendant que la navette survolait, la caméra de nuit à faible luminosité a vu 21 anomalies.”

 

Le documentaire a ensuite encerclé un certain nombre d’objets inconnus pendant l’émission, avant de révéler comment le flux a été soudainement coupé.

 

M. Challender a poursuivi : “En tout temps pendant ces événements, la caméra de la soute était sous le contrôle de l’agent des instruments et des communications (INCO).”

 

La vidéo ci-dessous reprend les anomalies les plus significatives de l'espace enregistrées par la NASA  abondant dans le sens d'une surveillance rapprochée des extraterrestres !

“Regardez un certain nombre d’anomalies plonger dans les nuages après leur décélération, ce que les météores ne font jamais.”

 

“L’INCO décide d’essayer de nous duper avec la caméra, en faisant des prises panoramiques.”

 

“Puis ça revient vers nous, il zoome pour voir de plus près, puis coupe le flux et laisse un écran plein d’interférences.”

 

Elle fait suite à une série d’affirmations de théoriciens du complot concernant l’exploration spatiale de la NASA.

 

Jeudi, des allégations similaires ont été faites au sujet d’un objet étrange qui semblait suivre le même vaisseau spatial.

 

Avant cela, un scientifique russe avait apparemment exposé un retard de 20 secondes utilisé pour camoufler les OVNI pendant la mission Progress 18.

 

Cependant, c’est en 2015 que l’astronaute Scott Kelly a déclenché une frénésie mondiale après avoir publié sur Twitter une photo à bord de l’ISS qui semblait montrer des visiteurs d’origine extraterrestre.

 

0 commentaires

mar.

12

févr.

2019

Pyramides Egyptiennes : des données clés sont-elles maintenues secrètes ? - Février 2019

 

Selon une nouvelle théorie conspirationniste les gouvernements du monde entier  “maintiennent secrète la théorie sur la constellation d’Orion” parce qu’elle “indique d’où viennent les extraterrestres”, a affirmé un documentaire peu banal.

 

Pendant de nombreuses années, les égyptologues ont soutenu que les pyramides sur le plateau de Gizeh ne sont que les sarcophages majestueux qui commémorent les règnes divins des pharaons morts, construits par des esclaves et présentés de manière relativement peu structurée.

 

Cependant, l’égyptologue Robert Bauval a mis en lumière une théorie intrigante et, selon un documentaire, les gouvernements “ne confirment pas si elle est vraie parce qu’elle pointe vers la vie extraterrestre”. 2016 Le documentaire “Aliens in Egypt” d’Amazon Prime révèle que les théoriciens des pyramides extraterrestres affirment que “les gouvernements du monde entier gardent bien certaines informations secrètes ce qui confirme la théorie particulière que les extraterrestres qui nous ont aidé à façonner le monde viennent de la constellation d’Orion.”

 

Les théoriciens du complot et les amateurs de vie extraterrestre croient que la confirmation de cette théorie les rapprochera un peu plus d’une révélation sur la vie extraterrestre.

 

La théorie est basée sur la corrélation entre l’emplacement des trois plus grandes pyramides du plateau de Gizeh et la ceinture d’Orion.

 

Le narrateur du documentaire dit : “Certains scientifiques prétendent que les anciens Egyptiens nous ont indiqué leurs origines.”

 

La revendication – apparue dans les années 1980 – tentait d’expliquer pourquoi la Grande Pyramide avait été construite avec autant de précision.

 

La théorie prétend qu’il existe une corrélation entre la position des trois plus grandes pyramides de Gizeh et les trois étoiles qui composent la ceinture de la constellation d’Orion.

 

Il est également affirmé qu’il existe une relation intentionnelle entre les pyramides de la 4e dynastie sur le plateau de Gizeh et l’alignement des trois étoiles de la ceinture d’Orion.

 

Robert Bauval, surnommé le “Nouvel Égyptologue”, a proposé la théorie en 1983 où il a découvert, à l’aide d’une photographie, comment la plus petite des trois pyramides était légèrement décalée par rapport aux deux autres.

 

L’égyptologue a superposé les étoiles d’Orion sur une vue aérienne des pyramides et a été étonné de découvrir qu’elles correspondaient presque exactement.

 

Il a dit : “Cela corrobore ma théorie selon laquelle les trois pyramides du plateau de Gizeh représentent la ceinture d’Orion.”

 

 

M. Bauval a publié ses découvertes dans son livre en 1994, “The Orion Mystery: Unlocking the Secrets of the Pyramids”.

 

Le documentaire explique que les étoiles d’Orion sont associées à Osiris, le dieu de la renaissance et de l’au-delà, pour les Égyptiens de l’Antiquité.

 

Il est important de mentionner que la constellation d’Orion est la plus brillante et la plus populaire au monde.

 

Elle a touché de nombreuses cultures à travers le monde et est l’une des principales constellations utilisées par les marins.

 

C’est aussi la constellation la plus visible du monde entier, car elle se trouve au niveau de l’équateur céleste.

 

Commentaire : on souhaiterait interroger les scientifiques de la NASA, de la Russie et de la Chine pour connaître s'il existe une possibilité de vie extraterrestre sur une ou plusieurs planètes de la constellation d'Orion

0 commentaires

lun.

11

févr.

2019

Premier numéro d’"OVNIs, Histoire & Science" dans les kiosques à partir du 11/02/2019

 

Lundi 11 Février, c’est aujourd’hui que sort le premier n° d’OVNIs, Histoire & Science. Nouvelle équipe, nouveaux contributeurs, un magazine complémentaire aux titres existants et à l’approche du phénomène en phase avec le point de vue du MUFON France.

 

A ne pas rater !

 

Le mot du Rédacteur en Chef :

 

 

"Je suis très heureux de partager avec vous la UNE de OVNIs#1, en kiosque à partir du 11 février partout en France, mais également au Luxembourg et en Belgique.

 

Plus spécifiquement dans les hypermarchés, les mag presse, les maisons de la presse, les relay H et quelques grands points presse.

De belles interviews, des témoignages, des articles et des actualités - forcément - intéressants !

 

Merci de la faire connaître et de prendre contact avec nous pour des suggestions d'articles, ou pour nous faire part de vos vécus."

 

Erwan Le Courtois

Rédacteur en Chef

0 commentaires

sam.

09

févr.

2019

UMMO : Le Plan d'Intervention pour SAUVER la TERRE

 

« Nous sommes des extra terrestres originaire d'une planète que vous pourrez appeler Ummo en visite sur Terre, et nous allons régulièrement vous envoyer des lettres dont nous vous engageons à faire partager le contenu a tous vos amis"

 

Ainsi commence L’affaire UMMO, une vaste farce qui dure depuis des dizaines d’années ou la première tentative de communication d’une civilisation extraterrestre ?

 

À vous de vous faire votre propre opinion !

 

Ces lettres racontent l'arrivée sur Terre en mars 1950 d'un petit corps expéditionnaire de scientifiques à la suite de la réception "accidentelle" d'un message en morse envoyé par un navire norvégien un peu plus de 16 ans auparavant.

 

Voici la lecture de la lettre D1378…

 

ATTENTION : la rubrique  "Chroniques de Nuréa" comporte des informations dont l’authenticité n’a pas été démontrée. Libre à chacun d’apporter à ces documents le crédit qu’il juge être le bon. Réalité ou Science-Fiction ? C’est à vous d’en juger !

 

Retrouvez toutes nos émissions en accès libre sur www.nurea.tv

 

Info : Retrouver les lettres en format papier sur

 

http://www.ummo-sciences.org

0 commentaires

sam.

09

févr.

2019

Les Européens voient de moins en moins d’OVNIS - Février 2019

Article proposé par le MUFON FRANCE

 

« Star du thème du débat entre hommes politiques, militaires et scientifiques pendant la guerre froide, le firmament ne produit plus autant de flashs suspects pour l’œil humain qu’auparavant. »

 

El Pais

 

 Un bon article d’El Pais, avec un constat dans lequel nous nous reconnaissons actuellement.

Le nombre d’observations est en baisse actuellement, ce qui est classique en hiver.

Attention cependant aux données chiffrées brutes.

D’une part, beaucoup d’observations ne sont pas collectées par les organismes de recherche, ce qui est bien sur dommageable. D’autre part, le public a de plus en plus de moyens à sa disposition pour identifier après coup certaines observations.

 

La liberté commence là ou s’arrête l’ignorance. 

 

Lien vers l’article :

 

https://elpais.com/internacional/2019/02/07/mundo_global/1549547342_433933.html

 

Proposition de traduction :

 

Le ciel européen peut être une boîte à surprises.

Le 31 janvier de cette année à 22h10, un témoin affirme avoir vu un point lumineux bouger, puis s’arrêter et enfin disparaître subitement. C’était à Bolinne, à 60 kilomètres au sud-est de Bruxelles.

Un autre témoignage, le 14 janvier , fait état d’une cinquantaine de points lumineux semblables à ceux des étoiles qui avancent en formation, à Charneux, également en Belgique, à 15 minutes en voiture de la frontière néerlandaise.

« Je suis sceptique par nature et pour me convaincre que je ne rêvais pas, j’ai averti trois voisins et ma mère, nous les avons tous regardés immobiles et personne ne savait comment l’expliquer », déclare Ludovic, le voisin surpris de 39 ans qui aurait couru sur les lieux, dans un message demandant des réponses à ce que ses yeux venaient de voir.

 

Plusieurs organismes en Europe enregistrent ces observations de citoyens et tentent de déchiffrer ce qu’elles sont réellement.

 

Le Comité belge pour l’étude des phénomènes spatiaux (COBEPS) est l’un d’entre eux. Dans le premier cas, ils ont déterminé que les informations fournies étaient insuffisantes. Le second, les étranges alignements décrits par Ludovic, fait toujours l’objet d’une enquête. À d’autres moments, la réponse des chercheurs au mystère est plus simple: les ovnis sont des avions ou des lanternes volantes.

 

Chaque année, des organisations de huit pays – Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Italie, Norvège et Suède – publient des données sur le nombre d’alertes d’objets volants non identifiés qui ont été collectées, soit parce que le témoin les a envoyées directement. suivi des forums et des pages internet.

 

Le résultat est de 13 201 observations au cours des six dernières années pour lesquelles il existe des statistiques, soit une moyenne d’environ cinq par jour.

 

À l’ère des téléphones mobiles dotés d’appareils photo de haute qualité, la tendance est toutefois à la baisse.

 

En 2012, ils étaient 3 332 et en 2017, 1 206 seulement. En aucun exercice inclus entre les deux dates a augmenté son nombre. L’Italie (3 343), l’Allemagne (2 381) et la France (2 317), les trois plus peuplés mais pas dans cet ordre, sont en tête des annonces.

 

Jean-Marc Wattecamps se décrit comme un géologue et un ufologue. Il est chercheur à COBEPS, l’association belge qui étudie les alertes en Wallonie, région francophone:

« Il faut distinguer les observations quotidiennes d’ ovnis réels, qui ne sont pas identifiées après une étude plus ou moins détaillée. , mais nous avons 14 enquêtes ouvertes sur 2018 « , explique-t-il. 

 

Les responsables de l’examen des notifications soutiennent que leurs données sont représentatives, puisque ces huit pays couvrent 41% de la population européenne et 40% de leur territoire.

Les chiffres pour 2018 ne sont pas encore terminés, mais certains les ont déjà publiés, et ils se situent à la baisse. Bien qu’elles soient encore loin des standards de l’époque, en Belgique, les observations ont rebondi à 255 contre 171 contre 171 l’année dernière. La même chose s’est produite en Allemagne (328 vs 198) et en Finlande (132 à 107).

 

Peut-être parce que c’est la période de l’année où le thermomètre laisse plus de temps à passer dans la rue, plus d’avis nous parviennent en été. Selon les entités, des facteurs tels que la proximité plus ou moins grande de Mars peuvent influer sur la quantité d’OVNI détectés.

 

Star du thème du débat entre hommes politiques, militaires et scientifiques pendant la guerre froide , le firmament ne produit plus autant de flashs suspects pour l’œil humain qu’auparavant.

 

Et les chasseurs d’ovnis doivent puiser dans leurs mémoires pour adopter l’hypothèse extraterrestre en promenade.

 

« En Belgique, nous avons eu des cas convaincants et impressionnants en 1974 et 1989 », se souvient Wattercamps.

 

Selon le journal Le Soir ,dans la nuit du 20 avril 1974, une centaine de témoins ont vu une soucoupe volante émettre un son modulé dans la ville de Charleroi.

Quinze ans plus tard, entre novembre 1989 et juin 1991, la soi-disant vague belge d’observations de prétendus navires triangulaires a eu lieu, un événement que les sceptiques attribuent à un effet de contagion parmi la population avant que les avions ne volent dans les airs.

 

En effectuant leurs recherches sur le flot d’étranges mouvements dans le ciel, les ufologues préfèrent rester à l’arrière-plan.

 

« Nous ne cherchons pas de publicité », déclare Wattercamps à la question de savoir s’il est possible d’assister à leurs réunions.

 

Tous les quelques jours, un nouveau témoignage élargit la liste.

 

« Je conduisais quand j’ai vu six feux orange sur deux rangées en direction de Luxembourg. J’ai appelé l’aéroport et la police, mais ils n’avaient aucune trace d’hélicoptères survolant la

région », indique l’un des derniers témoins.

0 commentaires

ven.

08

févr.

2019

Diffusion d'une vidéo d'un discours à l'ONU sur l'apparition d'un Ovni Pyramidal au-dessus du Pentagone - Février 2019

 

Date de sortie : le 21/12/2018 !

Cet enregistrement n'aurait jamais du être mis en ligne.

 

 

Voici quelque chose d'époustouflant.

 

Aliya Prokofyeva a prononcé un discours aux  Nations Unies... oui, c'est vraiment aux Nations Unies.

 

Ce n'est pas un faux.

 

Cette vidéo a été filmée en direction de l'estrade des Nations Unies.

Elle  filme la révélation (que l'on peut considérer comme officielle)  de  l'apparition d'un triangle géant OVNI survolant le Pentagone à Washington DC. 

 

Le speaker introduit en disant

" veuillez vous abstenir de toutes questions pendant le discours, veuillez éteindre toutes les caméras.

Enregistrer le discours n'est pas autorisé.

Les compagnies et chaînes qui diffuseront ce discours feront l'objet de poursuites.

Pas de vidéos, pas d'audio; maintenant je souhaite la bienvenue à une visionnaire dans le domaine spatial international avec son projet Galactica : Aliya Prokofyeva...." 

 

Aliya Prokofyeva est sur facebook :

 

https://fr-fr.facebook.com/aliya.prokofyeva/about

 

Elle a fondé   Galaktika Group

Galaktika est un projet de la communauté spatiale internationale visant au développement de l'industrie spatiale Russe.

Il s'agit de construire  la première ville en orbite et un centre spatial sur Terre qui est un prototype de la ville innovante et qui sera ouvert d'ici 2020.

Vous pouvez si vous le souhaitez devenir  membre d'une communauté mondiale et découvrir l'espace avec ce projet  !

 

 

 

C'est donc Aliya Prokofyeva , une femme d'entreprise russe qui divulgue l'information à l'ONU, pas un Américain, pas un membre du Congrès américain, ni un sénateur ou un président américain... mais une femme  Russe ! 

 

Son témoignage a-t-il convaincu l'ONU ? 

 

Des scientifiques ont récemment mesuré des signaux radio mystérieusement répétés provenant d'une galaxie située à 1,5 milliard d'années-lumière. FRB 180814.J0422+73 était le nom du signal.

 

En effet des astronomes ont annoncé avoir détecté 13 nouveaux signaux, dont un qui se répète, à l'aide du radiotélescope Chime (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment).

 

Ce n'est que le deuxième sursaut radio rapide récurrent jamais enregistré, depuis la découverte de FRB 121102 par le radiotélescope d'Arecibo il y a quelques années.

 

Les sursauts radio rapides ou FRB (Fast radio bursts) sont de courtes impulsions d'ondes radio, très énergétiques mais aussi très brèves : ils ne durent que quelques millisecondes.

 

Depuis que leur existence a été mise en évidence en 2007, une soixantaine de sursauts ont été détectés, tous ponctuels.

Ces phénomènes semblent trouver leur origine loin de la Voie lactée et ils émettent en une milliseconde autant d'énergie que le Soleil en 10.000 ans.

 

Leur nature, quant à elle, demeure une énigme.

 

Apparemment ce signal serait  le même que celui reçu du triangle OVNI sur le Pentagone.

La signification du signal n'a toujours pas été divulguée

au public !

Est-ce une révélation sur l'origine de ce vaisseau-mère

pyramidal ?

 

 

 

Commentaire : on est en plein film de science-fiction ou bien c'est la réalité - à vous de vous faire votre idée !!

0 commentaires

ven.

08

févr.

2019

OVNI : La rencontre trop rapprochée de Stefan Michalak - Canada, 1967

 

En 1967, près de Falcon Lake au Canada, Stephen Michalak voit un OVNI qui était en vol stationnaire au-dessus du sol.

 

Soudainement, alors qu'il s'était approché pour l'observer de plus près, il est blessé par une éjection de gaz brûlant.

 

0 commentaires

mer.

06

févr.

2019

Dissimulation des ALIENS par SpaceX ? Plusieurs vidéos refont surface où l’agence spatiale a coupé la transmission vidéo en direct depuis l’orbite terrestre - F

Elon Musk a lancé la mission SpaceX il y a 17 ans, privatisant la course à l’espace.

 

Aujourd’hui, un an s’est écoulé depuis le lancement du Falcon Heavy – une fusée ayant la capacité de charge utile la plus élevée de tous les lanceurs.

 

Mais – bien qu’il s’agisse d’une grande réussite – les théoriciens du complot se sont davantage intéressés aux observations en direct par SpaceX de certains objets très mystérieux.

 

Ici au Daily Star Online nous allons jeter un coup d’oeil aux vidéos les plus déroutantes.

Formation de “lumières” captées avant une coupure en DIRECT – Janvier 2017

Lorsqu’une fusée Falcon 9 a été lancée il y a deux ans, l’univers conspirationniste s’est emballé.

 

Des images en direct montrent la fusée flottant dans l’espace lorsqu’un ensemble de lumières apparaît soudainement dans le coin supérieur droit de la séquence.

Trois objets peuvent être vus dans une formation triangulaire tandis qu’un autre se trouve plus à gauche.

 

L’étrange phénomène n’apparaît à l’écran que quelques secondes avant que le flux ne soit coupé pour présenter l’image d’un globe.

 

Tyler Glockner – de la chaîne Youtube Secureteam10 – a publié les images en ligne, en disant : “Ce ne sont pas des débris provenant de la fusée.”

 

“Quoi qu’ils soient, ils ne font qu’un, ils se serrent les coudes.”

 

“Vous pouvez clairement voir une formation de trois objets brillants.”

 

“J’ai trouvé très étrange que le flux en direct ait été coupé si soudainement au moment précis où on a vu passer cette formation d’objets inconnus.”

Une fusée SpaceX Falcon 9 a frôlé “le satellite Chevalier Noir” – Novembre 2018

Les téléspectateurs ont de nouveau été stupéfaits en novembre dernier lorsqu’un étrange objet ressemblant à une roche a été aperçu devant une fusée Falcon 9.

Les théoriciens du complot sur YouTube, les frères Blake et Brett Cousins – de Thirdphaseofmoon – ont prétendu qu’il aurait pu s’agir du célèbre satellite extraterrestre “Chevalier Noir”.

 

Il s’agit de la fameuse théorie du complot selon laquelle il y a un vaisseau spatial en orbite autour de la Terre d’origine extraterrestre et que la NASA tente désespéramment de dissimuler sa présence.

 

En réalité on sait maintenant que le Chevalier Noir, photographié en 1998 par la NASA, était un revêtement thermique pour les satellites, perdu par l’équipage de la navette Endeavor qui participaient au développement de la Station spatiale internationale (ISS).

Il n’y a pas que les flux en direct des fusées Falcon 9 qui ont provoqué l’émoi des conspirationnistes.

 

Les images du satellite Dragon en décembre semblaient montrer un objet triangulaire foncé qui est passé devant l’engin.

 

Quelques instants après l’apparition de l’objet, le flux en direct a changé d’angle.

 

Blake et Brett ont été les premiers à repérer l’incident une fois de plus et ont suggéré que le vaisseau était le célèbre TR-3B.

 

Le TR-3B est le nom d’un avion de surveillance secret hautement hypothétique utilisé par l’US Air Force.

 

“Serait-ce l’infâme TR-3B dans l’espace qui effectue une visite rapprochée ?” se demande Blake.

 

“C’est une vidéo époustouflante.”

0 commentaires

mar.

05

févr.

2019

Thomas Zurbuchen : Si voyager dans l’espace était aussi facile que se rendre à Paris

Article proposé par le MUFON FRANCE

 

« Y a – t-il une vie au-delà de la Terre ?

Je pense que la réponse est oui, mais nous ne savons tout simplement pas.

La simple raison pour laquelle je pense que c’est parce que nous avons sous-estimé la nature lorsque nous avons douté de la présence éventuelle d’eau ou de molécules complexes au-delà de la Terre.

Chacun de ceux-ci est beaucoup plus facile à réaliser que nous le pensions. Nous le trouvons juste devant nos portes, partout dans le monde, y compris les cratères polaires de la planète Mercure.

En ce qui concerne le lien entre cela et la chaîne de la vie… eh bien, la vie est beaucoup plus susceptible de se dérouler que nous ne le pensions auparavant. »

 

Thomas Zurbuchen pour BU Research

 

Alors, oui, Zurbuchen travaille bien à la NASA.

Et oui, Zurbuchen a bien donné une conférence en Décembre 2018 à Boston pour évoquer les missions vers Mars.

Mais il n’a pas affirmé qu’une forme de vie extraterrestre avait été detectée, il a simplement formulé une conviction personnelle.

 

Et c’est loin d’être le coeur de l’entretien.  Alors, comme d’habitude, malgré les gros titres de (pas mal) d’articles, on préfère vous confier l’article original, qui vous permettra de vous faire votre propre opinion.

 

Lien vers l’article :

If Traveling to Space Was as Easy as Traveling to Paris

Proposition de traduction :

 

En décembre 2018, Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la Science Mission Directorate de la NASA, s’est rendu à l’Université de Boston pour discuter des possibilités de financement avec le corps professoral et les chercheurs. Sur le campus, il a également donné une conférence sur les missions actuelles et futures de la NASA. Après quoi, Zurbuchen s’est assis avec BU Research pour discuter de la chronologie de son voyage sur Mars et se demander s’il pensait que les humains sont destinés à vivre dans une galaxie lointaine, très éloignée.

 

BU Research: Parmi toutes les grandes inconnues de l’univers, quelle est la question à laquelle vous espérez vraiment que nous répondrons de votre vivant?

 

Zurbuchen: Y a – t-il une vie au-delà de la Terre ? Je pense que la réponse est oui, mais nous ne savons tout simplement pas.

 

La simple raison pour laquelle je pense que c’est parce que nous avons sous-estimé la nature lorsque nous avons douté de la présence éventuelle d’eau ou de molécules complexes au-delà de la Terre. Chacun de ceux-ci est beaucoup plus facile à réaliser que nous le pensions. Nous le trouvons juste devant nos portes, partout dans le monde, y compris les cratères polaires de la planète Mercure. En ce qui concerne le lien entre cela et la chaîne de la vie… eh bien, la vie est beaucoup plus susceptible de se dérouler que nous ne le pensions auparavant.

 

Tu n’as pas été à toi-même. Voulez-vous jamais y aller?

 

Si c’est aussi facile d’aller dans l’espace que d’aller à Paris, je le ferai. À l’heure actuelle, je ne veux pas passer les semaines et les mois d’entraînement nécessaires au vol spatial.

 

Que pensez-vous de l’idée de tourisme spatial?

 

Je pense que c’est excitant. Tous ceux qui sont allés dans l’espace disent que c’est une expérience très importante. J’imagine que c’est comme être au sommet d’une grande montagne, sauf que seulement environ 500 personnes ont déjà été dans l’espace. Comment ouvrons-nous cette expérience humaine aux autres?

 

En parlant d’expériences nouvelles, la NASA envisage clairement d’envoyer des explorateurs humains sur Mars. Comme vous l’avez indiqué, de nombreuses missions en cours développent les connaissances nécessaires à la réalisation de cet objectif.

Quand pensez-vous que les humains seront prêts?

 

Je dirais au milieu des années 2030, mais il faut que les choses se passent maintenant pour que nous puissions y arriver. Nous devons sortir les humains de leur orbite terrestre basse pour comprendre les éléments clés de «Pouvons-nous survivre dans les profondeurs de l’espace?

 

Quels sont les principaux obstacles à la réponse à cette question?

 

Le rayonnement spatial est beaucoup plus intense loin de la protection du champ magnétique terrestre. Et plus on s’éloigne de la Terre, plus il faut de temps aux astronautes pour se mettre en sécurité: cela passe de heures en jours, en semaines, en mois, voire en années. Vous devez être entièrement autonome et autonome. En ce qui concerne les communications et les opérations, la vitesse de la lumière est finie. Lorsque vous êtes sur Mars, cela signifie que les choses doivent fonctionner de manière autonome. Depuis le contrôle de mission, vous pouvez très bien atterrir sur la lune avec une manette de jeu, car elle est assez proche, mais vous ne pouvez pas le faire sur Mars.

 

À quoi ressemblera la première équipe sur Mars ?

 

La taille de la première mission sur Mars sera limitée, car plus la mission est importante, plus elle devient technologique.

Donc, je prédis qu’il sera composé de quatre à huit personnes.

Il ne sera pas vingt. Mais une ou deux personnes ne seraient pas bonnes non plus, simplement parce qu’il serait très difficile de résoudre les problèmes qui se présenteraient.

 

Vous avez dit que la diversité est très importante pour vous.

 

La diversité a tout à voir avec l’innovation et l’excellence. De nombreuses recherches associent des équipes d’horizons divers à l’excellence en innovation. Si vous voulez des équipes qui imaginent l’avenir mieux que quiconque, vous avez besoin de personnes d’horizons, de races et de sexes différents, et ainsi de suite. Groupthink n’est pas le bon outil pour créer de l’excellence; c’est utile pour prendre des décisions rapides mais pas excellentes.

 

L’exploration spatiale ouvre-t-elle la voie pour que les hommes puissent vivre hors de la Terre?

 

Quelle que soit la réponse à cette question, nous devons garder la Terre habitable. Il est dangereux de faire autrement. Je pense à terraformer les autres planètes un petit pourcentage du temps, mais je passe plus de temps à chercher des moyens de garder la Terre vivable et merveilleuse – et non l’inverse.

 

Cette conversation a été modifiée pour plus de clarté.

0 commentaires

sam.

02

févr.

2019

La réalité extraterrestre, une raison de penser

« La chose la plus merveilleuse à propos du thème des OVNIS et de la réalité extraterrestre – pour ceux qui travaillent et qui l’étudient – est que cela nous donne un conseil très précieux: ce que nous savons est insuffisant . Et ce changement de paradigme pourrait nous conduire à une société plus critique, plus curieuse et plus ouverte. »

 

Magnifique article de Luz mary Lopez pour El Tiempo, véritable plaidoyer à la construction intérieure par le filtre de l’ufologie, à lire absolument !

Mufon France

Lien vers l’article :

 

http://blogs.eltiempo.com/alternativa-extraterrestre/2019/01/30/la-realidad-extraterrestre-motivo-pensar/

Proposition de traduction :

 

Nous sommes dans des moments de changements évidents.

 

Ces dernières semaines, il a été enregistré que la planète subissait les conséquences du changement climatique à un rythme plus rapide que prévu.

 

Nous savons également que les mouvements telluriques deviennent de plus en plus intenses et fréquents.

 

Le rôle des médias et de sa « vérité hégémonique » nous conduit davantage à un film apocalyptique qu’à intérioriser le sujet afin de collaborer aux soins de cette immense maison: la planète Terre.

 

La voix de la nature que certains d’entre nous écoutent est annoncée depuis longtemps au moyen de prophètes

ou de « livres sacrés ». 

 

L’  actualité semble être victime de notre désinformation,  et le problème est que nous sommes des acteurs décisifs de notre territoire.

 

Mais nos actions sont également limitées. Les temps de la planète et, par conséquent, de nos vies, ont été soumis aux temps que le système – ou la matrice – nous ont conçus.

 

Nous mesurons ce temps dans des routines et des aspirations de statut qui nous laissent peu de place pour la réflexion: ,      qu’apprenons-nous dans notre voyage à travers la vie ?

Que devons-nous encore apprendre?

 

Au jour le jour de notre tâche dans le centre d’information sur les ovnis, la question est transformée: qu’en est-il des ovnis?

 

Et attirés par le thème, beaucoup abordent avec intérêt et se demandent si ces objets volants sont toujours visibles.

 

 

Avec l’avancement de la technologie, l’enregistrement d’événements inexpliqués est à la portée de tous et se retrouve même dans  les films amateurs ou dans les souvenirs de voyageurs qui ont trouvé des « surprises » cachées dans leurs photos de vacances , des boules de lumière et de nombreux autres effets inexpliqués peuvent laisser des traces dans les mémoires photographiques et, malgré cela, leur origine ne peut pas encore être expliquée.

 

Et ceux qui essaient de le faire ne trouvent pas l’espace pour le diffuser.

 

Mais rester dans le fantastique de l’inexplicable nous éloigne de quelque chose: se comprendre soi-même.

 

A partir de travaux de chercheurs, amateurs ou curieux, le thème ovni nous emmène à la dimension de ce que nous voulons savoir et révéler.

 

Bien que la tâche de progresser et de mieux connaître la vie dans notre univers soit importante pour faire évoluer notre façon de penser, l’idée que tout ce que nous ne connaissons pas est extraterrestre peut être simpliste .

 

Une réalité extraterrestre tirée du paradigme risque de nous échapper de nos propres responsabilités et continue de nous laisser sous l’aile d’un système qui veut prendre soin de nous pour nous dominer.

Souvent, les personnes qui contactent le DSI à la recherche de preuves ou d’explications parlent de la peur de l’invasion, d'’être des esclaves d’une autre civilisation.

 

Et si nous sommes nôtres?

 

Les médias traditionnels ont critiqué cette question – comme beaucoup d’autres – qui, aujourd’hui, sont davantage liés à l’industrie cinématographique ou à des notes sans informations soumises à la logique du « clic ».

 

De même, les discours de chercheurs de renom et d’orateurs du sujet ne doivent pas laisser les questions de côté.

 

Notre engagement devrait être d’apprendre ou de mettre en pratique quelque chose d’aussi simple que l’esprit critique. Révisez, doutez, demandez.

 

En examinant les nombreux cas et les milliers d’expériences enregistrées avec le prétendu phénomène OVNI , nous trouvons des historiens, des gens ordinaires, des soldats, des pilotes, des astronautes.

Diverses personnes qui ont expérimenté leur vérité et que nous avons la volonté d’écouter, d’ouvrir l’esprit et de comprendre qu’il y a beaucoup de choses que nous ne savons toujours pas.

 

Cette réalité extraterrestre, à notre avis, doit nous ouvrir encore plus la tête.

 

La chose la plus merveilleuse à propos du thème des OVNIS et de la réalité extraterrestre – pour ceux qui travaillent et qui l’étudient – est que cela nous donne un conseil très précieux: ce que nous savons est insuffisant .

 

Et ce changement de paradigme pourrait nous conduire à une société plus critique, plus curieuse et plus ouverte.

 

Quelque chose de très différent de l’opinion publique générée par les médias hégémoniques, qui nous donne la parole nécessaire pour rester les acteurs d’un jeu pour lequel nous n’avons même pas été prévenus.

 

Le moyen d’entrer dans le thème des OVNI, comme dans beaucoup d’autres sujets fascinants, est par le chemin de notre propre existence. Un élément de plus dans notre étape de la vie.

 

Le tout en un est simple. Et comprendre les expériences, c’est les prendre dans notre être. Et avancer toujours.

 

Commentaires : toujours revenir au fondamental : d'où venons-nous, qui sommes-nous, où allons-nous, quel est le sens de notre vie, qu'est ce qui nous fait progresser, quelles significations d'une réalité extraterrestre qui nous échappe en permanence..

0 commentaires

sam.

02

févr.

2019

Le contact facilité par les rayons X plutôt que par radio - Février 2019

 

Article proposé par le MUFON France

 

« Les efforts passés, y compris l’un dans les années 1970 avec un groupe d’étoiles à 25 000 années-lumière de distance et un autre en 2017 sur une planète à seulement 12 années-lumière de distance, ont utilisé la radio. Hang Shuang et ses collègues de l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Nanjing, en Chine, estiment que cette approche est stupide. »

 

The Economist

 

C’est maintenant acté, le peuple chinois veut compter dans la conquête spatiale. Avec Chang’4, un premier acte réussi, Hang Shuang va peut-être de son coté révolutionner la communication dans l’espace avec X-Com.

 

Lien vers l’article :

 

https://www.economist.com/science-and-technology/2019/02/02/contacting-extraterrestrials-may-be-better-done-with-x-rays-than-by-radio

 

Proposition de traduction :

 

L’opinion est divisée sur le point de savoir si Homo sapiens devrait annoncer sa présence à l’univers en diffusant des messages à tous les extraterrestres présumés qui pourraient être à l’écoute, ou s’ils devraient conserver le schtum, de peur d’attirer une attention indésirable. Mais si des tentatives de contact doivent être faites, elles pourraient tout aussi bien être faites correctement.

 

Les efforts passés, y compris l’un dans les années 1970 avec un groupe d’étoiles à 25 000 années-lumière de distance et un autre en 2017 sur une planète à seulement 12 années-lumière de distance, ont utilisé la radio.

Hang Shuang et ses collègues de l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Nanjing, en Chine, estiment que cette approche est stupide.

Les ondes radio se propagent rapidement et sont également absorbées et dispersées par la poussière interstellaire. En plus de cela, il existe de nombreuses sources de radio dans l’univers, ce qui crée un fond déroutant. Au lieu de cela, M. Hang propose d’utiliser les rayons X.

 

Les rayons x divergent plus lentement que les ondes radio.

 

Ils sont également meilleurs pour pénétrer la poussière.

 

Et il y a peu d’ arrière-plan des rayons x avec lequel les confondre.

 

Ils conviendraient donc en principe pour la communication interstellaire.

 

Leur valeur en tant qu’outils de communication sur Terre n’a toutefois pas été évidente, aussi peu de recherches ont été menées sur leur utilisation pour transmettre des messages.

 

Mais non, M. Hang et ses collègues ont en fait construit un prototype de xémetteur-récepteur à rayon qui a un but particulier et spécialisé.

 

Cela vise à éliminer la panne de communication que subit un vaisseau spatial lors de sa rentrée dans l’atmosphère terrestre. La panne de courant résulte du fait que l’engin est entouré d’un panache de plasma incandescent généré par la chaleur de la rentrée. Un tel plasma est impénétrable par les ondes radio, mais peut être transpercé par les rayonsX. À l’aide de leur prototype, M. Hang et ses collègues sont capables de coder des messages dans des rayons x , de les transmettre par le vide, puis de les décoder à l’autre bout.

 

Une version pratique de ce système ne transmettrait pas de signaux directement à la Terre depuis l’embarcation rentrant.

 

Au contraire, il les transmettrait à un satellite qui transmettrait ensuite le message à la Terre par des moyens plus conventionnels.

 

La raison de ce détour est que, bien que les rayons x pénètrent dans la poussière, ils sont absorbés par les types de gaz qui composent l’atmosphère terrestre. L’émetteur-récepteur de rentrée fonctionne parce que la période de black-out de rentrée se produit très haut dans l’atmosphère, où l’air est mince. En revanche, un signal diffusé dans l’air épais de la basse atmosphère serait absorbé.

 

Xcom , comme M. Hang surnomme son putatif x -ray lampe Aldis, serait une version plus puissante d’un tel émetteur de l’ engin spatial.

 

Pour éviter l’absorption atmosphérique, il faudrait le placer dans l’espace pour pouvoir fonctionner. Idéalement, il serait assis de l’autre côté de la Lune, à l’abri des interférences de la Terre.

 

Par un heureux hasard, l’Administration spatiale nationale de Chine, l’agence spatiale du pays, vient de démontrer, avec l’atterrissage de sa sonde lunaire Chang’e-4 , qu’elle pouvait positionner des équipements sur cette partie du satellite naturel de la Terre.

Reste à savoir si les intérêts de recherche de l’agence vont jusqu’à la chasse à l’intelligence extraterrestre. Mais xcom serait certainement une nouvelle approche de la question.

0 commentaires

ven.

01

févr.

2019

Une mission spatiale secrète aurait été envoyée vers le vaisseau extraterrestre Oumuamua ! - 01/02/2019

 

Alors que les astronomes débattent de l'hypothèse de l'engin spatial Oumuamua, un initié et lanceur d'alerte affirme qu'une mission spatiale secrète a été envoyée pour l'explorer..

 

 

Dans la vidéo ci-dessous, Corey Goode révèle 2 documents secrets de la DIA sur des technologies avancées !

 

0 commentaires

lun.

28

janv.

2019

Neil Armstrong était fasciné par les extraterrestres - 28/01/2019

 

L'astronaute Neil Armstrong était secrètement fasciné par la vie extra-terrestre - et a même tenté de protéger les noms des responsables gouvernementaux qui avaient divulgué des secrets sur les OVNI, a-t-on affirmé.

 

Armstrong, décédé en 2012, n'a jamais parlé publiquement de son intérêt, mais certains chercheurs pensent qu'il a vu des OVNI après son atterrissage sur la Lune en juillet 1969.

 

Maintenant, une lettre jamais publiée auparavant écrite par un grand professeur qui a enquêté sur des observations d'OVNI pour l'US Air Force pourrait être la preuve « irréfutable » que Armstrong était intéressé, voire passionné, par la vie extraterrestre.

 

La lettre a été envoyée par le professeur J Allen Hynek, consultant pour le très secret Project Bluebook. Il s’agissait d’une enquête officielle de l'US Air Force sur des observations d'OVNI dans les années 1960. Elle fait maintenant l’objet d’une série à succès sur la chaîne History Channel.

 

La note, obtenue par le journal Sun Online, montre que lors d’une croisière entre New York et la côte ouest de l’Afrique en 1973, l’expert en OVNI avait été personnellement invité à rejoindre Armstrong et sa famille à sa table.

 

Les deux hommes ont donné des conférences sur l'espace et l'astronomie à bord du Canberra, qui a navigué de New York vers les côtes de l'Afrique de l'Ouest.

 

Plus de 2 000 enseignants, artistes, auteurs, acteurs, architectes, scientifiques et célébrités ont participé à cette croisière de renommée mondiale.

 

La croisière de deux semaines a permis aux invités de regarder l'une des plus longues éclipses solaires totales des temps modernes. Hynek et Armstrong faisaient partie d'un comité appelé « Life in the Universe » (« La vie dans l'univers », en français).

 

La lettre a été écrite par Hynek à Jennie Zeidman, qui a travaillé avec lui à la base aérienne de Wright Patterson, dans l’État de l’Ohio, sur le projet Blue Book.

 

Dans sa lettre datée du 15 juin 1973, le Dr Hynek écrivait :

« Chère Jennie. Dans une semaine, nous naviguerons ...

Le directeur de la croisière m'a appelé pour me demander si les Hyneks accepteraient de partager une table avec les

Armstrongs ! Alors - Dites à Barry que je devrais pouvoir obtenir un autographe pour lui ! Je vous ai dit que j'y allais ? »

 

Certains ufologues affirment que Armstrong a repéré un OVNI après avoir atterri sur la lune en juillet 1969, mais que la NASA avait coupé l'alimentation.

 

À l’occasion du 25e anniversaire de l’atterrissage de la lune en 1994, Armstrong avait fait une rare apparition publique et avait déclaré de façon mystérieuse : « Nous avons aujourd’hui un groupe d’étudiants, parmi les meilleurs en Amérique. »

 

« Pour vous, nous disons que nous n'avons qu'un début. Nous vous laissons beaucoup, il reste à faire. Il y a encore de grandes choses à découvrir. Des percées révolutionnaires sont possibles à ceux qui peuvent supprimer l'une des véritables couches protectrices. »

 

Le Dr Irena Scott, ex-officier de la Defense Intelligence Agency (DIA), qui a mis au jour cette lettre, a déclaré : « Beaucoup de gens se sont demandé si Armstrong s'intéressait au phénomène des OVNIS. Cette lettre pourrait bien constituer une preuve irréfutable. »

 

Le Dr Scott, qui a travaillé pour la DIA et pour le compte du Centre aérospatial dans le domaine de la photographie par satellite, a publié un nouveau livre sur les OVNIS intitulé Sacred Corridors.

 

Elle a interrogé des membres du gouvernement et des militaires qui travaillaient dans la « Blue Room » de la base aérienne Wright Patterson, où l’on pense que l’épave du tristement célèbre crash de l'OVNI de Roswell en 1947 aurait été emportée.

 

« Armstrong avait le choix parmi les célébrités avec lesquelles il souhaitait s'asseoir », a-t-elle révélé.

 

« Parce que les Armstrong et les Hyneks ont passé autant de temps ensemble, on peut se demander s’ils ont discuté des OVNIS. »

 

« Cette lettre pourrait être quelque peu historique car elle pourrait en réalité confirmer qu'Armstrong s'intéressait effectivement aux OVNIS. »

 

Le Dr Scott a également découvert qu'un autre chercheur spécialisé dans les ovnis, Leonard Stringfield, avait été approché par Armstrong lorsqu'il était membre du conseil d'administration d'une banque.

 

Elle a ajouté : « Stringfield savait que plus de 50 informateurs liés au gouvernement avaient divulgué des informations sur des événements impliquant des OVNIS. »

 

« Cependant, il a refusé de révéler leurs noms, et ses critiques ont insisté sur le fait que sans l'identité des sources, les récits manquaient de crédibilité. »

 

« Stringfield a reconnu ce problème, mais il avait promis de protéger l’identité de ses informateurs et avait le sentiment que s’il ne l’avait pas fait, il n’aurait pu obtenir aucune autre information de leur part ni de quiconque. »

 

« Stringfield a déclaré qu'il y a plusieurs années, alors qu'Armstrong était membre du conseil d'administration d'une banque de Cincinnati, Armstrong et Hynek l'ont approché avec une proposition visant à protéger les noms des informateurs liés au gouvernement. »

 

« Armstrong a déclaré que Stringfield pourrait mettre sa liste de noms dans un coffre-fort à la banque d'Armstrong, auquel on présumait que Armstrong y aurait également accès. L'intention était qu'en cas de décès de Stringfield, les noms ne seraient pas perdus, mais Stringfield a rejeté cette idée. »

 

« Il n'y a aucune preuve que cela soit arrivé. Cependant, Armstrong et Hynek ont été en contact. »

 

La nouvelle survient une semaine après que le chef de l’académie des sciences de Harvard ait admis que l’astéroïde en forme de cigare « Oumuamua » pourrait être une sonde spatiale appartenant à une civilisation extraterrestre.

 

Le professeur Avi Loeb n’exclut pas pour autant qu’il puisse s’agir d’une preuve de l’existence d’extraterrestre - c’est ce que de nombreux chercheurs ont affirmé à l’époque.

 

Le fait qu’il n’y ait pas de signaux radio émis par cet objet pourrait simplement signifier que celui-ci est en panne, a déclaré le professeur Loeb au journal israélien Haaretz.

 

« Nous n'avons aucun moyen de savoir s'il s'agit d'une technologie active ou d'un vaisseau spatial qui n'est plus opérationnel et qui continue de flotter dans l'espace. »

 

0 commentaires

jeu.

24

janv.

2019

A qui est la lune? La course à l’exploitation des matériaux précieux de notre satellite - Janvier 2019

 

« Je suis tout à fait sceptique quant au maintien des grandes notions morales du monde entier qui explore l’espace ensemble, en tant que nations égales »

 

Helen Ntabeni, avocate au sein du cabinet britannique spécialisé dans le droit et la politique Espace Naledi

 

Oui, nous avons déjà parlé de l’évolution qui se profile dans l’espace.

Les états semblent vouloir faire glisser l’exploration vers les sociétés privées, dont certaines ont des trésoreries plus importantes que des pays eux-mêmes.

 

Je rappelle que Jeff Bezos, le patron d’Amazon, est élu Homme le plus riche du monde. Et est intéressé pour développer le tourisme spatial.

MUFON FRANCE

 

 

La BBC nous fait ici un bon article, posant clairement les bases de l’avenir spatial, en tout cas de l’avenir de la Lune à (je le pense) assez courte échéance.

 

Lien vers l’article :

 

https://www.bbc.com/news/science-environment-46877417

 

Proposition de traduction :

 

Cela fait presque 50 ans que Neil Armstrong est devenu le premier homme à marcher sur la Lune. « C’est un petit pas pour l’homme », a déclaré l’astronaute américain, « un pas de géant pour l’humanité. »

 

Peu de temps après, son collègue Buzz Aldrin l’a rejoint pour traverser la mer de la tranquillité. Après être descendu des marches du module lunaire de l’Aigle, il a regardé le paysage vide et a dit: « Une magnifique désolation. »

 

Depuis la mission Apollo 11 de juillet 1969, la Lune est restée en grande partie intacte – il n’y a plus d’humain depuis 1972.

 

Mais cela pourrait changer bientôt, plusieurs sociétés souhaitant explorer et éventuellement exploiter sa surface à la recherche de ressources, y compris l’or, le platine et les minéraux de terres rares largement utilisés en électronique.

 

Plus tôt ce mois-ci, la Chine a atterri sur une sonde, la Chang’e-4, de l’autre côté de la Lune, qui a réussi à faire germer une graine de coton dans une biosphère à sa surface. Il s’agit de créer une base de recherche.

 

La firme japonaise iSpace envisage de construire une « plate-forme de transport Terre-Lune » et de mener une « exploration des eaux polaires » sur la Lune.

 

Il y a des règles, alors existe-t-il des règles garantissant que la désolation d’Aldrin ne soit pas perturbée, ou le seul grand satellite naturel de la Terre pourrait-il s’impliquer dans une ponction commerciale et politique sur les terres et

les ressources ?

