lun.

03

juil.

2017

Jacques Vallée, Ovnis et radio-isotopes

 

Jacques Vallée est l'un des témoins et surtout l'un acteurs les plus actifs de l'Ufologie mondiale  depuis les années 1940

 

Il était à Paris pour faire le point sur ces dernières recherches  lors d'une conférence  le 26 juin 2017.

 

 

Cela nous donne l'occasion de faire à nouveau le point sur l'ufologue français le plus célèbre qui baigne dans cette recherche depuis tout jeune. 

 

Jacques Fabrice Vallée est  né en France et il vit maintenant dans la région de San Francisco.

 

Adolescent, à Pontoise, Vallée fait une 1ère observation : une soucoupe classique, argentée, réfléchissant le Soleil, avec une sorte de dôme transparent dessus. Un ami à lui habitant à 1 km de là voit le même objet aux jumelles. Tous deux ne s'expliquent pas leur observation, mais Vallée pense à l'époque à un prototype secret  .

 

Vallée part à Lille pour une maîtrise d'astrophysique.

 

Au cours de son travail astronomique, Vallée observe des ovnis.

 

En 1961, il les suit et les vise au théodolite, comme nombre de ses collègues :

 

Les objets que nous suivions au théodolite n'étaient pas spectaculaires. Ils se comportaient comme des satellites artificiels, mais leur orbite était rétrograde et l'on arrivait presque jamais à les retrouver. A cette époque, aucun pays au monde n'avait de fusée assez puissante pour lancer un satellite rétrograde. Et la probabilité était infime pour qu'il s'agisse d'astéroïdes capturés par hasard par l'attraction terrestre (les américains ont dans leurs dossiers des plaques photographiques montrant un de ces satellites inconnus

sur 2 orbites successives)  .

 

Mais ce qui étonne le plus Vallée, c'est le comportement des scientifiques qui l'entourent :

leur unique préoccupation est d'éliminer ces observations en les niant.

Après avoir apporté la preuve que de tels objets ne peuvent être des avions, il assiste un jour dans un grand observatoire à la destruction des bandes magnétiques d'objets non identifiés observés pendant la nuit.

 

Outré, il déclarera à ce sujet :

 

"L'attitude du directeur de l'observatoire était non scientifique." A l'automne 1962, suite à ce choc, et dégoûté de la politique française en général, il décide de quitter la France aux Etats Unis. "

 

 

Il a participé en 2014 au CAIPAN organisé par le GEIPAN les 8 et 9 juillet :

" le CNES a réuni à Paris des scientifiques et des ufologues  pour un atelier sur les méthodes et outils susceptibles d’améliorer la Collecte et l’Analyse des Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés (CAIPAN). Cette rencontre internationale a permis pour la première fois d’associer l’expérience des associations d’ufologie aux recherches en psychologie et astronomie, ainsi qu’à l’expertise de la Gendarmerie nationale et de l’Armée de l’air"

 

 

 

Ceci dit, Jacques Vallée avec Bertrand Méheust sont  les deux intellectuels qui  nt permis de comprendre que le phénomène ovni n'avait rien de farfelu et que dans certains cas, les témoins vivaient de vraies expériences extraordinaires.

 

Ces deux chercheurs ont aussi abouti à la conclusion qu' entre la crédulité extrême des uns et l'hyper-rationalisme des autres existe une troisième voie qui est celle de la quête de la connaissance.

 

Et cette quête n'a pas besoin de se faire au vu et au su de tout le monde.

 

 

Revenons à cette dernière conférence qui était un peu la suite de celle de novembre 2000 avec le CENCES où il avait exposé les cas d'ovnis ayant rejeté du métal fondu.

 

Cette fois-ci il apporta des éléments d'étude de quelques uns de ces cas avec la proportion d'isotopes de ces fragments métalliques afin de déterminer une différence avec la proportion terrestre normale.

 

Les résultats d'analyses ont été réalisées par lui en laboratoire.

 

Donc, dans certains cas, les échantillons correspondent aux normes naturelles, et dans d'autres cas non.

 

Pas de doute, nous sommes bien dans le cadre du phénomène OVNI.

On remarquera qu'il n'y a pas d'isotopes "exotiques".

Ce sont les proportions des isotopes qui varient.

 

On remarquera que pour "Muestra-B", Mg(24) arrive en première position, Mg(26) en seconde, et Mg(25) en troisième position pour les trois (naturel,+ 2 "exotiques"). 

 

On remarquera aussi la présence identique du sodium et du silicium...

 

Idem pour "Sierra-1", Ti(48) est le plus important, Ti(46) et Ti(50) sont très similaires.

 

Pour les autres isotopes, les écarts ne semblent pas très significatifs.

 

Bref, si ces échantillons exotiques ont vraiment été produits par des ovnis, ils pourraient démontrer que ces phénomènes changeraient la composition en isotopes de matériaux bien de chez nous...Il faudrait donc regarder quelle réaction nucléaire est à considérer ici...On pourrait trèa bien avoir de drôles de surprises (notamment avec l'âge des échantillons...) 

 

 

Mr Jacques Vallée a invité les chimistes et labos à partager leurs avis et leur savoir sur cette question.

 

Il les a également invité à analyser les rares échantillons en sa possession pour comparaison des résultats.

 

La conférence  fut filmée et peut-être que nous disposerons de son intégralité sur le net.

 

 

Concernant les isotopes  (magnésium, titanium) la littérature scientifique est très claire à ce sujet.

 

Les pourcentages d'isotopes stables (3 isotopes stables pour le magnésium) ne sont pas figés dans le temps et peuvent aussi varier ici même sur Terre d'un endroit à l'autre.

 

Ce qui fait que par exemple le nombre de masse (=nbre de protons + nbre de neutrons) de l'oxygène qui est 15,9994

(calculé à partir des pondérations en fonction de l'abondance relative de ses isotopes stables 16, 17 et 18 et des 9 autres radio-isotopes) peut varier (même si cette variation est très très petite) d'un endroit à un autre en fonction de facteurs climatiques par exemple.

 

Un exemple ici pour l'isotope O(18) en fonction du temps:

 

 

Ces variations sont donc connues en géologie et elles concernent tous les éléments.

 

Maintenant, la question qu'il faut se poser est la suivante : 

 

Est-ce que ces variations naturelles peuvent expliquer ce que l'étude de Jacques Vallée  a identifié comme écart ?

 

Et bien il semblerait que ce n'est pas le cas...

 

 C'est qu'une étude scientifique (voir ici) prouve bien que des variations naturelles pour le magnésium existent bel et bien mais elles sont vraiment très très faibles par rapport aux variations soulignées par l'étude de Jacques Vallée :

 

Cliquer pour agrandir

 

 

Comme élément de réponse nous avons en main une étude scientifique qui établit très clairement les variations de l'abondance isotopique.

 

Alors nous avons là la possibilité de comparer des pommes avec des pommes.

 

 

Les calculs ne sont pas compliqués; nous allons utiliser l'équation ci-dessous.

 

Si on se base sur la méthodologie décrite plus haut(i=26 et j=24), pour le premier échantillon exotique,

 

on trouve delta(26Mg)= 1176 o/oo.

 

Quand au second : delta(26Mg)= 822 o/oo.

 

A comparer avec delta(26Mg)= -1.95 o/oo

 

qui constitue la variation la plus importante de l'isotope Mg(26) connue à ce jour  !!

 

 

Remarque :  

 

Il y a deux erreurs mineures dans les données.

 

Pour l'échantillon "Shard 3a", le total dépasse 100% !

 

Aussi, pour la référence et en raison des chiffres significatifs, on devrait avoir Mg(26)=11.01 et Mg(24)=78.99 ou si on arrondit à un chiffre après la virgule: Mg(26)=11.0 et Mg(24)=79.0.

 

Mais ceci ne change rien au fait que les écarts établis par JV sont vraiment intrigants...

 

 

Les écarts sont donc très significatifs pour le magnésium dans le cas des deux échantillons exotiques analysés...

