ven.

05

mai

2017

L'Hybridation génétique à l'aube des Ages 'L'homme est un OGM" ! Par Bleuette Diot -

 

Historienne, conférencière, chercheuse et auteure indépendante, Bleuette Diot est avant tout une passionnée.

 

Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, notamment un essai sur les origines des civilisations, intitulé Histoires secrètes des civilisations – La genèse de l’humanité ; ouvrage dans lequel elle s’interroge sur les secrets de nos origines.

 

Trouvailles archéologiques récentes et textes anciens à l’appui, la chercheuse mène une enquête pluridisciplinaire.

 

 

 Férue de génétique, Bleuette Diot confronte ses travaux avec ceux de Pietro Buffa, docteur en biologie moléculaire, pour pouvoir étayer ses thèses anticonformistes sur la modification du génome humain à l’aube des âges.

 

L’historienne nous entraîne ainsi loin des sentiers battus, à la découverte des origines cachées de l’humanité. Du temple de Göbekli Tepe, à la tour de Jéricho, elle traque tous les indices abandonnés par les populations du Croissant fertile afin de reconstituer la trame mystérieuse d’un passé totalement oublié.

 

En recoupant ces précieux éléments d'information, Bleuette Diot tente de déchiffrer la lecture des premiers symboles archaïques. Après dix ans de recherche, elle lève une partie du voile sur ce troublant message, vieux de 12.000 ans.

 

 

Originaire de Bretagne, Bleuette Diot est celte dans l'âme. Depuis près de seize ans, elle vit dans le Midi. Et même si elle a gardé au cœur la nostalgie de sa Bretagne natale, elle n'en adore pas moins le sud de la France.

 

Historienne, chercheuse, conférencière, auteure et essayiste passionnée, Bleuette Diot est une spécialiste des mythes du Proche-Orient ancien. Outre ses travaux d’investigations sur le terrain, son travail consiste à disséquer et à collationner les textes anciens, issus des mythes et des légendes du monde. Depuis le début de l’année 2015, Bleuette Diot s’est associé au compositeur et réalisateur Jean-Raymond Binet pour fonder l’association H.O.R.U.S dans le but de produire plusieurs documentaires adaptés des essais de l’historienne-chercheuse.

 

L'historienne est régulièrement invitée à participer à des conférences ou a s'exprimer au micro de radios ou de web TV telles que "BTLV" ou "Nuréa TV". Les magazines "Top Secret" et "Science et Inexpliqué" publient régulièrement des articles sur ses travaux de recherches.

 

Bleuette Diot est l'auteure de la trilogie médiévale "Sumerian Codex" et de l'essai "Histoires secrètes des civilisations" - Imagineus éditions.

 

Source : .amazon.fr/Bleuette-Diot/

0 commentaires

lun.

27

févr.

2017

Une femme prétend être une hybride humain-extraterrestre - 27 Février 2017

 

Une femme prétend être une « hybride humain-extraterrestre » après que sa mère ait été enlevée par des aliens au cours de sa grossesse. 

 

Lisa est une jeune femme blonde aux yeux verts. Elle mesure 6 pieds 3 pouces de hauteur (soit 1,91 mètre). Elle prétend qu'elle a été « implantée» à l'intérieur du ventre de sa mère après que cette dernière ait fait la rencontre avec deux créatures d'un autre monde.

 

Des extraterrestres auraient pris sa mère alors qu'elle était censément enceinte de seulement un fils. Ces aliens lui auraient donné un autre enfant qui est ainsi devenu un « jumeau surprise ».

 

Son histoire a été révélée par le chercheur en ufologie Luigi Vendittelli qui vit à Montréal, au Canada, sur la chaîne YouTube « Earth Mystery News ».

 

Lisa, qui n'a pas donné son nom de famille, est convaincue qu'elle est un hybride mi-humain mi-extraterrestre suite à l'enlèvement de sa mère.

 

Elle affirme avoir vécu plusieurs rencontres avec des OVNI et dit qu'elle possède des capacités psychiques hors normes.

 

« J'ai une explication derrière ce que je suis ici et ce n'est pas tout à fait la même que pour d'autres individus. »

 

« Cependant, je pense qu'il y a beaucoup d'individus dans cette situation. »

 

Plus tôt cette année, une autre femme prétendant avoir été enlevée par des aliens a décidé de raconter son expérience. Elle prétend que des extraterrestres « ont pris ses ovules » pour créer des hybrides.

 

Le chercheur OVNI a posté une vidéo avec lui-même et Lisa pour raconter son incroyable histoire. Elle explique qu'il y a de plus en plus d'hybrides sur Terre.

M. Vendittelli a déclaré :

 

« Ce qui est incroyable, c'est que sa mère a eu cette expérience un mois avant d'accoucher, et il n'y avait aucune preuve qu'il y avait un autre bébé quand sa mère était enceinte. »

 

Il a ajouté que quand elle a donné naissance, les médecins avaient quitté la chambre après la naissance du garçon, mais ont été rappelés par des infirmières qui ont dit « qu'il y avait un autre bébé à l'intérieur ».

 

Les théoriciens de la conspiration ont déjà prétendu que des « millions » d'hybrides extraterrestres-humains vivaient parmi nous, disant que « n'importe qui » pouvait en être un.

 

M. Vendittelli poursuit :

 

« Sa mère était enceinte de huit mois quand elle a décidé de monter à l'étage pour faire une pause. »

 

 

 

 « Au moment où elle s'est couchée sur le lit, elle s'est immédiatement retrouvée paralyser. C'est là qu'elle a commencé à voir cet objet gris métallique. »

 

« Elle a soudainement senti la présence de quelqu'un près d'elle et a vu ces deux minuscules petits êtres avec de grandes têtes et de grands yeux noirs debout près de son lit. »

 

« Elle les a entendu dans sa tête. Ils disaient : 'elle n'est pas encore prête' et l'autre répondait 'si elle est' ».

 

mer.

21

sept.

2016

Ils tenteraient de créer des hybrides humains-aliens - 21 septembre 2016

Un expert en OVNI est persuadé que des civilisations extraterrestres récolteraient les organes des bovins afin de créer des êtres hybrides mi humains, mi aliens.

Des enquêteurs américains sont perplexes après avoir trouvé des milliers de vaches couchées sur le côté gauche avec des incisions chirurgicales sur le corps. A chaque fois, il leur manquait des organes vitaux et elles étaient vidées de tout leur sang.

Elles semblaient avoir été déplacées de la ferme où elles se trouvaient et, plus tard, jetées là où elles avaient été initialement enlevées.

 

Chuck Zukowski, un ingénieur et ufologue âgé de 58 ans, étudie les OVNI depuis environ 30 ans. Il est persuadé que les mutilations que subissent les bétails seraient d’origine alien.

 

Il a enquêté sur plus de 1000 incidents paranormaux.

 

Il explique :

 

« Depuis 1967, il y a eu plus de 10.000 cas à travers les États-Unis, et, malgré cela, personne n’a encore été attrapée ou envoyée en prison. »

 

« Il n’y a aucune trace autour de ces animaux et ils semblent avoir été lâchés d’une grande hauteur. »

 

« Il n’y a aucune preuve qu’il s’agit d’une attaque menée par un prédateur ou des humains. »

 

« La probabilité d’extraterrestres est plus que probable. Voilà ce que j’en dis. »

 

 

L’OBSERVATION LA PLUS RÉCENTE A EU LIEU LE 30 AOÛT 2016 DANS LE NEVADA, OÙ DEUX VACHES ONT ÉTÉ RETROUVÉES MUTILÉES, ET COUCHÉES SUR LE CÔTÉ GAUCHE. LES TÉMOINS ONT DIT AVOIR VU DES BOULES DE LUMIÈRE DANS LE CIEL À L’ÉPOQUE. UN PEU PLUS TARD, ILS ONT VU QUATRE HÉLICOPTÈRES AVEC DES PROJECTEURS OBSERVANT LA SCÈNE DU CARNAGE.

 

 

Chuck, dont les enquêtes font l’objet d’un nouveau livre intitulé ‘The Parallel 37e‘, a plusieurs théories pour expliquer ce qui se passe.

 

« Il se peut que le sang récolté soit utilisé pour créer des hybrides alien-humains. »

 

« Or les extraterrestres surveillent notre environnement puisque des chèvres, des moutons et des chiens ont également été retrouvés. »

 

« A propos des hélicoptères, il semble que le gouvernement des États-Unis mène une enquête secrète, il n’y a aucune trace d’eux par la suite. »

 

Chuck rappelle que ces animaux sont toujours retrouvés alors qu’ils sont enlevés avant d’être remis, sans vie, à leur place.

 

Le plus étonnant c’est que beaucoup de ces cas se produisent au parallèle 37. C’est également sur cette route que les Amérindiens prétendaient avoir vu des visiteurs des étoiles. Ainsi leurs sites spirituels, Chaco Canyon et Cahokia Mounds, se trouve sur ce parallèle.

sam.

09

juil.

2016

Une naissance mystérieuse incite une femme à soupçonner qu’elle est une Hybride  - 08 juillet 2016

Une femme blonde de 1 mètre 60 aux yeux vert a toujours eu l’impression qu’elle était « différente ».

 

Ce qui est encore plus impressionnant que sa présence, c’est le fait que Lisa croit qu’elle appartient à des groupes d’ovnis qui se réfèrent à elle en tant qu’humaine hybride.

 

Les hybrides sont souvent définis comme étant les enfants de personnes abductées qui ont été soumises à un contact rapproché avec des extraterrestres au point de les mettre en cloque.

 

Le résultat de ce processus est que des humains aliens hybrides ayant des traits de caractères extraterrestres subsistent sur Terre dans un état dit « de sommeil ». Les traits humains ne sont pas activés chez ces personnes. cependant quelque chose de différent est perçu chez ces humains hybrides: certains n’ont pas l’impression d’appartenir à la Terre.