 

La propriété potentielle de corps célestes est un problème depuis le début de l’exploration spatiale pendant la guerre froide. Alors que la Nasa planifiait ses premières missions lunaires habitées, l’ONU a élaboré un traité sur l’espace extra-atmosphérique, signé en 1967 par des pays tels que les États-Unis, l’Union soviétique et le Royaume-Uni.

 

« L’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, ne peut faire l’objet d’une appropriation nationale par revendication de souveraineté, par le biais d’un usage, par une occupation ou par tout autre moyen ».

 

 

 

Joanne Wheeler, directrice de la société spécialisée dans l’espace Alden Advisers, décrit le traité comme « la Magna Carta de l’espace ». Cela fait planter un drapeau sur la Lune – comme le faisaient Armstrong et ses successeurs – « sans signification », car cela ne confère aucun « droit contraignant » aux individus, aux entreprises ou aux pays, ajoute-t-elle.

 

En termes pratiques, la propriété foncière et les droits miniers de la Lune importaient peu en 1969. Mais, à mesure que la technologie évoluait, exploiter ses ressources à des fins lucratives est devenu une perspective plus probable – même si elle est encore éloignée.

 

En 1979, l’ONU a élaboré un accord régissant les activités des États sur la Lune et les autres corps célestes, mieux connu sous le nom d’Accord de la Lune. Cela stipulait qu’ils devaient être utilisés à des fins pacifiques et que l’ONU devait elle-même savoir où et pourquoi quiconque envisageait de construire une station.

 

L’accord stipulait également que « la Lune et ses ressources naturelles sont le patrimoine commun de l’humanité » et qu’un régime international devrait être instauré « pour régir l’exploitation de ces ressources au moment où cette exploitation est sur le point de devenir réalisable ».

 

Le problème avec l’Accord sur la Lune est que seulement 11 pays l’ont ratifié. La France en est un, et l’Inde en est un autre. Les plus grands acteurs de l’espace, notamment la Chine, les États-Unis et la Russie, ne l’ont pas été. Le Royaume-Uni non plus.

 

Quoi qu’il en soit, dit Mme Wheeler, il n’est « pas si facile » de faire respecter les règles énoncées dans les traités.

 

Différents pays incorporent les documents qu’ils signent dans la loi et veillent à ce que les entreprises et les individus les respectent.

 

 

La professeure Joanne Irene Gabrynowicz, ancienne rédactrice en chef du Journal of Space Law, convient que les accords internationaux n’offrent « aucune garantie ».

 

L’application « est un mélange complexe de politique, d’économie et d’opinion publique », ajoute-t-elle.

 

Et les traités existants, refusant la propriété nationale des corps célestes, ont été confrontés à un défi supplémentaire ces dernières années.

 

En 2015, les États-Unis ont adopté la loi sur la compétitivité des lancements dans les espaces commerciaux, reconnaissant le droit de leurs citoyens de posséder les ressources qu’ils parviennent à extraire des astéroïdes. Cela ne s’applique pas à la Lune, mais le principe pourrait éventuellement être étendu.

 

Eric Anderson, cofondateur de la société d’exploration Planetary Resources, a qualifié la législation de « plus grande reconnaissance des droits de propriété de l’histoire ».

 

En 2017, le Luxembourg a adopté sa propre loi, accordant le même droit de propriété aux ressources trouvées dans l’espace. Le vice-Premier ministre, Etienne Schneider, a déclaré que cela ferait de son pays « un pionnier et un leader européen du

secteur ».

 

La volonté d’explorer et de gagner de l’argent existe, les pays semblant de plus en plus désireux d’aider les entreprises.

 

« Il est clair que l’exploitation minière, que ce soit dans le but de restituer les matériaux sur Terre ou de les stocker ou de les fabriquer sur la Lune, est le contraire même de ne causer aucun dommage », déclare Helen Ntabeni, avocate chez Naledi Space Law and Policy.

 

Elle ajoute que l’on pourrait affirmer que les États-Unis et le Luxembourg se sont mal comportés pour se soustraire aux dispositions du Traité sur l’espace extra-atmosphérique. « Je suis assez sceptique quant à la préservation des hautes notions morales du monde explorant l’espace ensemble en tant que nations égales », a-t-elle déclaré. »

 

0 commentaires

jeu.

24

janv.

2019

Vague d'OVNIS dans la vallée de l'Hudson

Vague d'OVNIS dans la vallée de l'Hudson

Une vague d'OVNI dans les Etats de New-york et du Connecticut s'est produite entre 1982 et 1986. Cette vague fait partie des plus inhabituelles de l'histoire et plus de 5000 observateurs ont témoigné. Des objets en forme de "V" ou de boomerang, dont les dimensions étaient estimées entre 100 et 300 mètres, ont été observés.

 

Peut-être pensez-vous que les OVNIS sont une "mode" des années 60.

 

Peut-être vous avez pensé que les OVNIS apparaissent seulement à des farfelus dans les campagnes isolées. Non.

 

Plusieurs milliers de gens ordinaires ont rapporté avoir vu un nombre étonnant d'OVNIS souvent énorme et en forme de "V" ou en forme de triangle.

Ces observations se sont produites dans la Vallée de l'Hudson, dans l'Etat de New York aux Etats-Unis.

L'éruption des rapports d'observation a commencée en 1983, a eu un pic dramatique de 1984 à 1985, puis s'est doucement calmée bien qu'il y ait eu là de telles observations régulièrement jusqu'à aujourd'hui encore.

Quelque chose a envahi le ciel, a plané au-dessus des maisons et des routes d'un des secteurs les plus peuplé du monde.

 

Des "objets", de formes différentes, ont été aperçus : des disques et des triangles. La taille de certains objets était telle que les témoins parlent de "villes volantes".

Ce genre d'observation n'est pas nouveau, on retrouve des témoignages similaires dans les années 1956, 1957, 1958, 1976 et 1978.

On peut cependant constater que depuis la fin des années 70, ces boomerangs sont de plus en plus rapportés alors que le nombre d'observations de disques a diminué.

 

L'enquête

 

Le CUFOS [Center for UFO-Studies] a étudié cette vague, parmis les enquêteurs, l'astronome et le fondateur du CUFOS, le Dr. J. Allen Hynek. Les résultats de cette enquête ont été publiés dans l'ouvrage "Night Siege – The Hudson Valley UFO-Sightings", en 1987.

 

Hynek n'a pas vécu la phase terminale de la rédaction de cet ouvrage - il est décédé en 1986. Les co-auteurs étaient Bob Pratt - décédé en novembre 2005 - et Philip J. Imbrogno.

 

Le CUFOS a ouvert une UFO-Hotline qui a largement été utilisée. Les enquêteurs étaient littéralement "submergés" par les témoignages, ils ont donc décidé de ne prêter attention qu'aux cas rapportant des rencontres rapprochées.

Rien que le 24 mars 1983, 300 témoins ont appelé. Parmi eux, des pilotes et des officiers de police.

 

Manifestement, des organismes gouvernementaux ou militaires se sont intéressés aussi aux incidents. Des habitants du secteur ont observé une activité élevée d'hélicoptères semblant "chercher quelque chose", un agent de la NSA [National Security Agency] a également contacté le CUFOS afin de savoir où en était l'enquête, son intérêt étant purement privé selon lui. Il s'est avéré plus tard qu'une annexe de la NSA se trouve dans le secteur où les observations ont été faites.

 

Rencontres

 

Les objets observés semblaient privilégier les rencontres rapprochées, ils étaient fréquemment vus manoeuvrant et planant à basse altitude, au dessus de la cime des arbres. Un témoin déclare qu'il aurait pu facilement atteindre l'objet qu'il a observé avec une balle de base-ball.

 

Dans la majorité des cas, des lumières étaient d'abord observées puis les témoins remarquaient que ces lumières faisaient partie d'une masse lorsque l'engin se rapprochait. Une "suspension circulaire" lumineuse faisant partie de cette masse a souvent été mentionnée, cela pourrait expliquer pourquoi il est fréquement question de disque volant dans les témoignages.

 

Une femme décrit la partie inférieure de l'OVNI comme ornée de tuyaux et d'une sorte de pont. Le métal (s'il s'agit bien de métal) a été décrit de couleur gris foncé ou noir, 60% des observateurs ont pu distinguer une masse derrière les lumières.

 

Les observations ont été essentiellement faites de nuit, cependant, deux d'entre elles ont eu lieu en plein jour. Dans ces deux cas, les obbjets aperçus avaient la forme de boomerangs et semblaient composés de métal gris foncé.

 

Le comportement aérien de ces objets était étrange. Ils pouvaient planer, voler très lentement ou extrêmement rapidement. En outre ils semblaient pouvoir se déplacer à une vitesse phénoménale, comme projetés, d'un point à un autre. Un témoin au volant de sa voiture a observé des lumières très éloignées dans le firmament, soudain ,ces lumières planaient au dessus du témoin sans qu'il n'ait pu les voir se déplacer.

Une certaine curiosité de la part des occupants des OVNIs a été également constatée: le 12 juillet 1984, un de ces objets planait sur une maison ou un incendie s'était déclaré, semblant observer le travail des pompiers, qui eux mêmes observaient l'objet !

 

Ces engins apparaissaient parfois massifs, parfois transparents ou bien changeaient de forme. Ils semblaient privilégier des disparitions spectaculaires, soit en disparaissant subitement ou en s'éloignant à une vitesse effarante. De nombreuses observations se sont déroulées de façon "irréelle". Une masse immense, volant à très basse altitude et silencieusement avait l'effet d'une rencontre fantomatique sur les observateurs, cette masse était effectivement vue, mais ni "sentie" ou entendue.

 

Des témoins rapportent également un projecteur puissant balayant les environs, se posant sur les bâtiments ou les témoins. Cette lumière semblait pouvoir être pointée directement sur l'objet ou la personne, elle était si intense qu'elle éblouissait fortement. Dans quelques cas, des sphères lumineuses rouges "s'échappaient" de ce rayon lumineux et se déplaçaient ensuite dans les environs. Un détail mentionné également en Belgique en 1989.

Ces engins étaient totalement silencieux la plupart du temps, quelques témoins rapportent un léger vrombissement, comme celui d'un générateur, mais également des problèmes avec leur radio dans leur véhicule durant la présence des OVNIs.

 

Le summum de cette vague d'OVNI fut les événements de l'Interstate 84 qui rappellent fortement ceux de Belgique en 1989. Des objets ont survolé les autoroutes, une partie de la circulation a été immobilisée, les automobilistes, sortis de leurs véhicules observaient ces apparitions qui se trouvaient à quelques mètres au dessus d'eux. Bizarrement, ces observations étaient plus fréquentes les jeudis, apparemment afin de contester la théorie de l'ufologue américain John Keel qui avait calculé, des années auparavant, que les OVNIs se laissaient volontiers voir les mercredis.

 

Communication ?

 

Une certaine forme de communication entre les observateurs et les occupants des OVNIs a semblé s'établir. Quelques témoins, survolés par ces engins, entendirent des voix "dans leurs têtes" qui disaient qu'ils ne devaient pas s'inquiéter, qu'il ne leur arriverait rien. Ce détail est connu des rencontres rapprochées du troisième et quatrième type, c'est à dire, lors de confrontations entre les témoins et les occupants des OVNIs.

 

Les objets on réagi aux klaxons, aux appels de phares ainsi qu'aux signaux faits avec des lampes torche par l'apparition d'un faisceau lumineux. Le 12 juillet 1984, quelques témoins à bord d'un bateau ont observé un engin volant circulaire et lumineux alors qu'ils naviguaient sur un lac. Les témoins ont allumé puis éteint les lumières à bord de l'embarcation, l'OVNI a réagit pareillement ! Un autre observateur a été littéralement "baigné" dans un faisceau lumineux rapportant une chaleur ressentie, comme des micro-ondes.

 

Les récits de personnes désirant mentalement avoir une meilleure vue de l'objet sont impressionnants, ces "souhaits" ont été immédiatement exaucés à la grande stupéfaction des témoins et l'objet se plaçait de façon à ce qu'il soit parfaitement vu.

 

Enregistrements

 

Il a été très difficile de photographier ou de filmer ces engins. Bien souvent, il n'y avait rien à voir après le développement ou seulement quelques petits points lumineux, rien qui ne représentait ce que les témoins avaient réellement observé. Ceci explique pourquoi seulement 6 photos et deux captures d'images tirées de vidéos sont à voir dans l'ouvrage sité si dessus. Un témoin a réussi à zoomer sur l'OVNI de façon à ce que la structure derrière les lumières soit perçue. Après un "Missing Time" il n'y avait malheureusement plus rien à voir sur le film, le témoin suppose qu'un champ magnétique puissant ait été responsable de cet effet.

 

Bob Pozzuoli a filmé le 24 juillet 1984 l'un des objets, les experts de la chaine ABC-TV n'ont pu définir ce qu'ils voyaient sur ce film. On y reconnaissait une forme circulaire parée de 6 lumières, disparaissant derrière des arbres puis réapparaissant ensuite. Cette vidéo a été envoyée au Dr John Baker de la "West Coast University", en Californie ainsi qu'au Dr. Al Hibbs du "Jet Propulsion Laboratory". Ils ont tout deux analysé le film sans pouvoir définir ce qui avait pu être enregistré.

Le 24 mars 1983, le controle du traffic aérien de Westchester ne pouvait rien déceler sur ses radars alors que de nombreuses observations avait lieu. Non loin de là, la tour de contrôle de l'aéroport de Dutchess avait un contact radar en plus d'un contact visuel des lumières.

 

En été 1984, des officiers de police du "New Castle Police Headquarters" à Chappaqua observèrent l'un de ces OVNIs et contactèrent immédiatement l'aéroport de Westchester. Leur observation a été confirmée par le personnel du contrôle aérien qui avait un contact radar de l'engin. L'OVNI est apparu puis a soudainement disparu, on n'a pu l'identifier.

 

L'employé de l'aéroport ne savait pas que les officiers de police étaient les témoins, il pensait qu'il s'agissait d'un témoin à part et a conseillé aux officiers de déclarer à celui-ci qu'il avait vu un avion. L'un des officiers rétorqua qu'il ne s'agissait certainement pas d'un avion, ce que l'employé de l'aéroport confirma en insistant pour qu'il déclare quand même cela au témoin. Cet incident est enregistré, comme toute conversation téléphonique de la police.

 

Visite au dessus d'un réacteur

 

Les enquêteur du CUFOS ont reçu le témoignage d'un agent de la sécurité responsable d'un réacteur d'Indian Point. Le réacteur se trouve dans une zone de haute sécurité et il n'est pas autorisé de le survoler. Les recherches sur ce cas se sont avérées très difficiles puisque le responsable de cette annexe refusait toute enquête sur le terrain, il était interdit de pénétrer le secteur et les employés ne devaient pas être questionnés. Cela était vraiment lourd de conséquences puisque l'objet avait été filmé par le matériel technique de surveillance. Finalement, l'un des agents de sécurité a été rencontré de façon non officielle.

 

Il y a eu deux observations pour être précis, la première s'est déroulée le 14 juillet 1984 vers 22h15, des lumières sont apparues sur la centrale et se sont digirigées directement vers celle-ci. Ces lumières avaient la forme d'un boomerang et sont restées stationnaires une quinzaine de minutes sur la centrale. L'OVNI planait si bas qu'on pouvait nettement distinguer une masse noire derrière les lumières.. La présence de cette masse sombre a été confirmée lorsqu'un avion de ligne qui decollait disparu de la vue des témoins (10 témoins et 3 agents de la sécurité) derrière celle-ci.

 

Dix jours plus tard, le même objet, ou un objet semblable, est de nouveau apparu . Cette fois-ci, 7 agents de la sécurité l'ont observé et ont aperçu une structure cachant les étoiles derrière les lumières. Cette observation fut bien plus alarmante que la première puisque l'objet planait à très basse altitude juste au dessus des réacteurs. Les agents de sécurité se trouvaient juste au dessous de l'objet, leurs armes en main, attendant le signal pour tirer. La garde nationnale, contactée, tentait d'identifier l'objet en vain et décida d'envoyer un hélicoptère qui aurait éventuellement ouvert le feu sur l'engin, cependant l'OVNI a disparu rapidement et aucune tentative de ce genre n'a pu être entreprise.

 

Dans la centrale, un agent de la sécurité a pu voir l'objet sur les caméras de surveillance, il avait la forme d'un "V" et il pouvait exactement voir sa structure. Il a pu voir des sorte d'ouvertures rappelant celles de dispositifs de mise à feu pour des fusées ou quelque chose de ce genre. A ce moment là, le système informatique de sécurité ainsi que le détecteur de mouvements ont cessé de fonctionner. Peu de temps après, l'OVNI disparaissait.

 

Une explication rationnelle?

 

On a avancé que la cause de la vague aurait été des avions volant en formation. Toutefois cette éventualité me semble insuffisante, pour plusieurs raisons :

 

Les OVNIs ne sont déplacés à très basse altitude ce qui permettait aux témoins de pouvoir reconnaitre leur structure, pas seulement les lumières.

Ces objets ont été observés planant sur le même endroit, silencieusement et durant une longue période ce qui est impossible pour objet volant conventionnel, sauf pour un hélicoptère ou un ballon.

Ils possédaient un éclairage extrêmement puissant , bien plus puissant que les feux d'un avion.

Les "phares" ont toujours gardé la même distance entre eux, une coordination si parfaite durant un vol en formation n'est pas possible.

 

Quelques pilotes de Stormville, Dutchess County ont décidé de "jouer aux OVNIs": aux commandes d'avions de tourisme, ils ont survolé en formation les environs, leurs phares allumés, de nuit. Des témoins de la vague d'OVNI les ont immédiatement reconnus en tant qu'avions volant en formation et souligné la grande différence entre leur prestation et celle des véritables OVNIs observés.

 

Missing Time

 

Durant leurs recherches, les enquêteurs se sont rendus compte que beaucoup de témoins avaient vécu des "Missing Time". Ils déclaraient par exemple n'avoir cru observer l'OVNI que quelques minutes alors qu'une demie-heure ou trois quart d'heure s'étaient écoulés. D'autres témoins ont été enlevés de leur chambre à coucher après qu'ils aient remarqué l'engin au dessus de chez eux..

 

Les enquêteurs avaient apparement un problème avec ce genre de témoignages et n'ont publié que quelques rapports de RR4. Ce n'est que plus tard qu' il s'est avéré que 75 abductions au total ont été signalées et que seulement 25 cas ont été examinés. Les ravisseurs décrits étaient des "Gris" typiques. Dans un des cas, il aurait été communiqué à l'enlevé que ces créatures venaient en mission scientifique afin de "seulement" examiner plus en détail les humains et cette région.

 

Sources :

Hynek, Imbrogno & Pratt, NIGHT SIEGE - The Hudson Valley UFO-Sightings, Ballantine Books, New York 1987

HUDSON VALLEE Article de Greyhunter Traduction Maya

http://greyhunter.de/

Pour ceux qui veulent approfondir ces observations passionnantes je vous recommande de rejoindre le site 

http://ovnis-direct.com

en cliquant sur  CE LIEN

0 commentaires

jeu.

24

janv.

2019

Rencontre Ovni - Pilotes au Guatemala

 

"VENDREDI 18 JANVIER 2019

Alfonso Salazar: Rencontres rapprochées entre pilotes guatémaltèques et ovnis

 

 

Alfonso Salazar: Rencontres rapprochées entre pilotes guatémaltèques et ovnis

Catégorie: Otros Mundos (Other Worlds) Publié à l'origine le 06 sept. 2011 - 6175

 

 Le Colonel AC de l'aviation civile, accompagné du Capitaine Carlos S. à titre de copilote, ont fait face à une expérience inhabituelle le 14 février 1967.

 

Il s'agit probablement de l'une des premières dans l'histoire des OVNI dans laquelle un équipage de ligne et son véhicule utilitaire font face collision.

 

Tout était normal ce matin-là lors du décollage d'un AVIATECA DC-4. L'itinéraire prévu allait de l'aéroport international La Aurora de la capitale guatémaltèque à l'aéroport Benito Juarez de Mexico.

 

Les conditions étaient relativement bonnes, comme c'est la coutume pour cette période de l'année sous les tropiques.

 

L'avion à hélice était à mi-chemin de son itinéraire et survolait l'État mexicain d'Oaxaca.

Soudain, le colonel A.C. a vu un objet noir en forme de verre juste devant le cockpit de son avion de ligne.

Son copilote est devenu nerveux, voire effrayé.

En tant qu'aviateur professionnel qu'il était, le colonel a soudainement pris un virage et exécuté une "manœuvre de goutte d'eau", selon ses mots, pour s'assurer de la réalité.

 

«Nous, les pilotes, avons l'habitude de voir voler des objets, même des bouts de papier, à des altitudes de plusieurs milliers de pieds, mais nous ne le savions pas», a-t-il déclaré dans une interview accordée à Tele Sistema Mexicano, Chanel 2.

 

Le colonel A.C. n'a fait que deux interviews concernant son expérience. L'une d'elle  pour la télévision mexicaine avec Lic. Pedro Ferriz et une autre avec l'interviewer  guatémaltèque Cesar Romero de Channel 3.

Son interview au Mexique a duré en réalité près de deux heures.

 

Dans une conversation privée avec cet auteur, il a déclaré qu'il ne parlerait plus publiquement de l'affaire.

 

Les rencontres avec des objets inconnus ont impliqué deux autres pilotes guatémaltèques sur une route différente.

 

Les pilotes d’aviation Oscar Ruiz M. et Julio A. Peña se dirigeaient vers l’océan Atlantique à Miami, à 12 000 pieds d'altitude.

Les conditions étaient claires et avec seulement quelques nuages.

Soudain, à la position deux heures (dans le langage employé par les aviateurs pour localiser une direction selon une horloge imaginaire), ils ont pu voir ce qui ressemblait à une sorte de dirigeable argenté.

«C’était immense et reflétait clairement la lumière du soleil», a déclaré l’un d’eux.

«Nous ne l'avons jamais perdu de vue. C'était toujours là, apparemment à notre même vitesse. Il a disparu au milieu des nuages. Cela devait être la taille de trois ou quatre avions de ligne commerciaux ensemble. Il semblait être piloté à une vitesse incroyable. ".

 

Le colonel Antonio B., directeur de l'aéronautique civile à plusieurs reprises, a avoué avoir reçu d'innombrables rapports de pilotes guatémaltèques ayant rencontré des objets inconnus.

 

Il avait lui-même été témoin d'une lumière orange brillante qui s'était scindée en deux horizontalement au-dessus du département d'El Petén, dans l'extrême nord de la république.

 

«C’était comme si deux navires avaient décollé dans des directions différentes pendant la nuit claire dans laquelle ils naviguaient.»

 

Il m’a également raconté comment, au cours de sa période d’entraînement dans une base aérienne américaine, tirant sur une étoile donnée au cours d’une mission ces cibles sélectionnées se sont soudainement éloignées à une vitesse prodigieuse. 

 

La rencontre la plus récente entre des avions de ligne et des ovnis au Guatemala est le cas connu sous le nom de «Vol 510», dont nous disposons d'un enregistrement sur bande de l'échange entre un pilote de 767 et la tour de contrôle de l'aéroport international de La Aurora.

 

L'enregistrement retranscrit le drame impliquant un équipage qui a fait face à un objet volant non identifié devant son appareil sur une distance de 110 milles. Mais nous allons laisser cette affaire pour un prochain article.

 

[Traduction © S. Corrales IHU, merci à Alfonso Salazar]

PUBLIÉ PAR INEXPLICATA (IHU) À 07H51".

0 commentaires

mer.

23

janv.

2019

OVNI : Le Projet Divulgation (VOSTFR) Version Complète - Janvier 2019

 

Cela s’est passé en 2001, juste avant les attentats du

11/09/2001 !!!

 

Le Projet Divulgation a ensuite été éclipsé des médias...

 

Cette vidéo est la retransmission de la plus grande annonce publique de l’existence des extra terrestres devant les membres du congrès Américain !

 

En réalité elle passé dans les oubliettes de la mémoire collective sauf pour les ufologues, ceux qui nous gouvernent, qui savent,  et qui s'inquiètent légitimement d'un possible infiltration des EBE dans notre espace de vie, les chercheurs en rétro-ingénierie, des sociétés privées dans la technologie de pointe et matériaux, des généticiens, les services secrets de tous les pays de notre planète, les grandes agences spatiales nationales , les militaires qui inventent des armes sophistiquées contre les EBE , les "debunkers" officiels,  et les romanciers para.....

Au final rien ne pourra empêcher leurs agissements !

 

 

A redécouvrir 

 

0 commentaires

mar.

22

janv.

2019

Publication par la DIA de la liste des 38 rapports élaborés dans le cadre de l’AATIP - Janvier 2019

La DIA (Defense Intelligence Agency) est l’agence de renseignement militaire américaine. Elle est au Pentagone.

C’est l’équivalent militaire de la CIA (civile et non gouvernementale).

La DIA a publié le 16 janvier la liste des rapports élaborés dans le cadre du programme AATIP que dirigeait Luis Elizondo au Pentagone.

 

Le document original publié par la DIA est disponible sur ce lien: 

aatip-list.pdf
Document Adobe Acrobat 759.9 KB

Traduction de la liste des programmes

 

1. Fusion à confinement inertiel électrostatique, Dr. George Miley, Univ. of Illinois

 

2. La propulsion nucléaire avancée pour les missions habitées dans l’espace lointain, Dr. F. Winterberg, Univ. of Nevada – Reno

 

3. Technologie des micro-ondes à haute puissance pulsées, Dr. James Wells, JW Enterprises

 

4. Accès à l’espace, Dr. P. Czysz, HyperTech

 

5. Propulsion spatiale avancée basée sur l’ingénierie du vide (métrique de l’espace-temps), Dr. Hal Puthoff, EarthTech International

 

6. Bio Senseurs et Systèmes Bio-Microélectromagnétiques, Dr. Bruce Towc, Univ. of Arizona

 

7. Invisibilité Camouflage, Dr. Ulf Leonhardt, Univ. of St. Andrews

 

8. Trous de ver traversables – Stargates et énergie négative, Dr. Eric Davis, EarthTech International

 

9. Communications par ondes gravitationnelles à haute fréquence, Dr. Robert Baker, GravWave

 

10. Rôle des supraconducteurs dans la Recherche sur la Gravité, Dr. George Hathaway, Hathaway Consulting

 

11. Antigravité pour les applications aérospatiales, Dr. Eric Davis, EarthTech Intemational

 

12. Effets de champ sur les tissus biologiques, Dr. Kit Green, Wayne State Univ.

 

13. Propulsion aérospatiale Positron, Dr. Gerald Smith, Positronics Research

 

14. Concepts pour extraire l’énergie du vide quantique, Dr. Eric Davis, EarthTech Intemational

 

15. Introduction à l’équation statistique de Drake, Dr. Claudio Maccone, Académie Internationale d’Astronautique

 

16. Inventeur indépendant contre inventeur d’entreprise, Dr. George Hathaway, Hathaway Consulting

 

17. Biomatériaux, Dr. Bruce Towe, Univ. of Arizona

 

18. Métamatériaux pour applications aérospatiales, Dr. G,Shvets, Univ. of Texas – Austin

 

19. Distorsion de l’espace-temps – énergie noire – manipulation de dimensions supplémentaires, Dr. R. Obousy, Obousy Consultants

 

20. Approches technologiques du contrôle de dispositifs externes en l’absence d’interfaces actionnant des prothèses (?), Dr. R. Genik, Wayne State Univ.

 

21. Matériaux pour les plates-formes aérospatiales avancées, J. Williams, Ohio State Univ.

 

22. Verres métalliques, Dr. T. Hufnagel, John Hopkins Univ.

 

23. Applications aérospatiales des matières programmables, Dr W. McCarthy, Programmable Matter Corporation

 

24. Spintronics de type métal, Dr. M. Tsoi, Univ. of Texas – Austin

 

25. Incidences de l’intrication quantique et de la non-localisation dans la communication spatiale, Dr J. Cramer, Univ. of Washington

 

26. Propulsion par fusion aneutronique I, Dr V. Teofilo, Lockheed Martin

 

27. Cockpits à l’ère des vols avancés, Dr. G. Millis, Tau Zero

 

28. Limites cognitives du contrôle simultané de plusieurs engins spatiaux sans équipage, Dr. R. Genik, Wayne State Univ.

 

29. Détection et suivi à haute résolution de véhicules à des vitesses hypersoniques, Dr W. Culbreth, Univ. of Nevada – Las Vegas

 

30. Propulsion par fusion aneutronique II, Dr W. Culbreth, Univ. of Nevada – Las Vegas

 

31. Nanosatellites propulsés par Laser, Dr. E. Davis, EarthTech International

 

32. Propulsion magnétohydrodynamique (MHD) aérobie et puissance pour les applications aérospatiales, Dr. S. Macheret, Lockheed Martin

 

33. Calcul quantique et utilisation de molécules organiques dans les technologies d’automatisation, Dr R. Genik, Wayne State Univ.

 

34. Tomographie quantique des états d’énergie négative dans le vide, Dr. E. Davis, EarthTech International

 

35. Ultracondensateurs en tant que dispositifs de stockage d’énergie, Dr. J. Golighlly, Lockheed Martin

 

36. Propulsion par masse négative, Dr. F. Winterberg, Univ. of Nevada – Reno

 

37. Etat de l’art et évolution des armes à laser à haute énergie, J. Albertine, Directed Teclrnologies (Ce produit est classé SECRET // NOFORN)

 

38. État de l’art et évolution des armes à laser à haute énergie, J. Albertine, Directed Technologies

 

Lettre de la DIA accompagnant la liste des rapports

élaborés dans le cadre de l’AATIP.

Source: https://fas.org/irp/dia/aatip-list.pdf

 

M. Steven Aftergood

Fédération des Scientifiques américains

11 12 16th Street NW, Suite 400

Wasltington. DC 20036

 

Cher Monsieur Aftergood,

 

Ce courrier répond à votre demande FOIA (Freedom of Information Act), datée du 15 août 2018, que vous avez soumis à la Defense Intelligence Agency (DIA) pour obtenir des informations concernant « une copie de la liste, qui a été récemment transmise au Congrès, de tous les produits DIA élaborés sous le contrat relatif au Programme Avancé d’Identification des Menace Aérospatiales ».

Je m’excuse pour le retard pour répondre à votre demande.

La DIA poursuit ses efforts pour traiter l’important arriéré des demandes FOIA.

 

Une recherche dans les systèmes d’enregistrements de la DIA a localisé (l) document de (5 pages) correspondant à votre demande.

Après examen, j’ai déterminé que certaines parties du document devaient être, en partie, retenues de la divulgation en vertu de la FOIA.

Les parties retenues sont exemptées de la libération conformément à l’exemption 6 de la FOIA – 5 U.S.C. – Article 552 (b) (6). L’exemption 6 s’applique aux informations

qui, si elles étaient libérés, constitueraient une atteinte injustifiée à la vie privée d’autres personnes.

 

Si vous n’êtes pas satisfait de ma réponse, vous pouvez contacter le Centre de Service aux Demandeurs de la DIA/FOIA, ainsi que notre Liaison Publique de la FOIA au 301-394-5587.

 

En outre, vous pouvez contacter le Bureau des Services d’Information du Gouvernement (OGIS) aux Archives Nationales et Administration des Enregistrements pour vous enquérir des services de médiation FOIA qu’ils offrent.

 

Vous pouvez contacter OGIS par e-mail à l’adresse ogts@nara.gov.  par téléphone au 202-741-5770, sans frais au 1-877-684-6448 ou par télécopie au 202-741-5769; ou vous pouvez les poster à l’adresse suivante:

 

Bureau des Services d’Information du Gouvernement

Archives Nationales et Administration des Enregistrements

8601 Adelphi Road-OGIS

College Park, MD 20740-6001

 

Vous pouvez également exercer votre droit de former un recours administratif en écrivant à l’adresse indiquée ci-dessous, en faisant référence à l’affaire 0239-2018. Votre appel doit être envoyé au plus tard sous 90 jours après la date de cette lettre, le cachet de la poste faisant foi.

 

Defense Intelligence Agency

7400 Pentagone

ATTN: FAC-2A1 (FOIA)

Washington, DC 20301-7400

 

Cordialement.

Brian L. Jenkins

Chef, Gestion des Enregistrements et Services d’Information

 

Il y a des pièces jointes à cette lettre.

NON CLASSIFIÉ // POUR USAGE OFFICIEL SEULEMENT

DEFENSE INTELLIGENCE AGENCY

WASHINGTON, D.C. 20301-7400

 

U-18-00001/OCCI

    JAN 09 2018

L’honorable John McCain

Président

L’honorable Jack Reed

Membre de Haut Rang

Comité des Services Armés

Sénat des États-Unis

228 Russell Senate Office Building

Washington. DC 20510

 

Cher Président McCain et Membre de Haut Rang Reed.

 

(U // FOUO) Compte tenu de l’intérêt manifesté par votre personnel pour le rôle de la Defense Intelligence Agency (DIA) dans le Programme Avancé d’Identification de la Menace Aérospatiale (AATIP), veuillez trouver ci-jointe une liste de tous les produits élaborés dans le cadre du contrat AATIP, pour publication par DIA. Le but de l’AATIP était d’enquêter sur les menaces d’armes étrangères aérospatiales avancées depuis le présent jusqu’au 40 prochaines années.

 

(U // FOUO) Il y a 38 rapports associés à la participation de DIA au programme qui sont documentés dans la liste. Tous sont NON CLASSIFIÉS // POUR USAGE OFFICIEL SEULEMENT, sauf la pièce jointe 37 qui est une version SECRET // NOFORN de la pièce jointe 38 Etat de la Technique et Évolution des Armes Laser à Haute Energie. Tous sont disponibles pour l’accès du personnel du Congrès sur le réseau du Capitol

(CapNet) à l’exception des pièces jointes 12 et 15, intitulées respectivement Effets de Champ sur les Tissus Biologiques et Une Introduction à l’Équation Statistique de Drake. Nous sommes également heureux de fournir directement sur demande.

 

(U) Si vous avez des questions, veuillez contacter le Responsable des Opérations du Congrès.  (b) (6).

(b) (6)

 

Cordialement

 

Christine Kapnist

Chef

Division des Relations avec le Congrès de la DIA

 

——————-

 

CC:

Chef de la majorité, Sénat américain

Porte-parole de la Chambre des Représentants des États-Unis

Chef de la minorité, Sénat américain

Chef de la minorité à la Chambre des Représentants des États-Unis

Coordinateur de la majorité, Sénat américain

Coordinateur de la minorité, Sénat américain

Coordinateur de la majorité, Chambre des Représentants des États-Unis

Coordinateur de la minorité, Chambre des Représentants des États-Unis

Comité des Services Armés

Comité Spécial Permanent du Renseignement de la Chambre

Comité Spécial du Sénat sur le Renseignement

Sous-comité à la Défense, Comité des Crédits du Sénat

Sous-comité à la Défense, Comité des Crédits de la Chambre.

0 commentaires

dim.

20

janv.

2019

L'US Air-Force commente la nouvelle série TV « Projet Blue Book » - Janvier 2019

Le magazine de l’US Air Force commente la sortie de la série télévisée qui met en évidence sa volonté de déni de l’hypothèse extraterrestre.

Projet Blue Book: L’enquête secrète sur les ovnis de l’US Air Force est présentée à la télévision. (Source de l’article)

 

Dans les mots de Fox Mulder, agent spécial du FBI assigné aux X-Files: « Je veux croire. »

 

Il était une fois… l’armée de l’air américaine, … qui le souhaitait peut-être aussi.

 

Aux premiers jours de la guerre froide, le ciel du continent américain était envahi d’objets qui ont amené de nombreux Américains à se tourner vers les étoiles pour obtenir des réponses. La réponse de l’Air Force a été plus bureaucratique.

 

L’Air Force a commencé le projet Blue Book en 1952 en tant qu’étude systématique des observations d’objets volants non identifiés. Le projet était chargé d’analyser scientifiquement les données recueillies sur les ovnis afin de déterminer s’ils constituaient une menace pour la sécurité nationale.

 

Bien qu’il ait officiellement pris fin en décembre 1969, le projet a captivé l’imagination des fans de science-fiction depuis la publication de ses conclusions. Maintenant, une nouvelle génération de chercheurs sur les ovnis pourrait voir le jour suite à la diffusion de la nouvelle série télévisée d’History Channel, « Project Blue Book ».

 

La série a été créée le 8 janvier et diffusera dix épisodes au cours de la première saison. History Channel a décrit la nouvelle émission comme étant « basée sur les véritables enquêtes hautement secrètes sur les ovnis et les phénomènes connexes, menées par l’US Air Force ».

 

Dans cette émission, ainsi que dans la vie réelle, le Dr Joseph Allen Hynek, astronome formé à l’Université de Chicago, est recruté dans son corps professoral de l’université pour servir de conseiller scientifique au projet clandestin Blue Book.

 

Hynek a également été consultant pour le compte de l’armée de l’air sur deux enquêtes antérieures concernant des ovnis, connues sous les noms de Project Sign et Project Grudge, qui ont commencé et se sont terminées avant le projet Blue Book. Dans l’émission il est convoqué avec son partenaire, le capitaine Michael Quinn de l’US Air Force, pour enquêter sur des observations d’ovnis à travers le pays.

 

Le duo s’aperçoit rapidement que certaines rencontres ne peuvent pas être facilement écartées.

Coupure de journal du Projet Blue Book 10073, près de Schenectady et d’Oswego, New York, le 8 avril 1956.

L’incident impliquait la chasse d’un ovni par un pilote de ligne. (crédit Ministère de la Défense USA)

La série diverge des faits historiques lorsque Hynek commence à soupçonner que le gouvernement l’a dupé dans un complot visant à dissimuler la vérité.

 

La série se déroule dans le contexte de la guerre froide et de la montée des armes atomiques. Chaque épisode de la série puise dans les sources des dossiers du projet Blue Book, « mêlant les théories ufologiques à des événements historiques authentiques appartenant à l’une des époques les plus mystérieuses de l’histoire des États-Unis », selon History Channel.

 

Néanmoins, la méfiance de Hynek à l’égard de l’Air Force n’est pas sans fondement.

 

Dans son livre de 1977 intitulé « The UFO Experience », Hynek a relaté un changement personnel de son rôle de démystificateur d’ovnis, le rôle qu’il a dit que: « l’armée de l’air s’attendait à ce qu’il joue ».

Au fil du temps, Hynek en vint à croire que si de nombreuses observations d’ovnis pouvaient être expliquées comme des phénomènes normaux mal identifiés par des yeux non exercés, certains cas ne pouvaient toutefois pas être conciliés avec les connaissances scientifiques.

 

Avant que l’Air Force ne ferme le projet, il a déclaré qu’il pensait que les observations d’ovnis méritaient un examen plus rigoureux et que le surplus de témoins dignes de confiance, y compris des pilotes et des militaires de haut rang, indiquait qu’il y avait plus que ce qui se présente à l’œil quand il s’agit d’ovnis.

 

Indépendamment de ses convictions ultérieures, le projet Blue Book a officiellement conclu sur une note plus sceptique.

 

Des milliers de rapports d’ovnis ont été classés et étudiés dans le cadre du projet. Dans son rapport final sur le Blue Book, l’armée de l’air a résumé ses conclusions comme suit:

 

Aucun ovni signalé, étudié et évalué par l’Air Force ne fut jamais un signe de menace pour notre sécurité nationale;

L’Air Force n’a présenté aucune preuve indiquant que les observations qualifiées de "non identifiées" constituaient des développements technologiques ou des principes allant au-delà de l’éventail des connaissances scientifiques modernes; et

Rien n'indiquait que les observations classées comme "non identifiées" étaient des véhicules extraterrestres.

Toute la documentation de l’Air Force relative au projet Blue Book a finalement été transférée au Service des Archives et Enregistrements Nationaux à la Modern Military Branch et est disponible pour analyse par le public.

 

« Depuis la fin du projet Blue Book, rien ne s’est produit qui pourrait soutenir une reprise des enquêtes sur les ovnis », a déclaré l’Air Force dans une fiche archivée du rapport de juillet 2012. « Compte tenu de l’environnement actuel caractérisé par une baisse constante du budget de la défense, il est peu probable que l’Air Force s’engage dans un projet aussi coûteux dans un avenir proche.  »

 

Assez drôle cependant, le service de renseignement du Département de la Défense américain était en fait impliqué dans la recherche sur les ovnis à cette époque.

 

En décembre 2017, le Pentagone a reconnu pour la première fois qu’un programme avait été établi en 2007 pour enquêter sur les rapports d’objets volants non identifiés communiqués par des membres des services militaires. Ce projet ne s’est pas terminé avant 2012, bien que, selon le New York Times, certains responsables aient spéculé sur le fait qu’il se poursuivait.

 

Images du projet Blue Book Case 2853, à Toms River, dans le New Jersey,

le 1er novembre 1945. (crédit Ministère de la Défense)

Le projet, appelé Programme Avancé d’Identification des Menaces Aérospatiales, avait le soutien du chef de la majorité au Sénat de l’époque, Harry Reid ainsi que de l’ancien Sénateur Ted Stevens, Républicain de l’Alaska et de Daniel Inouye, Démocrate de Hawaii.

 

«Je ne suis ni embarrassé, ni honteux, ni désolé d’avoir lancé ce projet», a déclaré Reid après la publication du projet en 2017. «Je pense que c’est l’une des bonnes choses que j’ai faites lors de mon service au Congrès. J’ai fait quelque chose que personne n’a fait auparavant. »

 

L’une des vidéos les plus célèbres du projet ovni de Reid, révélée au public, portait sur des images prises par des avions de combat de la marine américaine alors qu’ils suivaient un objet inconnu manœuvrant de manière inexplicable au large des côtes du sud de la Californie en 2004.

 

L’existence de ces programmes ne signifie pas nécessairement que les ovnis soient de nature extraterrestre. Mais ils montrent que le gouvernement prend au sérieux les objets aériens non identifiés, peut-être inquiet des capacités sans cesse croissantes des adversaires proches – ou plus lointains.

 

A propos de cet auteur: Kyle Rempfer est le rédacteur en chef de Early Bird Brief pour Military Times et ancien contrôleur de combat de l’US Air Force.

 

0 commentaires

sam.

19

janv.

2019

OVNIS : l'hypothèse extraterrestre généralisée de Claude Lavat - Janvier 2019

 

Ce livre relate des cas inédits d'observations personnelles du phénomène ovnien, décrits avec la précision et la richesse permises par une approche pluridisciplinaire de la question et une longue pratique de l'observation astronomique, ainsi que les résultats d'une étude du phénomène menée pendant cinquante ans...

 

Sont également exposés et proposés une nouvelle théorie du phénomène ovnien, ainsi que les protocoles d'observations optiques et radar devant permettre la validation de cette théorie qui, sollicitant la science jusqu'à ses frontières actuelles, rend déjà compte de la plupart des faits observés d'un phénomène, dont l'étude n'est pas encore entreprise et est même rejetée provisoirement ? par la science officielle,

la « Science d'en Haut », pour des raisons et dans des conditions également étudiées.

 

Pour la première fois en ovniologie, se trouvent exposées dans un même livre, un même élan, des observations inédites du phénomène ovnien, une théorie permettant d'accepter ces faits, des propositions de protocoles d'observations à effectuer dans les domaines optique, et même radar, devant confirmer et perfectionner la théorie proposée.

 

0 commentaires

ven.

18

janv.

2019

USA : De nombreux militaires ont déjà vu des OVNI selon un politicien - Janvier 2019

Harry Reid en 2002

 

 

Un ancien sénateur américain a déclaré que des centaines de pilotes militaires avaient été témoins de la présence d'OVNI. Beaucoup n’ont pas rapporté ce qu’ils avaient vu par crainte de représailles de la part de leurs supérieurs.

 

Harry Reid, l'ancien chef de la majorité au Sénat, fait pression sur ses anciens collègues pour qu'ils étudient davantage les appareils mystérieux qui sont régulièrement observés dans le ciel.

 

Dans une interview diffusée sur KNPR (une station de radio située à Las Vegas, au Nevada), il a déclaré que des centaines de personnes en avaient vues, y compris des militaires.

 

« Je vais avoir un appel téléphonique avec un membre du Sénat dans une heure ou deux où des militaires voudront venir raconter à quelqu'un ce qu'ils ont vu », a-t-il déclaré.

 

« Ce que nous avons constaté par le passé, c’est que ces pilotes, quand ils voient quelque chose d’étrange, sont enclins à ne pas le signaler, de peur que leurs patrons pensent qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec eux et qu’ils n’obtiennent pas leur promotion. »

 

« Alors, souvent, ils ne disent rien à personne concernant ces choses étranges. »

 

« Les faits sont là, ils ont besoin d'un endroit pour pouvoir témoigner, et c'est ce sur quoi je vais travailler dans quelques heures, pour m'assurer que quelqu'un que je pense être un membre puissant du Congrès, puisse s'asseoir et parler à certains de ces pilotes qui ont vu ces choses. »

 

Reid a admis qu'il avait visité la Zone 51 mais a décidé de ne pas en dire plus, affirmant qu’il croyait aux « petits hommes verts ».

 

Mais Blake et Brett Cousins - de la chaîne YouTube thirdphaseofmoon - ont spéculé sur cette histoire.

 

« Je pense que ce que Reid est en train de faire, c'est de déformer l'histoire - il sait ce qui se passe réellement », a déclaré Brett.

 

« Il travaille en réalité dans la Zone 51 - que cache-t-il ? »

 

Les efforts de Reid pour exposer les OVNI au grand public ont conduit le New York Times à révéler un programme secret du Pentagone dont le but était d’étudier les observations d’OVNI, en 2017.

 

Mais les internautes ont eu une réaction mitigée face aux dires de cet homme politique.

 

« Je ne lui fais pas confiance », a écrit l’un d’eux.

 

Un autre a ajouté : « Il y a trop de preuves pour nier que les OVNI ou les extraterrestres n'existent pas. »

 

« C'est tout simplement indéniable et le gouvernement ne fait que mentir constamment - comment pourrions-nous être la seule vie dans l'espace alors que l'espace est infini ? »

 

Un troisième a commenté : « Cela doit être une preuve de l’existence des extraterrestres. »

 

0 commentaires

jeu.

17

janv.

2019

Des OVNI triangulaires observés aux États-Unis dans les années 1980

 

Dans les années 1980, un récit très intéressant a été publié sur le site Internet de la Fédération des Scientifiques Américains.