 

On comprend mieux maintenant la conclusion de JV pour le magnésium:

 

"Ratios are significantly different from terrestrial". cheers 

 

Ceci dit, nous savons aujourd'hui que certains ovnis semblent rejeter ces matériaux.

 

Nous avons donc les possibilités suivantes:

 

- Un processus physique pourrait être à l'origine de la transmutation de certains isotopes stables.

Ceci suppose des réactions nucléaires qui seraient initiées par l'ovni lui-même.

Or, nous avons de très nombreux cas crédibles (exemple le très fameux cas de Cash-Landrum de 1980 au Texas) où les témoins ont rapportés avoir subi des lésions et des effets physiologiques ressemblant à ceux que causerait la radioactivité (liée à des isotopes instables dont la durée de vie pourrait être très courte).

 

- Ces variations pourraient aussi être dues au fait que le matériau rejeté pourrait provenir d'un "autre endroit spatio-temporel" où ces taux seraient différents.

 

Ceux qui connaissent les idées de Jacques Vallée sur le phénomène comprendront l'intérêt que ce dernier porte å ces analyses et la raison qui le pousse à ne pas vouloir conclure.

 

Maintenant, prenons le cas du titanium.

 

Est-ce que les écarts identifiés par JV sont aussi significatifs comme le sont ceux du magnésium ?

 

 

Voici ce que l'on trouve sur le site de l'AIEA

 

 

Ti(47) = 7.44+-0.02% |  JV trouve 5.33 % et 3.83%

 

Ti(49) = 5.41+-0.02 % | JV trouve 6.30% et 6.70%

 

Avec la formule suivante, l'importance des écarts est encore plus évidente !

 

 

>  Pour Ti(i=47)(j=48), on a delta(47TI)= -285.44 o/oo et                                                            delta(47TI)= -504.31 o/oo

 

comparés

 

à un delta(47TI) maximal de 3.10 o/oo accepté par l'AIEA

 

 

>  Pour Ti(i=49)(j=48), on a delta(49TI)=161.52 o/oo et                                                             delta(49TI)=192.51 o/oo

 

comparés

 

à delta(49TI) maximal de 4.11 o/oo accepté par l'AIEA

 

CONCLUSION 

 

Même si on doit prendre en compte les variations des taux d'abondance des isotopes du magnésium et du titanium sur la planète Terre, les écarts identifiés s'avèrent comme étant clairement très significatifs. 

 

Maintenant, il va falloir répliquer l'analyse de JV puis devoir expliquer l'origine des écarts.

 

 

C'est qu'ils ne sont pas supposés du tout exister sur notre belle planète !!

 

0 commentaires

lun.

10

avril

2017

Est-ce une preuve qu’une ogive nucléaire a explosé il y a 12,000 ans ? - 10 Avril 2017

 

D'après Scott C. Waring:

 

"Il y a une tonne de preuves que des civilisations ont autrefois existé sur Terre, bien avant l’avènement de l’humanité.

Mais voici quelques preuves qui démontrent qu’une explosion nucléaire s’est produite il y a 12,000 ans et que des armes de destruction massive sont peut être une erreur que nous sommes voués à répéter."

 

Les textes hindous antiques d’il y a plusieurs milliers d’années semblent suggérer qu’un type d’arme ultra sophistiquée aux allures d’une bombe atomique a explosé sur Terre il y a 12,000 ans.

 

Le Mahabharata et le Ramayana sont des textes épiques sanskrits supposés avoir été écrits entre le 8ème et 9ème siècle avant JC et relatent de la bataille de Kurukshetra et la bataille entre Rama et le démon Ravana.

 

UNE BOMBE NUCLÉAIRE A-T-ELLE EXPLOSÉE SUR TERRE IL Y A 12,000 ANS?

mar.

28

mars

2017

Les extraterrestres désactivent des missiles nucléaires depuis des décennies… Mais pourquoi ? - 28 Mars 2017

La photo que vous voyez ci-dessus est une vraie photo prise en août 1952.

 

Cette photographie présentant plusieurs ovnis au dessus d’une installation militaire américaine a été prise par un photographe de la garde côtière, un lieu commun pour les observations d’ovnis.

 

La photo a été classée par le gouvernement des États-Unis, puis déclassifiée pour être publiée. Le phénomène a été observé par plusieurs personnes dites «professionnelles».

 

Source  1

 http://www.salemnews.com/news/lifestyles/looking-back-at-salem-s-coast-guard-station/article_436a778c-3d1b-11e5-88a0-fbd521426423.html

 

Source 2  http://www.ufoevidence.org/photographs/section/1950s/Photo51.htm

Il n’y a pas de pénurie de photos et de vidéos quand il s’agit d’ovnis, voici un autre exemple «officiel» à lire sur les militaires canadiens.

«Il me semble que l’incident de Bentwaters est un cas classique d’ une intrusion apparente dans notre espace aérien et même un atterrissage dans notre pays a été observé par des personnes très sérieuse au sein de l’armée, des personnes responsables faisant un travail responsable… Bentwaters est dans un sens, un point de repère sur la façon de ne pas traiter ces questions à l’avenir… Je sais un peu de choses sur l’incident de Bentwaters… Il n’y a que deux explications pour ce qui s’est passé cette nuit-là… La première explication est que les gens concernés ont prétendu qu’un objet venant droit de l’atmosphère terrestre a atterri dans leur base aérienne. Ils sont arrivés et sont restés là, ils ont inspecté le site et l’ont photographié, le lendemain ils ont effectué des analyses du sol où il se trouvait et il y avait des traces d’émissions radioactives. Ils ont rapporté ceci… et l’ont envoyé à notre Ministère de la Défense. »

 

La citation ci-dessus a été émise par l'amiral Lord Hill-Norton, ancien chef d’état-major de la Défense, amiral 5 étoiles de la Royal Navy et président du comité militaire de l’OTAN concernant ce qui est connu comme l’incident Bentwaters. C’est un incident qui a eu lieu à Rendlesham Forest, et reste un événement très important et l’un des cas d’observations d’ovnis les plus controversés ; car le témoignage militaire ainsi que la documentation militaire maintiennent qu’un tel événement s’est produit. La région abrite des armes nucléaires, un fait qui a été réfuté pendant des années par les autorités, mais qui a été ensuite admis comme était vrai.

Norton fait partie des centaines (et plus de 1000 témoins militaires dans le monde entier) qui viennent témoigner sur la réalité des visites extraterrestres. Il s’est exprimé ainsi :

 

« Il y a des objets dans notre atmosphère qui sont techniquement à des milliers d’années d’avance de tout ce que nous pouvons déployer, nous n’avons aucun moyen de les empêcher de venir ici… et il existe une possibilité sérieuse que des individus en provenance de l’espace extra-atmosphérique (d’autres civilisations) ont rendu visite à notre planète depuis des années. Cela dit, il nous appartient de savoir si ces personnes seront dangereuses à l’avenir ou de nos jours; elles pourraient devenir hostiles. A nous de découvrir qui ils sont, d’où ils viennent, et ce qu’ils veulent. Elle devrait être l’objet d’une enquête scientifique rigoureuse et non pas le sujet de «railleries» par les journaux tabloïdes. »

 

L’incident de Bentwaters, selon le ministère britannique de la Défense, a été décrit comme n’ayant «aucune importance pour la défense».

 

Cela n’a pas beaucoup de sens ; comment pouvez-vous dire aux gens qu’après qu’un Colonel d’une installation d’armes nucléaires et ses nombreux hommes ont expérimenté ce qu’ils ont vécu, ou tous ont souffert d’une hallucination géante, ensemble, ça n’a aucune signification de défense ?

Cela n’a pas de sens, n’est-ce pas ?

 

Il y a des exemples de partout dans le monde.

 

La même chose s’est produit en Russie, avec même des articles de Wikileaks intitulés «Objets volants non identifiés en Algérie», fournissant des détails concernant le secrétaire général du ministère de la Défense, le colonel Abdelhamid Latrech, et son intérêt pour « les machines étranges qui avaient manœuvrées au-dessus de l’espace aérien algérien ces dernières semaines ».