 

D’un autre côté, les yeux de ces humains hybrides sont souvent très marquants. Quand vous tombez sur un hybride, ses yeux vous donnent l’impression de sonder votre âme de fond en comble.

 

D’un point de vue spirituel intérieur, ils apparaissent dans des rêves ou vous donnent l’impression de voler, ou bien vous avez l’impression d’effectuer une projection astrale.

 

Les hybrides sont extrêmement intuitifs. Ils sentent et ressentent tout ce que les gens pensent et semblent avoir une facilité à décrypter les communications télépathiques, ce qui leur permet de savoir à l’avance ce que les vrais humains sont sur le point d’annoncer.

 

Ces traits-là définissent véritablement l’être qu’est Lisa. Elle est née mystérieusement et a eu beaucoup d’expériences avec les ovnis durant sa vie. Lisa partage ainsi les instants étranges qu’elle a eus de sa naissance jusqu’à maintenant.

 

« Il y a une raison pour que je sois là. C’est un peu différent de ce que les gens ressentent et j’avoue que moi même je suis perdue. Il y a quelque chose qui reste à être accompli sur Terre. Nous avons besoin de changer les choses et c’est un poids énorme qui nous tombe sur les épaules. » a déclaré Lisa tandis qu’elle essayait de saisir les mystères de son existence et des sentiments poignants qui la saisissaient en elle.

 

C’est la toute première fois que Lisa partage son histoire en vidéo, le tout en exclusivité grâce à Earth Mystery News.

sam.

30

avril

2016

Humanité et hybridation extraterrestre - 30 avril 2016

Découverte de gènes extraterrestres dans l’ADN humain

 

Dans la revue scientifique Nature (409, 860-921, 15/2/2001), un article faisant le point sur l'avancement du Projet Génome Humain montre (dans son tableau 24) que 223 gènes humains n'ont aucun prédécesseur évolutionnaire et ont été apportés dans notre chromosome 21 par "transfert horizontal probable", c'est-à-dire hors évolution.

 

Le chromosome 21 a été littéralement "bombardé par de récentes insertions de duplications".

 

L'hypothèse d'un transfert par des bactéries est repoussée, compte tenu des filtrages effectués.

 

Selon cet article de Nature, nous n'avons que 200 fois plus de gènes codants que l'amibe et seulement 2 fois plus que la mouche ou le lombric.

 

Les séquences non codantes (environ 95 % du génome) sont apparemment composées de réplications ou répétitions avec de faibles variations.

 

Six ans plus tard, en 2007, cette étude fondamentale de biologie moléculaire n'est plus tout à fait pertinente car les chercheurs ont fait progresser les connaissances du génome.

 

Un groupe de chercheurs travaillant au « Projet du Génome Humain » (Human Genome Project) indique avoir fait une étonnante découverte scientifique. Ils pensent que les séquences dites « non codantes » qui composent 97 % de l’ADN humain ne sont rien d’autre que le code génétique de formes vivantes extraterrestres.

 

Les séquences non codantes sont communes à toute la matière organique sur terre, des moules aux humains.

 

Dans l’ADN humain, « elles constituent la plus grande partie du génome total » déclare le professeur Sam Chang, directeur du groupe.

Les séquences non codantes, autrefois connues sous le nom d’« ADN-poubelle », ont été découvertes il y a des années et leur fonction restait un mystère.

 

L’écrasante majorité de l'ADN humain est « hors de ce monde » de par son origine.

 

Lesdits «gènes-poubelles extraterrestres» «profitent simplement du voyage» avec les gènes actifs fonctionnels transmis de génération en génération.

 

Après analyse complète avec l'aide d'autres scientifiques, d'informaticiens, de mathématiciens et d'autres savants, le professeur Chang

s'est demandé

 

si ledit

 

« ADN-poubelle » humain n’avait pas été créé par une sorte de «programmeur extraterrestre».

 

Les segments étrangers dans l’ADN humain, observe encore le professeur Chang,

 

«ont leurs propres veines, artères et leur propre système immunitaire, qui résiste vigoureusement à tous nos médicaments anticancéreux.»

 

Le professeur Chang déclare ceci :

 

« notre hypothèse est qu'une forme de vie extraterrestre supérieure a entrepris de créer une nouvelle vie et de l’implanter sur diverses planètes.

La Terre est juste l’une d'entre elles.

Peut-être, après programmation, nos créateurs nous cultivent-ils de la même manière que nous cultivons des bactéries dans des boîtes de Pétri.

Nous ne pouvons pas connaître leurs motifs - si c'était une expérience scientifique ou une manière de préparer de nouvelles planètes à la colonisation ou si c’est depuis longtemps affaire de semer la vie dans l'univers. »

 

Le professeur Sam Chang indique encore que

 

"si nous pensons à cela en termes humains, lesdits «programmeurs extraterrestres »

 

travaillaient très probablement sur un

 

« grand code unique »

 

consistant en plusieurs projets, lesquels devraient avoir produit diverses formes de vie pour différentes planètes. Ils ont également essayé diverses solutions.

 

Ils ont écrit «le grand code», l'ont exécuté, n'ont pas aimé certaines fonctions, les ont modifiées ou en ont ajouté de nouvelles, l’ont exécuté encore, ont apporté plus d'améliorations et ont fait de multiples essais.

 

L'équipe de chercheurs du professeur Sam Chang conclut en outre que les apparents

 

«programmeurs extraterrestres »

 

ont pu avoir reçu l’ordre d’interrompre tous leurs plans d’avenir idéalistes quand ils se sont concentrés sur le « projet Terre », afin de pouvoir tenir leur délai concernant cette planète.

 

Semblant très pressés, les «programmeurs extraterrestres» ont pu avoir réduit rigoureusement le grand code et avoir ainsi fourni le programme de base prévu pour la Terre.

 

Le professeur Chang est seulement l'un des nombreux scientifiques et chercheurs qui ont découvert les origines extraterrestres de l'humanité.

 

Lui et ses collègues de recherche prouvent que des lacunes de l’apparente programmation extraterrestre dans le séquençage de l'ADN, précipitées par une hâte hypothétique pour créer la vie humaine sur Terre, ont donné à l'humanité une croissance illogique de masses de cellules que nous connaissons sous le nom de cancer.

 

Le professeur Chang indique encore ceci :

 

« ce que nous voyons dans notre ADN est un programme se composant de deux versions : un grand code général et un code de base ».

 

M. Chang affirme ensuite que

« Tôt ou tard », dit le professeur Chang

 

« nous devrons affronter la notion incroyable que chaque vie sur Terre porte le code génétique de son cousin extraterrestre et que l'évolution n'est pas ce que nous pensons. »

dim.

07

févr.

2016

Une femme affirme être en communication avec des aliens - février 2016

Une femme, qui vit à Fort Myers Beach (dans le comté de Lee, en Floride), a rendu public une série de photographies sur lesquelles apparaîtraient des extraterrestres à la peau grise …

 

Le témoin a tenu à livrer son témoignage au site Internet « Cryptozoology News » tout en conservant son anonymat. Elle raconte :

 

« J'ai commencé à entendre quelques voix au mois d'avril 2015. Cela a commencé comme des murmures avant que cela ne devienne, finalement, une pleine télécommunication. »

 

Elle soutient que, lorsque « les communications ont commencé », les objets ont commencé à disparaître autour de sa maison.

 

« Actuellement, plus de 400 objets, que je peux énumérer et avoir la preuve photographique que je les ai possédé, ont disparu. Quand cela a commencé, je n'ai rien vu, et j'ai appelé la police pour des choses comme un sac de course. Ils ne me croyaient pas. »

 

Elle a pris trois photographies, avec un iPhone et en plein air contenant sur lesquelles apparaît une silhouette humanoïde essayant de se cacher derrière différents endroits.

 

« L'année dernière, j'ai pris tellement de photos de ces aliens à la peau grise. C'est littéralement irréel. »

 

Mais le témoins affirme que ces prétendues apparitions ne lui ont causé que des ennuis.

 

« La police ne m'a jamais cru. Je vais constamment à l'hôpital et je suis encore regardée comme une demi-folle par tout le monde sur les réseaux sociaux. J'ai finalement fait appel à un enquêteur, mais mes appels n'aboutissaient jamais, et il m'a finalement envoyé une lettre certifiée me disant qu'il avait laissé tomber l'affaire. »

 

La femme continue à dire que ces créatures ont pris le contrôle total de son environnement et que des choses étranges se produisent avec ses animaux de compagnie.

 

« J'endure une torture quotidienne, il y a une communication constante. »

 

Elle affirme que ces humanoïdes « peuvent apparaître comme n'importe qui » et elle voit parfois des orbes « voler vers » ces créatures.

 

« Ils ont de grandes têtes et de grands yeux sombres. »

 

« J'ai une image d'une silhouette qui ressemble à un être humain comme moi. »

 

Elle suggère que ces prétendues créatures seraient capables de changer de forme.

 

Et il semble qu'elle ne soit pas la première membre de sa famille à avoir vécu de tels événements aussi inhabituels.

 

« Durant ma vie entière, ma mère parlait avec quelque chose ... elle a finalement été tué après le début de la ménopause à 52 ans. »

 

Cette femme a-t-elle été en contact avec des êtres venus d'ailleurs ? Quels messages ces extraterrestres ont-ils voulu lui transmettre ? Voilà, des questions intéressantes qui mériteraient bien des réponses.

 

ven.

05

févr.

2016

Australie : deux Aliens filmés par une caméra de surveillance autour du berceau d'une petite fille pendant son sommeil - 16 janvier 2016

Date de l'observation: 16 Janvier  2016 

Lieu de l'observation: Victoria, Australie 

 

Ici nous avons une vidéo d'une caméra de surveillance dirigé vers le lit d'un bébé et qui enregistre dans le noir une (ou deux) entités debout derrière le lit et proches de la tête du bébé.

