jeu.

15

févr.

2018

« UFOLOGIE : LE TEMPS DE LA DIVULGATION ? » AVEC NICOLAS AUGUSTO

 

« Ufologie : Le Temps de la Divulgation ? » avec Nicolas Augusto

 

Nicolas Augusto est auteur, producteur et conférencier. Passionné par le paranormal, l’ufologie et le surnaturel, il est notamment l’un des fondateurs du groupe d’investigation en paranormal RIP (Recherche Investigation Paranormal), dont les enquêtes de qualité ont fait l’objet d’émissions télévisées lui conférant ainsi une notoriété méritée.

 

Nous le retrouvons une nouvelle fois sur Nuréa TV pour aborder cette fois-ci le thème de la divulgation en ufologie. Ces dernières années, de nombreuses démarches (Témoignages, déclassification de documents classés secrets ) orchestrées principalement aux USA par des protagonistes tels queSteven Greer ouTom Delonge (… etc ..) nous laissent espérer que le voile qui entoure le dossier ufo pourrait bientôt être levé.

 

Nous reviendrons donc lors de cette émission sur ces projets de divulgation : Quels informations ont-ils permis de faire émerger au grand jour ? Quel degré de crédibilité peut-on leur accorder ? A quels types de révélations pouvons nous nous attendre dans les années à venir ? …

 

0 commentaires

jeu.

15

févr.

2018

L'incident du Zimbabwe (rencontre rapprochée d'écoliers avec des extraterrestres)

 

Le vendredi 16 septembre 1994 , à Ruwa (Zimbabwe), 62 élèves (8-12 ans, avec une forte mixité blanche, noire et asiatique) jouent dans la cour de l'école élémentaire privée d'Ariel tandis que les professeurs profitent de la pause pour tenir un conseil dans la salle de réunion.

 

Le périmètre de l'école où semble avoir eu lieu l'évènement 

 

 

Les plus âgés (entre 11 et 12 ans) surveillent les plus jeunes (entre 5 et 10 ans) lorsque ces derniers s'aventurent en dehors du périmètre de l'école attirés par des flashs de lumières et un son aigü.

 

Ce terrain est interdit aux enfants à cause de la présence de serpents dans les hautes herbes.

 

Les petits enfants de 5-7 ans sont alors très apeurés et crient au secours.

 

Les plus âgés se précipitent pour ramener les plus jeunes en demandant la raison de cette panique :

 

Il vient nous dévorer !

 

Ils découvrent alors la raison de cette effervescence :

une grosse "soucoupe volante" semblant suivre les poteaux électriques et 4 plus petites.

Les phénomènes se posent près de la zone de récréation. Un être est observé.

Ce n'était pas un humain.

Je ne sais pas ce que c'était, mais il avait une grosse tête et de gros yeux noirs et portait une combinaison noire, se rappelle une élève.

Il a de longs poils sur les joues et de longs cheveux.

 

Je pensais d'abord que c'était le jardinier puis je me suis dis : c'est un extraterrestre.

Le petit être (environ 1 m de hauteur) est apparu au-dessus de l'objet. Elle a marché en sautillant à travers le terrain accidenté, a vu les enfants et a disparu. Celui-ci, ou bien un autre, est réapparu à l'arrière de l'objet.

 

 

Des élèves effrayés se précipitent dans la salle de réunion pour avertir les adultes tandis que les plus vaillants observent l'événement.

Dans la salle de réunion, les adultes pour qui les détails paraissent fantasques ne prennent pas la peine d'aller voir ce qui se passe :

 

On était en pleine réunion. Aucun enseignant n'a aperçu quoi que soit. Quelques élèves ont pris des collègues à parti pour leur signaler cette étrange présence. Mais nous n'y avons pas prêté attention. J'ai commencé à prendre l'affaire au sérieux quand des parents d'élèves sont venus me voir et inspecter les lieux de l'incident 1 . 

 

L'objet décollé très rapidement et disparaîit. L'événement semble avoir duré 15 minutes .

 

La journée terminée, les parents d'élèves se posent des questions quand leurs enfants leur racontent ce qu'ils ont vu.

 

 

La cour de récréation

Le périmètre de l'école où semble avoir eu lieu l'événement

 De Gros yeux noirs, bouche pas vue correctement, corps semblable aux humains mais tout noir, avec une soucoupe 

Dessin d'être inconnu

Dessin d'un des enfants

Interrogatoire des enfants par le psychiatre John MACK

 

Comment appellerais-tu ces êtres que tu as vu ?

 

Fille 1 : Je les appellerais "aliens", je les appellerais extraterrestres.

 

Quelque chose t'a fait peur c'est bien ça ! qu'est-ce qui t'a fait peur ?

 

Fille 1 : Oui le bruit qu'on a entendu dans l'air.

 

Tu as entendu un bruit dans l'air, c'est bien ça ? Ca ressemblait à quoi ? Un rugissement, un bourdonnement, un ronflement, quel était ce genre de bruit ?

 

Fille 1 : C'est comme si quelque chose, jouait de la flûte.

 

Fille 2 : J'ai été effrayée moi-même.

 

Effrayée parce que tu as vu quelque chose toi-même !

 

Fille 2 : Oui, j'ai vu un petit objet survoler, il était assez grand en fait, et il y en avait des petits tout autour.

 

 On a vu quelque chose argenté, alors on a couru très vite jusqu'à la cabane, et on a vu un truc argenté et un homme debout à côté.

 

Ca faisait quoi quand il te regardait ?

 

Fille 2 : J'ai eu peur.

 

Ca faisait peur ? qu'est-ce qu'il y avait qui faisait peur ?

 

Fille 2 : J'ai eu peur parce que je n'ai jamais vu une personne comme ça avant.

 

Tu as vu les yeux ?

 

Fille 2 : Ils étaient comme çà [la petite fille décrit des yeux en amandes allant sur les côtés du front].

 

Ou était la partie pointue ?

 

Fille 2 [met le doigt sur le côté du front en disant, là-haut]

 

Que ressentais-tu quand tu regardais ces yeux ?

 

Fille 2 : Ca faisait peur.

 

Pourquoi ça faisait peur ?

 

Fille 2 : Les yeux étaient malfaisants.

 

Dessin d'un des enfants

Mack : Pourquoi qu'est-ce qui était malfaisants en eux, dis ce que tu entends par malfaisants ?

 

Fille 2 : Ils étaient malfaisants parce qu'ils n'arrêtaient pas de me fixer.

 

Mack : Te fixer, comme pour faire quoi ?

 

Fille 2 : Comme s'ils voulaient me venir me prendre.

 

Mack : Comme s'ils voulaient venir te prendre c'est le sentiment que tu a eu ?

 

Fille 2 : Oui.

 

Dessin d'être

Mack : Ils voulaient que vous alliez avec lui ? Tu avais le sentiment que tu voulais aller avec lui ?

 

Fille 2 : Non.

 

Mack : Quelle a été ta réaction quand tu as senti qu'il voulait que tu ailles avec lui ?

 

Fille 2 : J'ai juste avancé et j'ai commencé à pleurer.

 

Dessin d'un des enfants

Mack : Pourquoi penses-tu qu'ils veulent que nous soyons effrayés ?

 

Fille 2 : Parce qu'on ne fait pas attention à notre planète, à l'air.

 

Mack : Est-ce une idée que tu avais déjà, que l'on ne fait pas attention à l'air et à la planète, ou cette idée t'es venue quand tu as eu cette expérience ?

 

Fille 2 : Quand j'ai eu cette expérience.

 

Mack : Et comment cette idée t'es venue de cette expérience, quand tu as eu cette expérience ?

 

Fille 2 : J'ai eu ce sentiment horrible à l'intérieur.

 

Mack : Parle moi de ce sentiment horrible.

 

Dessin d'être

Fille 2 : C'était comme si tous les arbres étaient abattus, qu'il n'y avait plus d'air et les gens mouraient.

 

Mack : Tu avais ces pensées avant cette expérience ?

 

Fille 2 : Non.

 

Mack : Comment ces pensées te sont venues, elles te sont venues depuis le vaisseau ou ?

 

Fille 2 : De l'homme.

 

Dessin d'un des enfants

Mack : L'homme t'a dit ces choses, comment t'a t-il transmis ça ?

 

Fille 2 : Il n'a jamais rien dit c'est juste son visage, ses yeux.

 

Mack : Quelle est la sensation que tu as eu de ses yeux ?

 

Fille 2 : Qu'il était intéressé.

 

Le professeur ensuite :

 

Ils sont arrivés en courant, et tellement paniqués, même si on l'avait voulu, on n'aurait jamais réussi à les faire courir tous ensembles comme ça. On a essayé je ne sais combien de fois, ils ont jailli ici comme si ils avaient vu un serpent. On était en réunion de professeurs, on les a entendu hurler et ils étaient là. Les enfants ne peuvent pas inventer tout ça.

 

Autre professeur :

 

 J'ai compris qu'ils avaient vu quelque chose, mais je n'étais pas prête à accepter que ce soit quelque chose de surnaturel.

 

Dessin d'un des enfants 'arrêté, pendant que l'autre courrait autour du vaisseau'

Des enfants dessinant ce qu'ils ont vu :

 

Enfant : Ils avaient des yeux noirs et des pupilles blanches.

 

Mack : Il était à coté de l'objet argenté ?

 

Enfant : Non il était dessus.

 

Mack : Il t'a regardé ?

 

Enfant : Oui il m'a foutu les jetons j'ai arrêté de le regarder.

 

Mack : Il t'a foutu les jetons ?

Là sur ton dessin on le voit debout.

 

Enfant : Oui je l'ai dessiné debout parce que je ne sais pas le dessiner assis (et l'enfant rigole).

 

Autre enfant au tableau dessinant ce qu'elle a vu : Je pensais que c'était la fin du monde, peut-être qu'ils venaient nous dire que c'était la fin du monde.

0 commentaires

mer.

14

févr.

2018

Des chercheurs mettent en garde contre les messages aliens

 

Des chercheurs affirment que si, un jour, l'humanité recevait un message envoyé par des extraterrestres, elle devrait immédiatement le détruire et interrompre la communication avant de le lire car cela pourrait mener à la destruction de notre

planète !

 

Ces scientifiques sont persuadés que répondre à un message provenant d'une civilisation extraterrestre avancée pourrait s'avérer très dangereux pour la vie terrestre. En effet, ils pensent que cela pourrait les alerter sur nos allées et venues et sur l'emplacement exacte de la Terre.

 

En plus de cela, le message pourrait contenir des logiciels malveillants et des pourriels qui pourraient contribuer à la chute de notre société.

 

Les chercheurs soulignent, dans un document intitulé « Communication interstellaire. IX. La décontamination des messages [aliens] est impossible » (« Interstellar communication. IX. Message decontamination is impossible »), qu'en raison de la loi universelle de la relativité restreinte, qui suggère que rien ne peut voyager plus vite que la vitesse de la lumière, les extraterrestres trouveraient facile de nous éliminer en utilisant une technologie surpuissante tout en se tenant à distance.

 

Derrière cette curieuse et passionnante étude, on retrouve deux chercheurs de renom : Michael Hippke, un scientifique indépendant de l'Observatoire de Sonneberg en Allemagne, et John G. Learned, professeur au groupe de physique des hautes énergies de l'Université d'Hawaï. Ils ont déclaré qu'un message provenant d'extraterrestres devrait être immédiatement supprimé.

 

Ils disent que n'importe quel message serait presque impossible à décoder, donc il n'y aurait aucune raison d'ouvrir la communication.

 

De surcroît, tout message provenant d'une planète dotée d'une meilleure technologie que la nôtre pourrait rendre impossible notre protection si cette note contenait des logiciels malveillants ou des virus susceptibles d'anéantir notre technologie.

 

Le duo écrit dans ses recherches : « Un message complexe venant de l'espace pourrait nécessiter l'utilisation d'ordinateurs pour l'afficher, l'analyser et le comprendre. »

 

« Un tel message ne pourrait pas être décontaminé avec certitude, et des risques techniques subsistent qui peuvent constituer une menace existentielle. »

 

« Les messages complexes devraient être détruits afin de minimiser au maximum les risques. »

 

Les deux chercheurs ont également analysé ce qui s'était passé quand les humains avaient rencontré d'autres personnes qu'ils jugeaient inférieures, comme les Européens quand ils ont découvert les Amériques, et ce qui est arrivé aux peuples autochtones.

 

Le professeur Learned a déclaré à Universe Today par e-mail :

 

« Il n'y a aucune raison impérieuse de présumer de leur bienveillance (comme par exemple de supposer que les extraterrestres seraient sages et gentilles en raison de l'expérience et du vécu de leur ancienne civilisation). »

 

« Je trouve beaucoup plus convaincante l'analogie avec ce que nous savons de notre histoire ... Y a-t-il une société quelconque qui a eu une bonne expérience après avoir rencontré un envahisseur technologiquement avancé ? »

 

« Bien sûr, ça irait dans les deux sens, mais je pense souvent au film Alien ... un concept crédible, il me semble. »

 

0 commentaires

mer.

14

févr.

2018

D'étranges sirènes découvertes sur une carte du XVIème siècle

 

Sur une carte ancienne, une sirène a été découverte en train de tenir, entre ses doigts, une curieux objet ressemblant étrangement à une soucoupe volante !

 

La carte a été baptisée « Americae Sive Quartae Orbis Partis Nova et Exactissima Descriptio » (ou en français, « Une description nouvelle et plus exacte de l'Amérique ou de la quatrième partie du monde »).

 

Elle a été réalisée en 1562 par le cartographe espagnol Diego Gutiérrez et l'artiste flamand Hieronymus Cock.

 

La carte est le premier exemple d'une grande « carte murale » de l'Amérique et est censée être la première à présenter le nom

« Californie ».

 

Sur cette carte, on peut voir des êtres géants ainsi que des cannibales barbares en train de rôtir une victime au-dessus d'un feu ouvert.

 

Mais elle montre aussi deux sirènes qui s'agrippent à des objets qui ressemblent beaucoup à des soucoupes volantes - ou à une pogo ball, un jeu populaire dans les années 80 et 90.

 

Une copie de la carte est conservée par la Bibliothèque du Congrès.

 

Voici ce qu'il dit de la carte : « La carte offre une vue richement illustrée d'une Amérique remplie d'images et de noms qui ont été popularisés en Europe à la suite du voyage de découverte de Christophe Colomb en 1492. Des images de perroquets, de singes, de sirènes, de créatures marines redoutables, de cannibales, de géants de Patagonie et un volcan en éruption dans le centre du Mexique complètent les nombreux villages, rivières, montagnes et caps nommés. »

 

Le fait que ces sirènes tiennent ce qui ressemble à des OVNI demeurent un mystère qui n'a encore jamais été expliqué …

 

 

0 commentaires

mar.

13

févr.

2018

USA : Beaucoup d'OVNI observés près des bases militaires

 

Une surabondance d'OVNI auraient été observés aux abords d'une importante base militaire aux États-Unis. Certains ufologues sont persuadés que les extraterrestres surveillent les préparatifs d'une guerre à venir, préoccupés par les affaires terriennes.

 

Des experts sont persuadés qu'une civilisation venue d'ailleurs surveille attentivement les allées et venues à la base aérienne de Malmstrom dans le Montana. En effet, depuis quelques temps, un nombre incroyable d'OVNI sont rapportés dans les environs.

 

Le 24 janvier 2018, un engin spatial non identifié de couleur noir et de la taille de plus « d'un demi-acre » est apparu à proximité de la base.

 

Selon le site web UFO Hunters, qui surveille, recueille, et enregistre les observations d'OVNI, il y a eu une panne d'électricité dans la région pendant environ 10 minutes en même temps que cette observation d'OVNI.

 

Le site Web montre également qu'il y a eu près de 20 observations au cours de la dernière décennie, ce qui en fait un véritable point névralgique pour l'activité OVNI.

 

Cependant, les observations y remontent beaucoup plus longtemps que les 10 dernières années.

 

Un ancien employé de la base aérienne de Malmstrom affirme qu'un OVNI a désactivé 10 missiles en 1967.

 

Le Capitaine Robert Salas a déclaré : « J'étais de service quand un objet est arrivé et a plané directement au-dessus du site. »

 

« Les missiles ont été stoppés - 10 missiles de type Minuteman et la même chose est arrivée sur un autre site une semaine plus tard, ces missiles suscitent un vif intérêt, d'où qu'ils viennent, je pense personnellement qu'ils ne viennent pas de la planète Terre. »

 

Les chasseurs d'OVNIS croient que les extraterrestres surveillent les bases militaires aux États-Unis.

 

Une carte récente produite par le National UFO Reporting Center (NUFORC), une organisation basée aux États-Unis, a été publiée. Elle nous montre des observations d'OVNI à travers les États-Unis.

 

Cette carte révèle que les zones où les observations d'OVNI sont les plus fréquentes coïncident avec l'emplacement d'installations militaires américaines.

 

Alex Hollings, un marine de l'armée américaine à la retraite, a tenu à témoigner sur Sofrep.com. un site d'actualité qui recueille des renseignements fournis par d'anciens vétérans des opérations spéciales.

 

Il explique : « Lorsque l'on pose cette carte des observations d'OVNIS rapportées sur une carte américaine montrant les emplacements de toutes les installations militaires, une tendance intéressante commence à émerger. »

 

« Beaucoup de régions, qui semblent montrer une fréquence élevée de rapports d'OVNI, coïncident avec les emplacements d'installations militaires. »

 

« Pour les théoriciens de la conspiration, cela pourrait signifier que des visiteurs extraterrestres ont un intérêt particulier dans tout ce que notre armée est en train de faire. »

 

« D'autres pourraient être enclins à conclure que beaucoup de ces supposées observations d'OVNI pourraient n'être rien de plus qu'un avion militaire mal identifié. »

 

0 commentaires

lun.

12

févr.

2018

L’année 1947 marque le début de la guerre froide et des soucoupes volantes

Près de Bernacillo (Nouveau-Mexique), le 18 avril 1965, prise de vue de soucoupe volante réalisée par Paul Villa qui aurait rencontré les trois occupants. Photo Mary Evans. Rue des archives

 

En Ecosse ou à Moscou, en Australie ou au Pérou, des hommes ont assuré avoir vu des «cigares volants» ou rencontré des êtres de 1 m 10. L’essayiste Bruno Fuligni, qui en a fait un Atlas, montre que ce mythe moderne s’est largement répandu dans la seconde moitié du XXe siècle.

 

 

Fin décembre, le New York Times dévoilait l’existence d’un programme secret du Pentagone chargé d’enquêter entre 2007 et 2012 sur des phénomènes aérospatiaux inexpliqués.

 

En France aussi, le Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan), rattaché au Centre national d’études spatiales (Cnes), est chargé depuis quarante ans de recueillir tous les témoignages sur ces étrangetés.

 

Après avoir écrit une Histoire amusée des promesses électorales (Tallandier, 2017), Bruno Fuligni dresse aujourd’hui un Atlas des zones extraterrestres (Arthaud).

 

De «l’étoile de Marliens», dans un champ de trèfles de Côte-d’Or, au cigare volant d’Antananarivo, à Madagascar ; de l’enlèvement des époux Hill (Franconia, Etats-Unis) au cosmodrome de Baïkonour, l’essayiste dresse une histoire des ovnis et autres soucoupes volantes, qui catalysent les angoisses de la guerre froide.

 

Comment cette idée d’un atlas des zones extraterrestres vous est-elle venue ?

 

Je ne suis pas un ufologue [qui étudie les ovnis, ndlr].

Je n’ai jamais vu de soucoupe volante, je n’ai pas été abducté [enlevé par des extraterrestres ], je ne suis le gourou d’aucune secte.

 

Mais j’ai travaillé ce sujet en historien, en me penchant sur les sources.

 

Ce thème représente aujourd’hui plus de soixante-dix ans d’archives. Les premiers ovnis sont en effet observés par le pilote d’avion Kenneth Arnold en 1947, aux Etats-Unis, près du mont Rainier.

 

C’est à partir de ce moment que s’est forgée l’expression «soucoupe volante» et qu’apparaissent toutes les théories «soucoupistes» - le terme est utilisé de façon plutôt péjorative.

 

Il y a de tout dans ces théories, certaines requalifiant en termes ufologiques des phénomènes beaucoup plus anciens.

 

La croyance dans des créatures extraterrestres existe-t-elle avant la Seconde Guerre mondiale ?

 

Non, mais la théorie dite des «anciens astronautes» donnera lieu à des réinterprétations à propos de certains sites mystérieux.

 

C’est le cas du site de Valcamonica, en Italie, où certains ont voulu voir «nos ancêtres, les "extraterrestres"» dans des peintures rupestres datant du VIIIe millénaire avant notre ère : deux hommes en lévitation semblent avoir la tête recouverte d’un casque de scaphandre…

 

C’est seulement après 1947 que l’on revisite certaines énigmes et que l’on prétend par exemple que, sans le concours des extraterrestres, les pyramides d’Egypte n’auraient pas pu être construites.

 

Avant la Seconde Guerre mondiale, ces sites n’étaient considérés que comme des mystères.

 

Au XVIIIe siècle, le jeune Goethe a ainsi décrit «l’amphithéâtre illuminé», qu’il est sûr d’avoir vu à Leipzig, en Allemagne.

 

Les écrivains s’interrogent bien sûr depuis longtemps. Ainsi Fontenelle, au XVIIe siècle, écrit sur les habitants de la Lune, les fameux «Sélénites», dans ses Entretiens sur la pluralité des mondes.

 

Ou plus tard Jules Verne, l’écrivain américain Charles Fort et le Britannique H. G. Wells…

 

Mais nous restons dans le domaine de la littérature : c’est la fiction qui permet d’explorer les hypothèses les plus audacieuses.

 

Ce qui change en 1947, c’est qu’on ne suppose plus, mais on témoigne, on prétend avoir vu des «engins extraterrestres».

 

On bascule du côté de la croyance.

 

On sort de l’hypothèse scientifique selon laquelle, statistiquement, il pourrait y avoir d’autres formes de vie dans l’univers.

Hypothèse déjà émise par Epicure et que l’on retrouve aujourd’hui au sein du SETI Institute (Search for Extraterrestrial Intelligence, créé en 1984 par la Nasa, en appui d’un programme lancé en 1960).

 

Pourquoi l’année 1947 est-elle «un tournant» ?

 

Sûrement parce plusieurs témoignages se suivent sur une période assez courte.

Juste après le mont Rainier a lieu le fameux crash à Roswell.

 

Selon l’US Air Force, un ballon-sonde s’est écrasé ; selon les ufologues, il s’agit d’une visite d’extraterrestres.

 

Puis, en 1954, on assiste à une vague d’observations dans le monde entier.

 

Le mythe est né, et une multitude d’adeptes est prête à y croire.

 

Des sectes vont d’ailleurs utiliser ce besoin de croyance, d’extraterrestre, pour se structurer et fédérer en grand nombre.

 

C’est ce phénomène qui est passionnant dans l’histoire des idées.

 

Pourquoi un phénomène qui est d’abord littéraire devient-il, à ce moment-là, un tel enjeu de croyance ?

 

Je pense qu’on ne peut pas ignorer le contexte de la guerre froide.

 

L’année 1947 marque à la fois le début de ce conflit et celui des premières observations de soucoupes volantes. Il y a forcément un lien avec l’avènement de l’arme nucléaire.

 

Nous sommes juste après Hiroshima et Nagasaki.

 

Certains ufologues convaincus prétendent d’ailleurs que ce sont les explosions nucléaires de la fin de la Seconde Guerre mondiale qui ont attiré l’attention des extraterrestres sur notre planète.

 

Ils viendraient ensuite soit pour nous sauver de notre inconscience, soit pour nous détruire, parce que nous devenons dangereux.

 

Des psychiatres, comme Carl Gustav Jung, y verront la marque d’une culpabilité : avec l’émergence de ce «mythe moderne», on ne cherche plus une intercession auprès de Dieu mais, toujours du côté du ciel, auprès de civilisations plus avancées que la nôtre et donc capables d’arbitrer nos conflits humains.

 

 

Ce sont justement les positions de la IVe Internationale posadiste?

 

Un syndicaliste et trotskiste argentin, Juan Posadas, de son vrai nom Homero Rómulo Cristalli Frasnelli, va développer le versant marxiste de l’ufologie : le rêve d’émancipation sera intergalactique ou ne sera pas.

 

Il n’a jamais prétendu avoir vu des extraterrestres, il se situe dans la pure logique du matérialisme dialectique : rien ne permet d’exclure, a priori, l’existence de civilisations extraterrestres et si jamais elles parviennent à entrer en contact avec les Terriens, c’est qu’elles sont beaucoup plus avancées que la nôtre.

 

Elles ont donc dépassé la lutte des classes et connaissent déjà l’avènement d’une société communiste.

 

Elles ne peuvent dans ce cas que nous aider à évoluer.

 

La théorie posadiste est étonnante : elle réinvente presque le christianisme, la justice sur Terre résultant d’une intervention céleste. Le ciel représente des civilisations lointaines et bienveillantes. L’ufologie permet donc de catalyser les angoisses de la guerre froide, et ce dans les deux blocs.

 

 

Sur quelles archives avez-vous travaillé ?

 

Sur les exposés d’institutions scientifiques tels que le SETI, sur les nombreux rapports de gendarmerie qui sont conservés au Service historique de la Défense.

 

Ces derniers sont très détaillés.

 

L’URSS disposait également d’observations archivées par la Défense ou par les services secrets.

 

Les militaires ne croyaient pas nécessairement aux soucoupes volantes mais pensaient que les observations faites pouvaient indiquer des actes d’espionnage.

 

Les gendarmes de Morsbach, en Moselle, ont ainsi pris très au sérieux la déposition de Charles Bou, quand, en octobre 1954, l’homme leur a assuré avoir vu un engin lumineux de forme ovale sur la route.

Après le signalement de certains atterrissages, on prenait des photos du site, on prélevait méthodiquement des échantillons de terre.

Des politiques ont aussi tenté de jouer sur ces croyances.

 

Lors de la dernière campagne présidentielle aux Etats-Unis, les deux principaux candidats se sont engagés à ouvrir les archives sur le sujet.

 

Même si ces archives ne prouvent rien : elles ne font que consigner des observations et des témoignages mais cela suscite la curiosité de beaucoup d’électeurs…

 

«Agroglyphe», «boules vertes», «elohim»… L’ufologie a son langage, un lexique est proposé en fin d’ouvrage…

 

C’est un savoir en soi qui a produit un vocabulaire assez riche et précis.

 

Ainsi, il ne faut surtout pas confondre «ovni» et «soucoupe volante»…

 

Le premier terme est scientifique et reste dans le doute, alors que le second est du domaine de la croyance puisque cet objet volant est déjà identifié comme «extraterrestre».

 

Dans 97 % des cas d’observation d’ovni, une explication rationnelle finit par apparaître : des ballons météorologiques, des météorites, des débris de satellites rentrant dans l’atmosphère…

 

Il faut noter aussi qu’il y a surtout des témoignages sur les ovnis : les signalements de «rencontres» ou de «contacts» avec les extraterrestres ou «d’abductions» sont extrêmement rares.

 

Et aujourd’hui, la guerre froide est terminée depuis longtemps, que reste-t-il de tous ces témoignages ?

 

Depuis les années 90, inversant le trajet parcouru depuis le début de la guerre froide, l’ufologie a regagné les territoires de la fiction.

Elle a toujours autant de succès mais plutôt au cinéma, en bande dessinée…

C’est une question qui passionne toujours car elle nous renvoie à nos propres limites.

Et pas seulement technologiques : un film récent, Premier Contact, met en scène une linguiste questionnant les modes d’interaction que les humains peuvent trouver en présence d’une altérité, quelle qu’elle soit finalement.

 

0 commentaires

lun.

12

févr.

2018

Starman dans l'espace est-il observé par les extraterrestres et survivra-t-il?

SpaceX a récemment lancé une Tesla Roadster à bord de sa fusée Falcon Heavy pour l’envoyer sur Mars.

 

C’était le premier vol du Falcon Heavy. C’est le lancement que tout le monde attendait. Le Falcon Heavy est un monstre.

 

Elle a 27 moteurs, elle peut générer plus de puissance que 18 747 jets jumbo, et est la plus puissante fusée à voler depuis la fusée lunaire Saturn V de la NASA.

 

Bien qu’il s’agisse d’un lancement d’essai, Musk en a profité pour envoyer une charge utile dans l’espace.

 

Une Tesla Roadster, qui finira par atteindre l’orbite de Mars.

 

Et quelle coïncidence!

 

Elon Musk lance sa voiture dans l’espace et nous voyons des ovnis flotter autour de sa voiture et ce n’est pas une sorte de poussière spatiale, ces objets planent, s’arrêtent et recommencent à flotter tout autour.

 

 

 

L'homme d'affaires sud-africain a déclaré : « Les vols d'essai de nouvelles fusées contiennent généralement des simulateurs de masse sous la forme de blocs de béton ou d'acier. Cela semblait extrêmement ennuyeux. »

 

« Bien sûr, tout ce qui est ennuyeux est épouvantable, spécialement pour les entreprises, alors nous avons décidé d'envoyer quelque chose d'inhabituel, quelque chose qui nous a fait vibrer. »

 

« La charge utile choisie a été une Tesla Roadster originale, qui sera en orbite autour de Mars pour un milliard d'années. »

 

Les scientifiques pensent que les prétentions de M. Musk sont légèrement ambitieuses.

 

Les experts affirment que les matières organiques de la voiture - les plastiques et la fibre de carbone - seront déchirées à cause du rayonnement intense du soleil.

 

La Terre est protégée de la plus grande partie du rayonnement provenant de l'espace par l'atmosphère. Mais la Tesla, dans le vide de l'espace, ne bénéficie plus de tels privilèges.

 

L'énergie contenue dans le rayonnement du Soleil brisera le véhicule, et les scientifiques ne croient pas que cette voiture survivra une année complète.

 

William Carroll, chimiste à l'Université de l'Indiana et expert en molécules plastiques et organiques, a déclaré à Live Science :

 

« Tous les composés organiques seront soumis à la dégradation par les différents types de rayonnements que vous pouvez rencontrer. »

 

« Les plastiques et les fibres de carbone sont constitués en grande partie de liaisons carbone-carbone et de liaisons carbone-hydrogène. »

 

« Quand vous coupez quelque chose avec un couteau, au final, vous coupez des liaisons chimiques. »

 

« Ces matières organiques, dans cet environnement, je ne leur donne pas une année. »

 

0 commentaires

lun.

12

févr.

2018

Churchill a dissimulé des documents prouvant l'existence des OVNI

 

Winston Churchill a ordonné à une équipe spéciale d'enquêter sur une étrange augmentation des observations de soucoupes volantes … . Hélas, selon des théoriciens de la conspiration, les résultats de cette investigation ont été dissimulés.

 

Des documents déclassifiés ont révélé que le chef de guerre avait monté une équipe aux compétences spéciales, connue sous le nom de « Groupe de Travail sur les soucoupes volantes » (« Flying Saucer Working Party »), pour étudier l'augmentation inhabituelle des observations d'OVNI en Grande-Bretagne.

 

Un rapport officiel a déclaré que de nombreuses observations avaient des explications terrestres et rationnelles, y compris les objets étranges repérés sur la capitale américaine Washington D.C. qui ont été détectés par plusieurs radars militaires.

 

Mais, les théoriciens du complot affirment que le rapport dissimulait une observation au Royaume-Uni faite par le personnel de la RAF.

 

Cette théorie est alimentée par une confession donnée par l'un des gardes du corps personnel de Churchill. Il a parlé de ces événements bizarres qui ont impliqué deux pilotes de la RAF. Il a rapporté des rencontres avec des avions mystérieux, connus sous le nom de « foo fighters ».

 

« Foo Fighter »s était le terme utilisé par les pilotes d'avions alliés au cours de la Seconde Guerre Mondiale pour décrire les OVNIS et les phénomènes aériens mystérieux tels que les boules de feu qui ont suivi des avions de combat pendant les batailles dans l'Europe et le Pacifique.

 

Les chefs militaires ont supposé que les foo fighters étaient des armes allemandes vraiment secrètes. Mais cette explication est tombée à l'eau puisqu'à la fin du conflit, les observations se sont poursuivies jusqu'à nos jours.

 

Alors, pourquoi Churchill s'est-il impliqué dans la recherche sur les OVNI ?

 

En juillet 1952, les appareils de contrôle des avions de combat de l'US Air Force ont été brouillés deux week-ends consécutifs après que le radar ait détecté plusieurs objets non identifiés volant dans une zone restreinte au-dessus de la Maison Blanche. Cet événement a provoqué une panique monstre.

 

Avec ce qui s'était passé aux États-Unis, Churchill voulait en savoir plus et se rendre compte des conséquences et des implications pour le Royaume-Uni.

 

Le 28 juillet 1952, Churchill a envoyé à son secrétaire d'État de l'Air, Lord Cherwell, une note demandant à ce que des enquêtes soient diligentées sur ce qui s'était passé aux États-Unis et sur ce que cela pouvait entraîner pour son pays.

 

Dans cette note, récemment baptisée « Churchill Memorandum », le Premier ministre de l'époque écrit : « Que signifie tout ces choses sur les soucoupes volantes ? »

 

« Qu'est-ce que cela peut signifier ? Quelle est la vérité ? »

 

«J'attends ce rapport à votre convenance. »

 

Lord Cherwell a monté un groupe de travail sur les soucoupes volantes pour enfin trouver des réponses.

 

Ce groupe, top secret, avait été mis en place deux ans plus tôt pour se pencher sur les observations d'OVNI qui se produisaient sans cesse au Royaume-Uni.

 

Il a été incapable d'exclure complètement l'hypothèse « d'un avion d'origine extraterrestre, développé par des êtres qui nous étaient inconnus et qui étaient bien plus avancés sur des sujets par rapport à que tout ce à quoi nous avions pensé ».

 

Cependant, il a expliqué qu'il était plus probable que les observations pouvaient se résumer à des aéronefs normaux, des ballons, des oiseaux ou d'autres phénomènes naturels, des illusions d'optique, des canulars délibérés - ou des « délires psychologiques ».

 

Mais des années plus tard, en 1999, l'implication de Churchill dans le grand débat sur les OVNIS a refait surface.

 

Le petit-fils d'un officier retraité de la RAF a écrit au Ministère de la Défense pour demander des renseignements sur une affaire dans laquelle Churchill aurait interdit la diffusion d'un compte-rendu relatant une observation d'OVNI faite au large de la côte est de l'Angleterre.

 

L'officier de la RAF, qui était censé être le garde du corps personnel de Churchill, aurait avoué sur son lit de mort qu'un avion de reconnaissance de la RAF revenait d'une mission sur l'Europe occupée quand il a repéré un OVNI métallique qui l'observait au large du comté de Cumbria.

 

L'équipage aurait pris des photos de l'objet, qui « planait sans bruit », au-dessus de l'avion.

 

À l'époque, lorsque cette mystérieuse rencontre a été portée à l'attention de Churchill, il a ordonné que les détails restent classifiés pendant au moins 50 ans - et ne pouvait être rendu public uniquement après avoir été révisé par un futur Premier Ministre.

 

Churchill aurait été terrifié qu'une révélation sur l'existence des extraterrestres puissent détruire la foi en Dieu et causer des troubles et une panique de masse.

 

Churchill aurait crié : « Cela devrait être immédiatement classé car [si c'était rendu public] cela créerait une panique massive parmi l'ensemble de la population et détruirait la croyance dans l'église. »

 

Les théoriciens du complot prétendent que les documents relatant cette observation devaient avoir été cachés ou détruit.

 

Il n'existe donc aucun enregistrement de cet événement. Churchill aurait ordonné au Ministère de la Défense de détruire tous les fichiers relatifs aux OVNI datant d'avant 1967.

 

Jason Chapman, qui a écrit plusieurs livres sur le Mémorandum de Churchill, a déclaré : « Le ministère de la Défense a démontré dans le passé qu'il était capable de dissimuler un grand nombre d'incidents. »

 

« Je crois qu'il est possible qu'un ancien haut gradé de l'armée connaissait les OVNIS. »

 

L'homme, âgé de 46 ans, qui travaille pour l'entreprise de défense britannique BAE Systems, a déclaré : « Quelqu'un, quelque part, sait quelque chose. »

 

« Ce n'est certainement pas nos dirigeants mondiaux [qui en ont connaissance]. Une telle information est bien au-dessus des compétences du Premier ministre. »

 

« Peut-être qu'un membre de la Chambre des Lords, qui est un général à la retraite, a des informations qui pourraient prouver qu'il y a une dissimulation. »

 

0 commentaires

lun.

12

févr.

2018

Des morceaux d'OVNI du Roswell britannique retrouvés !

Photo : SHEFFIELD HALLAM UNIVERSITY

 

Des débris d'une prétendue soucoupe volante décrite comme étant le « Roswell Britannique » ont été retrouvés 60 ans plus tard dans les archives d'un musée.

 

L'étrange objet métallique a été trouvé par trois personnes dans la localité de Silpho Moor, près de Scarborough en novembre 1957.

 

Il a souvent été comparé au plus célèbre de tous les incidents d'ovnis, celui de Roswell, au Nouveau-Mexique, qui s'est produit 10 ans auparavant.

 

Des hiéroglyphes ont été trouvés sur ces mystérieux débris découverts dans le Yorkshire.

 

Certains les ont comparés à des caractères russes.

 

Un minuscule livre composé de 17 fines feuilles en cuivre retenues par un fil de bobine a été retrouvé à l'intérieur de l'engin. Il était couvert d'une multitude de hiéroglyphes.

 

Le propriétaire du café local, Philip Longbottom, a prétendu qu'il s'agissait d'un message de 2 000 mots envoyé par des extraterrestres appelé Ullo et avertissant l'humanité d'une guerre atomique imminente.

 

« Vous devez vous améliorer ou disparaître. »

 

Le Yorkshire Post rapporte que des morceaux de cette trouvaille inhabituelle avaient été perdus pendant un demi-siècle avant d'être récemment retrouvés dans les archives du Science Museum Group basé à Londres.

 

Andy Roberts, ancien rédacteur en chef du magazine UFO Brigantia, a déclaré :

 

« C'est incroyable d'entendre qu'après tout ce temps, des objets mystérieux ont été conservés dans des archives du musée. »

 

L'homme s'est plongé dans les archives et a constaté que

« l'objet de Silpho Moor » avait été envoyé au musée de la Science puis au National History Museum's Gordon Claringbull, qui s'est spécialisé dans l'étude des météorites et des explosifs.

 

Les échantillons comprenaient une section fusionnée du métal, du plastique provenant de l'enveloppe extérieure ainsi qu'un morceau du tube de cuivre creux.

 

Claringbull n'a trouvé « rien d'inhabituel » dans cet échantillon et a conclu que ces morceaux de métal avaient été fabriqués sur Terre.

 

Beaucoup croient que la « soucoupe volante » a été fabriquée à partir d'un réservoir d'eau chaude et plantée sur la lande afin de faire un canular.

 

D'autres tests effectué à l'Université de Manchester ont révélé qu'il n'aurait pas pu arriver sur Terre depuis l'espace puisqu'il n'avait pas été exposé à des températures élevées.

 

L'experte en OVNI, Jenny Randles, a déclaré que « c'est le canular le plus coûteux et le mieux organisé qui ait jamais été monté en Grande-Bretagne ».

 

Au moment où l'accident a été signalé, cela a causé une multitude d'inquiétudes. En effet, à l'époque, la course à la conquête spatiale entre les États-Unis et l'Union soviétique venait de commencer et il était à craindre que ces objets provenaient d'un satellite d'espionnage.

 

Environ 30 ans plus tard, dans la même région, une énorme cache d'armes et de matériel de fabrication de bombes de l'IRA a été trouvée au moment où le Premier ministre Margaret Thatcher devait prendre la parole lors de la conférence du Parti conservateur à Scarborough.

 

0 commentaires

jeu.

08

févr.

2018

Les Dossiers d'UFO Conscience, épisode 02 - Les Communications Extraterrestres

 

Les Dossiers d'UFO Conscience, épisode 02 - Les Communications Extraterrestres.

 

 

 

Au sommaire:

 

-Un supposé extraterrestre nommé Vrillon brouille une émission de TV en 1977

 

-Le signal Wow

 

-La sonde Cassini aurait capté un signal étrange en 2004 du coté de Saturne

 

-L'affaire Ummite ou Ummo

 

-TCI: un message sur répondeur

 

0 commentaires

jeu.

08

févr.

2018

Une rencontre avec un OVNI impliquant des militaires US en Afghanistan

Article publié par Olivier de Sedona

 

D'après une information de Marie Cisneros qui est la directrice du MUFON pour l'état du Montana il y aurait eu une rencontre entre un OVNI et une section de quinze militaires en 2004 dans la capitale Afghane.

 

 

Cet incident, répertorié dans la base de données comme CE-2, s'est produit vers minuit le 10 mai 2004 lorsqu'une unité des forces spéciales de l'armée a vu un objet sphérique inconnu à travers des lunettes de vision nocturne alors qu'elle était en service à Kaboul, en Afghanistan. 

 

Dans son rapport, un militaire originaire du Montana a déclaré que pendant qu'il était en mission à Kaboul, en Afghanistan, lui et toute une unité de l'armée de quinze hommes ont été témoins d'un OVNI.

 

Le témoin a déclaré que cet engin était «énorme» et qu'il était si près qu'ils auraient pu lancer une pierre et l'atteindre. L'objet non identifié semblait sortir de nulle part et flotter au dessus de l'une des montagnes au sud qui était à l'est de la base qu'ils avaient construite. 

 

 

Quand ils l'ont vu, ils se sont arrêtés et ont regardé avec étonnement et admiration.

 

 

L'OVNI ne faisait aucun bruit et ce qui est vraiment étrange dans cette affaire était qu'il ne pouvait pas le voir à l'œil nu, mais uniquement à travers des lunettes de vision nocturne. Le témoin a décrit l'objet ayant l'apparence d'une ampoule mais était une sphère et était à peu près de la taille de la lune en comparaison. Il avait une apparence translucide mais brillait, éclairait toute la zone environnante avec ses lumières. 

 

Pendant qu'ils le regardaient, il planait à environ 15-30 mètres au dessus du sol, se déplaçant lentement à environ 10km/heure.

 

Il se trouvait à environ 100 mètres du périmètre extérieur du camp de base et, alors qu'ils surveillaient l'engin, leur commandant se trouvait au camp de base, au sud-ouest de leur position. 

 

Le commandant pourrait également avoir vu l'objet car à la radio il a annoncé à l'unité je cite «de se remettre au travail, c'est rien», en parlant de l'engin en question...

 

Après que leur commandant leur ait dit de retourner au travail, ils ont regardé ce vaisseau pendant encore dix minutes avant de devoir se retourner et retourner vers le nord.

 

L'engin s'est arrêté à environ 400 mètres au nord-est de leur position et a semblé s'arrêter au-dessus du feu de camp que certains habitants de la ville avaient fait.

 

L'OVNI a alors tiré un faisceau lumineux sur leur camp, mais ils ne pouvaient pas voir la base du tire d'où ils étaient, juste le scintillement sur le dos de la montagne. Ils ne pouvaient pas voir ce qui se passait sur le sol avec ce faisceau de lumière.

 

Pendant ce temps, le chef d'escouade a arrêté de regarder et a voulu retourner au travail, alors le témoin qui a fait connaître ce cas est retourné dans le Humvee (véhicule de transport) et ils ont commencé à conduire vers le nord.

 

 

Le témoin a déclaré qu'il voulait continuer à regarder l'objet, mais ils l'ont perdu de vue lorsqu'ils sont partis parce qu'une colline bloquait leur vue; qui était la même colline qui bloquait le faisceau qu'ils avaient vu.

 

Après une minute de route vers le nord, il a remarqué que l'objet avait décollé du campement local. Il a déclaré que l'objet a décollé à la verticale à très grande vitesse, faisant même un angle de 90 degrés tout droit jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus le voir. 

 

Pour lui, les lumières de l'engin semblaient avoir une réaction tardive parce que l'engin avait décollé si vite. Des rayons de lumière dans le ciel lors du départ ont également été observés avant la disparition de l'OVNI.

 

Son rapport au MUFON était la première fois qu'il avait parlé de cet incident à quelqu'un d'autre que sa famille.

 

L'ufologue Marie Cisneros a regardé les informations qui figuraient sur le rapport et a écouté l'interview audio donnée par le témoin. Elle l'a senti crédible, donnant de bons détails d'une manière cohérente et factuelle. Elle n'a rien trouvé dans sa manière de parler qui puisse indiquer une tromperie intentionnelle.

 

En l'état actuel, ce n'est que l'un des milliers de cas rapportés par le personnel militaire. 

 

 

Olivier de Sedona

0 commentaires

mer.

07

févr.

2018

Kim Wilde vit dans la peur d'être enlevée par les aliens

 

La célèbre chanteuse britannique Kim Wilde a expliqué, au cours d'une interview, qu'elle croyait aux OVNI et avait peur d'être enlevée par des extraterrestres.

 

L'artiste est mondialement connue depuis les années 1980 pour ses titres tels que « Rockin 'Around The Christmas Tree », « Keep Me Hangin' On » ou encore « Kids In America ».

 

Elle a révélé qu'elle vivait dans la peur d'être enlevée par des êtres venants d'une autre planète !

 

Il y a quelques années, elle a vu un OVNI dans jardin situé à l'arrière de son domicile. Cette observation la tourmente jusqu'à ce jour.

 

Kim, âgée de 57 ans, a rappelé son histoire au magazine Attitude : « Il y avait deux lumières massives juste au-dessus des nuages, qui faisaient des allers et retours de manière extraordinaire. Beaucoup de gens les ont vus, cette affaire a fait la une des journaux locaux. »

 

En cette fin juin 2009, elle était dans son jardin avec son mari. Elle poursuit :

 

« J'angoisse à l'idée que ces extra-terrestres reviennent pour m'enlever. J'ai dit à mon mari que le commandant du vaisseau spatial était peut-être un grand fan de Kim Wilde et qu'il voulait savoir où je vivais. »

 

« J'ai peur qu'ils me téléportent et que je sois obligée de leur chanter 'Kids in America' pour le reste de ma vie. »

 

« Quand vous voyez quelque chose d'aussi extraordinaire et peut-être de nature extra-terrestre, vous n'êtes plus jamais tout à fait pareil. Je crois qu'ils sont déjà là ou qu'ils nous rendent visite, afin de nous observer. Je ne suis pas devenu folle, je ne peux pas m'empêcher d'y penser. »

 

Kim a révélé son nouvel album après cette incroyable rencontre. Elle l'a sobrement baptisé « Here Come The Aliens ». Sa sortie est prévue pour le mois prochain et c'est la première fois qu'elle enregistre de nouvelles chansons en 22 ans.

 

L'album comporte 12 morceaux - dont certains semblent faire référence aux extraterrestres, avec des titres tels que « Solstice » et « Cyber Nation War ».

 

Elle débutera sa tournée européenne le 30 mars à Ipswich, dans le Suffolk.

 

 

0 commentaires

mar.

06

févr.

2018

Publication prochaine de nouvelles vidéos d’ovnis déclassifiées ?

 

Luis Elizondo, l'homme, qui a dirigé au Pentagone les enquêtes ultra-secrètes sur les ovnis, a affirmé qu'il y aura des séquences de vidéos plus convaincantes à venir.

Publication prochaine de nouvelles vidéos d’ovnis déclassifiées ?

 

Publié le 06/02/2018

 

Luis Elizondo, l'homme, qui a dirigé au Pentagone les enquêtes ultra-secrètes sur les ovnis, a affirmé qu'il y aura des séquences de vidéos plus convaincantes à venir.

 

 

 

 

Luis Elizondo a dirigé le Programme d'identification des menaces aériennes (AATIP) du Département de la défense des États-Unis, qui s'est déroulé de 2007 à 2012 pour un coût total de 16 millions de livres sterling.

 

En octobre, après avoir démissionné de ce département pour rejoindre un groupe de recherche sur les ovnis, il a activement milité pour la diffusion de deux vidéos  d’ovnis prises sur des radars des pilotes de l'US Navy.

 

Il a souligné que "l'engin inexplicable" se déplaçait de manière à défier la physique.

L'une des vidéos de radar militaires a été filmée au large de San Diego en novembre 2004 par des pilotes de la marine américaine qui ont rapporté avoir vu plusieurs ovnis en forme de cigare.

 

Cependant, la vidéo a depuis été dénoncée par des septiques comme étant un avion mal identifié incitant ainsi M. Elizondo à révéler que plus d’éléments seraient publiés prochainement, notamment des enregistrements vidéo de rencontres avec "une technologie inconnue, beaucoup plus avancée que ce dont dispose l'armée américaine”.

 

En évoquant son ancien poste, il déclare : “C'est en occupant cette position que j'ai appris que le phénomène était bien réel."

 

Il a rétorqué à ceux qui prétendent que la vidéo tout simplement en scène des avions :

 

"Quand un officier vous dit qu’il a vu quelque chose passer d'un vol stationnaire ou au-dessus de l'eau à 450 nœuds avant de tout à coup décoller à l'horizontale en deux secondes... Et d'ailleurs, trois autres personnes qui étaient sur le même vol dans deux autres avions ont réalisé ces mêmes affirmations”.

 

 

Les enquêteurs auraient interrogé 18 témoins sur cette affaire, avant de tous déclaré qu’il s’agissait d’un objet "inconnu".

 

M. Elizondo a ajouté: "Je pense que tout le monde s'accorde à dire que c'est considéré comme une technologie extrêmement exotique aujourd'hui, mais ces observations concordent avec des observations antérieures.

 

Il affirme qu'environ 24 autres vidéos d’ovnis ont été déclassifiées dans le but d’être publiées dans les prochains mois.

 

0 commentaires

lun.

05

févr.

2018

Un chercheur affirme que les humains viennent d'une autre planète

 

Un scientifique affirme que les êtres humains vivaient ailleurs dans l'univers avant d'être amenés sur Terre par une civilisation extraterrestre afin d'y prospérer.

 

Le chercheur en est arrivé à ces conclusions après avoir analysé l'évolution de la race humaine.

 

Le chercheur et auteur, le Dr Ellis Silver, a étudié la race humaine et sa physiologie et l'a comparée à d'autres espèces présentes sur la planète.

Il a conclu que la race humaine n'était pas née sur Terre.

 

Le scientifique croit qu'il y a beaucoup trop de différences entre nous et d'autres espèces présentes sur Terre. Pour lui, ces disparités indiquent que nos origines proviennent réellement d'ailleurs dans l'univers.

 

Dans son livre, judicieusement intitulé « Humans are not from Earth » (« Les humains ne viennent pas de la Terre », en français), le Dr Silver souligne le fait qu'en tant qu'espèce, nous sommes particulièrement sensibles à la lumière du soleil - quelque chose dont d'autres espèces semblent être immunisées.

 

Il précise que les reptiles utilisent le soleil pour réguler leur température, mais les humains doivent éviter de passer de longues périodes exposées au soleil car cela peut nous donner des vertiges et provoquer des coups de chaleur.

 

Ceci, affirme Dr Silver, est la preuve que les humains sont probablement originaires d'un endroit où il n'y avait pas autant de lumière solaire.

 

Les humains souffrent également d'un plus large éventail de maladies et d'affections que les autres animaux, ce qui, selon le Dr Silver, est une autre raison de croire que nous venons d'une planète moins ensoleillée où les rayons UV sont moins nombreux.

 

Le Dr Silver a déclaré :

« Nous sommes tous malades chroniquement. En effet, si vous pouvez trouver une seule personne qui est à 100 pour cent en forme et en bonne santé et ne souffre pas d'une condition ou d'un trouble peut-être caché ou non déclaré, je serais extrêmement surpris - je n'ai pu trouver personne. »

 

Le chercheur souligne également le fait que les humains souffrent régulièrement de maux de dos, ce qui, selon lui, est dû au fait que nous avons vraisemblablement évolué, à l'origine, sur une planète où la gravité était beaucoup plus faible.

 

Le Dr Silver propose de nombreuses théories sur les raisons pour lesquelles les humains ont été amenés ici, mais il croit que la plus probable est que la Terre agit comme une

« planète prison », ce qui expliquerait notre nature violente en tant qu'espèce.

 

Dr Silver conclut :

« La Terre répond approximativement à nos besoins en tant qu'espèce, mais peut-être pas aussi fortement que les personnes qui nous ont amenés initialement ici le pensaient. »

 

 

0 commentaires

jeu.

01

févr.

2018

Bill Clinton a tenté de découvrir la vérité sur les OVNI

 

Le président Bill Clinton a essayé de découvrir toute la vérité sur l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy ainsi que sur les OVNI alors qu'il était au pouvoir.

 

Le scandale a éclaté quand M. Clinton a demandé à Webster Hubbell, son procureur général associé, de découvrir tout ce qu'il pouvait sur deux des plus grandes théories du complot de l'histoire de notre monde :

 

Le fait que davantage de personnes, en plus de Lee Harvey Oswald, étaient impliquées dans le meurtre de JFK.

Le fait que le gouvernement américain a couvert pendant des années la réalité sur l'existence des extraterrestres et leurs visites régulières sur notre planète.