 

Le document décrit comment ces étranges objets ont été «vus près d’installations militaires par des personnes responsables». La liste des «personnes responsables» est bloquée et indique «Utilisation officielle limitée» parce que les personnes en question sont des militaires. Des centaines de ces personnes se sont présentées publiquement, et voici un exemple.

 

Le professeur Robert Jacobs, qui était l’officier chargé de l’instrumentation optique à la base aérienne de Vandernburg, était chargé de superviser la photographie instrumentale de chaque missile.

 

À l’époque, les missiles nucléaires étaient appelés «missiles balistiques inter-pays» (ICBM) parce que la plupart d’entre eux ont explosé lors du lancement.

 

Leur travail consistait également à fournir des données sur les raisons de leur explosion, afin qu’ils puissent fournir aux ingénieurs une photographie séquentielle d’ingénierie suffisante pour qu’ils puissent voir ce qui n’allait pas avec le missile.

 

 Ce que nous avons photographié là-haut m’a affecté pour le restant de mes jours, et a eu un impact énorme sur ma compréhension de l’univers et de la manipulation gouvernementale de nos esprits. » (Source)

 

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez également voir une reconstitution de l’événement.

 

Un autre incident s’est produit à la base aérienne de Malmstrom dans le Montana, et c’est l’un des événements les plus remarquables dans cette histoire des rencontres d’ovnis avec l’armée.

 

Ça s’est produit en mars 1967 dans une base dans laquelle étaient entreposés d’une grande quantité d’armes nucléaires.

 

Des témoins ont vu un ovni rouge et brillant planer juste devant l’ouverture principale. Après cela, tous les missiles nucléaires ont été désactivés et étaient complètement hors service.

 

Voici un extrait du capitaine Robert Salas, l’un des hommes impliqués dans l’incident, qui a donné son témoignage lors de la conférence Citizens on Disclosure qui a eu lieu il y a quelques années, au cours de laquelle plusieurs universitaires, politiciens et ex-militaires se sont réunis devant plusieurs congressistes pour discuter de la question et ce qui s’y est passé.

 

 

Donc, pourquoi y a t-il une telle activité ?

 

De nombreuses théories existent.

 

Lorsque des témoins militaires se sont rassemblés au sein du club de la presse nationale en 2010, le sentiment partagé entre eux était que ces ovnis et que quiconque les dirige, nous envoie un message clair que nous « jouons avec le feu ».

 

Mais le témoignage d’un autre haut fonctionnaire qui a passé sa vie a travailler avec des armes nucléaires et des installations d’armes nucléaires offre une explication différente basée sur une information gardée secrète.

 

Son nom est le colonel Ross Dedrickson, et il a dit que lui et son équipe ont constamment reçu

 

« des rapports de visites par des ovnis sur les installations de stockage et même certaines des installations de fabrication, tout cela en permanence ».

 

Il a poursuivi en disant qu’ils

« ont constaté que les rapports étaient peu nombreux, mais les gens de la sécurité étaient réticents à en signaler beaucoup parce que le protocole et la bureaucratie étaient impliqués dans les rapports, ils ont simplement évité de faire des rapports ».

 

« Nous avons observé que les ovnis étaient très intéressés par les installations (installations de confection d’armes nucléaires) qu’ils rendaient visite… Deux ogives nucléaires qui avaient été lancées dans l’espace ont été détruites par les extraterrestres. »

 

Après avoir mentionné ce qui précède, il continue d’utiliser l’incident de Vandenburg (mentionné plus haut dans l’article) comme exemple, où ils ont photographié le missile et l’ovni tandis que le premier sortait de l’atmosphère terrestre.

 

Il ajoute :

« Et c’est leur préoccupation majeure (aux extraterrestres), de préserver l’intégrité de la Terre parce qu’elle affecte leur propre système…

 

Il y a eu un incident quand nous avons fait exploser une arme nucléaire dans le Pacifique… et la perturbation qu’elle a causée a coupé toutes les communications de la base dans le Pacifique pendant un certain nombre d’heures où aucune transmission radio n’était disponible à aucun moment…

 

J’ai appris plus tard que c’était une des choses à laquelle les extraterrestres étaient très préoccupés parce que cela aurait affecté notre ionosphère et en fait, les vaisseaux étaient incapables de fonctionner correctement en raison de la pollution dans le champ magnétique dont ils dépendaient.

 

À la fin des années 70 et au début des années 80, nous avons tenté de détoner une arme nucléaire sur la Lune mesures scientifiques et autres (évaluer les données scientifiques, la réaction, etc.), ce qui n’était pas acceptable pour les extraterrestres… Ils ont détruit l’arme et l’arme a été éradiqué avant de parvenir à sa surface … L’idée d’une explosion dans l’espace par un gouvernement terrestre n’était pas acceptable pour les extraterrestres, et cela a été démontré par les extraterrestres encore et encore. »

 

 

Regardez l’interview complète où ces citations ont été prises, ci-dessous

CONCLUSION :

 

Donc, à partir de toutes ces informations, nous avons quelques théories.

 

Les extraterrestres nous avertissent d’arrêter de jouer avec le feu et d’arrêter de construire des armes nucléaires; que ce n’est pas dans notre meilleur intérêt et que nous devons cesser tout cela immédiatement.

 

L’humanité doit se réveiller et affirmer

un « NON » haut et fort.

L’humanité doit cesser d’utiliser des armes atomiques.

Source : Collective Evolution, le 20 mars 2017

 

Traduction par Anguille Sous Roche

lun.

27

mars

2017

FOIA : un ovni a survolé la zone sécurisée d’une centrale nucléaire - 27 Mars 2017

 

Un objet volant non identifié a violé la zone protégée de la centrale nucléaire de Cooper entre 1986 et 1989.

 

La Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (United States Nuclear Regulatory Commission ou NRC), aussi désignée comme l'Autorité de sûreté nucléaire américaine, est l'agence indépendante du gouvernement des États-Unis, fondée par la loi de réorganisation de l'énergie (Energy Reorganization Act) en 1974 et ouverte en 1975, chargée de la réglementation de la sûreté nucléaire aux États-Unis et de son respect.

 

Au fil des années, de nombreux rapports d’ovnis ont fait surface concernant des engins non identifiés vus au-dessus des installations nucléaires sensibles.

 

Les documents, déclassifiés en vertu du Freedom of Information Act (FOIA), ont été reçus relativement rapidement. La demande a été faite le 27 Février 2017 avant d’être déclassifiés le 23 Mars 2017.

 

Selon les documents, le rapport n'a été reçu par le principal témoin qu’en Juin 2010.

 

Ces documents révèlent qu'un ancien agent de sécurité de la centrale nucléaire de Cooper a été témoin d’une observation d’ovni durant deux nuit consécutives entre les années 1986 et 1989.

 

 

Le rapport décrit la rencontre rapprochée comme suit :

 

Pendant qu’il montait la garde devant une entrée en pleine nuit, il a observé un "objet volant non identifié" en train de voler en direction de la rivière Missouri, à environ 150 pieds avant de se positionner en vol stationnaire devant l'entrée.

 

Il a observé l’ovni pendant quelques instants avant de contacter un agent de sécurité également témoin de l’ovni. Ils ont ensuite raconté leur observation à leurs collègues qui ne les croyaient pas.

 

Le lendemain soir, il a de nouveau été témoin de l’ovni. Cette fois-ci, il n'a appelé personne jusqu'à ce que l’ovni ne traverse la zone protégée avant de planer au nord où se situent les réacteurs.

 

Il a décrit un objet de forme triangulaire, n’émettant aucun bruit. La taille de l’objet a été évaluée à à peu près 1/3 de la taille du bâtiment du réacteur. A ce moment-là, il contacte directement la salle de repos des officiers.

 

Fait intéressant, les documents ont été compilés et envoyés à la centrale nucléaire de Cooper en 2010.