L'entité a une tête inclinée, et semble observer de face le visage du bébé.

Pour cet extraterrestre il doit y avoir un intérêt particulier à se rapprocher de son petit cerveau : peut-être lui transmettre certaines connaissances ou des capacités surhumaines, au-delà de notre compréhension, dans un objectif précis.

Dans ce  cas il ne s'agit pas d'une abduction mais d'une interférence avec nos capacités intellectuelles et la mémorisation de certaines connaissances.

Celles-ci serviront probablement dans un futur proche à orienter son jugement dans une voie favorable aux extraterrestres !!

Le bébé est paradoxalement en sécurité et peut-être admiré par ces créatures venues d'un autre monde.

 

 

ven.

22

janv.

2016

Hypothèse de l'hybridation : deux femmes affirment avoir engendré des extraterrestres - 20 janvier 2016

Plusieurs femmes affirment, qu'après avoir observer des OVNI, elles ont eu des relations sexuelles avec des extraterrestres avant de donner naissance à 13 bébés hybrides.

 

Bridget Nielsen et Aluna Verse, qui vivent aux États-Unis, font partie de la « Hybrid Baby Community », un groupe de femmes qui prétendent avoir engendré des enfants extraterrestres, qui vivent avec leurs papas sur des vaisseaux spatiaux géants.

 

Les femmes croient que ces aliens ont récolté leur ADN pour créer des enfants qui combinent le meilleur des caractéristiques humaines et extraterrestres et prétendent que ces conceptions se sont produits soit par insémination artificielle, soit à la suite à de réelles relations sexuelles.

 

Ancienne directrice du marketing, Bridget Nielson, certifie avoir un contact régulier avec ses 10 bébés hybrides. Elle a décrit sa rencontre rapprochée avec ces êtres :

 

« C'était une expérience sexuelle incroyable, super primitive, super rugueuse. C'était réellement libre et la meilleure partie de sexe que je n'ai jamais eu. »

 

Aluna Verse, une conceptrice de jeu vidéo âgé de 23 ans, prétend être mère de trois aliens. Elle aurait été séduite par un extra-terrestre dans une salle de classe.

 

« Tout d'un coup, j'étais assise à côté de cette créature reptilienne verte et immédiatement j'étais très excitée sexuellement en regardant cet être. »

 

« J'étais très surprise. Nous faisions l'amour dans cette salle de classe devant tout le monde. Tout le monde s'est tourné vers nous. »

 

Aluna dit qu'elle avait été prise à bord du vaisseau dans un « état de rêve » et a décrit cette relation sexuelle comme étant des plus « intenses ».

 

« Cela semble fou et les gens m'ont demandé si j'étais sous médicaments Mais ce qui s'est passé était réel. »

 

Bridget, 27 ans, dit que les extraterrestres ne procréent qu'avec des femmes qui « acceptent être prises ».

 

« Ce ne sont pas seulement nos enfants qu'ils prennent - ils créent une race hybride bien meilleure que l'humanité. »

 

Les mères ont fait des dessins de ce à quoi leurs enfants hybrides ressemblent et, alors qu'ils ont des caractéristiques humaines, ils affichent également des caractéristiques reptiliennes avec de grands yeux noirs.

 

Cependant, les mères ne rencontrent jamais leurs enfants sur la Terre comme l'explique Bridget :

 

« Il y a une certaine tristesse parce que nous ne pouvons pas être avec eux. »

 

« Nous pensons qu'il pourrait y avoir des centaines de milliers de femmes à travers le monde qui ont des bébés hybrides, mais elles ne savent rien à leur sujet. »

 

En revanche, cette relation particulière a des impacts négatifs sur leur vie de tous les jours. Elles expliquent que certaines ont eu des enfants hybrides mais qu'elles ne s'en souviennent pas du tout. En effet, quelques signes pourraient suggérer une telle rencontre comme des rêves, des trous de mémoire, ou l'impression d'avoir été enceinte.

 

Les deux femmes souhaitent maintenant construire une maison où toutes les mères d'hybrides pourraient vivre ensemble :

 

« Ce sera quelque part loin des villes, dans un endroit où les enfants pourront nous rendre visite, courir librement et s'exprimer. »

 

Bridget Nielson, 27, says she has had 10 alien hybrid babies

Aluna Verse holds a picture of one of her three alien hybrid babies

mer.

20

janv.

2016

Les mutilations de bétail avec une précision chirurgicale : une histoire à prendre au sérieux - Janvier 2016

Depuis 1973, de gros animaux de ferme ont été retrouvés mutilés aux Etats-Unis. Les autorités ont prétendu que c’était l’oeuvre de prédateurs, ce qui est manifestement faux. Comme Conan Doyle le faisait dire à son héros Sherlock Holmes dans « Le signe des quatre » : « Quand vous avez éliminé l’impossible ce qui reste même improbable doit être la vérité ».

 

Rappel des faits

 

Un premier incident isolé fut enregistré en septembre 1967. C’est le fameux cas du cheval Snippy qui s’est produit à Alamosa, Colorado. Il s’agissait en fait de la jument Lady, mère de Snippy selon l’enquêtrice Linda Moulton-Howe. En 1968, trois cas se produisirent au Canada.

 

C’est en automne 1973 qu’une série de découvertes du même type éveilla l’attention des chercheurs. Jusqu’en 1986, les mutilations de bétail déferlèrent en vagues successives, avec des hauts et des bas.

 

Puis ces incidents se raréfièrent, soit parce qu’ils se produisaient beaucoup moins souvent, soit parce que

la presse ne les signalait presque plus.

Durant les années 1980, j’ai effectué d’intensives démarches par courriers auprès de différents organismes

américains afin de collecter des informations.

 

Cela a débouché sur un dossier très consistant publié d’abord dans la revue Lumières Dans La Nuit. Cette quête m’aura permis de mettre au jour une autre forme de censure et d’hypocrisie qui a été pratiquée par différentes agences d’Etat américaines visant à banaliser ces forfaits pour les attribuer aux animaux prédateurs.

 

Des vétérinaires fonctionnaires, des policiers d’Etat, et même le FBI, ont été sollicités pour maquiller la réalité d’une situation qui effrayait les instances gouvernementales. J’ai détaillé toutes ces forfaitures étatiques dans plusieurs chapitres de mon premier livre.

 

Situons le problème

 

Le complexe militaire de Cheyenne Mountain à Colorado Springs, Colorado, représente un ensemble d’installations hautement stratégiques, dont fait partie la base aérienne de Peterson AFB qui abrite le

NORAD.

Cet organisme possède notamment un réseau radar de surveillance très sophistiqué de l’espace aérien et un système de protection et de défense hautement développé. Pourtant le 6 juillet 1975 une vache mutilée gravide fut découverte devant l’accès principal du NORAD sans que cela ne déclenche la moindre alerte.

 

Plus tard, en octobre, un bison du parc zoologique tout proche fut également victime des « chirurgiens

fantômes ».

 

Des animaux prédateurs, des coyotes plus précisément, n’ont pu être responsables de ces incidents. D’une part, ils ne s’attaquent jamais aux gros bovidés, proies trop volumineuses pour eux.

D’autre part ils sont incapables de faire des découpes nettes et précises, j’en ai obtenu l’assurance de scientifiques spécialisés sur la faune sauvage.

 

Alors ?

Des vandales en hélicoptère ?

Non, car toute approche d’appareil aérien aurait été détectée par les radars militaires dès le franchissement du périmètre de sécurité, et l’intrus aurait probablement été neutralisé d’une façon ou d’une autre.

N’oublions pas que l’on était en pleine guerre froide. Voilà les deux versions préférées des debunkers

réduites en miettes. Reste donc l’improbable, celle relative aux ovnis.

 

Voyons maintenant tous les paramètres liés à l’étrangeté de cette affaire qui tendent à les désigner comme des coupables potentiels.

Bizarreries en tous genres

 

Dans 90% des cas, ce sont les organes sexuels qui sont enlevés, découpés presque toujours avec soin, ce qui laisse une zone de chair à nu généralement circulaire sans la moindre trace de dents de carnivores.

 

La mamelle des vaches est également une cible courante, et il arrive que le coeur soit prélevé d’une façon ahurissante : à travers un trou trop petit pour permettre son extraction.

 

La chair consommable en boucherie n’est jamais touchée, ce qui écarte aussi les actions de viandards. Des cas d’oreilles et de langues découpées ont aussi été signalés, ainsi que l’enlèvement de foetus dans le cas de vaches gravides.

 

Dans certains cas, le sang a été ponctionné, et chose étonnante, des autopsies ont montré que dans plusieurs dépouilles le collapsus des veines et des artères ne s’était pas produit, ce qui représente une autre anomalie physique.

 

En effet, si l’on enlève le sang, veines et artères s’affaissent comme une chambre à air dégonflée. Des rapports d’autopsies et des coupures de presse ont souvent indiqué que les plaies observées étaient géométriques, toujours exsangues, comme si elles avaient été faites avec un instrument tranchant quelconque.

 

On a signalé aussi des découpes cautérisées par ce qui pourrait être un rayon calorifique du genre laser ayant développé une chaleur de plus de 350° Fahrenheit soit environ 162° Celsius, chose prouvée par des examens microscopiques.

 

Certains policiers venus in situ ont constaté l’absence de mouches sur les dépouilles, même en dépit de températures élevées qui auraient dû favoriser leur apparition en multitudes.

 

L’absence d’asticots dans les chairs explique mieux pourquoi l’autolyse ne se produit pas.

 

Autre détail à noter : les éleveurs concernés ont remarqué que les corps laissés sur place n’intéressaient pas les animaux carnivores et nécrophages. En effet, ces derniers ne viennent pas se nourrir dessus.

 

Chutes du ciel

 

Il se trouve que des carcasses ont été découvertes sur le dos, les quatre pattes raides en l’air, ou couchées sur un flanc avec les deux pattes opposées raides en l’air.