 

Dans ses mémoires, publiées dans son livre intitulé Friends in High Places, M. Hubbell fait de nombreuses révélations renversantes sur les plus hautes sphères du pouvoir.

 

Il affirme qu'il a été incapable d'en savoir plus sur la mort de JFK, le président Américain mystérieusement assassiné en 1963 à Dallas.

 

A la fin de l'année dernière, la CIA avait rendu public des milliers de dossiers au sujet de la mort de JFK. Hélas, les dossiers les plus sensibles ont été précautionneusement gardés secrets.

 

Et, alors qu'il a été capable d'obtenir la divulgation de certains dossiers portant sur l'intérêt des Etats-Unis pour les OVNI, il n'a découvert aucune preuve irréfutable que les ufologues du monde entier recherchent désespéramment.

 

M. Hubble a conclu qu'une « aile secrète du gouvernement » détient toutes ces données ultra sensibles. Il pense que même le président n'est pas au courant.

 

M. Hubbell a écrit que les deux tâches qui lui ont été confiées par M. Clinton étaient de résoudre les mystères entourant le meurtre de JFK et de faire toute la lumière sur la compréhension du gouvernement sur les observations d'OVNI.

 

Sa conclusion d'une aile secrète du gouvernement semble concorder avec les prétentions des théoriciens du complot, comme le Paradigm Research Group (PRG), qui milite pour la divulgation sur les dossiers concernant les extraterrestres. Ce groupe est persuadé qu'il existe des « projets à accès spéciaux non reconnus » au sein du gouvernement américain.

 

Cependant, M. Hubbell a reçu des informations sur les OVNI du chef de la CIA de l'époque , James Woolsey. M. Woolsey a révélé que l'agence avait dirigé deux projets nommés 'Project SIGN' et 'Project SAUCER' pour savoir si les observations d'OVNIS étaient une menace ou non pour la sécurité nationale.

 

Les enquêtes ont conclu qu'il n'y existait pas une telle menace.

 

En mars 2016, le site Express.co.uk a révélé que Bill et Hillary Clinton avaient longtemps intéressé le mouvement de divulgation sur les OVNI après avoir effectué des démarches médiatisées dans les années 1990 dont le but était de rendre public des dossiers consacrés aux OVNI. Pour ce faire le camp Clinton avait organisé des rencontres secrètes avec le magnat des affaires et milliardaire Laurence Rockefeller.

 

Il est entendu que l'initiative de Rockefeller a échoué, bien qu'aucun des Clinton n'en ait parlé publiquement depuis.

 

M. Hubble, qui est le seul membre du camp Clinton à rendre public les tentatives vaines de l'ancien président, a déclaré : « M. Clinton a été déçu par le manque d'informations sur le sujet qu'il a reçu. »

 

Mme Clinton a rallumé l'intérêt lors de la campagne présidentielle de 2016, quand elle a promis de divulguer les fichiers sur les OVNI si elle était élue.

 

Son directeur de campagne John Podesta est également très impliqué et tweete régulièrement sur le sujet.

 

0 commentaires

jeu.

01

févr.

2018

L’Ex Ministre de la Défense Canadien Paul Hellyer dénonce une fois de plus les centaines de Races Extraterrestres qui existent sur Terre!

 

Voici une nouvelle vidéo de Paul Hellyer, révélant des informations plus troublantes que beaucoup ne veulent toujours pas entendre…

0 commentaires

mar.

30

janv.

2018

Observations d'ovnis en augmentation au Québec en 2017

En 20 ans d’existence, l’Association québécoise d’ufologie (AQU) prétend n'avoir jamais reçu autant de cas d’apparitions d’objets volants non identifiés (OVNIS) en une seule année dans le ciel de la Belle Province.

Selon les données recueillies par l’organisme, qui explique sur son site Internet s'intéresser aux objets volants non-identifiés, 491 cas d’observations d’OVNIS auraient été rapportés en sol québécois en 2017, soit 314 cas de plus qu’il y a trois ans [177 cas en 2014]. 

 

«Les gens ont moins peur de faire rire d’eux aujourd’hui, parce qu’ils s’aperçoivent qu’ils ne sont pas les seuls à vivre des expériences impliquant des phénomènes étranges», affirme Gilles Milot, le président de l’organisme. «Lorsqu’ils peuvent s’identifier à d’autres cas, les témoins sont plus aptes à nous partager ce qu’ils ont vécu», soutient-il.

 

Voici les statistiques 2017 produites par l’AQU.

 

D’après l’organisme, le mois de juillet fut le mois le plus occupé en terme d’apparitions, avec 67 cas rapportés.

 

Tout comme en 2015 et en 2016, les habitants de la Montérégie ont aperçu le plus grand nombre d’OVNIS en 2017.

Des formes rondes et sphériques inconnues dans le ciel semblent plus souvent observées par les témoins québécois.

Selon le bilan de l’AQU, les observations surviennent la plupart du temps entre 21 h et 23 h.

24% des gens qui ont aperçu des OVNIS sont âgés de 35 à 49 ans.

Toujours d’après l’AQU, 33% des témoins auraient des études post secondaires.

0 commentaires

lun.

29

janv.

2018

Dictionnaire Ufologique

Dictionnaire Ovni: Lexique Ufologique

 

 

 

En ufologie, on utilise souvent des mots spécifiques qui peuvent vous empêcher de bien comprendre les articles de ce site.

 

Voici donc un petit lexique, pour vous permettre de vous y retrouver.

Vous y trouverez d'une des mots et sigles qui sont encore utilisés et d'autres part des expressions liées au "folklore ufologique".

 

Attention tout de même certains éléments de cette liste ne sont pas abordés sur ce site car ils sont considérés comme non pertinents et pas ou peu sérieux. Je vous expliquerai tout cela par la suite dans d'autres dossiers.

 

A:

 

AirShip: Une des premières appellation des ovnis. Ces "AirShip" ont été vu aux Etats-Unis et au Canada. Il y eu une vague d'observations en 1887. Les observations sont comparables aux témoignages des modernes ovnis, ainsi que des cas d'atterrissage

 

 

A.F.O.S.I. : Air Force Office of Special Investigations. Département de l'armée de l'air Américaine, c'est le bureau de renseignement de l'US Air Force.

 

 

Alien: Nom anglais pour désigner les Extra-terrestres. Plus généralement, un "Alien" est un étranger. Accessoirement, c'est aussi un film de Ridley Scott avec Sigourney Weaver.

 

 

A.P.R.O.: Un des premiers organismes ufologiques américain, qui n'existe plus aujourd'hui. "Aerial Phenomena Research Organisation"

 

 

Area-51: Zone des États-Unis, située dans le désert du Mexique, où des essais "top secret" seraient conduits. Une technologie Extra-Terrestre serait utilisée...

 

 

A.T.I.C. :Air Technical Intelligence Center, service de renseignements de l'armée de l'air.

B:

 

 

 

Black Projects - Projets Noirs : 

Projets gouvernementaux Américains considérés comme étant des secrets technologiques. Des sommes de l'ordre de 300 millions de Francs français sont investis chaque année dans les projets noirs. 

 

Black-out: sorte de silence des autorités, autour de certaines affaires d'ovnis. Il est aussi souvent question de désinformation, c'est-à-dire de travestissement de la vérité.

 

 

 

 

B.U.F.O.R.A British UFO Research Organisation :  Groupement de recherche Anglais sur les Ovnis. Le plus grand groupe d'investigation sur les OVNIs de Grande Bretagne a été créé en 1964. Il publie le bimensuel 'UFO TIMES' et conduit des recherches sur le phénomène OVNI.

 

C: 

 

C.A.U.S: Citizen Against Ufo Secrecy. Association Américaine, cherchant a connaître la vérité sur les Ovnis

 

 

C.I.A: Central Intelligence Agency. Agence de renseignements Arméricaine

 

 

C.N.E.S: Centre National d'Étude Spaciale. Organisme Français.

 

 

Corona: Lieu du Crash de Roswell

 

 

Crash: Terme qui signifie qu'un avion s'est écrasé dans le langage courant, un Ufologie, cela concerne uniquement les Ovnis . Le plus célèbre étant le crash de Roswell

 

 

Crop Circle: Figures géométriques que l'on trouve dans certains champs de céréales. Ces figurent évoquent des formes géométriques, et sembleraient liée aux Ovnis.

 

 

C.S.I.C.O.P: Comettee for Scientific Investigation of Claims of the Paranormal.Groupement de scientifiques qui veulent nier les faits paranormaux.

 

 

C.U.F.O.S: Center for U.F.O Studies. Organisme d'enquêtes Américain sur les Ovnis.

 

 

 

 

D.A.R.P.A. Défence Advanced Research Projects Agency. Organisme placé sous le contrôle de la C.I.A. et de la D.I.A. Il travail conjointement avec les services de renseignements des trois armées.

 

 

Debunking: Procéder de désinformation qui consiste à trouver une explication plus ou moins objective, aux divers phénomènes OVNIS

 

 

 

Désinformation : 

Une stratégie utilisée par tous les gouvernements du monde, qui vise à couvrir toutes les informations dont ils disposent à propos des OVNIs. Quand une personne ment à une autre personne ou lui donne de faux documents ou lui fait de fausses déclarations, elle fait de la désinformation.

 

 

D.I.A. : Defense Intelligence Agency. Service de renseignements du Ministère de la défense Américain.

 

 

D.I.S. Défense Investigation Service. Service de Recherche du ministère de la Défense Américain.

 

 

Dreamland : Site situé au Sud de Groom lake aux usa nommé la zone 51

 

 

 

 

E.B.E. Entité Biologique Extra-terrestre. Nom officiel pour désigner un extra-terrestre.

 

 

Enlèvements Rapts temporaires perpétues par certain extra-terrestres. Les cas les plus célèbres sont Georges et Betty Hill, et Linda Napolitano. Voir dossier Abductions

 

 

 

 

Flying Saucers 'soucoupes volantes' : Quand Kenneth Arnold rapporta en 1947 avoir vu, en pleine journée, 9 engins en forme de boomerang au Nord-Ouest des Etats-Unis, un journal annonça la nouvelle et appela les OVNIs des 'soucoupes volantes', parce qu'Arnold avait dit que leurs mouvements étaient semblables à celui d'une soucoupe flottant à la surface d'un lac. Bien que les OVNIs n'aient aucunement la forme de soucoupes, le nom est resté.

 

 

F.O.I.A : Freedom of Information Act. Loi Américaine pour l'accès aux documents officiels par les citoyens Américains. Malheureusement, cette loi n'est pas d'un grand secours en ce qui concerne les ovnis, qui ont un niveau de classement en matière de sécurité plus important que les missiles thermonucléaires ! C'est une Loi américaine qui autorise le public à obtenir des copies de rapports classés Top Secret sur ordre d'un juge fédéral. Le juge peut refuser la divulgation de ces documents en cas de danger pour la sécurité nationale. Ceci en théorie. En pratique, cette Loi n'a pas été fiable, car si un groupe obtient des informations, un autre groupe peut se voir refuser l'accès à ces mêmes documents. Si le gouvernement dément détenir des documents que vous recherchez, peut-être ne dit-il pas la vérité. On sait maintenant que le gouvernement avait déclaré ne pas détenir certaines informations, qu'ils ont rendues publiques par la suite.

 

 

F.S.R. Flying Saucer Review. Revue Ufologique Anglaise.

 

 

F.T.D. : Foreign Technologie Division. Une unité de l'air Force Américaine.

 

 

F.U.F.O.R. Fund For Ufo Research. Organisme de recherche Américains sur les Ovnis .

 

Foo-fighter: Nom donné par les pilotes de l'armée de l'air, aux mystérieuses lumières, aux mystérieux objets qu'ils voyaient parfois au cours de leurs missions. Sphères brillantes flottant dans le ciel observées durant la seconde guerre mondiale, depuis 1943. Après la guerre, aucun des belligérants n'a confirmé les avoir envoyées. Les Américains les appelèrent Foo Fighters, un terme dérivé de l'aphorisme 'Where there's foo, there's fire' (intraduisible).

 

 

 

 

G.A.O. Général Accounting Office, cour des comptes Américaine dépendant du pouvoir législatif. Elle fit une enquête en 1994 a la demande d'un député du Nouveau Mexique sur l'affaire Roswel. Ce rapport mis publiquement en doute les conclusions de l'armée américaine.

 

 

G.E.P.A.N. : Groupement d'Étude des Phénomène Aérospaciaux Non identifiés. Le S.E.P.R.A lui succèdera.

 

 

Grey: Nom anglais des "Gris" donné à certains occupants des ovnis comme ceux de Roswell. Surnom les "petits-gris" .C'est le type d'alien le plus rencontré dans une rencontre rapprochée. Leur hauteur varie de 2 à 5 pieds, 60 à 150 centimètres, ils sont d'apparence humanoïde et sont habituellement pourvus d'yeux insectoïdes noirs, de peu ou pas de nez et d'une petite fente en guise de bouche.

 

 

 

Groom Lake : Lac asséché dans le désert du Nevada, sous lequel serait située la base secrête "Area-51"

 

 

 

 

H.E.T. : Hypothèse Extra-terrestre.Courant de pensée (!) en ufologie, qui explique les ovnis, par les extra-terrestres.

 

 

Hommes en Noir: Voir M.I.B.

 

 

H.S.P.: Hypothèse Socio-Psychologique, qui explique le phénomène ovnis par la mauvaise interprétation de phénomènes naturels.

 

 

I

 

 

Implants: Certains "enlevés" (ou abductés) par les extra-terrestres, semblent porteurs d'un élément étranger dans leur corps, qui permettrait de les repérer, de les retrouver. Généralement, ces implants sont situés dans une narine ou dans la mâchoire.

 

 

 

International UFO Reporter (IUR) : 

Le bimensuel du CUFOS qui résume les récentes observations et les différentes nouvelles relatives aux OVNIs.

J

 

Journal of UFO Studies (JUFOS) :

Le journal annuel du CUFOS qui contient des thèses universitaires sur l'ufologie.

 

 

 

 

K.G.E.L. Nom d'une station de radio, émettant près de la Base de Roswell. Elle interrogea la fermier Mac Brazel, qui fut le premier à découvrir l'épave... ou ce qu'il en restait !

 

 

 

 

L.D.L.N. Nom d'un revue Française consacrée aux Ovnis. Cela signifie Lumières Dans La Nuit.

 

 

 

Los Alamos: Base militaire du Nouveau Mexique où les corps humanoïdes récupérés après le crash de Roswell auraient été expédiés.

 

 

 

Loi d'exposition aux ET 

En juillet 1969, cette Loi a été ajoutée à la Loi américaine sans aucun débat public. Elle interdit à toute personne d'entrer en contact avec les OVNIs ou des ET. Si une personne outrepasse cette Loi, elle peut se voir condamner à 5000$ d'amende et être emprisonnée pour 1 an. De plus, un administrateur de la NASA a le pouvoir de déterminer, seul, si une personne a été 'exposée à un ET', et peut mettre cette personne en quarantaine sous garde armée pendant une durée indéterminée. Cette décision ne peut-être annulée, même par ordre d'une cour de justice, ce qui rend cette Loi totalement illégale vis-à-vis de la constitution américaine. Cette Loi rend toute personne impliquée dans une 'Close Encounter' (rencontre rapprochée) criminelle. Comme cette Loi est au Titre 14, Section 1211 du Code de Régulation Fédéral, très peu de gens la connaissent, car vous devriez parcourir au moins 1210 autres lois avant de la trouver. 

 

 

Majestic: 

Le plus haut degré de sécurité connu, plus haut que Atom Bomb (bombe atomique) et de 38 degrés plus élevé que top secret. Il existe plus de 30 subdivisions de l'autorisation top secret, ce qui signifie que si vous disposez de l'autorisation top secret, cela ne veut pas dire que vous ayez accès à tous les documents classifiés top secret, car leur consultation requiert le 'need to know' (besoin de savoir). Les documents nécessitant le need to know sont classifiés comme top secret XXX, où XXX peut être l'un des (+ de 30) noms de code. Les documents relatifs à la Zone 51 ou à S-4 sont classifiés Majestic.

 

 

Majestic 12 ou MJ-12 : Il semblerait que Majestic 12 soit, dans un premier temps, le nom d'un rapport "ultra top secret" rédigé le 18 Juin 1952 pour le président Dwight Eisenhower, concernant la récupération d'un "objet" et ses occupants a Roswell. Dans un second temps, Majestic 12 serait devenu MJ-12, un groupe "ultra secret", compose de scientifiques et de militaires, chargés de diriger toutes les operations concernant les ovnis.

 

 

M.I.B.: Abréviation pour Men In Black (Hommes en Noir). Curieusement, dans de nombreux cas d'observation d'ovni, des témoins reçurent la visite de mystérieux Hommes, vêtus de noir, circulant à bord d'une voiture noire. Ces homme exerceraient des pressions et menaces pour que les témoins se taisent.

 

 

Missing time : Lors des abductions les victimes ont souvent "perdu" une partie de leur emploi du temps, un peu comme de l'amnésie.

 

 

Mogul: Nom d'une opération militaire américaine secréte, concernant des ballons atmosphériques, chargés d'émettre des signaux radar. Le projet Mogul à servi à "expliquer officiellement" les débris trouvés près de la base de Roswell.

 

 

M.U.F.O.N. Mutual UFO NetWork. Organisme d'investigations américain sur les ovnis.Le Mutual UFO Network (réseau mutuel des OVNIs) a été créé en 1969 et est aujourd'hui la plus grande organisation ufologique du monde. Le MUFON publie le mensuel "Mufon UFO journal".

 

 

Mutilation: Certains animaux ont été retrouvé morts, avec des organes ou des parties manquantes. Ces animaux, généralement des ovins, ont de nombreux os brisés (comme si ils avaient été laché d'une certaine hauteur), et sont vidés de leur sang.

Les prédateurs naturels ne s'y attaquent pas, et les parties manquantes semblent avoir été prélevées par des "professionnels" ce qui exclurait une intervention de sectes "sataniques". Des ovnis ont parfois été vu avant ou après la découverte de ces animaux mutilés.

 

 

N  

 

 

N.I.C.A.P.:National Investigations Cometee on Aerial Phenomena. Un des premiers organes de recherche américain sur les Ovnis.Il fut fondé par le commandant Keyhoe, en retraite de l'aéronavale Americaine

 

 

N.S.A. National Security Agency. Agence de la Sécurité Nationale. Une des agence américaine les plus secretes. Par dérision, son sigle est aussi "Never Say Anything" (Ne dites jamais rien !!)

 

 

 

 

Ovni: Sigle signifiant Objet Volant Non Identifié. Voir aussi U.F.O.

 

 

 

 

 

Projet Aquarius  (verseau) :Un projet top secret commencé en 1953 et qui avait pour but de recenser le plus possible de données à propos de l'existence de formes de vies extra-terrestres, et de diffuser ces informations auprès des projets compétents. Ce projet  recense l'historique de la présence Extra-terrestres sur terre, et les interactions avec l'homme, pour les 25 000 dernières années. Depuis l'Homo Sapiens, jusqu'à maintenant. Son existence a été révélée par William Moore, quand il a rendu public trois pages du 'project Aquarius executive briefing document' (sommaire du projet aquarius). .

 

 

 

Projet Blue Book (livre bleu) :

 

Projet US, visant a faire le "point officiel" sur les OVNI, par l'US Air Force.

Treize mille rapports n'empchèrent pas l'US Air Force de déclarer que les Ovnis n'existaient Pas !

Le dernier projet public d'investigation de l'US air force à propos des OVNIS, qui a débuté en 1952.

Son but était d'expliquer les observations d'OVNIs, pour déterminer s'ils constituaient un danger pour la sécurité nationale, ou si les OVNIs pouvaient apporter des connaissances scientifiques aux autorités.

Des rapports ont été collectés, analysés et classés en fonction de leurs résultats. Personne n'avait remarqué quoi que ce soit jusqu'à ce qu'un membre de l'équipe d'enquêteurs n'envoie son propre rapport d'observation.

Ce rapport fut classé, mais quand l'homme voulut se référer à sa déclaration, elle avait disparu. Il a alors émis l'hypothèse que les rapports qui demeuraient inexpliqués étaient retirés des fichiers et envoyés à une autorité supérieure ; cette thèse a maintenant été adoptée par de nombreux ufologues.

Le projet Blue Book a été abandonné en 1969, à la suite de la publication du rapport Condon.

L'un des enquêteurs, le Docteur J. Allen Hynek, a alors fondé le premier groupe ufologique scientifique, le Center for UFO Studies (centre d'études ufologiques), en 1973.

 

 

Projet Blue Fligh : Étroitement lié au Projet Moon Dust, on n'en sait guère plus...

 

 

Projet Grudge: Le successeur du projet Sign, qui a à l'origine été créé pour cacher le problème des OVNIs. Les journalistes ont été encouragés à écrire que les OVNIs n'existaient pas. Le rapport final a déclaré que tous les témoignages pouvaient être contestés sur le plan psychologique, même si le nombre de récits avait augmenté de 23% depuis le projet sign ; ainsi, toute enquête supplémentaire devrait être sérieusement repensée, ce qui fut le cas. Le projet Grudge a pris fin en 1950.

 

 

Projet Grunge : Projet qui a pris la suite du projet Grudge. Il avait pour objet de nier l'existence des ovnis. Objectifs qui avait deux phases: d'abord trouver une explication plus ou moins valable a chaque cas d'observation, et ensuite porter la solution à la connaissance du publique.

 

 

 

Projet Galileo: un projet du S-4 ayant trait à des découvertes de disques volants.

 

 

Projet I.P.U: Projet Interplanetary Phenomenon Unit. Unité dépendant de l'U.S. Army.

Les archives de cette unité représenteraient (selon un certain Joh Frick) la plus grande accumulation de preuves sur la présence de "forces étrangères à la terre."

 

 

Projet MAJI cela signifie MAJORITY AGENCY FOR JOINT INTELLIGENCE, autrement dit, organisme majeur pour le contact avec des intelligences.

Toutes informations, désinformations passent par cette agence. Elle travaille avec la C.I.A., la N.S.A. (National Security Agency) et la D.S.A. Tous les projets concernant les extra-terrestres seraient sous son contrôle.

 

 

Projet Moon Dust : À l'origine, ce projet à été conçus par l'armée Américaine pour récupérer les débris d'objets spaciaux soviétiques. En temps de paix, ce projet a "glissé" vers la récupération d'objets issus des ovnis.

 

Project PLATO Projet responsable des relations diplomatiques avec les Extraterrestres. Un accord avec les Extraterrestres aurait été passé. En échange de technologie, leur présence sur terre est tenue secrète, et on les laisse mener leurs expériences (abductions).

 

 

Projet Pounce: Un projet top secret de 1953 qui avait pour but d'évaluer les différents types d'OVNIs, afin d'acquérir des connaissance spatiales supplémentaires. Nom de code du projet chargé de formaliser toutes les procédures à suivre en cas de récupération après un Crash.

 

 

 

Projet REDLIGHT

Projet chargé de tester les vaisseaux récupérés. Il est mené à bien sur le site d'Area-51.

 

Projet SIGMA Projet de communications avec les Extra-terrestres. Il est toujours d'actualité en ce qui concerne les communications.

 

 

Project NRO Organisation chargé de la sécurité des Extra-terrestres et de leurs vaisseaux (basée à Ford Carson, Oregon).

 

 

Projet Sign :

Projet qui débuta en janvier 1948 , il pris la suite du projet Grunge. Ses conclusions sont basées sur un postulat de départ, selon lequel les ovnis ne peuvent pas exister. Sa devise était: "quoi que voyiez ou entendiez, ne le croyez pas !"Il a duré jusqu'en février 1949, et le résultat final était que 20% des observations demeuraient inexpliquées.

 

 

 

 

 

Projet Snowbird:

 

Un projet top secret commencé n 1972 et dont le but était de rechercher, analyser et effectuer des vols test d'épaves d'OVNIs. En tout état de cause, un projet 'snowbird' a existé, et consistait en 'un exercice conjoint de l'armée de l'air et de terre ayant lieu dans la région sub-polaire en 1955' ; cette définition figure dans l'édition 1963 du 'Gale Research's Codes Names Dictionary' (dictionnaire Gale des noms de code). Le projet Snowbird dont il est question ici est un projet diffèrent dont l'existence a été révélée dans le sommaire du projet Aquarius.

 

 

 

 

 

Projet Twinkle:

Une étude hautement secrète sur des boules de feu vertes observées au Nouveau Mexique.

Lorsqu'un enquêteur arrivait à l'endroit où l'on pouvait voir de ces boules de feu, elles disparaissaient, si bien qu'aucune recherche ne pouvait avoir lieu.

C'est pourquoi le projet Twinkle prit fin. On a pensé que puisque les boules de feu disparaissaient à l'approche des enquêteurs, celles-ci étaient contrôlées par une forme quelconque d'intelligence.

 

 

P.T.S.D. : Post Traumatic Stress Disorder. Troubles engendrés par une situation de stress intense. Ceci a été observé chez certains témoins qui ont eu des contacts avec des E.T.

 

 

 

 

 

 

 

Rapport Condon.

Dernière partie du "Projet Blue book"(1969). Ecrit par le Docteur Edward Condon; il commença son investigation en disant que les OVNIs sont des illusions, que les gens qui y croient sont des imbéciles, que les auteurs de livres sur le sujet devraient être flagellés et que bluebook n'est qu'une perte de temps. Extrêmement difficile à lire, ce rapport concluait à l'inexistance des ovnis...

 

 

Regression hypnotique:

moyen d'investigation, basé sur l'hypnose, permettant, pense-t-on, de connaître le contenu du fameux "missing time". Le témoin revit ce qu'il a vécu, et semble capable de le décrire.

 

 

 

Rencontre du nième type:

moyen de différencier les témoignages, mis au point par Hynek . On distingue 6 types de rencontres:

 

 

Type 1: Observation d'ovnis, sans effets tangibles.

Type 2: Observation d'ovni avec des traces laissées sur la matière (vivante ou non)

Type 3: Contact entre un témoin et un  extra-terrestre

Type 4: Les "enlèvements" ou abductions 

 

Roswell

Base militaire de l'aviation américaine dans le nouveau mexique située près d'un endroit où se serait abîmé un OVNI la 7 Juillet 1947. Cette base avait des bombardiers atomiques de type B-29, tel ceux qui allèrent bombarder Hiroshima et Nagazaki

 

 

 

 

 

S-4: 

Il existe 3 S-4 sur le site de test du Nevada (siège de la zone 51). Le premier est un réacteur nucléaire, le second est situé juste au sud de la zone de test Tonopah, et le dernier, appelé Papoose Dry Lake Bed (lit asséché du lac papoose), situé à 15 kilomètres au dus de la zone 51.

C'est dans cet ultime endroit que Robert Lazar a déclaré avoir travaillé.

 

 

 

Sagan, Carl : 

 

Un vulgarisateur scientifique américain. C'est aussi l'un des plus grands sceptiques concernant les OVNIs ; il croit qu'il est impossible qu'un OVNI puisse traverser des distances de plusieurs années lumière à cause des quantités faramineuses d'énergie et de temps nécessaires à un tel voyage.

 

Sa théorie implique que la seule méthode de transport utilisable est de type linéaire et que la vitesse maximale d'un véhicule est la vitesse de la lumière. Robert Lazar a ensuite déclaré que la méthode de voyage des OVNIs utilise les ondes gravidiques.

 

Scoop Mark: Ce sont les cicatrices qui seraient laissées par les extra-terrestres, sur les abductés, lors d'examens "médicaux".

 

 

S.E.P.R.A. : Service Expertise des Phénomènes de Rentrée Atmosphérique. dépendant du C.N.R.S. Premier organe Français "Officiel" chargé d'étudier les ovnis. Beaucoup doutent de son efficacité, voir même de ses réels objectifs.

 

 

 

SETI: 

Search for Extra-Terrestrial Intelligence (recherche d'une intelligence extra-terrestre). Il s'agit d'un programme financé par le gouvernement américain qui vise à recueillir des émissions d'ondes électromagnétiques venant de l'espace.

Ces émissions seraient un moyen de communication utilisé par les OVNIs qui 'fuirait', comme des images de télévision qui pourraient en théorie être captées depuis l'espace.

Si le SETI détectait des émissions anormales, il enquêterait afin de déterminer leur provenance.

Les ufologues sont très sceptiques à propos de ce projet, dans la mesure où le projet tente de prouver que les OVNIs n'existent pas alors que le SETI n'attend même pas trouver des émissions ne pouvant être identifiées.

D'après un article du Dr Pierre Guerin paru dans le 'flying saucer review', le gouvernement connaîtrait déjà l'existence des ET, collaborerait avec eux et saurait pertinemment que les OVNIs n'utilisent pas de moyens de communication faisant appel aux ondes électromagnétiques.

Le projet serait alors aussi efficace que de tenter de recevoir un message de fumée indien avec une radio.

Le projet SETI a pris fin en octobre 1993, par une décision du congrès basée sur un objectif de réduction de coûts. Il ne fut pas un succès.

 

S.o.b.e.p.s :

C'est la Société Belge d'Étude des Phénomènes Spaciaux. La SoBeps s'est illustée surtout lors de la vague d'ovnis qui ont traversés la Belgique

 

 

Sos ovni:

Organisation Française d'enquêtes et de recherches sur les OVNIS. Des délégations régionales sont présentes, en vue d'enquêtes rapides. C'est une association loi 1901.

Elle édite une revue appelée Phénoména.

 

 

Soucoupes Volantes :

Premier nom donné aux ovnis, du fait de leur apparente forme de "soucoupe"

 

Souvenirs écran:

Les E.T. integreraient dans la mémoire de leur "cobails" humains, des faux souvenirs, pour masquer un événement.

 

 

 

 

Temps manquant : Voir Missing Time.

 

 

 

Trans-en-Provence:

Cas d'aterissage Français, où un ouvrier maçon d'origine Italienne, Renato Nicolai, a vu un ovni se poser près de l'endroit ou il travaillait. L'ovni s'est ensuite "envolé".

Des traces ont été constaté par les gendarmes, des analyses scientifiques ont été menées, elles concluent a une modification de la structure même des plantes qui ont "subit" l'aterissage

 

 

Triangle: Forme d'ovnis particulièrement remarquée dans la vague Belge d'observations, en 1989.(Voir Galerie d'images)

 

U  

 

 

UFO: Terme officiel pour désigner les Ovnis en Anglais. Unidentified Flying Object.

 

 

 

Ufologie: Activité  qui consite à étudier à s'intéresser au phénomène OVNI

 

 

Ufologue: Celui qui pratique l'ufologie

 

 

Ufonaute: Nom donné aux occupants des OVNIS

 

 

USSPACECOM: Organisme officiel Américain, chargé de la surveillance de l'espace Américain.

 

 

 

 

 

Vallée, Jacques : 

Un astrophysicien et ufologue français qui croit que les OVNIs sont aussi bien d'origine physique que psychique et que quelques personnages de folklore (comme les elfes) pourraient être le reflet de l'existence d'extra-terrestres.

Il a remodelé le système de classification des OVNIs d'après le Hynek Classification System.

 

 

 

Système de classement de Vallée :

 

 

Un système utilisé pour classer les différents types d'OVNIs ou d'observations inventé par le Dr Jacques Vallee.

Il est actuellement plus utilisé que le système Hynek, car il donne au lecteur un résumé plus détaillé de chaque cas.

 

Les différentes catégories existantes sont les suivantes :

 

 Classement AN : classe tout comportement anormal :

 

 

AN1: anomalies qui n'ont pas d'effets physiques perdurants : lumières changeantes, explosions inexpliquées.

 

AN2: anomalie ayant des effets durables : poltergeists, objets matérialisés, zones d'herbe aplatie, cercles dans des champs de blé…

 

AN3: anomalie accompagnée de la présence d'entités : fantômes, yéti, esprits, elfes, autres personnages légendaires.

 

AN4: interaction du témoin avec ces entités : expériences de mort rapprochée (N.D.E.), expérience de vie hors du corps (OBE), miracles ou visions religieuses… 

 

AN5: anomalie ayant entraîné des blessures ou la mort : combustion humaine spontanée (SHC), blessures inexpliquées, guérison inexpliquée en rapport avec un événement surnaturel…

 

Classement MA  :

 

décrit le comportement d'un OVNI. Il est semblable aux Nocturnal light, Daylight disk et Radar visual du système de classement Hynek.

 

 

MA1: Constatation du déplacement erratique d'un OVNI : sauts verticaux, manœuvres, loopings…

MA2: MA1 plus effet physique causé par l'OVNI

MA3: MA1 plus entité observée à bord.

MA4: manœuvres accompagnées de sentiment d'altération du réel par l'observateur.

MA5: manœuvre provoquant un effet permanent ou la mort du témoin.

 

 

Classement FB :

 

 

FB1: observation d'un OVNI se déplaçant linéairement dans le ciel

FB2: FB1 accompagné d'une preuve matérielle.

FB3: Un survol pendant lequel des entités ont été observées à bord (rare).

FB4: Un survol pendant lequel le témoin a observé une altération physique de l'objet ou de ses occupants.

FB5: Survol pendant lequel le témoin a subi une altération physique, voire la mort : cas Cash/Landrum.

 

classement CE - :

 

classement des rencontres rapprochées similaire au classement Hynek.

 

CE1: OVNI à moins de 1500 mètres du témoin, mais pas d'effet permanent sur le témoin ou la zone environnante.

CE2: un CE1 qui laisse des traces d'atterrissage ou des blessures.

CE3: des entités ont été observées.

CE4: le témoin a été enlevé.

CE5: un CE4 qui aboutit à des effets psychologiques ou physiques permanents, voire à la mort.

 

Classement SVP - :

 

critère de crédibilité.

Code de trois chiffres allant de 1 à 4 qui indique la crédibilité du témoignage.

Le premier chiffre indique la crédibilité du témoin, le second celle de la visite du site, et le troisième les explications possibles.

Un classement 222 ou plus indique que l'observation vient d'une source fiable, que le lieu d'observation a été visité et qu'une explication naturelle demanderait une altération majeure de l'un des trois critères.

 

 

 

Critère de crédibilité de la source : 

0: source inconnue ou non fiable.

1: rapport provenant d'une source connue de fiabilité inconnue.

2: source fiable, seconde main

3: source fiable, première main

4: interview directe d'une source fiable.

 

 

Critère de crédibilité de la visite du site :

 

0: pas de visite ou réponse inconnue.

1: visite réalisée par une personne n'étant pas habituée au phénomène.

2: visite réalisée par une personne familière du phénomène

3: visite réalisée par un enquêteur expérimenté.

4: visite réalisée par un scientifique compétent.

 

 

Classement du type d'explication possible :

 

0: données probantes avec cause naturelle possible

1: une explication naturelle ne demande qu'une faible modification des données.

2: une cause naturelle nécessite une altération significative d'un des paramètres.

3: une cause naturelle nécessite l'altération de plusieurs paramètres.

4: pas d'explication naturelle possible, étant données les preuves.

 

 

 

Vinama: 

Les objets volants sont courants dans beaucoup de religions, et l'hindouisme ne fait pas exception dans le domaine. Selon des textes sanscrits découverts récemment par des occidentaux dans un temple du sud de l'Inde, les Vinama étaient des objets volants 'décapotables', mais pas réellement des OVNIs car leur champ d'action était limité à l'atmosphère terrestre. Le Dr Roberto Pinotti est un scientifique italien qui était porte-parole lors de la World Space Conference (conférence mondiale de l'espace) du 12 octobre 1988 à Bangalore, en Inde. Il s'est référé à de nombreux textes Hindous en déclarant que les dieux et héros indiens combattaient dans les cieux à bord d'engins munis d'armes. Ces armements consistaient en 7 types de miroirs et lentilles utilisées dans diverses manœuvres d'attaque et de défense. Le 'Pinjula Mirror' (miroir Pinjula) était une sorte de bouclier visuel qui protégeait les pilotes des 'Evil Rays' (rayons de l'enfer), le 'Marika' était utilisé pour tirer sur l'ennemi. Le Dr Pinotti a déclaré que ces armes ne semblaient pas si différentes de ce que nous appelons la technologie laser. Les véhicules étaient constitués de métaux spéciaux absorbant la chaleur appelés 'Somaka, Soundalike et Mourthwika'. D'après le Dr Pinotti, les principes de propulsion faisaient appel à l'énergie électrique, aux réactions chimiques, mais également à l'énergie solaire. D'autres scientifiques ont émis l'hypothèse selon laquelle les véhicules étaient propulsés par une sorte de moteur à ions de mercure. Le Dr Pinotti a conclu que le fait que les Vinama aient été décrits voilà plusieurs centaines ou milliers d'années, et que ces engins soient si proches des OVNIs, montrent que l'Inde disposait d'une civilisation supérieure mais oubliée ; qu'en conséquence, il serait intéressant d'examiner plus avant les textes hindous et de scruter de façon plus scientifique le sujet des Vinama. Vous allez me demander : Où donc est le rapport avec les ET ? Bien… Comme ces textes ont été écrits il y a de cela plusieurs centaines d'années, et qu'à cette époque, on peut facilement supposer qu'aucune civilisation humaine ne pouvait produire de machines volantes ou de laser; malgré cela, les Vinama ont existé, ainsi qu'un système de propulsion à ions et une forme de technologie laser; d'où pouvait donc venir l'idée de des éléments? Mais cela amène à nous poser une question: Où est passée toute cette technologie? Nous ne le savons pas, mais dans la mesure où les scientifiques admettent que les caractéristiques des Vinama sont réalistes, nous savons que ceux-ci ont existé. ( L'auteur s'emporte peut-être un peu rapidement ici. - N.D.T.)

 

 

Walton Travis  Abduction Case - Cas de l'enlèvement de Travis Walton - : 

En novembre 1975, un groupe de 6 bûcherons rentrait du travail en camion dans la forêt nationale 'Sitgreave-Apache', en Arizona, USA. Le conducteur arrêta le camion quand il remarqua une soucoupe volante qui planait à quelques mètres des arbres environnant. Travis Walton approcha l'engin à pieds, malgré les objections de ses collègues. Il a alors été cloué au sol par une lumière bleue et blanche. Quand ses collègues virent ceci, il furent terrifiés et s'empressèrent de quitter les lieux, laissant Walton pour mort. Une fois calmés, ils revinrent sur leur route mais ne purent trouver aucun signe, ni de Walton, ni de l'OVNI. Cinq jours plus tard, Travis était de retour et se demandait ce qui lui était arrivé pendant tout ce temps.

 

X  

 

 

Zéta Reticuli :

Nom d'une étoile de la constellation du Reticul.

0 commentaires

dim.

28

janv.

2018

Avion à la recherche d'une base alien repéré sur Google Earth ?

 

Des chercheurs prétendent avoir découvert, sur Google Earth, un avion top secret à la recherche d'une base extraterrestre cachée dans les profondeurs de l'océan.

 

Ces images nous montrent un avion très étrange qui ne porte aucun numéro d'enregistrement, d'inscriptions ou de marques. Juste devant l'appareil, on peut une silhouette sombre, qui semble être son ombre, suggérant qu'il est très proche de l'eau.

 

L'avion volait quelque part entre la côte ouest des États-Unis et l'île de Santa Catalina.

 

Cet avion semble voler à basse altitude pour explorer ce vaste océan à la recherche de quelque chose.

 

Les théoriciens du complot pensent qu'il pourrait s'agir d'un avion secret du gouvernement militaire américain menant une mission de recherche sur la vie extraterrestre.

 

Ils affirment que cette région de la planète est bien connue parmi les spécialistes comme abritant une importante base extraterrestre.

 

La vidéo a été publiée sur la chaîne YouTube UFOmania et a depuis été visionnée plusieurs dizaines de milliers de fois.

 

Dans cette région, il y aurait un « nombre exceptionnellement élevé d'observations d'ovnis ».

 

« Il y a eu aussi des cas d'abductions. »

 

« Dans cet endroit si particulier, certaines personnes enlevées disent avoir été emmenées dans une base souterraine. »

 

Un internaute expose sa théorie : « Ce pourrait être un avion de la CIA ou provenant d'un autre gouvernement. »

 

« Il y a tellement d'agences gouvernementales secrètes que maintenant il est impossible de les connaître toutes. »

 

D'autres ne sont pas aussi convaincus et ont rapidement démystifié cette observation.

 

« Ce pourrait être un avion de patrouille qui est utilisé pour balayer la surface de la mer avec un équipement spécial à la recherche de nappes de pétrole. »

 

« L'image de Google Earth nous fournit un indice de fuite d'huile possible de la plate-forme de forage située à proximité. »

 

La semaine dernière, un OVNI a été repéré au-dessus de la Zone 51, forçant un avion de ligne à dévier de sa trajectoire.

 

0 commentaires

dim.

28

janv.

2018

Un militaire anonyme divulgue une vidéo "Top secrète" en 1995 !

 

Cette affaire était célèbre dans les années 90, à vous de voir :

0 commentaires

jeu.

25

janv.

2018

Maurizio Cavallo évoque les Extraterrestres de Clarion

Mis en ligne par christian Macé sur son site http://ovniparanormal.over-blog.com

 

Il y a comme ça des affaires étranges de contacts avec des Extraterrestres qui nous mettent à l'épreuve...

 

C'est le cas ici que nous vous soumettons, où Maurizio Cavallo serait en relation avec les Extraterrestres de Clarion !!

 

Découvrons l'affaire !

 

 

Maurizio Cavallo, 63 ans, est également connu sous le pseudonyme de Jhlos, et a publié plusieurs ouvrages sur le sujet.

 

En 2012, lors d'une conférence à Turin, en Italie, il parle de qui seront les extraterrestres:

 

"Ce sont les gardiens stellaires, les seigneurs de l'arc-en-ciel: ils sont les jardiniers de l'univers, les ancêtres précurseurs; les immortels intemporels qui viennent des confins du cosmos. Ils viennent de la source primaire, d'un lieu dans lequel vous construisez l'éternité."

 

 

WHY ME?

 

Interview exclusive avec Maurizio Cavallo

 

 

Nous ne voyons que ce que nous avons appris à croire, c'est la réalité.

 

Quand l'humanité pourra regarder à travers cette autre fenêtre et regardera la réalité avec de nouveaux yeux, percevant l'univers réel dans lequel nous vivons, nous deviendrons fous ou nous évoluerons.

 

Il n' y a pas d'alternative.

 

 

Interview exclusive avec Maurizio Cavallo

Par Paola Leopizzi Harris

Piémont, Italie

Novembre 2006

 

 

Contactée ou enlevée ?   

 

L'énigme de vie de Maurizio Cavallo fait partie de cette interview extraordinaire.

 

Paola Harris et Maurizio Cavallo parlent d'un sujet très sensible, les photographies qu'il allègue avoir prises d'êtres étrangers qu'il aurait rencontrés.

 

Paola Harris l'invite à poser des questions plus détaillées.

 

Paola Harris:

 

Je ne suis qu'un enquêteur parmi ceux qui affirment avoir vécu des expériences. Mon devoir est de faire du bon travail et de rapporter fidèlement ce que disent les témoins, car seule l'information correcte doit parvenir aux gens, sans distorsion.

 

Maurizio Cavallo:

 

Je me sentais obligé de raconter mon expérience après onze ans de silence pour raconter ce qui m'est arrivé et qui pourrait arriver aussi à d'autres personnes.

 

Quelque chose qui a apporté une transformation intérieure complète en moi, dans ma vie et dans ma famille.

 

Mais après j'ai regretté de l'avoir fait parce que, bien que j'ai rencontré beaucoup de gens ouverts d'esprit, de belles et grandes personnalités qui voulaient et souhaitent connaître la vérité, j'ai aussi trouvé beaucoup de méchanceté.

 

J'ai rencontré des gens qui étaient égoïstement motivés par des objectifs personnels et ils m'ont dégoûté.

 

J'ai rencontré aussi des gens instables, des gens vraiment fous.

 

Il y a deux mois, j'ai accueilli ici, après de nombreux appels téléphoniques, un type qui s'est présenté comme le commandant en chef de la flotte extraterrestre et, pour démontrer qu'il était un vrai alien, il m' a montré ce qu'il appelait un rayon laser, mais ce n'était qu'une torche chinoise de poche avec quelques petites lampes allumées.

 

Ces choses m'ont vraiment contrarié.

 

 

 

Paola Harris:

 

Comment vous débarrassez-vous de ces visiteurs?

 

Maurizio Cavallo:

 

J'avais l'intention de l'inviter à déjeuner comme je le fais habituellement avec les gens que je rencontre pour la première fois, de les traiter comme des amis, comme des gens qui me sont chers... mais, quand j'ai réalisé quel genre de personne il était, malgré toutes mes meilleures intentions, j'ai dû inventer un rendez-vous inattendu. Je déteste mentir. J'aime être franc. Aussi si parfois j'ai l'air un peu brutal, j'aime être franc, je ne supporte pas un monde fait de mensonges mais, dans certains cas, il faut se protéger. Cet homme était une personne dangereuse.

 

Paola Harris:

 

Il y a aussi des gens qui veulent vous considérer comme un gourou, comment les gérez-vous dans ces situations?

 

Maurizio Cavallo:

 

Je les fais me détester.

Cela signifie que, s'ils pensent que je peux leur donner quelque chose, s'ils me demandent de leur enseigner quelque chose - et j'ai toujours été très clair à ce sujet - je leur dis que je ne suis pas un gourou et que je ne peux rien leur apprendre d'autre que mon expérience personnelle.

S'ils apprennent quelque chose de mon expérience, je serai heureux mais je ne peux rien leur apprendre parce que j'apprends encore.

Et quand je dis qu'ils ont souvent une réaction négative parce qu'ils se sentent trahis. Ils commencent à me traiter comme quelqu'un qui veut leur donner ce qu'ils considèrent comme une propriété à eux.

 

Depuis que mon expérience a commencé en 1981, je suis devenue une personne qui peut être aimée mais aussi détestée.

 

Paola Harris:

 

En 1981, vous étiez mariée, avez-vous eu des enfants?

 

Maurizio Cavallo:

 

Oui, j'étais marié et j'ai eu deux enfants, la fille avait sept ans et le garçon quatre ans.

 

Paola Harris:

 

Est-ce que tout est arrivé soudainement?

 

Maurizio Cavallo:

 

Oui.

J'avais eu quelques expériences comme beaucoup de gens, j'avais vu des lumières étranges dans le ciel mais cette nuit-là, la nuit de l'enlèvement, il est tombé sur moi tout d'un coup.

 

Je ne m'attendais à rien de tout cela et à partir de ce moment-là, tout a changé pour moi.

 

Paola Harris:

 

J'ai remarqué que vous avez utilisé le mot "enlèvement". Vous appelez ça un enlèvement ou un contact?

 

Maurizio Cavallo:

 

J'appelle ça un enlèvement.

 

Paola Harris:

 

Parce que c'est arrivé contre votre volonté?

 

Maurizio Cavallo:

 

Oui, je n'en voulais pas, ils m'ont obligé.

 

J'étais à la maison.

 

Toute l'histoire est dans mon livre, tous les moments dramatiques que j'ai dû vivre.

 

J'étais chez moi et je me sentais... J'ai commencé à me sentir physiquement malade, fiévreux et soudainement j'ai entendu une voix intérieure et impérieuse m'ordonner de sortir, de retourner sur les collines du Monferrato où nous étions allés la nuit précédente pour une promenade avec des amis à moi.

 

Après le dîner dans une pizzeria, nous étions allés marcher sur ces collines pendant une dizaine de kilomètres, plus ou moins, depuis Vercelli.

 

Nous avions laissé nos voitures et nous avions commencé à marcher quand nous avons vu un globe de lumière, rouge comme un feu, qui descendait derrière des arbres nous donnant l'impression qu'il atterrissait.

 

Nous étions tous très excités et nous sommes allés dans cette direction pour voir ce qui se passait.

C'était une nuit profonde et le sol était rocailleux et difficile, alors nous avons abandonné et sommes rentrés chez nous.

 

Dès mon retour à la maison, j'ai commencé à me sentir malade.

 

J'avais chaud, froid, je me sentais fiévreux.

 

Au début, je pensais que c'était dû à une mauvaise digestion.

Je croyais avoir mangé quelque chose qui m'avait rendu malade. Je ne pouvais pas dormir et j'ai commencé à entendre cette voix qui me complétait et m'ordonnait de reprendre ma voiture et de retourner dans les collines.

 

A ce moment-là, j'ai commencé un combat titanesque, un combat incroyable.

 

J'ai essayé de réveiller ma femme pour lui dire que j'étais malade et que je devais sortir, mais ma femme a continué à dormir comme si elle était sous l'effet d'une drogue.

 

Dans mon livre, je parle en détail d'une expérience particulièrement étrange...

C'était comme si ma maison avait été piégée dans quelque chose...

Je ne sais pas comment la définir, c'était aussi comme être gelée.

Je ne sais pas si c'est le bon mot...

 

Je suis allé à la salle de bains pour prendre un verre d'eau, le verre a glissé de ma main et est tombé sur le sol mais il est tombé au ralenti, très, très lentement.

 

Paola Harris:

 

Le temps s'était arrêté?

 

Maurizio Cavallo:

 

C'était un samedi soir et la rue était pleine du bruit d'une nuit de vacances, mais chez moi tout était silencieux.

 

Quand le verre s'est brisé par terre, je n'ai entendu aucun bruit.

 

Tout a été cristallisé.

 

C'était comme si le temps avait ralenti.

 

Il est évident que c'était un enlèvement parce que je ne voulais pas y aller.

Plus je résistais à cet ordre, plus la douleur dans ma tête augmentait.

J'ai remarqué que quand j'ai commencé à prendre la voiture et à aller dans les collines, ma douleur a diminué, mais quand, au contraire, j'ai pensé que je voulais rester à la maison, ma douleur a augmenté, plus fort qu'avant.

 

C'était une forme de contrainte, c'est la raison pour laquelle je dis que c'était un enlèvement.

 

S'ils m'avaient demandé de les accompagner, j'avais répondu non.

 

Paola Harris:

 

À l'époque, cela semblait une mauvaise expérience.

 

Et maintenant, en 2007?

 

Maurizio Cavallo:

 

Aujourd'hui non. Aussi dans mon livre je dis que ceux qui étaient mes contrôleurs, je les appelle ravisseurs, ceux qui m'ont emprisonné, étaient les mêmes qui m'ont donné ma nouvelle liberté.

 

Paola Harris:

 

Ils vous ont montré une nouvelle vérité.

 

Maurizio Cavallo:

 

Ils m'ont montré que Cosmos n'est pas ce que nous croyons, que la vie n'est pas ce que nous vivons, que tout ce que nous appelons réalité est une pure illusion.

 

Ils m'ont ouvert une fenêtre sur Cosmos, ils m'ont amené au bord de la folie et ils ont détruit le Maurizio du passé.

 

Le vieux Maurizio n'existait plus, ils l'avaient dépouillé, lapidé mais ils avaient permis au nouveau Maurizio de regarder au-delà des frontières de ce que nous appelons la réalité.

 

Ils m'ont fait un don immense, ils m'ont donné la liberté.

 

Paola Harris: Mais vous avez dû le payer au prix fort ..

 

 

 

Maurizio Cavallo:

 

Un prix très élevé. Tu vois, quand je comprends que ces gens viennent à moi en attendant quelque chose, me traitant comme un gourou, je dis toujours que je n'ai pas de vérité à leur donner.

 

Je n'ai que ma propre vérité et elle m'appartient complètement.

 

Je me sens bouleversée quand je réalise que cette vérité, si forte dans mon esprit, peut être manipulée... Tout le monde ne peut pas comprendre.

 

Paola Harris:

 

Bien sûr, nous sommes sur la planète Terre. Nous sommes des êtres humains, une race particulière. Nous grandissons, mais vous essayez de nous amener de l'école primaire directement à l'école secondaire, mais nous ne pouvons pas sauter de cette façon C'est un processus lent....

 

Maurizio Cavallo:

 

oui, mais peut-être que j'avais déjà été formé à cet effet.

 

Paola Harris:

 

C'est exactement ce que je voulais vous demander.

 

Maurizio Cavallo:

 

Oui, parce que j'ai réalisé que rien ne se passe par hasard, ma mère avait été enlevée aussi.

 

Paola Harris:

 

Comment le savez-vous?

 

Maurizio Cavallo:

 

Ils m'ont montré quelques images, un peu comme des images enregistrées. Ils m'ont montré des images dans une sorte de monolithe, dans une pyramide rubis-rouge utilisée comme un écran. J'ai vu des images d'une fille marchant dans un cimetière, à première vue je ne pouvais pas la reconnaître et ils m'ont dit:

 

"Il est évident que vous ne pouvez pas la reconnaître, elle est votre mère quand elle était une fille; elle connaissait les secrets des étoiles aussi."

 

Cela signifie qu'ils nous ont programmés.

 

Paola Harris:

 

Est-ce que ta mère t'en a parlé?

Elle t' a déjà demandé quelque chose?

 

Maurizio Cavallo:

 

Ma mère est morte quand j'avais treize ans.

J'avais une relation spéciale avec elle, très intense.

On n'avait pas besoin de parler.