 

Même si aucune réponse officielle n'a été demandée, la centrale nucléaire Cooper a signalé que certains employés avaient besoin d’en savoir plus sur cet incident.

sam.

12

nov.

2016

France : retour sur le survol d'un OVNI au-dessus de la centrale nucléaire de Cattenom en septembre 2012 - 12 novembre 2016

Ovni filmé par David Galley, journaliste à France 2, en 2012.

 

 

On voir clairement dans cette vidéo une entité plasmoïde se déplacer dans l'air et qui d'après l'auteur se situe au-dessus de la centrale nucléaire de Cattenom. 

Le zoom sur l'entité ne nous permet pas de vérifier si cette séquence vidéo est bien réalisée au-dessus de la centrale nucléaire.

En analysant le document, on remarque la présence furtive, mais bien réelle, d’un second OVNI qui apparaît et disparaît rapidement.C’est une similitude quel'on retrouve souvent.

A la fin de la séquence cette entité prend la forme d'un ange.

Les ufologues parlent d'une sorte de matière éthérique ou plasmaïque ou plasmoïde, ou énergétique....mais bien d'une espèce de matière vivante et intelligente.

Fait-elle partie de notre Univers en provenance de notre espace extraterrestre ou s'agit-il d'une entité d'un Univers parallèle ?

Notons que des Ovnis ont été observés au-dessus de la centrale de Tchernobyl après son explosion, après la catastrophe de Fukushima et même après l'accident de Three Miles Islands !

A la fin de cette séquence cette entité c'est reconstituée en une boule noir, et elle est partie a une vitesse ahurissante avec un angle de 45°  !!.

On apprendra par la suite qu'une entité similaire avait été observée en Allemagne 15 minutes avant.

 

 

 

 

ven.

28

oct.

2016

USA/Russie et autres belligérants  : les Aliens ont la capacité de désactiver vos bombes atomiques - exemple de l'affaire de la base militaire de MALMSTROM - 19

Le 16 Mars 1967, Robert Salas est officier de tir sur un des sites de Malmstrom AFB où il contrôle dix silos de Minuteman.

Son adjoint dans la capsule, le lieutenant Fred Meiwald dort lorsque Salas reçoit un appel d'un garde qui lui dit qu'un objet lumineux se déplace dans le ciel et qu'il ne s'agit pas d'un avion.

Salas, septique par rapport à ce sujet, ne peut quitter son poste, mais demande quand même au gardien de le rappeler si la situation venait à évoluer.

Quelques instants plus tard, le garde, angoissé rappel Salas pour lui dire que l'Ovni est en vol stationnaire près du portail de sécurité.

Salas réveille donc Meiwald et c'est alors que des voyants rouges s'allument sur la console de surveillance et où on pouvait lire " No Go ". Ce qui veut dire qu'un Minuteman est désactivé. Meiwald voit ensuite plusieurs voyants s'allumer.

En quelques secondes, au moins huit missiles tombent en panne. Ce qui est très rare, voire même impossible.

Meiwald qui alerte immédiatement le poste de commandement demande l'envoi d'une équipe d'intervention. Une fois sur les lieux ces derniers voient aussi l'objet. C'est alors que leur radio cesse d'émettre. Pendant ce temps Meiwald et Salas qui cherchent à connaître les origines de la panne détectent un problème au niveau du système de guidage et de contrôle.

La même chose se produit sur les missiles d'un autre groupe de silos (officiers de tir le capitaine Eric Carlson et le lieutenant Walt Figel).

Il aura fallu attendre environ 24h pour que les missiles redeviennent opérationnels.

Salas et Klotz évoque ce cas dans leur ouvrage et cite d'autres témoignages comme ceux d'Arneson, Ortyl ou Morales.

 

Les survols de silos de missiles intercontinentaux  et de bases de bombardiers B-52 reprennent huit ans et demi plus tard dès octobre 1975

 

 

Article publié sur le site Ovnis-Direct 

 

 

Les extraterrestres luttent-ils contre l'arme nucléaire ?

(28 Septembre 2010)

 

États-Unis -

 

Des anciens militaires de l'US Air Force et de la Royal Air Force affirmeent que, depuis plus de 60 ans, des Ovnis survolent des bases militaires pour saboter les missiles nucléaires.

 

Lundi, lors d'une conférence de presse à Washington, sept anciens militaires de l'US Air Force et de la Royal Air Force ont affirmé que des Ovnis avaient stationné au-dessus de bases militaires. Ces survols ont été aperçus durant les années 60, 70 et 80, mais existeraient depuis les années 40. Présent à cette conférence, le capitaine Robert Salas, officier de lancement sur la base de Malstrom, aux Etats-Unis, en 1967, prétend notamment avoir assisté en direct à un de ces survols : "Un objet est arrivé et s'est mis à planer directement au-dessus du site."

 

Il explique ainsi qu'après ce passage d'Ovni, 10 des missiles nucléaires, stockés sur la base, étaient devenus inutilisables. Pour Salas, ce survol d'Ovni n'avait qu'un intérêt : lutter contre la course à l'armement entre les États-Unis et l'URSS lors de la Guerre Froide : "Je crois que cette planète a été visitée par des êtres d'un autre monde qui, pour une raison quelconque, se sont intéressés à la course à l'armement nucléaire qui a débuté à la fin de la Seconde Guerre mondiale."

 

Missiles en panne (1967)

 

En 1966, on note un incident en rapport avec les missiles intercontinentaux, en l'occurrence dans ce cas les " Minuteman " (missile balistique intercontinental (ICBM) américain à ogive nucléaire lancé depuis le sol.)

Ils sont prêts à l'emploi dans les silos souterrains de béton et d'acier situés dans de grandes bases du Nord des États-Unis, le long de la frontière canadienne.

 

Les bases de Minot AFB (Dakota du Nord) et de Malmstrom AFB (Montana) vont être les théâtres d'événements troublants, une première fois en août 1966, puis à plusieurs reprises l'année suivante.

Il s'agit à l'origine de missiles extrêmement fiables qui ont besoin de très peu d'entretiens et qui tombent très rarement en pannes.

 

1er cas

 

Le premier cas qui se déroula dans la nuit du 24 au 25 aout 1966 sur la base de Minot a été évoqué par Allen Hynek dès le 17 décembre dans un article du " Saturday Evening Post " soit le Cas N°9 du rapport Concon que le comité a bizarrement très peu détaillé.

 

Des gardes au sol signalèrent dans la nuit la présence dans le ciel d'un objet lumineux de diverses couleurs. Lorsque le radar de la base détecte l'Ovni, il se trouve à une altitude avoisinant les 30 000 mètres. Soudain, l'objet plonge vers le sol avant de remonter.

La qualité des transmissions devient tellement mauvaise que le missile n'est plus opérationnel d'après l'équipage.

 

C'est alors que l'avion de ravitaillement en vol " KC-135 " qui rôdait dans les parages est envoyé en reconnaissance. Mais ils ne détectent même pas l'objet sur leur radar.

Deux F-106, intercepteurs de hautes performances, finissent par décoller de la base de Grand Forks avant d'arriver dans la zone où ils ne captent à leur tour pas le moindre écho radar de l'Ovni.

Un témoin au sol a raconté qu'à chaque fois que les avions  F-106 passaient sur la zone, l'objet éteignait ses lumières et changeait soudain d'altitude.

Pendant ce temps, dix Minuteman étaient hors d'usage et les communications défaillantes.

Tout redevint normal qu'au moment où l'Ovni disparût totalement.

 

Voici ce que dit le Rapport Condon à ce sujet : " Une situation de cette sorte est difficile à évaluer, à cause du nombre de personnes impliquées et d'objets observés, et du caractère vague et inconsistant de nombreux détails ". Ils concluent à une coïncidence de circonstances banales et à une confusion avec l'étoile Capella.

 

2eme cas

 

Une autre apparition d'Ovni eut lieu dans les mêmes circonstances le 14 Septembre. Mais on a très peu d'indications à ce sujet.

 

3eme cas

 

Cela se situé dans le Montana à quelques km au nord de Lewistown au début de l'année 1967.