 

On y apprend qu’un mystérieux OVNI de forme triangulaire a été observé dans les rues d’une ville californienne.

 

Ce type d’OVNI est, depuis des dizaines d’années, observé très régulièrement à travers le monde.

 

Ce récit se lit comme suit :

 

« Un avion très intriguant a été signalé à la fin des années 1980. Certains observateurs affirment avoir vu un vaste objet ayant la forme d’une aile volante de couleur noire. Sa largeur était estimée entre 600 et 800 pieds. Il traversait silencieusement les rues d’une ville de Californie. »

 

« L'engin s'est déplacé si lentement qu'un observateur a prétendu qu'il pouvait courir à la même vitesse », a précisé le témoin.

 

« L’appareil aurait exécuté des manœuvres étranges avant de soudainement s’arrêter. Il a ensuite pivoté sur place et a plané verticalement, pointant son mince bord de fuite vers le sol. Les gyrations improbables de ce véhicule suggèrent qu’il est distinct des autres observations et qu’il pourrait être un engin plus léger que l’air et poussé par des hélices à rotation lente. »

 

La description ici est en effet étrange et, bien que le FAS n'ait pas fourni de détails supplémentaires sur les circonstances ou les témoins des événements décrits ci-dessus, la description est généralement similaire à d'autres récits écrits de « triangles volants » apparus au cours de ces dernières années.

 

L’écrivain Micah Hanks nous explique :

 

« Il y a plusieurs années, alors que j'étais animateur d'une émission de radio locale dans ma ville natale, Asheville, en Caroline du Nord, j'ai reçu un appel d'un certain Brian, qui a raconté sa propre expérience. Il avait vu l'un de ces appareils survoler notre ville de 1988. Après avoir discuté à plusieurs reprises de l'histoire de Brian sur mon podcast, The Gralien Report, j'avais toujours espéré qu'une vérification serait possible, car je n'ai jamais réussi à retrouver l’homme qui m’avait appelé (malgré de nombreux efforts entrepris au fil des ans). »

 

« Cependant, à la fin de l’année dernière, j’ai finalement reçu un mot d’un certain Randy qui, après avoir écouté la description des événements survenus en 1988 dans un épisode diffusé sur mon podcast. Il m’a écrit et a partagé sa propre expérience qui a eu lieu à peu près à la même époque et un peu au nord

d'Asheville. »

 

Dans son courrier électronique envoyé à l’ufologue,

Randy a écrit :

 

« Quelque chose a attiré mon attention hier alors que je roulais à bord de mon véhicule. J’écoutais l’épisode de cette semaine intitulé ‘UFO Cults & Odd Cases’ lorsque vous racontiez l’histoire de quelqu'un qui a vu un engin en forme de triangle dans la région d’Asheville à la fin des années 80. C’est la raison pour laquelle je vous écris. Je pense avoir vu la même chose. »

 

Randy poursuit :

 

« J'ai grandi dans le sud-ouest de la Virginie, juste à la frontière entre la Virginie et le Tennessee. Ma grand-mère vivait à Kingsport, dans le Tennessee, et nous lui rendions visite fréquemment. Je devais avoir environ 9 ou 10 ans à l'époque. Un soir, alors que nous étions sur le point de rentrer à la maison, mon père était déjà à l'extérieur et discutait avec ma grand-mère en train de lui faire ses adieux. Papa a appelé pour que je vienne à l'extérieur. Entendant l'urgence dans sa voix, mon frère et moi avons couru dehors pour voir papa et notre grand-mère regarder le ciel. »

 

« Cela n'a pris qu'une seconde pour voir ce qu'ils regardaient », a déclaré Randy.

 

Lorsqu'il est sorti dehors, il a vu un objet à une distance qu'il jugeait être à environ 100 pieds au-dessus de la ligne des arbres au loin. L'objet était « un grand triangle noir » qui semblait avoir une seule lumière à chaque coin. Randy s'est également rappelé qu'il y avait « une plus grande lumière au centre ».

 

« Il s'est déplacé très lentement et n'a émis aucun son. Je ne pouvais distinguer aucune caractéristique autre que sa forme générale et ses lumières. Nous sommes tous restés là et nous l’avons regardé pendant que nous discutions de ce que cela pourrait être. Cela devait faire environ cinq minutes que nous l’observions. Nous l'avons regardé jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'ouest. »

 

« Comme vous le savez, Kingsport est à environ 60 miles en ligne droite de Asheville, et la date semble être identique. Alors qui sait, c'était peut-être la même chose. »

 

Brian et Randy ont-ils vu le même engin ?

C’est possible, même s’il n’y a aucun moyen de le prouver.

 

Cela suggère plutôt qu’un engin qui correspond à la description des deux observateurs ici est vu plus souvent que ce à quoi on pourrait s’attendre.

 

Cet engin était-il une sorte d’appareil militaire ressemblant à un « dirigeable furtif » ?

 

Ou, peut-être qu’un tel engin a fait le tour du sud-est des États-Unis à la fin des années 1980 ?

 

En supposant, un instant, que cet engin fasse partie d’un programme hautement classifié financé par un budget secret, il reste à savoir quels pourraient être ses objectifs opérationnels (reconnaissance, livraison d’armes, transport, etc.).

 

Bien que les rapports se poursuivent encore aujourd'hui, il semble que le « bourdonnement » entendu lors de ce type d’observations ait atteint son apogée au cours des années 1990.

 

Depuis cette époque, les OVNI de ce type sont souvent rapportés. L’un des cas les plus documentés a eu lieu en janvier 2000 dans la ville de Saint Clair, dans l’Illinois.

 

Quoi qu’il en soit, le mystère qui entoure les récits de ces grands « OVNI triangulaires » reste intact …

 

0 commentaires

mer.

16

janv.

2019

Nick Pope : nouveaux dossiers X-Files via le média "The Sun" - Janvier 2019

Le 16 Janvier 2019, Nick Pope via le média The Sun, a autorisé le site https://area51blog.wordpress.com à  mettre en ligne les dernières informations  Fichiers X-Files du royaume-uni.

 

Voici donc au format PDF les lettres du DIA  datant du 9 janvier 2018 et destinée à présent au public, et  nous le remercions. 

 

Fichier des lettres AATIP DIA - cliquez sur l’image au format PDF pour voir ces lettres 

aatip-dia-letter-to-congress-20180109.pd
Document Adobe Acrobat 1.0 MB
0 commentaires

lun.

14

janv.

2019

ITALIE 2018 : répartition des ovnis par régions - janvier 2019

Répartition par régions 

Trois régions se distinguent en quantité importante d'observations :Lombardie, Toscane et Lazio

Répartition par Typologie

Quatre  forment  prêtant à confusions sont les plus fréquentes  : Lanternes Chinoises, Mars, voitures de courses; phares de discothèques..

Nombre de cas par Provinces

0 commentaires

dim.

13

janv.

2019

Blue Book Project - Collision entre un ovni et un avion de chasse - Janvier 2019

 

Article proposé par le site ovnis-direct.com

 

Le premier épisode de la série “Blue Book Project” diffusé le mardi 8 janvier sur la chaîne History Channel relate un combat aérien ayant eu lieu en 1948 entre un pilote de chasse et un ovni au-dessus de Fargo, dans l’État du Dakota du Nord (États-Unis).

 

Josef Allen Hynek, qui était un astronome, professeur et ufologue américain, a enquêté sur ce cas. Il est célèbre pour avoir été conseiller scientifique du projet Blue Book entre 1951 et 1969.

 

 

Le pilote de l’avion de chasse de type B25, qui était le lieutenant Gorman (Garde nationale), âgé de 25 ans au moment des faits, a déclaré au Forum de Fargo-Moorhead en octobre 1948 que le "combat aérien" avec l'OVNI était l’expérience la plus étrange de sa vie.

 

Selon l'article archivé du Forum :

 

Gorman a observé le "disque volant" de forme ronde avec des bords bien définis. Il était très lumineux, brillant et tournait autour de la ville.

 

Après que Gorman ait décidé d’enquêter sur le disque, une poursuite de 27 minutes s’ensuivit dans le ciel nocturne de Fargo.

 

Gorman a essayé de s’écraser contre le disque qui a tenté de l'éviter à une vitesse de 600 km/h, a-t-il rappelé. Son avion a atteint une vitesse maximale de 400 mi/h, puis à l’approche du disque, celui-ci s’alluma et fila rapidement.

 

Gorman a déclaré : "L'objet s’est déplacé si près que j'ai involontairement baissé la tête parce que je pensais qu'un accident était inévitable. Puis l'objet est passé au-dessus de ma tête."

 

Son histoire a été corroborée par un autre pilote qui était en train de voler au-dessus de Fargo cette nuit-là et par deux contrôleurs aériens auxquels Gorman a transmis des informations concernant le disque.

 

 

 

Le commandant DC Jones, commandant du 178e escadron de chasseurs à l'aéroport international d'Hector, a déclaré que Gorman avait été tellement bouleversé par l'expérience qu'il avait eu des difficultés à atterrir ce soir-là.

 

Les États-Unis ont mis en place le projet Blue Book entre 1947 et 1969 pour déterminer si les ovnis constituaient une menace pour la sécurité nationale. Les documents relatifs au projet sont maintenant déclassifiés et peuvent être consultables en ligne.

 

Selon les archives nationales, plus de 12 500 observations ont été signalées au projet Blue Book. Les enquêtes n'ont révélé aucune preuve que les ovnis étaient des "véhicules extraterrestres" ou représentaient une menace contre la sécurité nationale.

 

En parcourant une collection de coupures de presse d'OVNIS de 1947 à 1995 au Forum de Fargo-Moorhead, de telles observations étaient nombreuses.

 

"Une multitude d'objets volants non identifiés ont été signalés dans le Dakota du Nord", indique un article d'août 1965 . En parcourant les coupures de journaux, des rapports ont révélé des observations d'OVNIS de Perham et Long Prairie, au Minnesota, à Upham et Minto, dans le Dakota du Nord.

 

Quant à Gorman, il a effectué sa carrière militaire sans jamais parler publiquement de son expérience. Il a même refusé une interview au magazine Life en 1952, selon un article paru dans l'édition 2011 de Bismarck Tribune .

 

La chaîne History Channel rapporte que des enquêteurs de la Force aérienne sont arrivés à Fargo après l'incident et ont finalement décidé qu'il s’agissait d’un ballon météo. Les enquêteurs ont noté que Gorman était un témoin crédible et sincère "qui était extrêmement perplexe face à son expérience et qui ne cherchait pas à faire connaître son récit".

 

Gorman a déclaré à ses amis qu '"il n'a jamais été convaincu de sa rencontre avec un ballon”, selon le Tribune.

 

Dans une interview donnée en 1985, quand on lui demanda ce qui lui avait fait changer d'opinion, il répondit :

 

« Deux choses, en fait. La première était l'attitude complètement fermée de l'Air Force. Ils ne donnaient pas aux ovnis une chance d'exister, même s’ils volaient au-dessus d'une rue en plein jour. Tout doit avoir une explication. Je commençais à m'énerver, même si, à l'origine, je ressentais la même chose qu'eux, je savais maintenant qu'ils n'étaient pas sur la bonne voie. Vous ne pouvez supposer qu'une chose n'existe pas si vous n'avez pas de preuve. Deuxièmement, la qualité des témoins a commencé à me troubler. Quelques cas ont, par exemple, été rapportés par des pilotes militaires, et je savais qu'ils avaient été bien entraînés, c'est donc là que pour la première fois, j'ai pensé que peut-être, il y avait quelque chose derrière tout cela. »

 

L'opinion de Hynek changea également après qu'il interrogea ses collègues astronomes (dont Clyde Tombaugh, le découvreur de Pluton).

 

Sur 44 astronomes, cinq — c'est-à-dire un peu plus de 11 % — avaient déjà vu des phénomènes aériens qu'ils n'avaient pu expliquer avec la science conventionnelle.

 

La plupart n'avait rien signalé par crainte du ridicule et de répercussions sur leur carrière. Hynek a également noté que cette proportion de 11 % de phénomènes non-identifiés était plus importante que dans les études portant sur les observations faites par la population générale.

C'est donc que, contrairement à la croyance entretenue par les sceptiques, les astronomes ne voient non pas moins, mais plus ovnis inexplicables.

De plus, les astronomes sont normalement plus informés que le grand public sur l'observation céleste, donc leurs observations en sont d'autant plus crédibles.

Hynek était, par ailleurs, scandalisé par l'attitude arrogante et prétentieuse de certains scientifiques sceptiques à l'égard des ovnis et des témoins.

 

Edward J. Ruppelt, le premier chef de Blue Book, déclara à propos de Hynek :

« Le Dr. Hynek fut l'un des scientifiques les plus impressionnants que j'aie rencontré en travaillant sur le projet ovni, et j'en ai rencontré un bon nombre. Il évita de faire deux choses que certains d'entre eux faisaient : vous donner la réponse avant de connaître la question ; ou immédiatement commencer à exposer ses réalisations dans le domaine de la science. »

 

0 commentaires

jeu.

10

janv.

2019

"Project Blue Book " Janvier 2019

 

La nouvelle série dramatique UFO «Project Blue Book» de HISTORY fait ses débuts le mardi 8 janvier 2019 à 22h00 HE. Des séries de A + E Studios et du film produit par Robert Zemeckis (Forrest Gump, Retour vers le futur, Contact), lauréat d'un Oscar et du Golden Globe®, la série dramatique de dix épisodes est basée sur les véritables enquêtes Top Secret sur des objets volants non identifiés ( OVNIS) et phénomènes apparentés menés par l’armée de l’air américaine de 1952 à 1969 et par les stars Aidan Gillen («Game of Thrones») et Michael Malarkey («Les journaux intimes du vampire»).

 

 

«Project Blue Book» s’inspire des expériences personnelles du Dr. J. Allen Hynek (Gillen), un brillant professeur d’université recruté par les États-Unis.

 

L'armée de l'air dirigera cette opération clandestine (projet Blue Book) qui a étudié des milliers de cas, dont plus de 700 non résolus à ce jour.

 

Chaque épisode s'inspirera des dossiers de cas réels mêlant les théories ovni et les événements historiques authentiques de l'une des époques les plus mystérieuses de l'histoire des États-Unis.

 

Tout au long de la saison, des événements documentés seront explorés, comme l'incident du monstre Flatwoods survenu en Virginie occidentale, le Gorman Dogfight de Fargo, dans le Dakota du Nord, les Lumières de Lubbock à Lubbock, au Texas et l'incident OVNI de Chiles-Whitted Montgomery, Alabama parmi beaucoup d'autres.

 

Explorant des thèmes tels que la confiance, l'instinct, les vraies nouvelles par rapport aux fausses nouvelles et la dissimulation par le gouvernement, le «Projet Blue Book» chevauche le monde de la science et l'exploration de l'inconnu.

 

Le Dr. Josef Allen Hynek était un astronome et ufologue américain très célèbre pour ses recherches sur les OVNIS (objets volants non identifiés).

 

Il avait servi de conseiller scientifique aux études sur les ovnis entreprises par l'US Air Force, après quoi il s'était impliqué dans sa propre étude indépendante sur les ovnis.

 

Finalement, il développa un système de description des observations d'OVNIS en six catégories basées sur des facteurs tels que la distance d'observation, les apparences et les caractéristiques spéciales.

 

Ce système, connu sous le nom de système de classification Close Encounter, l’a établi comme l’une des plus importantes autorités en la matière. Hynek a agi en tant que conseiller scientifique pour les études sur les ovnis entreprises par l'US Air Force dans le cadre de trois projets consécutifs: Project Sign (1947-1949), Project Grudge (1949-1952), et projet Blue Book (1952-1969). 

 

0 commentaires

mar.

08

janv.

2019

Les meilleures observations d'Ovni en 2018 par Jaime MAUSSAN - Janvier 2019

Accepter les sous-titres pour une traduction Espagnol --> Français

0 commentaires

mar.

08

janv.

2019

USA : Étrange écho radar dans le ciel de l’Illinois - Janvier 2019

Le lundi 10 décembre 2018, un écho radar a perturbé pendant 10 heures l’ensemble des spécialistes du domaine aérien dans le sud de l'Illinois.

 

"Il ne s’agissait certainement pas de précipitations", a déclaré le Service Météorologique National Américain, bien que cette théorie ait été évoquée.

 

Chris Noles, météorologue du Service météorologique national de Paducah dans le Kentucky, explique avoir observé que les objets repérés dans le ciel possédaient un potentiel de réflexion sur les signaux radar, qu’ils étaient solides et émettaient des signaux forts.

 

Noles explique que durant les périodes de mauvais temps, les couleurs jaune et rouge sur le radar indiquent généralement la forte présence de grêle ou de neige.

 

Alors que la pluie et la bruine ne sont pas solides et apparaissent comme des signaux plus faibles, dans les tons bleu et vert.

 

L’écho radar en question possédait un noyau de signatures jaune et rouge alors qu’il se situait le long d’un vent de sud-est, produisant des signaux d’une hauteur pouvant atteindre 10.000 pieds.

 

Ces analyses écartent donc l'hypothèse des volatiles.

 

Quant à celle des météores qui sont effectivement assez solides pour expliquer l’écho radar, il faut savoir qu’ils ne peuvent pas se déplacer à 14 miles à l'heure.

 

Le Commandement de la défense aérospatiale d’Amérique du Nord, qui supervise la souveraineté aérienne des États-Unis, a déclaré juste après l’incident suivre l’affaire, sans pour autant disposer d'informations sur l'origine de l'objet.

 

Qu'en est-il des extraterrestres alors ?

 

Le "NORAD ne suit pas les OVNIS ni les engins extraterrestres", a déclaré le porte-parole Michael Kucharek, bien qu'il ait expliqué que le NORAD était au courant des survols d’avions non autorisés dans le ciel américain.

 

Noles a proposé une autre explication :

 

"Peut-être que la bande qui se déplaçait lentement et qui suivait les vents par temps clair était un objet lancé depuis un avion militaire. Comme par exemple un nuage de matériau recouvert d'aluminium léger et utilisé dans les airs pour berner les signaux radar susceptibles de suivre un avion."

 

Un incident dans le sud du Missouri dans les années 1990 aurait produit des effets similaires.

 

Ce phénomène dure en principe deux à cinq heures alors que l'incident du 10 décembre était deux fois plus long.

 

Un événement avec une durée plus longue n’est cependant pas à écarter, comme l’indique le cas suivant.

 

Au cours d'un exercice d'entrainement en 2013, un avion militaire a lancé un ballon au-dessus de l'Alabama, avant de s’attarder dans l'atmosphère pendant à peu près le même temps, soit 10 heures.

 

Deux installations militaires relativement proches de l’écho radar, la base aérienne de Scott en Illinois et de fort Campbell dans le Kentucky, ont déclaré à la presse d'Evansville que leurs appareils n'étaient pas responsables de cet incident.

 

Suite à l’incident du 10 novembre, un météorologue d’Evansville a déclaré à un pilote anonyme que le ballon provenait d’un avion de transport militaire C-130 sans pour autant préciser sa provenance.

 

Le capitaine Holli Nelson, porte-parole de la Garde d'État, a indiqué quant à lui qu’il s’agissait d’un ballon relâché par un avion de type C-130H piloté par la 130e escadre de transport aérien de la Garde nationale aérienne de Virginie occidentale lors d'une opération d'entrainement.

 

Les pilotes auraient été contraints de réaliser cette manœuvre pour des raisons de sécurité en ayant l'autorisation du contrôle de la circulation aérienne.

 

Avons-nous donc trouvé une explication à cet étrange écho radar ?

 

Un article de "Courier & Press" a confirmé que des bases militaires étaient installées près des zones où se sont produits ces événements : Fort Campbell dans le Kentucky et Scott Air Force Base dans l'ouest de l'Illinois.

Et qu’effectivement, le ballon avait été largué par un C-130, mais que cet avion ne provenait apparemment d'aucune de ces bases.

 

"Quel que soit l'aéronef, ce n'était pas un engin de la Scott Air Force Base", a déclaré mardi matin le Sergent principal, Thomas Doscher.

 

Un porte-parole de Fort Campbell a déclaré n’être au courant d'aucune opération de ce type et précise que la seule manière dont l'avion aurait pu venir de Fort Campbell, a-t-il déclaré, est qu'il participe à un exercice secret des forces spéciales.

 

Il faut noter qu’il y a eu 83 observations d'OVNIS présumées dans l’État de l’Illinois depuis le 6 août 2018. La durée des observations va de 9 secondes à plus de 4 heures, de Springfield à Rockford et même Chicago.

 

0 commentaires

mar.

08

janv.

2019

Objet céleste inconnu gigantesque visible sur heliowiever le 11/12/2018

Un énorme objet d’origine inconnue a été repéré à proximité de notre soleil. Cette apparition a suscité la peur chez de nombreux passionnés d’ufologie.

 

Dans ces images, on peut voir un grand OVNI se déplaçant juste devant le soleil. Ce mystérieux engin a été découvert grâce au site Internet « helioviewer », un site qui permet aux astrologues de regarder l'étoile flamboyante à travers une gamme de filtres. Ces images nous dévoilent cet objet qui se déplace à une vitesse constante.

 

Cet OVNI a été repéré par « The Grimreefar », un YouTubeur, le 11 décembre 2018. Il a finalement terminé son périple près de la surface du soleil, quelques jours plus tard, le 17 décembre.

 

Le théoricien s’est exprimé sur cette « nouvelle anomalie » : « La plupart des gens pensent probablement et immédiatement que [cet objet] n’est juste qu’une planète ou une comète, mais je peux vous assurer que ce n'est pas une planète. »

 

« Ce n'est à 100% pas une planète. »

 

Cette vidéo, particulièrement intéressante, a été visionnée plusieurs milliers de fois depuis sa publication le 1er janvier 2019 avec la légende suivante : « Quelque chose de grand et de mystérieux est passé non loin du soleil le 11 décembre. Est-ce un croiseur de combat ? »

 

Beaucoup sont convaincus que cet objet est, en réalité, un vaisseau extraterrestre.

 

Une personne a écrit : « Je ne sais pas si les gens réalisent à quel point c'est énorme. »

 

« Aucune planète n’est aussi proche du soleil, et ce n’est pas une comète - je pense que nous savons ce que c’est, c’est difficile à accepter en raison de sa taille. »

 

Un autre internaute horrifié par cette chose a commenté : « Cela mesure probablement deux fois la taille de notre Terre. Que va faire la NASA ? »

 

« C'est comme une fourmi qui combat un éléphant. »

 

D'autres prétendent que cet objet pourrait être Vulcain, une planète dont l’existence a été postulée par Urbain Le Verrier en 1860. Elle se trouverait entre le Soleil et Mercure.

 

Dans la vidéo une comète dénommée "Comet46P/Wirtanen" est passée au plus près du soleil le 16/12/2018, mais celle-ci est trop petite par rapport à cet objet céleste !

 

Alors, planète VULCAIN ? Planète artificielle extraterrestre ?

 

Il nous faut une explication officielle ! Merci

 

0 commentaires

lun.

07

janv.

2019

Brésil : La Chapada Diamantina - Formidable zone pour observer les ovnis

 

Pour  l'écrivain et ufologue Hélio Nunes de Camargo c’est une certitude. Des êtres extraterrestres ont bel et bien implanté des bases sur notre planète et plus particulièrement dans la région de la Chapada Diamantina.

 

 

Il ne fait aucun doute à ses yeux que cette région héberge l’une d’entre elle (ce parc naturel du Brésil d’une superficie de 1520 km² est situé dans l'environnement de la chapada Diamantina, dans l'État de Bahia à environ 400 km de Salvador, la capitale d'État).

 

 

Hélio Nunes de Camargo qui connait bien cette zone a récemment publié un ouvrage intitulé "UFO in the Chapada".

 

Il aborde dans ce livre plusieurs sujets en relation avec l'ufologie brésilienne dont celui traitant du crash d’un ovni au dessus de Bahia ayant conduit selon de nombreux témoins à l’intervention de l’armée et à la capture d’un être extraterrestre.

 

Cet ouvrage est étayé de nombreuses photographies dont celle figurant ci-dessous qui est issue de la collection personnelle d’un guide touristique dénommé Adilson Almeida Silva et provenant de la colline de Pai Inácio située à proximité de la ville de Palmeiras.

 

 

Hélio Nunes de Camargo explique avoir lui-même rencontré de façon très rapprochée des extraterrestres.

 

A titre d’exemple, il indique en avoir observé de nuit sur une route reliant la zone de Lençóis au BR-242 un gris.  Le lendemain, d’autres témoignages du même ordre ont été réalisés.

 

 

Selon lui ces êtres extraterrestres viennent dans cette région compte tenu de la valeur représentée par les minerais rares que l’on y trouve. Ces éléments qui sont uniques s’avèrent à ses yeux  indispensables pour mener certains projets impliquant de nouvelles technologies de pointe.

 

Comme en attestent les dessins rupestres qui figurent dans de nombreuses grottes de la région, visiblement ces êtres semblent connaitre cette région depuis très longtemps. Certaines peintures très déroutantes sont datées de plus de 8 000 ans.

 

 Ufologues amateurs ou non, si vous vous rendez prochainement au Brésil et que vous pouvez visiter cette région ouvrez bien les yeux, vous pourriez être récompensés.

 

0 commentaires

jeu.

03

janv.

2019

L'Ufologue Russ Kellett affirme qu'un exercice militaire a été déclenché en 1974 pour lutter contre les extraterrestres - Janvier 2019

 

L’ufologue Russ Kellett est persuadé qu'il existe une base extraterrestre implantée en mer au large de la côte nord du Pays de Galles près de Llandudno.

 

Russ Kellett, enquête à ce sujet depuis plus de trente ans.

 

 Ce théoricien affirme qu'en 1974 une opération militaire a eu lieu en mer entre le nord du Pays de Galles et Liverpool le jour ou s’est produit  l’incident des monts de Berwyn, dans l’objectif de rechercher une base extraterrestre.

 

Pour mémoire le janvier 1974, vers 20h30, une sorte de grand disque volant a été vu alors qu’il s’écrasait sur Clwyd au Pays de Galles.

 

Peu avant, des dizaines de témoins du Lancashire et du Cheshire avaient déjà signalé à la police l'observation d'une étrange formation d’ovnis qui étaient semblables à des points lumineux verts dans le ciel.

 

Vers  20 heures 30, quelque chose se serait écrasé dans les monts de Berwyn à Clwyd.

 

S’en suivi des secousses sismiques qui furent mesurées à 4,5 sur l’échelle de Richter.

 

La Police et des secours convergèrent alors vers la zone indiquée pensant trouver un avion de ligne écrasé mais tout ce qu’ils découvrirent ne fut jamais officiellement divulgué.

 

L’armée arriva un peu plus tard en renfort. Et la zone fut bouclée.

 

Quelques jours plus tard, une infirmière qui habitait près du lieu de l’incident déclara à un journal local qu’une soucoupe volante de grande taille avait percuté la montagne en projetant des débris métalliques et des morceaux de corps sur plus d’un kilomètre.

 

Elle expliqua s’être portée au secours de l’un de ces êtres dont elle prit rapidement conscience qu’il n’était pas humain.

 

Avant d’avoir pu terminer son témoignage des militaires seraient intervenus pour lui ordonner de garder le silence sur ce qu’elle avait vu lui expliquant que son témoignage constituerait une menace pour la sécurité nationale et la défense du royaume.

 

Cette infirmière n’a ensuite plus jamais été revue dans la région et le journaliste qui avait pris son témoignage a toujours refusé de parler de l’incident jusqu’à sa mort en 1979.

 

 

En 1980, un ingénieur en électronique nommé Arthur Adams, qui avait collaboré au projet de conception de l'avion supersonique concorde s’est rendu sur les lieux de cet incident.

 

Il y a trouvé d’étranges pièces métalliques de couleur verte. Il a prélevé des échantillons de ce métal afin de les faire analyser dans un laboratoire et il a découvert qu’un échantillon de la taille d’un cube de 1 pouce dégageait deux kilowatts d’électricité lorsque qu’il était mis sous tension électrique.

 

Arthur Adams a transmis ces éléments au quotidien le Daily Express qui a ensuite publié une série d’articles sur le sujet.

 

Le ministère de la Défense est alors intervenu afin d’étouffer l’affaire.

Depuis ce temps le mystère demeure.

 

Pour Russ Kellett il est pourtant évident  que toute cette activité avait été entreprise dans le but de localiser une base extraterrestre et qu’elle avait fini par aboutir à la destruction de plusieurs ovnis.

 

Pour affirmer cela, il se base sur un courrier porté à sa connaissance qui expliquerait qu'un exercice avait été mené dans ce but ce jour de janvier 1974 par la RAF.

 

M. Kellett, affirme même que des cuirassés et des avions militaires ont été impliqués dans l'exercice.

 

Il explique, "Je pense que la base est toujours là aujourd'hui et que des phénomènes étranges s’y produisent encore".

 

Le fait que le Nord du Pays de Galles soit encore connu aujourd’hui comme l’un des lieux privilégié pour réaliser des observations d'ovnis va peut-être dans le sens de ses conclusions …

 

0 commentaires

lun.

31

déc.

2018

Conférence TED de Stephen Webb - 31/12/2018

 

Voici la conférence de Stephen Webb sur "la non découverte d'une civilisation extraterrestre à ce jour" !

 

Cette conférence est disponible sur le site  TED.com .

 

Ce site propose de nombreuses conférences sur des thèmes différents avec une excellente qualité audio et vidéo.

 

Vous pouvez sous-titrer en Français et dans de nombreuses autres langues.

 

Merci au MUFON France qui nous transmet cette opportunité de philosopher pour le lendemain du réveillon et avec quelques bulles de champagne.

 

 

 

Source

0 commentaires

sam.

29

déc.

2018

RENCONTRES entre un OVNI ET un POLICIER en ITALIE - Décembre 2018

 

Tard dans la soirée du Mercredi 6 Décembre 1978 le vigile Fortunato Zanfretta était en service dans sa voiture dans la zone de Torreglia, un petit village dans les hauteurs de l'arrière pays Génois.

 

Il faisait très froid et la neige qui était tombée durant la journée s'était transformée en une dangereuse plaque glacée qui recouvrait une bonne partie de la chaussée.

 

Zanfretta qui roulait doucement, cherchait autant que possible à éviter les coins éclairés qui pouvaient révéler sa présence. Pour le reste, cet homme était habitué au climat rude des montagnes et des zones qu'il avait appris à connaître depuis ces deux dernières années.

 

Pourtant cette nuit-là ne fut pas comme les autres. Il était 23 heures 30 quand Zanfretta prit la déviation, qui de la route 45 conduisait à Marzano, le vigile parcouru la petite route qui l'emmena au centre du village, et en continuant, se dirigea vers la villa " casa nostra " appartenant à un dentiste Genois : Ettore Righi. La nuit était sombre et sans lune mais le ciel étoilé rendait moins obscure l'aride paysage de l'Appenin Ligure.

 

Après une centaine de mètres le vigile laissa derrière lui la dernière habitation et se retrouva en pleine campagne. Il était presque arrivé quand, avant le dernier virage, le moteur et les phares de la Fiat 126 s'éteignirent ; " Mais qu'est ce qui arrive" murmura t-il, surpris.

 

C'est quand il mit pied à terre qu'il vit dans le jardin de la villa quatre lumières qui bougeaient ; alors, oubliant la panne qu'il venait juste d'avoir et qui l'avait immobilisé, il prit le micro de sa radio pour communiquer à la centrale opérative de "l'Institut de vigilance", ce qu'il était prêt à faire. "kangourou 68 , kangourou 68", appela t-il," je vais à l'intérieur de la villa voir si il y a des voleurs ".

Mais la centrale ne répondit pas. Même la radio était en panne. Il empoigna son "Smith & Wisson calibre 38 spécial" et sa torche électrique éteinte dans sa main gauche il s'approcha avec précaution de la villa ; le portillon du jardin était ouvert, ainsi que la porte d'entrée. Zanfretta entra et se plaqua contre le mur périphérique et doucement il s'avança vers l'angle ; il voulait surprendre les voleurs, mais sa stupeur fut grande quand il se sentit touché sur les épaules.

Rapidement il se tourna avec la torche allumée et son revolver prêt à faire feu s'il cela était nécessaire ; cela n'aurai pas été la première fois, mais le faisceau électrique n'illumina pas un voleur... Interrogé le matin suivant par le brigadier des carabiniers Antonio Nucchi, commandant du poste de Torriglia ; Zanfretta, tremblant, raconta avoir vu un être énorme, haut d'environ 3 mètres avec la peau ondulée comme si cela était de la graisse ou bien alors une combinaison ; mais de toute façon de couleur grise...

 

 

ll avait des yeux triangulaires jaunes, sur sa tête apparaissait des veines rouges, et ses oreilles étaient de forme pointues, ses mains avaient des doigts dont les ongles étaient arrondies.

 

Zanfretta terrorisé laissa tomber sa torche, il la ramassa et couru à toutes jambes vers sa voiture, et là il empoigna le micro.

 

"Le premier appel, dit Carlo Toccalino qui faisait son tour de garde à la centrale, je l'ai reçu vers minuit et quart, Zanfretta hurlait en disant continuellement "mama, mama qu'est ce qu'il est affreux", je lui est alors demandé si il était en train de se faire agresser,il me répondit : "non, ce ne sont pas des hommes, ce ne sont pas des hommes " et à ce moment la communication s'interrompa."

 

Pendant que Zanfretta hurlait à la radio, tout d'un coup une grande lueur triangulaire s'éleva de derrière la maison ; il l'a décrivit plus tard comme étant un disque lumineux plus large que la villa ; la lumière l'aveugla à tel point qu'il dû se cacher les yeux avec ses bras, puis dans un grand sifflement et une accélération fantastique l'appareil se perdit dans le ciel. Sur le terrain où l'"ovni" se serait posé, les carabiniers ont découverts une grande trace semi circulaire qu'ils définirent comme une empreinte laissée par un hélicoptère ou bien par quelque chose d'important qui se serait posé dans le pré avoisinant la villa.

 

Zanfretta s'était évanoui.

 

Quand ses collègues l'eurent trouvés après une heure de recherche, il était prés de la villa, en état de choc. Pendant qu'ils l'emmenaient lui continuait à dire "je les ais vu, je les ais vu " et vraisemblablement il n'était pas le seul. Les carabiniers, durant leurs enquête, trouvèrent 52 témoins qui confirmèrent qu'à cette heure-là et dans cette zone ils ont observés un gros objet volant de forme aplatis et triangulaire diffusant une intense lumière variant du blanc au rouge . (...)

 

L'hypnose, c'est vrai, est une méthode utilisée pour faire revivre des expériences passées en dissociant le côté conscient de l'individu, pourquoi ne pas essayer ?

Zanfretta consenti de suite ; et le soir du 23 Décembre il se trouva allongé, hypnotisé sur le petit lit du docteur Mauro Moretti. Le résultat de cette séance, enregistrée sur bande audio fût déconcertante.

A un moment donné Zanfretta commença à revivre les instants où il était entré dans le jardin de la villa...Zanfretta: "Qu'est ce qu'il y a ? Qu'est ce qu'y arrive ? Mama... " 

 

Moretti: "Que ce passe t-il ? Racontez moi, je suis avec vous. Il ne peut rien vous arrivez, dites-moi ce que vous voyez "

 

Zanfretta: "Madonna, pourquoi je devrai venir avec vous ? Que voulez vous me faire ? Que sont toutes ces lumières, vous n'êtes pas des humains, allez vous-en ....que me mettez-vous sur la tête ? allez vous-en .....je ne veux pas ...laissez moi tranquille "

 

Il était clair que le vigile parlai de détails qui lui était inconnu au stade conscient.

 

Il disait, en gros, qu'il avait été enlevé et emmené dans un lieu où on l'a interrogé et fait subir des examens.

 

Zanfretta: " je ne veux pas que vous retourniez, je ne peut rien dire ? enlevez-moi cette chose de ma tête...j'attendrai que vous reveniez...quelle chaleur ..enlevez-moi ce truc de la tête...allez-vous en..vous êtes des monstres...je veux retourné chez moi...ma torche "....

0 commentaires

lun.

24

déc.

2018

(suite) OVNI : les meilleures observations de 2018 - Décembre 2018

0 commentaires

lun.

24

déc.

2018

Conte de Noel argentin : l’abduction d’Oliver Thomas… Décembre 2018

 

« Les pas d’Oliver atteignirent la citerne, à côté de laquelle on pouvait voir le seau vide. Cependant, les traces dans la neige se sont arrêtées là et aucune autre marque ne peut être distinguée, comme si le garçon avait été soulevé par les airs. Tout le monde leva les yeux, car de là venaient les cris de l’enfant qui criait désespérément « aidez-moi, prenez-moi! ».

Francisco Villagran pour El Littoral

 

Article critique proposé par le MUFON FRANCE 

 

"Je suis tombé sur cet article hier, et surprise, je ne connaissais pas ce cas d’enlèvement de 1909 au pays de Galles.

 

D’autant plus surprenant qu’après avoir fait le Contact Nightmare avec Egon Kragel et Joslan F.Keller en 2016, ce dossier serait automatiquement ressorti, au même titre que Diatlov, Cash ou Walton. Cette affaire n’aurait pas pu échapper à leur sagacité. 

 

Cependant, El Littoral est un journal argentin établi, j’aurais été surpris qu’il laisse passer un fake. Restait l’erreur, le manque de recherche (ou de discernement) du dit journaliste. La conclusion semble plaider pour une conviction tellement profonde du journaliste qu’elle semble l’aveugler.

Monsieur Villagran, n’est pas Lovecraft qui veut…

 

Il aura fallu 5 minutes de recherches sur Internet avec les bons mots clés pour trouver la clé de l’énigme, délivrée par Kevin Randle…

 

Alors, conte folklorique ou canular, le problème n’est pas vraiment là. Quand un journal comme El Littoral publie ce genre d’articles sans vérifications, il créé un mythe.

 

L’ufologie n’a pas besoin de contes, de mythes ou autres canulars. L’ufologie n’est pas une pompe à fric ou un générateur d’articles putaclic.

 

En 2019, gardez le cap, testez votre discernement et votre libre arbitre, et n’essayez pas de croire, mais de savoir !

 

Lien vers l’article d’El Littoral (pas besoin de traduire ce torchon…) : 

 

Proposition de traduction de l’article :

 

J’ai d’abord pris connaissance de l’histoire d’Oliver Lerch alors que j’étudiais l’étrange cas des lettres Allende.

Ces documents, ou lettres, comprenant une copie annotée de L’affaire de l’ovni de Morris K. Jessup, sont arrivés à l’Office of Naval Research au milieu des années 1950. Les lettres étaient censées, une fois, expliquer certains des mystères du phénomène OVNI et, selon la légende, ont été prises au sérieux par les officiers de la marine qui les ont vues.

Des enquêtes ultérieures, ainsi que l’aveu de l’homme qui les a envoyées comme étant un canular, les a presque rendues inutiles aujourd’hui, mais c’est une autre histoire.

 

Ce n’est pas exactement le cas pour le livre de Jessup sur les ovnis.

Jessup a été formé en tant qu’astronome et a écrit l’un des nombreux livres sur les OVNIS qui sont entrés dans la distribution nationale au milieu des années 1950.

Dans ce livre, il parlait d’étranges disparitions, et l’une de celles sur lesquelles il écrivait était celle d’Oliver Lerch. Il a affirmé que la situation était réelle et que les détails de la disparition avaient été consignés dans les registres du département de police de South Bend, dans l’Indiana, à l’intention de toute personne désireuse de vérifier. Avec ce type de documentation, il s’agit de l’une des meilleures disparitions mystérieuses qui ont été signalées au fil des ans.

 

Selon la version de Jessup, Oliver Lerch, le fils de Thomas Lerch, âgé de vingt ans, avait été envoyé chercher de l’eau au puits parce que « la gorge était assourdie par le chant » la veille de Noël 1890. Vers dix heures, la mère d’Oliver demanda lui d’aller au puits pour l’eau. 

 

La légende disait que la journée avait été couverte avec une faible neige, mais en fin d’après-midi ou en début de soirée, la neige avait cessé et les nuages s’étaient envolés. Il ne restait plus que la nouvelle neige blanche et ininterrompue jusqu’au puits. 

 

Environ cinq minutes plus tard, la fête a été interrompue par les cris d’Oliver, qui ont crié à l’aide et qui lui ont dit: «Ça me tient.

 

Bien sûr, ils se sont tous épuisés et, en deçà du puits, les traces d’Oliver se sont arrêtées. L’un des deux seaux qu’il portait était couché sur le côté. Il ne restait plus qu’Oliver à présent, c’était sa voix, apaisée par la distance, criant toujours à l’aide. Certains ont prétendu qu’il venait d’en haut, suggérant que quoi qu’il en soit, il pourrait voler. Plus tard, certains diraient qu’ils l’avaient, mais nous ne savons pas qui ils étaient.

 

Ce n’est pas, cependant, la seule version de l’histoire racontée au fil des ans et j’ai voulu la vérifier. En utilisant des techniques que j’avais apprises à l’université, j’ai effectué une recherche documentaire à la recherche de tout ce qui avait rapport avec ce rapport. J’ai trouvé que le garçon était identifié de différentes manières comme Oliver Lerch, Oliver Larch, Oliver Lurch ou Oliver Thomas. Il avait douze, vingt ou vingt-deux ans. La disparition a eu lieu la veille de Noël 1889, le jour de Noël 1889, le jour de Noël 1890 ou le jour de Noël 1909. Il a réussi à traverser la nouvelle neige à une distance de 50, 75, 90 ou 225 pieds avant, ou ils l’ont capturé. Il vivait soit à South Bend, dans l’Indiana, soit quelque part au pays de Galles.

 

À ce stade, je n’avais pas mené de véritable enquête. Je venais de compléter une recherche documentaire, bien que j’avoue que les divergences entre les différents comptes rendus étaient inquiétantes. Pas d’importance primordiale à ce stade, mais suggérant certainement que quelque chose n’allait pas dans le récit. 

 

Depuis que Jessup a écrit que tout était écrit dans les archives du département de police de South Bend, je les ai appelés. Ils m’ont dit que leurs disques ne remontaient pas si loin. Il y avait eu un incendie et de nombreux documents de la police avaient été détruits. Ils n’avaient rien avant 1920. 

 

J’ai appelé le journal local. Elaine Stevens de la South Bend Tribune a eu la gentillesse de rechercher les fichiers pour moi. Elle a envoyé un certain nombre d’articles, qui semblaient tous découler de la publication du livre de Jessup.

 

Francis K. Czyzewski avait écrit quelques articles dans les années 1960 sur ses tentatives de vérification du rapport. Il a ajouté que ni lui ni la bibliothèque locale ne pouvaient trouver aucune preuve de ce que l’incident s’était produit. Il a écrit: «Aucun paragraphe sur la disparition d’Oliver Lerch n’a été imprimé nulle part. Une équipe d’enquêteurs indépendante de la bibliothèque publique de South Bend avait fouillé les anciens fichiers du South Bend News-Times et du Tribune. Pas même une idée d’une histoire qui aurait pu secouer la nation. Les dossiers de police remontant à 1890 auraient alors été inexistants. « 

 

Sarah Lockerbie, également du South Bend Tribune dans les années 1960, a écrit un article pour leur magazine Sunday sur la disparition. Elle s’est entretenue avec des membres de la famille Lerch qui vivaient encore à South Bend dans l’espoir de puiser dans une tradition familiale. Sherman Lerch, qui a vécu dans le quartier toute sa vie, a déclaré à tous ceux qui le demandaient, y compris à Lockerbie, que cette histoire était fausse. 

 

Je suppose qu’il convient de noter ici que Lerch accordait cette interview dans les années 1960 et que son père, qui était également résident de la région, aurait été en vie au moment de la disparition.

 

Et il y avait un certain nombre d’autres témoins nommés dans les divers livres et articles sur la disparition qui ont permis une enquête plus approfondie. Un pasteur méthodiste, Samuel Mallelieu, par exemple, a été identifié comme ayant assisté à la fête de Noël malheureuse, mais une vérification auprès de diverses églises n’a révélé aucune personne de ce nom vivant à South Bend en 1889 ou 1890. 

 

Un autre problème est que les conditions météorologiques décembre 1889 et décembre 1890 révèlent que le temps était chaud, avec des sommets dans les années cinquante et soixante. En d’autres termes, il faisait suffisamment chaud pour qu’il n’y ait pas de neige fraîchement tombée sur le jeune Oliver et ses empreintes de pas.

 

Je n’ai trouvé aucun élément suggérant que l’histoire, sous cette forme, existait avant la publication du livre de Jessup. Cependant, Joe Nickell, écrivant dans Fate, a contacté un ancien collaborateur de ce magazine, Joseph Rosenberger, qui avait publié une version de l’histoire de Lerch en septembre 1950. Rosenberger a déclaré que l’histoire n’était pas véridique. « C’était une fiction pour un dollar », ce qui implique qu’il l’avait inventé. 

 

Jerry Clark a noté que l’histoire était en réalité antérieure à celle de Rudolf H. Horst, rédacteur en chef du South Bend Tribune, avait confié à l’écrivain britannique Harold T. Wilkins que cette histoire était imaginaire. Horst a suggéré que l’histoire était connue bien avant 1932, ce qui laisse évidemment à s’interroger sur l’affirmation de Rosenberger.

 

Des recherches supplémentaires ont montré qu’une histoire sur Oliver Morton Lerch avait été publiée en 1906 dans The Scrap Book. C’est dans cette version que, plutôt que de simplement disparaître et de faire entendre sa voix désincarnée venant du sol, il a été suggéré que sa voix venait d’en haut, disant: «Ça me tient. » Elle n’est jamais identifiée. 

 

Cela semble également suggérer que la prétention de Rosenberger d’avoir inventé le conte pour l’argent est inexacte.

 

Il existe un récit similaire dans un récit de science-fiction d’Ambrose Bierce publié en 1893 qui pourrait servir de base au récit de Lerch-Larch-Lurch-Thomas. Dans cette histoire, la victime était Charles Ashmore, qui vivait à Quincy, dans l’Illinois, en novembre 1878. Ashmore se rendait au puits, ses traces s’étant arrêtées brusquement dans la neige fraîche, et la famille pouvait l’entendre appeler au secours. longue distance. Il a été modifié plus tard, Ashmore ayant reçu un nouveau nom et déménagé à South Bend pour une raison inexpliquée.