Elle me regardait et je comprenais, je la regardais et elle comprenait.

Je ne me souviens d'aucun dialogue avec ma mère, mais nous avions une relation complète.

Quand elle est morte, je l'ai beaucoup regrettée et ma douleur était terrible.

Je ne pouvais pas sentir la douleur intense que vous ressentez dans votre esprit et votre corps quand vous perdez quelqu'un, j'étais calme parce que je savais neuf mois avant qu'elle doive mourir.

 

Paola Harris:

 

Comment est-elle morte?

 

Maurizio Cavallo:

 

Elle avait fait de l'hypotension mais le médecin avait mal compris ses symptômes d'hypertension et lui avait prescrit des médicaments pour abaisser davantage sa tension artérielle.

 

Elle les avait pris fidèlement et l'état de son coeur s'est aggravé  alors elle a dû être hospitalisée et son état s'est rapidement dégradé.

 Quand elle est entrée à l'hôpital, neuf mois avant sa mort, je savais qu'elle allait mourir.

J'en étais sûr et j'attendais ce moment tranquillement.

J'étais sûr que, de toute façon, rien n'aurait pu la séparer de moi.

 

A cette époque, j'avais treize ans et je croyais en Dieu, le Dieu catholique et, bien sûr, j'ai prié pour ma mère, j'ai prié Dieu de la laisser vivre et de la guérir.

 

Quand ma mère est morte, je suis devenue très en colère contre Dieu parce que j'avais cru auparavant que Dieu écoutait toutes nos prières.

 

A partir de ce moment, j'ai dit:

 

"Tu n'existes pas, tu n'existes pas parce que tu ne m'as pas écouté."

 

Avec le temps et grâce à l'expérience que j'avais acquise en 1981, j'ai commencé à penser différemment.

 

J'ai compris qu'un Esprit Divin existe mais il est complètement différent de l'image à laquelle nous sommes habitués. Un Esprit Divin existe mais toutes nos prières ne peuvent pas être entendues parce qu'il y a des programmes et que notre vie et notre mort ne sont que quelques racines de ces programmes.

 

Avec ma mère, j'ai toujours eu une relation parfaite. Cette nuit-là, ils m'ont montré ma mère quand elle était petite.

 

Paola Harris:

 

Ont-ils déjà montré votre mère vivante?

 

Maurizio Cavallo:

 

Oui, je l'ai rencontrée.

 

Paola Harris:

 

Je sais qu'ils vous ont amené à Clarion.

Vous l'avez rencontrée sur Terre ou sur Clarion?

 

Maurizio Cavallo:

 

Je l'ai vue à la maison. Un soir, ils m'ont dit que j'allais faire une visite agréable.

Au début, je pensais que je rêvais parce que j'étais dans mon lit et que je dormais, mais après m'être rendu compte que je me réveillais.

Je ne voyais pas ma mère avec l'apparence dont je me souvenais.

Elle était physiquement différente. Je savais que c'était ma mère, mais elle ne lui ressemblait pas.

 

Paola Harris:

 

Comment était-elle?

 

Maurizio Cavallo:

 

Elle avait l'air beaucoup plus jeune, on ne s'est pas parlé mais elle a fait un geste qui était son geste typique, une vague de sa main que ma mère utilisait seulement avec moi, elle m' a souri et c'est tout.

 

Paola Harris:

 

Était-ce comme un rêve?

 

Maurizio Cavallo:

 

Non, la première fois que j'ai cru rêver parce que j'étais dans mon lit, mais après avoir réalisé que je ne l'étais pas parce que je quittais le lit pour aller vers elle, mais elle a bougé la main pour m'arrêter, elle m' a souri et a fait ce geste si typique.

 

Quand nous étions bébés et que nous allions au lit, elle faisait ce geste pour dire bonne nuit. A ce moment-là, j'ai senti que je devais retourner me coucher et j'ai dû me rendormir. Je suis sûr que ce n'était pas un rêve.

 

Paola Harris:

Les habitants de Clarion sont faits de chair et de sang? Tu les as déjà rencontrés dans la rue?

 

Maurizio Cavallo:

 

Je les ai rencontrés au supermarché.

 

Paola Harris:

 

Est-ce qu'ils faisaient les courses?

 

Maurizio Cavallo:

 

Non, nous avons eu une réunion là-bas...

 

Les gens ne vont pas à croire en ce que je dis, ils n'ont qu' à penser à ce que je raconte et se demander s'il pourrait y avoir quelque chose de vrai là-dedans.

 

Si leur conscience leur donne l'impression que tout cela pourrait être réel, ils pourraient commencer à s'interroger  avec cette  grande question:

 

"SOMMES-NOUS SEULS?"

 

Mes photos ne sont pas une preuve, aussi parce que je ne les diffusent pas: j'ai des photos d'OVNI, d'extraterrestres.

 

C'est une photo de Suell, je parle de lui dans mon livre.

 

Paola Harris:

 

Il pourrait bien marcher parmi nous!

 

Maurizio Cavallo:

Il marche parmi nous.

Je l'ai rencontré dans une grande ville que je ne peux pas mentionner, il m' a donné une petite carte noire émettant des impulsions et ils m'ont dit de faire ou de ne pas faire certaines choses.

 

A un moment donné, j'ai senti que je devais prendre un train pour me rendre dans une ville où je devais rencontrer certains d'entre eux.

Pendant que je voyageais, je me suis demandé:

 

"Mais pourquoi dois-je prendre un train alors qu'en d'autres occasions, ils m'ont enlevé?"

 

C'était peut-être un procès, quelque chose que je ne comprenais pas.

 

Quand je suis arrivé dans cette ville, j'ai rencontré la même personne que j'avais déjà rencontrée sur un vaisseau magnétique, un OVNI.

 

Paola Harris:

 

Quel était le lieu du rendez-vous?

 

Maurizio Cavallo: J

 

e savais que je devais aller dans un bar et les attendre.

 

Les heures ont passé.

 

Le temps passait, personne n'arrivait et je commençais à être anxieux.

 

J'ai commencé à penser que j'avais inventé tout ça.... après un long, long moment, Suell est arrivé, heureux comme un enfant, en me demandant:

 

"Bonjour, avez-vous attendu longtemps?" T

 

out est dans mon livre.

 

Paola Harris:

 

Est-il normal? A-t-il parlé normalement?

 

Maurizio Cavallo: Oui, il a une maison et travaille sur Terre.

 

 

 

Paola Harris:

 

Comment pouvez-vous les reconnaître?

 

Maurizio Cavallo:

 

Vous "pouvez" les reconnaître.

 

Paola Harris:

 

Vous pouvez les repérer !

 

Maurizio Cavallo:

 

Il m' a demandé si j'avais remarqué quelque chose d'étrange chez la fille qui travaillait à la caisse du supermarché.

 

Je n'avais rien remarqué d'inhabituel mais bientôt je réfléchis un peu et dis:

 

"Oui, elle avait quelque chose d'étrange! Une étrange boucle d'oreille ressemblant à un monde dans un autre monde. Quand je l'avais vue, elle n'avait pas capté mon attention mais, après qu'ils m'aient demandé, je me suis souvenu d'elle. Certains d'entre eux travaillent et vivent sur Terre."

 

 

Paola Harris:

 

Pourquoi?

 

Maurizio Cavallo:

 

Parce qu'ils doivent nous aider un peu dans notre évolution, ils n'ont pas à nous conditionner, ils doivent seulement avoir une influence.

 

Paola Harris:

 

Ont-ils un ADN complètement extraterrestre ou à la fois extraterrestre et à moitié humain ?

 

Maurizio Cavallo:

 

Certains d'entre eux sont totalement étrangers et sont venus ici alors qu'ils étaient déjà adultes.

Ils ont apparemment trente ou quarante ans.

Ils arrivent tout simplement pour qu'ils n'aient pas de problèmes à obtenir des documents...

et leur ADN est complètement alien, si nous voulons les définir.

 

Ensuite, il y a ceux qui sont nés ici; ils ont un ADN extraterrestre mais prennent un corps humain avec un ADN humain, alors nous pouvons appeler ces hybrides.

 

Paola Harris:

 

Pensez-vous que le gouvernement est au courant?

 

Maurizio Cavallo:

 

Pas tous les hommes du gouvernement, seulement quelques-uns.

 

Paola Harris:

 

Les femmes ressemblent à des stars de cinéma.

 

Maurizio Cavallo:

 

Elles sont magnifiques. Il faut noter une chose: ce sont des photos polaroïdales faites sans processus de développement et il y a toujours une absorption lumineuse anormale car elles absorbent la lumière atomique.

 

Lors d'un de mes derniers contacts, dans une base sous la mer près de Gênes... (Cavallo montre une photo, N. d. R.)... C'est une photo où vous pouvez voir ceux qui dans la Bible ont été appelés "Cherubs", ce sont des êtres astrals.

 

 

Paola Harris:

 

Vous êtes incroyable! Vous réussissez à faire ces photos....

 

Maurizio Cavallo:

 

Pas du tout... Regardez cette photo, vous avez besoin de beaucoup de lumière... il y a un vaisseau spatial et vous pouvez voir quelques figures.

L'une de ces figures est un "Gris", l'une des grandes, au moins on les appelle ainsi. C'est un autre "Gris" mais de race hybride, à moitié humain et à moitié extraterrestre.

 

Paola Harris:

 

Où avez-vous pris cette photo?

 

Maurizio Cavallo:

 

Dans la base:

 

Paola Harris:

 

Comment vous ont-ils amenés?

 

Maurizio Cavallo:

 

Physiquement, l'année dernière.

 

Paola Harris:

 

Comment est-ce arrivé?

 

Maurizio Cavallo:

 

Il y a maintenant une symbiose. Je commence à me sentir très nerveux et troublé, je suis très anxieux et je laisse mon intuition me conduire.

 

Quand ces sentiments sont très forts, je vais à certains endroits.

 

Quand j'arrive dans un de ces endroits, je rencontre un être physique faisant partie du monde extraterrestre qui me conduit à la base.

 

Paola Harris:

 

Comment vous ont-ils amené à cette base?

 

Maurizio Cavallo:

 

Dans un bateau tout à fait normal.

 

Nous avons quitté le port, nous sommes allés jusqu' à un certain point dans la mer et puis l'eau autour a commencé à tourbillonner; j'avais peur, bien sûr, parce que cela ressemblait à un ouragan, puis notre bateau et nous avons commencé à couler.

 

Pendant que je descendais, tout autour de moi, je voyais un mur de cristal, l'eau n'était plus liquide, elle était solide.

 

Les murs d'eau étaient solides comme un tunnel et nous sommes descendus jusqu' à un point où ces murs s'ouvraient comme des rayons.

Nous étions au milieu d'une roue dont les rayons étaient les couloirs de la base qu'ils ont sous la mer.

 

Paola Harris:

 

Quelle est leur race?

 

Maurizio Cavallo:

 

Ce sont des Clarions qui travaillent ensemble avec une autre race.

 

Paola Harris:

 

Je peux imaginer que vous n'êtes pas un touriste pour eux, ils ont un programme.

Ils veulent que vous révélez d'une manière douce un scénario aussi complexe et que vous révélez cette réalité incroyable?

 

Maurizio Cavallo:

 

Très probablement, mais peut-être que le fait principal est-il qu'ils m'instruisent, c'est ce que je pense, mais je peux aussi me tromper.

 

Ils m'instruisent donc tout ce que je vois, tout ce que je vis, et tout ce qui m'imprègne lentement de cette nouvelle réalité , sera à partager avec les autres  personnes, par moi.

 

Tu vois, Paola, nous pensons que nous pouvons choisir et c'est terrible quand nous comprenons que tout ce que nous avons fait n'était pas notre choix.

 

Si je pouvais revenir à mon passé, je n'aurais pas pu vivre autrement.

 

J'ai toujours eu des passe-temps différents, je n'aimais pas les sports comme le football, j'aimais aller à la pêche, j'aimais mon travail et ma famille.

 

J'ai toujours cru, depuis mon enfance, que les autres mondes étaient habités.

 

J'ai toujours cru à d'autres intelligences sur d'autres planètes... de toute façon, j'ai mené une vie normale jusqu' à ce que je sois projeté  dans cette nouvelle réalité incroyable.....

 

Au fait, ils marchent d'une manière étrange, ils glissent...

 

c'est un effet extraordinaire.

 

Paola Harris:

 

Est-ce qu'ils marchent de cette manière étrange aussi sur la route?

 

Maurizio Cavallo:

 

Non, sur la route, ils ressemblent à des gens normaux.

 

Mais vous pouvez les reconnaître à certains signes:

ils sont très gentils, ils rayonnent une énergie de guérison aussi quand ils ne parlent pas.

 

Quand ils parlent, leur voix peut sembler un peu métallique et basse.

 

Parfois, cela arrive parce qu'il y a une sorte d'interface simultanée entre leur langue et la nôtre, mais peut-être que leurs accords vocaux donnent cette tonalité plus basse à leurs voix.

 

Elles ont de grandes oreilles et des yeux étranges, pénétrants, très pénétrants.

 

Mais plus que tout, vous pouvez sentir cette énergie, cette gentillesse, leur énergie. Ils dégagent une énergie si forte que vous pouvez vous sentir mal à l'aise.

 

Paola Harris:

 

Dans mon deuxième livre, j'ai beaucoup écrit sur la façon dont nous devons agir pour ne pas avoir peur des races étrangères, tout d'abord nous devons accepter toutes les différences qui existent entre les races ici sur Terre.

 

Vous avez eu beaucoup de chance.

 

Cela vous est arrivé en 1981, essayons de comprendre:

 

Est-ce que ce n'était qu'un contact ou est-ce que vous avez une prophétie sur notre avenir?

Peut-on donner de l'espoir aux gens?

 

Maurizio Cavallo:

 

Oui, le seul espoir est que notre conscience, notre conscience humaine doit atteindre un autre niveau, un niveau supérieur.

 

Paola Harris:

 

Nous n'avons pas beaucoup de temps.

 

Maurizio Cavallo:

 

Nous n'avons plus de temps et notre devoir est énorme.

 

Nous devons parvenir à un changement dynamique.

 

Et il est temps de changer notre dynamisme parce que ce sont deux choses différentes.

 

La conscience a besoin d'un très long temps d'assimilation.

 

 

Tout ce qui m'est arrivé appartient à un programme qui a commencé il y a très, très longtemps.

 

Quand ils m'ont montré des images d'une fille que je ne pouvais pas reconnaître parce que je n'étais pas encore née et que je reconnaissais qu'elle était ma mère, ils m'ont dit qu'elle aussi avait été touchée par les Seigneurs des étoiles et j'ai commencé à comprendre que tout faisait partie d'un programme.

 

Beaucoup d'entre nous sur cette planète sont des parties inconscientes de ce programme, même les gens qui disent n'avoir jamais rien vu.

 

Nous ne voyons qu'une réalité mécanique, mais je peux voir une réalité magique.

 

Je n'utilise pas le mot "magie" dans un sens négatif parce que notre univers est, en effet, une création magique et toutes les dimensions et la même création que nous pensons ont des paramètres physiques, n'en ont pas:

 

la matière est illusion et n'est que la cristallisation de notre pensée.

 

Nous ne voyons que ce que nous avons appris à croire, c'est la réalité.

 

Quand l'humanité sera capable de regarder à travers cette autre fenêtre et regardera la réalité avec de nouveaux yeux, percevant l'univers réel dans lequel nous vivons, nous deviendrons fous ou nous évoluerons.

 

Il n' y a pas d'alternative.

 

Paola Harris:

 

Peut-être les deux choses ensemble...

 

Maurizio Cavallo:

 

Je les ai dépassés tous les deux. Je ne pense pas être un homme supérieur, mais j'ai vu des choses que personne d'autre n' a vues.

 

Ces choses m'ont appris à être plus humble et chaque fois que je pense à ce qui m'est arrivé et à ce qui pourrait encore m'arriver, je me demande:  "Pourquoi moi?”.

 

0 commentaires

jeu.

25

janv.

2018

JT Ovni en France - Janvier 2018

Présentation Gilles THOMAS

 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. 

(ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans cette vidéo sont des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche....)  

 

L'édition vous est présentée par Gilles.T 

 

Dans l'édition:

 

- Le blog du CRUN fait peau neuve avec Eric Zürcher

- Etude géo'ufologique dans l'Yonne avec Rémy Fauchereau

- UFO Cloud: 

06 Février 2018 Conférence sur le Ranch Skinwalker à Ovni Paris

08 Février 2018, Rencontres d'Ovni Languedoc à Nîmes (30)

- Ovni Dans l'Histoire: Cas Ovni du 19 juin 1974 avec Joël Mesnard

- Un souhait pour le futur de l'ufologie avec François Villien

- Dossier du mois: Introduction  à l'étude géo'ufologique 2 

(Saison 7 des reportages) 

Avec les interventions de Rémy Fauchereau, Mirko, Yves Herbo, Luc Chastan, Danielle Chamarande, Jean-François Primeau et Eric Zürcher . 

 

 

0 commentaires

mer.

24

janv.

2018

Quand le gouvernement français s'intéressait aux OVNIS et aux Cigares Volants.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir 

0 commentaires

lun.

22

janv.

2018

LA GRANDE PANNE DE COURANT AMERICAINE DE 1965 OVNI OU FOUDRE EN BOULE ? DOSSIER ENTERRE !

 

Dans la série des dossiers oubliés ou volontairement enterrés figure l'incident du 9 novembre 1965.

 

Ce jour là vers 17h30, le pilote Weldon Ross qui terminait un vol d'instruction avec un élève s'apprêtait à se poser sur le terrain de Hancock situé non loin de la base de Syracuse, dans l'Etat de new York.

 

Toute cette région est traversée par des lignes à haute tenson qui aliment les usines métallurgiques, les constructions mécaniques et les industries chimiques fort nombreuses dans cette partie des États-Unis.

 

Ross qui était en approche de la piste remarqua soudain une immense boule rouge de 30 mètres de diamètre, qui se tenait à la verticale d'un "carrefour" de lignes de 345 kilovolts alimentées par la sous-station électrique de Clay…un peu volumineux pour être la foudre en boule !

 

 

Au sol, Robert Wash, opérateur à la tour de contrôle de l'aéroport de Syracuse, et employé fédéral remarqua également

cette " intrigante chose " en forme de bol renversé, qui se déplaçait lentement dans le ciel.

 

Pour beaucoup, cet étrange et mystérieux objet céleste fut le véritable responsable de la fantastique panne qui éprouva ce jour là toute la côte Est des U.S.A., et une partie du Canada.

 

Depuis près d'un siècle que fonctionnait la compagnie Edison, chargée de la distribution de l'énergie électrique, jamais son système de sécurité n'avait été mis en défaut, même lorsque celui-ci était équipé de moyens de protection archaïques.

 

Tous ceux qui ont étudié avec un peu d'attention le déroulement de la gigantesque panne du 9 novembre 1965,ont été frappés par la fantastique tempête électrique qui semblait avoir été dirigée contre les points névralgiques de l'infrastructure aérienne.

 

Plus de 1500 éclairs furent comptés !

 

On le sait, c'est à 17 h 28 qu'eut lieu la première coupure d'énergie provoquée par la " boule rouge "vue par Weldon Ross.

 

A 20 h 37, la centrale nucléaire d'Indian Pointe était paralysé à son tour.

 

Quatorze minutes plus tard, à 20h 59, tous les cerveaux électroniques qui régularisaient la distribution du fluide électrique étaient mis hors service !

 

A 21 h 27, plus aucune source d'énergie ne fonctionnait.

 

C.I.A. et F.B.I, ingénieurs et techniciens ne comprirent pas comment les ordinateurs avaient pu être ainsi réduits à l'impuissance.

 

Mieux, à l'époque, on estima qu'il aurait été impossible de réaliser manuellement à l'aide de cerveaux électroniques, un black-out aussi total.

 

La " Edison Cie " invoqua la volonté divine pour expliquer la faiblesse de son réseau.

La C.I.A et le F.B.I. gardèrent secrètes leurs conclusions , alors qu'ingénieurs et techniciens étaient partagés quant aux causes réelles de cet incroyable accident.

La foudre en boule fut accusée de tous les maux, jusqu'à ce que la revue " LIFE "publie un étonnant cliché réalisé par son photographe Arthur Rickerby.

 

L'image représentait un OVNI argenté survolant New York pendant la nuit de la grande panne. Ce document ne fut jamais contesté, le sérieux de Rickerby ne pouvant être mis en doute !

 

0 commentaires

dim.

21

janv.

2018

Une ancienne enseignante convaincue que les aliens existent

 

Une ancienne professeure affirme avoir vécu une expérience terrifiante alors qu'elle et son mari roulaient sur une route très fréquentée. Elle est convaincue que ce sont les extraterrestres qui ont subitement arrêté leur voiture.

 

Jean Bradley, âgée de 79 ans, vit à Rugby, dans le comté de Warwickshire, en Angleterre. Elle a raconté que son cauchemar avait eu lieu sur l'A5. Elle et son mari, John, passaient devant le New Inn, un pub près de Rugby, quand l'électricité et le moteur de leur véhicule se sont soudainement arrêtés. Dès lors, leur voiture s'est stoppée sur cette route principale très fréquentée.

 

Elle raconte : « Les camions continuaient à rouler, nous étions terrifiés à l'idée que notre voiture puisse être heurtée. Je pleurais de peur. »

 

« Ensuite, j'ai remarqué des lumières dans le champ à côté de notre voiture, et j'ai d'abord supposé qu'ils appartenaient à un fermier travaillant tard, bien que je pensais que c'était improbable. »

 

« Mais les lumières ont soudainement disparu et la voiture a recommencé à fonctionner. »

 

Dans cette présente affaire, il n'y a visiblement aucune preuve que des extraterrestres soient impliqués. Cependant, de nombreux témoins, à travers le Royaume-Uni et les États-Unis, ont raconté que leur voiture avait cessé de fonctionner après qu'ils aient vu de mystérieuses boules non identifiées non loin d'eux.

 

L'affaire, connue sous le nom de « Warminster Thing UFO », dans les années 1960 est l'une des plus remarquables.

 

A chaque fois, le même scénario se reproduit. Les voitures tombent en panne à l'apparition d'OVNI et remarche « miraculeusement » après leur disparition.

 

Quelques cas :

 

20 août 1965 : Un couple roulait à bord d'une motocyclette. Leur moto commença à ralentir alors que deux sphères lumineuses et blanches s'étaient mises à planer au-dessus de leur tête. Cet OVNI changeait régulièrement de couleur.

 

8 octobre 1965, 00h25 : Une femme conduisait vers Warminster. Elle a senti que sa voiture perdait de la puissance après qu'elle ait vu une boule orange vif. Quelques instants plus tard, elle s'arrêta. Elle a alors vu un objet sombre s'élever d'un champ voisin, produisant des étincelles rouges et bleues. Après cela, son moteur a redémarré.

 

7 septembre 1965, 20h : la voiture du major William Hill s'est arrêtée et a été « secouée par des vibrations » provenant du ciel. Il est sorti et a entendu un bruit de gémissement et de crépitement.

 

1967 : Un homme d'affaires passait devant Clay Hill quand il a senti que le moteur de sa voiture devenait brûlant. Il a alors entendu un bruit aigu avant que le moteur ne tombe finalement en panne. Il est sorti et a vu un disque blanc brillant au-dessus de sa tête.

 

25 août 1975 : un militaire conduisait près de Warminster. Il a signalé à une patrouille de police que sa voiture s'était mise à mal fonctionner après qu'il ait vu une lumière rouge vif dans le ciel.

 

En 2006, une enquête du ministère de la Défense sur les OVNI, effectuée dans les années 1990, a été publiée.

 

Les enquêteurs ont conclu que les météores qui ne brûlent pas complètement dans l'atmosphère terrestre pourraient déclencher l'ensemble de ces événements que les gens ont vécus à Warminster. Ainsi selon eux, l'apparition de ces lumières étranges et le fait que les voitures devenaient défaillantes auraient été produits par des météores. Seulement les rapports des témoins ne correspondent guère à cette explication.

 

Le rapport les décrit comme étant du « plasma flottant » formé à partir de météores qui ne brûlent pas complètement lors de leur entrée dans l'atmosphère. Ils sont visibles à l'œil nu ou au radar ou les deux.

 

Bizarrement, le rapport a indiqué que la présence de ces plasmas pourrait même provoquer des dysfonctionnements dans les moteurs de véhicules et les radios, comme cela a été expérimenté à Warminster, ou « à proximité ». De même, cela pourrait même avoir de curieux effets psychologiques.

 

Mme Bradley est maintenant convaincu que les extraterrestres existent et sont ici sur Terre. Mais, elle pense que les gouvernements cachent soigneusement cette vérité de peur de la panique que cette vérité pourrait provoquer.

 

Elle a raconté son histoire, qui s'est passée à une date non divulguée, dans son nouveau livre intitulé « People Must Know the Truth ». Elle demande aux autorités de révéler cette vérité et appelle aux croyants de se manifester.

 

Ses recherches l'ont amenée à croire que la ville de Rugby pourrait être un lieu où l'activité OVNI est particulièrement importante.

0 commentaires

dim.

21

janv.

2018

Confessions sur les ovnis d’un ancien enquêteur du gouvernement britannique

Article publié sur le site  Ovnis-direct.com

 

Un enquêteur, qui a consacré des années à l’étude du phénomène OVNI pour le ministère de la Défense (MoD), a récemment accordé une interview exclusive au média Express.co.uk dans laquelle il évoque les intelligences extraterrestres ainsi que son approche du phénomène Ovni.

 

 

Nick Pope, qui a travaillé pour le ministère de la Défense britannique de 1985 à 2006, et entre 1991 et 1994, a mené des enquêtes approfondies sur le phénomène ovni et sur la question de savoir s’il représentait une menace pour la sécurité nationale.

 

Le projet a été  clos en concluant qu'il n'y avait aucune de menace.

 

Aujourd’hui basé aux États-Unis, M. Pope réalise de nombreuses conférences sur les ovnis à travers le monde.

 

Il a livré son avis au sujet de l'existence d’une intelligence extraterrestre sur Terre.

 

Pendant des années, certains ont prétendu que le gouvernement américain, et peut-être d'autres États, avait rencontré des extraterrestres en visite sur notre terre et leur avaient permis d'œuvrer en secret depuis des bases souterraines cachées, d'où ils faisaient des recherches sur notre planète.

 

En retour, le gouvernement bénéficierait de leur technologie.

 

Parmi les personnalités les plus connues, on compte Edgar Mitchell, astronaute de la NASA, et Paul Hellyer, ancien ministre canadien de la Défense.

 

Le média Express.co.uk a demandé à Nick Pope de clarifier sa vision au sujet de cette théorie.

 

L'homme de 52 ans révèle être convaincu que les extraterrestres existaient quelque part dans l'Univers.

 

Il déclare n’avoir aucune preuve que les extraterrestres vivent secrètement dans des bunkers top secret et travaillant avec les gouvernements mondiaux.

 

Scientifiquement, il n'est pas convaincu du fait que les extraterrestres aient même pu arriver sur Terre.

 

M. Pope a déclaré :

« Je ne crois pas aux théories du complot qui disent que les extraterrestres sont déjà sur Terre et qu'ils travaillent secrètement avec divers gouvernements. »

 

« Selon lui, si des ovnis arrivaient en provenance d'autres planètes, alors il ne s’agirait que de sondes automatisées ou d’engins contrôlés par une intelligence artificielle », a-t-il ajouté.

 

M. Pope a été interviewé à la suite des révélations du mois dernier selon lesquelles le département de la Défense des États-Unis s'était engagé dans un projet top secret d’examen d’une menace potentielle d’ovnis de 2007 à 2012.

 

Les États-Unis avaient précédemment nié tout intérêt pour les ovnis depuis les années 1960, mais le Pentagone a confirmé l'existence du Programme avancé d'identification des menaces aériennes (AATIP).

 

M. Pope a déclaré :

« Comme la plupart des gens qui s'intéressent au phénomène OVNI, j'ai soigneusement analysé les récentes révélations concernant le projet ovni du Pentagone. »

 

« Il s’agit sans doute d’un fait majeur et le gouvernement américain a toujours déclaré n'avoir aucun intérêt pour les ovnis ».

 

« Nous connaissons à présent leur intérêt officiel pour le sujet et que les observations d’ovnis faisaient l'objet d'une enquête. »

 

« De plus, le projet AATIP du Pentagone avait amassé des preuves intrigantes : des témoignages de militaires, des vidéos de jets militaires chassant des objets non identifiés, des alliages et d'autres matériaux supposés provenir d'incidents liés à des ovnis. »

 

Pope prétend que certaines des personnes impliquées dans ce projet du Pentagone en étaient venues à croire qu'un certain nombre de ces objets non identifiés étaient d'origine extraterrestre. 

 

M. Pope a ajouté : « Ceci pose un gros problème et devrait conduire à un recadrage du débat sur les ovnis ».

 

« A bien des égards, l'AATIP n'était pas tant différent du projet ovni du gouvernement britannique, que j'ai mené dans les années 90. Nous avions aussi de nombreux cas impliquant des témoins militaires et possédions des photos et des vidéos prises à l'aide de fusées RAF. Nous avons bien évidemment discuté de la possibilité que certaines de ces observations pouvaient être d'origine extraterrestre. »

 

« Je ne peux exclure cette possibilité et j'aimerais que ce soit vrai : le monde serait beaucoup plus intéressant avec les extraterrestres. »

 

« Cependant, malgré le fait que j’ai été face à des preuves intrigantes, je n'ai pas encore eu en ma possession de preuve définitive. »

 

« Bien que je sois certain que la vie existe ailleurs dans l'univers, j’ignore si nous sommes visités. »

 

« Si nous le sommes, alors je pense que nous avons affaire à des sondes automatisées, ou des engins exploités par une sorte d'intelligence artificielle. »

 

Selon Nick Pope,

 

« Même s'il existe des extraterrestres faits de chair et de sang quelque part, le rayonnement cosmique et le temps immense nécessaire pour parcourir les distances interstellaires excluent probablement les formes de vie biologiques pouvant réaliser de tels voyages, à moins de contourner la barrière absolue de la vitesse de la lumière. »

 

Selon M. Pope, « des concepts tels que la déformation de l'espace-temps ou l'utilisation de trous de ver "sont de la science-fiction et non de la science, donc si nous sommes visités par des extraterrestres, alors nous traitons probablement d'intelligence artificielle. »

 

Le Média Ovnis-Direct garde tout de même ses distances vis-à-vis de cette dernière déclaration de Nick Pope dans la mesure où nous considérons les travaux de physiciens tels que Philippe Guillemant comme étant extrêmement sérieux et novateurs dans l’étude des trous de vers et de l’espace-temps.

 

 

Nous vous proposons à ce propos de visionner cette vidéo extraite du Colloque de Laon :

 

 

 

Auteur, journaliste et personnalité de télévision, Nick Pope a été responsable du projet OVNI du gouvernement au Ministère de la Défense britannique.

 

D'abord sceptique, ses recherches et enquêtes sur le phénomène OVNI ainsi que l'accès aux fichiers classifiés du gouvernement sur le sujet, l'ont convaincu que le phénomène mettait en évidence d'importantes questions de défense et de sécurité nationale, en particulier lorsque les témoins étaient des pilotes militaires ou lorsque des OVNIS furent suivis sur le radar.

 

 

Tout en travaillant sur le projet OVNI de la Défense, Nick Pope s'est également penché sur les enlèvements extraterrestres, les crop circles, les mutilations animales, la visualisation à distance et les fantômes.

 

Il est maintenant reconnu comme une sommité sur les ovnis, les théories de l'inexpliqué et celles du complot. Il fait un important travail dans les médias, des conférences partout dans le monde et est intervenu en tant que présentateur, consultant ou contributeur dans de nombreuses émissions de télévision et de radio.

 

0 commentaires

sam.

20

janv.

2018

Des rapports d’OVNIS révélés en Iran

Photo: via Babak Taghvaee

 

L’AFM a obtenu des copies d’un rapport iranien sur des survols allégués d’OVNI survenus il y a une dizaine d’années.

 

En 2004 et 2005, les pilotes de quatre F-4E Phantom II de la Force aérienne iranienne (IRIAF) et d’un seul Tomcat F-14A auraient confronté des OVNI luminescents au dessus d’installations stratégiques à Khondab et à Bushehr.

 

Dans le processus, au moins deux «combats de chiens» (combat tournoyant) ont eu lieu, mais sans succès pour les pilotes de chasse.

 

Les analyses originales des pages ainsi que leur transcription en anglais ont d’abord été publiées sur Twitter par le journaliste aéronautique iranien Babak Taghvaee le 17 décembre.

 

 L’incident impliquant le F-14A s’est produit le 28 octobre 2004, alors que l’intercepteur effectuait une patrouille aérienne de combat  au-dessus du réacteur à eau lourde d’Arank près de Khondab.

 

On a vu l’OVNI lumineux la nuit et on a jugé qu’il «collectait les données du réacteur», selon le rapport.

 

Les détails de la rencontre, y compris un combat aérien, ainsi qu’une interview avec le pilote duTomcat et RIO sont mentionnés sur quatre pages du rapport de l’IRIAF sur les survols d’ovnis:

 

Contexte ufologique

 

 

 

Les ovnis sont une partie inséparable de l’histoire de l’armée de l’air iranienne.

Depuis la fin des années 1960, lorsque l’armée de l’air a commencé à étendre rapidement sa flotte d’avions de combat, des objets volants non identifiés et lumineux ont commencé à apparaître à des endroits stratégiques à travers le pays.

 

Ces observations ont augmenté avec l’expansion de l’armée de l’air et ont culminé les 18 et 19 septembre 1976, alors que des exemplaires auraient été interceptés par les F-4Es de l’armée impériale iranienne (IIAF) sur la capitale, Téhéran.

 

Les survols d’OVNIS ont repris après la Révolution Islamique de 1979 et il y aurait eu des observations sur l’Ambassade Américaine pendant son occupation par des étudiants pro-Khomeiny.

 

Des observations d’OVNIS de masse ont eu lieu deux semaines avant l’éclatement officiel de la guerre Iran-Irak en 1980.

 

Au cours de la guerre des pétroliers, des OVNIS sont apparemment apparus sur les plates-formes pétrolières iraniennes quelques heures avant les frappes de la marine américaine.

 

Des agents secrets du commandement iranien du Renseignement et de la Reconnaissance ont rapporté des observations d’OVNIS sur des emplacements stratégiques en Irak avant les frappes aériennes de la coalition pendant l’opération Tempête du désert en 1991.

 

Des rapports similaires d’observations d’OVNIS sur l’Afghanistan et l’Irak sont survenus quelques jours avant le lancement de l’opération Liberté en 2002 et Liberté irakienne en 2003.

 

 

Programme Nucléaire

 

Les observations d’OVNI dans l’espace aérien iranien ont repris après que le gouvernement de Téhéran ait secrètement lancé son programme nucléaire au début des années 2000.

 

Les OVNIS ont commencé à être signalés au-dessus des sites nucléaires, et l’IRIAF a blâmé les opérations de collecte de renseignement des États-Unis.

 

D’autres OVNIS ont commencé à apparaître sur la base de tests de  Semnan. À partir de 2009, l’IRIAF a utilisé des mesures spéciales de défense aérienne lors des essais de missiles balistiques à Semnan.

 

 

 

En 2009, les recherches et études stratégiques de l’armée de l’air iranienne ont lancé un projet de recherche pour étudier la nature des OVNIS repérés en Iran au cours des cinq dernières décennies.

 

Les chercheurs de l’IRIAF travaillant sur le projet comprenaient des pilotes instructeurs de F-4E et des ingénieurs aérospatiaux assistés par des scientifiques.

 

L’étude conclut que les OVNIS en question étaient d’origine humaine et qu’au cours des deux dernières décennies, les objets sont apparus principalement à proximité de sites liés aux programmes de missiles balistiques et nucléaires de l’Iran.

 

Par coïncidence, les révélations iraniennes arrivent à un moment d’intérêt accru pour les OVNIS aux États-Unis.

 

Luis Elizondo, un officier de renseignement du département de la Défense des États-Unis, a récemment obtenu la sortie de trois vidéos montrant des rencontres entre des chasseurs et des «véhicules aériens anormaux», le terme militaire pour les ovnis. L’une de ces vidéos, tirée d’un US F-A-18F, est affichée ci-dessous.

 

Babak Taghvaee.

 

Commentaire : 

شكرا لك، السيد باباك تغفايي

لهذه المعلومات

0 commentaires

sam.

20

janv.

2018

Ovnis et perturbations électromagnétiques, ces enquêtes qui dérangent !

 

Si nous admettons même avec regret que les UFO sont bien des machines spatiales pilotées par des intelligences inconnues, le problème qu'ils posent n'a plus rien de commun avec une aventure intellectuelle passionnante, mais il devient une affaire sérieuse, qui intéresse peut-être le destin de l'humanité.

 

 

Comment en cette hypothèse, pourrions-nous nous opposer à des entreprises menées par entités sans visage ?

 

Excluons l'idée d'une invasion, mais admettons la possibilité d'actions conduites par des êtres dont les technologies sont mille fois supérieures aux nôtres, qui lors de leurs survols accomplissent des missions déterminées dans notre environnement .

 

Nous ne pouvons admettre une action qui ne serait pas déterminée par un but spécifique.

 

Certains faits plus que troublants nous ont appris que ces mystérieux objets célestes pouvaient paralyser toute énergie électrique et électronique dans de vastes régions et ainsi faire cesser totalement l'activité industrielle, économique et militaire.

 

Les anciens ufologues savent que des bases atomiques ont été neutralisées pendant de longues minutes, à la suite de ces opérations.

 

Le nombre de pannes de réseaux d'alimentation électrique survenues, lors d'apparitions au-dessus de points sensibles ne se compte plus.

 

C'est Marc Thirouin qui, le premier, signala la corrélation existant entre les apparitions d'OVNI et les fort étranges dérèglements énergétiques.

 

Depuis plus de soixante ans, de nombreux cas ont été signalés sur toute la planète.

 

Notre faculté d'oublier est grande et avec le temps ces événements s'effacent de notre mémoire. 

 

 

Nous ne nous arrêterons pas aux incidents mineurs mettant en cause des véhicules à moteur, mais nous allons tenter de voir en détail certains faits peu connus du grand public.

 

La première panne électrique causée par l passage d'un UFO remonte au 28 août 1945 quelques jours seulement après les explosions atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki.

 

Elle fut constatée et signalée par des soldats américains stationnés sur l'île Iwo-Jima dans le Pacifique. A l'époque, on parlait peu de soucoupes volantes, même si des pilotes de l'US Air-Force et de la RAF, avaient signalé la présence de ces objets, lors de leurs missions de guerre.

 

Il fallut quelques cas spectaculaires de perturbations électromagnétiques caractérisées pour que, dès 1954, bien après les militaires, les ufologues établissent un rapprochement entre les évolutions de ces curieux engins et les pannes de courant.

 

 

Le 9 novembre 1954, un énorme objet volant non identifié survola la localité de Joao-Passao au Brésil.

 

Des centaines de témoins suivaient son déplacement quand ils constatèrent une brutale chute de tension électrique.

 

Le 21 novembre 1955, pendant plus de trois quart d'heure, les régions de Paris, du Nord, de la Normandie, de la Bretagne, de Nantes et de Lyon subirent une panne généralisée de distribution d'énergie électrique.

 

On situa le point focal de cet étrange incident au cœur du Massif central.

 

Deux ans plus tard, trois disques lumineux survolèrent lentement la ville de Mogi Mirim, au Brésil, une baisse de l'intensité électrique subite affecta une vaste zone.

 

Sous la trajectoire des trois objets, la privation de courant fut générale.

 

Toujours en 1957, un disque volant priva d'électricité lors de son passage, la ville de Tamora ( Illinois ).

 

Presqu'à la même époque, le capitaine Jorge Aroujo et son copilote E. Soarès, qui le 14 août 1957 volait sur un C 47 des " Varig-Airlines ", se trouvaient vers 21h00 entre Porto Alègre et rio de Janeiro, quand il aperçurent un disque brillant comportant une coupole aplatie vers l'arrière.

L'engin passa vers l'avant de leur appareil à une vitesse fantastique et s'approcha de l'avion dont l'éclairage s'éteignit.

les moteurs eurent des ratés et la radio devint muette.

Le C 47 reprit son vol normalement dès que l'OVNI se fut éloigné.

 

82 jours plus tard, le capitaine Jean de Beyssac, chef pilote d'un avion cargo C.46 des " Varig-Airlines" décolla de Porto-Alègre en direction de Sao Paulo (Brésil). Vers 1h 10 du matin, le pilote repéra une étrange lueur rouge apparue à la gauche de l'avion, et dessous celui-ci . Avant que le capitaine Beyssac ait pu imprimer un changement de cap suffisant à l'avion, l'objet était à la portée de la main. Beyssac sentit une forte odeur de brûlé; une vérification à ses détecteurs d'incendie lui apprit que rien n'était anormal dans l'avion.

Soudainement, la lumière rouge incandescente de l'objet commença à s'affaiblir. Un rapide coup d'œil au tableau de bord permit à Beyssac de constater que l'émetteur radio, le générateur du moteur droit et le radiogoniomètre était hors d'usage…

Il fit pivoter l'avion et lentement et rebroussa chemin vers Porto Alègre. Un rapport détaillé de cet incident fut établi par le chef de bord et son copilote.

 

Nous nous retrouverons demain matin, pour découvrir ensemble, une liste détaillée d'incidents surprenants, survenus au sol et dans le monde entier !

 

0 commentaires

mar.

16

janv.

2018

Le gouvernement US détiendrait des matériaux aliens

 

Le gouvernement Américain détiendrait, depuis des dizaines d'années, du métal récupéré sur des vaisseaux extraterrestres. Aujourd'hui, certains souhaiteraient obliger les autorités à révéler publiquement les informations concernant ces matériaux.

 

Anthony Bragalia, écrivain spécialisé dans le domaine des OVNI, essaie de découvrir la vérité sur les récentes affirmations selon lesquelles du métal a été recueilli sur des OVNI écrasés sur Terre. A la suite de cela, le gouvernement a mené une enquête top-secrète avant de stocker ces matériaux dans les locaux d'une puissante entreprise de l'aérospatial située à Las Vegas.

 

M. Bragalia a demandé à ce que ces documents soient publiquement révélés en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) après que le journal Express ait soulevé des questions au sujet de l'emplacement de ce métal extraterrestre.

 

Jusqu'à présent, aucune image n'a fait surface de ce prétendu matériel, ni aucun détail sur l'endroit où il a été trouvé, ni aucun rapport sur les tests effectués sur celui-ci.

 

Il a indiqué qu'il était « disposé et capable de poursuivre le gouvernement américain » si l'information n'était pas fournie.

 

Les rapports sur ce métal ont émergé ce mois après que le New York Times ait révélé que le département de la Défense des États-Unis avait lancé un programme hautement confidentiel de 2007 à 2012 pour un coût de plusieurs millions de dollars afin d'étudier les dangers potentiels venant de l'espace.

 

 

M. Bragalia explique :

« J'ai fais plusieurs demandes en vertu de la loi d'accès à l'information auprès de cinq agences du Département de la Défense des Etats-Unis pour la publication des résultats des tests sur les alliages d'ovnis qui ont été rapportés par le New York Times et qui sont en possession du gouvernement américain. »

 

L'histoire a éclaté plus tôt ce mois-ci dans le New York Times, lorsque l'ancien officier de renseignement Luis Elizondo a révélé que l'entreprise Bigelow Aerospace avait été embauchée par le gouvernement américain pour abriter dans des « bâtiments adaptés » ces étranges matériaux récupérés sur des épaves d'OVNI.

 

La firme dirigée par le milliardaire Robert Bigelow a reçu d'énormes sommes d'argent du département américain de la Défense pour étudier le phénomène et s'occuper de ces « alliages métalliques ».

 

M. Bragalia a déclaré :

« Le fait que l'armée Américaine ait admit avoir récupéré des débris d'OVNI est historique. »

 

« Les détails sont rares sur la nature précise de ces matériaux. »

 

« Afin de trouver et d'étayer les informations sur ces débris, je souhaite obliger plusieurs agences à révéler tout ce qu'elles savent sur ces alliages. »

M. Bragalia n'est pas le seul à vouloir soulever des questions sur ces métaux découverts.

 

Jeff Wise s'est exprimé à ce sujet sur Nymag.com : « Les affirmations émises à ce sujet impliquent que les auteurs les croient vraies. »

 

« Mais ils demandent davantage d'explications : les documents produits étaient-ils crédibles ? »

 

« En quoi ces bâtiments ont-ils été modifiés, et pourquoi était-il nécessaire de les modifier pour stocker ce matériel ? »

 

Jacob Winding a expliqué sur Pastemagazine.com : « Si cela est vrai, c'est la plus grande nouvelle de notre vie : le gouvernement détient du matériel extraterrestre potentiel qui a une capacité supposée de modifier notre état physique. »

 

« C'était fou de voir comment tout le monde semble accepter ce genre d'informations en 2017. »

Le journaliste du New York Times, Ralph Blumenthal, a déclaré à MSNBC :

 

« Comme nous l'avons rapporté, ils ont étudié certains matériaux provenant de ces objets afin que les scientifiques puissent découvrir une explication à leurs propriétés étonnantes … Je le reconnais. »

 

En mai, M. Bigelow a stupéfié le monde en déclarant lors d'une interview au cours de l'émission d'actualité 60 Minutes sur CBS, que des extraterrestres intelligents vivaient secrètement sur Terre, et que le gouvernement était au courant.

 

L'enquête sur les OVNI a été menée par Luis Elizondo, responsable des renseignements militaires, au cinquième étage du C Ring du Pentagone.

 

M. Elizondo, qui a démissionné en octobre pour former un groupe de recherche sur les OVNI « To The Stars Academy » avec l'ancien chanteur de Blink 182 Tom DeLonge, a déclaré que l'effort se poursuivait secrètement et qu'il a un successeur, qu'il a toutefois refusé de nommer.

 

 

Nick Pope, ancien chercheur sur le phénomène OVNI pour le compte du ministère britannique de la Défense, a déclaré :

 

« Il existe des tests qui permettent de savoir si des matériaux ont été dans l'espace, comme ceux qui impliquent l'examen des rapports isotopiques ou l'ionisation. »

 

« Ce genre de tests est effectué sur des météorites, afin de les différencier des roches terrestres.»

 

« Si des matériaux ont été exposés aux rayons cosmiques, cela ne prouve pas qu'ils sont d'origine extraterrestre, car ils pourraient simplement provenir d'un satellite ou d'une

fusée. »

 

« Ces tests sont tellement évidents pour les chimistes et les spécialistes des matériaux qu'il n'y a aucun moyen pour qu'ils se trompent. »

 

« Bigelow Aerospace doit connaître les résultats de ces tests et leurs résultats ont probablement été communiqués à l'AATIP. »

 

Il croit que ce sera extrêmement difficile d'obtenir des informations.

 

Il ajoute :

« Les journalistes et les chercheurs d'OVNI auront eu une mauvaise surprise quand ils découvriront que leurs nombreuses demandes d'accès à l'information liées à l'AATIP seront été rejetées parce que cette information est détenue par Bigelow Aerospace et non par une quelconque agence fédérale. »

 

« C'est l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement place des projets particulièrement sensibles dans le secteur privé. »

 

Aucun rapport officiel sur ces matériaux n'a été publié, mais il est affirmé que des recherches ont également été effectuées sur les personnes qui ont été en contact avec ce genre de matériel pour voir si cela avait des effets sur eux.

 

Le projet gouvernemental secret sur les OVNI a été initialement financé à la demande de l'ancien sénateur Harry Reid, qui a pris sa retraite du congrès cette année.

 

Le démocrate du Nevada, qui était le chef de la majorité sénatoriale à l'époque, a permis à l'argent d'aller à la compagnie de son ami M. Bigelow.

 

0 commentaires

mar.

16

janv.

2018

Photos de soucoupes volantes et d’extraterrestres nordiques présumés

 

Le 12 janvier, une photo a été prise d’une soucoupe volante avec une grande fenêtre en forme de hublot rectangulaire montrant apparemment deux occupants.

 

Selon le photographe, qui utilise le pseudonyme JP pour garder l’anonymat, les occupants sont deux extraterrestres nordiques “d’apparence humaine” qui communiquaient avec lui par télépathie !

 

JP a dit qu’il a reçu une communication télépathique alors qu’il se trouvait dans une résidence d’une dizaine de personnes à l’extérieur d’Orlando, en Floride, où on lui a dit de sortir et de regarder dans le ciel.

 

C’est ce qu’il a affirmé dans des échanges :

 

"Aujourd’hui, à 6 heures, j’ai eu un contact incroyable… Je recevais des messages télépathiques chez moi..

 

On m’a demandé si je voulais les voir. J’ai négocié avec eux pour savoir si je pouvais prendre une photo. Je leur ai dit que c’était très important pour la divulgation.

 

La voix dans ma tête que j’ai entendue, c’était les Nordiques qui m’ont pris au Brésil. [Note: J’ai été contacté pour la première fois par JP en 2008 à propos de sa rencontre avec des extraterrestres au Brésil. M.S.]

 

Ils travaillent avec la United States Air Force. Ils effectuent des missions en Antarctique et dans l’Espace. Ils donnent leur technologie à l’armée de l’air, c’est terrifiant.

 

Donc je sors et j’entends la voix qui me dit de lever les yeux. Je les ai vus. J’ai pris des photos mais ça ne marchait pas. Mon téléphone s’est éteint, écran noir, par un pirate informatique. Mais j’ai réussi à prendre quelques photos et à les enregistrer dans mon téléphone quand même."

 

JP a fourni une esquisse des deux prétendues individus nordiques qu’il a vus dans l’engin spatial.

 

 

La dernière photo de la séquence semble confirmer sa prétention d’être témoin de deux extraterrestres nordiques – une photo originale est disponible plus bas.

 

Ce qui est également pertinent dans la communication télépathique de JP ci-dessus, c’est l’affirmation selon laquelle le groupe de Nordiques dans l’engin spatial pris en photos travaille avec l’US Air Force et fourni différents types de soutiens technologiques.

 

Le 14 septembre 2017, JP a fourni des photos d’un appareil en forme de cigare volant près de la base aérienne MacDill Air Force.

 

Il dit que cet engin appartient à des extraterrestres travaillant pour les opérations spéciales de l’USAF.

 

JP a également fourni des photos d’embarcations triangles et rectangulaires antigravitationnelles en provenance de la base aérienne de MacDill.

 

 

Lors d’un incident survenu le 23 octobre 2017, il a reconnu que l’insigne des occupants militaires d’une embarcation de forme rectangulaire appartenait aux opérations spéciales de l’US Air Force.

 

JP a récemment déménagé de Tampa à Orlando, en Floride, et continue d’assurer la liaison avec la communauté des opérations spéciales qui souhaitent le recruter en raison de sa relation avec les extraterrestres nordiques qui lui ont fourni des informations sur les technologies de pointe.

 

Les photos du 12 janvier fournies par JP sont des preuves à l’appui de ses présumés contacts et communications avec des extraterrestres nordiques, et peuvent faire partie des rares photos où des silhouettes des mystérieux occupants d’engins spatiaux extraterrestres apparaissent.

 

0 commentaires

lun.

15

janv.

2018

L'ancien conseiller d'Obama exige la vérité sur les OVNI

 

L'ancien directeur de campagne de Hillary Clinton a exigé que le « voile sur les OVNIS soit levé » à la suite des révélations selon lesquelles le gouvernement Américain a enquêté secrètement sur ces phénomènes inexpliqués.

 

John Podesta, qui était chef de cabinet du président Bill Clinton et conseiller du président Barack Obama, a appelé, sur Twitter, à ce que la vérité sur les extraterrestres et les OVNI soit enfin publiquement dévoilée. Il y a peu, on a appris, à la surprise générale, que le gouvernement Américain avait dépensé la somme de 16,5 millions de dollars pour enquêter sur les menaces provenant de l'espace.

 

Selon un rapport du New York Times, le programme, allègrement financé par le gouvernement américain, a enquêté sur les nombreux rapports d'OVNI entre 2007 et 2012.

 

Il aurait été dirigé par le responsable du renseignement militaire, Luis Elizondo, qui est maintenant un acteur clé au sein d'un groupe de recherche sur les OVNIS mis en place par l'ancien chanteur du groupe de rock Blink 182, Tom DeLonge.

 

M. Podesta a tweeté un lien vers des rapports contenant ces informations explosives en disant simplement : « Levez le voile ». Il a accompagné son message du hashtag « #TheTruthIsOutThere ».

 

Le sénateur démocrate du Nevada, Harry Reid, était le chef de la majorité sénatoriale à l'époque. Il avait demandé les détails du financement de ce programme avant que les détails ne soient révélés. Il a également utilisé les médias sociaux pour exercer davantage de pression sur les instances dirigeantes.

 

Il a tweeté un lien vers des rapports disant : « La vérité est ailleurs. Sérieusement », et ajoutant une photo d'un OVNI.