L'histoire est racontée par un colonel aux auteurs de " Faded Giant ".

Deux membres d'une patrouille de sécurité observent en pleine nuit un objet de grandes tailles en vol stationnaire au-dessus d'un silo, à 100 m d'eux.

Crawford alerte par téléphone le poste de commandement où l'officier de service lui répond : "  On ne s'occupe pas de ces trucs là… Ce refus d'affronter la situation peut paraître totalement invraisemblable, mais si l'on se penche sur ce que nous disent Salas, Klotz, Fowler et d'autres, concernant l'attitude de la hiérarchie à propos des incidents de ce genre, elle s'inscrit parfaitement dans ce qui semble avoir été une politique concertée : on ne peut rien faire contre ces choses-là, et surtout, on n'en parle pas. Il n'est surtout pas question que l'information s'ébruite… "

 

4eme cas

 

Le 16 Mars 1967, Robert Salas est officier de tir sur un des sites de Malmstrom AFB où il contrôle dix silos de Minuteman.

Son adjoint dans la capsule, le lieutenant Fred Meiwald dort lorsque Salas reçoit un appel d'un garde qui lui dit qu'un objet lumineux se déplace dans le ciel et qu'il ne s'agit pas d'un avion.

Salas, septique par rapport à ce sujet, ne peut quitter son poste, mais demande quand même au gardien de le rappeler si la situation venait à évoluer.

Quelques instants plus tard, le garde, angoissé rappel Salas pour lui dire que l'Ovni est en vol stationnaire près du portail de sécurité.

Salas réveille donc Meiwald et c'est alors que des voyants rouges s'allument sur la console de surveillance et où on pouvait lire " No Go ". Ce qui veut dire qu'un Minuteman est désactivé. Meiwald voit ensuite plusieurs voyants s'allumer.

En quelques secondes, au moins huit missiles tombent en panne. Ce qui est très rare, voire même impossible.

Meiwald qui alerte immédiatement le poste de commandement demande l'envoi d'une équipe d'intervention. Une fois sur les lieux ces derniers voient aussi l'objet. C'est alors que leur radio cesse d'émettre. Pendant ce temps Meiwald et Salas qui cherchent à connaître les origines de la panne détectent un problème au niveau du système de guidage et de contrôle.

La même chose se produit sur les missiles d'un autre groupe de silos (officiers de tir le capitaine Eric Carlson et le lieutenant Walt Figel).

Il aura fallu attendre environ 24h pour que les missiles redeviennent opérationnels.

Salas et Klotz évoque ce cas dans leur ouvrage et cite d'autres témoignages comme ceux d'Arneson, Ortyl ou Morales.

 

Les survols de silos de missiles intercontinentaux  et de bases de bombardiers B-52 reprennent huit ans et demi plus tard dès octobre 1975.

 

 

L'Incident d'Anderson Peak (Automne 1964)

 

En Septembre 1964 (le 2, 3 ou 15), lors d'un lancement d'une fusée Atlas F ou D, porteuse d'une tête nucléaire factice et tirée dans le cadre du programme Nike Zeus pour la mise au point d'un missile anti missile, un Ovni en forme de soucoupe entra en action par la gauche, avant de se rapprocher de la fusée qui se déplaçait à 29 000 km/h vers sa cible située dans le Pacifique.

L'Ovni émit quatre éclairs bien distincts, dont la source semblait se situer à mi-hauteur du dôme, avant de disparaître.

 

Ces faits auraient été filmés par Robert Jacobs, alors officier de carrière dans l'USAF et spécialiste de la photo et du cinéma, qui appartenait au 1369e escadron de photographie aérienne, basé à Vandenberg AFB, en Californie.

L'affaire avait été révélée dans le numéro 249 du très sérieux " Mufon UFO Journal ".

 

Le lendemain matin, après avoir filmé cet incident, le lieutenant Jacobs fut convoqué par son supérieur, le commandant Mansmann.

On lui fit projeter le film ainsi qu'à d'autres personnes, et on lui suggéra de ne jamais rien raconter.

A noter que c'est lors de la projection que Jacobs se rendit compte de l'incident, car durant le tournage il était trop occupé avec son équipe à certaines manœuvres.

Il précise de plus qu'en 1964, il n'existait à sa connaissance aucun appareillage permettant de pointer un rayon laser sur une fusée se déplaçant à 29000 km/h..

 

lun.

26

sept.

2016

Groenland: La Fonte des Glaces menace de faire resurgir une base secrète américaine - 26 septembre 2016

Glace et neige fondues ruissellent sur les vestiges de Camp Century.

Cette « Atlantide arctique » enfouie sous la banquise du Groenland n’est autre qu’une base secrète forée dans l’immensité blanche pendant la Guerre froide, pour mettre le territoire soviétique à portée des missiles américains.

 

Problème : la fonte des glaces due au réchauffement climatique est en train d’exhumer ce camp militaire, avec le risque de déverser dans l’océan eaux usées, polychlorobiphényles (PCB) et résidus radioactifs.

 

« Personne ne pensait que (la base) ferait surface (…) mais le monde a changé », explique William Colgan, glaciologue à l’université canadienne de York.

 

Au train où vont les choses, la base devrait être peu à peu mise au jour à partir de 2090, quand ses architectes espéraient qu’elle repose dans la cryosphère « pour l’éternité », selon une étude publiée sous sa direction dans le journal Geophysical Research Letters.

Un projet colossal abandonné au bout de huit ans

 

En 1959, le Corps des ingénieurs de l’armée américaine (USACE) creuse « Camp Century » à environ 200 kilomètres à l’est de la base aérienne américaine de Thulé. Officiellement, il s’agit d’établir des laboratoires de recherche sur l’Arctique. On perce des tunnels pour accueillir les labos, un hôpital, un cinéma et une église, le tout alimenté par un petit réacteur nucléaire.

 

Trois ans plus tard, les militaires américains soumettent à leur état-major le projet « Iceworm » (« vers de glace ») : creuser au même endroit un réseau de galeries et y stocker 600 missiles balistiques. Les travaux sont lancés mais les ingénieurs réalisent que la glace est vivante, mouvante, qu’elle menace de broyer les tunnels. Le projet est abandonné en 1967. Le réacteur nucléaire est extrait, mais les déchets demeurent.

Un démantèlement au coût exorbitant

 

Face au risque écologique, des voix s’élèvent aujourd’hui pour exiger une grande opération de nettoyage. Mais qui pour le faire ? Et pour le financer ? Le coût du creusement de la banquise et de la récupération des déchets à plus de 30 mètres de profondeur serait exorbitant. Pour les glaciologues, il n’y a plus qu’à attendre… la fonte naturelle.

 

Le ministre des Affaires étrangères du Groenland, Vittus Qujaukitsoq, se dit « préoccupé » par ce sujet et déterminé à établir les responsabilités. En 1951, les Etats-Unis et le Danemark – auquel appartenait alors le Groenland, devenu depuis largement autonome – ont signé un « traité de défense du Groenland », qui n’évoque pas ces missiles. Les Américains ont visiblement maintenu volontairement leurs alliés dans l’ignorance.

 

Après la publication de l’étude de William Colgan, le Pentagone a de son côté assuré « reconnaître la réalité du changement climatique et les risques qu’il pose » dans cette affaire.

 

Les Etats-Unis vont « continuer à œuvrer avec le gouvernement danois et les autorités groenlandaises pour régler les questions de sécurité communes », a indiqué le département de la Défense en précisant n’avoir pas encore « évalué » les conclusions des scientifiques canadiens.

mar.

16

août

2016

Une bombe atomique a-t-elle explosée sur Terre il y a 12000 ans?

Les anciennes civilisations et religions païennes ont laissé des traces dans l’histoire grâce aux manuscrits, monuments et de nombreux objets qui nous poussent a ré-évaluer nos estimations concernant le passé de la race humaine et l’origine de la civilisation.

L’un des problèmes les plus importantes que nous n’avons jamais essayé de résoudre, est de savoir si dans un lointain passé, d’autres civilisations nous ont rendu visite ici bas sur la planète Terre.