 

Brad Steiger, dans l’un de ses nombreux ouvrages, a parlé d’une variante du récit dans lequel Oliver Thomas, un jeune homme vivant au pays de Galles, a disparu dans des circonstances remarquablement similaires à l’histoire américaine. J’ai appelé Brad pour lui poser des questions à ce sujet et il m’a dit qu’il avait appris depuis longtemps que l’histoire était un canular. Lorsqu’il avait appris la vérité, il avait essayé d’alerter les gens, mais parfois, ils ne voulaient tout simplement pas écouter.

 

Tout cela me suggère que l’histoire, sous toutes ses formes, est un canular. Oliver Lerch, Larch, Lurch ou Thomas n’ont pas laissé d’empreintes de pas dans la neige fraîche ou qu’ils se laissent prendre. Les écrivains ont juste accepté que d’autres avaient vérifié l’histoire. Jessup a affirmé que tout ce qui se trouvait à South Bend était destiné à quiconque souhaitait vérifier, ce qui impliquait que Jessup lui-même avait vérifié, mais Jessup avait tort. Il n’y avait rien dans South Bend, mis à part les récits d’autres personnes tentant de vérifier l’histoire. 

 

C’est un autre de ces récits que nous pouvons supprimer de nos listes d’étranges. Je sais que je souhaite parfois que ces choses soient vraies, simplement parce que j’aime, comme presque tout le monde, un bon mystère. Ce n’est cependant pas l’un d’entre eux. 

0 commentaires

dim.

23

déc.

2018

OVNI : les meilleures observations de 2018

 

Of Sound Mind And Body Merch:

https://teespring.com/stores/theofsou...

 

More videos from Of Sound Mind And Body:

 

MUFON UFO Sightings Submissions. (December 2018)

https://www.youtube.com/watch?v=6WQK7...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (December) Part 2.

https://www.youtube.com/watch?v=alpRR...

 

Unidentified Flying Object Seen During Dragon Spacecraft Capture By The International Space Station.

https://www.youtube.com/watch?v=Y7jGs...

 

Several Strange Black Objects Surrounding The Curiosity Rover On Mars?

https://www.youtube.com/watch?v=6xvEb...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (December) Part 1.

https://www.youtube.com/watch?v=wi_Sw...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (November) Part 2.

https://www.youtube.com/watch?v=8DeEB...

 

Multiple Objects Seen During NASA Ustream Of Satellite Retrieval On November 22nd.

https://www.youtube.com/watch?v=ZV0Dl...

 

Massive Shadowy Object Passed In Front Of The Sun And Was Seen By The ISS.

https://www.youtube.com/watch?v=5FKLv...

 

MUFON Video Submissions. (November 2018) Part 1.

https://www.youtube.com/watch?v=6gdhg...

 

Something Incredible Was Seen During The Space X Launch Of Their Es’hail 2 Mission.

https://www.youtube.com/edit?ar=1&o=U...

 

Several Pilots Witness A UFO Or UFO's Over Ireland On November 9th, 2018.

https://www.youtube.com/watch?v=tSiXp...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (November) Part 1.

https://www.youtube.com/watch?v=vI6ej...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (September and October)

https://www.youtube.com/watch?v=NNg2-...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (October) Part 3.

https://www.youtube.com/watch?v=SrJ6b...

 

A Volcanic Eruption Taking Place On Mars? (Space News)

https://www.youtube.com/watch?v=4Lmkc...

 

Triangular Object Seen At 35,000ft Over The Gulf Of California. (UFO News)

https://www.youtube.com/watch?v=dW_tS...

 

Incredible Footage Of An Object Orbiting The Moon. (UFO News)

https://www.youtube.com/watch?v=5e3cF...

 

MUFON UFO Submissions. (October 2018) Part 1. All New Footage!!!

https://www.youtube.com/watch?v=UaeHl... Sound Mind And Body Merch:

https://teespring.com/stores/theofsou...

 

More videos from Of Sound Mind And Body:

 

Several Strange Black Objects Surrounding The Curiosity Rover On Mars?

https://www.youtube.com/watch?v=6xvEb...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (December) Part 1.

https://www.youtube.com/watch?v=wi_Sw...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (November) Part 2.

https://www.youtube.com/watch?v=8DeEB...

 

Multiple Objects Seen During NASA Ustream Of Satellite Retrieval On November 22nd.

https://www.youtube.com/watch?v=ZV0Dl...

 

Massive Shadowy Object Passed In Front Of The Sun And Was Seen By The ISS.

https://www.youtube.com/watch?v=5FKLv...

 

MUFON Video Submissions. (November 2018) Part 1.

https://www.youtube.com/watch?v=6gdhg...

 

Something Incredible Was Seen During The Space X Launch Of Their Es’hail 2 Mission.

https://www.youtube.com/edit?ar=1&o=U...

 

Several Pilots Witness A UFO Or UFO's Over Ireland On November 9th, 2018.

https://www.youtube.com/watch?v=tSiXp...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (November) Part 1.

https://www.youtube.com/watch?v=vI6ej...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (September and October)

https://www.youtube.com/watch?v=NNg2-...

 

The Best UFO Sightings Of 2018. (October) Part 3.

https://www.youtube.com/watch?v=SrJ6b...

 

A Volcanic Eruption Taking Place On Mars? (Space News)

https://www.youtube.com/watch?v=4Lmkc...

0 commentaires

dim.

23

déc.

2018

Autre preuve de base souterraine militaire dans la zone 51 - Décembre 2018

 

Une mystérieuse « tour » a été trouvée au milieu d'un cratère situé près de la Zone 51. Cela pourrait être la preuve de l’existence d'une « base souterraine ».

 

A l’aide de Google Earth, Blake et Brett Cousins, qui dirige la chaîne YouTube thirdphaseofmoon, ont découvert une étrange anomalie à quelques kilomètres seulement de la base militaire top secrète connue sous le nom de Zone 51.

 

Cette vidéo nous montre un grand objet mince sortant du milieu d'un grand trou circulaire dans le sol.

 

« Les théoriciens du complot se déchaînent en ce moment », affirme Blake, alors qu'il zoome sur cet objet étrange.

 

« Cela pourrait être une sorte d’évacuation ou une tour encastrée dans un cratère proche de la Zone 51 », poursuit-il.

 

De même, le conspirateur connu sous le nom de « UFO Proof » - qui prétend étudier ce lieu depuis des années – a déclaré : « Je n’ai aucune idée de ce que c’est ».

 

« Cela ne concerne aucun des autres cratères de la région. Celui-ci ressemble à une tour ou à un évent. »

 

« Il pourrait y avoir une base ou quelque chose en dessous. »

 

La vidéo a été visionnée plus de 4 000 fois depuis sa mise en ligne le 13 décembre 2018.

 

Et à juste titre, les internautes ont tenté de découvrir l’origine de cette étrange « tour ».

 

Une personne a écrit : « La présence d’installations souterraines ne me surprendraient pas dans la Zone 51. »

 

Un autre a ajouté : « On pourrait penser qu'il y aurait beaucoup de pistes qui y seraient placées si elles avaient été creusées à l'aide d'équipement lourd – or, je n'en vois pas. »

 

Mais d'autres pensent que le mystérieux cratère est simplement un gouffre.

 

0 commentaires

dim.

23

déc.

2018

Un hangar extraterrestre trouvé sur Google Earth près de la Zone 51 ? - Décembre 2018

Image de synthèse

 

Un « hangar extraterrestre » ultra secret a été découvert dans les montagnes entourant la Zone 51, nous apprend un ufologue réputé sur Internet.

 

Alors qu’il explorait la région à l'aide du logiciel Google Earth, Tyler Glockner a repéré quelque chose d'étrange se cachant dans les montagnes du Nevada, aux États-Unis.

 

La vidéo semble montrer trois ouvertures à l’intérieur des montagnes.

 

Tyler a posté la vidéo sur sa chaîne YouTube secureteam10, où il a comparé sa découverte avec les affirmations de l'un des théoriciens de la conspiration OVNI les plus célèbres, Bob Lazar.

 

En 1989, Bob avait confié à une chaîne de télévision de Las Vegas que neuf vaisseaux extraterrestres étaient en train d’être testés dans la Zone 51.

 

Ce scientifique avait affirmé que ces vaisseaux venus d’ailleurs avaient été « camouflées à flanc de montagne » sur le lac asséché de Papoose – c’est-à-dire le même endroit que nous montre la vidéo de Tyler.

 

À propos de sa découverte, Tyler nous dévoile « trois grandes portes de hangar » qui, croit-il, s’étend « sur des kilomètres » au niveau du sol.

 

Il compare ensuite ces ouvertures aux illustrations artistiques basées sur les revendications de Bob Lazar à la fin des années quatre-vingt.

 

Il poursuit : « Ceci est un site qui rappelle beaucoup ce que Bob a décrit. »

 

« Si je devais extrapoler sur ce que c’est, je dirais qu’il s’agit évidemment d’une sorte d'entrée secrète dans ces montagnes. »

 

Cette étrange vidéo a été vue plus de 29 000 fois depuis sa mise en ligne le 12 décembre 2018.

 

Beaucoup d’internautes ont salué cette stupéfiante découverte la qualifiant « d’incroyable ».

 

Un sceptique a écrit : « Demain, ces images seront supprimées de Google Earth. »

 

Un autre poursuit : « C'est trop beau pour n’être qu’une coïncidence. »

 

Commentaire : tout au plus deux entrées souterraines qui ne permettent pas d'extrapoler à une base Ovni 

0 commentaires

ven.

21

déc.

2018

TRUMP veut une Force Spatiale car il aurait découvert des secrets sur les OVNIS ! - 21/12/2018

 

Selon Nick Pope, qui dirigeait le projet OVNI du ministère de la Défense britannique, le président Trump aurait ordonné la création d'une force spatiale après avoir découvert des secrets sur les OVNIS et les extraterrestres...

 

Source : la Vérité est Ailleurs 

 

À voir également :

 

➨ "L'US Navy a filmé un OVNI défiant les lois de la physique" déclare un initié de la Zone 51 : https://youtu.be/joEtyE3Y9gA

===---

➨ Soutenir la chaîne via Paypal : https://tinyurl.com/y7e6xjp4

===---

➨ Facebook : https://www.facebook.com/veriteailleurs1

➨ Twitter : https://twitter.com/veriteailleurs1

➨ Google+ : https://plus.google.com/+Lavéritéesta... 

➨ Le Blog LVEA : https://veriteailleurs.blogspot.com

➨ La chaîne : https://www.youtube.com/c/Laveriteest...

===---

➨ Abonnez-vous : https://www.youtube.com/laveriteestai...

===---

➨ Vous pouvez aussi faire un tour sur ma chaîne secondaire ici : https://www.youtube.com/channel/UCm_0...

===---

Vidéo : © La vérité est ailleurs

Source : thesun.co.uk

0 commentaires

lun.

17

déc.

2018

Ovnis – Un ancien pilote américain témoigne et exhorte à se préparer à l’invasion - décembre 2018

 

David Fravor  a servi en tant que pilote de chasse au sein de la Marine Américaine durant 18 ans.

 

En novembre 2004, il a vu et poursuivi quelque chose de très étrange qu'il ne pourra jamais oublier.

 

Cette aventure a été révélée au travers de la divulgation de certains éléments précédemment tenus secrets par le Pentagone.

 

Cette histoire se déroule il y a 14 ans en 2004. David Fravor ne pourra jamais oublier ce jour là.

 

 Une vidéo d’une partie de ce qui s’est produit figure ci-dessous

 

 

Alors qu'il pilotait son FA-18 lors d'une mission de formation dans le sud de la Californie, il a vu un objet d'environ douze mètres de long, en forme de cigare qui volait devant lui.

 

La vitesse de l’engin étant déconcertante tout comme sa façon de voler qui paraissait totalement instable.

 

 

Pour d’écrire l’engin il indique « C’était une journée avec un ciel très clair qui était totalement bleu, l’engin lui était parfaitement blanc. Il n’avait aucun hublot, aucune forme laissant présager un quelconque type de propulsion, rien, c’était juste un gros objet blanc allongé, cylindrique et arrondi aussi aux deux extrémités. L’avant et l’arrière étaient identiques. Je ne pourrais pas dire de quoi il était fait, il était blanc, il brillait mais pour autant il ne reflétait pratiquement pas la lumière ».

 

 Soudain l’objet entame une décente rapide, comparable à une chute longue de 25 000 m en ligne droite vers la mer.

 

Les pilotes décident de piquer mais sans pouvoir réellement suivre l’engin mais juste pour être en capacité de continuer à l’observer.

 

Ils le voient entrer dans l’eau, de l’écume se forme autour de lui car les vagues se brisent dessus.

 

L’objet semble voler sous l’eau,  David observe une sorte de petit tremblement blanc autour de lui qui va de gauche à droite mais aussi d’avant en arrière. Rien ne semble pouvoir expliquer cette façon erratique de se déplacer.

 

La formation de David Fravor reçoit alors l’ordre d’engager la poursuite de cet étrange engin, bien entendu cela n’aboutira à rien tant ses capacités étaient supérieures à celles des avions de combat Américain.

 

Il expliquera, "cet ovni accélérait de façon incroyable et prenait une altitude folle en quelques secondes seulement, j’aurai tellement aimé piloter un tel engin …"

 

 Vous trouverez ci-dessous le témoignage (en anglais) de David Fravor.

 

 

Depuis ces faits David Fravor exhorte les dirigeants du monde à prendre la menace extraterrestre au sérieux.

 

Dans ce cadre il indique

 

«Vous ne pouvez les ignorer et espérer qu’ils viennent juste pour nous  observer. Vous devez  réagir face à ce sujet et essayer de comprendre leurs objectifs tout en développant la technologie qui nous permettra de leur faire face au cas ou ils seraient mal intentionnés. »

 

 

Commentaire du site parlons-ovni

 

 

Difficile de remettre en cause un tel témoignage qui plus est quand il est appuyé par une vidéo estampillée "officielle".

 

Néanmoins, l'approche du sujet est purement militaire et totalement erronée à mon sens.

 

Oui si des extraterrestres viennent nous visiter nous sommes alors exposés.

 

Pour autant ce n'est pas une surprise car notre technologie vis à vis de la leur doit s'apparenter à celle des fourmis par rapport à la notre.

 

 

Le vrai danger pour les humains ne vient pas de l'espace (en dehors des objets cosmiques qui pourraient frapper notre planète).

 

Ce danger provient des humains eux-mêmes qui ne vivent plus, pour la plupart, que pour le dieu argent.

 

Nous détruisons notre planète sans même nous poser la question de ce qu'elle deviendra à l'avenir pour nos descendants et pour les autres êtres vivants qui y existent.

 

Un exemple ?

les centrales nucléaires que nous construisons mettront plusieurs milliards d'année avant de redevenir des sites inoffensifs.

 

Qui en parle à l'heure ou l'on nous vente l'électricité nucléaire comme un énergie propre ?

 

 On laisse entendre que les problèmes d'écologie se règlent avec des taxes alors que l'éducation et la technologie peuvent nous aider à nous développer de façon raisonnée.

 

 On nous parle de développement durable alors même que comme des parasites nous nous reproduisons à un tel point que nous allons faire mourir notre hôte d'épuisement.

 

 

Le danger pour l'humain c'est l'humain lui même et peut-être que nos visiteurs de l'espace viennent tout simplement assister à notre fin ?

 

 

 

Source - www.lanetanoticias.com 

0 commentaires

lun.

17

déc.

2018

En 1985, les présidents Reagan et Gorbatchev étaient d’accord d’en finir avec la Guerre froide en cas d’invasion extraterrestre - Décembre 2018

En 1985, lors du Sommet de Genève, le président Ronald Reagan et le premier ministre soviétique Mikhaïl Gorbatchev ont tous deux fait une pause dans les négociations pour faire une promenade.

Seuls leurs interprètes privés étaient présents et pendant des années, ce dont ils ont parlé est resté secret aux yeux du public. Cependant, lors d’une interview accordée en 2009 à Charlie Rose et au secrétaire d’État de Reagan, George Schultz, Gorbatchev a révélé que Reagan lui avait demandé catégoriquement si les parties pouvaient mettre de côté leurs différends en cas d’invasion extraterrestre.

 

Shultz parlait du sommet du lac Léman et a mentionné que les deux dirigeants s’étaient retirés d’une réunion pour se rendre à pied dans une cabane voisine.

 

“Je n’y étais pas…”, a dit Shultz avant que Gorbatchev ne lui coupe la parole.

 

“Du coin du feu, le président Reagan m’a soudainement dit : ‘Que feriez-vous si les États-Unis étaient soudainement attaqués par quelqu’un de l’espace ? Vous nous aideriez ?'”

 

“J’ai dit : ‘Sans aucun doute.'”

 

“Il a dit : ‘Nous aussi.'”

 

“Alors c’est intéressant”, dit Gorbatchev en riant de trop.

 

 

D’après ce qu’on sait, les extraterrestres n’ont jamais essayé de s’emparer de la Terre dans les années 1980. Même s’ils ont tous les deux conclu un accord, celui-ci n’a jamais été mis à l’épreuve. Reagan était un grand fan de science-fiction.

Il est même allé jusqu’à nommer son plan de dissuasion nucléaire “Star Wars”. Il avait grandi en lisant les romans épiques de science-fiction d’Edgar Rice Burroughs, dont les personnages comprenaient John Carter de Mars et Tarzan. Tout cela a été rendu public dans un rapport de Lauren Davis pour io9.

 

Davis a également déclaré que les goûts de Reagan en matière de lecture ont également influencé la façon dont il a gouverné l’Amérique. Au cours de son mandat à la Maison-Blanche, il s’est souvent fié au Citizen’s Advisory Council on National Space Policy, un groupe de réflexion composé d’astronautes, d’ingénieurs et même d’auteurs de science-fiction comme Robert Heinlein et Jerry Pournelle, pour le conseiller sur la technologie du futur et l’importance croissante d’une politique spatiale. Ces personnes l’ont même aidé à rédiger des parties de son premier discours qui présentait le programme Star Wars qu’il avait créé.

 

Personne ne sait si ces mots que Reagan a dit à Gorbatchev n’étaient qu’une plaisanterie ou s’il était sérieux à ce sujet.

 

Ce que nous savons, c’est qu’il n’a pas été le premier représentant du gouvernement à réfléchir à des tactiques de combat hors du commun.

 

Au cours des années 1950 et 1960, un groupe d’ingénieurs de l’armée américaine a été chargé de concevoir des armes théoriques qui pourraient être utilisées pour défendre des bases lunaires inexistantes. Le gouvernement russe a également révélé récemment que, dans les années 1970, la station spatiale soviétique Almaz était armée d’un canon spatial secret, qui allait même jusqu’à être testée avec des tirs.

 

 

0 commentaires

ven.

14

déc.

2018

À la recherche d’aiguilles extraterrestres dans la botte de foin cosmique - Décembre 2018

« Sur cet immense volume, nous n’avons parcouru que 2,4 × 10 98  m 5  Hz 2  s W -1 , soit une fraction de 3,8 × 10 -19 . Cela équivaut à la quantité d’eau d’une petite piscine comparée au volume des océans de la Terre ! »

 

Sky&Telescope

 

Article proposé par le MUFON FRANCE

 

Cela me rappelle une blague que Jean Pierre Petit raconte dans un de ses livres.

En pleine nuit, un homme semble chercher quelque chose à la lumière d’un lampadaire depuis plusieurs minutes.

Une personne s’approche de lui, et lui demande :

« Je vous observe depuis quelques instants. Vous êtes sur que ce que vous cherchez se trouve ici ? ».

Le chercheur lui répond : « Pas du tout, mais là au moins j’y vois clair… » Bref !

 

Proposition de traduction :

 

« Le nombre d’exoplanètes potentiellement habitables connues augmentant chaque jour, il est facile de se sentir optimiste et dépassé par nos chances de trouver la vie sur d’autres planètes.

 

La recherche de la vie ailleurs dans l’univers a conduit les astronomes à effectuer des observations très précises d’atmosphères exoplanètes dans l’espoir de détecter des biosignatures – comme la subtile impression que l’oxygène gazeux et le méthane laisseraient sur un spectre exoplanétaire.

 

La recherche d’ intelligence extraterrestre   (SETI), quant à elle, recherche des  technosignatures  plutôt que des biosignatures.

 

Les technosignatures peuvent prendre de nombreuses formes, comme l’excès de chaleur perdue émise par des structures conçues pour exploiter l’énergie d’une étoile, mais la plupart des efforts de SETI se concentrent sur les signaux radio extraterrestres.

Pour toutes nos années de recherche, nous avons encore à trouver des signaux convaincants, conduisant certains à croire qu’il n’y a pas de signaux à  être  trouvés.

 

Avons-nous vraiment creusé les profondeurs de l’océan cosmique et monté les mains vides, ce qui signifie que nous devrions abandonner notre recherche?

 

Pour répondre à cette question, une équipe dirigée par Jason Wright (Université de Pennsylvanie) a mis au point un moyen de calculer la quantité d’espace paramétrique disponible que nous avons réellement recherchée.

 

Wright, Kanodia et Lubar 2018

Les limites de l’exemple de botte de foin utilisée dans ce travail.

 

Mesurer des volumes n-dimensionnels

 

 

Wright et ses collaborateurs ont basé leurs calculs sur un concept appelé la  botte de foin cosmique :

 

Un volume contenant des signaux radio naturels et (espérons-le!)

 

Au moins un signal artificiel d’une civilisation extraterrestre intelligente – l’aiguille proverbiale qui complète la métaphore.

 

Mais quantifier nos progrès dans la recherche d’une intelligence extraterrestre est plus compliqué que de simplement considérer la fraction de ciel que nous avons observée; le volume spatial étudié n’est qu’une des nombreuses dimensions de la botte de foin cosmique.

 

Tout comme l’observation de quelques étoiles limiterait considérablement le volume physique de votre enquête, seule la recherche de signaux dans une plage de fréquences étroite limite une autre dimension de la botte de foin cosmique.

 

En plus du volume spatial, Wright et ses collaborateurs ont également inclus la sensibilité de l’enquête, la largeur de bande, la polarisation et la modulation du signal, ainsi que le taux de répétition, en tant que dimensions de la botte de foin.

 

Cela fait une meule de foin consultable avec pas moins de neuf dimensions !

 

Sur la base de paramètres de recherche raisonnables, les auteurs estiment

 

le volume total de la meule de foin cosmique à

6,4 × 10 116  m 5  Hz 2  s W -1 .

 

 

Plus qu’une goutte dans le seau ?

 

Sur cet immense volume, nous n’avons parcouru que

 

2,4 × 10 98  m 5  Hz 2  s W -1 , soit une fraction de 3,8 × 10 -19 . Cela équivaut à la quantité d’eau d’une petite piscine comparée au volume des océans de la Terre !

 

Nous nous sentons découragés qu’après des décennies d’écoute, nous venons tout juste de commencer notre

recherche ?

 

"Les levés soigneusement conçus – comme ceux avec de larges champs de vision qui effectuent des observations répétées de chaque parcelle de ciel – ont le potentiel de nettoyer rapidement de larges pans de la botte de foin cosmique. Si tout va bien, il y a beaucoup d’aiguilles à trouver. »

 

0 commentaires

jeu.

13

déc.

2018

Ronald Reagan - Le Président qui connaissait le secret des ovnis - Décembre 2018

 

Depuis le crash de Roswell au Nouveau-Mexique, en 1947, les différents présidents américains qui se sont succédé à la Maison Blanche ont tous manifesté un intérêt particulier au sujet ovnis et la vie extraterrestre.

 

 

Mais il en est un qui fut sans doute le plus profondément impliqué dans le sujet.

 

 

Ce président c’était  Ronald Reagan.

 

 

Dès sa prise de fonction, il ordonna à la CIA de lui présenter un rapport complet sur la vérité des OVNIS et de la vie extraterrestre.

 

Selon les sources bien informées sur le sujet William Casey, alors président de la CIA, présenta un rapport révélant l’existence des OVNIS et des extraterrestres.

 

 

Ce document s’appuyait sur des archives spéciales, fortement protégées.

 

Durant des années rien ne transpira de ce rapport.

 

Le document avait été rédigé sur un papier spécial et conservés dans des enveloppes assurant sa protection et son invulnérabilité.

 

Sa pseudo déclassification devait permettre d’y voir plus clair. Néanmoins ce qui a été fourni au public est bien loin de la vérité.

 

 

Que cherchait à connaitre Reagan ?

 

Il avait en fait été informé en son temps par Nixon du crash de Rosswell qui lui avait montré des éléments tirés du crash étayés par des témoignages incontestables de personnalités importantes.

 

Le rapport de le CIA lui confirma tout cela, William Casey donna une description très complète de cet évènement.

 

 

Le récit qui figure ci-dessous en serait un extrait.

 

 

« M. Président, il est attesté depuis 1947 que les extraterrestres visitent les États-Unis d'Amérique.

 

Depuis cet événement nous avons aussi la preuve qu’ils le font depuis des milliers d'années et que plusieurs races extraterrestres se rendent sur Terre régulièrement.

 

En ce qui concerne Rosswell, en juillet 1947, lors d'un violent orage, deux engins volants se sont écrasés, l'un au sud-ouest de Corona et l'autre près de Datil. L'armée a retrouvé les restes des deux vaisseaux et d'un membre d'équipage encore en vie, les autres étaient décédés.

 

Ce membre d'équipage a été dénommé  EBE1, c’était un code utilisé par l'armée pour nommer cette entité non humaine.

 

Je souligne que ces extraterrestres n’ont pas été les seuls à être capturés, depuis cette affaire les restes de plusieurs vaisseaux ont été récupérés et d’autres extraterrestres décédés ont pu être étudiés.

 

En ce qui concerne EBE1 il a été soigné pour quelques blessures mineures, puis transféré dans les installations du laboratoire de Los Alamos, qui était à cette époque l’endroit le plus sûr au monde et où une pièce spéciale avait été aménagée pour l’accueillir.

 

Les restes des vaisseaux ont été transférés à Dayton, dans l'Ohio, sous la garde de l'armée de l'air.

 

Les corps des extraterrestres décédés ont été emmenés à la base de Wright Patterson et congelés pour être conservés. Ils ont ensuite été envoyés à Los Alamos, où ils ont été placés dans des conteneurs spéciaux les corps ne se sont pas décomposés.

 

 

Lors d’autres crashs quatre extraterrestres décédés ont été retrouvés.  

 

Leurs corps étaient dans un état de décomposition avancé en raison d'une exposition prolongée aux  éléments. Ils étaient tous identiques, même taille, même poids et mêmes autres caractéristiques physiques.  Ces êtres ne possèdent aucune caractéristique semblable à celle des humains en dehors du fait qu’ils possèdent des yeux, des oreilles et une bouche.

 

Leurs organes internes sont différents, leur sang n'est pas rouge et leur cerveau est complètement différent du nôtre,

 

Leurs yeux sont pourvus de paupières, apparemment parce que, sur leur planète d'origine, ils sont très exposés à la lumière de leur étoile centrale.

 

 

EBE1 a vécu jusqu’en 1952 année de son décès.

 

 

Nous avons beaucoup appris de lui, même s'il n'avait pas d'appareil de parole semblable à l'homme, il a pu communiquer avec nous grâce à une opération effectuée par des médecins militaires.

Il était très intelligent, il a appris l'anglais très vite, en écoutant simplement ses interlocuteurs militaires, chargés de ses soins. Il était logé dans une zone spéciale et, bien que des médecins, des scientifiques et des civils l'aient étudié, il ne semblait jamais dérangé ni en colère.

 

 

Cela nous a beaucoup aidés à comprendre la technologie des navires que nous avions récupérés, particulièrement leurs dispositifs de communication.

Il nous a expliqué d'où ils viennent.

 

Leur système est Zeta Reticuli, il est situé à environ 40 années-lumière de la Terre. Leur planète est dans ce système stellaire. Leurs vaisseaux ont mis 9 mois à franchir cette distance énorme.

 

Ils voyagent à une vitesse supérieure à celle de la lumière en utilisant des tunnels spatiaux que nous nommons trous de ver.

 

Il a confirmé qu'il existe d'autres races de différentes parties de l'univers qui nous visitent depuis longtemps ».

 

 

Voilà un bref résumé du rapport très secret que le chef de la CIA, William Casey, aurait  personnellement transmis  au président américain Ronald Reagan en mars 1981.

 

 

Malgré les données fournies, la controverse sur les OVNIS et la vie extraterrestre, continuera pour le commun des mortels aussi longtemps que les gouvernements auront choisi de ne rien révéler.

 

 

En attendant, vous, vous en savez beaucoup plus que les autres.

 

0 commentaires

jeu.

13

déc.

2018

Bob Lazar, l’homme qui a révélé la Zone 51, se sent menacé - Décembre 2018

 

Celui que l’on surnomme « Le Messie » de l’ufologie a déclaré qu’il était toujours surveillé par les autorités après avoir révélé au monde, il y a environ 30 ans, ce qui se passait à l’intérieur de la fameuse Zone 51. Aujourd’hui, il craint encore pour sa sécurité.

 

Bob Lazar avait fait la une des journaux en 1989 lorsqu'il avait déclaré à une chaîne de télévision de Las Vegas que des scientifiques américains testaient et analysaient neuf vaisseaux extraterrestres.

 

Après sa déclaration de choc dans laquelle il utilisait le pseudonyme de « Dennis », il avait déclaré que le gouvernement s'était donné beaucoup de mal pour l'empêcher de parler, a déclaré ce scientifique.

 

Il aurait été poursuivi pour espionnage. Sa femme et lui auraient même été menacés.

 

Il a dit : « Tout peut arriver; Je ne sais pas. Je n’en ai pas la moindre idée. »

 

Mais dans un nouveau documentaire sensationnel, le gourou des OVNIS affirme qu'il est toujours suivi par des agents du gouvernement pour avoir révélé « la vérité ».

 

Le documentaire parle de Bob Lazar ainsi : « Sur la Zone 51 et les soucoupes volantes, M. Lazar a déclaré que, malgré qu’il ait fait profil bas, il était toujours espionné par le gouvernement. »

 

Il ne pense pas que le gouvernement le recherche nécessairement, mais il se croit surveillé.

 

M. Lazar a déclaré : « Au risque de paraître paranoïaque, je soupçonne toujours que quelqu'un me surveille - c'est quelque chose qu’il m’est difficile de sortir de mon esprit. »

 

Il a déclaré qu'un récent « raid du FBI », qui est mentionné dans le documentaire mais qui n'a pas été filmé, « reste ancré dans ma tête ».

 

M. Lazar a déclaré qu'il avait travaillé au sein de la Zone 51 et qu'il avait vu neuf disques volants testés et pilotés secrètement par les États-Unis.

 

Il a déclaré avoir travaillé sur la rétro-ingénierie des systèmes de propulsion de ses appareils.

Hélas, il s’avéra que c’était « totalement impossible » pour les responsables américains.

 

Le réalisateur Jeremy Corbell a déclaré avoir assisté à la comparution de M. Lazar à 13 ans, ce qui a changé sa vie pour toujours.

 

Il dit que M. Lazar est comme « l'Elvis, le Bigfoot et le Messie de l'ufologie ».

 

Mais M. Lazar affirme avoir pris part au documentaire pour mettre les choses au clair sur sa vie après l’année 1989.

 

Il affirme que la plupart de ses expériences ont eu un impact négatif sur son existence et qu’il ne ferait plus la même chose si c’était à refaire.

 

Article paru dans express.co.uk

 

Bob Lazar a déclenché une frénésie sur la vie extraterrestre il y a près de trois décennies lorsqu’il a annoncé au monde entier qu’il travaillait sur la rétro-ingénierie des ovnis dans la Zone 51. En 1989, avec l’aide du journaliste George Knapp, Lazar a raconté une histoire fantastique sur son travail apparent sur un site connu sous le nom de S-4, au sud de l’aéroport Homey de l’USAF. Il a émis l’hypothèse que l’installation auxiliaire dans le désert du Nevada abrite plusieurs vaisseaux spatiaux extraterrestres que le gouvernement américain souhaitait comprendre leur fonctionnement.

 

Aujourd’hui, près de 30 ans plus tard, Knapp a craché le morceau sur quelque chose d’encore plus choquant que Lazar lui a dit.

 

S’entretenant avec Jeremy Corbell, un cinéaste qui a produit un film d’investigation de deux heures sur la vie de Lazar, l’homme de 66 ans a affirmé que des organes extraterrestres étaient également étudiés au S-4.

 

“Ils auraient pu choisir n’importe quel scientifique du monde, mais ils l’ont choisi [Lazar] et lui ont montré des détails incroyablement sensibles presque immédiatement”, a-t-il révélé.

 

“Dès qu’il est arrivé, ils lui ont montré des corps extraterrestres inhertes – on pouvait voir leurs organes.”

 

 

“Ils lui ont montré l’histoire humaine-extraterrestre – les interactions et toutes sortes de choses que la communauté OVNI avait soupçonnées, mais qu’elle n’a jamais pu prouver.”

 

“Une partie de lui était vraiment ravie, mais il savait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas.”

 

Le nouveau film de Corbell, “Bob Lazar : Area 51 & Flying Saucers” a été présenté pour la première fois mardi dernier à l’Ace Hotel de Los Angeles.

 

Après avoir fait salle comble devant 1600 spectateurs, le film est sorti sur iTunes, où il a rapidement été classé numéro un dans les tendances.

 

, a révélé Corbell précédemment.

 

“Plus vous apprenez à connaître Bob Lazar, plus vous devez faire face à la possibilité inconfortable qu’il vous dise la vérité.”

 

“Vous regardez les preuves, vous regardez mon film et vous décidez par vous-même.”

 

La sortie est prévue le 18 décembre sur Viméo à cette adresse: https://vimeo.com/ondemand/BobLazarArea51

0 commentaires

mar.

11

déc.

2018

Y a-t-il quelqu’un dehors ? Décembre 2018

 

Article proposé par le MUFON FRANCE

 

« Imaginez que vous essayez de communiquer avec un extraterrestre, sur Twitter ou sur les réseaux sociaux.

La notion même d’emoji aurait sans doute ébranlé leurs petits esprits verts.

En supposant qu’ils puissent d’une manière ou d’une autre puiser sur nos ondes et se connecter à une station de radio qui ne diffuse que du rap hard-core.

Que diriez-vous de cela pour une première impression ? »

 

Gulf News

 

Un petit billet d’humeur de Mike O’Reilly pour le site Guf News. Un peu basique, voir naïf par instant, mais c’est plutôt bien écrit, et le ton est sympa, alors…

 

 

Article traduit

 

"Je veux croire aux extraterrestres. Sérieusement. Je le pense vraiment. Et il y a eu quelques incidents récemment rapportés qui me font penser que nous ne pourrions pas être seuls.

 

Ecoute, je ne suis pas un fou. Je ne vis pas dans une pièce bordée de papier d’aluminium. Je suis un peu normal, intelligent – on peut l’espérer – et j’ai considéré les choses avec une bonne dose de scepticisme.

 

Mais début novembre, deux scientifiques très crédibles ont déclaré qu’ils avaient des raisons de croire qu’un très long rocher en forme d’astéroïde en forme de cigare pourrait être un vaisseau extraterrestre.

 

Maintenant, avant d’arrêter de lire et de vous dire «ce gars a perdu la tête », considérez que les deux scientifiques travaillaient à Harvard – pas exactement une institution connue pour ses théories farfelues.

 

La roche s’appelle Oumuamua et les scientifiques la regardent sombrer dans l’espace depuis environ un an. Mais sa forme, et la manière dont il s’est accéléré et déplacé, font que les deux grands fronts de Harvard se font hmmmmm.

 

Hmmmmm en effet.

 

Je n'adhère pas . Au moins c’est ce que je pensais. Mais il y a eu un autre rapport récent, selon lequel les autorités de l’aviation civile irlandaise enquêtaient sur deux rapports séparés de pilotes qui avaient vu des lumières  bouger rapidement à côté de leurs avions  alors qu’ils approchaient de l’espace aérien irlandais vers la fin de leurs vols transatlantiques.

 

Le 9 novembre, un pilote de British Airways a demandé aux contrôleurs aériens irlandais de vérifier s’il existait une quelconque activité militaire dans les cieux à proximité de sa trajectoire de vol.

 

Les Irlandais ont vérifié, et non, ils ont répondu après avoir vérifié deux systèmes de radar distincts, il n’y avait rien.

 

Cependant, voici la chose: un autre pilote qui suivait une trajectoire similaire, effectuant un vol Virgin entre Orlando et Orlando, a déclaré à la radio qu’il avait lui aussi vu ces mêmes lumières briller dans les cieux.

 

Cela vous fait certainement réfléchir, n’est-ce pas?

 

Sommes-nous vraiment seuls dans les vastes étendues de cet univers ?

 

Nous sommes sept milliards à partager cette petite planète bleue alors qu’elle tourne autour de notre Soleil chaque année.

 

Et bien que nous sachions qu’il n’y a pas de planètes habitables dans notre voisinage immédiat, il semble que chaque jour, des recherches spatiales annoncent de nouvelles planètes semblables à la Terre qui se trouvent dans les zones dites de Goldilocks – ni trop chaudes ni trop froides – qui pourraient soutenir la vie. Ou du moins la vie sous la forme de ce que nous sommes.

 

Et non, je ne suis pas un kook. Mais c’est très intéressant.

 

Peut-être que s’il existe des formes de vie intelligentes, elles pourraient jeter un regard très long et difficile sur la façon dont nous traitons notre planète.

 

Ils verraient le smog et les formes de vie se déplacer et vivre dans des voitures, et une espèce qui semble ne se soucier que de l’eau pure, de l’air pur et des prédateurs qui dévorent toutes les autres espèces et ressources naturelles.

 

Que feraient-ils de notre fascination pour le sport ?

Je veux dire, essayez d’expliquer le cricket à un extraterrestre, et cela suffirait pour les envoyer faire leurs valises une fois pour toutes.

 

Imaginez que vous essayez de communiquer avec un extraterrestre, sur Twitter ou sur les réseaux sociaux.

La notion même d’emoji aurait sans doute ébranlé leurs petits esprits verts.

En supposant qu’ils puissent d’une manière ou d’une autre puiser sur nos ondes et se connecter à une station de radio qui ne diffuse que du rap ou hard-rock.

Que diriez-vous de cela comme première impression?

 

Tout est matière à réflexion.

J’aime regarder les étoiles la nuit et, parfois, quand je ne peux pas dormir, j’essayais de compter les étoiles depuis la fenêtre d’une chambre. Je guette maintenant, sans compter. »

 

0 commentaires

mar.

11

déc.

2018

Un OVNI découvert en Antarctique sur Google Earth

 

Un ufologue affirme avoir découvert un « OVNI possédant quatre antennes et qui se serait crashé » quelque part en Antarctique.

 

Alors qu’il explorait ce continent à l’aide du logiciel Google Earth, UFOmania, un Youtubeur, est tombé sur un objet inexpliqué qui était niché dans la glace.

 

L'image satellite nous montre un objet circulaire blanc émergeant des collines dans l'Antarctique.

 

En dépit du fait que l'image soit floue, on peut remarquer que cette anomalie inexpliquée semble se trouver à la surface du continent glacé.

 

En regardant de plus près, il semble également y avoir un petit sentier menant à cet énorme objet.

 

Le théoricien prétend que c'est une marque laissée sur le sol lorsque cet engin a atterri. Il mesure plus de 15 mètres de long environ.

 

Il affirme également avoir trouvé un « bâtiment de forme carrée » à proximité du lieu du crash présumé. Toutefois, l’ufologue ne spécule pas sur ce qui pourrait se trouver à l'intérieur.

 

La vidéo a été visionnée plusieurs milliers de fois depuis sa publication le 2 décembre 2018.

 

Alors que la plupart conviennent que l'objet est bizarre, d'autres pensent que « l'OVNI » a été volontairement brouillé afin de cacher sa véritable identité.

 

Un sceptique a commenté : « Tout est trop commodément taché et flou pour arriver à une conclusion raisonnable. »

 

Un autre a ajouté : « Les images ne sont pas assez claires pour me donner une idée de ce quecela pourrait être, autre qu'un objet inexpliqué. »

 

Les théoriciens prétendent que des objets étranges repérés sur Mars ont également été dissimulés par la NASA dans le but de cacher, au monde, les preuves de l’existence des extraterrestres.

 

D'autres ont tenté d'expliquer l'origine de cet engin comme étant un banc de neige dans la montagne glacée.

 

0 commentaires

ven.

07

déc.

2018

« Soucoupes Volantes : La Genèse » avec Franck Maurin - Décembre 2018

 

Une émission proposée par NUREA TV

 

« Soucoupes Volantes : La Genèse » avec Franck Maurin

 

Franck Maurin étudie depuis de nombreuses années l’énigme du phénomène ovni. Ufologue, romancier et conférencier, ses investigations se basent sur des analyses historiques, aéronautiques, militaires, psychologiques, ainsi que les univers imaginés par la science-fiction.

 

Il est notamment l’auteur du livre « Les mystères du phénomène OVNI : de la préhistoire à nos jours ».

 

0 commentaires

ven.

07

déc.

2018

Message d'Arecibo: pourquoi aucun extraterrestre n'a répondu à notre appel? - Décembre 2018

Le message d'Arecibo a été envoyé il y a 44 ans (photo d'illustration : les lasers du Très Grand Télescope de l'ESO)

 

Il y a 44 ans, le 16 novembre 1974, le plus puissant radiotélescope du monde, Arecibo, envoyait un message dans l'espace. Le but était surtout de démontrer les capacités époustouflantes de cet objet, resté le plus grand de sa catégorie jusqu'en 2016. Mais ce message d'Arecibo, auquel Google rend hommage ce vendredi, "constitue également une tentative de contacter une intelligence extraterrestre".

 

Et on ne parle pas d'une idée loufoque d'illuminés.

 

Les créateurs de ce signal radio sont Carl Sagan et Frank Drake.

 

Le premier, célèbre astronome américain, est l'un des fondateurs de l'exobiologie, l'étude scientifique du développement hypothétique de la vie dans l'Univers.

 

Le second, astronome américain également, a cofondé le projet de recherche SETI, qui vise à détecter une civilisation extraterrestre grâce à nos connaissances scientifiques. Il a également mis au point une équation tentant d'estimer le nombre de ces civilisations dans notre galaxie.

 

Evidemment, le message d'Arecibo n'a pas eu de réponse.

 

Il faut dire qu'il n'en attendait pas tellement: il était dirigé vers l'Amas d'Hercule, à 22.200 années-lumière de la Terre. Il n'a aujourd'hui parcouru que 0,20% de son chemin. Mais si quelqu'un le captait, après l'avoir déchiffré, il aurait découvert de nombreuses informations sur l'Homme, la Terre et notre connaissance de l'Univers. Une sorte de preuve, de bouteille spatiale jetée dans l'océan du vide intersidéral.

 

Une fois le message décodé, on y lit les nombres de un à dix, les numéros atomiques des atomes courants, des formules chimiques, des informations sur l'ADN, un dessin d'un être humain, le système solaire et le radiotélescope d'Arecibo.

 

Le paradoxe de Fermi

 

De manière générale, nous n'avons aucune preuve scientifique de l'existence d'une vie biologique ailleurs que sur la Terre. Et encore moins d'une vie intelligente. Pourtant, cette question de la vie extraterrestre obsède beaucoup de monde, y compris de très nombreux astronomes.

 

Pourquoi cette question nous obsède tant ?

Il y a bien sûr la quête de connaissances. Mais c'est surtout qu'elle nous interpelle.

Pourquoi serions-nous uniques dans l'énormité de l'Univers, ou même plus simplement de notre galaxie?

 

Depuis quelques décennies, nous avons repéré des milliers d'exoplanètes, des planètes en dehors de notre système solaire. Mais c'est un grain de sable.

Si on extrapole, on se rend compte de l'immensité qui nous entoure. Rien que dans notre galaxie, les chiffres donnent le tournis.

Les estimations tablent sur au moins 100 milliards d'étoiles. Même avec l'estimation la plus basse, on peut imaginer la présence, au moins, de milliards de planètes dans la galaxie. Sans même parler des plus de 100 autres milliards de galaxies.

 

Alors bien sûr, les conditions pour que la vie émerge sont difficiles à comprendre et sont certainement rares.

 

Pour autant, vu le nombre de planètes, l'âge de la galaxie et la vitesse à laquelle une espèce intelligente peut se développer technologiquement, on peut s'étonner que la galaxie n'ait pas été colonisée depuis bien longtemps.

 

Ce raisonnement, de nombreux scientifiques l'ont fait.

 

Notamment l'un d'eux, Enrico Fermi, l'un des créateurs de la bombe atomique. Lors d'un déjeuner dans les années 50 avec des collègues physicien, la question de la vie extraterrestre arrive sur la table.

Le chercheur fait alors remarquer ceci: vu l'immensité et l'âge de l'univers, si une civilisation extraterrestre existait, elle aurait certainement eu le temps de s'étendre sur des milliers de mondes et de nous rendre visite.

 

Alors, où sont-ils?

 

C'est le "paradoxe de Fermi". Depuis des milliers de personnes ont essayé de trouver une réponse à ce problème.

 

 

Toujours plus d'hypothèses

 

Des théories, il en existe tellement qu'un physicien, Stephen Webb, a publié un ouvrage évoquant 75 solutions au paradoxe de Fermi, regroupées dans 3 catégories: ils sont là (mais nous ne le savons pas), ils existent mais n'ont pas communiqué avec nous ou encore ils n'existent pas.

 

C'est aussi pour réfléchir à ce paradoxe que Frank Drake a créé sa fameuse équation.

 

Aujourd'hui encore, par pure expérience de pensée ou via des découvertes astronomiques récentes, de nombreux physiciens font régulièrement des hypothèses.

 

La plus pessimiste étant que la vie a existé ailleurs, s'est développée, est devenue intelligente... mais a fini par s'auto-détruire, soit par la guerre, soit par l'exploitation des ressources.

 

Un scénario qu'on peut effectivement imaginer si l'humanité n'arrive pas à endiguer le réchauffement climatique et sa course à la croissance.

 

Mais toutes les hypothèses ne sont pas pessimistes.

 

Certains affirment avoir calculé que la vie est tout simplement très, très rare dans l'univers et que nous sommes peut-être les premiers êtres intelligents de la galaxie.