 

« Si quelqu'un dit avoir des réponses, il se trompe. »

 

« Nous ne connaissons pas les réponses, mais nous avons beaucoup de preuves pour appuyer nos questions. »

 

« Cela concerne la science et la sécurité nationale. »

 

« Si l'Amérique ne prend pas l'initiative pour répondre à ces questions, d'autres le feront. »

 

M. Podesta a été au centre de la nouvelle organisation baptisée « To The Stars Academy » et lancée par M. DeLonge. Il a mis en place un financement participatif pour obtenir des fonds afin d'enquêter sur les ovnis.

 

M. DeLonge a envoyé un courriel à M. Podesta au sujet de son projet pendant la campagne présidentielle de Hillary Clinton, comme cela a été révélé par Wikileaks.

 

Mme Clinton a également promis pendant sa campagne qu'elle ferait toute la lumière sur les extraterrestres et la mystérieuse Zone 51 de l'USAF située dans le Nevada si elle arrivait à la Maison Blanche.

 

Dans un e-mail envoyé en octobre 2015 et intitulé « Things Important » (« Choses importantes »), le chanteur indique qu'il avait deux contacts importants que M. Podesta devait absolument rencontrer afin de parler du « sujet sensible » des OVNI.

 

Il écrit : « C'est Tom DeLonge. Celui qui vous a interviewé pour ce documentaire spécial il n'y a pas si longtemps. »

 

« Les choses bougent avec ce projet : des romans, films et œuvres de non-fiction fleurissent et se terminent. »

 

« J'aimerais amener avec moi deux personnes très 'importantes' que vous devez absolument rencontrer à Washington DC. »

 

« Je pense que vous les trouverez très intéressantes, car elles étaient les principales responsables et travaillaient sur ce sujet sensible. »

 

« Les deux étaient en charge des divisions les plus sensibles, en ce qui concerne les sujets scientifiques classifiés au sein du département de la défense. »

 

On ne sait pas si M. Podesta a répondu aux e-mails ou a rencontré ces deux mystérieux personnages.

 

En quittant l'administration de Barack Obama, il a tweeté que son « plus grand échec » était « de n'avoir pas pu obtenir de révélations au sujet des rapports d'OVNI ».

 

0 commentaires

ven.

12

janv.

2018

Billet d'humeur : une muselière pour nous !

 

Article mis en ligne sur le site https://ufoetscience.wordpress.com

dont le site odla.fr partage totalement le point de vue exposé !

 

Chers lectrices et lecteurs, bienvenue ici pour cette nouvelle année qui démarre.

 

Tous mes vœux de santé, joie ,bonheur vous accompagnent.

 

Que cette année soit la meilleure possible pour tous,  dans ce monde difficile qui est toujours incapable de contrôler ses propres démons,un monde boulimique de paraître , de pouvoir, de bénéfices , d’ego  etc, et  j’en passe.

 

Le genre humain dans toute sa splendeur.

 

Alors l’espoir pour ne pas dire notre salut,  viendra-t-il de quelques sages de la planète si peu nombreux  ou de quelqu’un  venu d’ailleurs ?

 

L’avenir le dira.

 

En attendant ici nous continuons notre travail, d’informer  en évitant les "fake news" si possible.

 

Encore comment définir une fake news ?

 

Qui peut se permettre d’affirmer ou infirmer ce qui n’est pas palpable et au nom de quoi ?

 

Bien entendu le web regorge d’âneries et de plaisanteries.

 

Mais au milieu de tout ceci se cache une sournoiserie malsaine.

 

Une information  relayée par un média, une personne, un blog amateur aussi sérieux soit-il, qui dérangerait  nos élites  ou des gens qui ont peur de voir une autre réalité, sera alors mis hors circuit ( à cause pour certains, grâce pour d’autres),  par ces nouvelles mesures du système qui veut contrôler les masses.

 

Le net se révélant plus efficace que nos syndicats !

 

Ces gens qui prennent, se servent !

 

Nous y sommes !

 

Ces gens du pouvoir viennent de franchir le seuil.

 

Afin de sauvegarder leur suprématie sur cette belle planète qui n’est pas la leur, mais qui est celle de tout le monde, y compris la nature qui nous permet de survivre.

 

Mais ça il l’ont oublié, ou bien plus grave encore, ils s’en

moquent !

 

Il fallait verrouiller cet internet qui est une passoire, l’ultime obstacle entre la société et eux .

 

Ces gens qui prennent viennent de lancer cette offensive au nom de la sécurité et de notre bien être, c’est ça , nous avalons ces belles excuses ! 

 

En même temps ils démontrent que quand on veut ou peut, alors qu’ils se disaient incapables de nous protéger contre les gens malveillants , un comble et si ce n’est pas pour se moquer de nous ça ?

 

De mensonges en mensonges ils finiront par se perdre eux mêmes !

Alors l’année 2018 démarre plutôt mal pour le commun des mortels !

 

Liberté d’expression où est tu ?

 

Le cinquième pouvoir aura la lourde tâche de discuter ce qui est diffusé par les médias mainstream, et de diffuser les réalités qui dérangent.

 

Heureusement nous avons d’autres chats à fouetter, et nous n’allons pas abandonner notre objectif qui est d’éclaircir le mystère entourant le phénomène OVNI et OANI.

 

L’information nous la prenons au plus près des autorités officielles lorsque celles ci montent au créneau mais toutefois sans omettre  de porter notre analyse critique lorsque ceci est nécessaire, la nôtre, pas celle que l’on nous dicte ( pour faire bien) ou que l’on nous impose.

 

 

Dans la meute, ne nous méprenons pas,  nous sommes considérés comme Oméga et Alpha entend bien croquer celui -ci, s’il s’écarte du groupe.

 

Vous voyez ce que je veux dire ?

 

Très récemment les grands médias américains et britanniques comme The New York Times,The Guardian ,Express UK, la Fox News, etc ont révélé que le Pentagone était bel et bien impliqué par les affaires d’OVNIS.

 

Plus aucun doute qu’ils ont étudié ces incursions et sans trop nous écarter nous pouvons même dire qu’ils ont bénéficié de certaines choses et c’est à partir de là que les  budgets ont été donnés pour  les recherches dans un premier temps, et pour de nouvelles innovations et applications qui en découlèrent.

 

Nous voyons qu’une partie infime de ces manœuvres et de ces résultats au fil du temps.

 

Alors devons nous considérer ces informations comme une fake news, qui cherche à nous déstabiliser ou non ?

 

Etant donné que ce ci vient de médias officiels, nous dirons que non ,car ils ne peuvent pas mentir et ils savent mieux que quiconque que les sources sont crédibles.

 

Si c’était venu d’un site web comme le nôtre nous nous serions dores et déjà fait déboîter et taxer de site complotiste, pas vrai ?

 

C’est à peine risible !

 

Au passage les médias officiels francophones diffusent  ce qui les arrangent concernant les dires venus du pentagone.

 

Mais surtout, ils se gardent bien de mentionner que les petits amateurs que nous sommes, ont peut-être raison d’évaluer  les dossiers OVNIS comme étant sérieux et que ceci l’ a toujours

été ! N’en déplaise à nos détracteurs !

 

Laissons le temps au temps, la vérité appartient à tout le monde et la liberté de l’information nous entendons bien la défendre !

 

Elle ne doit pas appartenir uniquement au quatrième pouvoir, celui qui est à la solde des gouvernements , des gouvernants qui sont placés en haut de cette pyramide infernale,  celui dont la mission est d’endoctriner aussi bien que le font les sites web fumeux mais dans l’excès inverse naturellement.

 

Une espèce d’équilibre ? 

 

D’ autres moutons de cette piètre société !

 

Deux troupeaux de moutons ceux qui suivent aveuglément les médias officiels et ceux qui tout aussi aveuglément suivent les négationnistes , on ne va pas s’en sortir !

 

Commentaire : merci pour ce point de vue et "coup de gueule" qui fait du bien 

0 commentaires

ven.

12

janv.

2018

“Les Ovnis sont une réalité ! Nous ne plaisantons pas !” (vidéo)

 

Le journaliste Tucker Carlson interroge sur le site Discose.tv  Leslie Kean  l'une des meilleures Ufologues de notre planète actuellement.

 

0 commentaires

jeu.

11

janv.

2018

Un astronaute se confesse avant de Mourir : “Les Extraterrestres ont empêché une Guerre Nucléaire sur Terre”

 

Edgar Mitchell était un astronaute de la NASA à la retraite, et le sixième être humain à avoir posé les pieds sur la Lune lors de la mission Apollo 14 en 1971.

 

Après sa retraite, il a consacré sa vie à l’étude scientifique non conventionnelle de la vie extraterrestre.

 

Il est décédé en Floride, aux États-Unis, à l’âge de 85 ans.

 

Toutefois, avant de quitter la Terre lors de son dernier voyage, Mitchell a choqué le grand public lorsque, au cours d’une entrevue avec le journal britannique Mirror Online, il a révélé que les extraterrestres ont visité la Terre pendant la guerre froide, et empêché une guerre nucléaire.

 

“Ma propre expérience de parler aux gens m’a montré clairement que les ET avaient essayé de nous empêcher d’aller à la guerre et qu’ils ont contribué au développement de la paix sur Terre”, a-t-il déclaré à Mirror Online dans une interview.

 

“Les extraterrestres essayaient d’empêcher la guerre en aidant à créer la paix sur Terre”, a-t-il dit.

 

L’astronaute a fait plus précisément référence à des observations d’OVNIs dans des bases militaires:

 

“J’ai parlé à plusieurs officiers des Forces aériennes qui ont travaillé dans ces bases pendant la guerre froide. Ils m’ont dit qu’ils voyaient fréquemment des OVNIs et qu’ils étaient capables de désactiver leurs missiles. D’autres fonctionnaires sur la côte du Pacifique ont dit que leurs missiles étaient souvent abattus par des navires étrangers. Il y avait beaucoup d’activité à cette époque.”

a-t-il révélé.

 

Selon Mitchell, le gouvernement américain a systématiquement caché toutes sortes d’informations sur ces incidents.

 

 

White Sands était un terrain d’essai pour les armes atomiques – et c’est ce qui intéressait les extraterrestres.

 

“Ils voulaient en savoir plus sur nos capacités militaires”, a dit Mitchell.

 

Mais beaucoup de gens restent sceptiques malgré le fait que non seulement Mitchell, mais aussi de nombreux autres astronautes, officiers militaires et hauts fonctionnaires du gouvernement à la retraite ont parlé de l’existence des OVNIs et des extraterrestres, sans parler des innombrables documents déclassifiés très secrets qui ont été mis à la disposition du grand public au cours des deux dernières années.

 

De plus, M. Mitchell, titulaire d’un baccalauréat scientifique en génie aéronautique et d’un doctorat des sciences en aéronautique et en astronautique, a affirmé que le camouflage des Ovnis de Roswell était réel.

 

La NASA a répondu aux accusations de M. Mitchell dans le passé en disant:

 

“La NASA ne suit pas les OVNI. La NASA n’est impliquée dans aucune sorte de dissimulation d’une vie extraterrestre sur cette planète ou n’importe où dans l’univers. Le Dr Mitchell est un grand Américain, mais nous ne partageons pas ses opinions sur cette question.”

 

0 commentaires

lun.

08

janv.

2018

L'ultime vague de déclassification en Grande-Bretagne vient d’avoir lieu

 

La dernière série d’archives sur les ovnis vient d’être libérée par le gouvernement de Grande-Bretagne bien que certaines ambiguïtés demeurent.

 

Les représentants du gouvernement ont enfin terminé le processus décennal de déclassification des archives d’ovnis de la Grande-Bretagne, mais certains pensent qu'ils ont été délibérément rendus difficiles d'accès.

 

Rappelons que cette dernière vague de déclassification promise par le gouvernement britannique au sujet des ovnis a été mystérieusement retardée à plusieurs reprises.

 

Nick Pope, un ancien expert du ministère du bureau ovni du ministère de la Défense, émet des doutes sur cette divulgation, affirmant de surcroît que "les ufologues risqueraient d'être "irrités" par les questions soulevées par le fichier final."

 

 

Le ministère de la Défense a passé dix ans à publier des fichiers déclassifiés relatifs aux observations d’ovnis avant de terminer ce 1er janvier par la publication des trois derniers documents.

 

Cette dernière version complète le long processus de déclassification des X-Files britanniques par le gouvernement, des documents top-secret contenant des récits de témoins oculaires, des croquis et des rapports de police sur des observations d’ovnis entre les années 1970 et le début des années 2000.

 

Contrairement à la plupart des documents publiés antérieurement, ces derniers fichiers ne seront pas accessibles en ligne.

 

L’une des questions que l’on pourrait notamment se poser est de savoir pourquoi le gouvernement a attendu dix ans avant de publier ces dossiers ?

 

Nik Pope

 

Pourquoi avoir choisi la date du 1er janvier ?

 

N’ont-ils pas délibérément choisi le moment où le public était focalisé sur les fêtes de fin d’année pour espérer que cette déclassification passe inaperçue ?

 

Existe-t-il un lien entre cette déclassification et les récentes divulgations au sujet des travaux secrets du Pentagone ?

 

Certains peuvent également se poser la question de savoir si les documents britanniques, récemment déclassifiés, ont fait l’objet des investigations du Pentagone qui ont coûté 16 millions de livres aux États-Unis.

 

Surnommé le Programme avancé d'identification des menaces aérospatiales, le projet secret a duré cinq ans.

 

 

Pourquoi ces archives ne sont-elles pas disponibles

en ligne ?

 

Contrairement aux fichiers précédemment déclassifiés, les trois derniers documents n'ont pas été numérisés.

 

Cela signifie que toute personne qui voudra les découvrir devra se rendre aux Archives nationales en personne, ou demander une copie de ces documents.

 

Bien qu’il soit improbable que les ufologues anglais soient rebutés par cela, il semble plus difficile pour les membres du public d'accéder à ces fichiers déclassifiés.

 

Nick Pope affirme :

 

“Ces récentes révélations au Royaume-Uni et aux États-Unis montrent que quoi que vous pensiez au sujet des ovnis, certains gouvernements ont pris le sujet au sérieux."

 

 

0 commentaires

lun.

08

janv.

2018

France : la commission technique 3AF/SIGMA2 s’exprime sur les récentes divulgations concernant l'AATIP

 

 

Le 16 decembre 2017, plusieurs articles (écrits dans le New York Times, Politico, articles avec la participation de la journaliste Leslie Kean du Huffington Post) sont parus sur un programme de recherche du Pentagone americain sur les PAN (Phenomenes Aerospatiaux Non identifies, UAP en anglais) appele AATIP (Advanced Air Threat Investigation Program).

 

Ce programme « caché » du Pentagone daterait de 2007 et aurait été arrêté en 2012 selon le Pentagone.

 

Ces articles soulèvent des questions et conduisent des personnes a s'adresser a 3AF/SIGMA2 pour connaitre son opinion sur ce programme et les déclarations associées.

 

L'objectif de ce document est de proposer des éléments de réponse a la principale question : qu'apportent ces révélations sur le programme AATIP ?

 

 

Introduction sur les faits :

 

Ils révèlent que, non seulement les recherches du DoD americain ne se sont pas arrêtées en 1969 avec la fin du dossier Blue Book mais aussi, que de nouveaux cas ont été observés et enquêtés depuis.

 

Par ailleurs, une vidéo infrarouge filmant un PAN depuis deux F18 en 2004 est exhibée comme l’un des exemples de cas étranges étudiés, mise a disposition et autorisée pour publication par le Pentagone au profit d'une société de recherche privée sur les OVNIS et phénomènes paranormaux (TTS/AAS : To The Stars/ Academy of Arts and Sciences).

 

L'un des ex responsables du programme AATIP, M. Luis Elizondo (ancien de l'agence de renseignement de la défense DIA) aurait remis sa démission du Pentagone en octobre 2017 pour rejoindre le groupe de recherche TTS/AAS3 sur les OVNIS qui a mis en ligne depuis, la vidéo infrarouge (Gimbal) pour la Communauté d’Intérêt (COI4), ainsi que le compte rendu d'observation fait par les quatre pilotes de F18.

 

M. Elizondo invoque un manque de soutien du gouvernement US5 pour poursuivre les recherches.

 

Le programme étudierait des observations d’objets doués d’une cinématique extraordinaire sans signe apparent de propulsion, sujet également en étude par le groupe TTS/AAS.

 

Le lien est fait avec la société de M. Robert Bigelow, milliardaire américain, travaillant avec la NASA sur de futurs véhicules spatiaux (Module Spatial Extensible B330) et ami proche du Sénateur Reid (Nevada) a l’origine de ce programme AATIP.

 

M Bigelow est connu pour être  persuadé que l’Hypothèse ET (ExtraTerrestrial Hypothesis) est averée ce qui motive son mécenat vis a vis des recherches sur les UFOs et les technologies de propulsion exotique.

 

La societé de M. Bigelow BAASS (Bigelow Aerospace Advanced Space Studies) collecte systématiquement les comptes rendus d’observation effectues par les pilotes ou tout autre objet ou observation concernant les PANs conformément aux consignes de la FAA, l’aviation civile US .

 

Elle a des liens avec l’organisation US MUFON  qui mène des travaux sur les UFOs depuis des années, certaines analyses de cas ayant été financées par BAASS.

 

 

Ces articles soulèvent des questions et conduisent des personnes a s'adresser a 3AF/SIGMA2 pour connaitre son opinion sur ce programme et les déclarations associées.

 

L'objectif de ce texte est de proposer des éléments de réponse a la principale question :

 

qu’apportent ces révélations sur le programme AATIP ?

 

- Y a t il une communication nouvelle de l'administration US sur les UFOs, une inflexion par rapport au silence remontant a 1969 depuis la clôture du dossier Blue Book de l'USAF ?

 

- Ce programme de recherche permet il d'accéder a des nouvelles bases de données sur les PANs, certaines déclassifiés?

- Y a t il des réveéations nouvelles, des cas tout a fait nouveaux, quid de la question de l’Hypothèse ExtraTerrestre (HET].

 

 

La Commission technique SIGMA2, s'intérèsse aux Phénomènes Aérospatiaux Non Identifies, sur lesquels elle mène des recherches en regroupant des experts en aéronautique, espace, anciens pilote ou astronaute, médecins, ingénieurs ou militaires retraites, spécialistes de défense aérienne, des missiles, des avions.

 

Commission technique, elle ne s'intéresse qu'a l'étude technique des cas de PAN qui font l'objet d’enquêtes de terrain par ailleurs par le CNES/ GEIPAN.

 

Le GEIPAN travaille avec la gendarmerie et l’armée de l’air sur les cas de PAN français depuis 1977 et les publie depuis 2007.

 

SIGMA2 s’intéresse autant aux problèmes d’observation, qu’a l’analyse de la physique observée, y compris aux effets des rayonnements électromagnétiques et notamment micro-ondes constatés.

La nature technique des travaux exclut totalement les réflexions de nature philosophique ou sociétale qui peuvent intéresser d’autres experts.

 

La question HET est traitée sous l'angle des observations et de leur recoupement avec les phénomenes ou engins connus.

 

Tous ces éléments sont expliqués dans le rapport de synthèse de la Commission SIGMA2 paru en 2016 et dans l’interview par Jean-Pierre Troadec de la Commission SIGMA2, parue en novembre 2016 dans la revue Nexus.

 

Les actions de recherche de SIGMA2 conduisent a identifier les bases de données physiques sur les PANs, et donc toutes les organisations menant des travaux scientifiques sur ce sujet.

 

A ce titre, le programme AATIP et ses retombées sont intéressantes.

 

Y-a-t-il une communication nouvelle de l'administration US sur les UFOs ?

 

Un changement de cap ?

 

 

Depuis la clôture du dossier Blue Book de l’USAF en 1969, le Pentagone et l’USAF n’ont pas cessé d’indiquer que le sujet UFO était clos.

 

Seule, la CIA semble avoir maintenu une veille active sur le sujet a l’international.

 

Les récentes publications d’archives (rappelées dans le rapport SIGMA2 de 2015] en janvier 2016, puis en janvier 2017 (voir le site web CIA CREST] montrent que le sujet est reste d’intérêt.

 

En revanche, l’annonce faite le 16 decembre 2017 de l’existence d’un programme officiel de recherche sur les UFOS semble constituer une rupture dans la communication de l’administration US sur le sujet.

 

Pourtant, la transparence n’est pas totalement de rigueur :

le rapport (490 pages] n’est pas encore publié, et l’ancien responsable du programme AATIP, M. Luis Elizondo, démissionnaire pour cause de ressources insuffisantes, laisse planer le doute sur l’intérêt des autorités pour les travaux effectués.

 

Le programme aurait été arrêté pour des raisons financières par le Pentagone qui autorise cependant la divulgation des vidéos infrarouge de F18 sur le site de TTS/AAS...

 

Cela ressemble a une campagne de communication a des fins non encore identifiées entre les services officiels US et la sphère de recherche privée.

 

Ce programme de recherche permet il d'accéder a des nouvelles bases de données sur les PANs ?

 

 

SIGMA 2 est évidemment interessée par les travaux qui pourraient être publiés par le programme AATIP, voire par les données scientifiques qui pourraient être mises a disposition a cette occasion par TTS.

 

Pour l’instant, le rapport reste classifié.

 

La vidéo du cas Nimitz (observation par les F18] n’est pas une révélation récente et si elle présente un intérêt journalistique, elle ne peut être utilisée directement, en dépit de certains détails techniques intéressants du rapport Gimbal.

 

Les travaux récents de SIGMA2 montrent combien une vidéo Infrarouge nécessite de disposer de données complémentaires pour en faire une exploitation efficace.

 

L’existence de la société "To The Stars" regroupant M. Luis Elizondo et d’autres experts notamment d’anciens du Pentagone, pourrait offrir l’opportunité d'une coopération avec SIGMA2.

 

Y a t il des révélations ; Quid de la question HET :

 

Les déclarations de M. Luis Elizondo sont celles d’une personne privée, certes retraitée du Pentagone, mais ne s’exprimant pas de façon officielle.

 

Aucune déclaration directe du Pentagone sur le sujet ne vient étayer ses positions ou celles de M. Bigelow sur l’HET hormis un communique sur l’arrêt des travaux.

 

Le contenu du rapport AATIP n’est pas mis a disposition du public.

 

D’autres rapports du même type, comme celui du MOD britannique intitule "Unidentified Aerial Phenomena in the UK Air Defence Region" , déclassifié et publié en 2008, montrent l’existence avérée des phénomènes mais ne concluent pas clairement sur leur origine et encore moins sur l’HET ou sur une menace, tout en préconisant des mesures de prudence pour les pilotes en cas d’effet de surprise.

 

 

SIGMA2 étudie tous les cas de PANs que leur origine soit naturelle (phénomènes atmosphériques, foudre en boule, plasmas], artificielle (engins du type avion furtif ou drone a changement de milieu] ou bien inconnue.

 

Certains comportements de phénomènes ou d’objets présentant des accélérations brutales après un passage en vol stationnaire ou des changements de forme surprenants (voir le cas de Lakeneath10, cas publie par la CIA et observé en 1956 par la RAF en Grande-Bretagne) mettent en évidence des cinématiques extraordinaires.

 

Ces cas sont-ils le reflet de phénomènes a la fois lumineux et détectables au radar, manoeuvrant très vite ou bien de réels engins intelligents dotés d’une technologie inconnue plus rapide que celle que nous connaissons ?

 

 

Pour l’instant, le manque de données ralentit la progression dans les analyses mais SIGMA2 ne désespère pas de parvenir a collecter de nouvelles données avec de nouveaux moyens d’observation.

 

AATIP fournira-t-il de telles données ?

 

Nous pouvons exprimer un certain optimisme, réaliste.

 

Aucune des données obtenues par la démarche FOIA aux USA ne résulte de projets classifies ou declassifiés.

 

0 commentaires

ven.

05

janv.

2018

Un scientifique affirme que les extraterrestres nous observent

 

Un scientifique américain a proposé une bien curieuse théorie expliquant pourquoi, malgré les nombreuses observations d'OVNI, les civilisations extraterrestres sont si réticentes à prendre contact avec nous.

 

John A. Ball, un radioastronome au Massachusetts Institute of Technology (MIT), a déclaré que les extraterrestres pourraient contacter la Terre uniquement « quand nous serons prêts ».

 

Son hypothèse affirme que les aliens se comportent, envers nous, comme des gardiens d'un zoo. Pour lui, l'humanité n'a pas entendu parler des extraterrestres parce que nous ne sommes pas assez avancés pour être contactés.

 

Le fait est que ces êtres sont beaucoup plus avancés que nous et considèrent notre civilisation comme étant beaucoup trop basique par rapport aux leurs.

 

M. Ball pense cependant que l'humanité ne les menace guère, sinon nous aurions été « écrasés ».

 

« Je suggère, premièrement, que l'humanité n'est ni seule ni numéro 1. Les civilisations avancées existent et exercent un certain contrôle sur la galaxie,

Deuxièmement, elles sont conscientes de notre existence, au moins à un certain niveau, mais se sentent-elles concernées par nous?

Nous pouvons être seulement une entrée obscure dans leur cartographie des régions habitées de la galaxie.

Troisièmement, nous ne les connaissons pas parce qu'ils veulent que nous ne les connaissions pas, ils se cachent (Mais cela signifie qu'ils se soucient de nous, alors pourquoi se cacher?), ou parce que nous ne sommes pas (encore) assez intelligents pour savoir qu'ils sont là, mais ils se moquent de savoir que nous savons. »

 

« Comment pourrions-nous intervenir [à une attaque, NDLR] ? Nous ne pouvons même pas sortir de notre système solaire - pour l'instant. »

 

La théorie de M. Ball se fonde sur l'hypothèse de 1950 du physicien nucléaire Enrico Fermi qui affirmait qu'il existait des êtres extraterrestres dans la galaxie, basés uniquement sur la taille presque infinie de l'univers.

 

Les affirmations de cet expert du MIT peuvent expliquer pourquoi près de 5 000 observations d'OVNIS ont été signalées aux autorités américaines, l'année dernière.

 

Les chercheurs du National UFO Reporting Center ont dit qu'ils avaient reçu 4 655 rapports d'OVNI.

 

La Californie est l’État où les observations sont les plus fréquentes avec 490 observations, suivi par la Floride avec 305.

 

Le Nevada, là où se trouve la Zone 51 et où les chasseurs d'extraterrestres affirment qu'un vaisseau extraterrestre et son équipage ont été récupéré après le crash de Roswell en 1947, n'en comptabilise que 55.

 

0 commentaires

jeu.

04

janv.

2018

La CIA poste une photo d'OVNI sur son compte Twitter

 

La CIA a tweeté il y a quelques jours une ancienne photographie d’ovni datant de 1952. Avec l'acronyme "#ICYMI2017"(In Case You Missed It), une formule qui propose de repartager les contenus phares de l’an passé. On y trouve également un lien renvoyant vers le site de la CIA, en particulier vers des tutoriels pour expliquer comment photographier correctement un ovni... 

 

Rappelons qu'en début d'année 2017 l’agence déclassifiait plus de 12 millions de documents incluant des informations classé jusqu'alors confidentielles concernant les apparitions d’OVNI mais aussi des expérimentations psychiques (MK-Ultra) et d’autres nombreux sujets paranormaux.

 

le 16 décembre 2017, c'est le New York Times qui révélait l’existence de "l’Advanced Aerospace Threat Identification Program" (AATIP), une initiative secrète de recherche sur les ovnis menée pendant au moins cinq ans, à hauteur de 22 millions de dollars par an, entre 2007 et 2012. 

 

Le fameux "compte-gouttes" que je défends personnellement depuis des années malgré une féroce désinformation suit son cours...

 

Voir l'image sur le compte Twitter de la CIA:

0 commentaires

jeu.

04

janv.

2018

Étude top secrète de l’incident ovni de Cosford par le Pentagone ? - 04 janvier 2018

 

Publié le 03/01/2018 sur le site ovnis-direct.com

 

Une mystérieuse observation d’ovni au-dessus de la Royal Air Force Cosford pourrait avoir été étudiée dans le cadre d’une étude top secrète du Pentagone.

 

 

En 1993, une patrouille de police a signalé un immense engin triangulaire au-dessus de la base aérienne des Midlands.

 

Il s’agirait de l’un des douze ovnis qui se seraient trouvés dans l’espace aérien britannique à ce moment-là, en train de se déplacer en même temps et à toute vitesse.

 

Nick Pope, qui a dirigé le bureau d’études des ovnis du ministère de la Défense entre 1991 et 1994, suppose que cet événement surnommé "l'incident de Cosford" faisait partie du programme avancé d'identification des menaces aériennes (AATIP), dont le financement (22 millions de dollars) a été récemment reconnu par le gouvernement américain (entre 2007 et 2012).

 

En effet, son existence n'a été révélée qu’en décembre dernier par des journalistes américains du New York Times.

 

M. Pope, qui a écrit un rapport sur l’affaire à l'époque, a déclaré à The Express & Star : « Le cas de Cosford a été l'incident lié aux ovnis le plus probant et fascinant qui s’est produit au début des années 90. »

 

« Il fait probablement partie des meilleurs cas que nous possédons dans nos archives. »

 

« Il est inconcevable pour moi que cet incident ne soit pas mentionné dans le rapport de 490 pages des États-Unis. Je suis sûr que les Américains étaient au courant de l'incident de Cosford et qu'ils ont certainement mené des enquêtes officieuses. »

 

 

Que s’est-il vraiment passé ?

 

Le 31 mars vers 1h15 du matin, des officiers de police ont rapporté une observation d’« un gros engin de forme triangulaire volant à environ 200 pieds ».

 

L'engin a émis un faible bourdonnement et tiré un faisceau de lumière qui a balayé le sol. Il a laissé des traînées de vapeur lumineuse et a filé en direction du Sud-Est.

 

La plupart des témoins ont décrit l'engin comme ayant deux lumières blanches, mais certains ont déclaré en avoir observé une troisième, donnant l'impression que l'objet était triangulaire.

 

Dans son rapport de l'époque, M. Pope avait mentionné la présence d’un

« ovni d'origine inconnue en train d’opérer dans l'espace aérien britannique, sans apparaître sur le radar. »

 

Il a déclaré que l'incident était de « très haute importance pour la défense » au point de réclamer une enquête plus approfondie.

 

Bien qu'aucun nouveau détail ne soit apparu, M. Pope pense que la gravité de l'événement a certainement suscité l’intérêt du gouvernement américain au point de mener leur propre enquête.

 

 

Il a ajouté :

« Les officiels liés au projet AATIP du Pentagone ont révélé que le programme a généré un rapport de 490 pages détaillant les observations d’ovnis réalisées non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le monde. »

 

« J'avais quitté le ministère de la Défense lorsque l’AATIP a été mis en place, donc je ne sais pas si les Américains nous ont informés de leurs découvertes. »

 

Il faut savoir que la veille de l'observation, un satellite radio russe a été lancé et les débris de son propulseur sont retombés sur Terre.

 

Ce qui a servi bien évidemment d’explication pour de nombreux sceptiques.

 

L’importance de l'incident de Cosford a été accentuée par le signalement d’une douzaine d’ovnis de forme triangulaire en train de se déplacer à grande vitesse dans le ciel de l'ouest de la Grande-Bretagne.

 

Ils ont également été rapportés dans d'autres régions des Midlands durant la nuit. Une famille de Rugeley a même prétendu l’avoir observé dans la campagne du Staffordshire avant de disparaître.

 

La première observation a eu lieu à Somerset la veille vers environ 20h30, a déclaré Nick Pope.

 

Puis, à 21h30 à Quantock Hills, Somerset, un policier avec un groupe d'éclaireurs a rapporté avoir vu un avion décrit

comme « ressemblant à deux Concordes côte à côte et se rejoignant ».

 

Pope a déclaré :

« Les rapports nous sont rapidement parvenus. Je suis arrivé au travail le lendemain matin et reçu un flux régulier de rapports. »

 

« Il était clair que j’étais en possession d’un cas en béton. Un des rapports les plus intéressants est venu d'un habitant de Rugeley, dans le Staffordshire, qui a rapporté avoir vu un ovni qu’il estimait à environ 200 mètres de diamètre. »

 

« Lui et d'autres membres de la famille m'ont expliqué comment ils avaient pourchassé l'objet avec leur voiture, pensant qu’il avait atterri près d’un champ ».

 

« Quand ils sont arrivés sur les lieux quelques secondes plus tard, il n'y avait plus rien à voir. »

 

« Beaucoup de descriptions se rapportaient à un engin de forme triangulaire ou aux lumières ressemblant aux dessous de l’engin ».

 

« Ces observations se sont produites trois ans après le fameux assaut de la Belgique par des ovnis qui avaient conduit les combattants du F-16 à tenter d'intercepter un OVNI suivi par radar. »

 

Nick Pope, qui a dirigé le projet OVNI du gouvernement britannique entre 1991 et 1994, affirme être certain de l’existence des ovnis et que leur origine pourrait être extraterrestre.

 

 

0 commentaires

mer.

03

janv.

2018

La base de Dulce au Nouveau Mexique - vidéo

0 commentaires

mar.

02

janv.

2018

Hommage à notre ami Jimmy Guieu qui nous a quitté il y a 18 ans, le 2 janvier 2000

 

Message de Christian Macé du blog Ovni Paranormal :

 

En ce 02 janvier 2018, un triste souvenir hante nos esprits. En effet, le 02 janvier 2000, il y a déjà 18 ans, notre ami Jimmy Guieu décédait, Jimmy partait pour un autre monde…

 

Je suis allé à l’enterrement de feu l’ami Jimmy Guieu, où Jimmy repose dans le cimetière du village La Chaussée d’Ivry, dans le département de l’Eure-et-Loire, en France. Ce jour là, un couple de l’Ordination Magnétique (OM), était présent… Rappelons que Jimmy a été le premier à révéler par ses enquêtes, cette extraordinaire affaire du contacté Jean-Claude Pantel avec ces étranges visiteurs de l’Ordination Magnétique (OM), venus des autres dimensions.

 

Je pense que la disparition de ce grand homme qu’était Jimmy n’est pas définitive dans le néant. Mais bien au contraire, que l’âme de Jimmy séjourne dans l’au-delà, et que l’âme de Jimmy peut revenir en se réincarnant… Nos morts ne sont pas morts.

http://ovniparanormal.over-blog.com/2018/01/hommage-a-notre-ami-jimmy-guieu-decede-le-2-janvier-2000.html
0 commentaires

mar.

02

janv.

2018

Une théorie conspirationniste prétend que des Nazis se cachent au centre de la Terre !

 

Les théoriciens de la Terre creuse affirment que notre planète abrite, dans ses souterrains, une race d'extraterrestres de 12 pieds de haut (environ 3 mètres 65) et même des nazis qui auraient réussi à s'échapper à la suite de la Seconde Guerre mondiale.

 

Cette incroyable théorie gagne en popularité ces dernières temps. Selon ces conspirationnistes, la NASA cache délibérément des preuves sur l'existence d'un énorme trou au-dessus du centre de la Terre menant à ce mystérieux monde souterrain.

 

Rodney Cluff, auteur de l'ouvrage « World Top Secret: Our Earth IS Hollow », soutient que ceux qui affirment que la Terre est plate ont complètement faux.

 

Plus tôt ce mois-ci, Robbie Davidson, cinéaste de Flat Earth, a déclaré au Daily Star Online que ses nouveaux travaux prouveraient de façon concluante que la Terre ronde est un mythe.

 

Mais Rodney dit qu'il se trompe complètement.

 

« Je ne sais pas comment les Flat-Earthers [ceux qui sont persuadés que notre planète est plate, NDLR] peuvent être si confus. »

 

Bien qu'il rejette cette théorie comme la grande majorité de la communauté scientifique, l'homme croit que l'écorce terrestre ne fait que 800 miles (soit environ 244 mètres) d'épaisseur et qu'il y a un soleil intérieur au centre de la planète !

 

En 1811, Olaf Jansen, explorateur du pôle Nord, prétendait avoir navigué à travers une entrée menant au centre de la Terre. Olaf Jansen raconta, à l'auteur Willis George Emerson, que lui et son père avaient vécu deux ans dans ce glorieux monde souterrain. L'endroit était, selon leurs dires, le jardin d'Eden original dont parlent certains écrits religieux et peuplé de « super-humains qui mesuraient plus de 12 pieds ».

 

Cette théorie a rapidement gagné en popularité et certains ont même avancé des hypothèses bien plus farfelues et extraordinaires.

 

Certains croient que les Nazis qui ont échappé à la Seconde Guerre mondiale et les colonies Viking du Groenland se sont retrouvés là-bas.

 

M. Cluff dit qu'une race « supérieure » d'humains, qui se considère comme les « gardiens de la planète », vit au centre de la Terre. Il explique :

 

« Ils nous espionnent régulièrement en utilisant des vaisseaux spatiaux et des soucoupes volantes. »

 

« La majorité des OVNIS viennent en réalité de l'intérieur de notre planète. »

 

La plupart de ceux qui croient que la Terre est creuse affirment qu'il existe trois entrées menant à l'intérieur de la Terre : deux près des pôles et une dernière dans l'Himalaya.

 

La théorie a ses origines dans les croyances de la Grèce Antique, des bouddhistes et des chrétiens.

 

Au 18ème siècle l'astronome Edmond Halley a déclaré que les relevés inhabituels de boussole pourraient s'expliquer par le fait que la planète était une coquille creuse.

 

L'année dernière, des théoriciens de la conspiration ont déclaré qu'une photo de la Terre prouvait que la NASA cache un énorme trou menant directement au centre de la planète.

 

Des théories telles que la Terre creuse se sont massivement développées ces dernières années. Récemment, la théorie de la Terre plate a gagné de nombreux adeptes, dont quelques personnalités …

 

0 commentaires

lun.

01

janv.

2018

La vidéo d’ovni la plus récemment publiée par le Dr. Steven Greer

 

Quelle est votre conviction sur le controversé  Dr Steven Greer?  Joue-t-il un rôle dans le processus de divulgation ou alors est-il employé par les officiels pour une désinformation?

 

Il a désactivé les commentaires pour cette vidéo sur YouTube..

 

0 commentaires

lun.

01

janv.

2018

Un scientifique américain prétend avoir décrypté les motivations des extraterrestres

 

Un scientifique américain a proposé une nouvelle théorie audacieuse qui pourrait expliquer pourquoi, malgré les nombreuses observations d'OVNIS qui ont été rapportées, les extraterrestres seraient réticents à se dévoiler à l'humanité.

 

John A. Ball, radioastronome du MIT, Massachusetts Institute of Technology, soutient que les extraterrestres pourraient ne pas être très enclins à entrer directement en contact avec les humains parce qu'ils se comportent essentiellement comme des gardes-chasse.

 

Selon Science Examiner, l'astronome postule que ces visiteurs venus d'ailleurs sont plus avancés et intelligents que les humains mais en même temps n'ont pas la capacité de dominer complètement l'espace.

 

Par conséquent, il prétend qu'ils préfèrent garder un œil sur nous de loin.

 

Fondamentalement, les activités extraterrestres ressemblent à celles des gardiens de zoo ou des gardes-chasse dans les réserves naturelles, car elles leur permettent de «nous observer discrètement mais ne pas barboter».

 

 

"Je suggère, premièrement, que l'humanité n'est ni seule ni numéro 1.

 

Les civilisations avancées existent et exercent un certain contrôle sur la galaxie,

 

Deuxièmement, elles sont conscientes de notre existence, au moins à un certain niveau, mais se sentent-elles concernées par nous ?

 

Nous pouvons être seulement une entrée obscure dans leur cartographie des régions habitées de la galaxie.

 

Troisièmement, nous ne les connaissons pas parce qu'ils veulent que nous ne les connaissions pas, ils se cachent (Mais cela signifie qu'ils se soucient de nous, alors pourquoi se cacher?),

 

ou parce que nous ne sommes pas (encore) assez intelligents pour savoir qu'ils sont là, mais ils se moquent de savoir que nous savons»,

 

a écrit Ball."

 

0 commentaires

dim.

31

déc.

2017

En 1962, un astronaute de la NASA a vu une multitude d'OVNI

 

Au cours d'une mission spatiale dans les années 1960, un célèbre astronaute de la NASA a été filmé alors qu'il expliquait son étonnement puisque sa capsule était entourée par une multitude d'étranges OVNI …

 

Cet enregistrement rare et stupéfiant nous dévoile une discussion entre John Glenn et le centre de contrôle de la mission sur Terre. En effet, le 20 février 1962, l'astronaute avait été mis en orbite autour de la Terre à bord d'une capsule spatiale. Se faisant, il est devenu le premier astronaute américain à le faire avant une longue période.

 

Dans le fichier audio, M. Glenn, qui s'appelle lui-même « Friendship Seven », peut être entendu en train de décrire « l'horizon bleu brillant » surgir derrière lui à l'approche du lever du soleil.

 

Puis, il réalise soudainement que quelque chose d'étrange est en train de se passer : il assiste à l'apparition de plusieurs OVNI.

 

Il explique : « C'est ' Friendship Seven'. Je vais essayer de vous décrire ce qui se passe ici. »

 

« Je me trouve à l'intérieur d'une grande masse constituée de très petites particules brillamment éclairées comme si elles étaient luminescentes. »

 

« Je n'ai jamais rien vu de tel. »

 

« Elles passent près de la capsule et elles ressemblent à de petites étoiles. »

 

« Elles déferlent vers moi comme de la pluie. »

 

Il a expliqué que ces OVNI, brillamment éclairés, avaient tourbillonné tout autour de la capsule, à sept ou huit pieds de distance.

 

La Tour de contrôle lui a demandé s'il avait entendu ou perçu un impact de l'un de ces objets avec la capsule, ce à quoi il a répondu non.

 

Il a ajouté : « Ils sont très lents. Ils ne vont pas s'éloigner de moi à plus de trois ou quatre miles à l'heure. »

 

Il ne reçoit alors aucune réponse de la Tour de Contrôle pendant un certain temps alors qu'il continue à décrire ce qui se passe.

 

M. Glenn a dit : « Ils ont un mouvement différent du mien parce qu'ils tourbillonnent autour de la capsule et puis repartent de façon à ce que je puisse les regarder. »

 

« Vous me recevez … »

 

« Il y en a littéralement des milliers. »

 

A ce moment-là, il ne reçoit toujours aucune réponse et demande à nouveau s'il est en contact avec quelqu'un, et continue de discuter de cet événement étrange un certain nombre de fois.

 

Environ quatre minutes et demi plus tard, il reçoit enfin une réponse de la tour de contrôle de la mission. Sur Terre, ils lui disent qu'il a l'air un peu « confus » et ils lui demandent quels sont ses niveaux d'oxygène.

 

Personne à la tour de contrôle de la mission n'aborde l'événement étrange avec M. Glenn, qui dit que plusieurs de ces particules tourbillonnent toujours autour de la capsule.

 

Ils n'en discuteront toujours pas avec lui, alors il commence à prendre des photos.

 

Finalement, on lui demande quelle est la taille de ces particules et si elles passent ou flotter avec lui.

 

On lui a suggéré que les particules pourraient provenir de la capsule elle-même, mais M. Glenn a certifié que ce n'était pas le cas.

 

Plus tôt cette année, l'astronaute Scott Carpenter a révélé que lui-aussi avait vu de mystérieuses « lucioles » alors qu'il se trouvait en orbite autour de la Terre à bord de la capsule

Aurora 7.

 

Les scientifiques de la NASA ont conclu plus tard qu'il ne s'agissait que de particules de glace captées par la lumière du soleil.

 

Ils ont dit que la glace s'était accumulée à l'extérieur de la capsule.

 

Cependant, dans le cas de M. Glenn, ce dernier a indiqué qu'il pouvait les voir sur des kilomètres et dans chaque direction.

 

 

0 commentaires

sam.

30

déc.

2017

Divulgation OVNI – Récupération d’un métal gardée top secret - 30 décembre 2017

L’auteur sur les OVNI, Anthony Bragalia, essaie de découvrir la vérité sur les récentes affirmations selon lesquelles le métal des OVNIS a été récupéré lors d’une enquête top-secrète du gouvernement américain sur les OVNIS et stocké dans les locaux d’un milliardaire de l’aérospatiale à Las Vegas.

 

M. Bragalia a demandé des documents en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) des États-Unis après que l’Express ait soulevé des questions au sujet des allées et venues du métal.

 

Jusqu’à présent, aucune image n’a fait surface du prétendu matériel, ni aucun détail sur l’endroit où il a été trouvé, ni aucun rapport de tests effectués sur celui-ci.

 

Il dit qu’il est «disposé et capable de poursuivre le gouvernement américain» si l’information n’est pas fournie.

 

Les rapports sur le métal ont émergé ce mois-ci après que le New York Times ait révélé que le département de la Défense des États-Unis avait lancé un programme top secret d’identification avancée des menaces aérospatiales (AATIP) de 2007 à 2012 pour un coût de 16,5 millions de livres sterling.

 

 

M. Bragalia a déclaré: « J’ai des demandes de FOIA auprès de cinq agences du Département de la Défense des Etats-Unis pour la publication des résultats des tests sur les alliages d’OVNI qui selon  le New York Times seraient entre les mains du gouvernement américain. »

 

L’histoire a éclaté plus tôt ce mois-ci dans le New York Times, lorsque l’ancien officier de renseignement Luis Elizondo a révélé que Bigelow Aerospace avait été embauché par le gouvernement américain pour abriter dans des des « bâtiments modifiés », d’étranges matériaux semblables à du métal récupérés par le personnel militaire comme des résidus d’OVNIS, des débris, des pièces issues de crash, ou des objets accidentés.

 

La firme dirigée par le milliardaire Robert Bigelow a reçu d’énormes sommes d’argent du département américain de la Défense pour étudier le phénomène et s’occuper des « alliages métalliques », selon des reportages.

 

M. Bragalia a déclaré: « Cette admission à la récupération des débris d’OVNIS par l’armée américaine est historique.

 

« Les détails sont rares sur la nature précise du matériau.

 

« Afin de trouver et de détailler les informations sur les débris, j’oblige plusieurs agences à révéler tout ce qu’elles savent sur ces alliages potentiellement extraterrestres. »

 

M. Bragalia n’est pas le seul à soulever des questions sur les allégations de métal trouvé.

 

Jeff Wise a écrit sur Nymag.com à propos de la revendication: « La présentation directe de ces assertions implique que les auteurs les croient vraies.

 

« Mais ils demandent des explications: les documents produits étaient-ils crédibles?

 

« En quoi les bâtiments ont-ils été modifiés, et pourquoi était-il nécessaire de les modifier pour stocker ce matériel? »

 

Jacob Winding a déclaré sur Pastemagazine.com: « Si cela est vrai, c’est la plus grande nouvelle de notre vie: le gouvernement détient du matériel extraterrestre potentiel qui a une capacité supposée de modifier notre état physique.

 

« C’était fou de voir comment tout le monde semblait l’accepter et le dépasser, mais tel est le cas en 2017. »

 

 

Interrogé, le journaliste du New York Times, Ralph Blumenthal, a déclaré à MSNBC: « Comme nous l’avons rapporté, ils ont étudié certains matériaux de ces objets afin que les scientifiques puissent trouver ce qui explique leurs propriétés étonnantes …c’est une sorte de composé qu’ils ne reconnaissent pas. « 

 

En mai, M. Bigelow a stupéfié le monde en déclarant lors d’une interview avec l’émission d’actualités 60 Minutes de CBS, qu’il croit que des extraterrestres intelligents vivent secrètement sur Terre, et que le gouvernement le sait.

 

L’enquête sur les OVNI a été menée par Luis Elizondo, responsable des renseignements militaires, au cinquième étage du C Ring du Pentagone.

 

M. Elizondo, qui a démissionné en octobre pour former le groupe de recherche sur les OVNIS To The Stars Academy avec l’ancien chanteur de Blink 182 Tom DeLonge, a déclaré que l’effort se poursuit secrètement et qu’il a un successeur, qu’il a refusé de nommer.

 

 

Nick Pope, ancien enquêteur du phénomène OVNI pour le ministère britannique de la Défense, a déclaré: «Il existe des tests qui permettent de savoir si des matériaux ont été dans l’espace, comme ceux qui impliquent l’examen des rapports isotopiques ou l’ionisation.

 

« Ces sortes de tests sont faits sur des météorites, pour les différencier des roches terrestres.

 

« Si des matériaux ont été exposés aux rayons cosmiques, cela ne prouve pas qu’ils sont extraterrestres, car ils pourraient être sortis d’un satellite ou d’une fusée, mais cela réduit certainement les choses.

 

«Ces tests sont tellement évidents pour les chimistes et les spécialistes des matériaux qu’il n’y a aucun moyen de les éviter.

 

« Bigelow Aerospace doit connaître les résultats de ces tests et leurs résultats ont probablement été communiqués à AATIP. »

 

Il croit que ce sera pénible d’obtenir des informations.

 

Il a ajouté: « Les journalistes et les ufologues auront une mauvaise surprise quand ils découvriront comment de nombreuses demandes de la Loi sur l’accès à l’information liées à l’AATIP seront rejetées parce que l’information est exempte, car elle est détenue par Bigelow Aerospace, et par aucune agence fédérale.

 

« C’est l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement place des projets particulièrement sensibles dans le secteur privé. »

 

Aucun rapport officiel sur les matériaux allégués n’a été publié, mais il est affirmé que des recherches ont également été effectuées sur les personnes qui ont été en contact avec le matériel pour voir s’il y avait des effets sur eux.

 

Le projet secret d’OVNI a été initialement financé à la demande de l’ancien sénateur Harry Reid, qui a pris sa retraite du congrès cette année.

 

Le démocrate du Nevada, qui était le chef de la majorité sénatoriale à l’époque, a permis à l’argent d’aller à la compagnie de son ami M. Bigelow.

 

Express.co.uk a approché M. Bigelow par l’intermédiaire de Bigelow Aerospace pour essayer de savoir ce qui est arrivé au matériel, s’il l’a encore, et s’il peut être photographié, ou si des rapports ou des études peuvent être publiés.

 

Express.co.uk a également contacté M. Reid, et M. Elizondo par l’intermédiaire de l’Académie To The Stars, demandant s’ils savent ce qu’il est advenu des matériaux.

 

Tous les trois doivent encore répondre.

0 commentaires

sam.

30

déc.

2017

Le "Premier Contact Extraterrestre" officiel pourrait déclencher une guerre mondiale ?

 

"La découverte éventuelle que nous ne sommes pas seuls dans l'univers pourrait nous conduire à diviser la Terre et à déclencher un conflit important".

 

C'est ce que dit l'écrivain chinois Liu Cixin, qui a prédit un éventuel conflit mondial en cas de premier contact imminent avec des forces étrangères neutres.

 

Liu a déclaré : "Nous sommes tombés dans des conflits différents, sur des choses qui sont beaucoup plus faciles à résoudre".

 

L'expert a également déclaré que la Chine pourrait être la première nation et la super puissance à entrer en contact grâce à la plus grande antenne radio du monde, capable de détecter les signaux provenant des profondeurs de l'espace.

 

 

 

Liu Cixin est l'un des plus grands écrivains de science-fiction en Chine, et a également été invité à visiter les installations du plus grand radiotélescope à la recherche de la vie extraterrestre.

 

Parlant de la façon dont le premier contact pourrait être, l'expert a averti que nous ne devrions pas fournir de détails sur l'histoire humaine.

 

 

Il a prédit que les espèces exotiques qui regardent l'humanité pourraient nous considérer comme une menace en raison de notre histoire de guerres et du potentiel destructeur des superpuissances.

 

Cixin a déclaré : "L'histoire humaine est très sombre. Cela pourrait nous rendre plus menaçants. "

 

Et il a averti que le contact avec la vie extraterrestre provoquerait un conflit et probablement une guerre mondiale.

 

L'écrivain a décrit l'immense télescope de la Chine comme quelque chose "pris par la science-fiction", mais a affirmé que la vision de l'humanité de l'alien pourrait être limitée.

 

 

La Chine a étendu sa présence dans l'espace au cours de la dernière décennie, participant à une course avec les États-Unis. Le général du Pentagone, Steve Kwast, a déclaré que les Etats-Unis étaient à la traîne par rapport à la Chine, craignant que Pékin ait déjà 40 ans d'avance sur le calendrier.

 

La Chine développe une force spatiale au sein de l'Armée populaire de Libération (APL) qui comprendra des satellites nucléaires, des systèmes de guerre électronique et des véhicules spatiaux.

 

0 commentaires

ven.

29

déc.

2017

Entre rien et 82 espèces extraterrestres , où ce situe le curseur ? 29 décembre 2017

Les lanceurs d’alertes affirment qu’il y a plus de quatre-vingt-deux espèces d’extraterrestres en contact avec les humains.

 

Au fil des ans, diverses sources telles que des documents officiels, des vidéos, des images et des témoignages convaincants de témoins oculaires ont attesté que les êtres humains sont régulièrement en contact avec des êtres extraterrestres.

 

Alors pourquoi est-il si difficile de convaincre le grand public que les visiteurs extraterrestres de la planète Terre ne sont pas simplement des personnages de science-fiction ?