 

Il y a des centaines et des centaines de questions qui restent sans réponses, mais il y a des textes qui jettent beaucoup de lumière sur la question, voire qui illuminent totalement cette histoire occultée par l’histoire moderne.

 

Le Mahabharata et le Ramayana offrent de nombreux réponses à ces questions en rapport avec notre passé, présent et futur.

 

Le Mahabharata est l’une des deux grandes épopées sanskrit de l’Inde antique, l’autre étant le Ramayana.

Il se compose de 100,000 versets répartis en 18 parties ou des livres qui représentent environ huit fois l’Iliade et l’Odyssée combinées.

Ces textes anciens sont bien plus qu’un récit historique. Ils représentent une combinaison de faits, de légendes historiques et de mythes. Ils représentent une vaste collection de discours didactiques écrits dans une langue somptueuse, une leçon de toute la mythologie hindoue et la création de l’une des plus grandes religions du monde: l’hindouisme.

 

Parmi ces textes historiques, nous constatons l’histoire d’une dévastation qui a eu lieu dans le passé, et qui ne peut être comparée à rien d’autre dans les anciens manuscrits.

 

Une dévastation très semblable à ce que nous connaissons aujourd’hui : la Bombe Nucléaire.

 

L’historien Kisari Mohan Ganguli, fait valoir que le Mahabharata et le Ramayana sont pleins de descriptions de grands holocaustes nucléaires qui étaient incroyablement disproportionnés en comparaison avec les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki.

 

Quand un élève a demandé au Dr. Oppenheimer si le premier dispositif nucléaire qui a explosé était celui d’Alamogordo – à l’occasion du Projet Manhattan – il a répondu « … Eh bien … oui. Dans les temps modernes, oui, bien sûr. »

L’ancien texte hindou du Mahabharata:

 

Gurkha, volant à bord d’un puissant vimana,

a tiré un seul projectile

chargé de tout le pouvoir de l’univers.

 

Une colonne incandescente de fumée et de flamme,

aussi brillante que dix mille soleils,

s’éleva dans toute sa splendeur.

 

C’était une arme inconnue,

de la foudre de fer,

un messager géant de la mort,

qui a réduit en cendres,

la race entière des Vrishnis et des Andhakas.

 

Les corps étaient calcinés

au point d’être méconnaissables.

 

Les cheveux et les ongles se décrochaient;

Les poteries se brisaient sans raison apparente,

et les oiseaux devenaient blancs.

 

…Après quelques heures

toute la nourriture était contaminée…

..pour échapper aux flammes

les soldats se jetèrent dans des sources

pour se laver eux-mêmes et leurs équipements. »

Un deuxième passage:

 

De grosses flèches de feu,

telle une grande douche,

s’abattirent sur la création,

et encerclèrent l’ennemi.

Une surbrillance épaisse éclata à l’horizon sur les hôtes de Pandava.

Tous les autres lieux étaient remplis et perdus dans l’obscurité.

Un vent féroce commença à souffler

Les nuages avancèrent à vive allure,

brassant la poussière et les gravas.

 

Les oiseaux piaillèrent avec folie…

Les éléments semblaient sans dessus dessous.

Le soleil semblait disparaître dans les cieux

La terre trembla,

et se fendit par la chaleur violente de l’arme.

 

Les éléphants prirent feu

et se se jetèrent dans la source avec frénésie…

sur une terre très vaste,

d’autres animaux tombèrent au sol et moururent.

 

De partout, les flèches de flamme tombèrent des cieux continuellement et avec férocité. 

 

– Le Mahabharata.

 

Il y a plein d’autres références au Ramayana qui semblent être très similaires à ce qui a été décrit dans les textes ci-dessus.

 

Il est très clair que ces textes font allusion à un grand holocauste qui a tué des milliers de vies. Un holocauste que nous pouvons aisément retracer au pouvoir destructeur de notre arsenal nucléaire moderne.

 

Mais y a-t-il une preuve, autre que les texte soutenant la théorie que le premier engin nucléaire a été détonné sur Terre il y a des milliers d’années ?

 

En 1992 des chercheurs ont découvert au Rajasthan une couche de poussière radioactive enfouie dans une zone de 8 kilomètres carrés à 16 kilomètres à l’ouest de Jodhpur.

 

La radioactivité était si intense que la zone est toujours contaminée jusqu’à ce jour.

Les chercheurs ont exhumé des squelettes à Harappa et Mohenjo-Daro qui étaient éparpillés dans toute la zone et ont découvert les restes d’une ville entière qui a été totalement carbonisée.

(C’était une arme) si puissante

qu’elle pourrait détruire la terre entière en un battement de cil

Un grand son rauque surgit de la fumée et des flammes,

et là, se tenait la mort..  

 

— The Ramayana

 

Le site où les chercheurs ont découvert les squelettes et les restes de radioactivité disent qu’ils sont très similaires à ceux d’Hiroshima et de Nagasaki, mais avec une nuance majeure tout de même : les niveaux de radioactivité à Harappa et à Mohenjo-Daro étaient 50 fois supérieurs à ceux de l’holocauste nucléaire d’Hiroshima et de Nagasaki.

 

Que s’est-il vraiment passé ?

 

Est-ce que le Mahabharata et le Ramayana décrivent vraiment un engin nucléaire qui a explosé sur Terre il y a des dizaines de milliers d’années ?  

 

Si c’est le cas, d’où venait cet engin ?

 

Les partisans de la théorie des anciens astronautes parlent d’un holocauste nucléaire qui a eu lieu il y a 12,000 ans. Une explosion qui selon les théories, a créé un cratère de 2154 mètres de diamètre, situé à 400 kilomètres de Mumbai.

 

Les dates avancées se situent entre 12,000 et 50,000 ans selon les différents chercheurs qui ont une gigantesque panel temporel à analyser.

lun.

25

juil.

2016

Documentaire (en langue Anglaise) : un missile nucléaire abattu par un OVNI dans le ciel - 25 juillet 2016

Larry King sur la chaîne CNN et ses invités parlent de l’affaire où un ovni a abattu un missile nucléaire en plein vol et du silence du gouvernement américain à ce sujet.

jeu.

21

juil.

2016

OVNIS et nucléaire : Nouvelles révélations incroyables sur l'incident de Rendlesham - 21 juillet 2016

dim.

26

juin

2016

Effets nucléaires dévastateurs sur Tchernobyl et Fukushima - 26 juin 2016

Alors que la chape de béton construite sur le réacteur de la centrale de Tchernobyl après l’exposition menace de s’effondrer, on constate trente ans plus tard d’innombrables dégâts sur l’environnement.

 

À quels seuils de contaminations se trouvent Tchernobyl et Fukushima à l’heure actuelle ?

 

Quels ont été leurs réels effets sur la planète ?

Le 26 avril 1986, la plus grande catastrophe nucléaire de tous les temps a eu lieu à la centrale nucléaire "Lenine" de Tchernobyl en Ukraine avec 500.000 riverains irradiés.

 

La radioactivité n’a diminué que de 50% depuis la catastrophe et les scientifiques de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) estiment que dans 60 ans, le taux de radioactivité sera encore présent à hauteur de 25%. Il faudra environ deux cent dix ans pour descendre en dessous de 1 %.

 

Rappelons que cet accident avait été provoqué par une augmentation incontrôlée de la puissance du réacteur "numéro 4" conduisant à la fusion du cœur et entrainant une explosion ainsi que la libération d'importantes quantités d’éléments radioactifs dans l’atmosphère.

 

Un réacteur défectueux, associé à des erreurs préjudiciables commises par les exploitants de ces centrales, ont produits une catastrophe sans précédent ainsi que 10 jours d’explosions et de feu nucléaire. D’énormes quantités de radioactivité ont été diffusées dans l'atmosphère.

 

Le taux de radioactivité était 400 fois plus puissant que lors de l’explosion de la bombe atomique à Hiroshima.