 

Cela indique que les victimes périssent en un lieu différent. En effet, un bestiau qui meurt tombe sur le côté et la “rigor mortis” laisse les pattes raidies au sol.

 

D’autres indices vont dans le même sens : pattes, colonne vertébrale et cornes brisées, comme si on avait largué les corps d’une certaine hauteur.

 

C’est encore plus évident dans les exemples que je vais citer :

 

1- En 1977, dans le comté de Snohomish, état de Washington, un élan mutilé fut retrouvé exsangue dans un arbre.

 

2- En 1979, dans les environs de Sand Springs, à l’est de Bend, Oregon, le corps d’une vache mutilée fut trouvé coincé dans les branches supérieures d’un gigantesque pin Ponde Rosa.

 

3- En 1980, M. Dwain Wright et un ami se promenaient dans le même secteur de l’Oregon cité ci-dessus. Un fermier avec qui ils engagèrent la conversation leur apprit que des « soucoupes volantes » se livraient à

des mutilations de bétail.

 

Voyant le scepticisme des deux hommes, il les conduisit dans un autre endroit où le corps d’un taureau

était à moitié enfoncé dans le sol, comme si la dépouille s’était écrasée d’une grande hauteur.

 

L’animal avait été mutilé car divers organes manquaient dont les parties génitales, les oreilles, les globes oculaires, et une zone de peau autour du rectum.

L’avis d’un scientifique

 

Le Dr. John H. Altshuler, pathologiste, déclara ceci en 1991 :

 

« De telles morts ne sont pas accidentelles, ni dues à des prédateurs ou à des sacrifices rituels.

 

A la suite des examens radioscopiques, il est difficile d’éviter la conclusion incontournable que les tissus des animaux victimes de ces mutilations ont subi une dissection opérée avec un outil produisant une très haute température.

 

L’instrument utilisé et les moyens employés demeurent un mystère ; le but recherché est encore plus énigmatique. 

 

Le fait que ces animaux soient découverts dans des zones reculées, loin de traces humaines ou animales, à l’écart des routes et des chemins, alors qu’étaient observés des phénomènes aériens insolites, tout cela suggère que des facteurs extraterrestres doivent être considérés. »

 

En fait, il est arrivé parfois que les carcasses aient été trouvées à proximité d’habitations (comme dans le cas du NORAD), mais il est vrai que la plupart des victimes sont retrouvées dans des zones rurales isolées.

Drôles d’hélicoptères

 

De nombreux témoignages d’hélicoptères ont été faits en rapport direct avec des sites de mutilations. Dans la quasi-totalité des cas, ils ne portaient aucune marque d’identification.

 

D’une façon générale, ces appareils inconnus sont noirs, parfois d’une autre couleur sombre. Le livre “Mufon Proceedings” regorge de témoignages de mystérieux hélicoptères noirs à proximité immédiate de lieux où des mutilations animales se sont produites.

Il est essentiellement dévolu aux événements qui se sont produits au Montana entre août 1974 et mai 1976. Il signale aussi des cas d’ovni liés à des “mutes » comme disent les Américains .

 

Certains policiers locaux ont rapporté avoir vu sur les sites des hélicoptères silencieux, et en d’autres occasions les avoir entendu mais sans avoir pu les distinguer.

 

Des éleveurs et même des shérifs ont aperçu aussi sur place un objet en forme d’hélicoptère, mais sans son rotor ni son hélice de queue.

 

C’est le cas du shérif Lou Girodo, du comté de Las Animas, Colorado, qui put observer un tel appareil, puis à sa grande stupéfaction l’objet se transforma en une boule lumineuse qui se scinda en deux parties, lesquelles s’évanouirent ensuite en « fumée » !

 

Ce qui l’incita à penser que ces tueries devaient être l’oeuvre de créatures extraterrestres.

 

Ce policier a témoigné en direct dans une émission de TV que j’ai eu l’opportunité de visionner sur une vidéocassette.

 

Un témoignage similaire à celui de Lou Girodo a été rapporté par un résident de Littleton, Colorado.

En 1980, il a observé à l’ouest de Denver un appareil aérien en forme d’hélicoptère, sans les pales du rotor,

qui se déplaçait sans bruit.

 

Ailleurs qu’aux Etat-Unis

 

D’autres pays ont enregistré quelques cas, au Mexique, au Canada, à Porto Rico, au Brésil, en Bolivie, en Angleterre, en Suède, en Australie, au Japon, et ces dernières années en Argentine.

 

Au Japon, deux cas ont été signalés, l’un en octobre 1990, l’autre en janvier 1991, chez le même éleveur, près de Kinryuu, préfecture de Saga. Lors du second incident, le fermier avait été alerté par les aboiements de son chien. Saisissant une lampe torche il alla droit à l’étable.

 

Là, sous le faisceau de sa lampe, il observa un instant un objet en forme de méduse qui flottait en l’air.

 

La chose sortit du bâtiment puis disparut comme on éteint une lumière.

 

Une vache fut retrouvée morte sans blessures apparentes mais avec plusieurs os brisés.

En 1975, près de La Paz, en Bolivie, 34 moutons furent mutilés avec pour témoins, plusieurs Indiens.

 

Un appareil en forme de disque sortit des nuages pour se positionner en sustentation au-dessus du pâturage

où les bêtes broutaient.

 

Plusieurs faisceaux lumineux en jaillirent, dirigés sur les moutons, et un certain nombre de bêtes tombèrent

comme foudroyées.

 

Puis l’appareil se posa dans le champ et trois créatures en sortirent. Ils s’activèrent sur les corps des

moutons « foudroyés ». Un berger en voulant réagir fut paralysé.

Après le départ des intrus dans leur machine, les trente-quatre dépouilles furent transportées à la ferme pour récupérer la viande. Or, les bêtes étaient égorgées et ponctionnées de leur sang, et toutes les cavités crâniennes avaient été évidées.

 

Un cas en France ?

 

En France, il faut être à l’écoute des nouvelles rurales pour espérer récolter ce type d’information que la presse régionale reprend rarement.

 

Il y a eu plusieurs cas de moutons égorgés, mais ils semblent n’avoir aucun rapport avec les « mutes » américaines.

 

De même il y a eu un cas de cinq vaches « électrocutées », mais là aussi, une cause naturelle a été avancée.

 

Par contre le cas suivant est plus révélateur :

 

Le 12 mai 1994 entre La Valette et Collandres, dans le secteur de Riom-es-Montagnes, Cantal, M et Mme Pierre Pomarat se promenaient à pied près de la ferme de la Chatonnière.

 

Vers 16h00, sur une piste de transhumance, ils trouvèrent une jument morte.

 

Il lui manquait l’oeil gauche ainsi que la zone rectale et les organes sexuels. La partie manquante faisait un

ovale de 35cm sur 20cm environ. On voyait les os du bassin. Il n’y avait pas de lacération, c’était une blessure nette, et il n’y avait pas trace de prédation sur le corps, de trace de sang ni d’odeur de décomposition.

 

Mutilations d’êtres humains

 

J’ai obtenu une copie de document émanant d’un organisme de police du Texas, dont j’ai publié le contenu dans mon premier livre.

 

Il y est question de sept cas d’hommes mutilés découverts, dont trois dans la région de Minneapolis, Minnesota, sans autres précisions.

Plusieurs auteurs signalent d’autres incidents impliquant des mutilations d’êtres humains, mais aucun détail n’est donné, et l’identité des éventuelles victimes n’est pas révélée.

 

Bill Fawcett, dans “Contact”, en cite deux cas. N. Pacheco et T. Blamm en évoquent plusieurs dans “Unmasking the Enemy”.

 

Enfin, un cas brésilien datant de 1986 concerne le corps d’un homme portant des dommages physiques similaires à ceux commis sur des animaux. Il avait été trouvé sur le bord du lac réservoir de Guarapiranga.

 

Il existe plusieurs photographies de ce cas, que nous avons retrouvées, et finalement décidé de ne pas diffuser afin d’éviter de sombrer dans le voyeurisme morbide.

 

 Mutilations et extraterrestres

 

Dans le Missouri, Karl Arnold et son fils rentraient à leur ferme en voiture, un soir de l’automne 1975. Comme le véhicule s’engageait dans le chemin d’accès de leur domicile, le fermier freina brusquement en voyant un petit humanoïde vêtu d’une combinaison grise.

 

Sa tête semblait entièrement recouverte d’un casque transparent sphérique. L’être se tenait juste derrière la

clôture de l’entrée principale du domaine.

À peine la voiture s’était-elle arrêtée que l’être disparaissait progressivement sur place comme s’il se dématérialisait. Peu de temps après Karl et son épouse virent un appareil en forme de disque qui décollait d’un de leurs pâturages en laissant une trace circulaire de sol durci comme de la céramique.

 

Puis, dans le même champ, cinq chevaux mutilés de manière chirurgicale furent trouvés.

 

Conclusion

 

En dehors du fait que l’on peut imputer aux ovnis les massacres d’animaux, sans grand risque de se tromper, il reste un grand point d’interrogation pour les mutilations d’êtres humains lesquelles peuvent être en réalité des règlements de compte maquillés pour égarer la justice.

 

 

Pourquoi les mutilations de bétail sont-elles commises et dans quel but ?

J’ai le regret d’avouer que je n’en sais rien.

 

On peut spéculer, extrapoler, imaginer, se livrer à toutes sortes de cogitations cervicales, mais nous ne saurons probablement jamais le fin mot de cette affaire.

 

Source : Jean Sider/Top Secret N°12

ven.

01

janv.

2016

Est-ce que ces crânes étranges seraient une preuve ADN « non-humaine » que des extraterrestres sont sur Terre ? 31 décembre 2015

Est-ce que ces crânes étranges seraient une preuve ADN « non-humaine » que des extraterrestres sont sur Terre?