 

Au XXIe siècle, le monde a été inondé de divers récits d’interactions extraterrestres avec les habitants de la planète Terre, et on a laissé entendre qu’il y avait peut-être trop d’informations disponibles pour que les gens prennent ce phénomène au sérieux.

 

Au fil des ans, les gens se sont habitués à une multitude d’ovnis et de canulars liés à des extraterrestres, ce qui les a incités à se méfier de toute information sur les activités extraterrestres.

 

 

 

Une façon d’en finir avec le scepticisme est peut-être de pointer du doigt des dénonciateurs notables qui ont beaucoup à perdre et très peu à gagner à partager leurs incroyables histoires d’activités extraterrestres avec le monde.

 

Grâce à ces dénonciateurs, un compte rendu complet, et authentique du phénomène des OVNIs peut émerger, ce qui est bien plus fascinant que tout ce qu’un canular pourrait accomplir.

 

Par exemple, l’un des dénonciateurs les plus crédibles, l’ancien ministre canadien de la Défense Paul Hellyer, a dit que les extraterrestres qui visitent la planète Terre n’étaient pas un bloc homogène, mais qu’ils étaient en fait composés d’au moins quatre-vingt-deux espèces différentes, toutes au service de leur propre agenda spécial.

 

Dans les coulisses, des officiers de haut rang de la Force aérienne s’inquiètent sobrement des OVNIs.

 

Mais par le secret et le ridicule officiels, beaucoup de citoyens sont amenés à croire que les objets volants inconnus sont des absurdités.

 

Il est donc clair que le phénomène des OVNIs joue un rôle actif dans la compréhension du monde qui nous entoure.

 

L’important est que les chercheurs et le public puissent séparer les faits étonnants de la fiction pour qu’ils puissent avoir une vision authentique de la manière dont ces extraterrestres et leurs contacts dans les gouvernements du monde interagissent entre eux.

 

0 commentaires

ven.

29

déc.

2017

Les ovnis : une obsession du gouvernement américain depuis 70 ans ?

1947 : dans l’Etat de Washington, un aviateur américain, Kenneth Arnold, observe un essaim de neuf objets volants qu’il ne parvient pas à identifier. En quelques jours, toute la presse américaine s’intéresse à son histoire.

 

Dans les années qui suivent, des centaines d’Américains affirment, eux aussi, avoir vu dans le ciel d’étranges objets volants. En conséquence, le gouvernement décide de prendre les devants et lance une grande étude scientifique sur le sujet.

 

De 1952 à 1969, l’US Air Force recense douze mille incidents impliquant des objets volants non identifiés (OVNI). Seuls 3 % des cas restent inexpliqués. Mais les Américains ne sont pas tous convaincus. En 1985, le président Ronald Reagan se dit même prêt à collaborer avec le bloc soviétique en cas d’invasion.

 

On croyait depuis que cette obsession était éteinte, mais ce mois-ci, le New York Times a révélé qu’entre 2007 et 2012, le Pentagone avait dépensé des centaines de millions de dollars pour enquêter sur les ovnis. Le gouvernement américain affirme qu’il a aujourd’hui mis fin à ce programme. Mais son ancien directeur Luis Elizondo soutient qu’il se poursuit sous une autre forme.

 

0 commentaires

ven.

29

déc.

2017

Certains affirment que l'étoile de Bethléem était un OVNI ?

 

Des théoriciens de la conspiration affirme que l'étoile de Bethléem, qui a conduit les rois mages jusqu'au lieu de la naissance de Jésus, était, en réalité, un OVNI …

 

La Bible dit qu'une étoile est apparue dans le ciel et a annoncé puis guidé les trois mages orientaux vers l'étable où Jésus est né. Arrivés sur place, ils lui ont donné des cadeaux.

 

Mais des ufologues prétendent qu'aucune étoile ne pourrait bouger de cette manière, et prétendent que les trois hommes sages ont été orientés par une influence extraterrestre à Bethléem.

 

Selon le site Web Thought Co :

 

« Beaucoup de ceux qui croient que le dieu ou les dieux de la tradition étaient des extraterrestres ont avancé l'idée que l'étoile aurait pu être un OVNI - un vaisseau extraterrestre - qui a conduit les mages à Bethléem. »

 

« Aussi ridicule que soit cette idée, c'est la seule qui explique comment l'objet a pu apparaître, bouger et s'arrêter soudainement dans le but apparent de repérer le lieu de naissance de Jésus. »

 

Tout au long de l'histoire, Jésus-Christ et le christianisme ont été liés à l'activité extraterrestre.

 

Deux textes distincts d’Égypte, qui se trouvent actuellement à la Morgan Library and Museum à New York et l'autre au Musée de l'Université de Pennsylvanie, suggèrent que Jésus était extraterrestre capable de changer de forme et d'apparence.

 

Le texte décrit la trahison du Christ par Judas est le suivant :

 

« Alors les Juifs dirent à Judas : 'Comment l'arrêterons-nous (Jésus), car il n'a pas une seule forme mais son apparence change, parfois il est roux, parfois il est blanc, tantôt il est rouge, tantôt il est coloré tel le blé, tantôt il est pâle comme un ascète, tantôt il est jeune, tantôt c'est un vieillard'. »

 

Un autre texte, écrit en langue copte, une forme d'égyptien, décrit comment Ponce Pilate a dîné avec Jésus la nuit précédant sa crucifixion.

 

Le Romain, considéré comme un saint dans les églises coptes, dit à Jésus :

 

« Eh bien, voici, la nuit est venue, lève-toi et retire-toi, et quand le matin viendra et qu'ils m'accuseront à cause de toi, je leur donnerai le fils unique que j'ai afin qu'ils puissent le tuer à ta place. »

 

Ce à quoi Jésus répond :

 

« Oh Pilate, vous avez été jugé digne d'une grande grâce parce que vous avez montré une bonne disposition envers moi. »

 

Jésus aurait alors montré à Pilate qu'il pouvait s'échapper s'il choisissait de changer de forme.

 

Le texte dit :

 

« Pilate, alors, a regardé Jésus et, voici, il est devenu incorporel : Il ne l'a plus vu pendant longtemps. »

 

0 commentaires

ven.

29

déc.

2017

Le réalisateur Américain Guillermo Del Toro affirme avoir vu un OVNI !

 

Au cours d'une interview donnée à « The Hollywood Reporter », le réalisateur Américain Guillermo Del Toro a révélé que ses films de science-fiction provenaient à la fois de son imagination et d'une expérience réelle de rencontre avec un OVNI alors qu'il était jeune …

 

Guillermo Del Toro est mondialement célèbre pour des filmes comme « Hellboy », ou encore « Le Labyrinthe de Pan ». Pourtant, l'homme explique qu'une expérience extraordinaire l'a effrayé quand il était encore un enfant. En effet, à cette époque, il aurait vu de ses propres yeux un OVNI dont « la conception l'a déçu » alors qu'il se reposait avec un ami dans la région de Guadalajara. Il raconte :

 

« C'était horriblement mal conçu. J'étais avec un ami. Nous avions acheté un pack de six. Nous ne l'avons pas consommé et il y avait un endroit appelé Cerro del Cuatro (Montagne des Quatre) à la périphérie de Guadalajara. Nous nous sommes dit: «Allons sur la route» Nous nous sommes assis pour regarder les étoiles et discuter en buvant de la bière. Nous étions les seuls types sur la route. Et nous avons vu une lumière à l'horizon aller très vite, pas de manière linéaire. Et j'ai dit, « klaxonne et allume les lumières» Et nous avons commencé à klaxonner. »

 

L'artiste a expliqué que lui et son ami n'avaient pas eu le temps de boire une seule bière. Après avoir vu l'OVNI, ils décidèrent de crier et d'allumer les phares comme pour l'interpeller.

 

Quelques instants plus tard, cette lumière non identifiée « a traversé un kilomètre en moins d'une seconde et était beaucoup plus proche ».

 

« C'était une soucoupe volante, tellement clichée, avec des lumières clignotantes. C'est tellement triste : j'aimerais pouvoir dire qu'ils ne sont pas ce que vous pensez qu'ils sont, mais Ils sont ce qu'ils sont ».

 

Complètement apeurés, les deux amis sont montés dans leur voiture et sont partis à toute vitesse. L'objet les a alors suivi avant de disparaître définitivement …

 

0 commentaires

mer.

27

déc.

2017

Deux nouveaux lanceurs d'alerte révèlent leur participation au Programme Spatial Secret !

 

Dans cette vidéo deux nouveaux lanceurs d'alerte, Tony Rodrigues et Michael Gerloff, révèlent leur participation au SSP, le présumé programme spatial secret des États-Unis...

0 commentaires

mer.

27

déc.

2017

Des matériaux extraterrestres secrètement stockés à Las Vegas ? 27 décembre 2017

 

Du métal et d'autres matériaux prétendument récupérés d'OVNI auraient été stockés dans des bâtiments spécialement aménagés à Las Vegas en vertu d'un programme financé par le gouvernement des États-Unis.

 

Ce matériel, qui a été déclaré « inconnu à la science » à la suite de tests, aurait été stocké dans des bâtiments reconvertis par une entreprise privée spécialisée dans le domaine de l'aérospatial qui a été payée d'énormes sommes d'argent par le département américain de la Défense pour étudier ces étranges « alliages métalliques ».

 

Cependant, aucune image n'a fait surface de ce prétendu matériel, ni aucun détail de l'endroit où il a été trouvé n'a été dévoilé. De plus, aucun rapport sur les prétendus essais effectués ne semble encore avoir fuité.

 

Les détails du programme d'identification avancé des menaces aérospatiales du Département de la Défense (qui a coûté 22 millions de dollars) et qui enquêtait sur la menace supposée des OVNI, posséderait ces énigmatiques matériaux.

 

Le New York Times a rapporté que ce projet s'est déroulé de 2007 à 2012 et que l'argent a été utilisé pour « la gestion du programme, la recherche et l'évaluation de la menace que représentent ces objets ».

 

Il était dirigé par Luis Elizondo, responsable du renseignement militaire, au cinquième étage du C Ring du Pentagone.

 

M. Elizondo, qui a démissionné pour former le groupe de recherche sur les OVNIS « To The Stars Academy » avec l'ancien chanteur de Blink 182 Tom DeLonge, a déclaré que l'effort se poursuit secrètement et qu'il a un successeur, qu'il a refusé de nommer.

 

La majeure partie de l'argent est allée à Bigelow Aerospace à Las Vegas, dirigée par l'homme d'affaires américain milliardaire Robert Bigelow, qui travaille également avec la NASA pour créer un nouveau vaisseau spatial évolutif.

 

En mai 2017, M. Bigelow a stupéfié tout le monde en déclarant lors d'une interview au cours de l'émission d'actualité 60 Minutes de CBS, que des extraterrestres intelligents vivaient secrètement sur Terre, et le gouvernement le sait.

 

On prétend maintenant que sous sa direction les bâtiments du siège de l'entreprise ont été « modifiés » pour permettre le stockage de ces matériaux aliens.

 

Aucun autre détail n'a été publié à ce stade sur l'endroit où ils ont été trouvés, combien ils sont, ou ce qui leur est arrivé.

 

Il ne semble pas non plus que des rapports officiels sur les matériaux aient été publiés, mais il a affirmé que des recherches ont également été effectuées sur les personnes qui sont entrées en contact avec le matériel pour voir si cela avait des effets sur eux.

 

M. Bigelow a déclaré, pendant cette entrevue, qu'il avait dépensé des millions de dollars de recherches sur le sujet.

 

Il explique :

 

« J'ai dépensé des millions, des millions et des millions de dollars. J'ai probablement dépensé plus en tant qu'individu que n'importe qui d'autre aux Etats-Unis n'a jamais dépensé sur ce sujet. »

 

Le projet a été initialement financé à la demande de l'ancien sénateur Harry Reid, qui a pris sa retraite du congrès cette année.

 

Le démocrate du Nevada, qui était le chef de la majorité sénatoriale à l'époque, a permis à l'argent d'aller à la compagnie de son ami M. Bigelow.

 

M. Reid a déclaré que son intérêt pour les OVNI avait été suscité par M. Bigelow, qui lui avait dit qu'un responsable de l'Agence de renseignement de la Défense (DIA) l'avait contacté pour visiter le ranch de M. Bigelow dans l'Utah, où il menait des recherches.

 

Après avoir appris cela, M. Reid a raconté qu'il a rencontré des responsables de l'agence et on leur a dit qu'ils voulaient reprendre leurs recherches sur les ovnis.

 

Le site Internet Express.co.uk a approché M. Bigelow par l'intermédiaire de Bigelow aérospatiale pour essayer de savoir ce qui s'est passé avec ces énigmatiques matériaux. Il a également contacté M. Reid et M. Elizondo à ce sujet. Hélas, pour l'heure, aucune de ces trois personnes n'a daigné répondre …

 

0 commentaires

sam.

23

déc.

2017

Ce site cache-t-il une Base secrète Extraterrestre

 

Selon une théorie stupéfiante, des extraterrestres seraient confinés dans une base militaire américaine top secrète...

0 commentaires

sam.

23

déc.

2017

Le récente divulgation sur les ovnis au Pentagone ne serait qu'un début - 23 décembre 2017

 

Publié le 21/12/2017sur le site Ovnis-direct.com

 

L'ancien membre de Blink-182, Tom DeLonge, laisse entendre que la récente divulgation d'informations sur les ovnis au Pentagone n'est qu'un début : "Il y a beaucoup plus de choses à venir".

 

DeLonge a déjà déclaré que les extraterrestres existaient, que les ovnis n’étaient pas "non identifiés" et que la technologie extraterrestre pourrait sauver l'humanité.

 

En tant que fondateur de la "Stars Academy of Arts and Science", DeLonge travaille avec d'anciens hauts fonctionnaires du ministère de la Défense, de la CIA, de la NSA et du programme aérospatial « Skunk Works » de Lockheed Martin.

 

L'un des partenaires de DeLonge est Luis Elizondo, qui a dirigé le programme d'enquête ultra-secret du Pentagone sur les ovnis, comme l’a révélé samedi dernier le New York Times.

 

DeLonge affirme que le gouvernement américain connait non seulement l'existence de la vie extraterrestre depuis des décennies, mais qu'il a activement expérimenté les technologies extraterrestres.

 

DeLonge veut mener une sorte de dialogue international, voire peut-être un jour intergalactique, sur la façon dont ces technologies qui seront bientôt déclassifiées peuvent bénéficier à l'humanité.

 

 

« Je sais qu’il est amusant de faire des commentaires désobligeants, mais ce ne sont pas les genres de choses sur lesquelles il faut blaguer », a déclaré DeLonge au Daily News plus tôt ce mois-ci.

 

« Cela va vraiment affecter beaucoup de gens et de systèmes de croyances. »

 

L'organisation possède trois divisions : l'aérospatiale, la science et le divertissement.

 

DeLonge souhaite que son organisation demeure la propriété du public, c'est pourquoi l'entreprise mise sur le crowdfunding.

 

Jusqu'à présent, To the Stars a recueilli plus de 2,1 millions de dollars auprès de plus de 2 200 investisseurs individuels.

 

DeLonge espère que To the Stars utilisera des informations précédemment classifiées sur les technologies extraterrestres pour réaliser des percées dans des domaines sur lesquels des organismes gouvernementaux comme la NASA n’ont porté aucun intérêt.

 

L’une de ces innovations est-ce que DeLonge appelle "l'ingénierie de la métrique spatio-temporelle", développée par le Dr. Hal Puthoff, un physicien de longue date du gouvernement et un partenaire actuel de To the Stars.

 

D'autres projets tenteront de révolutionner le voyage spatial humain, de lutter contre le changement climatique, d'améliorer la sécurité nationale, d'améliorer la génétique, d'exploiter la télépathie et bien plus encore.

 

« Tout ce que les gens ont entendu et vu est la première étape d’une période de 20 ans », a déclaré DeLonge.

 

« Il y a beaucoup plus de choses à venir. »

0 commentaires

sam.

23

déc.

2017

Le ministère de la Défense britannique a menti au Parlement sur les ovnis - 23 décembre 2017

 

Publié le 22/12/2017 sur le site Ovnis-direct.com

 

Le ministère de la Défense britannique a "induit le Parlement en erreur au sujet des ovnis", selon un ex-initié.

Le ministère de la Défense (MoD) a refusé de nier les affirmations selon lesquelles il avait induit le Parlement en erreur à propos des recherches qu'il menait sur l'existence d'extraterrestres et d'ovnis.

 

Le média Express.co.uk a demandé au ministère de répondre aux demandes formulées par un ancien agent qui a enquêté sur les phénomènes pour le compte du département jusqu'en 2009.

 

Nick Pope travaillait au sein de la division MoD chargée d'examiner la menace potentielle que représentaient les ovnis pour le Royaume-Uni. Il s'est prononcé après que le Département américain de la Défense ait mené une étude secrète sur la menace des ovnis entre 2007 à 2012.

 

M. Pope a déclaré à Express.co.uk : “Il s’agit d’une révélation extraordinaire, notamment parce qu'elle contredit directement les nombreuses déclarations que le gouvernement américain a déjà réalisées lorsqu'il a été interrogé sur ce sujet.”

 

“Cela reflète précisément ma propre expérience sur ce sujet intrigant, mais frustrant.”

"Comme nos collègues américains, nous avons aussi nié, même au parlement, que nous menions des études secrètes sur le phénomène OVNI."

 

"Nous avons systématiquement minimisé notre intérêt ainsi que nos activités au ministère de la Défense."

 

 

 

Ses commentaires ont été transmis au ministère de la Défense, en lui indiquant que le ministère acceptait que le Parlement ait été induit en erreur.

 

Un porte-parole du ministère de la Défense n'a pas rejeté les affirmations de M. Pope.

 

Il a répondu : "Nous ne commenterons pas ceci."

 

Cependant, le porte-parole a expliqué qu'il n'y avait aucune menace identifiée au Royaume-Uni depuis plus de 50 ans.

 

Le bureau des ovnis a fermé ses portes en 2009 après avoir été considéré comme ne servant aucun objectif de défense et détournant le personnel d'un travail plus important.

 

0 commentaires

sam.

23

déc.

2017

Récupération d’une technologie extraterrestre dans les récentes révélations du journal NYT ?

 

 

Publié le 22/12/2017 - MAJ le 23/12/2017 sur le site Ovnis-direct.com

 

Le week-end dernier, une révélation est parue dans le New York Times au sujet d’un mystérieux programme mené par le Pentagone sur les ovnis. 

 

Ces révélations, couvertes par les médias internationaux, constituent, depuis les années 1960 la première reconnaissance par le Pentagone de l’existence de ce phénomène. 

 

Nous avons également appris que sous la direction de M. Bigelow, une entreprise a modifié la configuration de ses bâtiments de Las Vegas pour le stockage d'alliages métalliques et d'autres matériaux. M. Elizondo et les entrepreneurs du programme ont également déclaré avoir récupéré des ovnis. Il s’agit d’un aveu assez étonnant et c'est peut-être la première fois depuis l'incident de Roswell que d'anciens membres de la haute administration américaine admettent indirectement avoir eu en leur possession une technologie exotique.

 

 

Beaucoup d'ufologues perçoivent dans ces révélations une levée progressive du secret.

 

On relève non seulement l'existence de prétendus projets noirs du gouvernement consistant à étudier les observations d'ovnis, mais aussi des révélations plus intéressantes pour les scientifiques et ingénieurs : il existe dans notre espace aérien une technologie qui défie nos lois physiques.

 

Jusqu'ici, si vous demandiez publiquement à un scientifique sérieux son avis sur les ovnis, alors il risquerait de vous tenir des propos méprisants.

 

Aucun universitaire ni chercheur n'a jamais été renvoyé pour avoir dit qu'"il n’existait aucune preuve que les ovnis étaient réels, et que par conséquent nous ne devrions pas les étudier".

 

D'autre part, si un scientifique osait prétendre que la question des ovnis devait être prise au sérieux et qu’il souhaitait obtenir des fonds, alors il se serait soumis à des moqueries et à la perte de son emploi.

 

 

 

Cela rappelle un échange extrait du film Contact (basé sur le livre écrit par le très respectable astronome Carl Sagan), entre Ellie Arroway (joué par Jodie Foster) et son mentor, le scientifique David Drumlin (joué par Tom Skerritt). 

 

Il lui a dit : "Tu es un scientifique prometteur. Ne jette pas ta carrière en l’air... à cause de ta quête de petits hommes verts.”

 

Grâce à ces dernières révélations du Pentagone, pouvons-nous supposer que cette attitude soit sur le point de changer ?

 

 

 

 

 

Un petit peu d'histoire

 

Avant de répondre à cette question, rappelons-nous de l’histoire.

 

Il y a presque 50 ans aujourd'hui, le 17 décembre 1969, le Projet Blue Book, une initiative financée par le gouvernement américain pour étudier les observations d’ovnis a été stoppée.

 

Le rapport avait conclu que la plupart des ovnis étaient le fruit de fausses identifications ou d’événements naturels et que les militaires ne les considéraient pas comme une menace.

 

On reléve trois points :

 

1) Un certain nombre d'observations sont restées "inexpliquées".

 

2) Beaucoup ont soupçonnait le gouvernement de continuer à s'intéresser aux ovnis et de poursuivre leurs programmes secrets, bien qu’ils aient prétendu ne plus s’y intéresser.

 

3) Le Dr J. Alan Hynek, qui était le consultant scientifique principal du projet, est devenu plus tard un défenseur de la recherche sur les ovnis, débattant souvent avec Carl Sagan, qui pensait que l'argent devrait être dépensé dans la Science "sérieuse" comme la radioastronomie. Hynek a non seulement inventé la terminologie « Rencontres rapprochées du troisième type », mais a également fait une apparition dans le film de Spielberg en 1977.

 

 

 

La grande annonce

 

Cette année, le 16 décembre 2017, le Département de la Défense a publié ses premières "images officielles" de rencontres entre des ovnis et l'armée. Ils ont admis pour la première fois depuis 1969 qu'une autre organisation secrète avait été créée et financée par le sénateur Harry Reid, entre autres, pour étudier le phénomène.

 

Si vous lisez les informations contenues dans ce rapport, la véritable histoire n'est pas seulement que le DoD avait admis avoir étudié les ovnis, mais c'était la première fois qu'ils admettaient publiquement posséder de véritables preuves : vidéo, radar, témoin oculaire, photographies et même des artefacts physiques ainsi que des rencontres entre des avions militaires américains et des engins inconnus qui défiaient les lois connues de la physique.

 

L'aspect de l'histoire qui est susceptible d’être la plus intéressante pour les scientifiques :

 

Sous la direction de M. Bigelow, une entreprise a modifié la configuration de ses bâtiments de Las Vegas pour le stockage d'alliages métalliques et d'autres matériaux. M. Elizondo et les entrepreneurs du programme ont également déclaré avoir récupéré des ovnis. Il s’agit d’un aveu assez étonnant et c'est peut-être la première fois depuis l'incident de Roswell que d'anciens membres de la haute administration américaine admettent indirectement avoir eu en leur possession une technologie exotique.

 

Luis Elizondo a déclaré : « Oui, un engin s’est écrasé et des corps ont été récupérés… Nous ne sommes pas seuls dans l'univers, ils nous visitent depuis longtemps. Je suis assez privilégié pour être au courant que nous avons été visités et que le phénomène ovni est réel. » 

 

Luis Elizondo a travaillé avec l'armée américaine, le National Counter-intelligence Executive et le directeur du renseignement national, avant de mener des enquêtes dans le milieu de l’espionnage et du terrorisme à travers le monde.

 

Il a également géré la sécurité de plusieurs projets sensibles pour le gouvernement américain.

 

Au cours des 10 dernières années de sa carrière, Elizondo « a dirigé un programme sensible d'identification des menaces aérospatiales axées sur les technologies aériennes non identifiées. »

 

Il en déduit que « le phénomène est en effet réel. » et ajoute : « Il existe une physique que nous ne comprenons pas encore complètement, et cela ne veut pas dire qu'ils ne sont pas réels, mais simplement que nous n'avons pas la capacité de comprendre ces phénomènes physiques. ».

 

Comment les scientifiques, les ingénieurs et la Silicon Valley réagiront-ils ?

 

Maintenant que le Pentagone a à peu près confirmé que des ovnis volaient dans nos cieux, qu'ils les ont non seulement étudiés, et que nous possédons également des artefacts, la véritable question demeure la suivante :

 

Les scientifiques civils des milieux universitaires et industriels ne devraient-ils pas exiger de comprendre comment cette technologie (issue de la rétro-ingénierie) fonctionne ?

 

Nous devrions voir naitre une grande initiative en provenance de la Silicon Valley qui est censée être le cœur de l'innovation.

 

Au lieu de passer son temps à essayer de faire fonctionner des fusées (une technologie vieille de plus de 50 ans), si Elon Musk souhaite vraiment que nous devenions une espèce interplanétaire (et peut-être interstellaire), ne devrait-il pas investir des milliards dans le but de comprendre ces nouvelles technologies venues d’ailleurs ?

 

Alors que Google a reçu le prix Lunar X pour reconstruire la technologie que nous utilisions il y a 40 ans afin de nous rendre sur la Lune, ne devraient-ils pas investir plus de dollars afin de marquer un réel progrès en physique et en exploration humaine ?

 

 

 

 

 

Rétroingénierie

 

La vérité est que nous ne savons pas vraiment comment cette technologie OVNI fonctionne.

 

Arthur C. Clarke a déclaré que « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. Karl Schroeder a lui aussi proposé un corollaire : « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la nature. Et il n'y a rien que nos scientifiques "respectables" détestent plus que ce qui relève de la "magie" et quand cela échappe à leur compréhension.

 

"Nous sommes en quelque sorte dans la situation de ce qui se passerait si vous donniez une porte de garage à Leonard De Vinci", a déclaré Harold E. Puthoff, un ingénieur qui a mené des recherches sur les perceptions extrasensorielles pour la CIA pour le programme. "Tout d'abord, il essaierait de comprendre ce qu'est ce truc en plastique et ne comprendrait rien des signaux électromagnétiques impliqués ou de sa fonction.

 

Il s'agit d'un très gros défi.

 

Pensez aux progrès que nous avons réalisés en science et en technologie au cours des 100 dernières années et imaginez les avancées que nous ferons au cours des 100 prochaines années.

 

Imaginez maintenant que nous avons la technologie d'une civilisation qui a des millions d'années d’avance sur nous !

 

La voie à suivre 

 

Nous aurons besoin des meilleurs cerveaux. C'est un projet beaucoup plus important que tout ce que nous avons essayé de faire - car une fois que les questions de matériaux de base auront trouvé une réponse, alors nous aurons besoin de nouveaux types de signaux électromagnétiques et d'informatique. 

 

On dit que certaines des technologies qui ont été découvertes impliquent l'interfaçage de la conscience avec des artefacts physiques, ce qui renvoie également la plupart de nos scientifiques et ingénieurs dans leurs retranchements.

 

La grande question demeure la suivante : que vont faire les scientifiques "respectables" maintenant que le lapin est sorti du terrier et lorsque plus d'informations seront diffusées ?

 

Trois moyens possibles d'aller de l'avant :

 

1. Les scientifiques et les ingénieurs du courant dominant continuent de nier, nier, nier : il n'y a aucune preuve d'OVNI ou de leur technologie et cela ne mérite pas d'être étudié.

 

2. Au fur et à mesure que d'autres informations seront diffusées, c’est l’effet David Drumlinse qui pourrait se produire. De quoi s‘agit-il ? 

 

Dans le même film, Contact, après qu’un réel signal issu d'un autre monde ait été découvert, le même scientifique qui a ridiculisé Ellie Arroway est soudainement devenu un «expert» sur le nouveau signal et les extraterrestres tout en essayant de s’approprier l’œuvre de Cooper.

 

3. Les scientifiques et les ingénieurs travaillent ensemble avec les chercheurs sur les ovnis et le DoD, tout en restant humbles et en gardant un esprit ouvert. Une nouvelle approche est peut-être nécessaire. Cela pourrait entraîner une redécouverte de certaines idées fondamentales sur l'aérodynamique, la physique quantique, et même la conscience.

 

0 commentaires

jeu.

21

déc.

2017

Ovnis, extraterrestres sont-ils parmi nous ? (Vidéo en Replay W9)

Très bon documentaire de notre chaîne W9 accessible en replay.

Une très bonne synthèse des meilleures séquences et commentaires des apparitions d'Ovnis ou de phénomènes aériens inexpliqués.

 

SUIVRE CE LIEN 

https://www.6play.fr/au-coeur-de-l-etrange-p_1671/ovni-extraterrestres-sont-ils-vraiment-parmi-nous--ovni-les-nouvelles-preuves-c_11288866
0 commentaires

mar.

19

déc.

2017

Avec le Geipan, la France aussi enquête sur les ovnis depuis 40 ans (et tout est public) - 19 décembre 2017

La France aussi enquête sur les ovnis depuis 40 ans (photo: une photo déclassifiée de la CIA)

 

Une révélation qui a tout pour plaire aux adeptes de la théorie du complot.

Le New York Times affirme, preuves à l'appui ce samedi 16 décembre, que le Pentagone a mené pendant 5 ans un programme de recherche sur de possibles ovnis.

De 2007 à 2012, des images étranges ont été analysées par le "Programme d'identification de menace aérospatiale avancée", avec un budget annuel de 22 millions de dollars.

 

L'organisme a avant tout étudié des vidéos d'avions militaires américains face à des objets volants non-identifiés, au sens propre du terme. Si tout cela semble bien mystérieux, il faut rappeler que la France aussi étudie les PAN, ou phénomènes aérospatiaux non identifiés. Et ce depuis 40 ans.

 

L'organisme chargé de cela s'appelle le Geipan et dépend du Centre national d'études spatiales (Cnes).

 

D'ailleurs, son directeur, interrogé par Le HuffPost, ne trouve pas la révélation du New York Times si incroyable.

 

"Il est normal que la Défense enquête sur les choses inconnues auxquelles sont confrontés les pilotes américains, et ce sans chercher spécialement des extraterrestres", explique Jean-Paul Aguttes, responsable du Geipan depuis 2016.

 

9% des phénomènes restent un mystère

 

D'ailleurs, de récentes archives déclassifiées montraient que la CIA également s'était intéressée à ces témoignages de personnes affirmant avoir vu un phénomène étrange dans le ciel. Il y a par contre une spécificité française.

 

Les données du Geipan, qui existe depuis 1977, sont publiques.

 

"Nous ne travaillons pas qu'avec la Défense. Nous analysons des anomalies observées pour la majorité par l'homme de la rue", explique Jean-Paul Aguttes.

 

Ainsi, en 40 ans, les équipes du Geipan, qui comptent trois personnes et un mi-temps, plus une quarantaine de bénévoles, ont mené l'enquête sur 2687 cas.

 

En règle générale, les phénomènes trouvent une explication (ou sont simplement impossibles à identifier, par manque de données).

 

Depuis le début des analyses, seuls 9% des phénomènes sont considérés par le Geipan comme "non identifiés".

 

 

 

Ces quelques 200 cas sont accessibles pour tous sur le site de l'organisme.

 

Ce sont les phénomènes classés "D".

 

On peut ainsi y lire un résumé et une description du phénomène et de l'enquête qui a suivi (un exemple ici).

 

Les enquêteurs du Geipan commencent toujours par interroger la personne à distance, puis par vérifier, notamment avec des outils informatiques, les causes possibles du phénomène.

 

Ainsi, les avions, ballons ou encore les lanternes célestes sont la cause privilégiée de 40 à 50% des dossiers.

 

Aucun cas "très étrange" découvert en 40 ans

 

"Nous recevons chaque année 500 contacts. dont 250 méritent une enquête", précise Jean-Paul Aguttes.

 

Si un tiers des cas ne sont pas exploitables, il est nécessaire d'envoyer un enquêteur, bénévole, sur place pour 10% des signalements.

 

Différentes hypothèses sont alors émises.

 

Si l'une d'elle est probable à plus de 50%, le dossier est classé.

 

Sinon, le phénomène est considéré comme "non-identifié".

 

Ces dernières années, le Geipan a justement créé deux catégories pour les cas "D", les phénomènes non-identifiés.

 

D1, pour étrange,

 

et D2, pour "très étrange".

 

Mais pour l'instant, aucun témoignage n'a été classé en D2.

 

"On a créé cette classification pour qu'elle soit plus stricte et plus précise. Il faut que l'étrangeté du phénomène soit importante, mais aussi que l'observation soit consistante", explique Jean-Paul Aguttes.

 

Ainsi, un objet filant à toute vitesse ne pourra être classée D2 s'il n'y a pas eu au moins deux témoins indépendants.

Mais cela ne suffit pas.

Par exemple, en 2014, deux automobilistes ont vu un "phénomène lumineux aux couleurs vives". Le tout, sans se connaître.

 

Mais il y a un problème:

"La grande distance d'observation, le comportement dynamique du phénomène sans caractère exceptionnel, la durée limitée de chaque observation, le fait que les témoins soient constamment en mouvement (même lent) et aient pour l'essentiel observé au-travers d'une vitre de voiture sont un ensemble de points ne permettant pas le classement en D2",

précise le Geipan.

 

 

Les phénomènes "non identifiés" sont en baisse

 

En 40 ans, les cas rapportés ont d'abord été importants, puis ont connu une longue chute, jusqu'en 2007.

 

La hausse est alors spectaculaire.

 

Difficile de l'expliquer avec certitude, mais le boom des réseaux sociaux, les objets volants ludiques et autres lanternes célestes, ainsi que l'ouverture du site internet du Geipan en 2007 n'y sont certainement pas étrangers, note l'organisme.

 

Par contre, une autre tendance est visible depuis 40 ans:

 

la diminution du nombre de phénomènes "non-identifiés".

 

Les fameux cas "D". Ces 10 dernières années, seuls 2% des signalements sont classés dans cette catégorie.

 

 

 

Attention toutefois à ne pas oublier que le nombre grandissant de signalements fausse ce résultat.

 

Pour autant, les cas D sont tout de même en diminution tout court.

 

On est passé "de 6,8 cas D/an en moyenne de 1975 à 2004, à 2,5 cas D/an en moyenne depuis 2005".

 

Deux choses peuvent expliquer cette baisse, selon Jean-Paul Aguttes.

 

"Nous sommes plus stricts qu'avant. De plus, les outils à notre disposition ont évolué. Les enquêteurs, aussi, utilisent de nouvelles techniques d'entretiens", explique le directeur du Geipan.

 

"Pour autant, le Geipan ne voit pas tout et n'est pas au courant de ce qui se passe partout en France", nuance-t-il.

 

Pour les outils ayant amélioré la classification, la révolution numérique y est pour beaucoup.

"Google Street View est formidable", selon Jean-Paul Aguttes.

 

"Si un témoin a observé quelque chose par sa fenêtre, on peut repérer où il regarde, quel était son angle de vision par rapport au décor.

 

On peut ensuite recouper cela avec d'autres outils permettant d'analyser le passage des avions, les conditions météorologiques, les astres, le sens du vent", énumère-t-il.

 

Mais si ces témoignages ne sont jamais concluants et sont en plus en baisse, à quoi sert le Geipan?

 

"On rend avant tout un service aux témoins, en expliquant dans la plupart des cas l'extraordinaire, qui empêche parfois les gens de dormir, qui se sentent désemparés",

affirme Jean-Paul Aguttes.

 

Mais quid des petits hommes verts?

Si le directeur du Geipan "n'exclut rien", rappelant que la science est "démunie face à ce qu'elle ne comprend pas", il reste assez pragmatique.

 

"Je pense que la probabilité est bien plus grande de découvrir des extraterrestres chez eux, sur des exoplanètes, que chez nous. Il faudrait alors imaginer une vie extraterrestre qui devienne intelligente, puis découvre des technologies inconnues. Et même, il faudrait qu'ils visitent la Terre pendant que nous sommes là, un temps très réduit à l'échelle de l'univers".

Jean-Paul Aguttes

 

0 commentaires

mar.

19

déc.

2017

L’invasion Extraterrestre de Washington D.C. en 1952 - 19 décembre 2017

 

La plus spectaculaire observation d’OVNI de l’histoire.

 

L’observation de Washington DC en juillet 1952 est considérée comme la plus spectaculaire observation d’OVNI de l’histoire et n’a jamais été complètement élucidée.

 

L’espace aérien au-dessus de la capitale américaine est normalement limité aux aéronefs, étant donné que la plupart de l’espace aérien de Washington est limité à une altitude de 18 000 pieds.

 

Cela n’a apparemment pas empêché les objets lumineux de survoler le Capitole…

 

0 commentaires

lun.

18

déc.

2017

C’est officiel, nous savons maintenant que les OVNIs sont réels, mais sont-ils extraterrestres ? - 18 décembre 2017

 

Nous sommes presque en 2018, et le sujet des Objets Volants Non Identifiés (OVNI) ou du Phénomène Aérien Non Identifié (PANI, un terme qui semble être le nouveau “libellé officiel” du personnel gouvernemental) est maintenant un fait vérifié dans le courant dominant.

 

Tout aussi certains que nous le sommes de plusieurs concepts différents issus de la science dure répétable, ou de l’information sur d’autres phénomènes dans d’autres domaines traitant de l’observation, nous (l’humanité) sommes tout aussi certains de l’existence des OVNIs.

 

Lorsque l’ex-ministre de la Défense nationale, Paul Hellyer, a déclaré que “les ovnis sont aussi réels que les avions qui volent au-dessus de nos têtes”, il ne plaisantait pas.

 

Des documents, ainsi que des témoignages en direct de douzaines, voire de centaines de personnes de gouvernements et de groupes de renseignements de “haut niveau” ont également parlé publiquement du sujet.

 

Il y a littéralement trop d’exemples, depuis les généraux quatre étoiles jusqu’aux directeurs d’entreprises militaires comme Lockheed Martin, les directeurs d’agences de renseignement, les chefs de grands comités militaires comme l’OTAN, et bien plus encore.

 

Les derniers exemples en date seraient Steve Justice, un administrateur de Lockheed Skunkworks (aérospatiale) qui a récemment pris sa retraite il y a 30 ans, maintenant administrateur de To The Stars, il a récemment déclaré :

 

“Il s’agit d’un concept pour un engin de transport international point à point qui efface les limites actuelles de la distance et du temps de déplacement. Il imite les capacités observées dans le phénomène aérien non identifié en utilisant un système d’entraînement qui modifie la métrique espace-temps. Nous avons un aperçu de la façon dont cela fonctionne, mais nous devons exploiter les technologies de la Division des sciences pour “réaliser” cette capacité.” – Steve Justice, directeur de la Division de l’aérospatiale.

 

En faisant cette déclaration, il nous dit qu’il y a des embarcations non identifiées qui utilisent ces capacités pour parcourir ce que nous considérons comme de grandes distances.

 

Un de ses prédécesseurs, Ben Rich (2ème directeur de Lockheed Shunkworks) a également fait des commentaires très intéressants.

 

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet et consulter ses commentaires ici.

 

 

Robert Bigelow, le fondateur de Bigelow aerospace a récemment déclaré publiquement qu’il savait que “ET” est là.

 

Vous pouvez voir cette interview et en savoir plus ici.

 

Bien sûr, les témoignages ne sont pas suffisants pour tirer une conclusion, mais étant donné leur position et leurs longs dossiers de “crédibilité”, il est presque ridicule de les ignorer. S’il s’agissait d’une ou deux personnes, il y aurait des raisons de douter, mais lorsqu’il y en a plusieurs centaines, nous savons qu’il y a quelque chose qui se passe, surtout quand leurs rencontres avec des “OVNIs” ont déjà été vérifiées par leur employeur, le gouvernement et par des documents officiels préalablement classifiés.

 

Puisque beaucoup ne considèrent pas que les témoignages de témoins sont crédibles, peu importe d’où ils viennent, il est toujours important de mentionner les documents, les preuves de suivi radar et plus encore.

 

Évidemment, c’est un sujet qui interpelle encore beaucoup de gens, ça les brosse dans le mauvais sens du poil et entre en conflit avec des systèmes de croyances ancestraux. C’est une tendance qui s’est manifestée avec de nombreux sujets et de nouvelles découvertes tout au long de l’histoire humaine, les choses changent lentement au fil du temps, mais avec notre développement technologique rapide, qui continue d’augmenter à un rythme exponentiel, nous ne semblons pas si lointain. En fait, nous semblons déjà en être là.

“Nous avons déjà les moyens de voyager parmi les étoiles, mais ces technologies sont enfermées dans des projets noirs, et il faudrait un acte de Dieu pour les faire sortir au profit de l’humanité. Tout ce que vous pouvez imaginer, nous savons déjà comment le faire” – Ben Rich (source)

 

Rappelez-vous, OVNI ne signifie pas à 100% extraterrestre, cependant, c’est l’une des nombreuses possibilités et probabilités qui ont leurs propres preuves pour faire cette affirmation.

 

Les documents qui ont été rendus publics par plusieurs gouvernements, agences de renseignements et par l’intermédiaire de la Freedom of Information Act (FOIA) indiquent des objets et des rencontres (principalement militaires) avec des objets voyageant à des vitesses inaccessibles et effectuant des manœuvres qu’aucun de nos avions connus ne peut réaliser, dans certains cas, ils défient notre propre compréhension de la physique.

 

 

 

“Au fur et à mesure que le F-4 s’approchait, il perdait toute l’instrumentation et les communications. Lorsque le F-4 s’est éloigné de l’objet et qu’apparemment il n’était plus une menace pour lui, l’avion a retrouvé toutes les communications et instruments de navigation. Un autre objet brillant est sorti de l’objet original. Le second objet s’est dirigé vers le F-4.” 

 

Ci-dessous, un petit discours de Jacques Vallée sur la façon de commencer à apprendre de toutes ces rencontres.

 

C’est un informaticien et astronome qui a travaillé pour la NASA, et plus encore.

 

Il est le plus à même de co-développer la première cartographie informatisée de Mars et pour son travail à SRI International sur le centre d’information réseau d’ARPANET.

 

 

 

Déception gouvernementale

 

Ce serait le bon moment pour affirmer que, de toute évidence, nos gouvernements nous ont trompés bien souvent et sur divers sujets, il est plus que probable qu’au fur et à mesure que de plus en plus d’informations continueront à se retrouver dans le domaine public, il y aura de bonnes raisons d’avoir un scepticisme accru lorsqu’ils parleront des OVNI et/ou des extraterrestres, comme c’est le cas pour n’importe quoi d’autre.

 

Le monde dominant est plein d’agendas tordus et de tentatives de modifier notre perception de la vérité et du profit, ou d’autres agendas qui ne sont pas vraiment dans le meilleur intérêt du peuple, mais plutôt dans le meilleur intérêt des “1%”.

 

La guerre mondiale contre la drogue ou le terrorisme en sont de parfaits exemples.

 

Pour se faire une idée claire de ce sujet, ce qui est presque impossible, il faut faire des recherches indépendantes plutôt que de s’en remettre aux mêmes médias qui ont des liens étroits avec les intérêts des entreprises et du gouvernement, sous le couvert de la “sécurité nationale”.

 

 

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bonnes personnes, avec des intentions pures, qui ne font que leur travail dans ces arènes.

 

C’est un sujet compliqué, mais en discutant, il faut toujours garder l’état profond dans le dos de son esprit, car il contrôle la perception géopolitique dans son ensemble, dans la plupart des cas.

 

Il y a des efforts qui sont faits pour alerter le public, l’effort de To The Stars par Tom Delonge en est un, mais c’est un sujet très compartimenté.

 

Il reçoit de l’information de ceux qui travaillent dans le milieu du renseignement, mais de qui obtiennent-ils cette information et est-ce exact ?

Est-ce vrai ?

Ou est-ce qu’il y a une sorte de tour de passe-passe, pour quelque raison que ce soit ?

Et ceux qui relaient cette information se rendent-ils compte qu’il pourrait y avoir un véritable tour de passe-passe ?

 

Qui sait ce qui se passe vraiment.

 

Y a-t-il vraiment des raisons légitimes pour justifier le camouflage après tant d’années ?

Était-ce justifié ?

Je crois que l’humanité est censée vivre dans la transparence, et nous pouvons et devons gérer ce type d’information, nous étions censés la recevoir.

 

Reconnaître certaines vérités sur la nature de la réalité est une étape importante de notre évolution humaine, car elle nous donne l’occasion de dépasser les paradigmes du passé et d’avancer là où nous sommes censés aller, et peut-être vers les étoiles.

 

La prise de contrôle corporatif et financier de notre système démocratique a sans aucun doute contribué au secret.

 

Ce sujet a d’énormes implications technologiques et intellectuelles qui pourraient transformer complètement notre planète et aider à créer de nouvelles façons de faire les choses ici.

 

Et, comme c’est le cas pour tout le reste, ceux qui font des milliards et des billions avec l’ancienne façon de faire les choses peuvent aussi avoir leur mot à dire.

 

Quel type de systèmes de propulsion ces embarcations utilisent-elles ?

 

Bien sûr, nous savons que les OVNIs sont réels, mais les médias grand public (ainsi que le gouvernement) ont une longue histoire de prendre des événements réels et de les utiliser à leur avantage, et le font généralement en déformant notre perception de ce qui se passe réellement.

 

Avec ce sujet, comme avec tous les autres, nous ne pouvons tout simplement pas compter sur les services de renseignements gouvernementaux et officiels en tout temps, avec une crédibilité totale.

 

Il est important de se rappeler qu’il y a beaucoup de désinformation qui s’est infiltrée dans ce domaine, et il faut toujours utiliser leur discernement.

 

 

Sont-ils extraterrestres ?

 

 

L’existence des OVNIs est vérifiée de plusieurs manières différentes, mais l’intelligence extraterrestre est toujours une histoire différente.

 

Plusieurs facteurs conduisent à l’hypothèse extraterrestre.

 

Comme mentionné plus haut, avant que les OVNIs ne soient officiellement “vérifiés”, il y avait de bonnes raisons de croire en leur existence, et maintenant c’est officiel.

 

De la même façon, il est maintenant prouvé que certains de ces engins sophistiqués sont en fait extraterrestres.

 

“Il y a de fortes chances que des gens de l’espace et d’autres civilisations nous visitent depuis de nombreuses années. Ce qu’ils sont, d’où ils viennent et ce qu’ils veulent devrait faire l’objet d’une enquête scientifique rigoureuse et ne pas faire l’objet d’une dissimulation ridicule par les tabloïds.” (source) – Lord Admiral Hill-Norton, ancien chef d’état-major de la Défense, amiral 5 étoiles de la Marine royale, président du Comité militaire de l’OTAN.

 

Beaucoup de gens, comme Lord Amiral Hill-Norton, sont venus exprimer la même chose, et ont dit qu’ils ont une grande connaissance de l’intelligence extraterrestre en ce qui concerne le phénomène OVNI.

 

 

 

Voici un document du FBI discutant des corps extraterrestres et un vaisseau (pages 21 et 22), voici un article avec un document intéressant de la CIA qui fait référence à des corps extraterrestres et une rencontre militaire.

 

Il y a plusieurs exemples que l’on peut trouver dans la littérature, qui sont à la fois bienveillants et malveillants.

 

Vous trouverez ci-dessous une discussion intéressante avec Richard Dolan, l’un des plus éminents spécialistes mondiaux du sujet.

Il va un peu plus loin sur l’hypothèse extraterrestre.

Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, c’est un excellent point de départ.

 

“C’est ma thèse que les soucoupes volantes sont réelles et qu’elles sont des vaisseaux spatiaux d’un autre système solaire. Je pense qu’ils sont peut-être habités par des observateurs intelligents, membres d’une race qui a peut-être étudié notre Terre pendant des siècles” – Herman Oberth, père fondateur de la fusée moderne

 

0 commentaires

lun.

18

déc.

2017

Etats-Unis : le Pentagone a financé un programme secret de recherche sur les ovnis pendant au moins cinq ans - 18 décembre 2017

 

Le Pentagone à la recherche d'ovnis ?

 

Le département américain de la Défense a reconnu l'existence de son programme d'identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP), entre 2007 et 2012, révèlent le New York Times et Politico (articles en anglais), samedi 16 décembre.

 

Dans le plus grand secret, l'armée américaine a enquêté sur des objets volants non identifiés, aperçus par des militaires ou des simples citoyens. 

 

Dans son énorme budget de 600 milliards de dollars (un peu plus de 510 milliards d'euros), le financement du programme d'identification des menaces aérospatiales avancées passait inaperçu.

 

Pourtant, ce sont tout de même 22 millions de dollars par an (un peu moins de 19 millions d'euros) qui ont été consacrés aux observations d'objets volants non identifiés, selon le New York Times. 

 

En quoi consistait ce programme ?

 

 

Les contrats consultés par le New York Times montrent que ces millions de dollars étaient surtout destinés à Bigelow Aerospace, la société du milliardaire Robert Bigelow chargée d'évaluer la menace posée par ces ovnis.

 

L'argent a notamment permis à Bigelow Aerospace d'agrandir ses bâtiments à Las Vegas (Nevada) afin de stocker les métaux et autres matériaux récupérés et attribués à des phénomènes non identifiés.

 

Les chercheurs de Bigelow ont également interrogé des personnes affirmant avoir ressenti des modifications physiologiques après des rencontres avec des ovnis, ainsi que des militaires qui avaient aperçu ces objets volants inconnus. 

 

"Des 'phénomènes aériens non identifiés' rapportés par des pilotes et des militaires apparaissaient beaucoup plus avancés que la technologie américaine ou étrangère", selon des personnes impliquées dans le dossier, citées par Politico.

 

"Dans certains cas, ces engins manœuvraient de façon si inhabituelle et si rapide qu'ils semblaient défier les lois de la physique", expliquent encore ces sources, pour justifier l'existence du programme.

 

L'AATIP a également collecté des enregistrements vidéo et audio, dont les images d'un appareil "entouré d'une sorte de halo lumineux, volant à grande vitesse tout en tournant sur lui-même."

 

On peut entendre les pilotes qui tentent de comprendre ce qu'ils voient, dans cette vidéo publiée par le département de la Défense, qui a toutefois refuser de préciser la date et le lieu de l'incident.

 

 

A-t-il permis d'identifier des ovnis ?

 

 

"Ce qui était considéré hier comme de la science-fiction est à présent un fait scientifique", est-il écrit dans un document du Pentagone datant de 2009, cité par le New York Times.

 

Et les Etats-Unis seraient "incapables de se défendre contre les technologies découvertes".

 

Le sénateur Harry Reid, à l'origine du programme, plaidait à l'époque pour renforcer la sécurité de ces recherches, arguant que "de grands progrès" avaient été réalisés "dans l'identification de plusieurs découvertes non conventionnelles et très sensibles".

 

Selon Luis Elizondo, qui était à la tête du programme, "les phénomènes étudiés ne semblaient pas provenir d'un quelconque pays".

 

En outre, "ces observations ont souvent été situées près d'installations nucléaires, qu'il s'agisse de navires en mer ou de centrales", explique-t-il à Politico.

 

Mais un autre membre du programme s'interroge sur la possibilité pour la Chine ou la Russie d'avoir simplement développé de nouvelles technologies beaucoup plus avancées que les Etats-Unis, rapporte Politico.

 

Ni le New York Times ni Politico n'ont obtenu plus d'informations sur ces "découvertes très sensibles".

 

Au New York Times, plusieurs scientifiques mettent en garde : ne pas savoir d'où provient un objet ne signifie pas qu'il arrive d'une autre planète ou d'une autre galaxie. Un ancien ingénieur de la Nasa affirme par ailleurs que "beaucoup de gens sont actifs dans les airs et ne veulent pas que les autres le sachent".

 

 

Pourquoi est-il resté secret si longtemps ?

 

 

Le programme AATIP n'était pas totalement classifié, mais un tout petit nombre d'officiels américains en étaient informés.

 

C'est l'ancien leader démocrate du Sénat, Harry Reid, passionné d'espace et fasciné par les ovnis, qui l'avait initié, soutenu par deux autres sénateurs. Aucun des trois hommes ne souhaitait débattre en public de cette question sensible et du financement du programme.

 

Au sein de l'armée, les militaires qui observaient des phénomènes inexpliqués n'en parlaient pas toujours à leur hiérarchie, "car les soldats craignaient qu'on leur rie au nez", affirme Harry Reid au New York Times.

 

Robert Bigelow explique aussi que les scientifiques américains ont "peur d'être ostracisés et les médias ont peur d'être stigmatisés" s'ils prennent la question au sérieux.

 

Il assure d'ailleurs que la Chine et la Russie "sont bien plus ouvertes", tout comme "la Belgique, la France, l'Angleterre ou le Chili.

Ils sont actifs et évoquent volontiers le sujet, plutôt que d'être bridés par un tabou enfantin", assure-t-il.

 

 

Existe-t-il toujours ?

 

Officiellement, le programme AATIP "a pris fin en 2012", affirme le Pentagone à l'agence Reuters.

 

"Il a été déterminé qu'il y avait d'autres priorités plus importantes qui méritaient d'être financées, dans l'intérêt du département de la Défense", poursuit une porte-parole.

 

Les financements officiels ont donc été coupés, mais le programme ne s'est pas forcément arrêté pour autant.