 

D'autres se demandent si les extraterrestres ne seraient pas en hibernation, ne nous observeraient pas comme dans un zoo, s'ils n'ont pas existé puis se sont éteints... Ou encore s'ils n'ont pas tenté de nous contacter mais que le temps que le message arrive, il y en a pour des siècles.

 

Evidemment, ces hypothèses ne restent que des hypothèses. Mais ces expériences de pensées philosophiques ne sont pas dénuées d'intérêt, loin de là, car elles permettent d'imaginer des schémas, de dénicher des inconnues à tester dans la pratique.

 

Car justement, ce dont la science a besoin pour avancer, c'est de faits, de preuves tangibles.

C'est le but du SETI, qui observe l'espace sur différentes longueurs d'ondes en espérant entendre un signal étranger, une sorte de bouteille à la mer similaire à notre message d'Arecibo.

 

Le grand réseau d'antennes millimétrique/submillimétrique de l'Atacama (ALMA) de l'ESO

 

Ecouter ou émettre, encore et encore

 

D'ailleurs, en septembre, un grand télescope français s'est lui aussi lancé dans la recherche de signaux extraterrestres.

 

 

Pour autant, les chances de trouver un signal sont objectivement extrêmement basses, et ce pour plusieurs raisons. La principale, c'est que nous n'observons qu'une partie infime du ciel.

 

A un moment donné bien défini, pendant lequel une hypothétique civilisation aurait émis un signal il y a très longtemps. Le temps que le message, qui voyage à la vitesse de la lumière, traverse l'immensité qui nous sépare des autres systèmes stellaires. Même pour les plus proches, cela se compte en années.

 

Il y a aussi la question de savoir ce que nous observons. Il y a tellement de moyens de communiquer, de fréquences radios...

 

 

Et même si nous cherchons le bon type de signal, encore faut-il que nous écoutions dans la bonne direction et au bon moment. Au vu de la taille et de l'âge de la galaxie, c'est un peu comme rechercher une aiguille dans une botte de foin. Mais cela peut aussi donner de l'optimisme: si nous n'avons rien trouvé, c'est peut-être tout simplement car nous ne cherchons pas assez.

 

En parallèle, certains chercheurs veulent aller plus loin. Ne pas écouter, mais émettre. Comme le message d'Arecibo, mais en faisant tout pour être entendu. En 2016, un message a été envoyé vers l'étoile polaire Polaris, située à 450 années-lumière.

 

Ce qui veut dire que même si des extraterrestres vivaient autour de cette étoile, l'onde électromagnétique qui contient le message ne les atteindrait qu'en 2466. Cette capsule temporelle était surtout une sorte de testament et de message d'alerte destinée à la Terre, selon l'auteur du projet, l'artiste écossais Paul Quast.

 

Ceci est une simple photo d'illustration. Les lasers du Très Grand Télescope de l'ESO ne sont pas des messages envoyées dans l'espace, mais une technique permettant d'illuminer le ciel d'une manière bien précise pour améliorer la précision des images prises.

 

D'autres, comme les astronomes du METI (une organisation nommée en référence au SETI, mais qui veut émettre plutôt qu'écouter), veulent envoyer de nombreux messages et espèrent être écoutés.

 

Un premier a été envoyé en novembre 2017, à destination de GJ 273b, une exoplanète située à 12,4 années-lumière de la Terre. La porte à côté, à l'échelle de la galaxie.

Un message simple, répété pendant trois jours.

Un tutorial mathématique et scientifique utilisant une "langue cosmique" imaginée par un mathématicien pour communiquer de la manière la plus abstraite possible, en faisant fi de nos références culturelles.

 

Une initiative qui a créé la polémique, même si les chances d'obtenir une réponse sont, au mieux, infinitésimales. Déjà, des chercheurs ont critiqué l'idée même des ces bouteilles à la mer, estimant que les chances de réponses sont trop faibles face aux coûts. Mais certains scientifiques vont plus loin dans la désapprobation.

 

Un débat qui peut se résumer ainsi: si nous envoyons des messages dans l'espace, nous signalons notre présence à de potentielles civilisations avancées, sans rien savoir d'elles.

 

Et si des aliens à la technologie avancée envahissaient notre monde en remontant à l'origine du message?

 

C'est un peu ce que redoutait Stephen Hawking.

 

L'astrobiologiste Dirk Schulze-Makuch affirme lui que les conséquences de ce genre de message sont si grandes que l'envoi d'un tel signal devrait faire l'objet d'un débat citoyen et ne pas être simplement décidé par "un petit groupe de scientifiques".

 

Tant de débats sans aucune preuve, cela peut sembler étrange de la part de scientifiques.

 

Mais quand on pense à toutes les implications scientifiques et philosophiques qu'aurait la découverte d'une preuve de l'existence d'une vie intelligente extraterrestre, en fait-on finalement assez ?

 

0 commentaires

ven.

07

déc.

2018

Projet Crank : Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis - décembre 2018

 

Une énorme capsule du projet Crank, qui pose admirablement le paradoxe de Sagan. Un grand bravo à Pierre Lagrange et aux équipes de Crank, qui rendent justice au travail de Carl Sagan.

 

Les débats autour de l'existence de civilisations extraterrestres opposent les chercheurs du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) et les amateurs d'ovnis autour de la question de la preuve.

Le célèbre astronome Carl Sagan est souvent intervenu sur ce sujet.

Est-ce la seule façon d'aborder le problème? 

 

0 commentaires

ven.

07

déc.

2018

Les religions survivront-t-elles aux extraterrestres? - Décembre 2018

 

Religions Ovni et extraterrestre

 

Et l’optimisme est de rigueur. Croyants ou non-croyants, bouddhistes ou chrétiens, seule une minorité croit que sa religion ou ses croyances personnelles seraient ébranlées —encore que les catholiques soient plus nombreux (22%) à croire que cela affecterait leur religion.

 

Pas aussi nombreux, toutefois, que les 205 non-croyants interrogés, qui sont 69% à croire que cela causerait une crise... chez toutes les religions!

 

L’enquête, menée auprès de 1300 personnes, a été conçue par Ted Peters, professeur de théologie au Séminaire théologique luthérien du Pacifique, en Californie.

 

Et Ted Peters était l’un des 250 participants à ce congrès sur la vie extra-terrestre, qui avait lieu les 24 et 25 janvier à la Société royale de Londres.

 

Chose certaine, c’est le moment où jamais de s’adapter pour les religions, parce que tous les éléments semblent se mettre en place pour les préparer à une grande découverte.

 

Par exemple, est venu souligner le président de la Société royale, Martin Rees, d’ici deux ou trois ans, le nouveau télescope spatial Kepler pourrait détecter la présence de planètes de même taille que la Terre autour d’autres étoiles —une recherche qui n’existait pourtant même pas au début des anneés 1990.

 

Mais certains sont beaucoup moins enthousiastes que d’autres : et si les E.T. étaient méchants ?

 

Un journaliste de Nature nous présente le paléobiologiste Simon Conway, de l’Université Cambridge :

 

Il cite des exemples d’évolutions convergentes dans l’histoire biologique de la Terre comme preuves qu’il existe un nombre limité de solutions aux problèmes d’organisations [physiologiques] et sociaux...

 

La vie sociale ailleurs pourrait être aussi violente que sur la Terre, où les fourmis font du pillage et où les humains se font la guerre. « Si le téléphone sonne, dit-il, ne répondez pas. »

 

Le colloque britannique, intitulé The Detection of Extra-terrestrial Life and the Consequences for Science and Society, est organisé à l’occasion du 50e anniversaire du premier effort d’écoute du ciel —un effort qui a fait passer la recherche d’extra-terrestres du clan des petits hommes verts aux radio-astronomes.

 

Mais celui-là même qui avait lancé ce premier effort, l’astronome Frank Drake, est venu dire que la quête était plus difficile qu’on ne l’avait imaginé à l’époque.

 

Notre évolution technique, de l’analogique au numérique, en témoigne, dit-il : nos signaux radio s’éparpillent de moins en moins dans l’espace, à mesure que la technologie devient plus précise.

Conséquence, la Terre « devient plus silencieuse », et s’il en est de même ailleurs dans l’Univers, ça augure mal pour les radio-astronomes.

 

Le colloque britannique est également organisé à l’occasion du 350e anniversaire de la prestigieuse Société royale —qui prend bien soin de souligner que c’est son premier colloque en 350 ans qui parle de vie extra-terrestre! Une autre révolution... 

 

0 commentaires

mer.

05

déc.

2018

Interview exclusive de Bob Lazard - Décembre 2018

 

 

L'ancien physicien du gouvernement Bob Lazar a fait la une des journaux du monde entier en 1989 lorsqu'il a présenté son récit de la rétro-ingénierie d'un vaisseau spatial étranger pour l'armée américaine.

 

La raison pour laquelle le public connaît même le nom de la zone 51, c'est que Lazar a révélé te type de travail qu'il menait sur l'ancienne base militaire secrète.

 

Chargé d'un secret révolutionnaire, il a dû choisir entre son serment vis-à-vis  son pays, ou sa conscience.

 

Sa femme le croit, sa mère le croit, et plus vous vous rapprochez de son cercle intérieur, plus VOUS le croyez.

 

Son témoignage reste l'histoire d'OVNI la plus controversée et la plus importante de tous les temps, surtout si elle est vraie.

 

Lazar fit  sa révélation, choqua le monde, puis se tut.

 

Le film de Corbell raconte intimement les joies et les souffrances d'un dénonciateur cosmique. Il enquête sur les affirmations révolutionnaires de Lazar concernant le programme secret de du gouvernement Américain visant à créer une technologie révolutionnaire  basée sur des véhicules extraterrestres récupérés.

 

Avec des images rares et inédites, le film de Corbell ébranlera les fondements de vos croyances et modifiera de façon permanente le paysage du débat.

 

Il révèle l'impact dévastateur que ses actions ont eu sur sa vie au cours de ses trente dernières années.

 

Ses révélations publiques ont bouleversé sa vie et il a essayé de rester à l'écart des projecteurs.

 

Pour cette raison, il n'a jamais laissé aucun journaliste ou réalisateur de film intervenir dans sa sphère privée- sauf  - jusqu'à maintenant.

 

Ecoutez  l'entrevue exclusive et révélatrice de "Secureteam" de YouTube  avec Bob Lazar .

 

Celle-ci sera certainement retranscrite en langue Française dans peu de temps.. Nous faisons confiance aux internautes ufologues!

 

 

 

 

0 commentaires

mer.

05

déc.

2018

Des soldats russes ont été attaqués par des aliens selon la CIA - Décembre 2018

 

Un dossier de la CIA a révélé ce qui était arrivé à des soldats russes après qu’ils aient abattu un OVNI qui n’était visiblement pas d’origine terrestre.

 

Cet événement s’est produit au plus fort de la Guerre Froide.

 

Un document, consultable sur le site Internet de la FOIA Electronic Reading Room mise en place par la CIA, nous décrit un incident durant lequel « un groupe de soucoupes volantes rouge, verte et jaune planaient au dessus de plusieurs bases militaires en Antarctique ».

 

Le document lui-même a été « dissimulé » par le président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, en 1991, mais il a été récupéré par la CIA.

 

M. Gorbatchev lui-même a également déclaré que

« le phénomène des OVNI existe et qu'il doit être traité sérieusement ».

 

Les services de renseignement américains ont obtenu cet incroyable dossier de 250 pages. Il détaille l'attaque d’un OVNI par une unité militaire basée en Sibérie.

 

Décrivant l'incident, le document nous indique :

 

« Selon les informations fournies par le KGB, un vaisseau spatial volant à une altitude relativement basse, en forme de soucoupe, serait apparu au-dessus d'une unité militaire effectuant des manœuvres d'entraînement de routine. »

 

« Pour des raisons inconnues, quelqu'un a lancé un missile sol-air qui a frappé l'OVNI de manière inattendue. »

 

« Il est tombé sur la Terre pas très loin, et cinq petits humanoïdes avec ‘de grandes têtes et de grands yeux noirs’ en sont sortis. »

 

Mais ensuite, le document nous décrit les terribles représailles des extraterrestres qui ont utilisé des armes très perfectionnées contre leurs assaillants.

 

Le document poursuit : « Après s’être libérés des débris, les extraterrestres se sont rapprochés puis ils ont fusionné ensemble pour ne former qu’un seul et même objet qui a pris une forme sphérique ».

 

« Cet objet a commencé à bourdonner et à siffler brusquement, puis est devenu d’un blanc éclatant. »

 

« En quelques secondes, les sphères sont devenues beaucoup plus grosses et ont explosé en s’illuminant avec une lumière extrêmement brillante. »

 

« À cet instant même, les 23 soldats qui avaient observé le phénomène se sont transformés en poteaux de pierre. »

 

« Seuls deux soldats qui se trouvaient à l’écart et qui étaient, de ce fait, moins exposés à cette explosion lumineuse,

ont survécu. »

 

Le rapport du KGB poursuit en affirmant que les débris de l’OVNI et les dépouilles des soldats ont été transférées dans une institution de recherche scientifique secrète située près de Moscou.

Le rapport conclut :

« Les spécialistes supposent qu’une source d’énergie inconnue des terriens a immédiatement modifié la structure des organismes vivants des soldats, en les transformant en une substance dont la composition moléculaire n’est pas différente de celle du calcaire. »

 

0 commentaires

mar.

04

déc.

2018

A quoi peut correspondre cette structure artificielle découverte sur Google Earth en Antarctique ? Décembre 2018

Un théoricien du complot prétend avoir trouvé un “crash d’OVNI avec quatre antennes” lors d’une expédition en ligne en Antarctique.

 

En explorant le continent à l’aide de Google Earth, la chaîne Youtube UFOmania est tombée sur un objet inexpliqué niché dans la glace.

 

L’imagerie satellite montre un objet circulaire blanc dépassant des collines de l’Antarctique.

 

Malgré le flou des images, la tache inexpliquée semble se trouver à la surface du continent glacé.

 

En y regardant de plus près, il semble aussi y avoir un petit sentier qui mène à l’immense objet.

 

Le théoricien prétend qu’il s’agit d’une marque au sol où l’embarcation a débarqué, mesurant plus de 15 mètres de long.

 

Il prétend aussi avoir vu un “bâtiment carré” près du lieu présumé de l’accident – mais ne se prononce pas sur ce qui pourrait se trouver dedans.

 

Cette vidéo bizarre a été visionnée près de 25 000 fois depuis sa mise en ligne le 2 décembre.

 

Alors que la plupart s’accordent à dire que l’objet est bizarre, d’autres pensent que l’“OVNI” a été brouillé afin de dissimuler sa véritable identité.

 

 

Un sceptique a commenté : “Tout est trop flou pour en arriver à une conclusion sensée.”

 

Un autre a ajouté : “Les images ne sont pas assez claires pour me donner une idée de ce que ça pourrait être d’autre qu’un objet inexpliqué.”

 

Les théoriciens affirment que des objets étranges repérés sur Mars ont également été obscurcis par la NASA pour tenter de cacher des preuves d’extraterrestres à l’œil du public.

 

D’autres ont tenté d’expliquer le vaisseau spatial comme un amas de neige dans la montagne glacée.

 

0 commentaires

mar.

04

déc.

2018

La NASA admet que de minuscules extraterrestres “super intelligents” ont peut-être déjà visité la Terre - Décembre 2018

 

Un scientifique de la NASA admet qu’il est tout à fait possible que des extraterrestres aient déjà visité la Terre – et nous ne l’avons simplement jamais remarqué.

L’expert a également noté que toutes les observations d’OVNI ne peuvent pas être “expliquées ou réfutées”, et a déclaré que les scientifiques devraient être plus ouverts d’esprit sur la possibilité des visiteurs extraterrestres.

La NASA a depuis longtemps investi dans SETI, la “pour la recherche de l’intelligence extraterrestre”.

 

Et dans un article récemment publié sur SETI, le professeur Silvano P. Colombano a suggéré que la vie extraterrestre nous a peut-être déjà rendu visite.

 

Il a suggéré que les extraterrestres pourraient avoir l’air si différents de ce à quoi nous nous attendons, et qu’ils pourraient être capables de parcourir d’énormes distances – parce que nous ne pouvons tout simplement pas comprendre leur composition ou leur technologie.

 

“Je veux simplement souligner le fait que l’intelligence que nous pourrions trouver et qui pourrait choisir de nous trouver (si ce n’est déjà fait) pourrait ne pas être du tout produite par des organismes à base de carbone comme nous”, a déclaré le professeur Colombano, du Ames Research Centre de la NASA en Californie.

 

“Comment cela pourrait-il changer les hypothèses ci-dessus sur les voyages interstellaires ?

Notre durée de vie typique ne serait plus une limitation (bien que même celles-ci pourraient être traitées avec des missions multigénérationnelles ou des suspensions d’animation), et la taille de l’explorateur pourrait être celle d’une entité extrêmement petite et super-intelligente”.

 

Selon le professeur Colombano, les scientifiques sont trop préoccupés par la technologie humaine moderne.

 

Cela, dit-il, nous empêche d’imaginer une technologie qui aurait pu être produite par des extraterrestres vivant sur des planètes plus vieilles que la Terre.

 

Il a dit “nous devons revoir même nos hypothèses les plus précieuses”, y compris que “les voyages interstellaires sont impossibles ou très improbables”.

 

“Considérant en outre que le développement technologique de notre civilisation n’a commencé qu’il y a environ 10 000 ans et n’a vu l’essor des méthodologies scientifiques qu’au cours des 500 dernières années, nous pouvons supposer que nous pourrions avoir un réel problème à prévoir l’évolution technologique même pour les mille prochaines années, encore moins pour les 6 millions d’années à venir,” a expliqué le professeur.

 

Et il a ajouté : “Même si la vitesse de la lumière continue d’être une barrière infranchissable, sur des milliers d’années, les civilisations pourraient probablement faire des voyages interstellaires”.

 

Dans son article intitulé New Assumptions to Guide SETI Research, le professeur Colombano a déclaré que les récentes découvertes de planètes telluriques par le télescope spatial Kepler offrent un espoir.

 

Il a dit que cela devrait inciter la NASA à “concentrer notre attention sur la détection des signes de vie et de technologie dans des systèmes planétaires spécifiques”.

 

“Je pense que nous devons faire preuve de plus de souplesse dans nos hypothèses”, a-t-il expliqué.

 

“La raison en est que, bien qu’il soit encore raisonnable et prudent de supposer que la vie a probablement pris naissance dans des conditions similaires à celles sur Terre, les grandes différences temporelles dans les évolutions potentielles rendent très minces les possibilités d'”adaptation” des technologies.”

 

Le professeur Colombano préconise une approche plus “agressive” de la recherche de la vie extraterrestre.

 

Il a également déclaré que les scientifiques ne devraient pas exclure d’éventuels “signaux” de la vie extraterrestre, en raison de leurs propres préjugés.

 

“Dans la très grande quantité de ‘bruit’ dans les rapports d’OVNI, il peut y avoir des ‘signaux’ aussi petits soient-ils, qui indiquent certains phénomènes qui ne peuvent être expliqués ou niés,” a écrit le professeur.

 

“Si nous adoptons un nouvel ensemble d’hypothèses sur les formes d’intelligence et de technologie supérieures que nous pourrions trouver, certains de ces phénomènes pourraient correspondre à des hypothèses spécifiques, et nous pourrions commencer une enquête sérieuse.”

 

0 commentaires

dim.

02

déc.

2018

Edgar Mitchell ancien astronaute, témoigne au sujet des ovnis...

L'astronaute Edgar Mitchell explique en moins de 5 minutes,  la dissimulation au sujet des Ovnis. Edgar Dean Mitchell est un pilote américain, et un Capitaine à la retraite de la Marine Américaine, ainsi qu'un astronaute de la NASA. En tant que pilote du module lunaire d'Apollo 14, et ayant marché sur la lune, le Dr Mitchell a exprimé publiquement son opinion qu'il est à 90 pour cent certain que beaucoup des milliers d'objets volants non-identifiés, ou « Ovnis », enregistrés depuis les années 1940, appartiennent à des visiteurs provenant d'autres planètes.

 

Dr Mitchell a aussi revendiqué que le crash de Roswell était réel, et que les aliens (extranéens)  ont contacté les humains plusieurs fois, mais le gouvernement cache la vérité depuis 60 ans.

 

0 commentaires

dim.

02

déc.

2018

Une étude montre que 60% des Britanniques croient aux théories du complot (76% pour les Français)

 

Soixante pour cent des Britanniques croient qu’au moins une théorie du complot sur la façon dont le pays est géré ou sur la véracité des informations qui leur ont été données, selon une nouvelle étude majeure, dans le cadre d’un modèle de profonde défiance vis-à-vis des autorités qui s’est répandu en Europe et aux Etats-Unis.

 

Au Royaume-Uni, les personnes qui soutiennent le Brexit sont beaucoup plus susceptibles d’accorder du crédit aux théories du complot que celles qui s’y opposent, 71 % des électeurs ayant voté pour au moins une théorie contre 49 % des électeurs anti-Brexit.

 

Près de la moitié (47 %) des électeurs qui ont voté pour le Brexit estiment que le gouvernement a délibérément caché la vérité sur le nombre d’immigrants vivant au Royaume-Uni, contre 14 % des électeurs anti-Brexit.

Un pourcentage frappant de 31 % des électeurs qui ont voté pour le Brexit ont estimé que l’immigration musulmane faisait partie d’un complot plus vaste visant à faire des musulmans la majorité en Grande-Bretagne, une théorie du complot qui a vu le jour dans les milieux d’extrême droite français et qui est connue comme le “grand remplacement”. Le chiffre comparable pour les électeurs anti-Brexit est de 6 %.

 

Les disparités entre ceux qui ont voté pour Donald Trump et Hillary Clinton aux États-Unis étaient encore plus marquées, où 47 % des électeurs de Trump estiment que le réchauffement climatique d’origine humaine est un canular, contre 2,3 % des électeurs de Clinton.

 

Ces chiffres sont le résultat d’un vaste projet international mené pendant six ans et dans neuf pays par des chercheurs de l’Université de Cambridge et de YouGov, financé par le Leverhulme Trust. Il s’agit de l’étude la plus complète jamais réalisée sur les théories du complot, et c’est la première fois que des universitaires se penchent sur les questions des croyances au complot, de la confiance sociale et des habitudes de consommation des nouvelles dans différents pays.

 

Les chercheurs ont également trouvé que :

 

– 15 % des électeurs pro-Brexit et 11 % des électeurs anti-Brexit en Grande-Bretagne croient que, quel que soit le responsable officiel du gouvernement, le monde est dirigé par une cabale mondiale secrète de personnes qui contrôlent les événements.

 

– La théorie du complot la plus répandue au Royaume-Uni, partagée par 44 % de la population, est que “même si nous vivons dans ce qu’on appelle une démocratie, quelques personnes dirigeront toujours les choses dans ce pays de toute façon”.

 

– La méfiance à l’égard de l’autorité est élevée au Royaume-Uni, 77% des interrogés ne faisant “pas beaucoup” ou “pas du tout” confiance aux journalistes ; 76% se méfient des ministres du gouvernement britannique ; et 74% se méfient des chefs d’entreprise.

 

– En revanche, 87 % et 89 % des interrogés, respectivement, font confiance à leurs amis et à leur famille, ce qui pourrait ajouter de la crédibilité aux sources d’information partagées par leurs proches sur les médias sociaux.

 

– Les pro-Brexit sont plus susceptibles (50 %) d’utiliser régulièrement les médias sociaux pour s’informer que les électeurs anti-Brexit (34 %), et plus susceptibles de lire un site Web d’actualités (de 41 % contre 18 %). Parmi ceux qui ont obtenu leurs informations sur les médias sociaux, Facebook a été utilisé fréquemment par un plus grand nombre de pro-Brexit que les autres (74 % pour les pro, 65 % pour les anti), tandis que l’inverse est vrai pour Twitter (39 % pour les pro, 28 % pour les anti).

 

– Parmi les pays interrogés, la Suède est le pays le moins susceptible à croire aux théories du complot, 52 % d’entre eux croyant une ou plusieurs des théories proposées par les chercheurs, contre 85 % pour la Hongrie. Aux Etats-Unis, ce chiffre est de 64% et en France de 76%.

 

John Naughton, directeur du programme de bourses de presse au Wolfson College et l’un des trois professeurs de l’Université de Cambridge qui ont dirigé la recherche, a déclaré que l’étude, qui a commencé en 2012, est née d’une tentative d’étudier l’“histoire naturelle” des théories du complot.

 

Les chercheurs avaient essayé d’être aussi larges que possible dans leur définition du terme comme “une théorie selon laquelle certains acteurs ont conspiré pour faire secrètement quelque chose qui est généralement dysfonctionnel ou mauvais”. Dans le cadre de l’étude, ils ont interrogé des personnes sur une dizaine de théories, toutes issues de leur recherche, afin de tester leur degré de diffusion.

 

“Les théories du complot sont, et pour autant que nous puissions en juger, une partie assez importante de la vie dans de nombreuses sociétés, et la plupart du temps, elles sont passées inaperçues aux yeux des médias établis”, a déclaré Naughton. “Dans la mesure où les gens croyaient aux théories du complot, nous les considérions comme des choses folles que les fous croyaient, [et cela] ne semblait pas avoir beaucoup d’impact sur la démocratie.”

 

“Cette attitude dédaigneuse a changé après le vote en faveur du Brexit et l’élection de Trump en 2016”, a-t-il dit. “Quoi que vous pensiez d’autre de Trump, c’est un théoricien du complot né. Trump a été une sorte de catalyseur, en ce sens que son élection a eu pour effet de légitimer les théories du complot.”

 

En fait, la prévalence des théories du complot dans les sociétés humaines suggère qu’elles peuvent avoir une fonction, a dit Naughton. “C’est une façon d’essayer de donner un sens à un monde complexe et déroutant pour un citoyen ordinaire.”

 

Peu de gens, du moins au Royaume-Uni, croient certaines des autres théories testées par les chercheurs, y compris que le compte rendu officiel que l’Holocauste était un mensonge (2%), que le contact humain avec des extraterrestres est étouffée (8%), que la vérité sur les vaccins est dissimulée(10%) et que le virus du sida avait été créé et diffusé volontairement (selon 4 % des Anglais, mais 12% des Français).

 

Le Dr Hugo Leal, l’un des chercheurs du projet, a déclaré que lui et les autres universitaires avaient été surpris par la proportion de partisans de Trump et pro-Brexit qui ont dit croire à la théorie du grand remplacement.

 

Il a dit : “Ceci est entrelacé avec une perspective conspiratrice plus large, qui semble lier les camps de Trump et de Brexit. En effet, les deux parties partagent des attitudes et des sentiments qui transcendent la simple affiliation idéologique conservatrice. Notre étude montre que les théories du complot sont un élément central pour comprendre une culture politique commune, ce que la plupart des chercheurs ont du mal à comprendre.” Leal a décrit les attitudes communes comme un “axe de conjuration complotiste transatlantique”.

 

Plus de 11 500 personnes ont été interrogées en ligne par YouGov dans neuf pays : La France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Hongrie, l’Italie, la Pologne, le Portugal, la Suède et les États-Unis. La population de l’échantillon britannique est de 2 171 adultes, ce qui est pondéré pour être représentatif.

 

0 commentaires

ven.

30

nov.

2018

Existe-t-il des liens occultes entre les Illuminati et le groupe Bilderberg ?

 

Les illuminati constituent un groupe secret qui, selon des théoriciens du complot, envisage d’instaurer un nouvel ordre mondial. Toutefois, une question subsiste : cette organisation existe-t-elle réellement et a-t-elle des liens avec le groupe Bilderberg ?

 

Les illuminati existent et ont été créés au 18ème siècle par Adam Weishaupt. Le groupe a commencé comme une société secrète composée initialement de cinq membres et a été baptisé Ordre des Illuminati. La société secrète voulait se libérer de l'église et des restrictions du gouvernement.

 

Adam Weishaupt était un penseur allemand et un professeur anticlérical qui s’opposait au pouvoir de l’Église catholique romaine sur la science et la philosophie et croyait que le monarque et l’église réprimaient la liberté de pensée.

 

Ils étaient convaincus que les idées religieuses ne constituaient plus un système de croyance adéquat pour régir les sociétés modernes.

 

Weishaupt avait décidé de lancer une autre forme d’« illumination », un ensemble d'idées et de pratiques pouvant être appliquées pour changer radicalement le mode de gestion des États européens.

 

Il a fondé la nouvelle société secrète, l'Ordre des Illuminati, dans la nuit du 1er mai 1776.

 

Les premiers membres des Illuminati se sont réunis pour établir leur ordre ainsi que les règles qui le régiraient dans une forêt près d'Ingolstadt, en Allemagne.

 

Weishaput a écrit que son organisation offrait la liberté « contre tous les préjugés religieux ; cultive les vertus sociales ; et les anime par une grande perspective réalisable permettant d’accéder rapidement au bonheur universel. »

 

Pour y parvenir, il était nécessaire de créer « un état de liberté et d'égalité morale libéré des obstaclesque la subordination, le rang et les richesses nous lancent continuellement ».

 

La société secrète n'est pas restée secrète très longtemps et les gens ont commencé à spéculer sur la réelle mission de ce groupe occulte.

 

Chris Hodapp, co-auteur du livre intitulé Conspiracy Theories and Secret Societies for Dummies, explique que l'un des traits caractéristiques des premiers membres des Illuminati est qu'ils ne faisaient confiance à personne de plus de 30 ans, car ils étaient trop déterminés.

 

À la fin des années 1780, les Illuminati ont été anéantis par la répression gouvernementale menée contre les sociétés secrètes.

 

Mais les rumeurs disaient que l'organisation continuait à survivre en tant qu'organisation clandestine.

 

Les Illuminati ont-ils des liens avec le groupe Bilderberg ?

 

Le groupe secret de Bilderberg se rassemble chaque année pour assister à une réunion au cours de laquelle il discute d’un éventail de sujets.

 

Certaines des personnalités les plus puissantes de la politique, de la finance, du journalisme et du monde universitaire se rencontrent pour cette réunion annuelle.

 

Tout ce qui se passe pendant la réunion reste dans le groupe car les participants ne sont pas autorisés à révéler ce qui a été discuté et les détails sont rarement rendus publics.

 

Le groupe a été fondé en 1954 dans le but de favoriser le dialogue entre l'Europe et l'Amérique du Nord.

 

Mais les théoriciens du complot prétendent que les membres complotent à l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial et que son objectif est la domination mondiale.

 

Les théoriciens ont affirmé que des groupes secrets comme le groupe Bilberberg ou encore les Skull and Bones étaient des organisations phares pour les Illuminati.

 

Cependant, cette théorie n’a pas été officiellement prouvée et n’est que pure spéculation.

 

0 commentaires

mer.

28

nov.

2018

Le dernier ouvrage de Daniel ROBIN: Les triangles de la Nuit - Novembre 2018

 

« Depuis quelques années, les observations d’ovnis de forme triangulaire sont en nette augmentation.

 

Parmi elles, les témoins décrivent de mystérieux

« triangles noirs ».

 

Suite à ces très nombreuses observations, des questions urgentes s’imposent à nous :

D’où viennent ces engins ?

Par qui sont-ils pilotés ?

Quelles technologies utilisent-ils ?

Pourquoi survolent-ils notre territoire avec insistance ?

Quelles sont leurs intentions envers les populations ?

 

Cette sorte de « surveillance » permanente obéit-elle à un plan, et si oui, lequel ?

 

Les organismes officiels tels que l’armée de l’air, la gendarmerie nationale, le CNES, les services de renseignements, sont-ils conscients de la situation et, si oui, quelles actions mènent-ils sans en informer les populations ?

 

Dans le cas où ces organismes officiels mèneraient des actions soutenues visant à surveiller les activités des ovnis, pourquoi ces actions sont-elles gardées secrètes ?

 

Quelle est l’étendue des connaissances de ces organismes au sujet des ovnis ?

 

La présence des « triangles noirs » étant largement avérée, à quoi devons-nous nous préparer ?

 

Allons-nous bientôt faire face à une situation exceptionnelle que nous n’avons pas anticipée ?

Sommes-nous en danger ?

 

Cette étude sur les ovnis triangulaires, qui est la première en France à traiter de ce sujet d’une façon aussi complète, tente, malgré de nombreuses zones d’ombre, de répondre à ces questions. »

 

0 commentaires

mer.

28

nov.

2018

JFK assassiné pour avoir voulu faire des révélations sur les extraterrestres ?

 

Selon une théorie populaire, John F. Kennedy aurait été assassiné après avoir découvert que des hauts responsables américains avaient été en contact avec des extraterrestres.

 

Aujourd'hui, 55 ans se sont écoulés depuis que le président JFK a été tué alors qu’il se trouvait dans un cortège présidentiel sur Dealey Plaza, à Dallas, aux États-Unis.

 

Depuis lors, des controverses entourent sa mort, affirmant notamment que l'assassin Lee Harvey Oswald « n'avait pas agi seul » et qu'un gangster de la mafia avait ordonné le meurtre.

 

Toutefois, il existe une autre théorie de la conspiration.

 

Elle affirme que le président décédé a découvert la preuve que ses plus hauts responsables avaient été en contact avec des extraterrestres - et il était sur le point de le révéler au monde entier avant qu'il ne soit abattu.

 

Les experts affirment avoir découvert une lettre du Majestic 12 - un comité gouvernemental secret formé en 1947 et chargé d'étudier la possibilité d'une vie extraterrestre sur Terre.

 

Si le document Majestic 12 est authentique, ils suggèrent que le gouvernement était au courant et en contact avec des êtres extraterrestres.

 

La lettre - qui aurait été récupérée dans une cheminée - provenait du directeur de la CIA, Alan Dulles, sous la présidence de Kennedy.

 

Selon la prétendue lettre de Dulles, « Lancer » (qui était un nom de code pour le président à l'époque) avait demandé des renseignements sur les activités de la CIA concernant les extraterrestres - un acte que l'organisation ne pouvait pas se permettre.

 

Robert M. Wood - un directeur de l’aérospatial à la retraite - a déclaré à la série Ancient Aliens diffusée sur la chaîne History Channel : « La conclusion tirée de cette note brûlée est que si JFK continuait de faire ce qu’il faisait, il aurait peut-être un problème. »

 

Dans la lettre, Dulles identifie un certain nombre de mesures qui pourraient être prises, notamment que si Washington posait des questions, « cela deviendrait humide ».

 

« Il devrait être mouillé », se souvient avoir lu Wood. C’était une expression utilisée par les espions soviétiques comme mot de code pour assassinat.

 

L’avocat Douglas Caddy affirme également que JFK a été assassiné afin de protéger les informations les plus secrètes de la CIA sur la vie extraterrestre.

 

Caddy était apparemment « un ami proche » de E. Howard Hunt - un officier de la CIA sous la présidence de Kennedy qui avait été pris au piège du scandale lors du Watergate de Nixon plusieurs années plus tard.

 

Douglas Caddy a déclaré lors de sa dernière rencontre avec Hunt en 1975 : « Par curiosité, je lui ai dit : ‘Howard, pourquoi John Kennedy a-t-il été assassiné ?’ »

 

A quoi Hunt aurait répondu : « John Kennedy a été assassiné parce qu'il était sur le point de révéler notre secret le plus vital à l'Union soviétique. »

 

Quand on lui a demandé quel était ce secret, Hunt a répondu :

« La présence extraterrestre. »

 

Les théories sur la dissimulation par des extraterrestres sont toujours un problème majeur aujourd'hui.

Récemment des OVNI filmés par SpaceX laissent une nouvelle fois penser à de nombreuses personnes que l'existence d’extraterrestres nous est cachée.

 

D'autres affirment que JFK a été assassiné par la mafia après avoir doublé un patron connu sous le nom du « Parrain ».

 

1 commentaires

lun.

26

nov.

2018

Dossier X 005 : Une attaque interplanétaire en approche ? - Novembre 2018

0 commentaires

ven.

23

nov.

2018

Premier Contact : quand la science-fiction rencontre la linguistique - Novembre 2018

Le thème du contact culturel, central pour l’anthropologie, est aussi au cœur d’une autre forme d’écriture : celle de la science-fiction.

Avec, parfois, des rapprochements explicites.

 

Pour filer ces parallèles, le site "Carnets de Terrain " a convié Erwann Perchoc, éditeur et traducteur aux Éditions Le Bélial’, à évoquer l’une de ces œuvres : « L’Histoire de ta vie » de Ted Chiang et son adaptation cinématographique, Premier Contact (Arrival), inspirées par les travaux du linguiste Benjamin Whorf.

 

En littérature comme au cinéma, la science-fiction traîne souvent l’image caricaturale d’un genre puéril.

 

Des vilains aliens aux yeux pédonculés, des robots humanoïdes en révolte, des vaisseaux rugissant à travers l’espace et des explosions à foison.

 

Voilà qui est passablement réducteur, la SF s’attachant à questionner l’humain et son rapport au monde ; et de nombreuses œuvres, tant littéraires que cinématographiques, s’appliquent heureusement par leur qualité à rétablir l’équilibre.

 

Parmi les tropes les plus courants du genre figure celui du premier contact : la rencontre avec des créatures venues d’outre-espace.

L’occasion pour l’humanité de se retrouver confrontée à l’altérité.

 

 

Souvent, l’extraterrestre s’avère un « mur » fondamentalement incompréhensible (c’est le cas de l’océan doué de conscience dans Solaris de Stanislas Lem), ou bien un « miroir » nous révélant à nous-mêmes (les Martiens de Ray Bradbury dans ses Chroniques martiennes).

 

Pour aussi intéressant que soit ce thème, il est souvent réduit à peu de choses lors de sa transposition au cinéma.

 

Dans un certain cinéma hollywoodien – de Rencontre du Troisième Type à Independence Day, les extraterrestres ont tous très souvent un organisme bâti sur une symétrie bilatérale et, comme E.T., possèdent une heureuse aptitude à apprendre très vite l’anglais – lorsqu’ils ne le parlent pas déjà en ayant écouté au préalable les émissions radios ou télévisées terriennes (Galaxy Quest).

 

Aussi, à l’automne 2016, la sortie sur les écrans de Premier Contact (Arrival) du réalisateur canadien Denis Villeneuve a-t-elle représenté une véritable bouffée d’air frais, le film s’attachant à questionner les modalités dudit premier contact : comment communiquer avec une race extraterrestre a priori incompréhensible ?

 

 

À l’origine de Premier Contact, il y a d’abord la novella

« L’Histoire de ta vie » de Ted Chiang, auteur américain aussi talentueux (les plus grands prix du genre ont couronné ses textes) que parcimonieux (seulement quinze nouvelles et novellas en trente ans de carrière).

 

Avant de se pencher sur le film, arrêtons-nous quelques instants sur cette novella, lauréate du prix Theodore Sturgeon en 1999 et du prestigieux Nebula en 2000.

 

Parue originellement en 1998,

« L’Histoire de ta vie » a le mérite d’utiliser le thème du premier contact pour s’intéresser à un sujet peu abordé par la science-fiction : le langage.

 

Par le passé, quelques œuvres s’étaient penchées sur cette question.

Citons-en trois qui, à l’image de la novella de Chiang, se fondent plus ou moins explicitement sur l’hypothèse Sapir-Whorf – sur laquelle on reviendra.

 

Les Langages de Pao (1958) de Jack Vance s’intéresse à la manière dont la langue peut façonner la pensée : les paisibles habitants de la non moins paisible planète Pao sont confrontés à une invasion.

La solution qui leur est suggérée est de créer trois langues artificielles qui influenceront les enfants dès leur plus jeune âge pour en faire notamment des guerriers.

Babel 17 de Samuel Delany (1966) reprend lui aussi le thème de l’invasion… mais l’arme des envahisseurs est ici une langue, le

« babel 17 », capable de reprogrammer les individus.

 

Qui pourra en venir à bout si ce n’est une poétesse ?

 

On rencontre aussi des extraterrestres dans L’Enchâssement de Ian Watson (1973), mais ceux-ci sont pacifiques et cherchent à élargir leur vision de la réalité via la collecte de langages.

 

Cette histoire accompagne celle d’un ethnologue, qui étudie la langue d’une tribu d’Amérindiens fonctionnant selon le principe de l’enchâssement linguistique, et d’un linguiste qui enseigne à des orphelins coupés du monde une langue artificielle inspirée des poèmes de Raymond Roussel.

 

Mais là où les extraterrestres de L’Enchâssement parlent déjà anglais au moment de leur atterrissage, ce n’est pas le cas de ceux de « L’Histoire de ta vie ».

 

L’histoire est narrée par une linguiste, Louise Banks, et brasse deux époques : son avenir, où elle aura un enfant qui décédera d’un accident en haute montagne, et le présent, où les extraterrestres viennent de débarquer.

 

Débarquer : c’est un bien grand mot.

 

Les aliens – des créatures au corps organisé selon une symétrie radiale et équipé de sept membres, surnommés heptapodes – restent en orbite dans leurs vaisseaux ; la communication avec eux s’effectue via des « miroirs », cent douze au total apparus soudainement à travers le monde, dont neuf sur le territoire américain.

 

À chaque miroir est affectée une équipe supervisée par un physicien et un linguiste.

Contactée par l’armée américaine et le colonel Weber, Louise s’associe donc avec le physicien Gary Donnelly. Charge à eux d’initier le contact avec les deux aliens (surnommés Flipper et Framboise) qui leur font face, de l’autre côté du miroir… mais comment comprendre une langue aussi radicalement différente de la nôtre, le langage oral des aliens évoquant « vaguement un bruit de chien qui s’ébroue » ?

 

L’un des points cruciaux du récit réside dans le fait qu’il s’attarde sur la méthodologie mise en œuvre par Louise et Donnelly pour se faire comprendre des heptapodes.

 

Car avant de poser la question « Quel est votre but sur Terre ? », il faut s’assurer au préalable que les aliens comprennent ce qu’est une question, ce qu’est une intention, ce que désignent les pronoms possessifs (et par extension les pronoms personnels), etc.

Éviter tout malentendu avec une race extraterrestre spatiopérégrine, voilà qui relève du bon sens.

 

Au passage, Ted Chiang tord le cou au cliché selon lequel les aliens peuvent apprendre nos langues par le biais des émissions radio : « Il leur faudrait disposer d’un matériel pédagogique pour enseigner les langues humaines à un non humain », explique Louise Banks au colonel Weber.

 

 

Las, les tentatives de Louise pour communiquer à l’oral, dans ce langage surnommé « heptapode A », tournent vite à l’échec.

 

Ses efforts vont se tourner vers l’écrit : de fait, les extraterrestres possèdent également un langage graphique « l’heptapode B », que Louise compare à des « gribouillis vaguement cursifs », ressemblant surtout à « un ensemble de dessins complexes », des logogrammes « [accolés] en une sorte de conglomérat

géant ».

Comment les lire ?

Dans quel sens ?

Quant à Donnelly, il échoue également à s’entendre avec leurs interlocuteurs au sujet des notions de physique les plus simples. Jusqu’au déclic.

 

Pour obtenir la clé de l’heptapode B, il faut penser comme les heptapodes… et, au passage, aborder la physique et le temps à leur manière – non pas de manière causale/séquentielle (comme nous le faisons) mais de manière téléologique, globale.

 

C’est Gary Donnelly qui offre la clé à Louise en évoquant l’analogie d’un rayon de lumière traversant de l’eau : le rayon lumineux qui change d’angle quand il frappe la surface « opte » pour la trajectoire la plus courte possible.

Comment interpréter ce phénomène simple ?

Le rayon se contente-t-il de changer d’angle à cause de l’indice de réfraction ou bien minimise-t-il le temps de trajet pour atteindre sa destination ?

 

« L’univers physique pouvait être considéré comme une langue à la grammaire des plus ambiguë, chaque événement physique impliquant un énoncé analysable de deux manières totalement différentes, causale et téléologique, toutes deux valables. Quel que soit le contexte disponible, on ne pouvait en disqualifier aucune. » (p. 196)

 

 

De fait, les aliens appréhendent la réalité et l’écoulement du temps de manière circulaire, ce qui explique leur écriture si particulière.

 

Et comprendre l’heptapode B – une écriture sémasiographique, c’est-à-dire sans référence à la langue parlée, décorrélée de toute prononciation – revient à appréhender le temps de façon circulaire.

Ici, Ted Chiang se base sur la fameuse hypothèse Sapir-Whorf, qui pourrait être résumée par l’idée que notre langue façonne notre perception du monde.

 

Cette hypothèse, formulée par Edward Sapir (1884-1939), a été surtout défendue par son élève Benjamin Whorf (1897-1941) à partir de ses travaux sur les Indiens Hopi.

 

Whorf soutient en effet que la langue hopi ne contient pas de référence au temps tel que nous le connaissons – c’est-à-dire à un continuum qui s’écoule linéairement du passé au futur en passant par le présent.

 

Pour les Hopi, le temps n’est pas une matière objective et divisible ; « les Hopis n’aperçoivent pas un intervalle de temps comme quantifiable, mais plutôt comme un écart de durée entre un commencement et une fin (une cessation) » (Villela Petit, 1992).

D’après Whorf, la langue hopi contient donc implicitement une métaphysique différente de la nôtre, qui est perceptible dans le comportement et la culture hopi.

 

En bon auteur de science-fiction, Ted Chiang extrapole en poussant les conséquences de ce relativisme linguistique un peu plus loin : la langue ne se contente pas d’influencer la pensée de son locuteur mais conditionne toutes ses pensées, et même ses capacités cognitives.

 

Comprenant l’heptapode B, Louise Banks est désormais capable de faire l’expérience d’un temps perçu de façon non linéaire, donc de « se souvenir » du futur.

 

Et de faire des choix en connaissance de cause, comme avoir un enfant dont elle sait le décès.

 

« L’Histoire de ta vie » s’avère un récit intéressant à plus d’un titre, questionnant nos perceptions de la réalité et du temps – ce qu’on imagine universel ne l’est pas forcément –, ainsi que l’opposition libre-arbitre/déterminisme tant au niveau physique qu’au niveau personnel.

 

Novella fascinante sur un sujet passionnant, « L’Histoire de ta

vie » n’en oublie pas l’émotion, et l’étiquette de chef d’œuvre n’est pas usurpée.