 

Plusieurs allégations affirmeraient que des crânes allongés étranges exhumés d’un complexe de chambres funéraires auraient des origines extraterrestres.

Les crânes de Paracas vieux de 3000 années ont été longtemps perçus par les chasseurs d’ovnis comme la preuve que les extraterrestres ont rendu visite à notre planète et cela il y a bien longtemps. Ces êtres possèdent un front énorme.

 

Ils ont été découverts dans le désert de Paracas, sur la côte sud du Pérou, par l’archéologue amérindien Julio Tello en 1928.

 

Il a découvert plus de 300 restes squelettiques très spéciaux dans une fosse commune gigantesque.

 

Les scientifiques disent qu’ils représentent un cas extrême d’élongation du crâne, une pratique visant à déformer la forme du crâne et qui appartient à des cultures ancestrales. Les crânes d’enfants étaient allongés à l’aide d’une corde et de deux bouts de bois.

 

Mais les conspirationnistes adeptes d’ufologie ont une différente explication.

 

Ils déclarent que les crânes de Paracas ont été allongés d’une façon qui est impossible à accomplir pour les humains.

 

Ils ont fait les éloges des résultats des tests d’ADN allégués sur les crânes qui ont montré qu’ils ne provenaient pas d’une espèce homo-sapiens, car plusieurs autres cas d’élongations du crâne n’ont pas affecté le poids, la taille et le volume crânien comme on le constate dans les crânes Paracas.

 

Bien que, au delà du fait qu’ils sont précis, les tests n’ont pas confirmé qu’ils ne provenaient pas d’un de nos ancêtres les plus jeunes.

Cependant, plusieurs personnes qui croient aux ovnis ont fait la connexion qu’ils ont une origine extraterrestre.

 

D’après un rapport du site internet Conspiracy Club, les résultats des tests ADN sont remarquables.

 

Elle affirme:

 

« Qu’une analyse ADN récente effectuée sur ces crânes a présenté des résultats incroyables qui pourraient remettre en cause notre point de vue actuel de l’évolution de l’humanité. »

 

« Du fait que leurs crânes sont 25% plus larges et 60% plus lourds que les crânes humains lambdas, les chercheurs croient fortement qu’ils n’ont pas pu être modifiés en utilisant la technique habituelle. »

 

« Ils sont aussi structurellement différents et n’ont qu’un os crânien pour le lobe pariétal alors que le crâne humain en possède traditionnellement deux. »

 

« Ces différences ont approfondi le mystère vieux de dix ans autour des crânes de Paracas et les chercheurs n’ont pas été en mesure d’expliquer leurs origines. »

Brien Foerster, le directeur du Musée d’Histoire de Paracas, a envoyé des échantillons de cheveux, de peau, de dents et d’os collectés à partir de cinq crânes à des fins génétiques.

 

D’après M. Foerster, le laboratoire d’analyses ADN n’a pas été informé de l’origine des échantillons afin d’éviter d’obtenir des résultats orientés ou biaisés.

 

Il a dit que la conclusion était que « l’ADN mitochondrial (de la mère) présentait des mutations inconnues chez tous les humains, primates ou n’importe quel autre espèce animale » et « les mutations indiquent que nous avons affaire à un tout nouvel être humain complètement différent, un cousin très éloigné de l’Homo Sapiens, du Néandertalien et de l’Hominidé de Denisova ».

 

D’après l’un des chercheurs, « les individus de Paracas étaient fondamentalement et biologiquement si différents des humains, d’une façon telle qu’ils n’auraient jamais été capables d’avoir des enfants avec eux. »

 

Il a ajouté: « Je ne sais même pas où ce bipède tiendra dans l’arbre de l’évolution connu. »

 

Le Conspiracy Club a dit que: « Les implications de cette découverte sont phénoménales. »

 

« Qui étaient les mystérieux individus de Paracas? »

 

« Ont-ils évolué ici sur Terre et ont-ils choisi un chemin si différent qu’ils ont drastiquement changé de forme et d’allure au fil des âges? »

« Si non, d’où viennent-ils? Est-ce qu’ils ont survécu? »

 

« Cette avancée amène plus de questions qu’elle n’offre de réponses, mais chaque pièce du puzzle est une preuve supplémentaire qui suggère que nous ne sommes vraisemblablement pas seuls dans le cosmos ou sur Terre. »

 

Cependant, cette conclusion a été remise en question par les sceptiques de tous bords, qui ne sont pas convaincus par l’actualité scientifique sur la génétique qui a été relayée sur les réseaux sociaux.

 

Certains en ont même conclu que les découvertes faisaient parties d’un canular très élaboré.

 

La suspicion était de mise quand les identités des scientifiques n’ont pas été publiées.

 

Les enquêtes des sceptiques ont mis en valeur le fait que ceux qui se sont impliqués dans cette recherche étaient des amateurs de sujets paranormaux comme ceux du Yeti et des soi-disant extraterrestres hybrides, une espèce semi-humaine et extraterrestre qui a été cultivée.

 

Tandis que rien de tout cela peut ne pas affecter les amateurs de théories du complot quant aux résultats, il est clair que la preuve que des extraterrestres ont été enterrés sur Terre il y a 3000 ans n’est en aucun cas conclusive.

mer.

30

sept.

2015

Croyez-vous aux sirènes ? 29 Septembre 2015

Date de découverte: septembre 2015 

Lieu de découverte: la Pologne 

source:  http://www.mirror.co.uk/news/weird-news/watch-bizarre-video-showing-merman-6523679 

 

Ceci n'est pas un Ovni mais un objet marin non identifié, ou plutôt qui ressemble à une sirène morte.


Une sirène est  une créature légendaire mi-femme mi-poisson, issue du folklore médiéval et scandinave. Il ne faut pas confondre la sirène du folklore, traitée dans le présent article, et la sirène de la mythologie grecque, mi-femme mi-oiseau.


S'agit-il d'un être hybride mi-poisson, mi-extraterrestre, ou un être marin extraterrestre ?


La légende des sirènes n'est pas née de notre imaginaire mais bien de faits réels, en voici la preuve !?


Certains affirment qu'il s'agit d'un canular, c'est à dire d'un film tourné par le site "mirror.co.uk"

jeu.

04

juin

2015

Une nouvelle étude génétique suggère que les Pharaons de l’Ancienne Egypte étaient des Extraterrestres Hybrides ! Juin 2015

Une nouvelle étude génétique suggère qu’une lignée des Pharaons Égyptiens a été soumise à une manipulation génétique délibérée de la part d’une civilisation technologiquement plus avancée.

Certains diraient que c’est une preuve concluante que les bâtisseurs des pyramides étaient intimement liés à des êtres venus d’ailleurs dans l’univers.

Stuart Fleischmann, professeur adjoint en génomique comparative à l’institut Suisse du Caire et son équipe ont récemment publié les résultats d’une étude de 7 ans qui a cartographié les génomes de 9 anciens pharaons égyptiens. Si elle s’avère être correcte, leurs résultats pourraient potentiellement changer les livres d’histoire du monde.

Fleischmann et son équipe ont soumis les précieux échantillons d’ancien ADN à un processus appelé réaction en chaîne par polymérase (PCR). Dans le domaine de la biologie moléculaire, cette technique est souvent utilisée pour répliquer et amplifier une seule copie d’un morceau d’ADN, offrant aux chercheurs une image claire de l’empreinte génétique de quelqu’un.

Huit échantillons sur neufs ont présenté des résultats intéressants mais banals. Le neuvième échantillon appartenait à Akhenaton, l’énigmatique figure féministe et révolutionnaire du 14ème siècle avant JC et père de Toutânkhamon.

Un petit fragment de tissu cérébral desséche avait été à l’origine de l’échantillon d’ADN et le test a été répété en utilisant des tissus osseux, mais les mêmes résultats ont été obtenus.

L’un des coupables est un gène appelé CXPAC-5, qui est responsable pour la croissance du cortex. L’anomalie est visible dans l’image ci-dessous.

Il semble que cette augmentation d’activité dans le génome d’Akhenaton suggère qu’il avait une capacité crânienne bien plus importante que la moyenne, en raison de la nécessité de loger un cortex plus imposant. Mais quelle mutation humaine aurait permis au cerveau de grandir à ce point? Nous n’avons toujours pas découvert une telle technique malgré des années d’avancées scientifiques en génétique.

Cette preuve vieille de 3300 ans signalerait-elle une manipulation génétique dans l’Antiquité? Était-ce l’œuvre d’êtres extraterrestres avancés ?

La mythologie Égyptienne est-elle bien plus qu’une simple collection de fables allégoriques? Le professeur Fleischmann explique que:

La télomérase (une enzyme en génétique) est seulement utilisée dans deux processus: un vieillissement extrême ou une mutation extrême. Les données archéologiques et génétiques suggèrent que Amenhotep IV/Akhenaton a vécu jusqu’à sa 45ème année. Cela suffit pour épuiser toute la télomérase chromosomique, laissant derrière elle une explication gênante, mais plausible.

Cette hypothèse est également soutenue par le fait que l’analyse au microscope électronique a révélé des signes de cicatrices nucléotidiques, qui est un signe révélateur de la guérison de l’hélice de l’ADN après avoir été exposée à de forts mutagènes.

Cette hypothèse prouverait-elle qu’Akhenaton, l’un des pharaons égyptiens les plus mystérieux, a été l’objet d’une modification génétique durant sa vie? Si cela est avéré, cela prouverait les allégations de la théorie que des anciens « astronautes » extraterrestres ont rendu visite à la civilisation égyptienne et ont vécu sur les rives du Nil.

Une autre preuve intéressante qui soutient cette hypothèse. L’image ci-dessous montre deux photographies au microscope de tissus osseux prélevés sur le crâne d’Akhenaton et d’une autre momie du même âge.

Le tissu osseux à gauche est nettement plus dense et fondamentalement différent à l’échelle microscopique. Cette augmentation de la résistance des os du crâne pourrait-il être un indicateur d’un développement cérébral accru ?