 

Luis Elizondo affirme avoir continué à travailler avec la Navy et la CIA jusqu'en octobre 2017, quand il a remis sa démission, frustré que les Etats-Unis ne consacrent pas plus d'énergie et de moyens à la recherche sur les ovnis.

 

Le Pentagone, interrogé par l'agence Reuters, reste d'ailleurs évasif sur la poursuite du programme de recherche.

 

"Le département de la Défense prend au sérieux toutes les menaces, y compris potentielles, contre notre peuple, nos biens et prend les mesures nécessaires à chaque fois qu'il reçoit une information crédible", répond la porte-parole.

 

0 commentaires

sam.

16

déc.

2017

Le PDG d’une industrie dans l’aérospatiale et un partenaire de la NASA prétendent qu’il y a des extraterrestres parmi nous - 16 décembre 2017

 

Selon Robert Bigelow, célèbre dans l’industrie aérospatiale pour la fabrication de modules gonflables comme ceux testés à bord de la Station spatiale internationale, il y a des êtres extraterrestres qui vivent parmi les humains.

 

Le partenaire de la NASA a déclaré qu’il est « absolument convaincu » que des extraterrestres vivent parmi les humains sur Terre.

 

Au cours d’une entrevue avec CBS « 60 Minutes », il a déclaré:

 

« Je suis absolument convaincu

[que les extraterrestres existent] », a-t-il déclaré à la journaliste Lara Logan.

 

« C’est tout ce qu’il y a à dire. »

 

 

 

M. Bigalow, tout comme plusieurs scientifiques tels que le professeur Stephen Hawking, pense que les extraterrestres existent.

 

« Il y a eu et il y a toujours eu une présence, une présence extraterrestre », a déclaré M. Bigelow. « Et j’ai dépensé des millions, des millions et des millions – j’ai probablement dépensé plus que n’importe qui d’autre aux États-Unis sur ce sujet. »

 

Son entreprise, Bigelow Aerospace, met au point des engins spatiaux non durables pour les humains qui peuvent gonfler et qui pourraient fournir un abri bien utile aux futurs astronautes et colonies spatiales.

 

Lorsqu’on lui a demandé quels étaient les risques que cette déclaration pouvait représenter pour son image publique, Bigelow a été émoussé:

 

« Je m’en fous », en ajoutant que rien de ce qu’il pense, ni ce que le reste du monde pense, ne peut changer cette réalité.

 

Il a également été interrogé sur ses intentions de voyager dans l’espace pour entrer en contact avec des civilisations extraterrestres, une occasion dont il a profité pour revenir à ses premières déclarations: « Les extraterrestres sont juste sous notre nez », a-t-il répété.

 

Bigelow dit qu’il a eu des rencontres rapprochées, ici sur Terre, bien qu’il ait refusé de donner plus de détails.

 

 

 

Des millions de personnes dans le monde entier sont convaincues que les extraterrestres existent, et nous avons déjà été contactés par eux dans le passé.

 

La majorité des Américains, 54 pour cent, sont convaincus que des extraterrestres intelligents existent, capables de communiquer avec nous, selon une enquête réalisée en 2015, par la société de recherche marketing YouGov.

 

Cependant, malgré le fait que plus de la moitié des Américains sont convaincus que des extraterrestres sont là et visitent la Terre, des scientifiques comme Seth Shostak-un astronome de haut niveau à l’Institut SETI réitèrent qu’il n’y a pas de « preuves tangibles » que ces visiteurs existent.

 

Shostak a dit dans une entrevue avec Live Science:

 

« Bien, si vous pensez vraiment qu’ils sont ici, alors pourquoi les preuves sont si médiocres; si les preuves étaient si bonnes, nous ne serions pas en train de nous disputer, nous enquêterions à ce sujet », a dit Shostak.

 

« Nous avons des satellites qui surveillent la Terre tout le temps. Et ils ne les voient pas, et pourtant ils sont tellement visibles qu’un type comme Bob Bigelow peut les voir. »

 

Cependant, l’astrophysicien de renommée mondiale Stephen Hawking n’est pas d’accord avec Shostak, du moins en partie, et dit que non seulement il y a des extraterrestres, mais qu’ils pourraient détruire l’humanité.

 

0 commentaires

mer.

13

déc.

2017

Un Gigantesque Vaisseau Extraterrestre est-il dans notre Système Solaire ? 13 décembre 2017

 

Le Washington Post, le vendredi 11 mai 2001.

 

Cela fait plus de 50 ans que le gouvernement des États-Unis dissimule les preuves de visites extraterrestres d’une vingtaine de membres retraités de l’US Air Force américaine.

 

Et les officiers du renseignement ont dit que…

 

… les 20 témoins étaient une fraction des 400 qui sont prêts à témoigner sous serment et avec l’immunité du Congrès…

 

Image: OVNI Lune – Anomalie. Crédit: TheRealJimmyRoberts1.

Décembre 2017; rien n’a changé, le gouvernement américain et la NASA continuent de dissimuler des preuves de l’existence d’engins spatiaux extraterrestres interstellaires dans notre système solaire et des visites extraterrestres sur notre planète.

Image: La lune Promethius de Saturne. Crédit: TheRealJimmyRoberts1.

 

Même la sonde de Cassini a fait des images claires et nettes des lunes de Saturne.

Des lunes qui ne sont peut-être pas du tout des lunes, mais d’immenses engins spatiaux extraterrestres dissimulés comme des lunes, comme l’astéroïde Phobos en orbite de Mars, qui est probablement aussi un satellite extraterrestre dissimulé.

 

Image: La lune Atlas de Saturne. Crédit: TheRealJimmyRoberts1.

Image: La lune Pan de Saturne. Crédit: TheRealJimmyRoberts1.

De plus en plus d’individus n’acceptent plus la dissimulation OVNI et extraterrestre!

 

TheRealJimmyRoberts1 est l’une des personnes qui n’acceptent plus le silence du gouvernement américain et de la NASA et a démarré sa propre enquête pour faire surgir la vérité.

 

Image: La lune Daphnis de Saturne. Crédit: TheRealJimmyRoberts1.

Dans l’excellente vidéo ci-dessous, il présente de fortes preuves picturales d’engins spatiaux extraterrestres de la mission Apollo 16 en 1972 ainsi que des images de la sonde Cassini des lunes de Saturne.

Commentaire : sans remettre en cause l'existence de vaisseaux mères dans notre espace interstellaire l'hypothèse de jimmy Robert paraît bien osée !

0 commentaires

lun.

11

déc.

2017

Terriens et ExtraTerrestres - Les Liens - 11 décembre 2017

 

Compilation d'une partie des meilleures infos actuellement disponibles, au sujet des Liens que le peuple de la Terre a avec d'autres civilisations non terrestre, depuis l'aube des temps jusqu'à aujourd'hui. 

 

Etudes scientifiques, Découvertes archéologiques, Rencontres d'un autre Monde, Observations dans les Cieux, Révélations et Aveux des politiques dans cette vidéo à voir absolument !!

 

 

0 commentaires

lun.

11

déc.

2017

"Soucoupes volantes" : un Brestois docteur en histoire des Ovni ! - 11 décembre 2017

Thomas Margout a travaillé pendant six ans sur les « soucoupes volantes ». Le résultat de son travail lui a valu un doctorat en histoire

 

Depuis ce vendredi, Thomas Margout, 30 ans tout juste, est devenu docteur en histoire. Reste que le sujet de thèse qui lui a valu ce titre universitaire n'a rien de banal, puisqu'il s'attache à développer « Le soucoupisme français entre 1945 et 2012 », où comment les Ovni ont développé ce que le jeune chercheur appelle « une religion, dans le sens premier à savoir ce qui relie les gens au sein d'une même pensée ».

Interview 

 

- D'où vous est venu ce sujet assez étrange ? 

 

« Je voulais du bizarre, de l'étrange. J'avais effleuré plusieurs sujets mais je me heurtais parfois à la barrière des langues. Avec mon directeur de thèse, Fabrice Bouthillon, nous avions évoqué entre autre la symbolique nazie et puis un jour, les Ovni me sont apparus. En creusant, je me suis rendu compte qu'il n'y avait aucun travail universitaire sur le sujet, juste des livres d'ufologues ou de journalistes, qui sont parfois les mêmes. Et s'il existe déjà des publications sérieuses sur le sujet, aucune d'elles n'évoquait les croyances à l'après-guerre. Mon idée était d'analyser comment s'organisent les croyances autour des gens qui l'animent. J'ai mis six ans pour parvenir à un résultat de 400 pages où je ne juge pas. Je dois dire qu'au début de ce travail, j'avais un certain parti pris en imaginant rencontrer des doux-dingues mais aujourd'hui, la seule chose dont je suis convaincu est que la majorité des ufologues n'est pas composée de menteurs, d'ignares ou de types bourrés qui ont vu un truc dans le ciel ».

 

- À savoir ? 

 

« L'immense majorité des ufologues, qui n'aime pas trop le terme de soucoupiste, est composée de gens parfaitement sérieux. Ils le sont devenus parce qu'ils ont observé un phénomène qu'ils ne peuvent pas expliquer. Ils s'alimentent de ça.

 

Il existe deux types d'observation qui sont la vision d'objets immatériels ou ce qu'ils appellent les rencontres rapprochées.

 

La deuxième catégorie est spécialement rare en France.

 

Sur la base de données que j'ai construite, sur les 700 cas observés en France depuis 1989, il n'existe que dix rencontres rapprochées où des gens certifient avoir vu des extraterrestres.

 

Deux fois seulement, ils auraient parlé et deux fois à des femmes new-age.

 

Il y a un côté marial, puisque l'on s'approche beaucoup des apparitions de la Vierge Marie, et je répète, c'est très marginal.

 

Le soucoupisme est très majoritairement une affaire d'hommes, de classe moyenne ou moyenne-supérieure et urbaine ».

 

- Que cherchent-ils ?

 

« Ils cherchent à comprendre ce qu'ils sont convaincus d'avoir vu et à échanger avec d'autres.

J'ai notamment rencontré des profs, des professions libérales.

Ces gens-là ne sont pas des affabulateurs, et les explications qui leur sont données ne leur conviennent pas. Beaucoup de mystères ont été levés mais pas tous ».

- Comment les recenser ? 

 

« Vous savez, en France et nulle part ailleurs en Europe je crois, la matière est prise au sérieux puisque nous finançons un département public qui s'en occupe et se nomme le Groupement d'études et d'informations pour les phénomènes spatiaux non-identifiés (Geipan).

 

Pour résumer, quand vous apercevez quelque chose, vous avez deux choix.

Soit vous en faites part à un groupe d'ufologue simplement, soit vous allez signaler le phénomène en police ou en gendarmerie.

 

Les autorités font remonter le tout au fameux Geipan qui classe les manifestations en quatre catégories, de A, où l'explication est simple, à D, où aucune explication scientifique ne peut satisfaire.

 

Chaque année, entre 10 à 15 % des signalements sont classé en D. Je n'en tire pas plus d'enseignement.

C'est une statistique, c'est tout.

 

Vous savez, mon sujet de recherche me fait penser à ces scientifiques qui vont explorer les grands fonds marins, au milieu de la fosse des Mariannes. On se trouve à un carrefour où des gens vous disent qu'il n'y a rien et d'autres qui se disent qu'on va bien finir par trouver quelque chose ».

 

- Quelles sont les explications rationnelles qui ont le plus convaincu les ufologues que l'Ovni n'en était pas un ? 

 

« La plus commune, si l'on excepte ceux qui ne connaissent pas ISS qui brille dans le ciel, est les lasers de boîte de nuit et notamment ce que l'on a appelé un temps les « sky trackers », des lasers en mouvement, qui ont provoqué une peur inouïe, il y a quelques années. On ne peut pas non plus sous-estimer les avions de surveillance qui par définition sont discrets et qui permettent d'avancer que les gens délirent quand ils les ont vus. Enfin, la foudre en boule est aussi un sujet récurrent. Quand la foudre tombe, elle peut rester en lévitation quelques minutes avant de disparaître soudainement ».

 

 

Le docteur qui n'aimait pas l'école

 

Rien ne prédestinait Thomas Margout à devenir un jour docteur en histoire.

 

« Je n'aimais pas le système scolaire. Moi, je voulais faire un CAP et puis c'était tout ».

 

Ses parents le convainquent difficilement de suivre et obtenir un bac technologique, et puis il se dirige vers la fac

d'histoire « parce que j'aimais bien ça ».

 

Il accroche, « rame pas mal en première année parce qu'il fallait que je lise ce que je n'avais pas lu » et rencontre le professeur Bouthillon en deuxième année.

 

« J'ai su que je ferai une thèse avec lui ».

 

Professeur remplaçant dans le Limousin en histoire-géo,

« pour financer mes études comme je l'ai toujours fait »,

Thomas Margout sait que ce titre honorifique de docteur « ne me servira pas à grand-chose.

 

Mais c'est une grande fierté ».

 

Il envisage à court terme de revenir dans les parages où il a passé son lycée et son université, et imagine déjà d'autres terrains de jeux. « Moi, je veux garder le côté bizarre, ésotérique. L'époque est propice avec les nouveaux mouvements religieux. J'adore ça ».

 

 

Générations soucoupes

 

Dans sa recherche, Thomas Margout a recensé ce qu'il appelle les quatre générations d'ufologues.

 

Et chacune d'entre elles répond à des caractéristiques bien précises, au point de ne pas tout à fait se ressembler.

 

« La première court pour moi de 45 à 77. Ce sont des gens qui ont vu quelque chose, notamment après la vague de 1954, et ils essaient de comprendre. Il y a notamment un scientifique connu, Jacques Vallée, qui inspirera Spielberg pour le rôle tenu par Truffaut dans « Rencontres du troisième type ».

Avec d'autres universitaires, ils se cachent et forment un labo qu'ils nomment « le laboratoire invisible ».

C'est cette structure qui accouchera du Geipan », détaille le chercheur.

 

La deuxième génération est radicalement différente et se compose globalement des hommes de la première génération.

« Elle arrive en 1977 lorsque certains, déçus par le peu de résultats, retournent leur veste et cherchent à démonter leur théorie. À mes yeux, ils restent des soucoupistes parce qu'ils passent leur temps à trouver une autre explication pour un même fait », dit celui qui sait que cette hypothèse ne va pas lui faire que des amis.

Ils sont rejoints par l'union rationaliste, mouvement luttant contre l'ésotérisme et estimant que les lumières mystérieuses « sont des lumières de phare dans les yeux d'une vache ». Vaste programme.

 

Le vrai tournant du soucoupisme arrive en 1993, et la naissance de la troisième génération, biberonnée

« à X-Files, qui va tout changer. À partir de ce moment, ce phénomène qui pouvait être joyeux va s'assombrir. Les apparitions deviennent plus inquiétantes et la théorie du complot universel jaillit, avec la levée du grand secret et tout ça ».

 

Cela va durer jusqu'en 2000 où l'arrivée d'Internet va tout bousculer et faire éclore la quatrième génération, toujours en vogue, « où la nécessité d'avoir vu quelque chose pour devenir ufologue va s'évanouir via les réseaux et les différents forums, où tout un tas de personnes s'affranchissent du bagage culturel ».

 

La thèse de Thomas Margout prend fin en 2012 et la supposée fin du monde « où tout le monde s'est retrouvé à Bugarach pour la fin du monde annoncée, sauf la deuxième génération ».

 

Un vaste (et heureux) flop qui ne remet pas en doute les croyances fortes de certains allumés : « pour eux, si les extraterrestres ne sont pas arrivés là, c'est qu'ils sont arrivés autre part ». Pas loin de chez un certain M. Vincent. David de son prénom.

0 commentaires

lun.

11

déc.

2017

En 1894, Hélène SMITH prétendait avoir été sur Mars ! 11 décembre 2017

 

Hélène Smith, originaire de Martigny en Suisse, a affirmé avoir eu des contacts avec des extraterrestres à l'âge de 33 ans en 1894.

 

Cette ressortissante française, dont le vrai nom était Catherine-Elise Müller, a affirmé avoir « visité Mars » et avoir « communiqué avec des extraterrestres » là-bas pendant cinq ans. Elle aurait vécu toutes ces expériences au cours de visions après être entrée dans un état de transe.

 

L'idée que les extraterrestres existent sur d'autres mondes remonte au moins au quatrième siècle avant notre ère.

 

Dans les années 1750, les gens les plus éduqués à travers l'Europe ont admis qu'il y avait des extraterrestres sur d'autres astres. Au XIXe siècle, beaucoup de gens pensaient qu'il y avait une vie intelligente sur Mars, Vénus et la Lune.

 

Cependant, Mme Smith, qui prétendait être un médium, est considérée comme étant l'une des premières personnes à avoir prétendu avoir eu un contact avec des extraterrestres.

 

Mme Smith a même esquissé des dessins des êtres qu'elle a rencontrés et des paysages qu'elle a visités.

 

Elle est devenue mondialement célèbre comme étant « la Muse de l'écriture automatique » par les surréalistes.

 

Elle a également affirmé être une réincarnation d'une princesse hindoue et de la reine Marie-Antoinette.

 

Mme Smith avait l'habitude d'écrire des textes martiens sur papier avant de les traduire en français, en utilisant une forme d'écriture automatique.

 

Elle a été étudiée par Théodore Flournoy, professeur de psychologie à l'Université de Genève, qui a publié en 1899 le livre Des Indes à la Planète Mars.

 

Il a présenté ses peintures de paysages martiens et documenté ses « expériences » sur Mars.

 

En 1900, une riche spiritualiste américaine appelée Mme Jackson a embauché Mme Smith pour continuer à documenter ses expériences.

 

Bien que le professeur Flournoy et Mme Smith aient été proches, il a affirmé plus tard qu'elle avait juste une « imagination infantile » et que sa « langue martienne » avait été inventée de toutes pièces.

 

Il a dit que cette langue ressemblait fortement au français et que son écriture automatique provenait de « romans de l'imagination subliminale, y compris des souvenirs de livres d'enfance ».

 

Les psychologues Leonard Zusne et Warren Jones ont ensuite étudié le cas.

 

Ces derniers ont conclu :

 

« Flournoy a été capable de montrer que sa langue martienne était une invention artistique. »

 

« Bien que cela ressemble décidément à quelque-chose d'origine extraterrestre, l'analyse fréquentielle des mots et des lettres et l'examen de la syntaxe ont convaincu Flournoy que la langue avait toutes les caractéristiques structurelles du français. La langue maternelle d'Hélène Smith. »

 

« Dans une enquête ultérieure, Flournoy a rapporté que la source d'une courte phrase qu'elle avait écrite en arabe pendant son cycle indien venait probablement d'avoir vu une phrase identique inscrite dans un livre appartenant à un médecin genevois. »

 

« Elle avait conservé une image visuelle de cette écriture et, en temps voulu, l'avait copiée de mémoire avec une main

incertaine. »

 

En 1952, le psychologue Donovan Rawcliffe a également examiné l'affaire et a déclaré que Mme Smith, décédée à Genève, âgée de 67 ans, en 1929, souffrait d'une personnalité sujette à des fantasmes et d'hallucinations hystériques.

 

0 commentaires

dim.

10

déc.

2017

Réhabilitation d''ADAMSKI - 10 décembre 2017

Faits nouveaux sur la rencontre dans le désert d’Adamski avec « Orthon » – les implications pour l’ufologie

Warren P. Aston

Copyright

Novembre 2017

 

(Traduction de l’anglais © Michel Zirger)

 

Tombant à pic pour marquer le 65e anniversaire de la rencontre alléguée entre George Adamski et un homme descendu d’une soucoupe volante dans le désert californien le 20 novembre 1952, un nouvel ouvrage en propose l’analyse la plus poussée qui soit. Si les annonces hyperboliquement flatteuses pour survendre un livre sur les OVNIS sont monnaie courante, dans le cas présent il ne semble pas exagéré d’affirmer que non seulement ”We Are Here ! Visitors Without a Passport : Essays on Earth’s Alien Presence” innove dans le domaine, mais qu’il le fait d’une manière qui pourrait bien amorcer un changement de paradigme majeur en ufologie.

 

Dû à la plume du chercheur et auteur français Michel Zirger – déjà remarqué pour avoir publié il y a deux ans la toute première biographie de George Hunt Williamson -, la partie de l’ouvrage qui retiendra d’abord l’attention d’une majorité de lecteurs sera sans nul doute la section où sont présentés des traitements numériques de clichés faits ce jour-là.

 

Des photographies prises par Adamski, dont certaines bien connues des chercheurs, sont transmuées en images qui tout simplement sont à couper le souffle. Elles recelaient, caché en elles, ce qu’Adamski et les six témoins avaient rapporté dans leurs témoignages et confirmé dans une attestation commune faite sous serment devant notaire, mais qu’aucun d’entre nous n’avait pu voir de ses yeux. Aujourd’hui, c’est chose faite. Pour la première fois, nous voyons le grand vaisseau-mère en forme de cigare qui plane, haut dans le ciel, au-dessus de la zone du contact ; plus bas, à moindre distance de l’objectif, se trouve indiscutablement un appareil en forme de cloche en train de descendre, le soleil au zénith se reflétant sur sa coque. Et au sol on peut voir un des témoins, Alfred Bailey, montrant cette scène le doigt pointé en l’air.

 

Nous connaissons tous la photographie célèbre du « vaisseau éclaireur » planant entre deux petites collines, la Planche 12 des ”Soucoupes volantes ont atterri” ; or, ce qui n’était qu’une tache indistincte au loin montre maintenant clairement le vaisseau dans son ensemble, avec les trois sphères sur le dessous. Sur un autre cliché – non publié jusqu’alors – nous découvrons ce qui paraît bien être le dôme du vaisseau toujours derrière ces mêmes collines. Rien que cela eût été déjà assez excitant, mais ce qui est rendu visible au premier plan, entre ce vaisseau en sustentation et le photographe, semble destiné à changer la façon dont la plupart des ufologues considèrent aujourd’hui les dires d’Adamski.

 

Apparaissant de derrière des rochers, nous voyons distinctement la tête et le torse d’une personne qui semble s’approcher… Elle est de taille normale, a les cheveux longs qui encadrent les traits clairs du visage, porte un vêtement à col montant, et elle fixe le photographe. Or, cette personne ne peut être que celle qui conversa avec Adamski pendant environ 45 minutes, cet homme qui prétendit être de la planète Vénus et qu’Adamski nommera plus tard « Orthon ». Je rappelle qu’une bonne vingtaine de minutes de cette rencontre a été vue par des témoins, avec parmi eux le futur auteur ufologue, George Hunt Williamson.

 

Comme la majorité d’entre vous, je suppose, pendant des années j’avais considéré Adamski et les autres « contactés » des années 1950 comme des imposteurs ou des escrocs. Me rangeant à l’opinion des chefs de file de l’ufologie, j’estimais que ce qu’ils avançaient était manifestement ridicule et que leurs mises en garde contre les armes nucléaires étaient simplistes. J’avais lu leurs livres avec un certain mépris, mais, comme la plupart des autres chercheurs et auteurs, j’avais négligé de faire ma propre enquête. Et en cela j’avais eu tort.

 

”Pendant 50 ans, nous avons été ainsi mené par le bout du nez par un petit cénacle d’ufologues astronomes-statisticiens prétendument rigoureux qui ont mené l’ufologie dans l’impasse où elle se trouve à présent. Tous ont en commun d’avoir rejeté ce qui s’apparentait de près ou de loin aux ‘contactés’.”

 

J‘ai choisi de citer ce passage du nouveau livre de Michel Zirger parce qu’il résume parfaitement ce qui s’est passé ces cinquante dernières années au sein de l’ufologie classique. Dans son livre, Zirger n’hésite pas à donner des noms, à exposer des motivations cachées, et montre comment et pourquoi l’ufologie en est arrivée là où elle en est aujourd’hui.

 

Ma propre remise en question concernant les contactés a commencé il y a quelques années lorsque j’ai moi-même été confronté aux préjugés guidant les plus grands groupements de « recherche » et que j’ai vu, en particulier, les « abductions » à deux doigts de couler pour de bon l’ufologie. Pour moi, comme pour beaucoup d’autres chercheurs, les histoires d’un Whitley Strieber, par exemple – l’une des figures les plus célèbres dans le domaine -, n’étaient que pure science-fiction opportuniste contribuant à nous dévoyer de la science–factuelle. Et il n’est pas le seul. Un domaine où le contrôle n’existe plus signifie que la porte est ouverte à des histoires de plus en plus bizarres, présentées sans aucun élément de preuve à l’appui (contrairement finalement à Adamski avec ses photographies, ses témoins oculaires, etc.), et cela ne cesse de proliférer en ufologie.

 

La situation en 2017 n’est guère meilleure qu’elle ne l’était il y a deux ou trois décennies : les organismes traditionnels, comme le MUFON, s’en tiennent mordicus ou presque aux observations d’objets qui font trois petits tours dans le ciel et puis s’en vont… et aux interminables spéculations quant à la signification du phénomène. Les charlatans foisonnent. Pas étonnant dès lors que l’ufologie ait passablement failli à intéresser la communauté scientifique ou à inciter les médias à se remuer pour couvrir l’histoire du Millénaire !

 

Ces deux dernières années, j’ai eu l’opportunité d’éditer les livres de Michel Zirger dans leurs versions anglaises et le voile s’est soudain déchiré… me révélant des données insoupçonnées, des documents inédits, et aujourd’hui des photographies inouïes d’une importance historique, prises bien avant l’apparition de toute manipulation numérique. ”We Are Here !” contient une foule d’autres cas de contact dont certains publiés pour la première fois ; et dans ceux-ci, il faut inclure les propres rencontres de Michel Zirger au Japon – où il vit maintenant – qui toujours eurent lieu en présence de témoins. Ces cas – magnifiquement illustrés – se combinent pour former un ensemble dont la richesse illustre les nombreuses facettes que peut revêtir le contact avec les gens d’autres mondes.

 

Certes, ces nouveaux éléments n’épuisent pas l’ensemble des questions que l’on peut se poser sur Adamski et certains autres contactés des années 1950, et ne met donc pas un point final au dossier. Néanmoins, l’abondance même des révélations de ce livre érudit et judicieux montre qu’un réexamen de leurs cas, trop longtemps retardé, est maintenant possible comme jamais auparavant.

 

Avec la publication de ”We Are Here !”, l’ufologie ne sera peut-être plus jamais comme avant.

 

Warren P. Aston

0 commentaires

dim.

10

déc.

2017

Un nouveau témoin s’est manifesté et pourrait faire la lumière sur l’affaire de l’OVNI non résolue la plus troublante du Royaume-Uni. - 10 décembre 2017

 

NOUVEAU TÉMOIGNAGE: L’homme prétend avoir entendu un homme de l’US Air Froce parler de « petits êtres ».

 

 

L’homme de 62 ans, qui a demandé à Express.co.uk de ne pas le nommer, affirme avoir entendu l’US Air Force (USAF) parler personnellement des « lumières » et des « petits êtres » quelques jours seulement après les fameuses observations d’OVNIs de Rendlesham dans le Suffolk en décembre 1980.

 

La légende de Rendlesham, qui s’articule autour des bases voisines RAF Woodbridge et RAF Bentwaters, près de Mildenhall, Suffolk, a été surnommée Roswell de la Grande-Bretagne, en référence au mystère du crash d’un OVNI qui aurait eu lieu à l’extérieur de la ville du même nom au Nouveau-Mexique, États-Unis, en juillet 1947.

 

L’événement extraterrestre présumé à Rendlesham a vu trois officiers américains basés à la RAF Bentwaters revendiquer l’arrivée d’un « vaisseau triangulaire » dans les bois voisins au début du 26 décembre 1980, et qui est revenu deux autres nuits.

 

L’homme, qui travaillait à l’époque dans l’entrepôt d’une entreprise de journaux et de magazines à Felixstowe, dit qu’il était dans le bar de l’hôtel Marlborough, sur la côte de Felixstowe, entre Noël et le Nouvel An 1980, lorsqu’il a entendu l’étrange échange.

 

Il a déclaré: « Les hôtels en bord de mer étaient très populaires auprès du personnel de l’USAF, en particulier le tout nouveau bar Flying Boat au Marlborough. »

 

« Je connaissais quelques membres du personnel de l’USAF par leur nom, mais c’était juste par le biais d’un bar et nous n’avions aucune association en dehors du pub. »

 

« Je buvais un verre au bar. »

 

« Il y avait un certain nombre de membres de l’USAF dans le Bateau, comme nous l’appelions, et un petit groupe d’entre eux se tenaient seuls dans un coin du bar.  »

 

« Je les regardais de temps en temps et je voyais qu’ils discutaient sérieusement de quelque chose. »

 

« Un aviateur semblait particulièrement agité. »

 

« Je me suis dirigé vers eux, je ne sais pas si j’étais curieux ou si je voulais me brûler les mains, mais j’ai entendu quelques mots. »

 

« L’aviateur agité parlait de lumières et de petits êtres. »

 

Il a dit qu’il n’avait aucune idée à l’époque de l’affaire Rendlesham et qu’il n’en avait pas entendu parler avant quatre ans plus tard, lorsque News of the World a publié un article dédié à l’événement « extraterrestre ».

 

L’homme a dit: « Évidemment, c’était un peu bizarre, mais les événements de 1980 n’étaient pas connus en général à ce moment-là, alors cela ne signifiait rien pour moi. »

 

« L’aviateur a été calmé par ses potes et ils ont commandé des boissons. »

 

« J’ai demandé à l’aviateur qui s’est dirigé au bar si son pote allait bien. Il a juste répondu qu’il était un peu contrarié, rien de plus. »

 

« Quelques instants plus tard, l’aviateur agité a laissé ses émotions s’emparer de lui et il s’est mis à gargouiller, mais je ne comprenais pas ce qu’il disait. »

 

« L’un de ses camarades lui a fait une clé de bras, tout en essayant de le calmer et lui disant de se taire ou il bien il aurait de très gros ennuis. »

 

Il a dit quelques jours plus tard, l’aviateur qui était venu au bar pour faire une tournée était de retour au pub.

 

L’homme a répondu: « Je lui demandai si son compagnon s’était remis de la dernière fois que je les ai vu. »

 

« Il a dit:’ Je pense, mais il avait été renvoyé aux Etats-Unis et personne ne savait pourquoi.' »

 

 

Jusqu’à présent, un seul aviateur américain a déclaré avoir vu des êtres humains au cours de cette rencontre de trois jours.

 

Larry Warren, 56 ans, a dit qu’il faisait partie d’un équipage qui enquêtait sur une embarcation triangulaire le 28 décembre, lorsqu’il a vu des petits êtres en dessous.

 

Plusieurs personnes dans la communauté ufologique disent que son récit a été discrédité par des incohérences.

 

Le livre Left at East Gate a First-Hand Account of the Rendlesham Forest UFO Incident, Its Cover-Up, and Investigation, qu’il a co-écrit avec Peter Robbins en 1997, a été retiré de la vente en octobre par l’éditeur Cosimo, ce dernier s’étant éloigné du récit.

 

Ce mois-ci, Gary Heseltine, rédacteur en chef d’UFO Truth Magazine, a affirmé que M. Warren avait passé une série de questions sur l’incident au détecteur de mensonges, ce qui l’avait justifié.

 

D’autres ne sont pas convaincus.

 

Nick Pope a étudié le phénomène pour le compte du ministère britannique de la Défense (MoD) et prend maintenant la parole lors de conférences sur les ovnis.

 

Il a déclaré à Express.co.uk : « En fin de compte, même si Warren réussissait un test polygraphique – et alors? »

 

« Nous avons tellement de versions contradictoires de son histoire, indiscutablement enregistrée sur papier, qu’elles ne peuvent tout simplement pas toutes être vraies.

 

« Quand même son propre coauteur se dissocie de Warren, et quand même son propre éditeur se déconnecte de son livre à cause d’interrogations sur la véracité du contenu, cela devrait vous mettre la puce à l’oreille. »

 

« Je suis convaincu, en tant qu’enquêteur du phénomène des OVNIs pour le Ministère de la Défense, que l’histoire de Warren est complètement bidon. »

 

Les autres témoins clés de Rendlesham sont John Burroughs, Bud Steffens, James Penniston et l’ancien colonel Charles Halt.

 

Les trois premiers ont d’abord remarqué des lumières, puis un OVNI « au sol », et n’ont pas pu justifier une période de 40 minutes de recherche dans les bois lorsque leurs systèmes de communication ont été mis hors service le 26 décembre 1980.

 

M. Burroughs, Steffens et Penniston ont raconté plus tard qu’ils avaient ressenti quelque chose de « statique » en observant les ‘phares’ et les marques hiéroglyphiques de l’objet.

 

Et M. Halt, le témoin le plus ancien, qui était à l’époque sous-commandant de la base, n’était pas présent lors de la première rencontre, mais il a été prévenu le lendemain matin et a fait l’objet d’une enquête ce soir-là après que des officiers ont crié: « Il est de retour! L’ovni est de retour! »

 

Il est parti enquêter avec une équipe qui a trouvé trois « trous d’impact » de 1,5 pouce, des dommages aux d’arbres et des « niveaux de rayonnement plus élevés » dans la zone d’atterrissage.

 

Il dit qu’ils ont ensuite vu un objet mystérieux dans un champ entre les bois et une ferme avec « une lumière rouge en mouvement ».

 

Selon M. Warren, le 28 décembre, il était de garde lorsqu’il a été transporté par camion pour se joindre à d’autres membres du personnel de l’USAF afin d’enquêter sur l’OVNI.

 

C’est alors qu’il a prétendu avoir vu une embarcation triangulaire débarquée et de petits êtres extraterrestres à proximité, avant que lui et d’autres hommes ne reçoivent l’ordre de couvrir l’incident.

 

0 commentaires

ven.

08

déc.

2017

On utilise la technologie Alien - documentaire en français - 08 décembre 2017

0 commentaires

ven.

08

déc.

2017

OVNIS : De 1945 à 2012 - 08 décembre 2017

0 commentaires

ven.

08

déc.

2017

Les OVNI seraient une dissimulation orchestrée par la CIA ? 08 décembre 2017

 

Un théoricien de la conspiration affirme que les observations d'OVNI et d'extraterrestres seraient, en réalité, une vaste dissimulation à l'échelle mondiale organisée par la CIA et le gouvernement américain.

 

Mark Pilkington, un expert spécialisé dans le domaine de l'inexpliqué, a exposé ces hypothèses troublantes après avoir longuement étudié les phénomènes OVNI. L'auteur britannique prétend que les étranges engins aperçus dans le monde entier existent réellement, mais qu'ils ne sont pas d'origine extraterrestre.

 

Les soucoupes volantes et les avions non identifiés seraient, en réalité, une technologie secrète développée par les États-Unis, affirme-t-il.

 

M. Pilkington a prétendu qu'une organisation obscure qu'il a surnommée « mirage men » était derrière cette immense dissimulation.

 

Il a produit un nouveau documentaire du même nom dans lequel il expose la vérité qui se cache derrière les OVNI.

 

Les observations d'avions non identifié seraient ainsi simplement des avions secrets américains. Il prétend même que le crash de Roswell serait des appareils, certes mystérieux, mais d'origine bien humaine.

 

Les autorités de l'US Air Force auraient récupéré un « disque volant » dans un ranch près de cette ville du Nouveau-Mexique en 1947.

 

M. Pilkington affirme que c'est l'un des « exemples les plus célèbres » du travail des « mirage men ».

 

Il a expliqué au site web Sputnik :

 

« Au début des années 1950, l'armée américaine testait beaucoup de nouvelles technologies et il était commode de les déguiser en OVNI. »

 

« C'était un double bluff. »

 

M. Pilkington a ajouté que l'US Air Force a découvert que les gens acceptaient plus facilement les rumeurs sur les OVNIS et les aliens que toute autre explication impliquant des avions secrets.

 

Il est bien connu que les États-Unis développaient d'étranges avions expérimentaux pendant la Guerre Froide avec l'Union soviétique.

 

Les patrons du Pentagone avaient même leur propre soucoupe volante appelée Avrocar, connue sous le nom de « Project Silverbug ».

 

M. Pilkington affirme que l'histoire des observations d'OVNI est intimement liée à l'histoire de la guerre froide.

 

« Il n'existe pas de preuve irréfutable, mais la CIA ne va jamais l'admettre. »

 

« La mythologie OVNI a servi de couverture parfaite [pour tester des engins secrets américains.] »

 

Le Daily Star Online avait déjà révélé les liens entre les Nazis et le programme spatial américain tout au long des années 1950 et 1960.

 

0 commentaires

lun.

04

déc.

2017

Roswell Britannique : Un test de mensonge prouverait qu'un ancien aviateur aurait bien vu un Ovni

 

Un ancien aviateur a décidé de passer un test au détecteur de mensonges pour prouver qu'il avait bien vu un OVNI atterrir près d'une base de la RAF, en Angleterre.

 

Larry Warren, âgé 56 ans, aurait vu des extraterrestres flotter sous un engin dans la forêt de Rendlesham, dans le Suffolk, en 1980.

 

Ce mystère a été surnommé « Le Roswell Britannique » et déroute les théoriciens du complot depuis des décennies.

 

Warren, qui était posté avec l'armée de l'air américaine à la RAF de Bentwaters, a passé toutes les questions sur le polygraphe et espère maintenant que le monde va croire son histoire.

 

Gary Heseltine, un ancien inspecteur de police, qui a notamment enquêté sur les attentats à la bombe de Londres du 7 juillet 2005, a déclaré que le test avait finalement confirmé les dires de Larry.

 

L'homme édite aujourd'hui un média baptisé « UFO Truth Magazine » et a annoncé la nouvelle à ses lecteurs.

 

 

Il a déclaré :

 

« Larry Warren, le militaire et lanceur d'alerte original de cette affaire irrésolue la plus célèbre de Grande-Bretagne (celle de la forêt de Rendlesham), a récemment accepté d'effectuer un test polygraphique professionnel avec l'un des principaux experts britanniques. »

 

« Il a entrepris le test où il a été interrogé sur son implication ainsi que de nombreuses autres questions sur son honnêteté et son intégrité générales. »

 

« Je peux maintenant révéler que Larry Warren a réussi les tests sur tous les points. »

 

L'incident s'est déroulé sur trois nuits consécutives et trois hommes de l'armée de l'air ont été envoyés pour enquêter.

 

L'un d'eux, Kim Pennington, s'est suffisamment rapproché et a pû toucher le côté de l'objet mystérieux.

 

Lui et un autre aviateur ont fait des croquis de l'engin lors de leurs interrogatoires.

 

Deux jours plus tard, le lieutenant-colonel Charles Halt, commandant adjoint de la base, a observé d'étranges lumières clignotantes parmi les arbres.

 

L'un des faisceaux a heurté le sol à quelques mètres et aurait heurté des bunkers de stockage d'armes de l'OTAN à la base.

 

Beaucoup prétendent que ces mystérieux faisceaux auraient détruit les armes de destruction massive qui y étaient stockées. Par la suite, les gouvernements britannique et américain ne confirmèrent, ni ne nièrent, cette information.

 

Plus tôt cette année, les Archives nationales ont ouvert une sélection de 15 dossiers stockés par le ministère de la Défense britannique détaillant des rapports consacrés aux extraterrestres.

 

0 commentaires

dim.

03

déc.

2017

Sortie du livre de Paul Hellyer pro Ovnis Aliens sur les Manipulations de l'Elite Mondiale - 03 décembre 2017

 

Ci-dessous vous pouvez télécharger le début de son ouvrage

 

SoyonsConscients_extrait.pdf
Document Adobe Acrobat 434.0 KB

Dans la vidéo, ci-dessous, lL'ex ministre canadien de la défense Paul Hellyer avertit le monde et déclare que le monde est en grand danger :

"nous n'avons plus que quelques mois" affirme-t-il . 

 

Ce message s'intitule à l'origine "full disclosure" c'est à dire "divulgation totale" (ou "déclassification totale")

 

Il parle entre autres de la récupération de corps extraterrestres à Roswell et de rétro-ingénierie à partir d'OVNIS récupérés, confirmant entre autres les propos de bob LAZAR, et présente aussi son livre "the money mafia, un monde en crise".

 

"Nos problèmes ne sont pas naturels, ils ont été provoqués par une très petite élite de gens riches impitoyablement avides de pouvoirs, qui ont maintenu la population dans l'ignorance la plus totale" affirme-t-il !

 

0 commentaires

dim.

03

déc.

2017

Une ancienne pilote affirme avoir vu des OVNI et le Bigfoot

Marina Popovich © Vladimir Vyatkin

 

 

Marina Popovich, une légendaire pilote d'essai soviétique, est décédée à l'âge de 86 ans. Surnommée « Madame MIG », puisque qu'elle avait piloté un avion supersonique MiG-21, elle avait développé une passion dévorante pour les extraterrestres. Elle affirmait même avoir rencontré des OVNI et même un Bigfoot.

 

Née en 1937, Popovich s'était enrôlée dans l'armée de l'air quelques années après la Seconde Guerre Mondiale pour se venger des massacres perpétrés par les fascistes dans son village natal situé dans la région de Smolensk. Elle avait dit aux médias russes que sa famille aurait connu le sort de beaucoup d'autres personnes brûlées ou abattues par des fascistes au cours d'une tuerie si elle n'avait pas été sauvée par des milices locales.

 

Cette horrible expérience a laissé une empreinte indélébile sur elle. Popovich n'avait que 16 ans quand elle a écrit une lettre au ministre soviétique de la Défense, Voroshilov, lui demandant de la laisser devenir pilote professionnelle, une carrière alors fermée aux femmes. Elle mentait sur son âge pour poursuivre son rêve, prétendant qu'elle avait 22 ans. C'est ainsi qu'elle a pu commencer à s'entraîner.

 

Popovich affirmait qu'elle avait six ans de plus et cette tromperie se reflétait dans les documents officiels. Son âge « officiel » différait de son âge réel et a causé bon nombre de confusion au fil des ans.

 

En 1961, Popovich devint la seule pilote d'essai soviétique de première classe et, en 1964, pilote d'essai militaire. Un an plus tard, elle franchit le mur du son atteignant la vitesse de 2 320 km / h sur un MiG-21, un avion à réaction supersonique.

 

Au cours de sa longue carrière dans l'aviation, elle pilota 40 avions et hélicoptères différents, établissant 102 records du monde dans le domaine de l'aviation.

 

Dix de ces records ont été enregistrés sur l'avion de transport militaire lourd Antonov An-22 Antei, qui reste à ce jour le plus gros avion à propulsion par turbopropulseur au monde. Elle a pris sa retraite en 1984 après avoir effectué près de 6 000 heures de vol.

 

Après sa retraite, Popovich s'est concentrée sur son autre passion de longue date, la recherche de preuves sur la vie extraterrestre. Elle a parlé ouvertement de ses propres expériences avec les ovnis, prétendant en avoir observé à trois reprises, la première observation s'étant produite en 1962. Elle a donc rassemblé de nombreux récits d'observations dans le monde entier.

 

Elle a également affirmé avoir rencontré le Bigfoot, une créature mythique, lors d'un voyage dans les montagnes du Pamir, en Asie, en 1982.

 

Dans son livre intitulé « UFO-Glasnost » elle a même écrit que les pilotes militaires et civils soviétiques ont signalé quelque 3 000 observations d'OVNIS et que le KGB possédait secrètement les débris de cinq OVNIS écrasés. Elle a réitérée ses allégations dans des interviews. Voici ce qu'elle écrivait dans son autre livre intitulé « OVNI sur la planète Terre », publié en 2003 :

 

« Je crois que les OVNIS existent, leur comportement est logique, leurs motivations comportementales sont sensées, leur origine est artificielle ... J'ai fait une autre conclusion, un avertissement - vous devez être prudent et vigilant quand vous rencontrez des ovnis, car parfois ces rencontres peuvent être tragiques. »

 

Popovich a reçu l'une des plus hautes distinctions de l’URSS, le titre de « Héros du travail socialiste », l'Ordre du Courage en 2007 et une multitude d'autres décorations.

 

0 commentaires

ven.

01

déc.

2017

Extraterrestres : 8 théories sur leur silence - 01 décembre 2017

0 commentaires

jeu.

30

nov.

2017

Barack Obama propose de partager des fichiers secrets sur les Extraterrestres si vous l’aidez à combattre le SIDA ! - 01/12/2017

 

L’ancien président des États-Unis Barak Obama a proposé lors du Jummy Kimmel show de partager les dossiers secrets concernant les extraterrestres lorsqu’il obtiendra du soutien dans sa lutte contre le sida.

 

Il dit que les papiers sont dans le tiroir de son bureau. Cependant, la lutte contre le sida est raisonnable même sans la publication des dossiers extraterrestres.

 

0 commentaires

jeu.

30

nov.

2017

Ovnis en France du Moyen-Âge au XXIe siècle, une rencontre sans suite ? 30 novembre 2017

 

Des taches brillantes à l'horizon, un triangle lumineux dans la nuit ou des traces circulaires dans la pelouse… bref des ovnis dans le ciel de France? Les ufologues français y croient dur comme fer, même si la science reste sceptique à ce sujet. Il serait toutefois intéressant de se pencher sur ces cas «inexpliqués» qui ont secoué la France.

 

Sommes-nous seuls dans l'Univers ?

 

Cette question fascine l'humanité depuis la nuit des temps. Au final, chacun est libre de se faire sa propre opinion. Mais si vous croyez que ces rayons de lumière très bizarres que vous avez observés hier au-dessus de votre immeuble ont une origine extraterrestre, la réalité peut être beaucoup plus prosaïque.

 

En guise d'amorce: Le premier cas attesté en France daterait du Moyen Âge

 

C'est aux alentours de l'année 815 que l'archevêque Agobard de Lyon mentionne, dans son De Grandine et Tonitruis («Sur la grêle et le tonnerre»), la région de «Magonia d'où viennent les navires dans les nuages» et qu'il décrit la façon dont il a empêché la lapidation à mort de «trois hommes et une femme dont il était dit qu'ils étaient tombés de ces navires».

 

 

Explication rationnelle:

 

Le texte d'Agobard existe bel et bien en latin. Certains chercheurs estiment en l'occurrence qu'il n'y est pas question d'un vaisseau spatial mais d'un bateau, et que l'interprétation de «vaisseau des nuages» viendrait d'une erreur de traduction.

 

Le XXe siècle, l'époque des ovnis

 

1952, Oloron-Sainte-Marie:

De nombreux témoins ont affirmé avoir observé un ovni en forme de cigare accompagné de 30 ovnis plus petits en forme de disque. Ces petits ovnis auraient largué des «cheveux d'ange» qui ont couvert les branches des arbres et les toits.

 

Explication rationnelle:

 

un médecin oloronais fait s'évaporer le mystère un mois après dans une lettre: «Une migration d'araignées des champs transportées à travers l'espace par des fils de la vierge.» Les reflets rouges et jaunes ne seraient dus qu'à la lumière du soleil se réfléchissant sur les amas de filaments.

 

1963, Prémesques:

 

Un père et ses deux fils se promènent sur un chemin de campagne et observent un phénomène lumineux, à savoir une boule lumineuse orangée stationnaire en-dessous de nuages sombres, durant plus d'une minute. En rotation par la suite, elle oscille de droite à gauche durant quelques secondes avant de disparaître à très grande vitesse dans les nuages selon une trajectoire rectiligne incurvée vers le haut.

 

 

Explication rationnelle:

 

Aucune explication n'a pu être donnée à ce phénomène. L'hypothèse de l'observation du déplacement de la foudre en boule (plasma) a été réfutée, le témoin ne confirmant pas la présence d'orage lors de la promenade familiale ni les différences des caractéristiques du phénomène observé le 11 novembre 1963 et celles connues de la foudre en boule.

 

1979, le Coteau (Loire):

 

cinq personnes travaillant à la réfection d'une voie ferrée aperçoivent un phénomène lumineux qui les intrigue. Une lueur orangée de la grosseur d'un ballon de football traverse lentement le ciel d'est en ouest dans une trajectoire descendante. L'observation, qui dure environ 30 secondes, permet de constater la présence d'une trainée de fumée blanche. Aucun bruit n'est entendu. L'objet va disparaître caché par le paysage.

 

 

Explication rationnelle:

 

Ces personnes ont probablement été témoins d'une rentrée atmosphérique qui, compte tenu du temps d'observation, peut être un débris spatial. 

 

1989, le Lac d'Opale:

 

Deux témoins se trouvent au sommet d'un col surplombant le lac d'Opale. Ils aperçoivent alors un objet lumineux rougeâtre qui flotte sur le lac en direction du bord. Nos témoins prennent cet objet pour un bidon, mais quelle n'est pas leur surprise de voir cet objet sortir de l'eau et continuer sa route sur les cailloux en les survolant à très faible hauteur.

 

 

Explication rationnelle:

 

Bien que l'analogie avec un ballon de baudruche gonflé à l'hélium ait été évoquée, aucune conclusion n'a pu être tirée lors de l'enquête sur ce cas insolite d'observation de longue durée en plein jour dans une région désertique.

 

1993, St-Etienne-de-Lugdares:

 

3 témoins observent un phénomène lumineux blanc qui se déplace en tournant sur lui-même avec de nombreux points lumineux.

 

 

Explication rationnelle:

 

L'enquête montrera rapidement qu'il s'agit d'un projecteur multifacettes d'une discothèque voisine, dont la lumière se reflétant sur le plafond nuageux bas peut s'apercevoir de très loin. Le gérant de la discothèque, interrogé également, a pu confirmer cette hypothèse. 

 

Le XXIe siècle, rencontre à l'horizon ?

 

 

2009, Saint-Égrève:

 

Plusieurs témoins observent un point particulièrement lumineux près de la Lune. Ce point observé à plusieurs reprises semble suivre la Lune et intrigue les témoins.

 

 

Explication rationnelle:

 

La configuration astronomique montre clairement que les témoins ont observé l'étoile Antares. Cette étoile «suit» la Lune et semble tourner autour de celle-ci, comme le décrit un des témoins. Ce mouvement apparent naturel est simplement dû à l'éloignement respectif de l'étoile et de la Lune et au mouvement de rotation de la Terre. 

 

2015, Fumel:

 

Un témoin se rend à l'aérodrome de Fumel en voiture. Il longe les hangars, et gare son véhicule sur un petit espace près des balises de géomètre. Il ouvre la portière, fait sortir son chien et quand il se retourne il aperçoit «une tâche noire dans un brouillard noir», dans le ciel. L'ovni lui apparaît avec une «sorte d'anse» en forme d'arc de cercle en bas à gauche et «haut et loin».

 

 

 

Explication rationnelle:

 

Aucune explication n'a pu être encore donnée à ce phénomène.

 

0 commentaires

mer.

29

nov.

2017

Quels types de messages des entités inconnues qui surveillent notre planète ? - 29 novembre 2017

 

En analysant les milliers de documents à travers lesquels les contacts avec des êtres inconnus ont été vérifiés, on peut déduire qu’il existe cinq types de messages qu' »ils » veulent diffuser.

 

LE PREMIER

 

Ecologie: Les visiteurs de l’espace racontent à leurs contacts que l’humanité est en train de tout corrompre, que les mers et l’atmosphère sont contaminés par des déchets chimiques et industriels toxiques et que les bombes atomiques mettent en danger la vie sur la planète. Ils nous avertissent généralement de grands dangers si la situation n’est pas corrigée, rappelez-vous pour le réchauffement climatique dont nous souffrons actuellement.

 

LE DEUXIÈME

 

Scientifique: Dans bien des cas, un grand nombre de connaissances scientifiques ont été transmises à des êtres humains qui sont tenues secrètes par les gouvernements, principalement les gouvernements nord-américain et soviétique. Ils envoient aussi généralement des analphabètes pour transmettre des informations scientifiques à des scientifiques.

 

LE TROISIÈME

 

Technicien: De nombreuses personnes contactées  ont reçu les connaissances avec des instructions concrètes pour élaborer des appareils à haut contenu  technologique.

Aussi nous ne devrions pas nous étonner lorsqu’un grand nombre d’inventeurs réclament un brevet pour leurs inventions dont nous ne connaissons pas encore (ou peut-être jamais) l’utilité.

 

LE QUATRIÈME

 

Cosmogène: Un autre type de message est lié à l’origine de l’Univers et à l’existence de Dieu que les extraterrestres appellent La Première Cause ou La Profonde Intelligence Suprême.

 

LE CINQUIÈME

 

Morale: Ils établissent un ensemble de normes de vie, qui, curieusement, renforcent généralement les croyances morales ou religieuses du contacté en incluant  la fraternité ainsi que l’amour entre pairs en demandant que le message soit diffusé afin d’être connu du plus grand nombre.

 

 

La source originale de ces informations semble être M. Jean Ederman, aujourd’hui 49 ans, français, qui travaille évidemment dans le domaine de l’aviation.

 

Il a écrit: « …. après avoir appris à me projeter mentalement dans un lieu en présence d’extraterrestres bienveillants, j’ai reçu le message suivant… »

Commentaire : message transmis par un humain, donc toujours sujet à caution..

1 commentaires

mer.

29

nov.

2017

Preuve physique de l'existence d'OVNIS extraterrestres ? 29 novembre 2017

 

Il y a eu de nombreux cas d'OVNIS où des témoins ont vu des Objets Volants Non Identifiés sous forme de  machines construites selon des orbes lumineuses qui atterrissaient.