 

Pour qui souhaite explorer plus loin l’aspect linguistique de

« L’histoire de ta vie », on ne saura que recommander la lecture de Comment parler à un alien ?

Langage et linguistique dans la science-fiction de Frédéric Landragin.

 

 

En 2011, un certain Eric Heisserer, scénariste des remakes de Freddy, les griffes de la nuit et The Thing ainsi que Destination Finale 5 (un curriculum vitae pas forcément très engageant) s’attache à rédiger un scénario à partir de « L’Histoire de ta vie ».

 

Un pari risqué : comment proposer un script plutôt cérébral, avec un protagoniste féminin, qui ne se base pas sur une franchise existante, et cela lorsqu’on est un scénariste étiqueté en

horreur ?

 

Le nom de Denis Villeneuve, réalisateur canadien, alors auteur d’une demi-douzaine de films ne relevant pas exactement de la SF, est évoqué en 2014.

 

Tourné en 2015, avec Amy Adams (Louise Banks), Jeremy Renner (Gary/Ian Donnelly) et Forest Whitaker (Col. Weber) dans les rôles principaux, le long-métrage prend le titre d’Arrival (retitré en un fade Premier Contact en France) et sort sur les écrans fin 2016, emportant au passage un joli succès critique.

 

Néanmoins, le terme « adaptation » signifie bien ce qu’il est : lors de son passage à l’écran, plusieurs éléments de « L’Histoire de ta vie » ont été modifiés.

 

Commençons par le plus évident. Le film de Denis Villeneuve repose pour bonne part sur un twist, absent de la novella. Il s’ouvre sur une scène que le spectateur interprète instinctivement comme un flashback (Louise se remémorant sa fille Hannah) ; d’autres scènes, similaires, viendront ponctuer le reste du film.

 

La cinématographie semble au départ confirmer cette interprétation : les scènes où est présente la fille de Louise adoptent les codes classiques du flashback au cinéma. Ce procédé suscite la sidération du spectateur lorsqu’il finit par comprendre qu’il s’agit en réalité de flashforwards, c’est-à-dire de scènes situées dans l’avenir.

 

Dans le texte de Ted Chiang, rien de tel : le récit de Louise Banks décrit ses interactions avec sa fille en employant le temps futur.

 

« Nous sommes tellement assujettis au temps, à son agencement. […] Mais à présent, je ne suis plus certaine qu’il y ait un début et une fin. »

 

 

Si, dans la nouvelle, le personnage d’Hannah meurt d’un accident en haute montagne – quelque chose d’évitable pour peu que Louise lui défende d’en faire –, Heisserer et Villeneuve ont choisi d’appuyer l’aspect déterministe du récit : Hannah décède ici d’une maladie incurable, inévitable.

 

Ce twist sur l’ambiguïté flashback/forward n’a rien de gratuit : efficace pour la dramatisation du récit, il permet aussi de mettre l’accent sur l’hypothèse Sapir-Whorf et, au-delà de celle-ci, sur la question du langage.

 

De fait, le point sur lequel cette adaptation suscitait de grandes attentes était bien la transposition à l’écran de l’aspect linguistique du roman.

 

Comment représenter visuellement au cinéma une écriture censée être radicalement différente de ce que nous

connaissons ?

 

Premier Contact s’en sort avec les honneurs en prenant son temps pour en arriver à cet aspect.

 

Les échanges entre Louise Banks et le colonel Weber permettent d’aborder la problématique de la compréhension mutuelle, les scènes avec Donnelly (rebaptisé Ian) sa mise en application (ce n’est pas tous les jours qu’on entend les mots « hypothèse Sapir-Whorf » et « écriture sémasiographique » au cinéma !).

 

Parmi les autres points positifs, les heptapodes possèdent une apparence réellement étrangère aux canons humanoïdes, insectoïdes voire « bloboïdes » du genre, avec une allure de pachydermes aux membres graciles et surnuméraires.

 

Il en va de même pour leur vaisseau, à la forme élongée vaguement ovale et à la texture minérale (qui préfigurent curieusement l’astéroïde Oumuamua, ayant récemment fait l’actualité en raison de son origine extrasolaire et l’hypothèse farfelue selon laquelle il s’agirait d’un astronef).

 

Si, chez Chiang, les aliens restent distants (vaisseaux en orbite et interface « miroir » pour communiquer avec eux), Villeneuve les rapproche : les vaisseaux, au nombre de douze, atterrissent sur Terre (ou presque : ils lévitent à une dizaine de mètres du sol), et la communication avec les heptapodes ne consiste pas en séance de Skype mais place humains et aliens en face à face (seule une vitre les sépare).

 

Par ailleurs, les « gribouillis » de Ted Chiang deviennent ici des cercles, au caractère résolument non-humain – l’enjeu résidant bien dans l’aspect autre de cette écriture, ne devant ressembler à aucun équivalent connu.

 

En fin de compte, le résultat se montre particulièrement élégant, organique et mystérieux… même si d’aucuns pourront y voir des taches de café.

 

Ces sémasiogrammes sont l’œuvre du chef-décorateur Patrice Vermette, collaborateur régulier de Denis Villeneuve, et de son épouse Martine Bertrand.

 

 

La précision semble avoir été l’une des préoccupations majeures de Denis Villeneuve. Comme Kip Thorne pour Christopher Nolan et Interstellar, le math

 

ématicien, physicien et informaticien Stephen Wolfram a servi de conseiller scientifique au réalisateur canadien.

Avec son fils Christopher, il a notamment mis à contribution le logiciel Mathematica dont il est l’auteur pour créer l’interface du programme utilisé par Louise Banks quand elle communique en heptapode B.

 

Voilà qui évite les sempiternelles lignes de code Linux, dont Hollywood semble avoir abusé depuis Matrix et qui contribue à crédibiliser fortement le film… (Même le tableau blanc couvert de formules mathématiques que l’on voit dans le film, s’il ne provient pas exactement des propositions de Wolfram, tient beaucoup de lui et ne consiste pas en pur charabia sans sens).

 

 

Par ailleurs, Premier Contact évite de nombreux écueils : si la plupart des films à gros budget mettant en scène des extraterrestres ont une certaine tendance à montrer des explosions (les producteurs estiment-ils que les spectateurs doivent en prendre plein les mirettes ?), celui-ci n’en comporte qu’une seule, rapide, et les seuls coups de feu échangés ont lieu hors-champ.

 

Gros budget mais aspect posé.

 

Néanmoins, afin de dramatiser les enjeux, Denis Villeneuve introduit un contexte de crise mondiale, où la Chine joue un rôle de premier plan – somme toute assez logique si on imagine la venue d’aliens difficilement compréhensibles sur Terre – à la suite d’un malentendu causé par une erreur de traduction (un terme mal traduit par « arme »), élément absent de la novella.

 

Cette dramatisation – un mal nécessaire, dirons-nous – renvoie également les humains à eux-mêmes : tous les conflits émanent de leur incompréhension des heptapodes et de la peur qui en découle. Seule la communication sera à même de résoudre les problèmes.

 

Néanmoins, le film n’est pas exempt de petites scories : Louise Banks est certes linguiste mais son personnage est souvent considéré comme traducteur (depuis au moins deux langues très différentes, le persan et le chinois).

 

Traducteur et linguiste ont beau être deux métiers bien distincts, ce n’est peut-être pas aussi évident aux yeux du scénariste. Louise Banks toujours semble le seul personnage affecté par l’heptapode B, ce qui est d’autant plus surprenant qu’on peut supposer qu’elle n’est pas l’unique personne à l’étudier.

 

Quant à Donnelly, personnage crucial dans la novella, son rôle s’avère accessoire dans le film, qui fait d’ailleurs quasiment l’impasse sur son métier de physicien.

 

En soi, rien de dommageable – mais, comme on dit, qui aime bien châtie bien.

On aurait aimé que le film de Denis Villeneuve soit irréprochable sous tout aspect – et ce d’autant plus que le parallèle entre linguistique et physique est l’une des influences de l’hypothèse Sapir-Whorf.

Benjamin Whorf la concevait en effet comme une hypothèse de « relativité linguistique », à l’image des théories de la relativité qu’Einstein venait de présenter à la communauté scientifique… relativité dont les conceptions hopi du temps et de l’espace lui paraissaient plus proches que les nôtres.

 

L’aspect linguistique de Premier Contact apparaîtra sûrement présenté de façon grossière pour toute personne ayant un minimum de bagage linguistique, et le lecteur ayant apprécié

« L’Histoire de ta vie » pourra regretter les légers arrangements pris avec le texte originel qui lui font perdre une partie de la saveur de l’histoire.

 

Mais… faire la fine bouche serait dommage : ce n’est pas tous les jours que l’on peut voir sur grand écran un film de science-fiction aussi bien troussé, prenant à bras le corps la question de la communication avec une race extraterrestre et la présentant sous une forme accessible.

 

Espérons que la linguistique n’en finisse pas d’inspirer écrivains et cinéastes, et que le rôle des aliens aille au-delà de se faire repousser à coups de missiles balistiques…

 

 

 

Erwann PERCHOC

 

Billet édité par Laure ASSAF

0 commentaires

lun.

19

nov.

2018

« Out There » – Extraits du livre de Mike Wall - 19/11/2018

 

Article proposé par le Mufon France

 

Lien vers l’article de Space.com :

 

https://www.space.com/42393-out-there-alien-life-mike-wall-book-excerpt.html

 

Traduction de l’article :

 

« Dans « OUT THERE: Guide scientifique sur la vie extraterrestre, l’antimatière et les voyages dans l’espace humain (pour les plus curieux) » (Grand Central Publishing, 2018), l’écrivain senior de Space.com, Mike Wall, s’attaque aux questions les plus pressantes concernant la vie extraterrestre.

 

Par exemple, comment les scientifiques recherchent-ils l’ET?

 

À quoi pourraient ressembler les extraterrestres, voudraient-ils nous tuer et ont-ils des relations sexuelles? Le livre, publié le 13 novembre et illustré par  Karl Tate , parle également de la quête de l’humanité pour sortir de son rocher natal et se répandre dans le système solaire. Vous pouvez lire un extrait ci-dessous. 

 

Chapitre 1: Où est tout le monde ? 

 

En 1950, le physicien Enrico Fermi, lauréat du prix Nobel, qui dirigeait l’équipe qui a créé le tout premier réacteur nucléaire, le Chicago Pile-1, mal baptisé, et quelques-uns de ses collègues discutaient des OVNIS pendant la pause déjeuner.

 

La conversation a incité Fermi à demander à ses compagnons:

« Où est tout le monde? » [ 13 façons de chasser les extraterrestres intelligents ]

 

Fermi signifiait que le manque de visites de ET était distinctement étrange.

 

La Voie Lactée abrite des centaines de milliards d’étoiles et a environ 13 milliards d’années.

 

Les civilisations extraterrestres ont donc eu amplement le temps et l’occasion de se développer et de se répandre dans la galaxie.

 

Selon certaines estimations, une espèce axée sur la colonisation et dotée d’une technologie de propulsion pas beaucoup plus avancée que la nôtre pourrait se frayer un chemin jusqu’à tous les coins de la Voie Lactée en quelques millions d’années. 

 

La question simple du physicien est désormais inscrite dans  le paradoxe de Fermi  – l’un des deux paradoxes les plus cools de tous les temps, avec le paradoxe du crocodile – et continue de surprendre les scientifiques.

 

En effet, le mystère s’est considérablement approfondi au fil des ans.

 

D’une part, nous ne parlons plus seulement du manque de visites.

 

En 1960, six ans après le décès de Fermi, l’astronome Frank Drake dirigea un télescope à l’observatoire Green Bank situé en Virginie, près des étoiles semblables au soleil, Tau Ceti et Epsilon Eridani, entamant la recherche d’intelligence extraterrestre (SETI).

 

Environ 60 ans plus tard , Les scientifiques de SETI sont toujours à la recherche du premier bip confirmé par ET. 

 

Ensuite, il y a la révolution des exoplanètes.

 

Les mondes extraterrestres étaient des objets purement hypothétiques du temps de Fermi et des décennies après; les scientifiques n’ont annoncé la première découverte confirmée d’une planète au-delà du système solaire qu’en 1992.

 

Mais depuis une dizaine d’années, le  télescope spatial Kepler de la NASA et d’autres instruments ont révélé que le cosmos regorge de mondes potentiellement porteurs de vie.

 

Les découvertes de Kepler suggèrent qu’environ 20% des étoiles du soleil de la Voie lactée hébergent un monde de la taille de la Terre dans la « zone habitable » – cette plage de distances orbitales idéale qui vous permettrait de vous promener dans des tongs assez souvent -rond.

 

La proportion semble être similaire pour les naines rouges, les petites étoiles sombres qui dominent notre galaxie. (Environ 75% des étoiles de la Voie lactée sont des naines rouges, alors que 10% à peu près sont semblables à notre soleil.) 

 

« Il y a beaucoup de biens immobiliers là-bas, et nous le savons maintenant », a déclaré l’astronome radio Jill Tarter, cofondateur de l’Institut SETI à Mountain View, en Californie, qui a inspiré Ellie Arroway, personnage principal de Carl Le roman de Sagan  Contact  et le film qui s’y fonde. 

 

Tous ces mondes extraterrestres sont bien réelles.

Le voisin le plus proche du soleil, la naine rouge Proxima Centauri, héberge une planète de la taille de la Terre dans la zone habitable.

 

TRAPPIST-1, l’étoile naine, entoure sept planètes rocheuses, ce qui n’est pas si éloigné de nous dans le schéma cosmique des choses – et trois de ces mondes pourraient soutenir la vie telle que nous la connaissons.

(Proxima Centauri et TRAPPIST-1 se situent à environ 4,2 années-lumière et à 39 années-lumière de la Terre, respectivement.

La Voie Lactée dans son ensemble mesure environ 100 000 années-lumière de large.) [ Les 7 planètes de TRAPPIST-1, en images ]

 

Donc, encore une fois: où est tout le monde?

Personne ne sait.

 

Le paradoxe de Fermi est plus dur qu’une noix du Brésil et les scientifiques ne l’ont pas encore compris. Mais ce n’est pas faute d’essayer. Ils ont avancé des centaines d’hypothèses pour l’expliquer. Aussi variées que soient ces idées, elles ne comportent toutes que quelques possibilités fondamentales, comme le physicien Stephen Webb l’a souligné dans son livr.

 

 Si l’univers fourmille d’aliens, où est tout le monde?

 

Jetons un coup d’oeil à chacune de ces trois familles d’explication. 

 

Possibilité 1: Quel paradoxe ?

Les extraterrestres intelligents ont déjà foiré avec nous 

 

Vous vous êtes peut-être déjà égaré, êtes-vous déjà irrité ou furieux que je mette le paradoxe de Fermi sur un pied d’égalité avec le paradoxe bien-aimé du crocodile.

 

Peut-être êtes-vous en train de feuilleter un exemplaire des  "Chariots of the Gods"? , ou regarder des clips sur YouTube de cette émission télévisée « Alien autopsy », diffusée par Fox dans les années 1990. 

 

En effet, l’une des solutions possibles au paradoxe de Fermi est qu’il ne s’agit en aucun cas d’un paradoxe, car les ET seraient est déjà là sur notre Terre.

 

 

Les adeptes de cette explication citent souvent des observations d’OVNIS et d’histoires d’enlèvements extraterrestres, des sujets sur lesquels vous pouvez vous référer au chapitre 10.

 

Pour les besoins de notre propos, il suffit de dire que les scientifiques ne considèrent en général aucun de ces rapports comme une preuve convaincante de la vie extra-terrestre .

(S’ils l’avaient fait, vous en auriez certainement entendu parler.) 

 

Il y a aussi des possibilités plus subtiles en jeu.

 

Par exemple, que se passe-t-il si les ET sont déjà présents  sur notre planète depuis  longtemps, bien avant que les humains ne se posent des questions sur leur existence ?

 

 

À moins que les extraterrestres ne s’intéressent particulièrement à nous, il s’agit seulement d'une présence documentée, car notre espèce qui existe depuis seulement 200 000 ans sur 4,5 milliards d’histoire de la Terre , a été  capable que récemment d'observer, de photographier  des rencontres floues, des vidéos en  basse vision depuis  seulement quelques décennies. 

 

Laissez-vous aller et imaginer des hypothèses surprenantes, quasi impossible  parce que c’est intellectuellement amusant !

 

Imaginons que la Terre a été colonisée à plusieurs reprises au cours des siècles par des civilisations extraterrestres avides et cupides, chacune d’entre elles dominant et détruisant l’espèce indigène de la planète.

 

(par comparaison  simplement : les pionniers humains ont eu tendance à causer des ravages écologiques au cours de notre exploration du globe.)

 

Comme l’a souligné David Brin, astrophysicien et auteur de science-fiction, une histoire d’une telle oppression pourrait expliquer pourquoi  La vie intelligente a mis si longtemps à surgir de notre planète ainsi que le silence radio dans notre voisinage galactique.

 

Peut-être que la Terre est la seule planète à avoir récupéré des ravages de cette invasion pendant des années-lumière. 

 

Si vous osez aller plus loin,  ce scénario pourrait correspondre aux cinq extinctions massives que les scientifiques ont identifiées dans les archives fossiles.

 

Ces grandes purges ont eu lieu il y a environ 450 millions d’années, il y a 375 millions d’années, il y a 251 millions d’années, il y a 200 millions d’années et, le plus célèbre, il y a 66 millions d’années, lorsqu’un astéroïde a anéanti les trois quarts des espèces de la planète, y compris les dinosaures.

 

« Ce n’est peut-être pas absurde », a écrit Brin dans un article fondamental de 1983, qui a comparé les intervalles entre ces événements d’extinction et le temps qu’il aurait fallu pour que différentes vagues d’invasion envahissent la Terre.

 

L’astéroïde tueur de dinosaures aurait même pu être une arme de guerre, projeté  par une faction extraterrestre habitant dans l’espace contre ses frères sur Terre. 

 

Brin ne voulait pas dire que rien de tout cela ne se soit réellement produit.

Moi non plus.

Rien ne prouve que ce soit le cas – aucun vaisseau spatial enseveli dans de l’ambre ancien, aucune ruine d’une ville vieille de 200 millions d’années – et je ne m'y hasarderai certainement pas. Ne misez aucun argent sur cette hypothèse. Mais garder en mémoire que c’est du domaine du possible.

 

 

Possibilité 2 :

Ils sont là-bas, mais nous ne les avons pas encore trouvés 

 

 

Comme le soulignent souvent les scientifiques en toute logique l’absence de preuve n’est pas une preuve d’absence.

 

Il est tout à fait possible que des extraterrestres intelligents soient (ou étaient) là-bas, et nous n’avons encore rien vu. 

 

Par exemple, peut-être que les  ET n’ont pas visité la Terre parce que s’y rendre est beaucoup trop difficile.

 

Les distances impliquées dans tout trek interstellaire sont ahurissantes.

 

Proxima Centauri n’est « qu’à » 4,2 années-lumière du soleil. Mais cela équivaut à près de 25  000 milliards de  kilomètres, ce qui équivaut à faire le tour de la Terre 1 milliard de fois, de se rendre sur Pluton 3 450 fois, ou à faire du jogging autour de la piste de votre école secondaire 100 000 milliards de fois.

Il faudrait environ 75 000 ans à un vaisseau spatial pour se rendre à Proxima Centauri avec nos fusées modernes. 

 

Il n’y a pas assez de cacahuètes grillées au miel et de livres de Sudoku sur Terre pour rendre ce voyage supportable.

 

Même si nous supposons que les extraterrestres, avec leur cerveau palpitant et extravagant, ont développé une technologie de propulsion ultrarapide qui fait honte à nos capacités humaines, il y a toujours un gros problème: l’énergie.

 

Supposons que les extraterrestres, comme les ingénieurs de Starfleet, savent comment construire des moteurs à base d’antimatière capables d’accélérer à 75% la vitesse de la lumière.

 

Faire un aller-retour Terre-Proxima Centauri avec ce vaisseau nécessiterait 100 000 fois plus d’énergie que les États-Unis en une année complète, a écrit le physicien Lawrence Krauss dans son livre  The Physics of Star Trek .

 

Le désir des extraterrestres de nous examiner ou de transmettre  aux anciens Égyptiens des techniques de construction des pyramides serait-il toujours aussi  fort ? 

 

Ou peut-être que ET ne veulent tout simplement pas s’immiscer dans le développement de la vie sur d’autres mondes – et souhaitent  respecter cette noble « directive primordiale » avec beaucoup plus de succès que le ne l'ont fait le capitaine Kirk et son équipage dans l’  univers Star Trek .

(Rappelez-vous quand le  gang du vaisseau "Enterprise" a  pris l’initiative de détruire le dieu-machine Vaal dans un épisode de série original? Vaal semblait être un imbécile, mais quand même.)

 

Il est même possible que des extraterrestres nous surveillent en ce moment, pour évaluer nos progrès technologiques, pour comprendre comment nous comptons, ou comment nous nous éduquons  nos  enfants avec des programmes débiles pendant plusieurs heures ?

 

Certains penseurs vont encore plus loin dans ce raisonnement, suggérant que nous et tout le reste de l’univers observable – oui, même l’amour – pouvons faire partie d’une simulation exécutée sur un ordinateur extraterrestre très sophistiqué.

 

Avant de rire, considérez combien Fortnite est plus  froid que  Burger Time .

 

Ces deux jeux ont été lancés à 35 ans d’écart, et les extraterrestres ont mis des milliards d’années à produire des graphismes époustouflants et des scénarios convaincants mais crédibles.

 

En effet, le philosophe Nick Bostrom a fait valoir l'hypothèse que nous avons beaucoup de chances d'être piégés dans une  matrice. 

En effet nos  pseudo-existences sont en réalité assez élevées – à condition qu’il existe un nombre décent de civilisations super avancées et qu’au moins certaines d’entre elles souhaitent créer des mondes virtuels convaincants, pour le plaisir ou pour le profit.

 

Compte tenu de ces deux hypothèses, le nombre d’univers créés artificiellement, ou parcelles d’univers, doit dépasser de loin le nombre d’univers réels, selon cette ligne de pensée. 

 

Dans le même ordre d’idées, la maîtrise technique des ET a peut-être détourné notre attention du monde réel vers le virtuel, sapant ainsi notre désir d’explorer le cosmos ou de rencontrer des voisins potentiels.

(L’humanité pourrait bien succomber à ce destin quand du porno de haute qualité en réalité virtuelle arrivera sur le marché.) 

 

Il y a d’autres raisons pour lesquelles des extraterrestres avancés peuvent également se dissimuler à notre existence.

 

L’auto-préservation me vient à l’esprit : s’ils essayaient d’éviter d’être détruits ou asservis par de grosses secousses cosmiques, comme les Borg de  Star Trek  ou l’Empire Galactique dans  Star Wars ?

 

Des scientifiques ont même suggéré que des extraterrestres diaboliques auraient peut-être envoyé des flottes de sondes

« berserker » intelligentes se répliquant dans la galaxie afin de rechercher des transmissions radio et d’autres signes de vie intelligente – et d’exterminer toute civilisation trouvée.

[ L’évolution de ‘Star Trek’ (infographie) ]

 

L’extinction est une autre possibilité.

 

Peut-être que ces berserkers ont beaucoup exterminé depuis des lustres.

Ou peut-être les civilisations extraterrestres ont-elles tendance à s'auto-détruire  relativement rapidement ?

 

Après tout, l’humanité s’est dangereusement approchée à plusieurs reprises d’un holocauste nucléaire, et nous nous engageons actuellement dans la direction d'une  extinction massive propre à notre espèce.

 

Et pourtant, avec tout cela, nous n’avons été en mesure d’envoyer des signaux à d’autres étoiles seulement que depuis  un siècle environ. 

 

Si la durée de vie d’un message est de 100 ans pour les civilisations, « c’est comme s’il y avait deux lucioles que chacune lançait une fois au cours d’une longue nuit », a déclaré Douglas Vakoch, président de METI International, un San Francisco association à but non lucratif dédiée à l’astrobiologie et à la recherche SETI.

(METI signifie «intelligence de messagerie extraterrestre» – l’idée controversée selon laquelle l’humanité devrait tendre la main à de potentielles civilisations extraterrestres, plutôt que d’écouter passivement.) 

 

Les chances que ces lucioles cosmiques clignotent en même temps ne sont bien sûr pas très élevées.

C’est triste pour eux, et triste pour tous les monstres géants de l’espace qui veulent les attraper et les mettre dans des bocaux. 

 

Il est également possible que les ET tentent  d’attirer notre attention, et nous ne l’avons tout simplement pas remarqué.

 

Après tout, l’humanité est à la recherche de transmissions extraterrestres depuis moins de 60 ans – les derniers 0,000001% de l’histoire de la Terre – c'est toujours l'histoire d'un budget restreint. 

 

À quel point ?

Le gouvernement américain n’a pas financé d’opération SETI depuis un quart de siècle.

La NASA a lancé un projet d’observation ambitieux en 1992 mais a dû s’arrêter un an plus tard lorsque le Congrès a coupé l’argent.

(Richard Bryan, sénateur du Nevada, a  décrit l’effort SETI  comme un safari sur Mars pour une raison quelconque. « Le Grand Chase Martian pourrait enfin prendre fin », a déclaré Bryan en 1993.

" À ce jour, des millions ont été dépensés et nous n’avons pas encore trouvé un seul petit camarade vert. Aucun Martien n’a dit: «Emmenez-moi chez votre chef» et aucune soucoupe volante n’a demandé l’approbation de la FAA. " ) 

 

L’institut SETI et d’autres groupes de ce type comptent généralement sur des dons privés pour garder la lumière allumée et permettre aux télescopes d’écouter.

Ces dons ne passent pas toujours.

Le SETI Institute a dû tourner son oreille principale vers l’univers, le télescope Allen a ainsi utilisé quarante-deux antennes en Californie du Nord, pendant quatre mois en 2011, mais  le plan initial prévoyait que l’ATA soit composé de 350 télescopes. Il n'y avait pas assez d’argent pour terminer la construction. 

 

Compte tenu de cette situation et de l’ampleur de la galaxie de la Voie lactée, les scientifiques n’ont pas encore été en mesure de réaliser une étude SETI complète. 

 

Tarter s’appuie souvent sur une analogie pour bien faire comprendre ce point :

"Imaginez que vous recherchiez des poissons dans l’ensemble des océans de la Terre, et que vous pataugiez dans quelques vagues pour essayer d'en puiser  un avec un seul verre d’eau de mer."

 

« Si vous réalisiez cette expérience et que votre verre ne ramenait aucun  poisson, alors vous ne concluriez probablement pas qu’il n’y en avait pas », a déclaré Tarter.

 

« Eh bien, numériquement, le nombre de recherches que nous avons effectuées par rapport au nombre que nous pourrions avoir à faire équivaut à ce verre d’océan. » 

 

Nous ne cherchons peut-être même pas le bon type de signaux.

 

À ce jour, la recherche de SETI s’est largement concentrée sur les ondes radio et, dans une moindre mesure, sur les impulsions laser-lumière, car il s’agit de technologies que l’humanité a maîtrisées.

 

Mais nous sommes déjà en train de nous sevrer de la transmission d’ondes radio juste un siècle après l’avoir inventée.

 

Quand as-tu mis au point l’image de ton téléviseur en froissant du papier d’aluminium sur des oreilles de lapin?

Est-ce qu’une civilisation extraterrestre vieille d’un milliard d’années communiquerait toujours comme ça, ou d’une manière que nous pourrions comprendre?

Peut-être que les ET envoient des messages via des neutrinos, les particules étranges et incroyablement nombreuses qui se déplacent à travers les planètes sans aucune entrave, à la manière des Houdinis subatomiques.

(Des milliards de neutrinos solaires ont traversé votre corps pendant le temps nécessaire à la lecture de cette dernière phrase.) Peut-être que les extraterrestres sont télépathiques.

 

Qui sait? 

 

Selon l’astrobiologiste Dirk Schulze-Makuch, professeur à la Technical University of Berlin en Allemagne et professeur auxiliaire à l’Arizona State University et à la Washington State University, notre stratégie actuelle s’apparente peut-être à écouter les gens par l’intermédiaire d’un talkie-walkie. 

 

« Vous n’obtiendrez probablement rien, car tout le monde est sur Facebook », a déclaré Schulze-Makuch. 

 

Comme le montre cette discussion, bon nombre des idées avancées pour expliquer le paradoxe de Fermi s’apparentent fondamentalement à de la psychologie de l’ET.

 

Et ce n’est pas la voie la plus prometteuse pour une avancée décisive: pénétrer dans la tête d’étrangers super-avancés nous dépasse, au moins jusqu’à ce que nous arrêtions de consacrer la plupart de nos énergies créatives à la génération des mèmes ( élément culturel reconnaissable, répliqué et transmis par l'imitation du comportement d'un individu par d'autres individus).

 

 

Possibilité 3: Nous sommes seuls 

La dernière alternative est la plus déprimante: le silence cosmique en dit long. 

 

Peut-être que la Terre est le seul monde habité de toute la galaxie.

 

 

Dieu nous aime beaucoup !

 

Nous détenons  toute la science de ce qui nous entoure, le passage de produits chimiques organiques complexes à un microbe tremblotant peut être tellement improbable que cela ne s’est produit qu’une seule fois, et nous avons décroché le gros lot. 

 

Cela pourrait être un tronçon, compte tenu de la rapidité avec laquelle la vie a pris pied sur Terre.

 

Les microbes existaient il y a au moins 3,8 milliards d’années, voire plus tôt; certaines preuves ramènent l’émergence de la vie à 4,1 milliards d’années, quasiment dès que la Terre s’est suffisamment refroidie pour être habitable.

 

Mais même si les microbes sont courants dans tout le cosmos, une vie intelligente pourrait toujours être extrêmement rare.

 

(Les astronomes et les astrobiologistes font de temps en temps une blague obligatoire: « Hé, nous cherchons toujours une vie intelligente sur Terre ! » Ou « Vous ne la trouverez pas sur Capitol Hill! ») 

 

Pourquoi ?   

 

Eh bien, peut-être que peu de planètes peuvent offrir le TLC à long terme nécessaire à la complexité et à l’intelligence pour évoluer.

 

Par exemple, la Terre possède une grande lune qui stabilise son inclinaison (et donc son climat), et il bénéficie de la protection d’une planète extérieure géante (Jupiter) dont la gravité puissante éloigne certaines comètes dangereuses.

 

Ces caractéristiques sont peut-être rares pour les mondes rocheux de la zone habitable. 

 

En outre, oubliez ce que peuvent suggérer ces caricatures montrant des grands singes qui se dirigent vers un avenir fier et portant des pantalons; il n’y a pas de « flèche de progrès » inhérente à l’évolution.

 

La sélection naturelle favorise tout ce qui fonctionne.

 

En effet, c’était l’histoire de la majeure partie de l’histoire de la Terre.

Les organismes multicellulaires n’apparaissent pas dans les archives fossiles jusqu’à il y a près de 600 millions d’années – ce qui signifie que les microbes unicellulaires ont eu la planète pour eux-mêmes pendant au moins 3 milliards d’années.

 

Et il y avait un autre long intervalle avant l’arrivée d’animaux super-intelligents – les humains modernes -. 

 

Ainsi, il aura peut-être fallu un ensemble de circonstances vraiment spéciales pour sortir la vie de ses origines simples et gluantes et atteindre le point de pouvoir inventer des émetteurs radio, des vaisseaux spatiaux, des chaussures sport et d’autres objets cools.

 

Après tout, la Terre pourrait encore avoir des seigneurs reptiliens s'il n'y avait pas le cataclysme d’astéroïdes il y a 66 millions d’années, ce qui a permis à nos ancêtres mammifères de sortir de l’ombre.

 

Il faut également garder à l’esprit certaines autres choses importantes.

 

Par exemple, toutes les intelligences ne sont pas identiques, comme le montre clairement la diversité de la vie sur Terre.

 

Les chimpanzés, les corbeaux, les dauphins, les loutres de mer, les poulpes et un certain nombre d’autres espèces sont assez intelligentes pour utiliser des outils, mais seuls les humains ont construit des émetteurs radio, des vaisseaux spatiaux et des chaussures à talons aiguilles.

 

(Pour autant que nous sachions. Mais si les chimpanzés avaient des chaussures légères, on pourrait penser que Jane Goodall aurait dit quelque chose.)

 

Nous ne pouvons pas supposer ou imaginer que chaque espèce étrangère intelligente serait technologiquement intelligente et in fine capable de communiquer avec nous. 

 

Si notre système solaire est un guide, les mondes les plus courants de la galaxie, qui soutiennent la vie, peuvent être des lunes glaciales et des planètes avec des océans d’eaux liquides sous leurs coquilles glacées – des endroits comme Encelade, la lune de Saturne, et le satellite européen Jupiter.

 

Si une vie complexe et intelligente a évolué dans de tels environnements – et c’est loin d’être une chose sûre, étant donné le manque probable d’énergie dans ces profondeurs obscures – nous n’en saurons peut-être jamais rien. 

 

« Combien de temps faudra-t-il aux êtres sensibles confinés dans leur habitat liquide noir par un ciel solide de plusieurs centaines de kilomètres pour découvrir qu’il y avait un vaste univers au-delà du toit apparemment impénétrable de leur monde? »

 

Le physicien théorique Paul Davies a écrit dans  The Eerie Silence , son livre de 2010 sur le paradoxe de Fermi.

 

« Il est difficile d’imaginer qu’ils » sortiraient « de leur prison de glace et transmettraient des messages radio dans l’espace. » 

 

 

Obtenir une réponse 

 

Ainsi vous avez pris connaissance du  plateau d’échantillons d’hypothèses du paradoxe de Fermi  !

 

 Est-ce que l’une de ces hypothèses vous a sauté aux yeux ?

 

Peut-être êtes vous subjugué par les " berserkers", pour la violence et l’action, ou par les habitants enfoui dans un océan ?

 

 (J’imagine des mer-créatures jaunes et sans yeux qui grattent tristement des luths.) Si c’est le cas, c’est bien, mais vous ne devriez probablement pas disposer de suffisamment d'éléments scientifiques pour comprendre ce qui se passe réellement. 

 

« Je trouve idiot que tant de gens se mettent à crier: ‘Ah ah! Je connais la réponse !' » Dit Brin. 

« Tout ce que nous pouvons faire, c’est les cataloguer pour le moment, et peut-être classer dans le " Top Ten"»  

 

Selon des scientifiques, nous pourrions découvrir une

« seconde genèse » de microbes – de minuscules organismes totalement indépendants de la vie actuelle – sur Mars, Encelade ou un autre corps du système solaire.

 

Nous saurions alors que la vie n’est pas une affaire exceptionnelle et nous soupçonnons fortement qu’elle est répandue dans toute la galaxie.

 

Cette nouvelle, combinée au maintien du silence de SETI, serait également inquiétante pour quiconque se soucie de l’avenir de l’humanité, car cela laisserait penser qu'il existe un goulet d’étranglement limitant le nombre de civilisations intelligentes.

 

Cependant, il pourrait y avoir un avantage a cette prise de conscience : si nous pensons être la seule créature technologiquement intelligente de la galaxie, alors notre  sens des responsabilités qui en résulte pourrait être  le coup de pouce dont nous n’avons vraiment besoin pour prendre conscience que nous ne devons pas nous  autodétruire !

 

Selon le même raisonnement, obtenir un seul ping SETI serait un véritable stimulant. 

 

« La détection d’un signal, même d’une tonalité cosmique, sans aucune information, nous encouragerait a nous prédire  un long avenir », a déclaré Tarter.

« Si quelqu’un d’autre réussissait, nous le pourrions aussi. » 

 

0 commentaires

sam.

17

nov.

2018

Que cache cette mystérieuse zone du désert non mise à jour par Google Earth pendant 8 ans ?

 

 

Dans cette vidéo : 

 

Une mystérieuse zone du désert du Nevada n'a pas été mise à jour par Google Earth pendant 8 années.

Pourquoi ? On fait le point sur ce mystère... 

 

➨ L'incroyable interview de l'ancien militaire américain Charles Hall : https://bit.ly/2K9hpTM

===---

➨ Lire ici : https://bit.ly/2Dn8Ens

➨ Lien vers la zone non mise à jour de Google Earth : https://goo.gl/maps/JA7TbxYEgsr

===---

➨ Soutenir la chaîne via Paypal : https://tinyurl.com/y7e6xjp4

===---

➨ Facebook : https://www.facebook.com/veriteailleurs1

➨ Twitter : https://twitter.com/veriteailleurs1

➨ Google+ : https://plus.google.com/+Lavéritéesta... 

➨ Le Blog LVEA : https://veriteailleurs.blogspot.com

➨ La chaîne : https://www.youtube.com/c/Laveriteest...

===---

➨ Abonnez-vous : https://www.youtube.com/laveriteestai...

===---

➨ Vous pouvez aussi faire un tour sur ma chaîne secondaire ici : https://www.youtube.com/channel/UCm_0...

===---

Musique : Jingle Punks

Vidéo : © La vérité est ailleurs

0 commentaires

sam.

17

nov.

2018

Documentaire sur la rencontre ovni du Nimitz du 14 novembre 2004

 

Ce documentaire en Anglais sur la rencontre ovni du porte-avions Nimitz le 14 novembre 2004 près de San Diego aux larges des côtes de Californie, vient de sortir récemment.

 

L'affaire avec la vidéo officielle de cette rencontre ovni, avait été étudiée par le Programme Secret du Pentagone, dirigée par Luis Elizondo. Luis Elizondo a quitté ses fonctions au sein du Pentagone :

 

0 commentaires

jeu.

15

nov.

2018

Projet Crank – 1947, l’Emergence des Soucoupes - Novembre 2018

 

La nouvelle vidéo du Projet Crank, un format décidément très agréable ! 1947, L’Emergence des Soucoupes, ou comment le terme Flying Saucer entre dans le vocabulaire courant.

 

Traverser la rue peut se révéler lourd de conséquences! Le 25 juin 1947, un pilote privé de l'Idaho, Kenneth Arnold, traverse la rue principale (Main Street) de Pendleton dans l'Oregon et se rend à la rédaction de l'East Oregonian, le quotidien local, pour rapporter une observation d'engins étranges qu'il a effectuée la veille au-dessus du Mont Rainier.

 

Description en détails de l'épisode fondateur de l'histoire des soucoupes volantes et de la façon dont les premiers journalistes ont répercuté l'événement. 

 

Pour celles et ceux que le sujet de cette petite vidéo intéresse, voici quelques articles qui reconstituent en détail la façon dont l'histoire des soucoupes volantes a débuté à Pendleton, Oregon, en 1947: 

 

- Un article paru dans la revue L'Histoire: https://pierrelagrangesociologie.file...

 

- Le premier texte dans lequel la chronologie détaillée de cette affaire à été reconstituée:

https://pierrelagrangesociologie.file...

 

- Un entretien avec le journaliste, William C. “Bill” Bequette, qui a lancé l'histoire sur le réseau de l'Associated Press, entretien publié dans le journal à l'origine de toute cette histoire: https://pierrelagrangesociologie.file...

 

0 commentaires

ven.

09

nov.

2018

CHINE : un ancien membre des forces armées chinoises signale des accidents subis lors d’une collision avec une soucoupe en 1997 - Novembre 2018

 

Datong (installation militaire) (province du Shanxi), 30/06/1997

 

 Un incident inattendu d’un crash d’OVNI en Chine.

 

Au cours des dernières années, le gouvernement chinois a adopté une approche plus libérale en ce qui concerne la divulgation d’incidents d’OVNIS  et d’entités extraterrestres  ( ET) en Chine.

 

L’un des cas OVNIS / ET a été rapporté par un soldat chinois maintenant à la retraite .

Il a assisté à un crash d’OVNI sur le sol de son complexe militaire dans la province du Shanxi en 1997.

 

Cette affaire a attiré beaucoup l’attention du public en raison de la zone sensible où eu lieu  l’accident,  un complexe militaire où deux extraterrestres blessés ont été retrouvés vivants au moment de l’accident.

 

Un soir d’été en 1997, alors qu’il était soldat de la 28 e Armée à Datong, dans la province du Shanxi, il a été témoin d’un crash de soucoupe volante dans la cour du camp militaire.

 

Il a rapidement couru vers la scène et a découvert de manière surprenante qu’une soucoupe non identifiée s’était écrasée dans les arbres. L’OVNI avait l’air d’avoir la même taille qu’une antenne parabolique, de couleur blanc argenté.

 

Il a estimé que l’OVNI avait environ deux mètres de haut et six mètres de large.

"Il n’y a eu aucun dégât évident à la surface de l’OVNI, a-t-il déclaré. Cela peut suggérer qu’il est peu probable que l’OVNI ait été abattu par l’armée chinoise."

 

Il pense que l’OVNI accidenté a peut-être connu un dysfonctionnement dû aux conditions météorologiques, car la nuit a été pluvieuse avec des orages. Il est possible que l’ovni ait été frappé par la foudre.

 

La porte de l’OVNI était ouverte quand il est arrivé sur les lieux.

 

Près de la porte se trouvaient deux extraterrestres maigres, l’un semblait mort ou inconscient et l’autre gravement blessé. Il a rappelé que les deux extraterrestres étaient minces et courts et mesuraient un mètre de haut, leur peau du visage et du corps recouverte de fourrure.

 

Les extraterrestres semblaient avoir des traits faciaux semblables à ceux d’une souris, ou plus précisément décrits comme des êtres semblables à des opossums. ( Opossum est un nom vernaculaire donné en français à certains petits marsupiaux définition « ajout AREA 51 » )

 

Il sentit fortement que les extraterrestres avaient des sexes, tous deux  étaient inconscients il y avait  un mâle et l’autre blessé  était une femelle .

 

Alors qu’il essayait d’approcher de près l’OVNI écrasé pour voir ce qui se passait, l’individu (étranger  ou alien)  blessé le regarda et prononça des mots qu’il ne comprit pas.

 

Il pensait que l’étranger blessé appelait à l’aide, mais il était trop effrayé pour s’approcher des étrangers suffisamment pour les entendre.

 

Il a révélé que quelques personnes avaient été témoins de cet incident peu de temps après son arrivée. Certains d’entre eux ont été choqués par ce qu’ils ont vu, mais ont décidé de ne pas le divulguer car ils ne voulaient pas perdre leur emploi si cela devenait public.

 

Plus tard dans la nuit, l’OVNI et deux extraterrestres ont été récupérés par la police militaire après l’accident. L’ensemble du camp militaire a été mis en quarantaine le lendemain, suivi d’une notification indiquant que personne n’était autorisé à sortir ou à pénétrer dans le complexe.

 

Tous les membres du personnel impliqués dans cet incident ont reçu l’ordre de ne pas révéler d’informations au public, y compris à leurs familles.

 

Ce qui est arrivé aux extraterrestres blessés et à l’OVNI qui s’est écrasé est toujours inconnu.

 

L’armée chinoise a-t-elle libéré les étrangers après un traitement médical ?

Une chose est presque certaine.

À l’instar des gouvernements d’autres pays, le gouvernement chinois étudie  l’ingénierie des technologies extraterrestres  et réalisent de la rétro-ingénierie afin de mieux équiper ses systèmes de défense militaire et de créer d’autres technologies.

 

Le gouvernement chinois n’a pas commenté cet incident présumé de crash d’OVNI à ce jour.

 

Note NUFORC :

Nous exprimons notre gratitude à M. Shao Ma, directeur de l’Association internationale des ovnis chinois, pour avoir partagé ce cas intéressant avec le  NUFORC. Nous sommes impatients de poursuivre la collaboration avec cette organisation. PD

0 commentaires

ven.

09

nov.

2018

La technologie dont nous aurons besoin pour détecter les ET

 

Article proposé par le MUFON France

 

 

« À la fin de 2017, 20 scientifiques originaires du Japon, d’Inde, de France, d’Allemagne et des États-Unis – chacun possédant un domaine de compétence particulier – se sont réunis lors d’un atelier organisé par l’Institut de la science de la vie ( ELSI ) sur le campus de Giri à Tokyo. Ils y ont discuté des progrès actuels et des possibilités intéressantes des technologies de détection de la vie. »

 

Cosmos

 

Un bon article récapitulatif, qui permet, si besoin était, de bien se rendre compte que nous avons encore énormément de chemin à faire en matière de recherche cosmologique.

 

Lien vers le texte de l’étude initiale :

 

https://arxiv.org/abs/1810.06026

 

Lien vers l’article de Cosmos :

 

https://cosmosmagazine.com/space/the-tech-we-re-going-to-need-to-detect-et

 

Traduction de l’article :

 

« Déplacez-vous sur les rovers martiens, de nouvelles technologies pour détecter la vie extraterrestre sont à l’horizon.

 

Un groupe de scientifiques du monde entier, dirigé par Chaitanya Giri, experte en astrochimie de l’Institut de technologie de Tokyo au Japon, s’est uni pour planifier les technologies de détection de la vie pour les 20 prochaines années.

 

L’étude est actuellement en attente d’examen par les pairs, mais est disponible gratuitement sur le site de pré-impression, ArXiv .

 

Pendant des décennies, les astrobiologistes ont fouillé le ciel et le sable des autres planètes à la recherche d’indices de la vie extraterrestre. Non seulement ces chercheurs tentent de trouver ET, mais ils vise également à en apprendre davantage sur l’origine et l’ évolution de la vie sur Terre, la composition chimique des objets extra – terrestres organiques, ce qui rend une planète ou d’un satellite habitable, et plus .

 

Mais les réponses à ces questions sont précédées de longues années de planification, de développement, de résolution de problèmes et de stratégies.

 

À la fin de 2017, 20 scientifiques originaires du Japon, d’Inde, de France, d’Allemagne et des États-Unis – chacun possédant un domaine de compétence particulier – se sont réunis lors d’un atelier organisé par l’Institut de la science de la vie ( ELSI ) sur le campus de Giri à Tokyo. Ils y ont discuté des progrès actuels et des possibilités intéressantes des technologies de détection de la vie.

 

Les experts ont notamment débattu des objectifs prioritaires en matière de recherche et développement pour les missions du système solaire local – en d’autres termes, quels instruments seraient les plus utilisables pour une sonde spatiale et leur envoi vers Mars ou Encelade lors de la prochaine quelques décennies.

 

Bien sûr, les planètes et les lunes du système solaire constituent un échantillon extrêmement limité du nombre de mondes potentiellement habitables dans l’univers, mais la compréhension de notre propre arrière-cour sera essentielle pour interpréter les données d’exoplanètes éloignées.