 

Carte de la région de Tchernobyl en Ukraine. Notez les caractéristiques des effets très hétérogènes de la radioactivité dans la région. Les zones de faible radioactivité fournissent des refuges pour la faune dans la région. Zone d'exclusion : Shestopalov, VM, 1996. Atlas de Tchernobyl. Kiev : Académie ukrainienne des sciences.

Trente ans plus tard, on constate la présence de radioactivité dans certains produits alimentaires.

 

Les animaux, végétaux et champignons présents dans certaines parties de l'Europe centrale, orientale et du nord contiennent encore d’importantes quantités de radioactivité.

 

Dans la région de Tchernobyl, l'exposition aux radiations a entraîné des dommages génétiques importants ainsi que l'augmentation des taux de mutation pour une variété d'organismes n’ayant toujours pas développé de résistances naturelles aux radiations.

 

« Dans le cadre de nos recherches, nous relevons que les espèces qui ont historiquement connu des taux de mutation élevés, comme l'hirondelle rustique (Hirundo rustica), la fauvette polyglotte (Hippolais icterina) et la fauvette eurasienne (Sylvia de atricapilla), font partie des espèces déclinantes de Tchernobyl », a déclaré Timothy A. Mousseau, professeur de sciences biologiques à l'Université de Caroline du Sud.

 

Il ajoute : « Notre hypothèse est que les espèces se différencient selon leur capacité à réparer leur ADN, ce qui affecte à la fois les taux de substitution de l'ADN et la sensibilité aux radiations de Tchernobyl. »

 

Les chercheurs ont découvert que les oiseaux et les mammifères possédaient à présent des cerveaux plus petits ainsi que des cataractes aux yeux en raison de la radioactivité présente à Tchernobyl.

 

Certains oiseaux, se trouvant dans les zones avec un haut rayonnement, ont développé des tumeurs et 40% des oiseaux mâles sont devenus stériles. Les populations de nombreuses espèces vivantes ont diminué dont les oiseaux, les papillons, les libellules, les abeilles, les sauterelles, les araignées, ainsi que les grands et les petits mammifères.

 

De vastes zones d’exclusion, à Tchernobyl, ne semblent actuellement pas fortement contaminées, constituant des refuges pour de nombreuses espèces.

 

Un rapport publié en 2015 a expliqué que des animaux tels que les sangliers et les wapitis prospéraient dans l'écosystème de Tchernobyl.

 

Il faut néanmoins admettre que la majorité des études ont démontré que les rayonnements produits à Tchernobyl et Fukushima avaient causé des préjudices graves dans l’environnement.

Les cigognes blanches au-dessus d’une route près de Tchernobyl, en Ukraine. De nombreuses parties de la région de Tchernobyl connaissent de faibles niveaux de radioactivité, servant de refuges pour les plantes et les animaux. Tim Mousseau

Comparaison entre Tchernobyl et Fukushima

 

Pour mieux analyser les effets de la catastrophe de Tchernobyl, des chercheurs ont réalisé de nouvelles études sur la zone de Fukushima et y ont découvert une baisse de la diversité des oiseaux.

 

Une baisse du nombre d’insectes, y compris des papillons, a également été constatée, mais on note que certaines espèces sont plus sensibles aux radiations que d’autres.

 

Il a été constaté que les doses de radiations reçues par 7.000 oiseaux ont produit les mêmes effets dans les deux villes. Ce qui expliquerait les effets dévastateurs des rayonnements au sein de ces environnements. (Sources : 1 ; 2)

 

Certains membres de la communauté réglementaire sur les effets des rayonnements ont tardé à reconnaître les dommages causés par les accidents nucléaires. Par exemple, le Forum Tchernobyl, parrainé par l'ONU, a soutenu l’idée selon laquelle l'accident a eu un impact positif sur les organismes vivants dans la zone d'exclusion en raison de l'absence d'activités humaines. Un plus récent rapport de l'UNSCEAR prédit des conséquences minimes sur la vie animale et végétale dans la région de Fukushima. (Sources : 3 ; 4)

 

Malheureusement, ces évaluations officielles ont été en grande partie fondées sur des prévisions issues de modèles théoriques, et non sur des observations empiriques directes constatées sur des plantes et des animaux vivants dans ces régions.

 

Sur la base de travaux de recherche, il est à présent évident que certains animaux vivants soient beaucoup plus sensibles aux effets des rayonnements qu'on le croyait auparavant.

Quels enseignements à tirer ?

 

La première bombe atomique a explosé il y a 70 ans à Alamogordo dans le Nouveau-Mexique, et depuis lors, plus de 2.000 bombes atomiques ont été testées sur notre environnement terrestre. On compte officiellement 200 petits et grands accidents au sein d’installations nucléaires à travers le monde, diffusant toujours plus de radioactivité dans notre atmosphère.

 

La planète compte actuellement plus de 400 réacteurs nucléaires en service, 65 nouveaux en construction et 165 commandes. Toutes les centrales nucléaires génèrent de grandes quantités de déchets nucléaires qui devront être stockés pendant des milliers d'années.

 

On nous tente de nous rassurer en nous expliquant que des scientifiques étudient de plus en plus les effets de ces contaminants sur l'environnement afin d’être prêt à mieux l’assainir en cas d’accident.

Commentaire : il paraît inéluctable que dans un avenir relativement proche (en dizaine d'années)  une nouvelle catastrophe nucléaire vienne amputer notre écosystème et notre système génétique pendant des milliers d'années.

Une extinction lente de la race humaine sera alors inévitable..

Les extraterrestres,  dont certaines espèces ont besoin de se reconstruire génétiquement,  nous ont déjà prévenu - les enlèvements extraterrestres n'ont pas d'autres objectifs que d'hybrider pour refaire renaître une vie chez eux !

ven.

03

juin

2016

Science-fiction : imaginons que les humains disparaissent radicalement par une catastrophe planétaire apocalyptique de la surface de notre planète... les jours

Voici  une vidéo sur un sujet inhabituel.

Imaginons que tous les terriens disparaissent soudainement de notre planète. 

Peu importe la cause qui n'est pas le sujet de cette vidéo.

Quel en sera le résultat ?

Les images nous transportent dans monde cauchemardesque dans lequel les rares survivants retombent à l'âge de pierre.

Et si la Terre avait déjà connu ce type de destruction il y a des milliers d'années ?

D'après Scott Waring

 

"Human beings have been spreading across earth for thousands of years. It is believed that we originated from Southern Africa around 200,000 years ago and Around 130,000 years later we migrated out of Africa and colonised pretty much the entire planet. Within these tremendous years humans have used and destroyed parts of the earth for our own benefit. 

 

We have invented all sorts of things to improve our own quality of life and have only recently started to worry about what our actions mean for our home planet. But what if our time is nearly up? What if the human species was wiped out, or maybe we drained the resources we use to survive and just upped and left? What would the earth be like without humans. Well it is said that one of the first things to happen if humans disappeared would be very destructive. Man kind has built 437 nuclear power plants around the world and if we left, the generators that circulate cold water around the reactors would lose power. This could lead to over heating and melt down, causing hundreds of radio active areas. Some of the air, rivers and oceans close to the reactors would be polluted with radiation for many years. But in the other areas of the world, Mother Nature would start to recover, trees and plants would be allowed to grow freely and certain animals would thrive. General livestock would struggle without human aid, and most would likely become prey for other animals. But other more wild animals become free to wander the abandoned streets of our city's and towns. Even domesticated animals would have to rediscover their wild ways. 

 

Monuments like the Eiffel Tower that are made of steel would start to rust and the roads would become rubble and overgrown with weeds. Many buildings would start to fall apart.

 

Books, photographs, electronic data would fade away, leaving little evidence that we ever existed.The natural world would take back its land. Some more hard wearing structures would likely survive over many years, maybe even some of the ancient structures would out last our modern buildings and look as if they were the last civilisation on earth. But it is still believed that even after thousands and thousands of human free years, you would still be able to find many objects that we had left behind in our legacy. 