« C’est une découverte très palpitante, pour abréger, » a dit Fleischmann à la presse. « Mon équipe et moi-même avons soumis les documents de l’étude à des paires et avons reproduit les tests suffisamment de fois et sommes certains qu’ils sont justes. »

« Je n’ai pas idée de l’importance de nos découvertes et ce qu’elles impliquent, mais je crois certainement qu’elles vont dans une direction que la communauté scientifique aurait immédiatement rejetée il y a plusieurs décennies de cela. »

Si cette étude est correcte, elle provoquera un changement de paradigme sans précédent. Si les extraterrestres étaient activement impliqués dans la vie de puissants individus il y a des milliers d’années, cela voudrait-il dire qu’ils reviendront? Ou peut-être qu’ils ne sont jamais partis.

Mais l’aspect le plus intéressant serait l’existence d’individus, les descendants directs de la lignée royale Égyptienne, qui possède les gènes extraterrestres implantés dans les génomes de leurs ancêtres.

jeu.

04

juin

2015

Des aliens planifieraient d’envahir la Terre en 2029, Juin 2015

Après la catastrophe économique et planétaire prévue fin septembre 2015, voici les envahisseurs pour 2029, quelle précision ! Attention aux fausses informations et à la manipulation du public afin de souder notre humanité et parfaire la mondialisation  en cours contre un envahisseur inconnu !

Voici l'article peu glorieux pour les extraterrestres :


Phil Schneider était un géologue extrêmement célèbre parmi les passionnés d’OVNI. De son vivant, il tenta vainement de mettre en garde l’humanité contre le danger extraterrestre. Il affirma même qu’une guerre intergalactique était inévitable et qu’elle surviendrait en 2029 !

Cet homme à l’histoire tumultueuse s’était notamment rendu célèbre en affirmant que Dwight Eisenhower, le 34ème président des Etats-Unis, avec scellé un pacte avec trois races d’extraterrestre en 1954. Hélas, le chercheur fut retrouvé mort dans appartement étranglé par un cathéter, le 17 janvier 1996. Certains sont persuadés qu’il fut assassiné afin qu’il ne puisse plus dévoiler ses vérités si dérangeantes …  

Pendant des décennies, des élevages ont été retrouvés inexplicablement mutilés à travers les États-Unis. Plus de 10 000 attaques ont été enregistrées dans tout le pays, selon KLAS-TV Las Vegas. Certains disent que ces mutilations sont le fruit de  personnes s’adonnant à un culte particulièrement gore. D’autres imaginent que ces attaques sont menées par des animaux prédateurs. Mais l’explication la plus populaire est celle des extraterrestres. En effet, la plupart du temps, le bétail est retrouvé mort après que certains de leurs organes aient été prélevés de manière précise.

Selon Schneider, il y aurait eu, depuis ces dernières années, des milliers de personnes portées disparues qui auraient été enlevées par des extraterrestres. Il poursuit en affirmant qu’il y aurait, au total, 9 races d’aliens, et que ces derniers prendraient les humains comme « un sac de nourriture ».

Ces extraterrestres posséderaient une technologie surdéveloppée. Depuis un certain temps, ils échangeraient avec nos dirigeants du métal quasiment indestructible composé de niobium et de marinite (un élément qui nous est totalement inconnu) contre des êtres humains !

Le gouvernement aurait développé un satellite espion avec l’aide de ces aliens. Cet engin serait capable de repérer une pièce de monnaie sur le plancher d’une cuisine. Il utiliserait la technologie infrarouge avec un facteur de résolution de  99,99961 !

Seulement, d’après Schneider, les extraterrestres auraient violé ce pacte en enlevant bien plus d’humains que convenue. A cause de cela, il pense qu’une guerre entre les humains et une civilisation venue d’ailleurs surviendrait sur Terre en 2029 …

mar.

21

avril

2015

Les géants de l'Amérique de jadis, avril 2015

De nouvelles preuves sur la dissimulation d’êtres de taille gigantesque

Par Gregory Little, Atlantis Rising


Une énigme qui a fait couler beaucoup d’encre.

De Zecharia Sitchin (« Il y avait des géants sur Terre ») à Susan Martinez (« Les origines mystérieuses de l’homme hybride ») ; de la Divine Comédie de Dante à Jack et le Haricot Magique ; des écritures hébraïques au Livre d’Hénoch, la culture occidentale est remplie de références à d’anciens géants, qui auraient laissé des marques profondes dans notre psyché, à défaut d’archives archéologiques.

Suggérer que ces récits pourraient se baser sur des faits a été longtemps ridiculisé par l’archéologie orthodoxe, mais ce genre de réaction est contredit par des preuves réelles.

Pensez aux bâtisseurs de tumulus [« Mound » en anglais, qu’on peut traduire par tumulus ou tertres] de l’Amérique du nord.

Dans l’article qui suit, Gregory Little, auteur d’une Encyclopédie illustrée des tumulus et ouvrages en terres amérindiens, a rejoint son confrère chercheur Andrew Collins (Gobekli Tepe – Genèse des dieux) pour un réexamen des preuves irréfutables de la présence en grand nombre d’authentiques géants parmi les bâtisseurs de quelques-uns de nos anciens monuments les plus énigmatiques.


En février 2014, l’auteur britannique Andrew Collins est arrivé à Memphis pour un projet de trois semaines. Nous avons visité tous deux les nombreux sites de tumulus du sud-est pour récolter des informations sur ce que les archéologues nomment Iconographie du Mississippi.

Le but principal était de compléter un livre sur les croyances des bâtisseurs amérindiens de tumulus concernant le voyage de l’âme après la mort. Ce n’est que depuis peu que les archéologues ont révélé leurs idées sur le voyage après la mort et nous avons expliqué cette croyance complexe dans un livre intitulé « Le chemin des âmes » (« Path of Souls », paru en 2014). Elle implique que l’âme voyage vers une nébuleuse au-dessous de la Ceinture d’Orion, puis vers la Voie Lactée et ensuite vers la constellation du Cygne. Il a fallu plus de dix ans de travail à plus d’une vingtaine d’archéologues orthodoxes pour en arriver à ces conclusions. Une affirmation complémentaire des archéologues était que les prêtres et chefs des cultures bâtisseuses de tumulus contrôlaient ce voyage après la mort. L’érection de plusieurs centaines de milliers d’ouvrages en terre, tombes et tumulus n’était pas uniquement dirigée et ordonnée par ces membres de l’élite mais suivre leurs ordres était une tâche acceptée par la population qui croyait au voyage après la mort comme à une vérité littérale. À notre grande surprise, nous avons découvert que les chefs des cultures bâtisseuses de tumulus étaient des gens excessivement grands – bien plus grands que la population en général.

La plupart des symboles du voyage mortuaire a été trouvé sur des artefacts extraits de tombes élaborées des tumulus de l’époque Mississippienne (+ 800 – +1700). Les tumulus de ces sites sont souvent des plate-formes de style pyramidal arrangées autour d’une place centrale.

Des milliers de sites de tumulus de l’époque Mississippienne ont été transformés en forteresses avec de hautes palissades entourant le village et la zone du tumulus.

Quand les premiers européens envahirent l’Amérique dans les années 1540, la population du Mississippi était déjà en déclin, mais il est accepté de dire que l’Amérique du nord comptait au moins 10 millions d’habitants. En deux générations, la population déclina de plus de 90 % en raison des maladies importées par les Espagnols. Ce qui explique partiellement la raison des nombreux mystères de l’histoire américaine ancienne.

Cependant, un élément se retrouve systématiquement dans les tombes les plus élaborées du Mississippi (cultures Hopewell et Adena) : les squelettes qui subsistaient dans les tombes les plus importantes étaient souvent celle d’individus d’une taille excessivement grande, allant de 1,98 m à 2,40 m.


Les géants de Chickasawba


Andrew et moi étions au courant des compte-rendus qui apparaissaient ça et là, mais l’un d’eux me fascina. J’en avais entendu parler par Jim Vieira. Un article daté de 1870 du Daily Appeal de Memphis relatait que l’éditeur du journal avait vu plusieurs squelettes au tumulus de Chickasawba, situé à Blytheville dans l’Arkansas. L’article rapportait qu’un squelette mesurant entre 2,40 m et 2,75 m avait été déterré sur le site et l’éditeur avait vu plusieurs autres grands squelettes, d’une taille supérieure à 2,15 m à côté du tumulus.


Ni Andrew ni moi n’avions l’intention d’entrer dans la controverse concernant des squelettes géants dans notre projet de livre. Mais après notre visite aux tumulus d’Alabama et du Mississippi, nous avons programmé de nous diriger vers Cahokia au nord et décidé de faire une halte sur le tumulus en plate-forme de Chickasawba de 7,60 m de haut, pour prendre des photos.

Nous avions découvert la veille un article de 2009 sur Chickasawba dans le Arkansas Archeologist. L’article parlait des restes de nombreux squelettes immenses, allant de 2,15 m à 3 m, à Chickasawba.

En 1877, l’éditeur du journal écrivit au Smithsonian en détaillant ses trouvailles de Chickasawba. En 1881, le Smithsonian envoya Edward Palmer sur les lieux. Palmer y passa une journée et il écrivit dans son journal que le site avait été pillé, ajoutant que cela coûterait trop cher de faire des fouilles sous le tumulus. L’article de 2009 racontait pourtant que « des centaines » de pots magnifiques avaient été extraits du site durant les années 1980. Le tumulus et le champ avoisinant, où se tenait autrefois un village mississippien, ressemblait à « un champ de bataille bombardé ».

L’article disait aussi, sans un soupçon de scepticisme, qu’un squelette de 2,15 m avait été mis à jour en 1976 sur le site.