 

Alors, selon ces experts en astrobiologie, quel est le futur plan de détection des extraterrestres?

 

La première étape de toute mission spatiale consiste à étudier la planète ou le satellite de loin pour déterminer si elle est habitable.

 

Heureusement, un ensemble de télescopes de nouvelle génération est en cours de construction, du télescope ultra-sensible James Webb , dont le lancement est prévu en 2021, au gigantesque télescope extrêmement grand du Chili, qui tournera ses yeux au ciel à 39 mètres. en 2024. Les auteurs soulignent que de tels observatoires élargiront considérablement nos connaissances théoriques sur l’habitabilité de la planète.

 

Ce n’est pas parce qu’un monde est jugé habitable qu’il y aura de la vie. Il ne peut exister que dans des niches géographiques limitées.

 

Pour atteindre ces sites inaccessibles, le journal affirme que nous aurons besoin de « sondes robotiques agiles, robustes, capables de communiquer de manière transparente avec des orbiteurs et des réseaux de communication en espace lointain, semi-autonomes sur le plan opérationnel, dotées d’une alimentation en énergie de haute performance et stérilisables en machine. éviter la contamination directe ».

 

Mais selon Elizabeth Tasker, professeure agrégée à la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency), qui n’a pas participé à l’étude, y parvenir ne représente que la moitié du travail.

 

«En fait, c’est la moitié la plus facile à gérer, car nous pouvons imaginer les problèmes auxquels nous serons confrontés», dit-elle.

 

Le deuxième problème, plus urgent, est de savoir comment reconnaître la vie comme nulle part ailleurs sur la planète.

 

Comme l’explique Tasker:

 

"Nous ne pouvons comparer que la vie sur Terre et ceci est le résultat d’une énorme histoire évolutive sur une planète dont le passé complexe a peu de chances d’être reproduit de près. Cela fait beaucoup de bagages à séparer." 

 

Selon le document, la solution consiste à équiper les missions avec une série d’instruments de détection de la vie qui ne recherchent pas la vie telle que nous la connaissons, mais qui sont capables d’identifier les types de caractéristiques qui font fonctionner les organismes.

 

Les auteurs décrivent une grande variété de technologies intéressantes pouvant être utilisées à cette fin, notamment les techniques de spectroscopie (pour analyser des matériaux biologiques potentiels), le tunneling quantique (pour trouver de l’ADN, de l’ARN, des peptides et d’autres petites molécules) et la microscopie à fluorescence (pour identifier la présence de membranes cellulaires).

 

Ils désignent également différentes formes de chromatographie en phase gazeuse (pour détecter les acides aminés et les sucres formés par des organismes vivants), en plus de vérifier si les molécules sont « homochirales » (une biosignature présumée) à l’aide de dispositifs microfluidiques et de microscopes.

 

Des spectromètres de masse miniaturisés à haute résolution seraient également utiles, car ils permettraient de caractériser les biopolymères créés par des organismes vivants et de mesurer la composition élémentaire des objets afin de faciliter la datation isotopique.

 

Giri et ses collègues soulignent également que des développements intéressants en apprentissage automatique, en intelligence artificielle et en reconnaissance de formes seront utiles pour déterminer si les échantillons chimiques sont d’origine biologique.

 

Fait intéressant, les chercheurs développent également des technologies permettant de détecter la vie dans des lieux moins conventionnels. Sur Terre, par exemple, les cryotubes ont récemment été utilisés pour découvrir plusieurs nouvelles espèces de bactéries dans la haute atmosphère.

 

L’étude note qu’avec l’utilisation de ces technologies en plein essor, les missions généreront probablement d’énormes quantités de données et nécessiteront une mise à niveau du réseau de communication en espace profond existant.

 

Les scientifiques ont également expliqué que certaines technologies, telles que le rayonnement synchrotron de haute puissance et les installations de champ magnétique, n’étaient pas encore suffisamment compactes pour voler sur d’autres planètes. Par conséquent, les échantillons doivent continuer à être ramenés pour analyse.

 

Plusieurs missions d’échantillonnage et de retour sont actuellement en cours, notamment la mission d’exploration dela JAXA Martian Moons à Phobos, Hayabusa-2 sur l’astéroïde Ryugu et la NASA OSIRIS-rex sur l’astéroïde Bennu. Ce que nous apprendrons de la manipulation des matériaux extraterrestres riches en matières organiques rapportés de ces voyages sera inestimable.

 

Les prévisions et les recommandations avancées par Giri et ses collègues constituent la première étape pour que ces technologies soient discutées lors de révisions par des panels, incluses dans des enquêtes décennales et finalement financées.

 

Elles complètent plusieurs efforts similaires, notamment un rapport préparé par les académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine (NASEM), appelant à élargir la gamme d’indicateurs possibles du trafic ET et à une exploration dirigée par les États-Unis sur la manière dont la prochaine génération de radiotélescopes sera utilisé par SETI .

 

Le plus important est peut-être que ces documents soulignent tous la nécessité d’un travail de collaboration entre scientifiques de toutes les disciplines.

 

«Une détection réussie de la vie nécessitera des astrophysiciens et des géologues pour examiner les environnements possibles sur d’autres planètes, des ingénieurs et des physiciens pour concevoir les missions et les instruments permettant de collecter des données, ainsi que des chimistes et des biologistes pour déterminer comment classer la vie», explique Tasker de JAXA.

 

«Mais peut-être que c’est approprié: découvrir l’histoire de tous les habitants de la Terre est ce que la vie est réellement et où elle peut s’épanouir. Cela devrait nous prendre à nous tous. »

 

0 commentaires

ven.

09

nov.

2018

Le laser envisagé pour dénicher de potentiels extraterrestres. - Novembre 2018

 

C’est l’idée (un peu perchée mais très sérieuse) qu’ont eu des scientifiques américains : au lieu de partir à la recherche d’extraterrestres, pourquoi ne pas les guider directement vers la Terre ?

 

La recherche extraterrestre représente pour les scientifiques l’aboutissement ultime de la plupart des recherches entreprises dans le domaine spatial.

 

Le sujet est si attrayant que même la Nasa a décidé de s’y consacrer ouvertement. En parallèle, l’envie de l’Homme de découvrir une autre forme de vie au-delà des frontières de notre planète fait naître de nombreuses théories, certaines farfelues, d’autres moins, confirmant l’existence de petites créatures vertes.

 

Deux scientifiques américains, James Clark et Kerri Cahoy, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont récemment eu l’idée d’une nouvelle technique, à l’encontre de celles employées actuellement par les astrophysiciens pour trouver de la vie extraterrestre : au lieu d’aller les chercher, ils proposent, dans leur étude publiée le 5 novembre dans la revue The Astrophysical Journal, de les attirer vers la Terre.

 

Créer un « phare » de l’espace

 

Leur idée repose sur un laser. Envoyé depuis un télescope, il servirait de « phare » pour nous repérer dans l’univers.

 

Ce « faisceau laser détectable par une intelligence

extraterrestre » pourrait voyager jusqu’à 20.000 années-lumières de la Terre.

 

0 commentaires

jeu.

08

nov.

2018

Projet Crank : soucoupes volantes et guerre froide ? - Novembre 2018

 

« Cette vidéo explore l’idée, très répandue, selon laquelle l’émergence des soucoupes volantes aurait été liée à l’influence du contexte de la guerre froide.

 

Une « croyance populaire » générée par le contexte de l’après-guerre.

 

Inquiets face aux Soviétiques, les Américains auraient cru leurs cieux envahis par des armes secrètes russes et se seraient mis à fantasmer — avec l’aide des médias — des « soucoupes volantes » irréelles.

 

Des Soviétiques, certains seraient même passés très vite aux Martiens.

Le problème c’est que, si on se penche attentivement sur cette période, sur les faits et sur les chiffres disponibles (ceux des tout premiers sondages d’opinion sur le sujet), on est conduit à…

 

A quoi justement ? Et bien regardez. »

 

Projet Crank

0 commentaires

mer.

07

nov.

2018

Un appareil espion ultra secret révélé grâce à Google Earth - Novembre 2018

 

Un projet gouvernemental secret a été découvert alors qu’il était caché à l’intérieur d’une base militaire pendant huit longues années. Cet énigmatique projet était, par ailleurs, flouté sur les cartes diffusées en ligne.

 

Google Earth a fait la une des journaux plus tôt cette semaine après avoir révélé l’existence un site militaire situé dans le sud-ouest du Nevada qui avait été caché pendant près de dix ans. Cette base, censée être utilisée pour des essais d’armes expérimentales, était auparavant présentée sous la forme d’une série de lits de lacs asséchés dans la chaîne d’essais de Tonopah entre 2008 et 2016.

 

Situées à environ 70 miles au nord-ouest de l'installation de la Zone 51, des images satellite ont finalement été diffusées à la suite d'un tollé général.

 

Mais les conspirateurs pensent maintenant avoir trouvé quelque chose de sensationnel dans cette base militaire qui a rapidement été surnommée la « Zone 52 ».

 

Les séquences vidéos, mises en ligne, nous montrent un mystérieux objet lumineux situé à l’extérieur d'un hangar abritant des aéronefs.

 

Ce mystérieux engin semble flou.

 

« C'est une sorte d'avion volant très secret », a révélé Tyler Glockner sur sa chaîne vidéo secureteam10.

 

« Ce qui est également intéressant c’est, qu’à proximité, il y a d'autres véhicules militaires à l'extérieur qui ne sont pas floues. »

 

« Celui-ci a été volontairement retouché – ce qui est très suspect. »

 

« Et comment ne pas mentionner le fait que cet engin a été trouvé à l'intérieur d'une base dont l’existence a également été censurée pendant huit ans. »

 

Le 31 octobre 2018, Tyler a publié la vidéo sur sa chaîne YouTube, où elle a enregistré près de 250 000 visites.

 

Les internautes n’ont manqué à donner leurs opinions.

 

« Quelqu'un doit faire un voyage en voiture jusqu’au désert du Nevada », a révélé l'un d’eux.

 

Un autre a ajouté : « L'armée cache quelque chose à d'autres pays ».

 

Un troisième a conclu : « C’est une technologie gouvernementale secrète qui est conçue pour protéger notre pays ».

 

0 commentaires

dim.

04

nov.

2018

Lune : un ancien employé de la NASA fait allusion a des structures artificielles - Novembre 2018

 

Voici une photo de  Ken Johnson qui a travaillé pour la NASA il y a longtemps et qui essaie d'informer le public sur l'existence de  photos et de films qui mettent en évidence des bases extraterrestres et des ovnis ...depuis la disparition de Streetcap1 nous n'avons plus de nouvelles découvertes mais scott Waring s'engage a continuer à les recherches en particulier sur un cratère.....le cratère Tsiolkovsky. 

 

Commentaires de la vidéo : 

 

Un ancien employé de la NASA a trouvé quelque chose qu'il n'aurait pas dû connaître  lorsqu'il a découvert des photos montrant un module de la mission "Apollo" sur la surface lunaire et une base d'aliens a proximité.

La photo a été prise par des astronautes lors de la séparation du module et a été classée comme beaucoup d'autres photos prises pendant le programme "Apollo", qui ont enregistrées des structures.

 

 

0 commentaires

sam.

03

nov.

2018

« L’EXPÉRIENCE DE PHILADELPHIE : MYTHE OU RÉALITÉ ? » AVEC ELISABETH DE CALIGNY

 

Emission proposée par NUREA TV le 01/11/2018

 

« L’Expérience de Philadelphie : Mythe ou Réalité ? » avec Elisabeth de Caligny

 

Elisabeth de Caligny est conférencière et intervient régulièrement sur de nombreux médias. Conteuse hors-pair, Elisabeth a un intérêt marqué depuis toujours pour les sujets “mystérieux” et aime partager les résultats de ses recherches avec les personnes qui souhaitent faire la lumière sur tous ces mystères.

 

Dans cette émission, Elisabeth de Caligny nous parlera de l’expérience de Philadelphie (parfois désignée sous le nom de Project Rainbow), une prétendue expérience militaire américaine qui aurait eu lieu dans les chantiers navals de Philadelphie en octobre 1943.

Elle aurait consisté à rendre invisible pendant un bref moment le destroyer américain USS Eldridge (DE-173).

 

0 commentaires

ven.

02

nov.

2018

La NASA aurait tenté de dissimuler l’apparition d’un OVNI - Novembre 2018

 

Un OVNI a été repéré près de la Station spatiale internationale et la NASA aurait vainement tenté de le dissimuler.

 

Cette séquence vidéo nous montre cette étrange anomalie qui a été repérée lors d’une retransmission en direct de la NASA. Selon certains, cela pourrait être un vaisseau spatial extraterrestre.

 

La vidéo nous révèle le moment où la deuxième caméra de l’agence spatiale pixélise l’OVNI lors de la diffusion du flux sur Internet.

 

Quelques secondes plus tard, un objet de couleur blanche apparaît dans le coin inférieur gauche.

 

« Je ne pense pas que cela fasse partie de l'ISS, cela me semble vraiment étrange », a révélé une source anonyme.

 

« Je ne sais pas si l'objet se déplaçait dans l'espace ou si la NASA était en train de déplacer la caméra à dessein. »

 

La séquence a été publiée sur la chaîne YouTube secureteam10, où elle a enregistré plus de 210 000 visites en deux jours.

 

« Cela a délibérément été flouté et la NASA a utilisé un logiciel pour pixelliser l'objet réel », a révélé un internaute.

 

Un autre a ajouté : « La NASA nous censure la vérité. »

 

Et un troisième a déclaré :

« On dirait que la NASA a bloqué le véritable objet. »

 

Ce n'est pas la première fois que nous assistons à des scènes surnaturelles de cette nature.

 

En octobre 2018, la NASA avait été la cible de nombreuses critiques à la suite d’un incident similaire.

 

En cette fin d’année, de nombreux événements mystérieux entourant la NASA avaient déclenché une multitude de théories du complot.

 

0 commentaires

ven.

02

nov.

2018

Robert Hastings confirme la présence des extraterrestres sur Terre ! - 02/11/2018

 

Lors d'une interview diffusée en septembre 2010 sur CNN, le chercheur ufologue Robert Hastings a confirmé la présence des extraterrestres sur Terre et rappelle que des militaires ont révélé que des OVNIS ont déjà désactivé nos armes nucléaires à plusieurs reprises..

 

0 commentaires

ven.

26

oct.

2018

« CONTACTS COSMIQUES » AVEC JEAN-PIERRE PETIT - 26/10/2018

 

Véritable électron libre, Jean-Pierre Petit est un scientifique français, physicien, astrophysicien et cosmologue.

 

Il a, entre autres, été directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et astrophysicien à l’observatoire de Marseille.

 

C’est avec un immense plaisir que nous l’accueillons à nouveau sur l’antenne de Nuréa TV à l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage “Contacts cosmiques” co-écrit Ave Jean-Claude Bourret.

 

Dans cette émission, il sera question bien évidemment de science et d’informations scientifiques transmises par des êtres venus d’ailleurs (Dossier Ummite), du modèle cosmologique Janus découlant de ces fameuses informations et expliquant entre autres bon nombre de caractéristiques propres au phénomène OVNI mais aussi d’ufologie au sens plus large, notamment le dossier très particulier des abductions et donc des contacts rapprochés avec des entités exogènes.

 

0 commentaires

ven.

26

oct.

2018

Des images satellites de la base militaire top secrète du Nevada ont été dévoilées - 26/10/2018

 

Jeudi soir, Dhruv Mehrotra, résident d’Eyebeam, et l’écrivain Brendan C. Byrne ont animé un événement en direct à 18h30 à Brooklyn, où ils ont dévoilé des images satellites d’une base militaire top secret du Nevada que Google Earth a censurée pendant huit ans.

 

Mehrotra et Byrne ont récemment écrit un article sur Vice Motherboard intitulé “The One Place in the US Google Earth Stopped Mapping“, qui a montré de 2008 à 2016 que Google a censuré une série de lacs asséchés dans le sud-ouest du Nevada région située dans la Tonopah Test Range – ce fut le plus long épisode où Google Earth a bloqué des images de zones particulières dans l’Amérique du Nord.

 

Les deux chercheurs ont appris qu’ils pouvaient acheter des images satellites des lacs asséchés de Tonopah par l’intermédiaire de sociétés satellites commerciales.

 

Ils ont acheté les photos et ont ensuite essayé de les vendre à Google pour 1 $, pour voir si l’entreprise allait les ajouter à sa base de données.

 

Si Google refuse, selon eux, cela indiquerait peut-être que la censure du gouvernement a influencé la raison pour laquelle cette région du Nevada a été occultée de la vue publique.

 

Cependant, Mehrotra et Byrne ont appris que leurs images ne sont que “louées” légalement et ne peuvent être revendues.

 

Au lieu de cela, ils ont dévoilé les mystérieuses images dans un stream qui a eu lieu en direct le 25 octobre 2018 sur Youtube à 18h30.

 

0 commentaires

jeu.

25

oct.

2018

Ovnis : Canulars et Désinformations - Octobre 2018

 

 

Entretien du jeudi 21 septembre à 20h30 sur NUREA TV

 

« OVNIs : Canulars et Désinformations » avec Franck Maurin

 

Franck Maurin est ufologue et conférencier. Diplômé d’école de commerce et de gestion (Inseec Bordeaux) et d’un Master 2 marketing (Université de Toulouse), il étudie depuis de nombreuses années l’énigme du phénomène ovni.

 

Ufologue, romancier et conférencier, ses investigations se basent sur des analyses historiques, aéronautiques, militaires, psychologiques et les univers imaginés par la science-fiction.

 

Il est notamment l’auteur du livre « Les mystères du phénomène OVNI : De la préhistoire à nos jours » disponible ici :

 

http://xn--lavalleheureuse-gnb.com/collections/terre-espace/les-mysteres-du-phenomene-ovni/

 

 

0 commentaires

jeu.

25

oct.

2018

Dossier X003 : des astronautes ont vu des OVNIs !

Mis en ligne par le MUFON FRANCE

Le nouveau dossier X de Nico Augusto, cette fois ci consacré aux observations faites par les astronautes 

0 commentaires

lun.

22

oct.

2018

Témoignages d'astronautes sur le phénomène : O.V.N.I.

 

Dans cette vidéo choc du 22/10/2014 vous allez prendre connaissance d'un florilège de témoignages et d'observations d'astronautes durant de nombreuses missions de la N.A.S.A.

Pas de montage.. pas de faux.. rien que de l'authentique..

 

0 commentaires

lun.

22

oct.

2018

Les OVNI du 21ème Siècle

Article de Serje PERRONNET  - Sphère Magazine numéro 3

 

Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas...

 

« Je pense que la tâche du prochain siècle, en face de la plus terrible menace qu'ait connue l'humanité, va être d'y réintégrer les dieux »

André Malraux

 

Alors , spirituel ou religieux?

 

Mystique ou pas...?

 

Nous avons connu les «grandes découvertes».

 

Tout au long du XX° siècle, les inventions se succèdent ou s'améliorent, et nous apportent du réconfort dans le matériel tout en nous éloignant des «Religions» , la notre à majorité catholique.

 

Nos églises se vident malgré tout, certaines ferment, ou sont démolies...

J'ai personnellement vécu des événements forts, notamment dans les années 1950, après guerre, où les rencontres «rapprochées» se sont multipliées durant ce que l'on appela la «vague d'ovni de 1954».

 

En ces temps-là, il n'était pas rare d'entendre parler de «soucoupes volantes» et de ses «petits hommes verts», devenus «gris» par la suite ?

 

Seulement voilà, de nos jours, ces rencontres d'apparence manifestement physiques ont comme par enchantement disparu de nos «cieux».

 

POURQUOI ?

Alors que nos moyens techniques nous auraient aujourd'hui permis de les identifier, et d'ainsi pouvoir les «fixer» sur nos appareils numériques !

 

HISTORIQUE:

 

Dès mon plus jeune âge, j'étais attiré par les étoiles, les sciences, le dessin.

 

En 1954, j'avais 10 ans, et j'ai pu assister à ma première observation de «soucoupe volante», j'habitais la ville de Perpignan.

 

Ces observations ont pris de l'ampleur dans l'hexagone.

 

Cette période est maintenant connue sous l'appellation

«vague d OVNI de 1954».

 

Les descriptions d'objets de différentes formes, souvent accompagnés de petits êtres, s'inscrivaient de plus en plus souvent dans les journaux régionaux, la télévision n’étant pas à ces moments-là aussi familiale qu’elle l'est de nos jours, (mis à part la radio avec ses grandes ondes, ondes courtes...,!).

 

Aussi, j’ai pu connaître et vivre cette rencontre rapprochée de la «côte Lassus», où un jeune homme a pu voir posé sur la route un objet rond et deux êtres en sortir...

 

Ce lieu se situait à quelques centaines de mètres de mon domicile.

 

MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON : 

 

Les deux ufologues et auteurs indiquent que le 27 septembre 1954 dans l'après midi sur la route de Lassus dans la banlieue est de Perpignan, un collégien anonyme se rendait au lycée quand il a vu un objet rond posé au sol dont deux être sont sortis, puis y sont rentrés après quelques instants, et l’engin s'est envolé.

 

Il est rentré tremblant de peur et un médecin a diagnostiqué une crise de nerfs.

 

Les sources sont notées comme Quincy; A Propos des Soucoupes Volantes de Aimé Michel page 114; le catalogue Vallée, cas 159 et France-Soir du 2/10/1954.

 

En 1954, j’ai pu observer (en compagnie de mon voisin), un disque de couleur orangée, de la grosseur d’une assiette tenue à bout de bras, nous passer au dessus de la tête, dans le plus grand silence, et disparaître à l' horizon...

 

Il faisait presque nuit: cela se passait au mois d août.

 

En 1958, deuxième observation, toujours au mois d'août, aux alentours de 16 heures, d'un objet de la forme d'un sablier (pas de forme d’ailes), se déplaçant horizontalement, sans bruit, (à bout de bras 10 cm environ), de couleur métallique argentée, avec contrail. (ciel bleu).

 

Les avions à réaction étaient très rares à cette époque.

 

En 1962, je m'engage dans l'Armée de l'Air et prépare l'école des mécaniciens de Rochefort.

 

Je débute ma pré-spécialisation sur la base aérienne 726 de Nîmes- Courbessac.

 

Troisième observation (nouveau disque orangé), montant du terrain d’aviation en contre bas , stationnant au dessus de nos têtes ( garde montante , 6 élèves en faction ).

 

Durée de l’observation, environ 5 minutes, disque stationnaire se déplaçant ensuite par paliers successifs montant en «feuille morte inversée», pour ensuite disparaître progressivement mais très rapidement dans les étoiles.

 

J'ai ensuite aussi vécu une bonne dizaine d’autres observations en présence de mon épouse.

 

Nous y reviendrons peut-être dans un autre numéro.

 

ANALYSE

 

Pourquoi donc ne voyons nous plus d'objets d'apparence matérielle dans nos cieux ou sur nos sols?

 

1/ Le phénomène OVNI est en apparence intelligent.

 

https://www.youtube.coir/watch7v-tFainah-jIO

 

Nos armées en ont fait les frais, depuis même à l'époque où le Général Ce Gaulle dirigeait notre pays , notamment dans les années 1960.

 

La force de frappe battait son plein avec ses Mirages IV, porteurs de la bombe A, et ses chasseurs Mirages III, en pleine activité sur la base aérienne de Bordeaux Mérignac, là où se terminait ma carrière militaire.

 

Lorsque j’ai été témoin de mon troisième «objet volant non identifié», (j'avais été reçu Major de promotion sur 67 élèves), j'écrivais ce matin là un rapport circonstancié en tant que chef de section sur le cahier de consignes.

 

Avec l'espoir d'être convoqué par le Colonel de la base qui m'avait au préalable offert une heure de baptême de l'air à ses côtés sur l'un des chasseurs bombardier «Maurane Saulnier», double commande, en récompense de mon classement.

 

Et pourtant, personne ne m'a contacté malgré ce rapport circonstancié.

 

POURQUOI ?

 

-Le Général de Gaulle avait mis en place à cette époque une équipe de surveillance secrète en collaboration avec Alain Peyrefitte. (Le professeur Yves Rocard du cabinet du président de Gaulle demanda à Alain Peyrefitte (chargé de recherches au CNRS en anthropologie) de créer un groupe de recherche sur la vie extraterrestre et les OVNI.

 

Peyrefitte contacta Jean-Luc Bruneau (inspecteur général du commissariat à l'énergie Atomique) et lui demanda de faire des propositions en ce sens.

 

L'observation d'Antananarivo, en 1954, à Madagascar, motiva donc Charles de Gaulle à envisager plus tard la création d'un organisme officiel français d'étude des OVNI, projet qui ne fut réalisé qu'en 1977 avec la création du GEPAN).

 

Il nous est donc permis de penser que dans ces circonstances, l'Armée étant la «grande muette», notre observation de nuit soit passée à la «trappe».

 

2/ Le phénomène OVNI est «mutant» et évolutif.

 

Nous avons vu que dans les années 1950, il était devenu courant d'apercevoir des objets posés au sol. parfois accompagnés de bonhommes, presque tous de petite taille, pouvant aller à la rencontre des témoins.

 

Au fur et à mesure de nos avancées technologiques, alors que nous pourrions plus facilement prouver leur existence, le phénomène devient «fuyant».

 

Tellement fuyant qu'il en vient à disparaître de nos yeux ou changer de forme, voir même se confondre avec de véritables rentrées atmosphériques ? ( vague du 5 novembre 1990).

 

Serions-nous devenus des «ânes»?

 

« Tout effort de l'âne pour happer la carotte a pour effet de faire avancer l'attelage tout entier et la carotte elle-même qui demeure toujours à la même distance de l'âne.

Ainsi courons-nous après un possible que notre course même fait apparaître, qui n’est rien que notre course et qui se définit par là même comme hors d’atteinte.

Nous courons vers nous-mêmes et nous sommes, de ce fait, l'être qui ne peut pas se rejoindre ».

Jean-Paul Sartre

 

HYPOTHÈSES

 

Nous en retiendrons quelques unes, certaines étant devenues caduques avec le temps ou n'étant plus d 'actualité, au regard des avancées fulgurantes de nos technologies avancées.

 

 

LA CONSCIENCE:

 

Personne ne peut de nos jours la situer.

 

-A l’intérieur, à l''extérieur; ou à la fois à l'intérieur et l'extérieur  de notre cerveau ?

 

-Joue t-elle ou non un rôle quant a la réalité du phénomène

OVNI ?

 

-Les phénomènes RR3/RR4 y sont-ils associés ?

 

-Pourrait-elle être manipulée à son tour par ces supposées «intelligences» extérieures ?

 

-Les phénomènes dits de synchronicité ont-ils une incidence directe sur nos comportements ?

 

Sont-ils programmés en nous ( ADN/ARN), et/ou distillés a bon ou mauvais escient par ces «intelligences» ?

 

 

La mécanique quantique est a la racine des phénomènes de l'Univers.

Depuis des décennies, plusieurs grands physiciens et neurobiologistes soupçonnent qu’elle puisse être la clé du fonctionnement du cerveau humain.

 

L'une de ces théories, celle de Penrose-Hamerhoff, vient de recevoir, si ce n'est une réfutation, du moins un sérieux revers, http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physiaue- conscience-mecaniaue-auantiaue-revers-theorie-penrose-18575/

 

L'HOLOGRAMME 

 

Il existerait depuis des siècles et des siècles, des apparitions dans nos cieux.

 

Différents phénomènes, tels ceux perçus en 1621 dans les villes de Nîmes, Lyon et Montpellier.

 

Ci-dessous, texte en vieux Français tiré des archives de le bibliothèque de Nîmes. Lyon, Nimes, Montpellier - France ( 12 octobre 1621 )

 

"La nuict du 12 octobre dernier, sur les huict heures du soir

ou environ, n'ayant pour lors aucune clarté de Lune estant

à son dernier Cartier, l'air outre nature commença à

s'esclaircir du costé du Levant et continuant une heure

et demie ou environ, le temps se rendit aussi clair et net

qu’il fait aux plus beaux jours de l'Esté, ce qui donna un grand estonnement aux habitants de Lyon.

 

La plus grande partie d'iceux regardant en l'air apperceurent des

choses du tout estranges et hors le cours de nature.

 

Savoir sur la grande place de Bellecourt virent comme une grande montaigne, sur laquelle estoit la figure d'un Chasteau, duquel sortoient force éclairs oui donnoient de tous costez et perdoient leurs lumières à un instant.

 

Et cette figure de Chasteau se consommoit à mesure que cesdits éclairs en sortoient.

 

Cela sembloit couvrir tout le Cartier de la porte du Rosne, de Sainct Michel, la rivière de Saône et donner jusques au faux-bourg de Sainct George.

 

Du costé de la place des Terreaux il fut veu (par plus de quatrecents personnes) en l'air, comme la forme d'un Bataillon de gens d'armes, à cheval, à la teste deqauels il y avoit une Estoille fort lumineuse, oui sembloit les conduire, laquelle estoit plus grande et plus claire que celles que l'on voit ordinairement au ciel.

Cette estoille comme un second Soleil faisoit dissiper devant elle tous les nuages qui se présentoient de diverses figures et sembloient à voir, vouloir tenir sa clairté, mais estant surmonte par sa grande lumière perdoient entièrement leurs figures et ne paroissoient plus ».

 

 

 

Ne serions nous pas acculés dans ce cas précis, devant un phénomène OVNI «holographique», censé être commandé par une intelligence «supérieure», pour le meilleur comme pour le pire ?

 

 

Carl JUNG ou la théorie de la synchronicité développée.

 

Illustration : STATION RADAR ARMÉE DE L’AIR Pic de Montalet (Tarn)

http://www.philippeguillemant.net

 

"Il semblerait toutefois que les synchronicités les plus improbables tendent à se produire dans certaines circonstances particulières de la vie où une transformation a la fois psychique

et matérielle est à l'œuvre, cette situation instable pouvant conduire le sujet a changer radicalement sa vie.

La synchronicité semble alors jouer un rôle de guidage dans ce processus de changement.

Au contraire, les personnes ayant une vie bien réglée par des habitudes ont très peu de chances d'en vivre.

C'est pourquoi il s'agit d'un phénomène difficile a

contrôler... "

 

Nous vivons donc une ère nouvelle où nos technologies nous obligent à nous remettre sans cesse en Question.

 

Ce que nous vivons aujourd'hui a très certainement été vécu dans un lointain passé par nos ancêtres.

 

L'histoire se répète.

 

Les «visiteurs» seraient omniprésents , omnipotents et omniscients, à l'image de D..., et le sont encore aujourd'hui si tant est que les OVNI existent bien.

 

Nos représentants gouvernementaux mondiaux eux-mêmes sont dépassés et n’aspirent même pas à reconnaître cet inconnu, le pouvoir leur autorisant la luxure.

 

Serions nouis sous l'emprise des «Dieux»?

 

Nos «Maîtres» les extraterrestres, comme l’exprimait en ces termes feu Jimmy GUIEU.

En cette période de troubles mondiaux, les phénomènes de synchronicité se multiplient, troublant notre conscience, déstabilisant certains d'entre nous, les obligeant a se remettre sans cesse en question.

 

Internet et son réseau social nous perd dans son labyrinthe.

 

Trier le bon grain de l'ivraie devient compliqué.

 

Cependant, cette redoutable «synchronicité» galopante va tout de même nous amener à nous poser de plus en plus de questions.

 

-Passer de l'exotérisme* a l'ésotérisme

-Du Macrocosme au Microcosme.

-De l’infiniment grand, a l'infiniment petit.

 

«C'est du fond des puits immenses que le jour on voit les étoiles; c'est dans le profond des âmes que, pendant le tumulte de la vie, on entend la voix de Dieu.

Grain de mil (1854), de Henri Frédéric Am»

 

Cela devrait nous conduire a ouvrir notre cœur,

 

- a passer sur une autre «fréquence»?

 

- a développer ou acquérir des dons,

 

- a changer littéralement d’attitude.

 

Esotérisme : élément d'une doctrine occulte qui peut être dispensé aux non initiés, enseigné publiquement.

Anton.ésotérisme.

L'ésotérisme et l’exotérisme chez Platon, s'il y en eut, se réduisirent a la forme, c’est-à-dire à une manière plus ou moins savante ou populaire de traiter les mêmes sujets et d'exposer les mêmes idées.

 

ABDUCTIONS ET IMPLANTS

 

Ce sujet peut «blesser» voir même nuire à toute personne supposée implantée ou abductée.

 

Ce phénomène est récent et récurrent !

 

Pourquoi ?

 

-Récent de par le fait que nos échanges multiculturels nous l’autorisent, mais aussi nos sciences.

-Récurrent parce que très proche des phénomènes dits «paranormaux» modernes ou ancestraux, des malédictions et autres maux attribués aux «démons» et sorcières, pouvant nous autoriser à considérer nos témoins comme envoûtés , possédés... ou délirants..

 

 

Exerçant dans mon cabinet de «para psychologue» dans les années 90, sous couvert de «l' observatoire de parapsychologie», Association Nationale LOI 1901, j'ai pu assister a des scènes difficiles a expliquer sur le plan

scientifique, pour ainsi dire inexplicables, pouvant notamment être attribuées au «mysticisme».

 

Pourtant, des effets physiques spontanés se sont produits manifestement, sans aucune explication rationnelle.

 

Autant sur mes patients que sur moi-même.

 

A chaque fois que j'ai pu examiner un «patient» , présumé implanté, ou abducté, il existait en eux des faits, des «empreintes» physiques et psychologiques, des événements reliés de «cause a effet».

 

Pratiquement tous avaient déjà vécus dans leur enfance ou à des étapes intermédiaires, des observations d'ovni plus ou moins rapprochées !

 

Tous ont ensuite subitement changé d'attitude, de caractère, devenant plus emphatique, se découvrant des dons, faisant l'impasse sur le matérialisme.

 

 

 

Aucun de ceux que j'ai pu approcher ou enquêter n'ont pour rien au monde voulu retrouver leur ancien emploi, et aucun de celles ou de ceux oui ont été témoins d’un OVNI n'ont eu peur !

 

Cependant, nous ne pouvons pas dire qu'il n'existe pas des personnes victimes de problèmes de santé physique ou mentale, (notre cerveau n'étant pas dispensé de se voir investi par

des « forces », des «entités»,cas d'exorcismes pratiqués encore de nos jours par certains prêtres ), ou tout simplement atteintes de maladies mentales paranoïa, schizophrénie, symptômes oui de nos jours ne sont toujours pas compris ni maîtrisés.

 

Ce nombreuses personnes sont malheureusement considérées atteintes de «délires» alors au'elles sont saines de corps et d'esprit !

 

 

CONCLUSION

 

Le moyen-âge est maintenant derrière nous.

 

Dans le domaine de la recherche UFOLOGIQUE, nous sommes tous des chercheurs de vérité.

 

Et nous nous bornons toujours à vouloir sans cesse ne rapporter que des preuves matérielles ?

 

Malheureusement, comme nous venons de le voir,

"L‘ UFOLOGIE TÔLES ET BOULONS » n'a plus lieu d' être !"

 

Restons raisonnables. 

 

- L'affaire de la centrale nucléaire de GOLFECH, à laquelle j'ai très largement contribué avec d’autres intervenants, sur le forum http:// www.forum-ovni-ufologie.com/, nous aura conduit à devoir reconsidérer nos positions officielles.

 

Ainsi que cette ancienne affaire du plateau d Albion, démantelé a cause du survol d'ovnis (désactivation répétée des têtes nucléaires), enquête a laquelle j’ai aussi participé de l'époque de l’IMSA. (Institut Mondial des Sciences Avances).

 

-L'affaire des drones survolant nos sites et centrales nucléaires peut aussi être considérée comme étant un avertissement, une mise en garde. (Idem pour les USA, victimes du même phénomène).

 

Considérons ces apparitions d'OVNI comme une nouvelle mise à niveau, une nouvelle façon de se montrer a nous, dans ce nouveau paradigme du XXI siècle...

 

L'être humain a une «conscience».

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ».

François Rabelais

 

Ouvrons notre cœur, car il nous reste le chemin de l'Espérance.

 

Les empreintes laissées par nos «cousins» les E.T, que nous pouvons aussi retrouver dans les «écritures», ne sont pas là pour nous autoriser à continuer de détruire notre monde.

 

«...Le 21°siècle sera celui de la mondialisation, se sentir bien à l'échelle de la planète...»

 

On pensait s’en être débarrassés, mais c'est raté... !

 

Serje PERRONNET

 

 

Serje PERRONNET est Ufologue de terrain, témoin d’ovni, et il  devient mécanicien de l’Armée de l’Air.

 

En 1966, il rejoint la Compagnie IBM France, où il fera carrière.

 

Administrateur de l’IMSA, (Institut Mondial des Sciences Avancées), il enquête dès les années 60 aux côtés d’ufologues de la première heure tels que Gimmy GUIEU, Guy TARRADE, Roger LUC-MARIE ou Alain LEKERN.

 

Membre permanent, conseiller et fondateur de la Fédération AIRPLANE, (Alliance Internationale de Renseignements sur les Phénomènes Lexis Aéronautiques non Elucidés) 

Serje PERRONNET fut associé au groupe d’étude des OVNI du CNES en tant que correspondant local.

 

Il continue ses enquêtes à titre privé, notamment sur la vague d’OVNI du 5 novembre 1990, et les récits de rencontres rapprochées du III° type.

 

0 commentaires

dim.

21

oct.

2018

UN SOUS-OFFICIER DE L'USF QUI A PRÉTENDU AVOIR VU DES PHOTOGRAPHIES D'UNE BASE ÉTRANGÈRE SUR LE "CÔTÉ OBSCUR" DE LA LUNE EST DÉCÉDÉ DES SUITES D'UN ACCIDENT !

 

À l'âge de 74 ans, l'ancien sergent de l'US Air Force, Karl Wolfe, qui est décédé la semaine dernière au nord de New York, est décédé mystérieusement lorsqu'il a été heurté par un camion alors qu'il roulait à bicyclette.

 

Il était sergent à la retraite de l'armée de l'air et est devenu plus tard un consultant en matière d'autoassistance.

 

Karl Wolfe a toujours affirmé avoir vu des photographies top secrètes de la Lune dans les années 60, prises par le Lunar Orbiter, dans lesquelles on pouvait observer une grande base d’origine extraterrestre du côté obscur de la Lune, a déclaré Wolfe.

 

Karl Wolfe, ancien sergent de l'US Air Force, décédé des suites d'un mystérieux accident au nord de New York.

 

La police a déclaré qu'il n'y avait pas eu de meurtre.

 

Le tabloïd britannique Daily Mail a annoncé la disparition de l'ancien sergent de l'armée de l'air Wolfe. Le journal anglais écrit que le sous-officier a prétendu avoir vu des photos très secrètes d'une base étrangère située de l'autre côté de la lune, mais malheureusement, Karl est décédé mystérieusement dans un accident de vélo.

 

Karl R. Wolfe a été tué dans l'accident du 10 octobre 2018 à Lansing, dans l'État de New York, après avoir été heurté par derrière par une semi-remorque se déplaçant vers le sud sur North Triphammer Road, près de Sharon Drive.

 

Il avait 74 ans. Wolfe a été transporté au centre médical de Cayuga, où il est décédé des suites de blessures subies lors de l'accident.

 

Des antennes similaires à ces structures paraboliques et hautes auraient été photographiées du côté obscur de la lune.

 

Bien que l’incident fasse l’objet d’une enquête policière, aucune accusation n’a été retenue et le bureau du shérif du comté de Tompkins n’a pas dévoilé le nom de la semi-remorque, a rapporté le journal local Ithaca Journal.

 

En 2001, Wolfe est devenu célèbre lorsqu'il  a affirmé avoir vu des preuves photographiques d'une structure extraterrestre située de l'autre côté de la lune.

 

Dans une interview vidéo, Wolfe a déclaré qu'il avait un travail très secret au milieu des années 1960 et qu'il travaillait pour le Commandement aérien tactique à la base aérienne de Langley en Virginie.

 

Karl Wolfe aurait vu des photographies de la NASA en mosaïque représentant une base extraterrestre avec de hautes structures, de mystérieuses antennes de type radar et d'autres très grands bâtiments du côté obscur de la Lune.

 

Wolfe a déclaré que son travail consistait à travailler comme technicien en électronique dans des laboratoires de surveillance photographique. Il a passé la majeure partie de son temps à travailler sur des machines qui traitent des images de surveillance au Vietnam.

 

Un jour, Wolfe se souvint que son superviseur lui avait dit de se présenter dans un établissement de la NSA pour résoudre un problème avec l'équipement utilisé pour traiter les images de la première mission lunaire Orbiter.

 

Wolfe a déclaré être entré dans l'installation secrète de la NSA, décrivant l'immeuble comme un grand hangar dans lequel se trouvaient de nombreux étrangers en civil, accompagnés d'artistes, ce qui est incroyable pour les militaires. L'ancien sergent s'est souvenu d'avoir été seul dans une pièce sombre avec un autre sous-officier, mais de deuxième classe, et cela lui avait dit : "À propos, nous avons découvert une base sur la partie cachée de la lune."

 

J'ai dit : 'A qui ? Que voulez-vous dire ? ", Rappelez-vous Wolfe. Il a dit qu'il était fasciné par la déclaration mais craignait que quelqu'un puisse écouter leur conversation.

 

Ainsi, dit Wolfe, l'avionneur lui a montré une mosaïque photographique assemblée à plusieurs pas de l'orbite lunaire.

 

"Il a sorti une de ces mosaïques et a montré cette base avec des formes géométriques : il y avait des tours, il y avait des bâtiments sphériques, il y avait de très hautes tours et des objets qui ressemblaient à des antennes radar, mais c'était de très grandes structures", a dit Wolfe 

 

"Tous les jours, quand je rentrais chez moi, je pensais :" J'ai hâte d'en entendre parler ", a déclaré Wolfe.

 

Après avoir servi dans l'armée de l'air, Wolfe a étudié à l'Université de Buffalo avec une double spécialisation en anthropologie sociale et culturelle et en génie électronique.

 

 

Wolfe a continué à travailler comme consultant en auto-assistance et ne s'est jamais marié et n'a pas eu d'enfants.

 

0 commentaires

ven.

19

oct.

2018

Un extraterrestre capturé il y a 69 ans par l’armée de terre américaine serait toujours prisonnier - Octobre 2018

 

 

D'après Scott C. Waring :

 

Que se passe-t-il quand une véritable vidéo a fuité du secteur privé et est restée dans l’ombre pendant des années, mais qu’un grand nombre de fakes sont mis en ligne sur Youtube pour gagner de l' l’argent avec la pub de Google AdSense… est-ce qu’il faut continuer à ignorer les vraies vidéos et les étiqueter en tant que Fake pour avoir la conscience tranquille ?

Oh, certainement pas !

 

Ce sont de vraies images originales d’il y a plusieurs années.

 

Cette vidéo a été mise en ligne il y a plus de 9 ans, à une époque où j’étais numéro 5 dans le top 10 des listes de Taiwan sur Youtube, à l’époque où les fakes n’étaient pas à la mode, trois ans avant l’existence de PewDiePie sur Youtube, une époque où les gens ne mettaient pas de fakes pour faire du cash… du moins pas encore.

 

Il s’agit d’images réelles d’un extraterrestre, probablement le petit gris qui s’est crashé à Roswell, au Nouveau-Mexique, où tous les extraterrestres sauf un ont été tués.

 

Le dernier s’est recroquevillé, blessé, effrayé et a été retrouvé par des soldats de l’armée américaine.

 

Bien sûr, c’était en 1947, mais les Gris vivent éternellement s’ils sont dans leur propre environnement.

 

On dirait que c’est le même que celui de l’incident.

 

Il attend patiemment que son heure arrive, il attend… parce que le temps pour lui est minuscule par rapport au temps pour nous.

 

Il peut avoir des milliers ou des millions d’années, alors qu’est-ce que quelques décennies en tant que prisonnier de l’armée américaine jusqu’à ce qu’il trouve un moyen de s’échapper.

 

Oh, au fait, les laboratoires de Los Alamos ont prélevé des échantillons d’ADN et cloné toute une troupe de ces petits gris pour qu’ils travaillent pour l’armée dans une base souterraine à 5 km sous les laboratoires de Los Alamos.

 

Il est temps de rappeler la vérité, regardez la vidéo ci-dessous.

 

Commentaire : tout cela est bien osé de la part de Scott car il est impossible de savoir s'il ne s'agit pas d'un montage, non pas vidéo,  mais en utilisant une sorte de marionnette..

0 commentaires

ven.

19

oct.

2018

Comment parler aux aliens, "le jour du premier contact"?

Interview du chercheur Frédéric Landragin, spécialiste en linguistique et en traitement automatique des langues.

 

Et si des extraterrestres débarquaient, demain, sur Terre ?

 

Ou si des explorateurs les rencontraient lors d'un voyage interstellaire ?

 

La première difficulté serait probablement de savoir comment communiquer avec eux : comment les comprendre, comment se faire comprendre ?

 

Le langage sera sans aucun doute d'une importance cruciale.  

 

Inspiré par de nombreux ouvrages et films de science-fiction, de Babel 17 à Premier Contact, en passant par L'Enchâssement ou Les langages de Pao, Frédéric Landragin, directeur de recherche au CNRS, spécialiste en linguistique et traitement automatique des langues, explore ces questions en faisant dialoguer science-fiction et linguistique dans son livre Comment parler à un alien ?

 

Langage et linguistique dans la science-fiction (Ed. Belial), à paraître jeudi 18 octobre.

 

Le scientifique détaille les bases des langages, la nature des langues et modalités du premier contact et aborde aussi un concept plus philosophique : apprendre à parler à un extraterrestre, c'est apprendre à parler à l'autre, donc savoir se parler à soi-même. 

 

 

L'EXPRESS. Qui a le mieux imaginé le premier contact ? 

 

Frédéric Landragin :

 

La première oeuvre cinématographique qui m'a marqué, c'est Rencontres du troisième type de Steven Spielberg.

 

C'était la première fois, au cinéma, que les extraterrestres n'étaient pas simplistes, ne parlaient pas l'anglais et n'utilisaient pas de traducteur automatique universel.

Il fallait apprendre à communiquer avec eux.