 

Lorsque certains de ces sites ont été analysés,  des traces résiduelles ont été découvertes.

Ces traces sont alors des preuves tangibles  longtemps après la disparition de l'Ovni !

 

Ces machines sont élaborées avec une interface de contrôle intelligent qui peut interagir avec l'environnement de l'Ovni de  manière très physique. 

 

Les traces physiques trouvées sur les sites d'atterrissage comprennent par exemple des  empreintes laissées par les trains d'atterrissage de l'objet qui indiquent une énorme pression, donc un  poids important; les empreintes sont généralement  au nombre de trois ou quatre, disposés selon un modèle triangulaire ou rectangulaire.

 

En dehors des empreintes, le sol dans la zone d'atterrissage est souvent extrêmement déshydraté et incapable d'absorber l'eau.

Souvent la germination des graines et la croissance des plantes devient impossible !

 

0 commentaires

mar.

28

nov.

2017

Ummo : " l'avertissement " - 28 novembre 2017

 

« UMMO : L’ Avertissement » (N°1) avec Stone Gardenteapot

 

Stone Gardenteapot étudie le cas Ummo depuis plus de 25 ans.

 

Abordant le sujet sous un angle radicalement différent des enquêteurs et scientifiques qui ont étudié ce dossier, que ce soit l’astrophysicien Jean-Pierre Petit ou le chercheur Jean Pollion, Stone Gardenteapot nous livre un travail très particulier et aux multiples ramifications sur cette affaire qui n’en finit plus de surprendre.

 

 

Depuis plus d’un demi siècle, 1400 pages de textes fascinants, au contenu scientifique hors norme et à l’éthique profonde ont été envoyées à travers le monde à des destinataires choisis.

 

Aujourd’hui encore, cette étrange communication se poursuit via les canaux informatiques planétaires.

 

Les auteurs de ces textes mystérieux, qui nous obligent à réexaminer en profondeur nos paradigmes scientifiques et philosophiques, sont d’énigmatiques individus appelés les Ummites.

 

A l’aube de ce nouveau millénaire, alors que les problèmes sociaux, économiques, géopolitiques, démographiques, énergétiques et écologiques précipitent le réseau social terrestre dans un obscur cul-de-sac de l’histoire, les derniers rebondissements de l’affaire Ummo apportent des informations vitales qui pourraient bien éviter le pire à notre civilisation.

 

Qui sont les Ummites, quel est leur but et en quoi leurs messages sont-ils cruciaux ?

 

 

0 commentaires

mar.

28

nov.

2017

The UFO Disclosure Initiative de Laurance Rockefeller - preuve de l’existence des extraterrestres ? - 28 novembre 2017

 

Tout au long des années 1990, le milliardaire Laurance S. Rockefeller a parrainé et financé une série de projets liés aux ovnis.

 

Cette initiative menée par un homme qui ne laisse aucune place à l'abstrait, démontre qu’il existe des preuves concrètes de l’existence des ovnis et des extraterrestres et que la divulgation de ces éléments a réellement été initiée à cette époque.

 

Ce programme généralement connu sous le nom

 

« UFO Disclosure Initiative »

 

s’est transformé en un véritable programme de lobbying mené auprès de la Maison Blanche et de son président de l'époque Bill Clinton.

 

 

Dans ce cadre, Laurance Rockefeller a beaucoup soutenu le travail du professeur Dr John Mack  (psychologue de l’université de Harvard et lauréat du Prix Pulitzer) qui portait un grand intérêt au phénomène ovni.

John Mack est connu pour avoir étudié en détail le cas de contact du 3èmetype ou 60 enfants d'une école du Zimbabwe assistèrent à l'atterrissage d'un vaisseau extraterrestre et échangèrent avec des extraterrestres au sujet de la Terre, de l’avenir de l’environnement et de l’humanité (lien ici)

.

Parallèlement, Laurance Rockefeller s’est aussi montré très attentif aux travaux de Peter Sturrock , professeur émérite de physique qui en 1997 avait réuni autour de lui un groupe de scientifiques de renommée mondiale dans l’objectif d’attirer l’attention sur les ovnis en s’intéressant particulièrement aux preuves matérielles laissées par certains de ces engins.

Ces scientifiques se sont rencontrés autour de ce sujet au « Pocantico Conference Center» de New York au travers d’une conférence financée par Laurance Rockefeller.

 

C’est à cette époque que « UFO Disclosure Initiative »  a initié son lobbying auprès des Clinton (Hillary et Bill) pour encourager le gouvernement Américain à révéler officiellement l'existence des extraterrestres et des OVNIS.

Pour les convaincre, le programme se serait aussi appuyé sur des déclarations de militaires de haut rang qui auraient attestés détenir la preuve de l’existence des extraterrestres et de la présence de leurs vaisseaux sur notre planète.

 

Parallèlement, la famille Rockefeller détiendrait aussi, dans un musé privé, des pièces provenant d’Egypte (du complexe de Gizeh) prouvant que des contacts étaient liés dans la passé entre cette civilisation antique et des êtres d’une autre planète.

Ces éléments proviendraient des travaux de l’égyptologue anglais William Matthew Flinders Petrie décédé en 1942. Ils auraient été dissimulés dans se demeure de Jérusalem car il souhaitait ne pas les exposer au grand public par peur des effets que cette découverte pourrait.

 

Que penser de tous ces éléments ?

 

NDR :

Même si l’opération menée par Laurance Rockefeller n’a visiblement par portée totalement ses fruits, à savoir la divulgation immédiate de l’existence des extraterrestres, elle atteste sans nul doute de la véracité du phénomène et de l’existence d’éléments concrets qui peuvent le prouver.

 

Elle a vraisemblablement permis d’initier une divulgation progressive dans l’objectif de préparer les humains à cette idée pour éviter de profonds remous sociétaux remettant en cause les valeurs et les fondements de certaines valeurs de nos sociétés (économiques, religieux, …).

 

0 commentaires

mar.

28

nov.

2017

Turquie : Une université propose un cursus consacré à l'ufologie ! - 28 novembre 2017

 

Un centre de recherche de l'Université d'Akdeniz, dans la province méditerranéenne d'Antalya, a inclus l'ufologie et l'exopolitique dans son dernier programme.

 

Son but est de préparer les étudiants à d'éventuels contacts avec des visiteurs venus de l'espace.

 

Erhan Kolbaşı, le professeur du cours et vice-président du

« Sirius UFO Space Sciences Research Center », a déclaré à l'agence de presse Doğan que l'humanité pourrait entrer en contact avec des êtres extraterrestres « d'ici 10 ou 15 ans ».

 

Il explique :

 

« Nous croyons que les représentants de notre monde et les civilisations extraterrestres établiront bientôt des contacts officiels entre eux. Nous pensons qu'ils seront dans un contact ouvert et massif. »

 

Il a ajouté que ce cours faisait partie des préparatifs pour

 

le « plus grand changement vu dans l'histoire du monde ».

 

Kolbaşı a également affirmé qu'un groupe secret nommé

« MJ12 » a réprimé la diffusion des connaissances sur les êtres extraterrestres « afin de protéger les intérêts nationaux des États-Unis »

 

Des câbles à fibre optique, des micropuces, une technologie de vision nocturne et des vêtements pare-balles ont été produits grâce aux informations recueillies à partir des analyses d'OVNI accidentés, a-t-il également suggéré.

 

L'exopolitique, dont traitera le nouveau programme de l'Université Akdeniz, se concentre sur les sources d'information et de méthodologie, l'histoire du camouflage, les connaissances sur les êtres extraterrestres, les préparatifs pour un contact ouvert et la diplomatie galactique.

 

 

 

Commentaire : très bonne initiative du gouvernement Turque et de cette université !

0 commentaires

jeu.

23

nov.

2017

Des astronomes renommés discutent désormais de la possibilité que « OUMUAMUA » soit un Vaisseau Spatial - 23 novembre 2017

 

Un astronome renommé a déclaré sur Reddit que

l’astéroïde « Oumuamua » n’est pas un rocher spatial lambda :

 

"Astronome présent ! Je ne dirai jamais cela à la légère, mais nous discutons, jurons devant Dieu, avec un certain sérieux en ce moment, qu’il y a des chances qu’il s’agisse d’un vaisseau spatial.

 

Ce qui, je vous assure à 100%, ne m’était jamais arrivé sérieusement auparavant.

 

Fondamentalement, les dimensions de cette chose étant ce qu'elles sont ( objet beaucoup plus long  que le diamètre de son cylindre ou de sa hauteur) , combinée à l'absence de poussière sur sa trajectoire,  ces deux constatations sont déjà pas banales !

 

Tellement pas banales qu’il n’y a aucune manière de de l’expliquer, mais assez inhabituel  pour çela corresponde à un rocher spatial lambda.

 

Et malheureusement, nous n’allons pas vraiment obtenir de nouvelles données sur cette roche spatiale, donc je suppose que nous allons spéculer à son  sujet jusqu’à la fin de ma carrière professionnelle.

 

Le problème c’est qu’aucune émission thermique n’a été détectée.

 

Mais ça ne veut pas dire que c’est la coque morte d’un vaisseau spatial extraterrestre vieux de plusieurs millions d’années selon mon collègue et je maintiens que si vous aviez des êtres intelligents maîtres de l’informatique, peut-être qu’ils se mettraient en hibernation pendant des millions d’années, le voyage les mènerait n’importe où.

 

(Pour faire bref, c’était très probablement un rocher spatial pas comme les autres pour sa composition. Mais pour l’instant, je crois qu’on ne peut pas l’affirmer avec une certitude absolue tant que nous avons aussi peu de données.)"

 

0 commentaires

jeu.

23

nov.

2017

Crash de Roswell : de nouvelles images révélées - 23 novembre 2017

 

Des théoriciens de la conspiration ont récemment découvert de mystérieuses images vidéos qui auraient malencontreusement fuité. Celles-ci nous montreraient des débris du plus célèbre crash d'OVNI de l'histoire, celui de Roswell …

 

En 1947, un engin mystérieux se serait écrasé sur le site de Roswell au Nouveau-Mexique, aux États-Unis. Rapidement, des chasseurs d'OVNI du monde entier ont été convaincus qu'il s'agissait d'un accident impliquant un vaisseau appartenant à une civilisation venus d'ailleurs.

 

Par la suite, des militaires ont insisté sur le fait qu'il s'agissait simplement d'un ballon météo. Malgré tout, les théoriciens de la conspirations demeurent convaincus qu'un ou plusieurs corps d'extraterrestre ont été récupérés.

 

Il y a peu, l'un d'entre eux a soi-disant déterré une vidéo qui fait allusion à la technologie extraterrestre découverte à Roswell.

 

Sur cette vidéo, on peut voir un individu mystérieux en train de tenir des plaques de métal qui semblent montrer des empreintes de mains avec six doigts.

 

Des symboles étranges ont également été gravés sur ces étranges morceaux de métal. Ces lettres supposément d'origine grecque paraissent former le mot « Eleftheria », qui signifie liberté.

 

 

La vidéo a été publiée sur YouTube sous le titre :

 

« Roswell Why Hellenic on UFO ».

 

La personne qui l'a mise en ligne explique :

 

« Il y a des milliers d'années, la technologie était supérieure à celle d'aujourd'hui. »

 

« Tout le monde parlait grec (hellenique) bien avant que les Nephilim à six doigts naissent. »

 

Les Nephilim, appelés dans la Bible « les fils de Dieu », auraient supposément coloniser la Terre et seraient issus de la planète mythique Nibiru.

 

Plus tôt cette année, des images de Roswell, nous montrant apparemment un extraterrestre emmené après ce fameux accident, ont émergé.

 

L'enregistrement avait été tourné dans un hangar de la Zone 51 et nous montrait un extraterrestre être mis sur une civière.

 

Le personnel militaire et les scientifiques sont vus en train de se rassembler autour du spécimen mystérieux.

 

Un ancien employé affirme que les êtres extraterrestres ont été emmenés du site du crash au Nouveau-Mexique vers une autre base militaire située à Dayton, dans l'Ohio.

 

Raymond Szymanksi a travaillé à la base aérienne Wright-Patterson (WPAFB) pendant 40 ans.

 

On lui aurait montré une série de tunnels et de voûtes sous la surface de la terre qui étaient à la fois un lieu de résidence et un lieu de sépulture pour les extraterrestres.

 

Un autre ancien chef de police a révélé ce qu'il avait vu lors de cet incident devenu mondialement célèbre.

 

L'ancien shérif adjoint américain, Charlie Forgus, a déclaré avoir clairement vu des soldats qui « transportaient une grande créature » et des corps qui « devaient mesurer au moins 5 pieds de hauteur ».

 

0 commentaires

mer.

22

nov.

2017

Entités Biologiques Extraterrestres , dinosauriens et voyages temporels - 22 novembre 2017

Présentation du sujet par Yves HERBO

 

J'ai déjà abordé sur mon blog diverses théories et hypothèses liées à la présence pouvant être ponctuelle mais historiquement constante d'entités biologiques extra-terrestres (EBE) mais les possibilités étant nombreuses et s'entremêlant avec des hypothèses plus larges (voir même touchant à l'immatériel et à des possibilités métaphysiques, quantiques, psychiques et multi-dimensionnelles), il n'est pas inutile, surtout en considérant les progrès et recherches en cours, de parler du fait que ces mêmes entités pourraient ne pas être "extra-terrestres" au sens propre du terme, mais provenant d'une dimension qu'il nous semble bien déjà expérimentée par l'être humain : le Temps...

 

Apparence "classique" d'un EBE vu près d'un OVNI, un "Gris" ayant le crane allongé et une machoire rétrécie...

 

J'ai parlé de la théorie du paléontologue et géologue américain (de naissance, naturalisé canadien) Dale Russel, professeur de recherche au MEAS, sur la possibilité d'un reptoïd intelligent qui aurait pu évoluer et être à notre place s'il en avait eu le temps. Ses recherches et dessins nous font bel et bien voir un être ressemblant en tout point à ces mêmes entités rencontrées à de multiples reprises depuis au moins 1947 (mais des représentations préhistoriques, antiques et même plus tardives, dont j'ai déjà parlé également, font apparaître des correspondances assez troublantes aussi) :

 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/ebe-is-be-les-gris-et-la-theorie-des-dinosauriens.html

 

Evolution d'un "raptor troodon" préhistorique en un être humanoïde ayant le crane allongé et la mâchoire rétrécie...

 

La théorie liée à ces dinosauriens/reptiliens envisagerait une évolution finalement assez longue de ce reptoïde, qui ne se serait donc pas éteint (ou évolué en oiseau comme d'autres dinosaures !) mais aurait développé suffisamment son intelligence sur plusieurs dizaines de millions d'années (le troodon existant déjà il y a 70 millions d'années) après la catastrophe mondiale de -65 millions d'années (qui n'a finalement pas empêché la survivance de certains dinosaures à plumes qui ont évolué en oiseaux par exemple) pour finir par dominer un certain temps son éco-système mais dont les traces ont totalement disparu suite à la rupture de la Pangée et de l'enfoncement tectonique des plaques dans le sol terrestre...

 

Mais, entre-temps, cette race dino-reptilienne (possiblement douée naturellement de dons psychiques (le serpent ayant toujours eu mythologiquement parlant un don de manipulation par exemple), aurait donc eu largement le temps de développer des techniques diverses, pour survivre aux catastrophes et aux autres prédateurs, y compris spatiales, peut-être même dimensionnelles et temporelles...

 

Nous avons étonnamment une autre hypothèse scientifique qui, elle, nous parle de l'évolution de l'Humanité actuelle, qui devrait nous mener à une modification assez importante de notre apparence physique si nous survivons les quelques millions d'années nécessaires... et qui nous amène au même type d'entité biologique (un "gris" !) que ce reptoïde préhistorique !

 

Il y a eu aussi la théorie (toujours controversée) des scientifiques françaises Anne Dambricourt Malassé et Marie-Joseph Deshayes (voir ici : http://www.hominides.com/html/references/homo-sapiens-dambricourt-chaline.php ) mais toutes les prévisions sérieuses nous mènent dans le futur à une apparence définie ainsi :

 

" Notre processus évolutif serait le résultat d'une logique interne qui aurait conduit nos ancêtres d'il y a 60 millions d'années vers l'homme d'aujourd'hui, et qui nous pousse déjà vers l'homme de demain. On peut imaginer que l'homme de demain aura le crâne de plus en plus bombé et une mâchoire de plus en plus petite...  En extrapolant, l'homme sera peut être la première espèce à pouvoir modifier ou intervenir sur sa propre évolution... "

 

Evolution future de l'être humain... qui nous montre un être au crane élargi et avec une mâchoire rétrécie... cette triple conjonction vers une même apparence physique peut-elle vraiment être uniquement due au pur hasard ?...

L'objet de mon hypothèse présentée ici, qui en reste une de toute façon et qui a peut-être été émise par d'autres avant, cela ne me préoccupe pas, est donc de poser par écrit la possibilité qu'une grande partie des phénomènes inexpliqués au fil du temps et lisible aussi bien dans les textes et témoignages antiques, du moyen-âge et des temps modernes, tant mythologiques que religieux, parapsychologiques, paranormaux, ufologiques et métaphysiques, liés à des observations considérées parfois comme matérielles, parfois comme immatérielles, soient en forte relations avec la présence dans l'environnement de notre perception physique et matérielle, de ces entités provenant d'un lointain passé... ou du futur de l'humanité, par manipulations génétiques multiples tout au long de l'apparition de la Vie sur notre planète par exemple...

 

 

Pour ce propos, je vais m'aider bien sûr des affirmations scientifiques connues actuellement en ce qui concerne le Temps, cette dimension que nous pratiquons tous, sans nous en rendre vraiment compte et sans en avoir le choix à priori, pour l'instant.

 

Et en commençant bien sûr par Newton et Einstein, qui ont en quelque sorte posé les premières briques théoriques sur ce sujet, puis sur les quelques spécialistes (qui se comptent sur nos deux mains à cinq doigts, pas plus) qui ne se préoccupent que du Temps...

 

Selon Isaac Newton (1642-1727), il existait un temps et un espace absolu, identiques pour tous les observateurs. Il considérait, dans la mesure où la simple observation physique des choses semblait le prouver, que le temps s'écoulait à la même vitesse et de la même façon pour tous. Newton a théorisé le temps qui nous est familier, celui que l'on peut mesurer et comparer, celui sur lequel reposent nos exercices de mathématiques, car pour lui les vitesses s'additionnent lors d'un changement de référentiel.

 

Mais nous savons aujourd'hui que le temps n'est pas figé. En 1905, Albert Einstein ajoute de nouvelles lois à la physique avec sa théorie de la relativité restreinte, élargissant la théorie de la relativité « tout court » de Galilée établie en 1632, laquelle voulait que la vitesse d'un objet dépende de son repère d'observation, alors que les durées et les distances n'en dépendent pas. Autrement dit, il n'existait pas pour Galilée de vitesse absolue, alors que les unités de temps et de distance étaient, elles, absolues. Einstein, lui, établit que la lumière se déplace dans le vide et que sa vitesse est constante, quelle que soit celle de son observateur.

 

Reprenons l'exemple classique d'une fusée se rapprochant de la Terre à 30 000 km/h et tirant un missile vers l'avant à une vitesse de 4 000 km/h par rapport à la fusée. La vitesse du missile par rapport à la Terre est l'addition de ces deux vitesses : 34 000 km/h, suivant la loi d'addition des vitesses galiléennes. Si, maintenant, la fusée ne tire pas un missile mais émet un rayon lumineux (type laser photonique par exemple) vers l'avant : la vitesse de ce rayon par rap­port à la fusée sera identique à la vitesse de ce rayon par rapport à la Terre. La vitesse de la lumière, appelée « c » pour « célérité », est donc constante dans le vide. Elle ne dépend ni du mouvement de la source ni de l'observateur et, additionnée à n'importe quelle vitesse, c redonne c. Une particularité liée à la valeur très élevée de cette vitesse, 299 792 458 mètres par seconde (soit un peu plus d'un mil­liard de kilomètres par heure), mais aussi liée au fait que les photons sont a priori de masse nulle. Cela dit, comme on ne se déplace pas souvent à cette vitesse et que la méca­nique galiléenne suffit à expliquer le comportement des objets usuels, c'est cette dernière qui est toujours enseignée dans les lycées.

 

Mais la relativité restreinte est notamment utilisée dans la technologie GPS : sans elle, les informa­tions de localisation, qui circulent par des satellites à très hautes altitudes et à vitesse rapide, seraient fausses de plu­sieurs kilomètres !

 

Albert Einstein (Domaine Publique)

Albert Einstein a par la suite étendu la théorie de la relativité restreinte aux mouvements accélérés, aboutissant à la « relativité générale », laquelle est en fait une théo­rie de la gravitation assez différente de celle de Newton. Avec la relativité générale, l'écoulement du temps est aussi différent selon l'intensité de la gravitation : il ralentit au voisinage des masses, le temps s'écou­lant plus vite au dernier étage d'un immeuble qu'au rez-de-chaussée. Les conséquences de ces deux théories de la relativité, restreinte et générale, sont sur­prenantes. Le temps et l'espace ne sont plus absolus, ils se déforment selon le référentiel pour obli­ger la lumière à conserver constante sa vitesse. Avec la vitesse, les longueurs se contractent et les durées se dilatent. Une fois ce principe admis, il n'y a qu'un pas (théorique) à franchir pour donner la recette du voyage dans le temps... Un objet en mouvement « vieillit » moins vite qu'un objet immobile, son temps propre s'écoule plus lentement.

 

Donc il suffit d'utiliser la dilata­tion du temps pour voyager dans le futur. Le principe est simple : si on s'éloigne de la Terre à très grande vitesse puis qu'on y retourne, on aura moins vieilli que ceux qui y sont restés. Nous aurons donc un aperçu du futur de notre pla­nète ! Subsiste toutefois un problème : pour atteindre cette vitesse élevée, il faut d'abord subir une longue phase d'accé­lération et ça, l'organisme humain ne le supporte pas très bien. Sauf si l'on s'en tient à une accélération de 9,81 m/s2, qui équivaut à la pesanteur terrestre que nous subissons tous les jours. Avec cette accé­lération, il est possible d'atteindre le centre de notre galaxie, distant de 30 000 années-lumière, en un peu plus de 39 ans. Le temps de freiner, de faire demi-tour et de revenir, près de 80 ans se seront écoulés dans le vaisseau... Alors que sur Terre, près de 60 000 années seront passées ! Reste un problème : pour effectuer un tel voyage, un vaisseau spatial consommera en un an l'équivalent de toute l'énergie produite sur Terre pour la même période...

 

II reste donc à inventer un système de propulsion qui soit capable de nous envoyer aussi loin, aussi vite et pen­dant aussi longtemps, tout en étant moins gourmant en énergie que ce que nous connaissons aujourd'hui. Les scientifiques planchent déjà sur un vaisseau qui, en guise de carburant, capturerait les photons qui circulent librement dans le vide intersidéral... et bien sûr, aucun retour à l'époque d'origine des astro­nautes ne serait possible à priori...

 

A priori, à moins que l'on envisage un voyage par un trou de ver ! Encore plus bizarre que les trous noirs (qui semblent maintenant bien prouvés), il y aurait (selon toujours les théories) les trous de ver, que l'on pour­rait décrire comme deux trous noirs reliés entre eux par un tunnel. Si on entre par l'un, on ressort par l'autre et vice versa. L'ensemble forme comme un raccourci entre deux points très éloi­gnés dans l'espace : emprunter ce pas­sage revient à couper par le tunnel du Mont-Blanc plutôt que d'escalader et redescendre la mon­tagne à pied. Or ce qu'il y a de pratique (du moins en théo­rie) avec les trous de ver, c'est qu'on peut déplacer les deux bouches l'une par rapport à l'autre sans modifier la lon­gueur du tunnel. Donc, plus on éloigne les deux bouches l'une de l'autre, plus on peut franchir une grande distance en peu de temps. Maintenant, « garons » la bouche A d'un trou de ver près de la Terre, et accrochons la bouche B de ce trou de ver au vaisseau dont nous venons de parler plus haut, et refaisons notre voyage en direction le centre de la galaxie avec une accéléra­tion de 9,81 m/s2. Au retour vers la Terre, la bouche de sortie est âgée de 40 ans, tandis que la bouche d'entrée a vu défiler 60 000 années. Les occupants du vais­seau spatial, après avoir découvert à quoi ressemblera la Terre dans le futur, pourront donc se glisser par le trou de ver le plus vieux pour ressortir par le plus jeune, ce qui équivaudra pour eux à un retour dans le passé, moins les 40 ans nécessaires au voyage. Idem, si l'envie en prend aux Terriens, ils peuvent emprunter la bouche A, res­sortir par la B, admirer le monde tel qu'il sera dans 60 000 ans, puis reve­nir dans le présent en faisant le che­min inverse...

 

Trou de ver : deux trous noirs reliés l'un à l'autre à travers le continuum espace-temps et permettant de faire un aller-retour dans le futur

 

 

Ce qui expliquerait peut-être que nous n'ayons encore jamais croisé la route d'un voyageur du futur (à priori, à moins que nos OVNIs en soient !) : on ne peut pas remonter le temps avant la création du trou de ver, et pour le moment il ne s'agit que d'un objet théorique encore jamais observé directement dans le cos­mos mais dont l'existence est probable selon beaucoup de physiciens, et qui a été décrit dans les années 1980 par le scientifique britannique Stephen Hawking et son collègue Kip Thorne.

 

Si aucun trou de ver n'a été observé « en liberté », il est possible qu'ils existent uniquement à l'échelle microscopique.

 

Il s'agi­rait dans ce cas-là, pour construire une machine à remonter le temps, ou plutôt à passer à travers le temps, d'en trouver un puis de l'agrandir, de le stabiliser en y injectant de l'antimatière pour lutter contre l'énorme gravitation qui sévit à l'in­térieur du tunnel et éviter que celui-ci ne s'ef­fondre.

 

Il faudrait ensuite le charger électriquement, et déplacer l'une des bouches à grande vitesse par rapport à l'autre, avec un vais­seau spatial d'un type tout à fait nouveau, afin d'induire un décalage temporel entre les deux.

 

Tout ceci demanderait plus d'énergie que le Soleil ne va en produire pendant toute sa vie. Bref, ce ne serait possible qu'avec des technologies hau­tement avancées, qui seront peut-être possibles... dans le futur.

 

On doit aussi noter que comme, mathématiquement parlant, nous ne pouvons être seuls dans l'univers, d'autres civilisations, sur d'autres planètes, pourraient très bien déplacer de telles bouches de vers pour venir nous voir rapidement et à volonté, si elles sont en avance sur nous, ce qui pourrait aussi expliquer certains témoignages étalés dans l'Histoire de l'Humanité...

 

mais également des possibilités de manipulations de la Vie sur notre planète et d'autres, dont je vais parler...

 

Stephen Hawking et son collègue Kip Thorne

 

Avant d'en arriver là, tous les regards sont aujourd'hui braqués sur le Grand Collisionneur d'hadrons (Large Hadron Collider ou LHC) de Genève, le plus grand accélérateur de particules jamais construit jusqu'à présent.

 

Piloté par le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) qui est capable de produire théoriquement des minitrous noirs à la durée de vie pour l'instant très limitée...

 

Dans l'état de la Recherche actuelle sur le Temps, notons que, pour l'instant et en l'absence de preuves formelles de l'existence des trous de ver, le voyage vers le futur est théoriquement très possible et probablement réalisable un jour (avec la technique adéquate), mais que le retour vers le passé l'est beaucoup moins... !! ??

 

Pour en revenir à mon hypothèse d'une possible forte ingérence d'une ou plusieurs civilisations extérieures (mais on peut aussi bien imaginer une intervention de l'Humanité du futur sur son propre passé, notez-le bien !

 

Ce qui ferait que même ce que l'on pourrait considérer comme EBE aujourd'hui, vu leur apparence, serait en fait des humains évolués, avec un ADN très proche du notre donc très logiquement !), il suffit donc qu'une civilisation (prenons celle des "Gris" qui convient parfaitement) soit suffisamment évoluée technologiquement pour avoir vaincu les mystères du Temps grâce à la maîtrise des trous noirs.

 

Avec une telle maîtrise et de bonnes techniques, il est possible de choisir une planète tellurique bien placée sur une "route spatiale", comme la Terre par exemple, et de venir la façonner à volonté pour qu'elle puisse accueillir la Vie, et y introduire les éléments de base de cette dernière pour y produire une évolution bactérienne puis animalière.

 

Un laboratoire de dimension planétaire visitable à volonté, et même par les mêmes généticiens, puisque les milliards d'années de la même planète de peuvent se résumer qu'à quelques mois et années pour cette fabrication du point de vue de cette civilisation.

 

On peut par la suite, et en toute logique, pratiquer des expériences génétiques sur les animaux en question qui se sont adaptés localement (et même introduire des espèces végétales et animales d'autres planètes) et ensuite même introduire son propre génome pour recréer une espèce intelligente, hybridée ou non avec des espèces locales, voir plusieurs espèces semi-intelligentes ou évolutives, pouvant servir de plusieurs façon pour la même civilisation, de la nourriture à l'esclave, en passant par des corps-vaisseaux (avec l'hypothèse connue de transplantations de consciences) ou de la sauvegarde génétique...

 

Avec une telle technique spatio-temporelle, les possibilités sont évidemment infinies, ainsi que les manipulations assez aisées sur des civilisations entières, et sur des milliers d'années...

 

Une question d'éthique se pose bien évidemment, si l'on considère qu'une civilisation plus ancienne que la notre de plusieurs milliers ou millions d'années, et qui aurait survécue à sa propre auto-destruction (mais il faudrait ici considérer que toutes les civilisations suivent le même schéma d'évolution, ce qui n'est pas prouvé bien sûr), aurait développé une plus grande sagesse spirituelle et ne serait pas encline a effectuer ce genre de manipulation à de fins peu reluisantes.

 

Mais nous n'en savons en réalité rien du tout et ce serait même le contraire si on considère qu'une civilisation technologique (comme la notre et cela devient de plus en plus visible) épuise assez rapidement toutes les ressources naturelles de son lieu de naissance... et doit donc pouvoir le remplacer, et même régulièrement, pour pouvoir survivre.

 

Et quand on considère le nombre infini de planètes "terraformables", pourquoi se gêner, en fait ?... Créatrice de vie ou exploitante de vie existante, cette civilisation pourrait tout simplement justifier ses actions par sa simple volonté de survivre et de répandre son génome par milliards dans un univers de toute façon infini et encore en expansion... tout en restant en permanence dans son propre présent immuable, puisque maître du Temps...

 

On peut bien sûr imaginer à ce titre une création pure et simple du genre humain (qui ne connaît toujours pas ses origines et ancêtres directs, alors que sa sortie du continent africain est même remise en doute et que la date de son apparition recule de plus en plus dans le temps (-300 000 ans maintenant)) par hybridations, croisements et même manipulations génétiques avec un génome "étranger", si l'on considère aussi les problèmes physiques anormaux de l'humanité par rapport à son propre environnement, déjà évoqués récemment ici :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/l-humanite-n-est-pas-nee-sur-terre.html

 

J'ajoute aux données les recherches et publications de certains chercheurs sur le folklore humain (celles de l'astronome Jacques Vallée notamment avec "Chroniques des apparitions extra-terrestres, du folklore aux soucoupes volantes", mais aussi de Bertrand Méheust avec "Soucoupes Volantes et Folklore") qui appuient un peu plus cette possibilité d'une manipulation (non seulement psychique mais historique et culturelle) du genre humain sur une très longue période.

 

Jacques Vallée entrevoit dans le phénomène ufologique un système de « contrôle » évolutionniste terrestre, opérant sur l'inconscient collectif de notre espèce, d'où une vision holistique au travers d'exemples de phénomènes folkloriques ou contemporains (poltergeists, OVNI...) sortant de l'ordinaire de la perception humaine.

 

Cette perception de Vallée, devenu aussi informaticien de renom, s'affirme notamment à la lecture de la trilogie "Autres dimensions/confrontations/révélations" des années 1990 qui se base aussi sur les principes des systèmes d'informations, un outil idéal pour une manipulation de masse...

 

Les astronomes-ufologues J. Allen Hynek et Jacques Vallée (à droite) - Domaine Public

Tout ceci n'est bien sûr que réflexions et "pensées à voix haute" sur une hypothèse basée tout de même sur ces triples coïncidences (et même plus encore si on considère toutes ces figurines antiques, pétroglyphes par centaines dans le monde et céramiques aussi, montrant de tels êtres aux crânes allongés, aux petits mentons, souvent grands yeux obliques, sans oublier cette étrange pratique millénaire de la déformation volontaire des crânes des bébés humains...) passées, présentes et futures de créatures hantant ainsi l'esprit humain depuis toujours...

 

0 commentaires

mar.

21

nov.

2017

Le magazine Soucoupe Volante à Saint-Etienne - 21 novembre 2017

 

Article publié par Ch MACE du site http://ovniparanormal.over-blog.com

 

Saluons cette heureuse initiative à Saint-Etienne, en France !

 

Le titre de ce magazine nous fait bien plaisir.

 

Mais pour autant, y'a-t-il eu la publication d'un dossier objectif sur les ovnis, les extraterrestres ?

 

Si c'est pas le cas, ça va le faire ?.

 

Par exemple, dans le magazine "Soucoupe Volante" de Saint-Etienne, est ce que les cas ovnis vus près de ces écoles ont été abordés...ou le seront-il ?

 

Réflexion sur le sujet 

 

Pourquoi n'existe t-il pas dans les programmes des éducations nationales dans les différents points de "nôtre" globe, de préparations psychologiques des Humains à d'éventuels contacts avec des  extraterrestres ?

 

 

 

SOMMES NOUS PREPARES PSYCHOLOGIQUEMENT ET

TECHNIQUEMENT POUR DES CONTACTS AVEC DES ETRES D' AUTRES MONDES ?

 

Ce thème nouveau à aborder sort des sempiternels sentiers battus, et mérite que l'on s'y attarde, puisque ces probables contacts avec des Etres des autres univers est d'actualité maintenant, suite à nôtre propre sortie d'au-delà de "nôtre" propre planète…

 

Depuis les temps reculés, la sphère des contacts des Humains est allée toujours de façon exponentielle.

 

Au début de l'humanité, l'être humain était prisonnier de son implantation géographyque très étroite.

 

Les contacts se faisaient d'être humains à être humains de village à villages.

 

Puis au fur et à mesure du progrès et du développement des civilisations, ces contacts se sont élargis de plus en plus : du village à village, de régions à régions, de continents à continents.

 

Dorénavant, nous avons quitté "nôtre" planète, et l'élargissement des contacts d'humains à humains doit pouvoir s'étendre à ceux des autres mondes…

 

Car pourquoi l'être humain ne serait que le seul représentant, établis ici sur Terre ?

 

D'où la nécessité de se préparer ici et maintenant à ces nouveaux contacts…

 

A METTRE D'URGENCE AU PROGRAMME DES EDUCATIONS NATIONALES : LA PSYCHOLOGIE SPATIALE ! 

 

Christian MACE relit  en ce moment son  livre de science-fiction préféré, un livre de Jacques Sternberg (d'origine Belge)

 

"La sortie est au fond de l'espace", paru aux Editions "Denoël", collection "Présence du futur", réédité en 1990.

 

Les Humains sont contraints de quitter la Terre (les Survivants), et vers la fin de leur épopée, ils sont accueillis sur la Planète des Extraterrestres "Sconges"…

 

A la fin du livre, page 249 :

 

"En détruisant la Terre et ses habitants, les Sconges n'avaient fait que donner un coup de balai. La Terre, cette poubelle de l'espace, germe de pollution, de démence, de folie meurtrière et de crasse.

C'est ainsi qu'ils voyaient la chose. C'est ainsi qu'ils l'avaient vu. Car ils n'y pensaient déjà plus.

 

Ils avaient agi avec la même désinvolture qu'un homme lorsqu'il détruisait une toile d'araignée.

 

Aux yeux des Sconges, les Terriens étaient cependant des êtres humains. Cela ne laissait aucun doute.

 

Mais, cette notion d'humain, c'était précisément ce qui dégoûtait le plus les Sconges". 

 

Dans un passage précédent concernant les Extraterrestres

 

"Sconges" :

 

Page 209 : "Dans leur monde, il n'y avait plus de lois, plus de cartes d'identité, plus de permis de séjour. Plus de police, plus de réglement.

Parce que cela n'était plus nécessaire.

Expliquer exactement pourquoi ?

C'était trop compliqué à expliquer.

 

Quand à la question du gouvernement, elle avait été résolue également. Il n'y avait pas de gouvernement sur la Planète.

Pas de chefs et de subordonnés.

Les Sconges, on pouvait le déduire ou le supposer, étaient tous adultes, lucides, pleinements conscients de leurs gestes, de leurs pensées comme de leurs actes.

 

Ils n'avaient plus besoin d'être enfermés dans des législations qui n'étaient en réalité que des parcs grillagés pour grands enfants. Ils n'avaient plus besoin de policiers qui n'étaient en vérité que des gouvernantes déguisées. Ils n'avaient plus besoin d'être dirigés, conseillés, organisés parce que sans doute ils portaient en eux, d'instinct, le sens des responsabilités essentielles. Et certainement n'avaient-ils plus le besoin d'écouter un parti ou un gouvernement leur parler de liberté puisqu'ils étaient eux-mêmes liberté totale, acquise, mise à exécution.

 

Nous avions tort, c'était vrai, de vouloir comparer leur monde à la Terre.

 

Ce monde ne pouvait être que fort différent, parce que les Sconges, sous des visages qui ressemblaient aux nôtres, devaient couver une lucidité, une intelligence, un détachement et une force sans nervosité que nous étions bien loin de posséder. 

 

 

La question de la nourriture, soulevée aujourd'hui, nous a révélé d'autres perspectives.

 

Les Sconges nous ont en effet appris que cette question leur posait certains problèmes. Car nos points de vue divergeaient de façon sensible à ce sujet.

 

 

- Vous comprenez, nous ont expliqué les Sconges avec le plus grand calme, nous ne mangeons qu'une fois tous les six mois.Et notre repas se limite à quelques pastilles.

 

 

Les Sconges n'ont pas cru devoir ajouter ce que,probablement, ils pensaient : que pour nous, ils le savaient, toute la vie tournait autour de la table et des trois repas obligatoires et que les moindres de nos actes convergeaient vers la soupière ou le saladier. Ce qu'ils devaient d'ailleurs trouver répugnant ou simplement absurde. Non sans raisons.

 

-  Il faudra vous contenter de nos pastilles, ont ajouté les Sconges. Nous ne produisons rien d'autre. L'agriculture et l'élevage sont des mythes inconnus pour nous. Inconnus, bien sûr. L'agriculture inexistante puisque toute la nature avait été niée, recréée. Et l'élevage impossible puisqu'il n'y avait pas d'animaux sur la Planète…….

 

Cela dit, le fait que les Sconges ne mangent qu'une fois tous les six mois bouleverse évidemment tous les modes de vie que nous aurions pu imaginer.

 

Plus de lutte quotidienne pour le pain à la sueur du front, des poignets ou du cerveau. Plus de sentimentalité tournant sur elle-même autour de la misère. Plus de moyen de chantage social ou politique. Plus de prétexte au vol, au meurtre…..". 

 

Pour distraire les Terriens sur leur Planète, les Sconges apportent des documentaires filmés de l'existence passée des terriens :

 

Page 222 :

 

"Etrange séance qui dura une bonne partie de la journée. Elle nous permit de nous revoir, nous, les hommes, pris sur le vif dans certaines de nos acitivités passées. 

 

Ici, nous nous livrions à une course démente contre la seconde pour augmenter la productivité d'une usine en vidant de leurs tripes des maquereaux et des morues.

 

Ici, nous suivions avec passion une course de bolides dans le seul espoir de voir quelques voitures se renverser et prendre feu avec leurs occupants.

 

Ici, nous posions des culs-de-jatte en uniforme sur de petites tables pour les décorer officiellement et leur rendre les honneurs militaires.

 

Là, nous tentions de faire le tour du monde à quatre pattes avec un abat-jour en équilibre sur notre tête et dix oeufs frais dans la main droite.

 

Là, nous déléguions le pape, un bataillon d'archevêques, une division de prêtres déguisés en poupées de salon pour bénir le dernier canon atomique.

 

Là, nous laissions dix morts dans la neige et dix membres gelés dans la glace pour le simple plaisir de planter un drapeau au sommmet d'un pic.

 

Là, enconre avec des mines de juges-arpenteurs, nous prenions devant quelques hautes personnalités le tour de fesse de quelques reines du chou-fleur.

 

Il n'y avait pas de quoi être fier. Nous qui avions toujours accepté ces spectacles sans rien en penser, nous ressentions à présent une véritable oppression qui grandissait à chaque séquence. Tout nous paraissait odieux dans ces visions cependant si authentiques : nos gestes, nos expressions, notre avidité, nos corps, et même le décor gris, suintant, médiocre dans lequel nous avions si prétentieusement édifié une quantité d'institutions grotesques.

 

Un indiscutable sentiment d'infériorité nous prenait à la gorge quand nous pensions aux Sconges, à l'harmonie dans laquelle ils vivaient, à cette magistrale absence de ridicule ou de démence qui définissait leur monde………

 

Sans doute devaient-ils savoir, depuis longtemps, que nous avions été créés agressifs, crédules, fanatiques, exacerbés, sadiques et profondément masochistes…..

 

On pouvait même croire qu'ils avaient quelque espoir de nous voir devenir fort différents au contact de leur monde à eux……

 

Avec du temps et de la patience, les Sconges nous assimileraient à leur race. Leur but devait être cette assimilation en douce, sans heurt et sans manifestes.

 

Nous avions tout à gagner dans cette aventure et eux n'avaient rien à perdre…..".

 

0 commentaires

lun.

20

nov.

2017

Australie : Canberra abriterait l'un des QG des Illuminati - 20 novembre 2017

 

L'un des quartiers généraux de l'organisation des Illuminati aurait récemment été découvert en Australie. Certains considèrent qu'il s'agit d'une preuve que cette légendaire société secrète existe réellement.

 

Bon nombre de théoriciens du complot considèrent les « Illuminati » comme une élite mondiale et secrète, qui dirige, en coulisse, les gouvernements du monde entier. Leur objectif serait d'instaurer un Nouvel Ordre Mondial.

 

Parmi ces membres, on trouverait des dirigeants politiques, des chefs d'entreprise, ainsi que des personnalités influentes. Certains accusent même les véritables leaders de cette organisation d'être des humanoïdes reptiliens d'origine extraterrestre.

 

D'autres pensent que cette société secrète rend un culte au diable et cherche à établir son règne sur la Terre.

 

Des chercheurs disent avoir découvert que Canberra, la capitale de l'Australie, était le QG principal de cette secte secrète.

 

Ils disent avoir récolté un tas de preuves, en étudiant notamment le symbolisme caché à travers le Parlement australien et dans la région environnante.

 

« Esoteric Detective », un homme qui s'intéresse tout particulièrement aux « Illuminati » a posté une vidéo sur YouTube. Il explique :

 

« Les cartes nous montrent que les routes forment une pyramide parfaite et forment un hibou autour du Capitole. »

 

« Le hibou symbolise la philosophie de l'occulte de cette classe prédatrice qui s'attaque aux populations à travers les sciences occultes. »

 

« Un hibou peut voir dans les ténèbres, de la même manière que les maîtres occultes. »

 

L'un des symboles principaux des Illuminati est « l'œil qui voit tout » placé au sommet d'une pyramide. Le fait qu'une pyramide de verre se trouve au sommet du Parlement australien est considéré comme un solide élément de preuve.

 

Les pyramides sont souvent vues comme représentant une petite élite contrôlant la majorité de la population.

 

Les théoriciens de la conspiration pensent également que ce bâtiment est surmonté par l'Œil de la Providence, l'œil de Dieu qui voit tout.

 

La structure pyramidale apparaît sur le billet d'un dollar américain et est souvent associée au regard constant que portent les Illuminati sur la société.

 

Douze étapes mènent à la pyramide du Parlement, le même nombre qui mène à l'Œil de la Providence.

 

D'autres ont prétendu que le double anneau autour du bâtiment du Capitole indique que la région abrite un temple consacré.

 

« Esoteric Detective » a ajouté :

 

« Nous semblons avoir tout le symbolisme d'une sorte d'école maçonnique et mystique. »

 

« Si nous entrons à l'intérieur, nous voyons à nouveau tout un tas de symbolisme maçonnique. Tout de cette œuvre, à la conception du plafond jusqu'à l’œil qui voit tout, nous montrent que les symboles sont partout. »

 

« Je pense que les Illuminati sont allés un peu trop loin, parce que ce lieu est rempli de symboles évidents. »

 

« Il doit y avoir une sorte de conspiration monumentale et monolithique qui se joue à grande échelle ici. »

 

La ville de Milton Keynes, en Angleterre, a également été présentée comme abritant une base majeure des Illuminati plus tôt cette année en raison du symbolisme présent dans son architecture.

 

Des sceptiques affirment qu'une société secrète serait peu susceptible d'utiliser des indices aussi évidents dans ses bases secrètes.

 

Ils disent que les théoriciens de la conspiration ne font que sauter sur des conclusions en se basant uniquement sur des conceptions architecturales.

 

La théorie des Illuminati est basée sur une véritable société secrète fondée à la fin des années 1700 à Munich, en Bavière, et nommée d'après le mot latin signifiant « Lumières ».

 

Officiellement, cette organisation s'est dissoute et il n'y a aucune preuve réelle qu'elle ait pu subsister jusqu'à aujourd'hui.

 

Certains théoriciens de la conspiration sont pourtant persuadés qu'elle existe toujours et qu'elle est composée de 6 000 membres répartis à travers le monde. Elle serait dirigée par un conseil composé de cinq Américains, cinq Européens de l'Ouest, un Russe et un Indien.

 

0 commentaires

sam.

18

nov.

2017

La Terre vient d'envoyer un message vers une planète susceptible d'abriter une vie extraterrestre - 18 novembre 2017

 

La Terre a envoyé un message en direction de deux planètes situées dans l’orbite de la naine rouge GJ 273. L’une d’elles pourrait potentiellement abriter une forme de vie extraterrestre.

 

GJ 273, ou l’étoile de Luyten pour les intimes, ne ressemble pas vraiment à notre propre étoile.

Elle fait effectivement partie de la catégorie des naines rouges et donc des étoiles de type spectral M V. Peu massive, elle dégage aussi une température moindre.

 

 

Ce n’est cependant pas sa seule particularité. En effet, l’astre se trouve aussi à une distance relativement proche de notre système et il est ainsi situé à environ 12,36 années-lumière de notre propre Soleil.

 

La Terre a envoyé un message radio à destination d’une exoplanète

 

En mars dernier, des astronomes ont découvert la présence de deux planètes situées dans son orbite : GJ 273b et GJ 273c.

 

La première est indéniablement la plus intéressante. Massive, elle est dotée d’une taille située à mi-chemin entre celle de la Terre et celle de Neptune. Elle vient donc se ranger dans la catégorie des Super Terres.

Mieux, elle se trouve également dans la zone d’habitabilité de son étoile et elle est donc susceptible d’abriter une forme de vie extraterrestre.

 

Douglas Vakoch, le président du controversé METI, s’intéresse depuis longtemps à ce système et à cette planète. Fermement décidé à faire toute la lumière sur la possible existence d’une civilisation extraterrestre sur la planète, l’homme a donc constitué une équipe en vue d’envoyer un message radio en direction de GJ 273b.

 

Interrogé par Space.com, Douglas Vakoch a insisté sur le fait que ce message devait être vu comme un test.

Il pense en effet que l’humanité aura besoin d’envoyer des centaines de messages du même type pour obtenir une réponse et prouver ainsi l’existence d’une forme de vie intelligente vivant en dehors du système solaire.

 

Si le chercheur a choisi cette planète, ce n’est d’ailleurs pas par hasard.

 

Une réponse possible en 2042

 

Du fait de la proximité de ce système, nous devrions en effet être en mesure de capter une éventuelle et hypothétique réponse en 2042 et donc dans environ vingt-cinq ans.

 

Bien sûr, cette initiative ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique et de nombreux chercheurs de renom – à commencer par l’incontournable Stephen Hawking – s’opposent ainsi fermement à l’envoi de ces messages.

 

Pour le brillant physicien, ces bouteilles lancées à la mer représentent en effet un risque direct pour l’humanité, et ce pour une raison assez évidente : si une civilisation extraterrestre avancée existe, rien ne dit qu’elle se montrera pacifiste à notre égard.

 

Vakoch n’est pas de cet avis cependant. D’après lui, si une telle civilisation avait réellement élu domicile sur GJ 273b, alors elle serait sans doute venue nous rendre visite bien avant.

 

Il faut tout de même noter que le METI n’a pas été le seul à porter ce projet et plusieurs organisations ont ainsi collaboré.

 

Des organisations comme l’Institut d’études spatiales de Catalogne ou encore Sonar, un festival de musique de Barcelone.

 

0 commentaires

sam.

18

nov.

2017

« Ummo l’avertissement » de Stone Gardenteapot - 18 novembre 2017

 

Editeur : ATLANTES

 

(320 pages)

 

Depuis plus d’un demi siècle, 1400 pages de textes fascinants, au contenu scientifique hors norme et à l’éthique profonde ont été envoyées à travers le monde à des destinataires choisis.

 

Aujourd’hui encore, cette étrange communication se poursuit via les canaux informatiques planétaires.

 

Les auteurs de ces textes mystérieux, qui nous obligent à réexaminer en profondeur nos paradigmes scientifiques et philosophiques, sont d’énigmatiques individus appelés les Ummites.

 

A l’aube de ce nouveau millénaire, alors que les problèmes sociaux, économiques, géopolitiques, démographiques, énergétiques et écologiques précipitent le réseau social terrestre dans un obscur cul-de-sac de l’histoire, les derniers rebondissements de l’affaire Ummo apportent des informations vitales qui pourraient bien éviter le pire à notre civilisation.

 

Qui sont les Ummites, quel est leur but et en quoi leurs messages sont-ils cruciaux ? Voici les questions auxquelles ce livre s’attache à répondre.

 

L’auteur : Stone Gardenteapot étudie le cas Ummo depuis plus de 25 ans. Abordant le sujet sous un angle radicalement différent des enquêteurs et scientifiques qui ont étudié ce dossier, que ce soit l’astrophysicien Jean-Pierre Petit ou le chercheur Jean Pollion, Stone Gardenteapot nous livre un travail très particulier et aux multiples ramifications sur cette affaire qui n’en finit plus de surprendre.

 

Accrochez-vous !

 

0 commentaires

ven.

17

nov.

2017

Espagne : Révélation d’une passion secrète de la reine Sofia pour les ovnis

 

Le célèbre magazine Vanity Fair vient de consacrer un article sur la passion de la reine Sophia d’Espagne pour les ovnis et d’autres sujets dits "ésotériques".

 

Elle a non seulement fréquenté des experts sur le sujet, mais aussi raté de peu une observation au-dessus de la Chine avant de voir se réaliser l’un de ses souhaits durant les fêtes de Noël.

 

 

Pendant des années, l’écrivain et journaliste Juan José Benítez a fait partie du groupe de journalistes qui voyageait avec les Princes d'Espagne. Durant l’un de ses déplacements au Pérou, il a été révélé que l'écrivain était profondément attiré par la reine Sofia, alors marié au roi d’Espagne actuel et connu sous le nom de Juan Carlos. C'est ce que raconte Pilar Eyre dans son livre intitulé « La soledad de la reina ». C’est alors qu’elle devint très proche de Juan José Benítez qui lui parlait fréquemment des ovnis et des corps astraux, sujets qui intéressaient particulièrement la reine. Le populaire écrivain de science-fiction et Dona Sofia ont visité ensemble les ruines de Nazca et entretenu de longues discussions sur ces sujets. »

 

À l'époque, quelqu'un qui connaissait bien la reine a révélé à Vanity Fair : "Pendant des années, la Reine a organisé et présidé dans l'auditorium de l'Université Complutense de Madrid des réunions privées de spécialistes baptisés « Comité des Sages ». Y participaient des professeurs de philosophie, des médecins, des astronomes, des écrivains ou encore des psychologues. Des questions relatives au sida, à l'Alliance des civilisations ou relatives à la dette économique étaient débattues durant ces réunions. »

 

C'est sa mère, la reine Frederika de Hanovre, qui aurait acculturé sa fille, Doña Sofia, au paranormal. Le souverain grec affectionnait également beaucoup ces sujets et adorait en discuter avec ses enfants.

 

La souveraine a même pratiqué, en Équateur, en 2011, un rituel de purification lors d'une visite dans la ville indigène de Cusubamba. Un chaman dirigeait une cérémonie et plaça la reine au centre de ce qu'on appelle un cercle de pouvoir entouré de fleurs et de fruits. Le chaman aurait entrepris un nettoyage énergétique à l'aide d'herbes aromatiques. Ensuite, il l'imprégna de la fumée d'encens utilisé durant ces occasions. 