En arrivant à Chickasawba en février, il tombait des averses de grêle et nous avons pensé qu’aller à Cahokia était trop risqué. Nous sommes repartis à Blytheville où le propriétaire d’une librairie avait contacté la station de recherche locale du Arkansas Archeologist, située près du tumulus.

Les archéologues étaient enchantés que nous ayons visité leur station de recherche. En arrivant, les deux archéologues du site étaient occupés à nous copier un article qui contenait selon leurs dires, « tout ce qu’on connaît du site ». J’ai posé la question à l’archéologue en chef sur les grands squelettes qui y avaient été découverts. La question rencontra un regard de perplexité et la réponse fut, « Je n’ai jamais entendu parler de quoi que ce soit à ce sujet ». L’article qu’il m’ont tendu était le même article que celui de 2009 trouvé la veille. J’ai ouvert la copie à la page où on discutait des grands squelettes. L’archéologue le regarda et déclara, « Je n’ai jamais lu ceci auparavant ». L’étrangeté de la situation était saisissante.

Après avoir fait le tour de l’installation, j’ai demandé si les restes des squelettes avaient été étudiés et on me dit qu’aucun squelette n’avait été conservé. Ils ont tous été ré-enterrés après avoir été renvoyés aux tribus des années auparavant.

C’est à ce moment-là qu’Andrew et moi décidâmes de faire des recherches dans la littérature archéologique sur les squelettes géants.


Squelettes géants et Institut Smithsonian


Une foule de chercheurs, parmi eux Vieira, Fritz Zimmerman et Ross Hamilton, ont publié dans les journaux approximativement 1500 articles dans une période allant du milieu des années 1800 au milieu des années 1900, rapportant la découverte d’immenses squelettes disséminés en Amérique.

Ces articles mentionnent des squelettes d’une taille allant de 2,15 m à 5,50 m.

En réponse, un article d’une réédition du Smithsonian Magazine de 2012 annonçait, « Il n’y a pas eu de race préhistorique de géants ». (Science News du 23 mars 2012 « Mesurez votre géant soigneusement et sa taille va diminuer »). Cette déclaration n’a fait qu’aggraver la polémique.

Un fait qu’on cite comme preuve d’une théorie de la conspiration est que le Smithsonian n’a jamais exposé les squelettes géants. Ce qui est exact, mais seul un faible nombre leur a été envoyé. L’objectif principal de leur enquête sur les tumulus était de déterminer qui les avait construit et de rassembler des squelettes en tant que spécimens.

L’autre raison est qu’aujourd’hui le Smithsonian possède moins de 300 squelettes en stock et ils proviennent de l’Amérique centrale et de l’Amérique du sud. Tous les autres restes funéraires qu’ils détenaient ont été rapatriés et ré-enterrés dès 1989.


Canulars, exagérations et rapports du Smithsonian


Après notre retour à Memphis, Andrew et moi avons démarré une recherche dans les compte-rendus d’anciens journaux.

L’un d’eux, un compte-rendu de 1922 intitulé « Les squelettes géants de Tampa en Floride », était un canular élaboré.

Nous en suivîmes plusieurs autres jusqu’à leur origine première. Certains s’avérèrent des récits exacts des excavations du Smithsonian dans les années 1800, mais d’autres menaient à des impasses. Beaucoup se révélèrent des anecdotes sur des personnes anonymes qui avaient découvert des squelettes.

Ayant trouvé que les reportages les plus précis venaient du Projet d’étude pour les tumulus du Smithsonian, nous décidâmes de parcourir soigneusement les deux principaux compte-rendus (1877 et 1894). Ils occupaient 842 pages.

Je possède les copies originales des rapports du Bureau d’Ethnologie et le fait d’avoir les transcriptions a aidé.

À la suite de nos découvertes, nous avons décidé aussi de creuser quelques autres publications d’archéologie traditionnelle.


Le Projet d’Étude pour les tumulus du Smithsonian


La division du Smithsonian pour l’exploration des tumulus (avec son projet d’étude) a été instituée en 1881 par un acte du Congrès. Cyrus Thomas était le directeur du projet et l’auteur des rapports annuels sur les tumulus. On sait qu’il a souvent utilisé textuellement les rapports écrits de ses agents sur le terrain. Le projet principal se déroula entre 1882 et 1891. Il employa trois agents de terrain rémunérés 125 dollars par mois, ce qui comprenait le déplacement, le logement, les repas et l’embauche de journaliers locaux.

Thomas rapportait que le projet a permis d’ouvrir 2000 tumulus et de récupérer 40.000 spécimens. Le nombre total de squelettes découvert n’est pas connu, parce que de nombreux tumulus contenaient un enchevêtrement de restes de squelettes partiels ou incinérés et parce que de nombreux squelettes s’étaient tout simplement désintégrés.

Notre analyse des compte-rendus annuels du Bureau d’Ethnologie (1887, 1894) a révélé que 17 « grands » squelettes ont été mis à jour dans les tumulus par les agents de terrain. Leur taille allait de 1,96 m à 2,30 m. Quatorze d’entre eux étaient d’une taille au moins égale ou supérieure à 2,10 m. Les tumulus où furent retrouvés les grands squelettes se trouvaient à Adena, Hopewell et sur les sites du Mississippi. Cependant la moitié des sept géants furent découverts dans les tumulus de l’époque Adena à l’ouest de la Virginie, le long de la vallée de la rivière Kanawha principalement.


Il est important de noter que les compte-rendus du Bureau mentionnaient la découverte de nombreux autres « grands » squelettes, mais une bonne partie était si désintégrée que des mesures précises étaient impossibles. En substance, le Smithsonian ne dissimula pas la découverte de ces grands individus ; il omit simplement de les qualifier de « géants ».

Mais cela nous amena à regarder d’autres compte-rendus faits par les archéologues traditionnels.


Les découvertes archéologiques « modernes » de squelettes géants dans les tumulus


En mai 1950, William Webb et Charles Snow de l’université du Kentucky démarrèrent des fouilles sur le tumulus funéraire de Dover dans le Kentucky. Le compte-rendu des 6 mois de fouilles expliquait que le tumulus avait été érigé au-dessus de plusieurs petits tumulus. Plusieurs tombes entourées de bois furent découvertes à la base du tumulus. Une datation au carbone situait le tumulus à l’époque Adena (– 220 – 300).

55 tombes furent trouvées, la plupart presque totalement désintégrées. Plusieurs tombes entourées de bois avaient survécu intactes. Plusieurs squelettes d’hommes robustes de 1,80 m furent découvertes, mais dans une des tombes les restes de quatre individus allongés furent retrouvées. Un squelette était, « l’un des plus grands connus pour l’époque Adena : une mesure sur le terrain donnait 2,13 m du crâne aux pieds ». Des artefacts en cuivre gisaient près de cet homme ainsi que des perles, des silex et des coquillages.

En 1958, l’archéologue Don Dragoo du Carnegie Museum fit des fouilles dans le tumulus de Cresap situé au sud de Moundsville et y découvrit 54 tombes.

Il trouva un squelette sur une tombe en saillie entourée de bois à la base du tumulus ainsi qu’une tablette, des coquillages, de l’ocre rouge, des perles, et des silex. Le squelette était celui d’un « grand mâle adulte » aux « genoux pliés »… Une fois mesurée, sa taille se révéla de 2,15 m ».


Il existe de nombreux autres exemples d’archéologues traditionnels mettant au jour de grands squelettes provenant des tumulus Adena. Le Welcome Mound à l’ouest de la Virginie fut fouillé en 1957 par Franck Setzler du Smithsonian.

Une tombe révéla un squelette sévèrement détérioré d’un homme « grand ». Grâce aux artefacts trouvés près de lui, on détermina qu’il avait été chamane. Setzler mentionnait aussi que le squelette de 2,13 m trouvé à Dover Mound était aussi celui d’un chamane et qu’une tombe semblable de chamane avait été découverte à Ayres Mound dans le Kentucky (Dragoo).


Plusieurs fouilles de tumulus révélèrent des tombes de chamanes. Dans la plupart des cas, malheureusement, les restes des squelettes s’étaient complètement désintégrés, rendant impossibles les mesures.


En résumé, il est clair que de nombreuses tombes de l’époque Adena étaient celles d’individus de l’élite. Ces individus étaient excessivement grands et nombre d’entre eux étaient probablement des chamanes qui avaient à voir avec le voyage après la mort des amérindiens.


Affirmations de sceptiques et taille de la population Adena : point de vue statistique


Virtuellement toutes les affirmations faites par des sceptiques sur les grands squelettes se sont démontrées fausses. Il n’y pas de doute que de nombreux grands individus ont été enterrés dans des tombes bien en vue dans les anciens tumulus d’Amérique. Beaucoup parmi eux étaient chamanes et d’autres sans aucun doute des chefs.

Mais la question importante est : cela pourrait-il simplement être dû à la chance ?

De nombreuses personnes parlent des grands joueurs de basket comme moyen d’insinuer qu’on trouve partout des personnes de grande taille.

Mais sur un plan statistique, dans le monde actuel, le pourcentage réel de gens atteignant une taille de 2,15 m est de 0,000007 % — ou une sur 146.000.

Si on applique ce chiffre aux découvertes du Smithsonian, il leur aurait fallu mettre à jour 2,5 millions de squelettes pour trouver 17 individus de cette taille. Mais ceux de Hopewell et Adena étaient plus petits : les hommes Adena mesuraient en moyenne 1,62 m et ceux de Hopewell 1,67 m.

Appliquer un outil statistique pertinent à la taille des Adena montre que seuls 0,0000002 % d’entre eux atteignait 2,10 m (un sur 1,4 million de gens). Il est clair que quelque chose d’inexpliqué est à l’œuvre.


L’élite Adena


En réponse à nos trouvailles, un blogger prétendait que nous pensions que c’étaient des « géants de l’Atlantide » qui gouvernaient les bâtisseurs des tumulus d’Amérique.