Si le film ne pousse pas le concept jusqu'au bout et se contente des fameuses cinq notes de musique, il montre que le problème est sérieux et qu'une équipe de scientifiques doit le résoudre.

 

Plus récemment, Premier Contact, de Denis Villeneuve, est le premier film qui aborde vraiment la question de la linguistique et reflète ce que font les scientifiques de terrain. 

 

 

La littérature est beaucoup plus fouillée, il est plus difficile de se prononcer.

Peut-être que les meilleures histoires sont celles où le contact est finalement impossible ?

Comme dans Solaris de Stanislas Lem, par exemple, où les scientifiques tentent d'entrer en contact avec un océan vivant, sans succès, ou dans La voix du maître, du même auteur, où les chercheurs sont dans l'incapacité de décrypter un message venant de l'espace. 

 

Quelle est la langue inventée la plus crédible ? 

 

La plupart du temps, les langues extraterrestres imaginées par des auteurs sont une suite de mots nouveaux intégrés dans une syntaxe déjà connue, comme celle du français ou de l'anglais.

 

Cela a le mérite de très bien passer à l'écran, mais pour un linguiste, cela semble trop facile. 

 

A l'autre extrémité, il y a le travail de J.R.R Tolkien, l'auteur du Seigneur des Anneaux.

Il a inventé une dizaine de langues très solides [en particulier le quenya et le sindarin, deux langues elfiques, NDLR].

Il est allé bien au-delà de l'invention de suites de mots en élaborant des dictionnaires pour ces langues par exemple.

 

Il faut dire qu'il a été lexicographe dans l'équipe du Oxford English Dictionary pour lequel il a notamment rédigé les définitions des mots commençant par W. Il possédait une vaste connaissance de la langue écrite, la terminologie, la synonymie, l'ambiguïté des mots, etc. 

 

 

Le klingon [la langue d'une espèce de l'univers Star Trek] est un autre exemple intéressant, même s'il n'est pas du même niveau que les langues de Tolkien.  

 

L'humanité a-t-elle prévu un protocole "premier contact" ? 

 

Je ne sais pas si les États ont prévu quoi que ce soit.

 

Ce que je sais, c'est que je ne connais aucun collègue linguiste à qui on a demandé de préparer quelque chose.

 

Des réflexions ont été engagées au sein du programme SETI - qui vise à détecter la présence de civilisations extraterrestres avancées dans d'autres systèmes solaires -, mais cela concerne la communication à distance.

Si la communication s'effectue face à face, les réponses se trouvent dans la linguistique de terrain. 

 

Dans ce cas, il n'y a pas de document décrivant des "étapes magiques".

 

Il existe néanmoins un cadre de travail : quand des linguistes découvrent un peuple dont le langage est totalement inconnu, ils commencent par vivre avec ses membres, observer leur comportement, les écouter, et apprendre leur culture.

 

Aujourd'hui, ils utilisent généralement un enregistreur pour détecter les variations parfois subtiles de la langue et retranscrivent les sons grâce à un alphabet adapté, à l'image de l'Alphabet Phonétique International.

 

Surtout, ils décrivent le cadre dans lequel les phrases sont prononcées : si elles sont accompagnées d'un geste des mains ou des yeux ou l'utilisation d'un outil. 

 

Quels seraient les principaux obstacles empêchant la communication entre l'humanité et des extraterrestres ? 

 

Les auteurs de science-fiction ont à peu près tout imaginé : des extraterrestres communiquant avec des motifs, des couleurs, des peintures, des tapotements, des vibrations voire même par des odeurs, ou des champs magnétiques, ces deux derniers modes étant particulièrement compliqués.

 

Le jour du premier contact, les scientifiques installeront probablement toutes sortes de détecteurs : de vibrations et d'ondes dans toutes les gammes de fréquences imaginables, olfactifs, de mouvements hyper sensibles, etc.  

 

Découvrir le type de médium utilisé pour communiquer ne devrait pas être le plus dur.

Ensuite, il s'agira de décrypter le contenu.

Pas facile quand on part de rien, que l'on n'a pas de dictionnaire, de corpus ou de référence.

 

Échanger un premier mot qui a du sens peut déjà se révéler complexe, mais prononcer une phrase complète, requiert de connaître la culture et les coutumes du nouveau peuple. 

 

 

Vous écrivez qu'il est important de maîtriser le langage pour mieux communiquer entre nous et avec d'autres. Une promotion pour la linguistique ? 

 

Oui, car je pense qu'on ne met pas suffisamment en avant les langues et leurs complexités dans le monde actuel.

 

Par exemple, lorsque l'on parle de sciences à la télévision, ce sont toujours les sciences dures : chimie, mathématiques, physique.

On évoque trop rarement les sciences humaines comme la linguistique, qui sont pourtant très importantes.  

 

C'est pareil pour la science-fiction, les romans donnés aux jeunes sont souvent sur les robots, l'exploration spatiale, beaucoup moins sur les langues.

 

Pourtant, il existe des tas de livres de SF qui sont très importants du point de vue linguistique.

La sortie de 'l'ovni' Premier Contact au cinéma m'a motivé à écrire ce livre.

 

Je me suis dit : "Ah ! Enfin un film d'extraterrestres dans lequel on parle de langage", ce qui est tout même plus intéressant que les films de guerre type Independance Day, à la fois désespérément vide et remplis de clichés éculés. 

 

 

L'apprentissage de la langue d'une civilisation extraterrestre pourrait-il nous transformer ? 

 

Je pense que c'est plutôt par l'apprentissage de leur culture ou de leurs technologies que s'opéreront des changements.

 

On sait aujourd'hui que l'hypothèse Sapir-Whorf [qui soutient que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage] est fausse.

 

J'explique pourquoi dans mon livre, mais pour résumer, Sapir et son élève Whorf ont eu cette idée en étudiant les langues amérindiennes. Whorf, qui n'était pas linguiste mais ingénieur, a ensuite poussé le concept de manière peu scientifique. 

 

Quand nous apprenons une langue, nous apprenons de nouvelles choses sur l'autre.

 

C'est donc un super outil pour comprendre la diversité et j'encourage à le faire, mais cela ne "recâble" pas notre cerveau.

 

Cela ne va pas nous permettre d'avoir des visions du futur comme dans Premier Contact.

 

En ce sens le film dérive dans la fiction, ce qui n'est pas grave puisque c'est le propre de la SF d'être un laboratoire où l'on peut aller au bout de tout, même d'une hypothèse incroyable. 

 

0 commentaires

jeu.

18

oct.

2018

Bob Lazar : Un homme qui prétend avoir travaillé sur des engins extraterrestres

 

Un homme qui prétend avoir travaillé sur la rétroconception d’un engin extraterrestre à l’intérieur de la Zone 51 a décidé de rompre le silence après plus de 30 ans.

 

Bob Lazar a provoqué une certaine hystérie sur la vie des extraterrestres en 1989, quand, avec l'aide du journaliste George Knapp, il a diffusé son histoire au monde entier.

 

Ce fournisseur d’équipements scientifiques s’est chargé de porter le site d’essais secret de la Zone 51 à l’attention du monde entier.

 

Bob a expliqué comment il travaillait sur un site connu sous le nom de S-4 - qui, affirme-t-il, est une installation auxiliaire du site secret.

 

Mais après la diffusion de son incroyable histoire, Bob est resté silencieux, jusqu'à maintenant.

 

Au cours des dernières années, il a laissé le réalisateur d'investigation Jeremy Corbell entrer chez lui et dans sa vie, afin de raconter toute l'histoire dans un documentaire.

 

Et Jeremy, qui dirige le site Web Extraordinary Beliefs, a déclaré au Daily Star Online en exclusivité : « C'est la plus grande histoire sur les OVNIS de tous les temps. »

 

« Ce sera la première fois qu'il donnera son histoire complète. »

 

« Il a fait d’incroyables révélations, choqué le monde entier, puis est resté relativement silencieux, jusqu'à maintenant. »

 

« Au fil des ans, George Knapp l’a fait parler pendant de longues minutes pour rappeler son histoire aux gens du monde entier. Mais c'était difficile à faire. Bob n'a jamais aimé être exposé aux yeux du public. »

 

« Dans ce documentaire, Bob a pleinement ouvert sa vie. Il parle franchement. Il n’avait encore jamais rien fait de tel. »

 

Le réalisateur de 41 ans a admis que le documentaire pourrait sérieusement agacer des membres du gouvernement américain.

 

Il a ajouté : « Si Bob Lazar dit la vérité, les implications sont énormes. »

 

« Il nous dit qu'il a étudié un système de propulsion extraterrestre pour l'armée américaine - des engins spatiaux extraterrestres. Et que le gouvernement nous a caché ce secret. »

 

Bob Lazar: Area 51 & Flying Saucers sortira le 3 décembre 2018 sur iTunes et Vimeo.

 

Jeremy a révélé qu'il était impatient de voir comment les gens vont réagir.

 

Il a précisé : « 30 ans se sont écoulés depuis que Bob Lazar a révélé son histoire au monde. »

 

« C’est incroyable ce que l’on peut apprendre à travers l’objectif du temps. »

 

« Vous aurez plus d'images et de témoignagesde la part de Bob Lazar que ces trois dernières décennies combinées. »

 

« Bob Lazar est le Elvis de l'ufologie - les gens deviennent fous de lui. Pourtant - c'est un messie des OVNI réticent. Il n'aime pas attirer l'attention. »

 

« En fin de compte, c'est aux individus de choisir s'ils croient ou non en lui. Mais ce film vous donnera tellement d'informations que vous pourrez faire ce choix. »

 

Bob avait déjà reçu des critiques à propos de son histoire, après que des trous de mémoire lui soient apparus.

 

Il prétend être diplômé du Massachusetts Institute of Technology et du California Institute of Technology.

 

Mais des enquêtes menées sur ses antécédents n’ont pas permis de découvrir de preuves pouvant déterminer qu’il ait jamais fréquenté l’une ou l’autre de ces institutions.

 

Mais Jeremy refuse d’écarter la possibilité que son histoire soit véridique.

 

Il a expliqué : « Mon film vous donnera une compréhension du vrai Bob Lazar, ce qui rendra plus difficile le rejet de ses revendications. »

 

« Et tout ne fait pas le film, certains témoins ne veulent pas aller devant la caméra. »

 

« Plus vous rencontrez Bob Lazar, plus vous devez faire face à la possibilité inconfortable que ce qu'il vous dit est la vérité. »

 

« Vous prendrez connaissance des preuves, vous regarderez mon film et vous déciderez par vous-même. »

0 commentaires

mer.

17

oct.

2018

Un scientifique confirme les documents divulgués par Corey Goode sur des technologies avancées !

Moteur de distorsion spatio-temporelle

 

Dans cette vidéo :  Le Dr Davis, un scientifique de premier plan, reconnu dans le monde entier, a confirmé l'authenticité de documents confidentiels de la DIA qui ont été divulgués par Corey Goode sur des technologies secrètes avancées..

 

mots clés : SSP LEAK

0 commentaires

mer.

17

oct.

2018

On nous cache quelque chose dans le désert du Nevada - Octobre 2018

 

Une personne de Battle Mountain, au Nevada, cherchait des artefacts dans cette zone terrienne après avoir lu une vieille histoire qui relatait un accident d'avion, lorsqu'il a repéré une  forme triangulaire très inhabituelle dans le contexte environnemental du  désert du Nevada.

 

Ci-dessous le rapport de déclaration qu'il a soumise à l'affaire Mufon 95617.

 

Je croyais qu'il s'agissait d'un ranch à bétail, mais à y regarder de plus près, j'ai cru qu'il s'agissait peut-être d'un "tourist fake".

 

Après un mois de recherches, il fallait se rendre à l'évidence que cela n'en n'était pas un et j'ai commencé à être anxieux.

 

Le seul Américain que j'ai contacté était Kristen Desilva (il fait probablement référence à Desilva qui travaille comme producteur de contenu chez Fox5-Vegas).

Elle a ensuite suggéré George Knapp.

 

Il n'a jamais répondu et le lendemain, Desilva m'a bloqué.

 

Nous pouvons observer une système de drainage d'eau clairement visible au milieu du paysage.

L'eau s'écoule autour et à travers. Le terrain ressemble à celui d'un fond de llac et le manque de végétation peut s'expliquer par la forte concentration en sel à cet endroit.

 

 

La ligne électrique triphasée qui amène l'électricité  jusqu'au site semble  beaucoup trop puissante pour un mini ranch, sans parler du coût d'installation élevé.

 

L'objet est visible sur la première carte de Google map que nous avons observé lors de notre une étude géologique.

 

 

 

 

Cela évoque deux grandes unités de CVC reposant sur un bâtiment.

Le volume de traitement d'air parait trop important pour un si petit bâtiment.

Il y a même une flaque d'eau circulaire parfaite visible sur le dessus. Il ne devrait pas y avoir de dépression circulaire parfaite.

 

Tout indique que c'est le lieu de l'écrasement de l'ELY.

 

Je crois que mes communications sont bloquées.

 

Il faut considérer que  la zone 51 est très éloignée, comme si on voulait empêcher des recherches sur une zone plus grande.

 

Le manque de sécurité ici permet de ne pas attirer l'attention, ou peut-être que c'est juste un grand triangle équilatéral bizarre formé dans le sable, mais il n'a pas de clôture de sécurité autour de lui ; et qui peut construire une formation triangulaire de 1069 mètres, avant qu'elle ne  puisse être visible en altitude !

 

Toutes les tentatives de transmission ont échoué.

 

Coordonnées du triangle : 40°20'41 "N 117°20'48 "W

 

 

 

L'observation de ELY (le "crash Ovni Roswell" du Nevada près de ELY)

 

Tout indique que c'est le lieu du crash de l'ELY.

 

Il y a près de 60 ans, un OVNI s'est écrasé près de ELY.

 

Vous trouverez une date de l'évènement  : 14 août 1952 et 16 corps retrouvés.

 

Le microfilm sur l'Ely Times  mentionne le mois d'août 1952 dans trois bibliothèques différentes, mais la date du 15 août est manquante.

 

La distance entre ELY et le lieu supposé de l'accident n'est que de 250 km.

 

En regardant l'immense triangle, on a effectivement l'impression qu'il s'agit d'une vieille empreinte laissée par l'impact de cet immense  l'OVNI qui s'est réellement écrasé.

 

Le fait de n'avoir  reçu aucune réponse de George Knap et que Kristen Desilva ait bloqué son compte,  est forcement très suspect , car ils ne veulent certainement pas être impliqués dans une affaire de dissimulation !

 

Se pourrait-il que l'homme ait trouvé le lieu de l'accident ?

 

 

0 commentaires

mer.

17

oct.

2018

Les premières pages en accès libre du livre "Contacts Cosmiques" - le nouveau Bourret-Petit !

Transmis par le MUFON FRANCE :

 

 

"Vous le savez, le nouveau Bourret-Petit, Contacts Cosmiques est disponible. L’éditeur nous fait un petit cadeau, les premières pages en accès libre (et légal…) pour que chacun puisse se faire sa propre idée.

 

Personnellement, j’adore !

 

Lien vers le communiqué de Presse de l’éditeur Guy Tredaniel 

 

http://www.jp-petit.org/nouv_f/Contacts%20cosmiques%20communiqu%C3%A9%20presse.pdf

 

Premières pages du livre en accès libre (et légal…) :

 

http://www.editions-tredaniel.com/contacts-cosmiques-p-7832.html

 

Commentaire : nous attendons avec impatience ce dernier

Opus !

0 commentaires

mar.

16

oct.

2018

MUFON FRANCE : Point sur les Observations du Chili 07/05/2018 – Article de Franck Depaillat

 

Dans une interview sur RCN Radio, César Garrido, directeur du Centre d’études et de recherches sur les phénomènes anormaux du Chili (CEIFAC), a évoqué l’observation par six pilotes d’avions de ligne commerciaux de multiples lumières en mouvement à proximité de la ville de Antofagasta au Chili.

 

Ce sont, cinq pilotes de la compagnie aérienne LAN Chile et un de la Copa, qui ont déclaré avoir été témoins de ces événements anormaux (Cefaa : http://www.cefaa.gob.cl/).

 

Le groupe a publié sur YouTube (https://youtu.be/-l0BkZ9cBlc)

un enregistrement audio relatant la profonde et inquiétante impression que certains des pilotes ont vécus lorsqu’ils ont traversé le ciel de la ville d’Antofagasta, le 7 mai 2018, à 1 364 kilomètres au nord de Santiago, publie le journal La Estralla.

 

« Un des avions de LAN Chile a effectivement vu des lumières (…) puis le pilote de ligne a donné plus de détails sur cette observation, a même pris des photos des OVNIS. Les autres compagnies aériennes ont vu ces lumières (…) à plusieurs reprises ils ont vu des lumières … une… deux…,jusqu’à quatre, précise César Garrido.

 

En outre, Garrido a expliqué que selon les pilotes, ceux-ci ont précisé que les lumières avaient un mouvement intelligent

“un mouvement coordonné qui dans le cas présent a constitué une figure triangulaire." 

 

" Je ne pense pas que ce soit une sorte de barrière ou quelque chose de défensif, mais un système qui indiquait qu’il souhaitait entrer en communication avec l’avion, cela a duré d’une demi-heure à 45 minutes, les lumières ont formé ce triangle impossible à cet endroit ”,

a- expliqué César Garrido.

 

Minutes de l’évènement au travers des communications des pilotes :

 

Un pilote du vol COPA 174 commence à raconter avec insistance « qu’à la hauteur du poste de Livor (un poste de contrôle situé dans le ciel, à environ 380 kilomètres de la côte d’Antofagasta), trois lumières apparaissent ».

" Nous n’avons pas de trafic signalé et nous ne savons pas ce que c’est" , avertit-il presque immédiatement :

« Une lumière a disparu », a-t-il déclaré ».

 

Presque au même moment, la voix d’un pilote de Lan 639 entre en contact avec la tour de contrôle de Santiago (ATC – Air trafic Control). "Position basse, apparemment en mer" , dit-il en essayant d’identifier ce qui se trouve là-bas.

 

À son tour, le pilote du Lan 2473 répond qu’il y a une lumière.

 

Une autre voix qui est entendue avec insistance et qui vient du Lan 79, précise qu’elle observe également la lumière.

 

"Au niveau de la mer, une très petite lumière apparaît et

disparaît ", ajoute-t-il.

 

Le pilote de la COPA 174 intervient à nouveau pour indiquer que trois lumières sont visibles à gauche de sa position.

 

“Les lumières se déplacent et elles augmentent d’intensité et diminuent aussi, en fait nous allons virer à droite car elles semblent se rapprocher ", prévient-il.

 

Un pilote d’un autre vol commercial, le 501, confirme qu’il observe lui aussi la lumière, ce qui engage à nouveau une communication des pilotes de la LAN chile.

 

 Cavila, pilote de la Copa: 

" Quel phénomène étrange, nous avons maintenant trois feux en forme de triangle."

 

 Source archive : CEIFAC

 

 "Le Lan 577 a identifié les lumières à environ 60 milles de Livor" ,dit l’un des pilotes  .

 

« Cela pourrait être à environ 2 000 pieds en dessous et à environ 20 ou 30 milles de distance », dit l’un d’d’entre eux.

 

Au total, six pilotes ont signalé l’étrange mouvement des lumières et, selon une voix qui correspondrait à l’un des aiguilleurs du ciel du centre de contrôle océanique de Santiago, qui, lors d’une communication avec le commandement des opérations aériennes, aurait dit qu’un des avions avait même dévié d’environ 30 miles, pour des raisons de sécurité

 

Note du Mufon France : L’ATC de Santiago n’a pas confirmé de trace radar pour cet événement, les investigations sont toujours en cours.

 

Jusqu’à présent, le Cefaa de la Direction générale de l’aéronautique civile (DGAC), n’a pas livré de rapport.

 

Le groupe de recherche ufologique du Chili (AION) ne s’est pas non plus manifesté.

 

Le Chili est considéré comme le cinquième pays au monde ayant le plus grand nombre d’observations d’OVNIS, après les États-Unis, le Pérou, le Brésil et la Russie.

 

Pour le Mufon France – Franck DEPAILLAT – Enquêteur.

0 commentaires

mar.

16

oct.

2018

The guardian : Le congrès continue de prêter attention aux OVNIS.

Les termes « OVNI » et « soucoupes volantes » sont tous deux à tort considérés comme des synonymes de « vaisseaux spatiaux extraterrestres ».

©Photographie: Jim West / Rex / Shutterstock

 

Article source : theguardian.com traduction  par le site

https://area51blog.wordpress.com

Le regain d’intérêt des États-Unis pourrait donner lieu à des auditions fascinantes, mais l’accent devrait être mis sur la qualité et pas seulement sur le nombre d’observations rapportées.

 

Nick Pope : 

 

« – Voici un nouvel article dans les médias sur l’intérêt que porte  actuellement le  Congrès américain aux OVNIS et la possibilité d’une audition formelle sur le sujet :

Le phénomène OVNI suscite un regain d’intérêt et il provient d’une source inattendue : le Congrès des États-Unis.

 

Le Comité des forces armées du Sénat étudie un incident survenu en 2004 au cours duquel des pilotes de la marine américaine volant avec le groupe de frappe USS Nimitz ont rencontré, poursuivi et filmé des objets non identifiés en mouvement rapide. Selon des sources fiables, au moins deux des pilotes de chasse impliqués ont déjà été interrogés et un opérateur radar a par la suite été invité à prendre contact.

 

En parallèle, le Comité des services armés de la Chambre s’y intéresse. Les archives d’avril montrent que le comité a reçu un briefing de la Defense Intelligence Agency (DIA) sur le projet OVNI du Pentagone, appelé AATIP. Nous savons si peu de choses sur AATIP qu’il existe même un différent quant à savoir si l’acronyme signifie Programme avancé d’identification de la menace aérospatiale ou Programme avancé d’identification de la menace aéronautique. L’existence même du projet a fait sensation, car jusqu’à ce que le New York Times dévoile son histoire en décembre 2017, le gouvernement américain a déclaré qu’il n’avait pas enquêté sur les ovnis depuis les années 1960, année durant  laquelle il avait été examiné dans une étude intitulée Project Blue Book .

 

Comme précisé récemment dans le Guardian , les données de deux organisations de recherche sur les ovnis civils montrent que le nombre d’observations rapportées a diminué ces dernières années. Cependant, il n’y a pas de point focal mondial unique pour les rapports (le ministère de la Défense a cessé d’enquêter sur les ovnis en 2009 ) et les statistiques ne raconteront jamais toute l’histoire.

 

Il serait préférable que le phénomène soit évalué et jugé non pas uniquement en chiffres, mais en mettant l’accent sur les cas dans lesquels nous disposons de preuves irréfutables : rapports soumis de manière indépendante par des pilotes effectuant différents vols ; observations visuelles corroborées par radar ; des photos et des vidéos considérées comme véritablement intrigantes par les analystes d’images de la communauté du renseignement. Indépendamment de la méthodologie que nous utilisons pour évaluer le phénomène, comment pouvons-nous le faire de manière impartiale alors que le sujet a tant de bagage de la culture pop ?

 

Une première étape dans le recadrage du débat pourrait être de changer le langage. Le terme «OVNI» est devenu aussi obsolète et chargé de bagages que la «soucoupe volante», aujourd’hui largement disparue. Les deux sont largement, mais à tort, considérés comme étant synonymes de «vaisseau spatial extraterrestre», alors que toute expression devrait évidemment signifier quelque chose dans le ciel que l’observateur ne peut pas identifier. Lorsque la question « Croyez-vous aux OVNIS ? » Est interprétée à tort comme « pensez-vous que des extraterrestres nous visitent? », Alors nous avons clairement un problème.

 

Nous avons abordé cette question au sein du  ministère de la Défense au cours des  années 1990 en remplaçant «UFO» par «UAP» pour Phénomènes aériens non identifiés . Cela nous a permis d’obtenir un financement accru et de forcer quelques hauts fonctionnaires à prendre la question plus au sérieux, car ils pensaient que nous examinions un problème scientifique, et non un mystère de science-fiction.

 

Des années plus tard, en 2011, j’étais l’un des animateurs d’une réunion privée à Washington DC, présidée par l’ancien chef de cabinet de Bill Clinton, John Podesta, qui s’intéresse depuis longtemps à la question. Cela rappelait un épisode de The X-Files et il y avait même un ancien directeur de la CIA assis à l’arrière qui ne participait pas à la discussion, mais prenait des notes en silence. J’ai informé les participants de l’utilisation par le ministère de la Défense du terme «UAP» et le message a clairement pris tout son sens.

 

Au cours de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton, pour laquelle M. Podesta était le président, elle a parfois discuté des PAN et lors d’ une interview dans l’émission de Jimmy Kimmel, elle a corrigé l’hôte pour avoir utilisé le terme «OVNI».

 

Nous n’avons pas encore appris ce que Donald Trump pense des PAN, mais son enthousiasme pour une force spatiale a certainement créé quelques théories du complot.

 

En ce qui concerne les PAN, la vérité est bien plus étrange que la fiction.

Il s’avère que l’AATIP était en grande partie l’invention du chef de la majorité au Sénat de l’époque, Harry Reid, et qu’une grande partie du travail avait été confié à Bigelow Aerospace , dirigé par l’ancien magnat des hôtels économiques (et convaincu des visites extraterrestres), Robert Bigelow. Une lettre de 2009 de Harry Reid à propos de l’AATIP semble être de la science fiction par endroits.

 

À présent, certaines  personnes impliquées précédemment dans le projet – y compris le responsable de la DIA qui l’a dirigé, Luis Elizondo – ont rejoint une société à but non lucratif appelée Académie des arts et des sciences To The Stars , dirigée par Tom DeLonge, l’ancien chanteur / guitariste et fondateur du groupe pop punk Blink-182. Leur déclaration de mission parle de la création d’un consortium «pour explorer les sciences et technologies exotiques… qui peuvent changer le monde».

 

Si l’intérêt actuel du Congrès américain évolue vers des audiences formelles, soit spécifiquement sur l’AATIP, ou sur les PANs en général, j’espère qu’ils pourront surmonter les débats sur la terminologie et éviter de s’enliser dans les analyses statistiques. J’ai clairement indiqué ma volonté de témoigner, mon expérience avec le ministère de la Défense pouvant être pertinente.

 

Se concentrer sur la qualité des rapports et pas seulement sur la quantité devrait permettre une évaluation beaucoup plus significative du phénomène. Indépendamment du résultat, ces audiences pourraient s’avérer les plus fascinantes de l’histoire du Congrès.

 

• Nick Pope a travaillé pendant 21 ans au ministère de la Défense. De 1991 à 1994, il a été affecté à une division dans laquelle il avait notamment pour tâche d’enquêter sur les observations de PAN qui avaient pour but de déterminer si elles avaient un intérêt pour la défense.

 

Puisque vous êtes là…

… Nous avons un petit service à demander. Les gens lisent  plus que jamais le Guardian mais les revenus publicitaires dans les médias baissent rapidement. Et contrairement à de nombreuses agences de presse, nous n’avons pas mis de mur payant : nous voulons garder notre journalisme aussi ouvert que possible. Vous pouvez donc voir pourquoi nous avons besoin de demander votre aide.

 

Le Guardian est indépendant du point de vue éditorial, ce qui signifie que nous définissons notre propre agenda. Notre journalisme est exempt de tout préjugé commercial et n’est pas influencé par des propriétaires de milliardaires, des politiciens ou des actionnaires. Personne n’édite notre éditeur. Personne ne dirige notre opinion. Ceci est important car il nous permet de donner la parole aux sans-voix, de défier les puissants et de leur demander des comptes. C’est ce qui nous distingue des autres médias, à un moment où les reportages factuels et honnêtes sont essentiels.

 

Si tous ceux qui lisent nos reportages et qui les aiment nous aident à le soutenir, notre avenir sera beaucoup plus sûr. Pour seulement 1 €, vous pouvez soutenir le Guardian – et cela ne prend qu’une minute. Je vous remercie.

0 commentaires

lun.

15

oct.

2018

Un astronome Russe réputé reconnaît l'existence d'extraterrestres intelligents !

 

Depuis le début du XXe siècle, les scientifiques recherchent des signes d'origine extraterrestre grâce aux progrès de la technologie et des astronomes du monde entier se joignent à cette recherche depuis les années 1980.

 

Cependant, ils nous disent qu'ils n'ont pas encore trouvé de vie d'aucune sorte dans l'univers entier.

 

Indépendamment de ce que vous croyez, l’idée que nous pouvons être seuls dans l’univers soulève de sérieuses questions scientifiques et philosophiques.

 

Qu'est-ce que cela signifierait pour l'homme d'être la seule entité consciente de l'univers ?

 

Cette dernière question est très importante. Nous n'épuisons pas seulement nos ressources naturelles à un rythme insoutenable, mais, pour la première fois de l'histoire de l'humanité, nous avons atteint le stade technologique dans lequel nous avons l'avenir de notre espèce.

En quelques années, nous avons construit assez d'armes nucléaires pour exterminer à l'infini tous les êtres humains sur Terre et les avons mises à la disposition des dirigeants du monde. Chaque décennie nous a apporté de nouvelles technologies avec un potentiel croissant d’immenses destructions.

 

Et c'est peut-être la vraie raison pour laquelle nous n'avons pas trouvé de vie extraterrestre, parce qu'ils ne veulent rien savoir de nous.

Il est fort possible qu'ils nous aient suivis dans notre propre évolution et qu'ils nous considèrent comme une civilisation véritablement destructrice, craignant le moment où nous coloniserons d'autres planètes.

 

Et ce n'est pas une autre théorie sans fondements.

 

C’est ce que croit Dmitri Bisikalo, directeur de l’Institut d’astronomie de l’Académie des sciences de Russie (INASAN), qui a admis l’existence de nombreuses civilisations extraterrestres extérieures à notre système solaire, mais qui ne souhaite tout simplement pas nous contacter.

 

Un secret de polichinelle.

 

"J'admets l'existence de civilisations rationnelles extraterrestres ; notre civilisation existe, il en existe peut-être une autre et il y en a probablement beaucoup ",

a déclaré Bisikalo au service de presse internationale russe Sputnik.

 

Selon le directeur de l'INASAN, l'astronome et astrophysicien américain Frank Drake, a développé en 1960 une formule nous permettant de calculer le nombre de civilisations extraterrestres avec lesquelles nous pourrions entrer en contact.

 

"Selon la formule, il y en a beaucoup", a déclaré Bisikalo.

 

Bisikalo est convaincu que l’humanité n’a pas encore trouvé la preuve de l’existence d’extraterrestres, car les extraterrestres "ne veulent pas nous contacter".

 

Bien qu'il y ait une autre possibilité, c'est pour la courte période de la vie de la civilisation humaine.

 

"Par exemple, jusqu'au début du 20ème siècle, notre civilisation n'a rien rayonné", a expliqué l'astronome russe.

 

"Maintenant, la Terre est pleine de signaux électroniques à différents intervalles, mais la tendance générale est de réduire les pertes et, par conséquent, de diminuer le niveau du signal."

 

Le directeur de l'institut a ajouté que le raisonnement sur l'existence d'autres civilisations est devenu un projet pilote pratique après la découverte des exoplanètes.

 

Il a souligné que l'un des principaux objectifs est maintenant d'identifier et de rechercher d'éventuels biomarqueurs dans l'espace, preuves de l'existence de la vie.

 

Ces marqueurs biologiques sont l'oxygène, l'ozone, le méthane, mais leur présence dans l'exoplanète ne garantit pas l'existence d'une vie extraterrestre.

 

"Il est important de noter que de nombreux biomarqueurs apparaissent dans la région ultraviolette du spectre, qui sera étudiée par l'observatoire spatial Spektr-UF, qui sera mis en orbite en 2024. Probablement, avec votre aide, nous verrons quelque chose de vraiment intéressant",

a conclu Bisikalo.

 

La vie extraterrestre représente-t-elle un danger ?

 

Cela semble être un fait qu'il existe une vie extraterrestre quelque part dans l'univers. Maintenant, la question que nous nous posons est de savoir si nous devrions les contacter.

 

Avant sa mort en mars de cette année, Stephen Hawking a mis en garde à plusieurs reprises contre le danger que l’humanité rencontrera des civilisations appartenant à d’autres mondes.

 

Dans sa série documentaire de 2010 "L'univers de Stephen Hawking", il a suggéré que les civilisations extraterrestres suffisamment avancées pour visiter la Terre pourraient être hostiles.

 

"De tels extraterrestres avancés deviendraient peut-être des nomades cherchant à conquérir et à coloniser les planètes qu’ils pourraient atteindre", a déclaré Hawking.

 

"Qui sait quelles seraient les limites ?"

 

Et dans le documentaire de 2016 "My Favorite Places", Hawking a réitéré son point de vue: 

 

"Connaître une civilisation avancée pourrait être comme les Amérindiens quand ils ont rencontré Christopher Columbus. Cela n'a pas si bien fonctionné. "

 

Il y a de plus en plus de scientifiques qui ne doutent pas qu'il existe des civilisations extraterrestres intelligentes dans l'univers et qu'ils ont pris conscience de notre existence.

 

Mais il est également vrai que cela soulève de sérieuses questions quant à savoir si nous devrions les contacter ou si un jour, nous devrions agir sur notre planète. Les possibilités sont vraiment infinies. Peut-être qu'un jour nous saurons la réponse, pour le meilleur ou pour le pire.

 

Quelle est votre opinion sur l'existence de la vie extraterrestre ? Sommes-nous sur le point de connaître la réponse ?

 

0 commentaires

jeu.

11

oct.

2018

Documentaire choc KGB Projet ISIS Secret Tombe Extraterrestre

0 commentaires

mar.

09

oct.

2018

Un documentaire paranormal intitulé «Extraterrestres au Pentagone» dévoile une nouvelle bande-annonce - 0ctobre 2018

 

« Ce travail nous rapproche beaucoup d’une explication définitive du mystère des OVNIS, mais cette explication pourrait ne pas être celle que les gens espèrent, car le T dans AATIP signifie » menace « – et il y a une raison à cela. »

 

Nick Pope, a appartenu à un cercle très fermé réservé aux professionnels   concernant les dossiers relatifs aux ovnis.

 

Il est  connu comme  «Le vrai Fox Mulder» de la série X-Files, et il  fournit un aperçu choquant et révélateur des dernières fuites de la CIA concernant la présence extraterrestre sur Terre et les conséquences pour notre société.

 

Pendant des années, le gouvernement américain a nié avoir enquêté sur les ovnis.

 

Ainsi, lorsque l’existence d’un programme secret du Pentagone destiné à étudier le phénomène a été révélée fin 2017, la révélation a fait l’effet d’une bombe et a fait la une des journaux dans le monde entier.

 

Le projet OVNI classifié du Pentagone était si intelligemment caché qu’il n’a même pas utilisé le terme « OVNI » dans son titre.

 

Connu sous le nom de programme avancé d’identification des menaces aérospatiales (AATIP), ce programme classifié de plusieurs millions de dollars a étudié et enquêté sur les ovnis. Même le Congrès n’a rien su de cette unité ultra-secrète.

 

 

 

Suivez Nick Pope et découvrez l’histoire secrète de l’AATIP – comment ils ont étudié des vidéos de jets militaires poursuivant des ovnis, ont examiné des «métaux mystérieux» et ont même effectué des tests sur des témoins proches.

 

Pope met l’histoire de l’AATIP dans son contexte, révélant comment une « faction des croyants » au sein du gouvernement opère, et expliquant comment et pourquoi ils ont retiré leur travail du gouvernement pour le confier au secteur privé.

 

Ce travail nous rapproche énormément d’une explication définitive du mystère des OVNIS, mais cette explication pourrait ne pas être celle que les gens espèrent, car le T dans AATIP signifie « menace » ( Threat) – et il y a une raison à cela.

 

«Aliens at the Pentagon» sera disponible en VOD le 9 octobre

0 commentaires

lun.

08

oct.

2018

USA : Le projet A.D.A.M.

La "Stars Academy of Arts and Science" (ou TTS Academy) a annoncé la mise en place du projet ADAM, un programme de recherche universitaire axé sur la recherche sur les matériaux exotiques et l'innovation technologique.

Diverses sources ont recueilli des échantillons de matériaux provenant de véhicules aérospatiaux avancés d'origine inconnue appelés « UAP - Phénomènes Aériens Non Identifiés » ou OVNIS. Ces sources incluent des citoyens privés, des comités étrangers d’investigation sur ces phénomènes, des opérateurs aérospatiaux et des organisations gouvernementales.

 

Compte tenu de l’importance de telles découvertes, la "Stars Academy of Arts and Science" s’est donné pour priorité d’utiliser ses ressources afin de soumettre ces documents à une évaluation scientifique détaillée et rigoureuse, chaque fois que cela possible.

 

Dès que la TTS Academy sera informée de la disponibilité de l’ensemble de ce matériel, un gigantesque travail d’analyse sera mis en place afin de s’assurer de l’origine et de la crédibilité du matériel recueilli.

 

L’un des objectifs affichés de cette initiative est de contribuer au développement de nouvelles technologies prometteuses.

 

Dans un premier temps, la TTS Academy a signé un contrat avec EarthTech International, Inc. ( www.earthtech.org ), un groupe de réflexion de recherche très respecté et basé à Austin, au Texas, afin d'évaluer les propriétés des matériaux disponibles.

 

Sous la direction de Harold E. Puthoff, ancien conseiller principal et sous-traitant du programme AATIP du Pentagone et actuel vice-président de la technologie de la TTS Academy, EarthTech est bien placé pour diriger ce plan de recherche sur ces matériaux.

 

0 commentaires

lun.

08

oct.

2018

Troublants tests dans un Ranch de l’Utah par des hauts responsables US - 07/10/2018

 

Cet article publié par "Ovnis-direct.com" est connexe au précédent article sur ce site sur la "Zone 51 du paranormal"

et concerne le  ranch de Skinwalker dans l'Utah

 

Le département américain de la Défense aurait effectué une série de tests d'infiltration sur le site d'observation d’ovni très controversé, le ranch de Skinwalker dans l'Utah.

  

 

Pendant plus de 50 ans, le ranch Skinwalker a fait l’objet d’un examen approfondi à la suite d’observations présumées d’OVNIS réalisés par des résidents des alentours.

 

Le Programme d'identification de menace aérospatiale avancée du Pentagone, qui a agi entre 2007 et 2012, a mené une enquête très secrète au sein du ranch controversé "Skinwalker". Des documents divulgués par le BAASS (Big Space Aerospace Advanced Space Studies) ont confirmé cette information.

 

Un responsable de BAASS a justement déclaré au Daily Star Online : "Les enquêtes de BAASS ont fourni de nouveaux éléments de preuve montrant que le phénomène OVNI représentait bien plus que de simples machines ou avions militaires.

 

"Le phénomène a également induit toute une panoplie d'activités diverses comprenant des créatures bizarres, des activités de poltergeist, des entités invisibles, des orbes de lumière, des blessures animales et humaines, etc.", a déclaré Jeremy Corbell, de Extraordinary Beliefs, au Daily Star.

 

L'enquête du Pentagone a révélé des mystères beaucoup plus profonds et troublants que de prétendues machines extraterrestres.

 

Un documentaire exclusif, intitulé "Hunt for the Skinwalker", relate une série d’enquêtes menées par Jeremy Corbell au ranch Skinwalker.

 

M. Knapp a déclaré au Daily Star Online : " Skinwalker Ranch, c’est comme un Disneyland du paranormal. Des événements et rencontres étranges ont affligé les habitants du bassin Uintah voisin pendant des centaines, voire des milliers d'années. "Les observations comprennent des orbes, des ovnis, des mutilations animales, des créatures inconnues, des activités de type poltergeist et de nombreux autres incidents inexplicables. "

 

Une étude scientifique exhaustive et multidisciplinaire a débuté en 1996, sous la houlette du milliardaire énigmatique de Las Vegas, Robert Bigelow.

 

Une équipe d'enquêteurs de niveau doctoral, dont Jacques Vallée, a été mise en place pour recueillir des preuves et a passé plus d'une décennie sur le terrain, interrogeant des témoins et cherchant des explications.

 

En décembre 2017, le New York Times a dévoilé les détails d'un programme très secret du Département de la Défense (DoD). Ce “programme avancé d'identification des menaces aériennes (AATIP)”, financé à hauteur de 22 millions de dollars, a été récemment reconnu par le gouvernement américain (entre 2007 et 2012).

 

D’après le rapport de l’AATIP, des matériaux « inconnus », après avoir été testés, ont été stockés dans des bâtiments appartenant à une entreprise aérospatiale privée. Celle-ci aurait été financée par le DoD pour étudier le phénomène et s'occuper des "alliages métalliques".

 

L'AATIP était dirigé par Luis Elizondo, un officier du renseignement militaire, situé au cinquième étage de l'aile C du Pentagone. Il a démissionné pour former le groupe de recherche To The Stars Academy.

 

La majeure partie de l'argent a été versée à Bigelow Aerospace à Las Vegas, dirigée par l'homme d'affaires américain Robert Bigelow. Il travaille également avec la NASA pour créer un nouveau vaisseau spatial extensible.

 

Ralph Blumenthal, l'un des journalistes ayant travaillé sur l’affaire, a déclaré plus tard : “Comme nous l'avons rapporté, certains matériaux issus de ces objets ont été étudiés afin que les scientifiques puissent découvrir leurs étonnantes propriétés et la technologie de ces objets, quels qu'ils soient. Il s’agit d’une sorte de composé qu'ils ne connaissent pas”.

 

0 commentaires

ven.

05

oct.

2018

Contacts cosmiques - réflexion philosophique et scientifique

 

Voici le prochain ouvrage de Jean-Pierre Petit et Jean-Claude Bourret 

Jean-Pierre PETIT ose toujours et marche à l'envers du courant dominant scientifique - a-t-il définitivement tort ?

 

En effet la croisade de Jean-Pierre Petit et de tous les chercheurs de vérité arrive en ce moment à un tournant décisif.

 

Soit le système de referees en place, qui est le système de publication des revues scientifiques, atrophiera la créativité dont notre civilisation a maintenant besoin – sur ce principe de déliquescence, notre civilisation périra asphyxiée par ses problèmes fondamentaux non résolus – soit une prise de conscience en profondeur sera le salut qui nous fera sortir du marasme intellectuel qui menace l’existence de notre civilisation.

 

D’autres scientifiques font également partie de la grande famille des scientifiques progressistes ayant une vision éclairée et objective de ce que tout scientifique doit avoir à l’esprit pour atteindre l’excellence : ne jamais négliger la moindre idée novatrice au risque de connaître des impasses scientifiques. 

 

Ce qui est valable pour un scientifique est valable pour tout être humain : une réelle volonté de changement objectif en dehors de toute vue partisane qui ne fait qu’asphyxier l’élan salvateur d’une évolution constructive.

 

Et c’est bien ce qui nous menace tous :

l’asphyxie de l’esprit et l’anéantissement de notre civilisation à l’époque qui est la nôtre.

 

Le physicien Jean-Marc Roeder possède aussi l’ouverture d’esprit des progressistes :

 

 

Les signes de fatigue de l’âme humaine sont évidents à notre époque.

 

L’insurrection des bonnes volontés est une étape obligatoire pour sortir notre Humanité de l’effondrement global vers laquelle elle se dirige.

 

Tant que le système de referees permettant la publication d’articles après approbation (actuellement trop restrictive) des sujets traités n’aura pas changé, l’avenir de la science se réduira à celle qui prévalait lorsqu’on affirmait avec confiance que la Terre était plate.

 

De tels propos sont-ils excessifs ?

 

Certainement pas, si notre avenir technologique doit être celui des voyages interstellaires, qui ne sont officiellement que pures rêveries totalement irréalisables.

 

Avec le recul de la connaissance, croire que des civilisations extraterrestres ne maîtrisent pas le voyage interstellaire est croire que la Terre est plate…

En cessant de croire que cette Terre est plate, alors nous verrons la vérité apparaître à nos yeux, dans un seul et unique mouvement dont les plus grandes avancées scientifiques nous ont montré la direction.

 

 

La dernière minute de cette vidéo de Jean-Pierre Petit est éloquente.

 

Espérons que nous ne vivions pas les derniers instants de l’avenir de notre science et de notre civilisation.

 

Les problèmes humains ne se règlent pas à coup de guerre mondiale, de krach boursier ou de politique sociale perpétuellement inefficace.

 

Seul une approche objective et réaliste, qui est en particulier le fondement de toute science, peut nous guider vers la porte de sortie d’un avenir social catastrophique sur tous les plans : fausse lutte contre la pauvreté, fausses mesures contre le chômage, fausse croissance économique, fausses décisions politiques, mais vraies guerres, vrais krachs boursiers et…vrais suicides.

 

Seul la vérité humaine a du sens.

 

Une statistique française très récente affirme que 44% des français ne trouvent pas de sens à leur travail (ce sont les vrais termes utilisés dans le sondage).

 

 

Qu’en est-il des vrais scientifiques ?

0 commentaires

jeu.

04

oct.

2018

Final des conférences 2018 d’Ovni-Languedoc

 

Le MUFON France nous propose et nous le remercions le final des conférences 2018 d’Ovni-Languedoc avec une table ronde prestigieuse réunissant Gildas Bourdais, Pascal Fechner, Thierry Gaulin, James, Joslan F.Keller et Franck Maurin. 

 

0 commentaires

lun.

01

oct.

2018

Les témoins extraordinaires de Michael Salla

 

Ici la 5ème partie des conférences 2018 d’Ovni–Languedoc proposé par le MUFON FRANCE.

 

C’est Gildas Bourdais avec le thème « Les témoins extraordinaires de Michael Salla ».

 

0 commentaires

lun.

01

oct.

2018

Et si les ovnis n’existaient pas? Bilan historiographique et bilan du scepticisme en ufologie

Voici le 4° volet des conférences 2018 d’Ovni-Languedoc proposé par le MUFON FRANCE qui se sont tenues le 23 septembre dernier:

il s’agit de la visioconférence de Thibaut Canuti sur le thème « Et si les ovnis n’existaient pas?

Bilan historiographique et bilan du scepticisme en ufologie ».

 

1 commentaires

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"Osez changer de point de vue car l'impossible d'hier est le possible d'aujourd'hui et sera l'évident de demain"

"Deux choses sont infinies : L'Univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue !" Albert Einstein.

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"