 

 

Une autre histoire se serait déroulée en 1978 durant un voyage en Chine où l’un de ses accompagnants, Jaime Peñafiel, raconta à Cuarto Milenio : « Il était quatre heures du matin, ou trois heures et demie. Nous n'étions pas encore entrés en Chine et survolions la frontière pendant un certain temps. Soudainement, j'ai regardé vers la gauche et vu deux énormes projecteurs, que je n'avais pas vus, s’approcher. La lumière était si forte qu’il était impossible de voir ce qu'il y avait derrière. Les gens se sont réveillés parce que la lumière était tellement puissante que nous avions l’impression d’être en pleine journée. C'était plus fort que la lumière du soleil. Je suis entré dans la cabine et le commandant m'a dit : « Je vois, je vois. Il y a un objet non identifié qui n'est pas détecté sur le radar… Doña Sofia voyageait dans un avion différent et l'a raté. »

 

Selon Peñafiel, il s’agissait d’un mystérieux vaisseau soviétique et non extraterrestre.

 

Quelques mois plus tard, la veille de Noël, Doña Sofia a de nouveau eu l'occasion d’observer un ovni.

 

« Je l'ai appelé et il est venu. »

 

JJ Benítez a déclaré à « El Español » en 2016 : « Nous discutions pendant un moment et soudainement la reine demanda à Carlos Paz, un ufologue connu qui vivait à Lima, : « Est-ce que je peux voir un OVNI ? ». L'autre répondit que « oui ». Nous étions tous présents et tout à fait hallucinés.

 

« Quand souhaiteriez-vous les voir ? » demanda Carlos. Nous étions à l'automne et la reine a répondu : « Eh bien, à Noël, nous serons en famille. »

 

La veille de Noël est arrivée et le roi a prononcé son discours traditionnel à Zarzuela ou les Bourbon étaient en train de veiller jusqu'à trois heures du matin. C’est alors que l’ovni serait apparu à El Pardo.  Sofia serait restée complètement stupéfaite par cette observation, et ce n'était pas la seule observation qui a eu lieu en Espagne cette année-là.

 

Le 19 mars de cette même année ont a été vu à Alcorcón, un mois plus tard, le 18 avril, un autre mystérieux navire volant au-dessus des villes de Portugalete, Santurce, Algorta, Lejona, Sestao et Bilbao.

 

Le 24 octobre, le commandant du vol Aviaco A203 a vu deux OVNIS sur le chemin de Maó lors de son atterrissage à Minorque.

 

Il faut savoir que les îles Baléares sont le point chaud des observations d’ovnis en Espagne.

 

Commentaire : Cette Reine mérite son titre en raison de son ouverture d'esprit.

0 commentaires

jeu.

16

nov.

2017

« STEVEN GREER ET LE PROJET DISCLOSURE » AVEC MARC VALLÉE

Emission de Nurea TV du 16 novembre à 20H30

 

« Steven Greer et le Projet Disclosure » avec Marc Vallée

 

Nous retrouvons Marc Vallée sur l’antenne de Nuréa TV à l’occasion de la sortie francophone de l’ouvrage « Non reconnu » de Steven M. Greer, livre paru aux Editions Ariane et dont Marc est le fondateur.

 

Nous échangerons sur les révélations dévoilées par le Docteur Greer et les nombreux témoignages collectés par ce dernier.

 

 

 

Ancien directeur de la division de médecine d’urgence du Caldwell Memorial Hospital (Caroline du Nord), Steven Greer est un médecin et ufologue américain, connu pour mettre en avant des thèses complotistes relatives à la gestion du phénomène ufo par certaines officines secrètes américaines, gestion ,selon lui, illégalement et sciemment dissimulée aux présidents des USA, aux membres du Congrès et aux dirigeants mondiaux.

 

Steven Greer est connu pour avoir été le fondateur du Projet CSETI, pour Center for the Study of Extraterrestrial Intelligence.

 

Il fonde en 1993 le Projet Disclosure, une organisation à but non lucratif qui a pour mission de rendre publique toute information sur les OVNIs et de lutter contre la désinformation des gouvernements sur le phénomène extraterrestre.

 

Cette organisation regroupe des scientifiques, des militaires, des membres de la CIA et des hauts fonctionnaires américains. A travers ce projet, Steven Greer a ainsi pu recueillir plus de 100 témoignages, principalement d’anciens militaires haut gradés à la retraite et donc libérés du secret qu’impliquait leur fonction.

 

Site officiel : http://editions-ariane.com

0 commentaires

jeu.

16

nov.

2017

USA : toutes les observations d’Ovnis de 1995 à 2014 compilées en une seule Carte - 16 novembre 2017

 

Une carte des Etats-Unis révèle toutes les observations d’OVNI signalées de 1995 à 2014. Elle montre un pic saillant depuis la naissance de l’internet.

 

Elle a d’abord été créée par une équipe comprenant Adam Crahen, pour Kaggle UFO Sightings.

 

Crahan a produit la moitié des données.

 

Les points chauds pour les visiteurs extraterrestres semblent intéressants.

 

Les chiffres, tels que compilés par Kaggle, montrent également que la majorité des observations ont lieu les samedis, et l’heure la plus commune de la journée est de 9 à 11 heures.

 

Il montre également que de Juillet à Janvier est la saison d’observation des OVNIs aux Etats-Unis.

 

Les données révèlent également que de plus en plus d’ovnis ont été signalés depuis 2009, ce qui suggère peut-être qu’une nouvelle stargate interstellaire a été construite par les extraterrestres pour venir nous voir plus vite, ou tout simplement la naissance des smartphones ?

 

C’est tout de même l’essor d’Internet, qui a facilité la notification des signalements par rapport aux années 90.

 

Des données d’observations d’OVNIs, y compris une série mondiale de plus de 80.000 observations, ont été compilées par Kaggle sur leur site web.

 

L’observation stéréotypée d’OVNIs a lieu au Kansas, au milieu d’un champ, avec une seule main retrouvée de une ferme, ou quand des gens ou des vaches sont enlevés dans le ciel par un puissant faisceau lumineux.

 

Les sceptiques de ces récits se moquent de leur originalité (il faut l’avouer c’est toujours pareil), et cette carte semble suggérer qu’il y a des points chauds aux États-Unis où l’on signale davantage de contacts avec des extraterrestres – apparemment sur la côte est.

 

Le principal problème avec la plupart des comptes rendus d’observation est que les détails sont flous.

 

On se demande pourquoi.

 

0 commentaires

mer.

15

nov.

2017

Grande Bretagne : des dessins d'ovnis issus de dossiers officiels divulgués - 15 novembre 2017

 

Entre 1962 et 2009, le ministère de la Défense du gouvernement britannique disposait d'un service en charge de l’étude du phénomène OVNI.

 

Doté d’une ligne téléphonique d'urgence dédiée aux signalements, ce service recueillait annuellement près de 11 000 signalements provenant de tout le Royaume-Uni.

Certains des dossiers constitués à cette époque sont maintenant divulgués et accessibles au public.

Dans ce cadre de nombreux schémas ou dessins ont été réalisés par les témoins pour tenter d’expliquer ce qu’ils avaient vus.

 

 

C’est en grande partie grâce au travail et à l’action de David A. Clarke Jr que ces éléments sont parvenus à sortir du secret. Parallèlement, il les a regroupées dans un ouvrage spécifiquement consacré à ces évènements.

 

Les images qui figurent ci-dessous détaillent certains des témoignages de ce recueil.

 

 

Vous pourrez, si vous le souhaitez acquérir l'ouvrage regroupant ces témoignages via le lien figurant ci-dessous 

 

Source - https://hyperallergic.com - lien  ici

0 commentaires

mar.

14

nov.

2017

Ovnis : regards croisés d’une juriste, d’une sociologue et d’un psychologue

 

Article en provenance du site Ovnis-direct.com 

 

Publié le 10/11/2017 | Sylvie JOUBERT, Perrine BARTHOMEUF et Nicolas DUMONT

 

Introduction de Michel Ribardière :

 

L’ovniologie, également appelée ufologie, étudie les manifestations d’objets volants non identifiés.

 

Cette jeune discipline, en quête de crédibilité, ne laisse pas indifférents certains universitaires et chercheurs des sciences exactes, humaines et sociales.

 

Si la physique, les mathématiques, la biologie et de nombreuses autres disciplines scientifiques sont couramment sollicitées en vue d’analyser des manifestations, les dimensions sociétales et psychologiques sont parmi les cadres de recherche les plus féconds.

 

À l’occasion d’une conférence qui se déroulait en septembre 2017 au palais des congrès de Dijon, il me fut confié la responsabilité d’animer une table ronde réunissant un trio de spécialistes en la matière :

la juriste Perrine Barthomeuf, la sociologue Sylvie Joubert et le psychologue Nicolas Dumont.

 

Tous trois s’exprimèrent sur ce qu'implique un « contact humain-extraterrestre ", au regard de leurs disciplines respectives.

 

Le lecteur constatera que, si leurs angles de vue diffèrent, leurs approches du "contact" s'avèrent de ce fait particulièrement complémentaires.

 

D'une part, de telles expertises montrent que l'ufologie ne peut se passer de la pluridisciplinarité, c'est à dire de l'entraide cognitive entre sociologie-droit-psychologie (notamment).

 

D'autre part, l'intérêt que lui portent nos chercheurs, ceux-ci et bien d'autres en tous lieux de la planète, confirme non seulement l'attrait de nos sociétés pour le thème de l'UFO-contact, mais aussi le rôle non négligeable que joue l'ufologie dans l'évolution du savoir actuel.

 

Cette évolution du savoir est nommée par certains "changement de paradigme", or, à bien écouter nos trois intervenants, le lecteur conviendra avec moi que c'est bien de cela dont il s'agit !

 

Il n’est pas exceptionnel pour un ovniologue de traiter un tel sujet, c'est même son pain quotidien, mais la rencontre entre trois disciplines comme la sociologie, le droit et la psychologie offre des perspectives enrichissantes, ainsi que vous allez le constater.

 

Dans les synthèses ci-dessous, nous verrons comment ces spécialistes intègrent le sujet du "contact humain-extraterrestre" dans leurs disciplines, mais également sous quelles conditions et méthodes. 

 

Leurs interventions mettent l'accent sur la nécessité de penser une  nouvelle exploration, où adaptation et créativité deviennent des incontournables.

 

Il n’y a pas de route déjà tracée, à peine un sillon que de rares chercheurs envisagent dans un regard prometteur. Le chemin reste mystérieux et il nous faut défricher en avançant. Toutes les disciplines sont donc bienvenues pour cette tâche.

 

 

VOLET SOCIOLOGIQUE / Sylvie Joubert 

 

Faire coexister plusieurs disciplines autour d’un même sujet est le pari de cet article, offrant au lecteur divers angles de vue.

 

Si le terme « humain » est clair et sans équivoque pour le sociologue, parce que son métier consiste justement à étudier le comportement de l’Homme en tous lieux de la planète, il n’en va pas de même du mot « extraterrestre ».

 

Ce mot souffre d’imprécision pour le spécialiste en sciences sociales ou humaines, si bien que l’extraterrestre relève plus pour lui de l’imaginaire populaire, que de la réalité des faits.

 

Ainsi, avant de parler de « contact », la première question à se poser sera : à quoi (à qui) renvoie exactement le

mot « extraterrestre » ?

En d’autres termes, le fameux contact se fait entre un humain et... « quoi » ou « qui » ?

La question est essentielle et mérite toute notre attention, d’ailleurs nous allons voir que les choses sont plus complexes qu’il n’y paraît, dans la mesure où ce mot nous conduit bien au-delà du seul thème des OVNI(s) et E.T.       

 

Un impératif sociologique :

 

définir le mot ‘extraterrestre’ Le mot extra-terrestre

contient « extérieur à », idem pour le mot intra-terrestre évoquant un « intérieur à ».

Les sciences sociales savent étudier le contact entre deux peuples, deux tribus ou civilisations, mais elles sont désemparées si l’une des parties est dite « extra » ou « intra » terrestre.

Dans une telle situation, le chercheur se retrouve un peu comme la célèbre poule perplexe devant un couteau !

Qu’en faire ?

A mon sens, il faut en premier lieu apporter de la densité, des contours et de l’identité à l’« extraterrestre », afin que l’idée du contact fasse sens concrètement.

Par tous les moyens possibles, il serait judicieux de donner de la consistance à ces « êtres-présences » qui ne sont pas tout à fait comme nous, mais qui existent bel et bien.

 

Rappelons que les parasciences en ont déjà identifié diverses formes.

Quelles sont ces formes ?

 

- C’est en premier lieu l’E.T. venant d’une autre planète ou galaxie, celui-là même que des millions de témoins décrivent comme des petits ou grands gris, des grands blonds, des humanoïdes, des insectoïdes, des reptiliens, des êtres bleus, verts, très évolués ou non, etc.

La panoplie de ces présences constatées à l’échelle internationale est surprenante et les témoignages ne sont pas si rares que cela, sans parler des cas d’abductions.

Il arrive que ces êtres contrôlent la matière, certains disparaissant soudainement au même titre que leurs étranges et polymorphes vaisseaux.

Notons que ces extraterrestres en question laissent à l’occasion des traces au sol ou bien visuelles, tandis que d’autres déposent leur signature évanescente devant les yeux de radaristes stupéfaits.

 

- Mais ces formes « extra-intra-terrestres » surgissent aussi par l’entremise de ces présences ne possédant pas la même physicalité que nous, et que l’on range dans la grande malle

du « paranormal ».

Ici aussi, les traces laissées sont nombreuses sur nos appareils photo, nos vidéos ou nos enregistreurs...

Parfois même, nos corps et nos esprits !

Je veux parler de ces manifestations que nous nommons esprits défunts (fantômes), esprits de la nature (élémentaux), êtres spirituels ou de Lumière, guides, voire ce que l’Orient nomme Devas et l’Occident Anges ou Archanges, etc.

 

Nous avons là diverses présences étranges et manifestations, laissant penser que nous vivons en situation de coprésence avec celles-ci.

Ce sont ces présences diverses que j’appelle depuis de longues années « Les Autres », en référence au film de Alejandro Amenábar sorti en 2001 avec Nicole Kidmann, où dans ce long métrage des présences cohabitent dans un même espace sans en avoir une claire conscience, parfois même en se faisant peur l’une l’autre.

Toutefois, à partir du moment où ces « Autres » laissent des traces numériques, chimiques, visuelles ou sonores, alors celles-ci se transforment en faits de sciences (exactes autant qu’humaines), elles entrent alors dans l’espace du savoir, de l’analyse et de la raison.

Évidemment, le sociologue peut continuer de nier ces traces de présences devenus faits, mais il commet à cet instant précis une erreur intellectuelle de l’ordre de l’irrationalité, c’est-à-dire du comportement en dehors du cadre de la raison.

 

Le contact a déjà lieu et opère dans un univers de forme

Ces « Autres extra-intra-terrestres » ne possédant pas tout à fait notre corps de chair, ne sont donc pas seulement les petits hommes verts du cinéma ou de la littérature, ce ne sont pas uniquement les visiteurs arrivant des confins d’une autre galaxie par une porte des étoiles...

 

Ce sont TOUTES ces présences avec lesquelles nous vivons en situation de Coprésence [Ed le Temps Présent, 2015].

 

Comment savons-nous qu’elles sont là ?

 

Nous prenons conscience de leurs présences par différents moyens : il y a le moyen sensoriel (apparition, sensation physique mobilisant un ou plusieurs sens) ou bien extrasensoriel (clair-audience, clair-ressenti, vision, rêves, contact télépathique, etc.).

Il y a également les moyens techniques (vidéo, audio, photo, radar, etc.) permettant d’en capter quelques traces évanescentes, et c’est ce que j’expérimente depuis des années, notamment par ce qu’on appelle la Transcommunication Instrumentale audio et vidéo (TCI).

 

On commence donc à comprendre que parler d’extraterrestres n’est pas aussi simple qu’il y paraît, parce que derrière ce mot banalisé se cachent une multiplicité de présences qu’il peut-être difficile de distinguer.

S’il est difficile de les distinguer, c’est parce que nous entrons possiblement dans un « univers de forme ».

 

Cette expression me fut donnée par un célèbre interprète animalier, Jean-Luc Janiszewski, avec qui je travaillais à l’occasion de la rédaction de mon ouvrage La Conscience Animale [Ed le Temps Présent, 2017].

Ce dernier m’explique (avec d’autres, car il n’est pas le seul à m’avoir rapporté ce témoignage) qu’il collabore avec des êtres n’appartenant pas à ce plan terrestre physique, l’aidant entre autres dans le cadre de sa profession animalière ; appelons-les guides ou de toute autre façon, ceci importe peu, mais notons au passage que l’aide des « Autres » n’est pas l’apanage des humains, puisque les animaux en bénéficient également. Jean-Luc Janiszewski m’explique que l’un de ses guides est capable d’apparaître devant lui sous une forme ou une autre, par exemple avec des ailes lorsqu’il est face à un croyant, sous une forme animale si besoin, etc.

 

Cet « être-Autre » est donc en mesure de prendre la forme la plus adaptée à la psychologie d’un être humain, tout simplement parce que la forme n’a plus d’importance dans son monde : c’est cela un univers de forme.

 

Concrètement, cela veut dire que certains « Autres » peuvent prendre la forme d’un humain, d’un animal, d’un humanoïde, d’un être galactique et pourquoi pas d’un vaisseau, du moins projeter de telles images dans la psyché ou la conscience collective, en fonction des situations.

 

Voici qui ne remet aucunement en question l’existence proprement dite de l’extraterrestre, bien au contraire, mais qui repositionne radicalement l’idée simple, voire simpliste, que nous nous en faisons !

 

Voilà également à quoi sert le regard surplombant de la sociologie : à faire des ponts entre des domaines que nous avons pris l’habitude de distinguer à juste titre, mais aussi à tort parfois.

 

Ainsi, par-delà les différences évidentes qui distinguent les ufologues, les divers expérimentateurs des domaines du paranormal ou encore les passionnés d’Anges ou Devas... tous ont en commun cette envie de rencontrer « l’Autre

extraterrestre », étranger à notre physicalité, et que l’on peut frôler à l’occasion de circonstances favorables ou d’expérimentations volontaires.

 

En chacune de ces disciplines se joue donc un même appel collectif vers le contact et un besoin d’extension de soi-même, mais à partir de scénarios et de méthodes différentes. Pour cette raison précise, je crois que le contact a déjà lieu depuis longtemps.

Ce qui est aujourd’hui en jeu, c’est la matérialisation et la preuve de ces contacts divers et variés.

 

Cette matérialisation est attendue, elle est appelée de nos vœux par notre monde se nourrissant de faits. Ces faits émergent grâce à une technologie de plus en plus subtile, permettant à l’occasion de capter la trace d’un « fantôme », « d’un vaisseau » ou de toute autre présence étrange.

 

Mais l’acceptation de tels faits et traces est aussi le fruit du développement de la conscience individuelle (et collective) via diverses formes d’extrasensorialités que chacun peut apprendre à développer, tel le Remote Viewing (vision à distance) que l’on peut acquérir par apprentissage.

 

Enfin, la trace émerge aussi à l’occasion de surprenantes découvertes, comme celle des momies tridactyles de Nazca au Pérou que la rumeur dit douteuse, tandis qu’une équipe de scientifiques chevronnés (médecins, anatomistes, radiologues, généticiens) rapporte régulièrement des faits allant dans le sens contraire de la rumeur.

 

Envisager le contact « humain-extraterrestre » consiste, d’une part, à cesser de croire que le petit bonhomme vert venu de Mars ou celui passé par la « stargate » est la meilleure représentation de l’ « Autre-extraterrestre ».

 

D’autre part, à faire ce que nous pouvons afin que les traces et faits récoltés soient validés par les sciences exactes, sociales et humaines. Car, en cas de validation, des résolutions institutionnelles devraient être prises.

 

Contact : quelques résolutions sociétales

 

Parmi ces résolutions sociétales et institutionnelles, il en est trois majeures auxquelles l’humanité sera confrontée :

l’une éducative, l’autre politique et la troisième éthique.

 

- Cessons de croire que l’humain n’est pas prêt pour le contact, disons plutôt qu’il est désinformé, ce qui n’est pas du tout la même chose, vous en conviendrez !

 

En réalité, ce sont les institutions qui sont à la traîne, car elles suivent le sillon historique tracé par le scientisme, le matérialisme, le rationalisme et l’économisme... Et parce qu’il est bon pour certains lobbies et intérêts privés que les comportements ne s’écartent pas de ce sillon sous contrôle.

 

Toutefois, le cumul des éléments prouvant que nous vivons en situation de Coprésense ne pourra être nié ad vitam aeternam.

 

Le monde est prêt, pourtant il reste officiellement un monde désinformé, maintenu dans l’ignorance et infantilisé, du moins tant que la présence de tous les « Autres » ne fait pas officiellement partie des programmes d’enseignement délivrés de la petite école à l’université.

 

- Le contact humain/extraterrestre engage aussi une réflexion politique introduisant l’exocitoyenneté qui n’est pas la négation de la citoyenneté, mais au contraire une extension de nos droits et devoirs à l’échelle d’autres plans et d’autres espaces.

 

En effet, si j’ai désormais pleinement conscience que je vis en interaction avec des « Autres », alors je suis invité à envisager un nouveau Contrat Social.

 

Ce nouveau Contrat Social mobilisera un autre regard sur la façon de me conduire à l’égard d’autres présences ou espèces peuplant la Terre et ses plans adjacents, fussent-ils non visibles par mes sens.

Par exemple, l’essai nucléaire néfaste pour les citoyens de la Terre, peut l’être également pour quelques « Autres » qui nous le font peut-être savoir par la récurrence de vaisseaux ou drones autour des centrales nucléaires.

 

- Ce qui vient d’être dit appelle des questions éthiques.

 

Cet exemple archiconnu de la coïncidence entre apparitions d’OVNI et nucléaire, montre qu’il pourrait bien y avoir une caisse de résonance entre les « Autres » et Nous.

 

Je dis bien résonance et non hiérarchie des formes de vie, et toute la transcendance consiste justement à comprendre cela.

 

L’univers de forme dont nous faisons partie au même titre d’ailleurs que le minéral, le végétal et l’animal est lié par résonance.

Aussi, attention a la façon dont nous traitons toutes ces

« Autres » parties de nous-mêmes, car il se pourrait qu’il y ait une caisse de résonance entre nos formes.

 

Comprendre cela n’est pas faire acte de religion, mais d’éthique et de conscience.

Oui, Êtres venus de l’espace, Êtres de la Nature, Devas, Anges & Co nous connectent à une sorte de transcendance, mais elle n’est pas religion, et ne le sera jamais.

 

 

 

VOLET JURIDIQUE / PERRINE BARTHOMEUF, juriste sépcialisée dans le droit spatial

 

Il est temps de réfléchir au cadre juridique d’un éventuel contact avec des entités ET.

 

1- Envisager les rapports juridiques entre humains et entités aliènes suppose, au préalable, de définir l’ordre juridique auquel sera rattaché ce rapport de droit.

 

Il convient de différencier selon que le contact ait lieu au sein du champ gravitationnel terrestre ou au sein d’un

Espace-Temps (E-T) différent.

 

L’espace-Temps terrien correspond à la zone de la plus grande Terre. La Greater Earth désigne une région sphérique de l'espace, centrée sur la Terre, où l'influence gravitationnelle de notre planète domine les mouvements de n'importe quel objet. Cette zone constitue physiquement le périmètre naturel de la Terre et juridiquement un espace sous domination terrienne.

 

Elle est le siège d’un ordre juridique terrien.

 

Le droit terrien a vocation à s’appliquer au sein de la Greater Earth, il s’inscrit dans une temporalité limitée à celle d’un être humain et à la dimension présente et s’applique à l’égard des hommes et éventuellement d’entités aliènes incarnées au sein de ce même espace-temps.

 

Au-delà de cette zone, libéré du champ gravitationnel terrestre, l’humain s’incarne au sein d’un espace-temps de densité temporelle supérieure.

 

Les hommes vivent une augmentation de conscience, font l’expérience de l’unité au point de s’incarner en une nouvelle personne : l’Humanité.

 

Ce changement de dimension spatio-temporelle implique un changement de dimension normative : l’ordre juridique terrien cède la place à un ordre juridique cosmique.

 

2-  L’hypothèse d’un contact avec l’Autre doit s’envisager dans une valorisation des identités respectives. Nul ne saurait devenir le martyr ou le bourreau de l’autre.

 

CONTACT HOMME-ENTITE ALIEN AU SEIN DE LA PLUS GRANDE TERRE

 

La communauté des ufologues a toujours été favorable à l’adoption et à la mise en œuvre d’un protocole à suivre en cas de contact avec des ET.

 

L’objectif consiste à traiter efficacement un signal ou un contact au niveau international tout en évitant de générer un climat de stress et de panique au sein des populations.

 

Passée la phase de détection, il convient de réfléchir, de manière prospective, aux normes transnationales susceptibles d’encadrer le rapport de droit entre un humain et une entité intelligente aliène, de sorte que chaque individu et/ou chaque collectivité humaine (Etats, etc.) connaissent ses droits et devoirs face à une ETI(B).

 

Ce protocole poursuit un triple objectif :

- vérifier la provenance extraterrestre du signal,

- éviter tout phénomène de panique au sein des populations et, - traiter l’information à l’échelle internationale en prenant soin que les réponses soient apportées au nom de l’humanité tout entière et dans l’intérêt de l’humanité tout entière.

 

Toutefois, on peut s’interroger sur la pertinence de telles procédures post-détection au regard de deux arguments souvent avancés :

- d’une part, les entités aliènes semblent privilégier les contacts intimistes d’individus à individus, et d’autre part, les contacts dits « collectifs » demeurent, aux dires de certains ufologues, captifs de la compétence ou plutôt de « l’omerta » des Etats.

 

La rencontre avec l’autre provoquera un choc identitaire permettant à l’Humanité de mieux se comprendre, de connaître sa nature profonde.

 

Afin de se préparer au contact, l’humanité doit s’interroger sur les droits fondamentaux des hommes opposables aux ETI (extraterrestrial Intelligence).

 

LE CADRE JURIDIQUE REGISSANT LES RAPPORTS ENTRE LES HOMMES ET LES ENTITES ALIENES INTELLIGENTES

 

Le droit terrien a vocation à régir des faits de conduite homme-aliène qui se situent au sein de l’espace-temps terrien. Il convient de définir le domaine de validité du droit terrien inter-aliène (1), avant d’en envisager le contenu (2).

 

1- Domaine de validité du droit terrien interaliène

 

Envisager un rapport de droit entre des hommes et des entités aliènes implique, comme préalable, que les consciences s’incarnent au sein d’un même espace-temps.

 

L’accord interaliène supposent que les entités aliènes soient situées au sein de la Greater Earth. Ceci pour deux raisons essentielles : la première tenant au fait qu’un rapport intersubjectif peut intervenir seulement si les parties partagent le même espace et le même temps et la seconde consistant dans la situation d’égalité des parties ; de rapport entre semblables.

 

Ceci signifie que l’Autre prend sens uniquement s’il est reconnaissable comme une conscience perceptive semblable.

 

Ainsi, « en considérant l’autre de façon conséquente comme un être raisonnable et libre, je reconnais sa sphère de liberté et, en retour, autolimite la mienne. De la réciprocité de traitement et d’influence se déduit une relation de nature juridique ».

 

Il en résulte que le domaine de validité du droit terrien interaliène est le suivant :

 

Domaine de validité territorial :

l’espace pour lequel valent les normes de cet ordre juridique. Le droit interaliène terrien n’est valable qu’au sein de la zone de la plus Grande Terre, limité par le champ gravitationnel terrestre. Domaine de validité temporel : la période pendant laquelle la norme est applicable en tant que telle.

 

Le domaine de validité personnel : c’est-à-dire les individus à l’égard desquels la norme est valable.

 

Il convient d’envisager quelles pourraient être les grandes lignes du droit terrien inter-aliène.

 

2- Jalons pour un droit terrien inter-aliène au sein de la Greater Earth

 

Les droits de l’homme constituent le socle de notre modernité politique et anthropologique dans la mesure où ils participent de notre idée de l’être humain. Aussi, envisagés dans le cadre d’une relation homme-ETI, les droits de l’homme doivent être opposables aux entités aliènes.

 

Les droits fondamentaux humains opposables aux aliènes pourraient comprendre les droits de l’homme et certains droit assurant la protection de notre environnement terrien  étendu à la Greater Earth.

 

Le droit terrien inter-aliène pourrait contenir les principes suivants (dont la liste n’est  pas exhaustive) divisé en deux parties respectivement relatives aux droits individuels et aux droits collectifs :

 

 

A - Les droits individuels :

 

- Le principe du droit à la vie

- Le principe de la liberté

- Le principe du droit à la reconnaissance de la personnalité juridique (aliène ou humain) et au respect de celle-ci

- Le principe du respect de la vie privée.

- Le principe de la liberté de pensée et de conscience.

-  Le droit à l’évolution et le droit au refus de l’évolution 

- Le droit au respect du corps humain et le principe de l’inviolabilité du corps humain

 

B - Les droits collectifs:  

 

- Le principe de la souveraineté. Le Peuple terrien est souverain et indépendant.

- La Greater-Earth constitue le territoire, siège de la souveraineté du peuple terrien.

- Le principe de navigation pacifique au sein de la Greater Earth.

- Le principe de la primauté de la Loi Terrienne au sein de la Greater Earth

- Le principe de respect de l’identité et de l’intégrité de chaque espèce consciente

- Le principe de non-contamination de l’environnement terrien.

 

Les ETI peuvent disposer de leur propre système juridique. Le rapport de droit présente donc un élément d’extranéité susceptible de mettre en concurrence loi terrienne et loi aliène. 

Dès lors, certaines hypothèses donneront lieu à des conflits de loi.

 

Le droit naturel de l’humanité :

 

L’Humanité, en tant que personne dispose donc de droits naturels et imprescriptibles parmi lesquels figurent naturellement la vie, la liberté et le patrimoine.

 

Le droit naturel de l’Humanité à la vie est composé tant du droit à la conservation que du droit à l’unité du genre humain.

 

Le droit de l’Humanité à la liberté (incluant la liberté de pensée et de conscience, etc…). La liberté apparaît fondamentalement indissociable de la responsabilité : l’Humanité sera tenue de répondre de ses actes devant les entités aliènes.

 

Le droit au patrimoine

 

Les droits naturels de l’Humanité sont, par essence, opposables à l’ensemble des ETI partageant le même espace-temps cosmique. De même, les ETI pourront faire valoir leurs droits naturels propres. De ces concessions réciproques découlera un droit cosmique positif garantissant l’harmonie des relations entre toutes les formes de consciences peuplant le cosmos.

 

VOLET PSYCHOLOGIQUE / NICOLAS Dumont, psychologue clinicien, psychothérapeute transpersonnel.

 

Contact humain-extraterrestre. Point de vue d'un psychologue clinicien

 

Pour débuter, je souhaite poser quelques points qui fondent ma posture réflexive et clinique :

 

Les ovnis sont réels, tangibles et de nombreux humains ont fait l'expérience non seulement d'observations mais aussi de contacts rapprochés.

En plus des contacts rapprochés, il me paraît utile d'associer une autre variable qui est le niveau d'intrication psychique du sujet avec le phénomène.

Je crois que le terme bien senti d'intrication psychique a été proposée par P. Solal.

Comme l'intrication quantique, l'intrication psychique parle d'un lien psychique entre l'expérienceur et le phénomène : l'expérienceur n'est pas juste un témoin, il se sent en relation avec son observation.

 

Parfois cette intrication semble faible, parfois elle semble forte, même dans une RR1, ou même d'ailleurs en dehors de toute observation d'ovni.

 

Ainsi, un abducté peut parfois témoigner qu'« ils sont là » dans des moments quotidiens, sans présence ovni, ou sentir fortement qu'un ovni est là sans pouvoir le voir.

 

Des êtres conscients, en lien avec les ovnis, sont déjà en relation avec des humains (enlèvements, contact conscience-conscience, enseignements, etc.).

 

Ainsi le contact n'est pas à venir, mais déjà-là[1].

 

Les expérienceurs et les manifestations ovnis convoquent une approche pluridisciplinaire (transversale et longitudinale) pour intégrer à plusieurs niveaux l'impact et les implications de ces contacts.

 

Personne, dans son coin, ne peut conclure sur un sujet si complexe et multifacettes.

 

Pour ma part, je les approche via l'angle de la psychologie clinique, dans un paradigme transpersonnel qui intègre les abductions (et autres expériences ufologiques) au large spectre dit des expériences extraordinaires.

 

L'inclusion au champ d'investigation ufologique de techniques comme le remote viewing, les explorations via les états modifiés de conscience (R. Strassman, chamanisme, sorties hors du corps, hypnose « spirituelle » (travaux de D. Canon), etc.) ouvre la discipline à un niveau de réflexion transpersonnel.

 

Ces moyens nouveaux semblent les prémisses d'une réalisation : nous pouvons être acteurs dans le contact !

 

Nous pouvons sortir d'une posture passive, attendant que les extra-terrestres atterrissent ou même apparaissent (c'est à dire se présentent sur le plan de la matière) alors que c'est peut-être eux qui attendent que nous nous éveillons à leur présence !

 

Tout pourrait en effet se passer comme si nous étions un sujet dément Alzheimer en maison de retraite.

 

Celui-ci peut être entouré de soignants ou de sa famille sans les voir ou en interprétant leur présence dans le contexte de son expérience : s'il a 4 ans, chaque personne autour de lui deviendra quelqu'un de son univers de l'époque (la maîtresse d'école, un tonton, etc.).

Profondément absorbé dans sa réalité interne d'enfant, il génère l'expérience qu'il vit, de manière quasi stable. A certains moments, le rêve se déchire. Soit par une remontée spontanée du sujet, soit par l'intervention des soignants qui le réveillent : le sujet dément revient alors en surface de sa conscience, et se réoriente sur le même plan que les soignants dans un « ici et maintenant partagé ».

C'est à ce moment seulement (et non dans son hallucination) qu'il se montrera confus, désorienté et anxieux, voire même être terrifié par la présence des soignants :

« où suis-je ?

Qui êtes-vous ?! » 

 

Parfois, cette terreur insupportable du « réel » le refera tomber en lui, les soignants devenant des figures monstrueuses, surface de projection de ses peurs inconscientes.

 

Nous pouvons tout à fait, donc, transposer cette scène à notre situation collective : cela nous parle de notre niveau d'éveil à ce qu'est le réel, à notre capacité à entrer en relation avec des consciences sans les halluciner (en les voyant comme des monstres[2] ou en les gommant de notre réalité).

 

L'allégorie de la caverne de Platon n'a pas pris une ride et décrit toujours avec autant de clarté le chemin d'éveil de conscience qui nous attend.

 

Aujourd'hui simplement, les ombres sur les murs ont été remplacés par des écrans tactiles ou des films en 3D : plus immersifs !

 

Mais combien d'entre nous se mettent sur le chemin de l'éveil de la conscience ?

 

De plus en plus, certes, mais il y a urgence.

 

Et ces êtres semblent nous alerter, concentrés à leur tâche, sur le niveau de danger que nous représentons vis à vis de toute vie, nous-même inclus.

 

En face, nous continuons à nous comporter comme un adolescent inconscient et suicidaire... le tableau est navrant.

 

Où sont passés les phares pour les bateaux égarés que représentent les grands hommes de notre histoire, les idéaux qui ont amenés les nations à écrire ensemble les

Droits de l'Homme ?

 

Pouvons-nous réellement nous sentir fiers aujourd'hui d'être humain alors que nous nous comportons collectivement comme une galle sur la peau de la Terre ?

 

Il est grand temps de nous souvenir de qui nous sommes, de la grandeur et de la beauté qui nous fonde. Il est grand temps d'advenir enfin à notre humanité, pour qu'une rencontre avec des entités extraterrestres soit autre chose que la terreur ou la divinisation projective d'une identité mal intégrée. 

 

En attendant, la planète se meurt... ses gardiens sont devenus son prédateur.

 

Ces points étant posés, je vais maintenant m'atteler à préciser certains aspects que je peux observer concernant les actuels contacts humain-extraterrestre :

 

L'entrée dans le contact

 

On peut retrouver 3 grandes formes concernant l'entrée dans un contact des expérienceurs :

 

Le choix des intelligences exogènes : J'aurais pu mettre comme intitulé « le hasard », car cela peut commencer par le croisement inattendu entre un ovni et un humain sur sa route.

La rencontre peut paraître alors inopinée.

Cependant, si l'étude du phénomène ovni nous montre quelque chose, c'est qu'il maîtrise parfaitement les coordonnées de ses interventions.

Peut-être pas toutes, les accidents semblent exister même pour eux, mais la plupart. Aussi, on peut penser qu'ils choisissent avec qui ils entrent en contact.

 

L'hérédité : étonnant mais classique.

 

L'une des premières questions  à poser aux expérienceurs est celui de leur hérédité : sont-ils les premiers à vivre cela ou y-a-t-il déjà des antécédents dans la fratrie, chez les parents (et oncles, tantes) ou les grands parents, en lien direct avec le phénomène ovni ou plus largement en lien avec l'invisible au sens large ?

 

Le chemin initiatique :

Que ce soit via des sorties hors du corps (ex : Marc Auburn), un éveil de kundalini, des expériences chamaniques (R. Leterrier), des rêves lucides, des hypnoses régressives (D. Canon), une injection de DMT en laboratoire (R. Strassman), ou le ressenti lors du contact ufologique, etc. les états modifiés de conscience sont une constante dans l'expérience ufologique et semblent être une voie permettant d'entrer en relation avec ces consciences exogènes.

 

L'expérienceur différencie ontologiquement très bien ces rencontres « extraterrestres » d'autres formes d'expériences psychospirituelles : il témoigne bien d'une rencontre avec une conscience exogène extérieure à lui, même si la rencontre se situe parfois sur un autre niveau de conscience.

 

Notons que ces 3 chemins de rencontre se retrouvent dans les 3 chemins traditionnels d'initiation du chaman : on devient chaman - par hérédité,

- par le choix des esprits,

- par un parcours initiatique.

 

J'observe ce parallèle sans toutefois pour le moment conclure quoi que ce soit.

 

 - Le processus de contact - 

 

Je vais maintenant décrire brièvement les étapes que peut traverser un expérienceur de contact ufologique.

Le processus décrit ici est tout théorique et on retrouve en réalité, comme dans la vie, une pluralité de chemins :

 

Le psychotraumatisme :

 

Il s'agit surtout des expériences d'abduction.

 

L'expérienceur est totalement impuissant, enlevé de son quotidien, subit des interventions très intimes sur son corps.

Tout cela peut être vécu très violemment, laissant la personne traumatisée par une expérience qui, de plus, est difficilement partageable : vers qui en effet se tourner sans être taxé de fou ?

 

Ce non partageable devient une couche supplémentaire au dessus du traumatisme. Tant que le traumatisme n'est pas dissout et l'expérience intégrée, le sujet reste figé dans son chemin évolutif.

 

Le choc ontologique :

 

En parallèle du traumatisme, les premiers contacts peuvent générer ce que John Mack a appelé un choc ontologique.

 

C'est le trop de réel qu'une altérité radicale produit sur une psychée par sa nature même, si étrangère à tout ce que le sujet connait.

Ainsi, même face au gentil E.T. du film de Spielberg, le jeune Eliott vit un effroi et fuit l'entité inconnue lors du premier contact. C'est le fait d'ailleurs de pouvoir devenir acteur du contact (en posant des smarties sur le sol) qui lui permet de sortir de la peur.

 

Le bouleversement paradigmatique :

 

passé le choc sensoriel et émotionnel d'un trop de réalité, c'est maintenant l'appareil cognitif du sujet qui est bouleversé car la vision du monde d'hier est plus ou moins déstabilisée :

un « avant j'y croyais et maintenant je sais » n'est pas le même processus que : « je ne croyais pas à tout ça et maintenant, je dois bien le reconnaître... ».

 

Le psychologue Mathijsen (2009) décrit un processus en 4 étapes qu'il nomme le « complexe du Bernard Lhermitte ».

 

Comme le crustacé quitte sa coquille devenue trop petite, l'expérienceur doit quitter une ancienne vision du monde pour accueillir la nouvelle expérience au sein d'un paradigme plus large et adapté.

 

Je décris ici très rapidement ces 4 étapes :

 

- La perturbation cognitive (L'expérience entre en conflit avec la conception de la réalité, entraînant une tension cognitive) ;

 

- La lutte pour conserver le contrôle cognitif (vise à conserver sa vision du monde en niant l'expérience, en tentant de la réduire, la rationaliser, en faire une hallucination, etc.) ;

 

- La rupture cognitive (survient quand malgré la lutte, aucune explication conventionnelle ne tient. Peut-être un accompagné d'un effondrement dépressif) ;

 

- L'élargissement paradigmatique (intégration d'une vision du monde plus vaste et intégrant l'expérience).

 

L'élargissement paradigmatique prend le plus souvent pour l'expérienceur la forme d'une enquête et d'un chemin réflexif.

 

On retrouve chez les expérienceurs comme chez les chercheurs différentes conclusions et lectures du phénomène, celles-ci évoluant avec le temps ou s'arrêtant un temps ou définitivement sur une perspective.

 

Le Processus initiatique :

 

quand le sujet commence à regarder ses expériences non plus seulement comme une victime, ni comme un observateur extérieur mais en l'articulant à qui il est, à son propre processus d'évolution psychologique et spirituel, accompagné par un psychothérapeute transpersonnel, alors les expériences commencent à dévoiler leur potentiel évolutif.

 

L'expérienceur peut alors commencer à redevenir actif dans le processus.

Ce faisant, l'expérience elle-même peut se déployer et le contact avec les entités semble se transformer lui aussi, s'enrichir.

 

Comme la bande de Moebius, le lien entre le monde du dedans et celui du dehors montre ses zones de torsion et d'intrication : quand le dehors se manifeste dans un codex propre au monde du dedans du sujet (le prototype simple de cela étant la synchronicité), alors une approche clinique transpersonnelle trouve toute sa pertinence.

Avec elle,  l'expérienceur peut être accompagné, non seulement dans sa quête de vérité (on ne saura d'ailleurs trop sur ce point rappeler qu'il ne faut pas prendre au pied de la lettre les récits des expérienceurs tout comme les informations émergeant en hypnose « régressive »[3]), mais surtout dans celle d'incarner la vérité de qui il est, celle-là qui lui permettra de révéler le potentiel évolutif du contact.

 

Pour conclure ce court article, je pourrais synthétiser mon propos en deux points qui me semblent essentiels :

 

Le premier est que le contact ufologique nous convoque à grandir et advenir à notre identité d'humain.

 

La question la plus cruciale me semble : nous donnerons-nous le temps d'y arriver ?

 

En l'état, un contact collectif nous déstabiliserait sans doute du fait que, même si la population est plus prête à accepter l'idée d'extraterrestres, elle n'est pas encore prête à entrer dans une relation qui bousculerait tout le paradigme en place : et si le contact nous révélait que nous étions des personnages de BD se déplaçant de case en case et eux vivant dans l'espace des lecteurs ?

Quel choc collectif !

Il est clair que c'est à nous de faire le chemin...

 

Le second point est que, ayant compris que la dimension de la conscience est fondamentale, nous pouvons être actifs dans le contact avec ces intelligences exogènes.

 

Le plan de route est clair :

s'éveiller en tant qu'humain, bien ancré dans son identité de Terrien, situé dans un tout cosmique, présent sur plusieurs plans de réalités, toutes peuplées de consciences.

 

Y parviendrons-nous ?

 

0 commentaires

mar.

14

nov.

2017

Les éclairs intelligents, preuve de présence d'OVNIS sur Terre ? - 14 novembre 2017

 

De mystérieux éclairs intelligents sembleraient prouver l'existence de la Magnétoaérodynamique, un sujet classé Top Secret par le gouvernement américain...

0 commentaires

lun.

13

nov.

2017

« NON RECONNU – EXPOSÉ DU SECRET LE MIEUX GARDÉ AU MONDE – LA PRÉSENCE EXTRATERRESTRE » DE STEVEN M. GREER - 13 novembre 2017

 

« Non reconnu – Exposé du secret le mieux gardé au monde – La présence extraterrestre » de Steven M. Greer

 

Editeur : Editions Ariane

 

(320 pages)

 

Depuis 70 ans, on nous ment éhontément.

 

Ce qui a commencé comme un programme clandestin d’opérations spéciales, destiné à empêcher les Soviétiques d’accéder à des technologies extraterrestres obtenues par rétro-ingénierie durant la guerre froide, est devenu au fil du temps une entreprise criminelle transnationale étroitement cloisonnée dont l’existence même a été illégalement et sciemment dissimulée aux présidents des États-Unis, aux membres du Congrès et aux dirigeants mondiaux.

 

Steven M. Greer, grand spécialiste en matière d’ovnis et d’extraterrestres, a fourni à maintes reprises des documents d’information à des présidents en exercice, à des membres du Congrès, à des directeurs de la CIA et de la DIA, à des dirigeants mondiaux et à des membres du Comité des chefs d’état-major interarmées.

 

Aujourd’hui, le docteur Greer ainsi que des centaines de militaires, de scientifiques et de civils, qui ont pu avoir accès à des projets d’accès spécial non reconnus (USAP), ont décidé de défier la loi du silence en faisant d’étonnantes révélations sur le plus grand camouflage de l’histoire, et ce, dans le but d’empêcher le déclenchement imminent d’une opération « sous fausse bannière » de très grande envergure par rapport à laquelle les attentats du 11 septembre 2001 feraient figure de simple incident de parcours.

 

Résolus à faire toute la lumière au sujet de la présence extraterrestre et de son camouflage par les autorités, Steven Greer et ses témoins fournissent de surprenants détails sur ce chapitre non reconnu de notre histoire ainsi que sur les systèmes énergétiques et antigravitationnels, les bases lunaires, et les technologies qui nous ont été si longtemps et si délibérément dissimulées (et qui, par ailleurs, n’ont toujours pas été brevetées). Pourtant, ces technologies pourraient radicalement transformer notre monde à condition de favoriser leur introduction sur le marché libre.

 

L’auteur : 

 

Steven M. Greer, M.D., est le fondateur du Projet Disclosure, du Centre pour l’étude de l’intelligence extraterrestre (CSETI), du Projet Orion ainsi que le maître d’œuvre d’un programme de recherches technologiques de pointe dont les principaux résultats sont disponibles sur le site www.SiriusDisclosure.com. Il a également présidé, en mai 2001, une conférence de presse avant-gardiste organisée dans le cadre du Projet Disclosure ; cet événement d’envergure internationale a été visionné par presque un milliard de personnes. Après avoir œuvré comme médecin urgentiste et directeur du service de médecine d’urgence de l’hôpital Caldwell Memorial de Caroline du Nord, le Dr Greer s’est consacré à la divulgation de sources énergétiques réellement alternatives.

Auteur de nombreux ouvrages portant sur la thématique des ovnis et des extraterrestres, il enseigne à des groupes disséminés aux quatre coins de la planète comment établir des contacts pacifiques avec les civilisations extraterrestres.

 

La vie et les travaux du Dr Greer ont fait l’objet d’un documentaire, intitulé Sirius, qui a été présenté en première le 22 avril 2013. Par ailleurs, son nouveau long-métrage documentaire, intitulé Unacknowledged, a été lancé en mai 2017.

 

Pour plus d’informations : www.SiriusDisclosure.com

0 commentaires

lun.

13

nov.

2017

Est-ce l'original de l'incident de la bataille de Los Angeles? - 13 novembre 2017

La bataille de Los Angeles (appelée en anglais « The Battle of Los Angeles » ou encore « The Great Los Angeles Air Raid ») est le nom donné à un événement survenu dans la nuit du 24 au 25 février 1942, au-dessus de Los Angeles, en Californie, aux États-Unis.

 

La DCA ouvre le feu pendant plusieurs heures, en réponse au repérage de plusieurs objets volants non identifiés dans le ciel de Los Angeles.

 

Au départ, les autorités pensent qu'il s'agit d'une attaque de l'aviation japonaise comme à Pearl Harbor quelques mois plus tôt. Le Secrétaire à la Marine des États-Unis Frank Knox déclare cependant par la suite en conférence de presse qu'il s'agissait d'une « fausse alerte ».

 

Les Japonais déclarent à la fin de la guerre qu'ils n'ont jamais envoyé de force aérienne au-dessus de Los Angeles.

 

Le mystère entourant les événements suscite de nombreuses rumeurs.

 

Certains auteurs interprètent bien plus tard ces événements comme la manifestation d'ovnis extra-terrestres.

 

 

0 commentaires

lun.

13

nov.

2017

La Chine veut entrer en contact avec les extraterrestres - 13 novembre 2017

 

La Chine est persuadée qu'elle sera la première nation au monde à entrer en contact avec une civilisation extraterrestre grâce à la plus grande antenne radio du monde capable de détecter les signaux provenant des parties les plus profondes de l'espace.

 

L'année dernière, la Chine s'est imposée en tant que puissance dans le domaine de l'exploration spatiale en lançant son laboratoire spatial Tiangong 2 en orbite basse autour de la Terre. Elle est ainsi devenue la troisième nation seulement, après les États-Unis et la Russie, à envoyer les gens dans l'espace.

 

Maintenant, la nouvelle superpuissance spatiale s'est enhardie et a promis qu'elle serait la première à entrer en contact avec la vie extraterrestre après avoir dépensé des milliards de dollars dans l'exploration spatiale et dans la plus grande antenne radio du monde destinée à détecter des signaux provenant de d'autres galaxies.

 

Parlant de la mission de Tiangong 2, le président du pays, Xi Jinping, a déclaré que ce projet pharaonique « permettrait à la Chine de prendre des mesures plus importantes et plus poussées dans l'exploration spatiale et de contribuer à la construction de la Chine en tant que puissance spatiale ».

 

Le « Radiotélescope sphérique de cinq cents mètres d'ouverture » (abrégé en « FAST », en anglais) est presque deux fois plus large que l'observatoire américain d'Arecibo à Porto Rico, ce qui en fait le plus grand du monde.

 

Liu Cixin, l'un des meilleurs chercheurs chinois sur la vie extraterrestre, a décrit cette parabole comme « quelque chose qui semble tout droit sortir d'un film de science-fiction ».

 

Mais M. Liu, qui a beaucoup écrit sur les risques d'un premier contact, a avertit que « l'apparition de cet Autre » pourrait être imminente mais pourrait entraîner notre extinction.

 

Dans un de ses livres, il a expliqué :

 

« Peut-être que dans dix mille ans, le ciel étoilé que l'humanité regardera restera vide et silencieux. »

 

« Mais peut-être que demain nous nous réveillerons et trouverons un vaisseau spatial extraterrestre de la taille de la Lune stationné en orbite. »

 

D'autres experts de premier plan dans le domaine de la vie extraterrestre, dont l'astrophysicien Andrew Siemion, directeur du centre de recherche Search for extraterrestrial intelligence (SETI) à l'Université Berkley, ont également été impressionnés par le projet FAST.

 

Les transmissions radio sont interdites près de la parabole dans le but d'empêcher les sources humaines d'interférer avec les signaux provenant de sources extraterrestres.

 

Le dernier plan quinquennal de la Chine promet d'augmenter ses dépenses en recherche et développement à 1,2 billion de dollars, soit au moins 2,5% de son produit intérieur brut. Son principal objectif est l'exploration approfondie de l'espace.

 

Le plan a été adopté en mars 2016 et se poursuivra jusqu'en 2020 et ce dernier observatoire radiophonique ne sera pas le dernier de la Chine car le pays prévoit d'en mettre un sur le côté obscur de la lune.

 

Ces derniers développements font suite à une enquête menée sur de mystérieux morceaux de métaux « OVNI » tombés du ciel sur le sol près de plusieurs villages du centre de la Chine.

 

Les pièces ont créé de grands cratères brûlants qui ont dérouté les scientifiques.

 

Un villageois appelé M. Zhang a déclaré aux médias locaux qu'il avait entendu un « bruit profond » venant du ciel vers 13 heures ce jour-là.

 

Il a dit avoir vu quelque chose qui tombait rapidement en direction de la montagne.

 

Le villageois a ajouté :

 

« Il a fait un puissant bruit quand il a heurté le sol, puis il a commencé à brûler et l'herbe sèche à proximité a rapidement pris feu. »

 

Un commentateur a déclaré : « L'anneau ressemblait à la porte d'une cabine d'un OVNI. »

 

Par le passé, d'étranges OVNI ainsi que de mystérieuses villes flottantes ont été rapportés aux quatre coins de la Chine.

 

China's Aperture Spherical Telescope (FAST) is almost twice as wide as the US' Arecibo Observatory

0 commentaires

ven.

10

nov.

2017

“Nous avons trouvé des corps d’extraterrestres, mais pas à Roswell” déclare Tom Delonge - 10 novembre 2017

 

Dans cette vidéo :  Révélations de Tom Delonge sur Roswell et fuite de la vidéo de l'OVNI de l'USS Nimitz filmé par la marine américaine !

0 commentaires

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"Deux choses sont infinies : L'Univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue !" Albert Einstein.

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"