Nous n’avons pas du tout mentionné l’Atlantide dans le livre « Le Chemin des âmes », mais peut-être qu’un sceptique a trouvé la réponse. Je suis certain que les ancêtres des amérindiens ont construit les tumulus, mais je suis tout aussi certain que l’histoire complète de l’installation des anciens amérindiens et la source de peuplement ne sont pas pleinement connues ou comprises.

Il existe diverses légendes tribales anciennes affirmant que des « géants » (des gens surpassant en taille la population) ont envahi ces contrées. Ces géants devinrent des dirigeants et ils avaient un savoir qui soumettaient et pacifiaient les peuples indigènes. Quand ces individus de l’élite mouraient, on les enterrait sous les tumulus. Le droit à régner était transmis par hérédité aux générations suivantes de géants.

Au fil du temps, ces dirigeants géants devinrent cependant incroyablement corrompus.

Peu à peu les tribus se révoltèrent et finirent par les exterminer.


À l’époque où les premiers européens s’enfoncèrent dans les régions des tumulus, presque tous les géants avaient disparu.


Mais en Alabama, Hernando de Soto rencontra un chef de 2,15 m nommé Tuscaloosa et son fils mesurait la même taille. (De Soto les tua tous les deux) D’autres explorateurs rencontrèrent aussi de grands dirigeants des villages à tumulus.


Mais Andrew Collins et moi-même pensons que ces personnes de grande taille, qui semblaient des géants pour les populations locales plus petites, étaient l’élite qui détenait la connaissance du voyage de l’âme après la mort.


Dans sa longue postface, Andrew allègue qu’ils ont pu être des membres de population hybride qui pénétra les Amériques il y a peut-être 16.500 ans. Quant à moi, ce dont je suis sûr, c’est que ces géants ont réellement existé.

1 commentaires

jeu.

09

avril

2015

Un  bûcheron chinois aurait couché avec une femme extraterrestre de 3 mètres de haut avec 6 doigts

« Si vous n’arrivez pas à me trouver, » a dit Meng Zhaoguo avec son téléphone portable dont le signal s’affaiblissait du à son isolement, « Dirigez-vous jusqu’à la dernière maison sur la voie de l’exploitation forestière de la commune. Ou demandez à quelqu’un qui est sur place. » Tout le monde connait la première personne chinoise qui a été enlevée par des extraterrestres.


Avec une économie en plein essor, la Chine a atteint des sommets dans les classements mondiaux : elle possède des millions de locuteurs en anglais, une grande partie des millionnaires et beaucoup de touristes très peu économes.


Pourtant, en dépit d’être un peu plus grande que les États-Unis avec quatre fois plus de personnes, la Chine est à la traîne en ce qui concerne les observations d’ovnis et les visites d’individus d’un autre monde.


À ce jour, un seul chinois, le bûcheron Meng Zhaoguo, prétend avoir couché avec une extraterrestre.

Meng Zhaoguo, un travailleur originaire du nord de la ville chinoise de Wuchang, est testé par un détecteur de mensonges à Pékin.

J’ai d’abord rendu visite au domicile de Meng dans la commune Drapeau Rouge spécialisée dans l’exploitation forestière, placée au centre des vestiges d’une forêt au nord de la Chine, une zone historiquement connue sous le nom de Mandchourie.


Les chinois décrivent les habitants du nord-est comme ayant un grand coeur, industriels et parfois un peu touchés au niveau de la tête. Donc pour eux cela n’a pas été un gros choc que la première personne prétendant avoir eu des relations interstellaires soit originaire de cette région. En 2003, j’ai roulé sur une route couverte de glace, en pleine forêt, afin de le rencontrer.


Sur la commune, Meng vivait dans une cabane en bois composée de deux-pièces qu’il avait construit de ses propres mains. Des ampoules jaunes dont les fils étaient à nu tombaient du plafond et les téléphones portables ne captaient pas de signaux satellites. Mais un grand écran téléviseur Sony remplissait tout un mur.


« Dans notre coin, on ne capte que deux chaines, » dit-il. « Donc c’est une perte d’argent, mais je ne l’ai pas acheté. Un homme d’affaire me l’a apporté, après qu’il ait entendu mon histoire. » Un autre visiteur, de Malaisie, m’a apporté une vache. « Je l’ai vendue », a dit Meng. « Les vaches coûtent de l’argent. Qu’est ce que je pourrais faire avec une vache dans ma forêt? »


Nous avons fait une promenade à l’extérieur, la neige craquait sous nos bottes et avons observé les Montagnes du Dragon, voilées par une brume pourpre filtrée par la lumière du crépuscule. Ce soir-là, Meng a fait les mêmes allégations qu’en 1994, quand il a vu un reflet métallique miroiter sur ces sommets.


« J’ai pensé qu’un hélicoptère s’était écrasé, alors j’y suis allé pour récupérer quelques morceaux de métal. » Il a alors atteint le sommet d’une vallée puis a espionné l’épave de loin, quand tout à coup« Foom! Quelque chose m’a frappé sur le front et m’a assommé. »


Il se réveilla dans sa cabane, m’a t-il dit, sans aucun souvenir de comment il s’était retrouvé là. Quelques nuits plus tard il se réveilla et découvrit qu’il flottait à quelques centimètres au dessus de son lit. 


Comme sa femme dormait en dessous lui, une femme extraterrestre de 3 mètres de hauts avec 6 doigts qui avait la cuisse rose et les cheveux tressés s’agrippa à la taille de Meng. Meng et l’extraterrestre femelle copulèrent pendant près de 40 minutes.


« Elle est ensuite passée à travers le mur et je suis redescendu lentement dans mon lit. Elle me laissa comme cela. » Il a ensuite défait son pantalon pour révéler une longue marque de 50 centimètres de peau déchiquetée.


Je lui ai demandé de dessiner la créature, il a pris un stylo et a déchiré une feuille de papier d’un rouleau. A ma grande surprise, j’ai reconnu l’extraterrestre. Comme il faisait de minuscules ‘x’ sur les cuisses de l’extraterrestre, j’ai réalisé que Meng dessinait en fait le bonhomme Michelin. Son sourire, son visage blanc bouffi qui faisait signe du sommet d’un atelier de réparation automobile à la base de la commune de Meng. J’ai pensé à cela.


Mais Meng raconta l’histoire d’une façon très posée, pas désespéré ou en quête de convaincre ou de persuader, afin de pousser quelqu’un à y croire. Je gardais mes convictions pour moi-même, puis il me demanda si c’était ok d’aller dehors avec ses enfants et de jouer avec les feux d’artifice que j’avais apporté. Cette nuit-là, je dormais dans le lit de Meng alors que lui était affalé sur son canapé.


« Dans 60 ans, sur une planète lointaine, le fils d’un paysan chinois naitra. »


(…) « Les journalistes sont à la recherche d’incohérences dans mon histoire », me dit-il le lendemain matin dans sa maison. « J’en ai marre de la raconter, au bout du compte je ne suis qu’un paysan. »


« Ils [les extraterrestre] m’ont dit en chinois, avec un accent très prononcé qu’il serait difficile pour moi de comprendre cela au premier abord, qu’ils étaient des réfugiés. Comme moi, ils voulaient échapper à leurs premières vies, donc ils quittèrent leur foyer en perdition. »


Cette déclaration faisait écho à celle des immigrés chinois, et aussi au désir de Meng de quitter la commune avec sa famille.

Meng demanda à voir son extraterrestre chérie, celle à la cuisse rose et aux cheveux tressés.


Ils rétorquèrent que c’était « Impossible. » Mais ils lui ont ensuite dit quelque chose qui lui fit plaisir.« Dans 60 ans, sur une planète lointaine, le fils d’un paysan chinois naitra »

C’était une idée de génie: Meng a introduit le concept de conscience en provenance de l’espace à la classe moyenne Chinoise. (…)


« Il n’y a pas si longtemps que ça, les humains croyaient que la Terre était plate, » dit-il.

« Il y a même quelques décennies, les gens ne pensaient pas que les téléphones portables fonctionneraient. Les humains, s’ils n’ont pas vu quelque chose de leurs yeux, doutent naturellement que ça existe, ou que la vie fonctionne ainsi. J’ai été le premier chinois courageux à dire: « J’ai vu ça. » (…)

la suite ICI

jeu.

03

juil.

2014

Abduction et contact, interview de Marc Gray et Serge Peyronnet

L'émission ODH Nv soirée spéciale Abduction et contact vous est présentée par Martine et Gilles Thomas.

Les invités sont Marc Gray, Serje Perronnet et Xavier, qui vous parle des abductions et des contacts.

ven.

28

mars

2014

Mutilations de bétails : hypothèses

Des vaches, chevaux, chèvres et autres animaux ont souvent été retrouvés morts et leurs cadavres mutilés ainsi que leurs organes prélevés avec une troublante précision chirurgicale.
Après chacune de ces attaques, on ne trouve jamais aucune trace de sang autour du site.
 
De nombreuses théories entourent ces mystérieuses vagues. Les suspects généralement évoqués sont les animaux prédateurs, les sectes sataniques, les extraterrestres, et même le gouvernement des États-Unis. A ce jour, aucune arrestation n'a été réalisée, même si plus de 10 000 attaques ont été enregistrées dans tout le pays, selon KLAS-TV Las Vegas.

Voic une analyse dans le PDF ci-dessous

Les mutilations de bétails - hyporhèses.
Document Adobe Acrobat 190.8 KB

mar.

11

févr.

2014

Le programme d'hybridation extraterrestre

Voici un article paru dans lesconfins.com de Daniel Robin qui émet l'hypothèse que les extraterrestres mènent un vaste programme d'hybridation à l'échelle planétaire depuis de nombreuses années. 

Deux interprétations l'une négative et l'autre positive en découlent.

Bonne réflexion !

Le programme d'hybridation.pdf
Document Adobe Acrobat 267.1 KB

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

“CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE ”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"