 

From plastic shopping bags to frames of airplanes or even some buildings. Maybe after millions of years even a new species of animal would become dominate and evolved in to a Homo sapiens like creature. Some scientists believe that pretty much any vertebrate land animal could evolve intelligence, provided it finds the right environmental challenges that favor strategic thinking. Obviously this would not happen overnight, but it is still a possibility that with the right amount of time an animal could evolve a complex brain like our own. This would take millions of years without the presence of humans to happen, but if we can still find traces of the dinosaurs from 65 million years ago, surely parts of the human race would still exist to be discovered. 

 

I suppose we will never really know what will truly happen unless we left and monitored the planet. But when you look around in your day to day life and see how we have changed and shaped the planet. You do have to wonder if mother nature could ever wipe the evidence of man kind away completely. "

La vidéo

Transcription de la vidéo

0:00today we are presenting you a video on an unusual topic imagine that all people

0:05suddenly disappeared from the planet

0:08the reason is irrelevant just imagine the results now we're going to tell you

0:12what is going to happen after we are gone

0:14several hours after humanity disappears lights all around the world will start

0:22to shut down since most power stations work on fossil fuel without people there

0:27won't be anybody to charge them so they will stop 48 hours after registering a

0:31sudden drop in energy consumption nuclear power plants will switch to

0:36safety mode when mills will keep working until the lubricant runs out

0:40solar panels will also eventually become useless just dust deposits nearly every

0:45region except the ones supplied by hydroelectric power stations will have

0:49that power cuts off on the west of the United States the generators of Hoover

0:54Dam erected by the by the water flow from Lake made it can be left unattended

0:58for several months or even years two or three days after we vanish from the

1:03planet's most metros in the world is going to be flooded because the pumps to

1:07protect them from the underground waters won't work without people after 10 days

1:12that's locked up I'm will start dying of starvation and dehydration millions of

1:17chickens in millions of cows as well as other farm animals will be dead there's

1:21a managed to make their way out will enter a ruthless fight for survival in

1:25the brutal world of real wildlife there won't be a nation decorative cats and

1:29dog breeds and they will be the first to die out

1:32Bulldog short legs and Tariah small jewels again to become the main and

1:37quite likely deadly disadvantages a few weeks lights there won't be any small

1:42dog breeds left anymore

1:43big dogs will gather in practice and hunt down small of rates as well as

1:47other end

1:48Milles about a month often disappear all cooling water on nuclear power stations

1:53will have evaporated this will lead to a series of explosions much stronger than

1:57the Fukushima and Chernobyl disaster as millions of animals will die of cancer

2:02but overall the planet will recover from the radioactive contamination rather

2:06fast and easily one year after people disappear strange stars will start to

2:11fall from the sky during a space history which took dozens of thousands of

2:16objects to the sohbet the highest satellites will fall off too many years

2:20after 25 years three courses all squares and sidewalks will be covered with

2:26vegetation whether appliance there are herbivorous animals and weather is pray

2:31there was always a predator the surviving dogs will cross with the

2:34wolves that come to the former cities without sauce the air will become much

2:38cleaner in some cities the visibility range will become several times longer

2:43cities like Dubai in Las Vegas will be buried in sand the desert will take what

2:48belongs to it so well all of nature after 300 years metal construction such

2:53as the Eiffel Tower or steel bridges will start to break since all these

2:57years there won't be anybody around to painting protected from corrosion steel

3:01rods in concrete will blow it up to three times of their initial thickness

3:05and the last 20 buildings will go down

3:08swamps which formerly occupied America will reappear and hundreds of bird and

3:13animal species will return to that unfairly taken home large marine animals

3:19will also be very glad not to see us in the absence of humans Wales will thrive

3:23and reproduce to the max move the oceans capacity to face them this is how modern

3:28cities will look after 500 years without papal up to 10,000 years the only

3:33reminiscence the people we're here someday will be the remains of a few

3:37stone constructions among which the pyramids in Egypt and the Great Wall of

3:41China Mount Rushmore National Memorial will be that almost intact for several

3:46hundreds of thousands of years in fifty million

3:50years plastic bottles and pieces of broken glass will be the last traces of

3:54our civilization in another fifty million years they will be gone as well

3:58as you can see how planets is quite study and can get rid of all about trash

4:03if after three hundred million years old later they will be a new rationale

4:07species they might not even notice that was a civilization so our planet can

4:13perfectly do without us but we can't without her sights the planet thanks for

4:20watching please like and share the video in social networks and we'll be right

4:24back to you as fast as we can

jeu.

19

mai

2016

Roswell Britannique : de nouvelles révélations - 19 mai 2016

Gary Heseltine a fait de surprenantes révélations sur l'une des plus célèbres affaires d'OVNI d'Angleterre qui a eu lieu à proximité d'une base aérienne de la Royal Air Force située dans le comté du Suffolk.

 

Gary Heseltine est un expert en OVNI qui réside dans le village Scholes (dans le Nord du pays). Il affirme aujourd'hui que des extraterrestres ont bien rendu visite à la base militaire de Bentwater au cours du mois de décembre 1980. Pour lui, ces visiteurs venus d'ailleurs s'intéressaient particulièrement à une « cachette secrète » où était entreposée des armes nucléaires.

 

Cette affaire, surnommée le « Roswell Britannique », nous raconte que des OVNI ont été observés par de nombreux témoins durant trois nuits d'affilées à la fin de ce mois-ci.

 

Dans le cadre d'un documentaire, Gary s'est rendu dans cette base aérienne.

 

Gary, qui a lui-même servi au sein des forces armées aériennes, a raconté que le Colonel Charles Halt (l'un des témoins) lui avait dit que l'OVNI avait « allumé un faisceau sur la zone de stockage des armes (WSA) ». En effet, à l'intérieur de cette base, il y « avait des missiles nucléaires plus que partout ailleurs en Europe. »

 

Le chercheur, âgé de 56 ans, a déclaré :

 

« C'était l'année où la Russie a envahi la Pologne qui menaçait de rompre avec le régime soviétique, et la crise des otages américains au Moyen-Orient. »

 

« C'était une période tendue qui expliquerait pourquoi ils avaient des armes. »

 

Ces révélations ont été soutenues par la femme de Gary Lynn, qui avait rejoint le chercheur et le témoin pendant le tournage.

 

Gary pense maintenant que des civilisations aliens seraient intéressées par nos armes.

 

« Ce n'est pas par hasard que les OVNIS se sont tournés vers cette base. »

 

Par le passé, le Colonel Halt et le gouvernement britannique avaient nié que cette base abritait des armes meurtrières.

 

Le colonel raconte :

 

« Il semble que le faisceau visait une zone à proximité de la zone de stockage des armes. »

 

Gary est le fondateur de UFO Truth, un magazine en ligne qui étudie la question des OVNI.

 

Il s'intéresse aux extraterrestres depuis qu'il a aperçu un OVNI alors qu'il avait 16 ans dans sa ville natale de Scunthorpe.

 

Il a également été l'organisateur d'une grande convention OVNI qui a attiré des centaines de personnes à Holmfirth en automne dernier.

ven.

29

avril

2016

Des OVNI observés régulièrement à Tchernobyl - 29 avril 2016

Durant toute l'histoire de l'humanité, des objets volants non identifiés ont été repérés à proximité de nos installations nucléaires.

Lors de la catastrophe de Tchernobyl, plusieurs OVNI auraient été observés aux alentours de la centrale comme s'ils voulaient, à leur manière, éviter la catastrophe.

 

Le jour de la catastrophe, survenue le 26 avril 1986, un OVNI serait venu sur place afin de contenir une tragédie qui aurait pu être bien plus dramatique. Mikaïl Varitsky a été témoin de cette scène. Il raconte :

 

« Nous avons vu une boule de feu d’environ huit mètres de diamètre qui évoluait lentement dans le ciel.

Lorsqu’elle est parvenue à quelques mètres du quatrième réacteur, elle a émis deux rayons de lumière rouge dans sa direction. Cela a duré environ trois minutes. Puis, les lumières de l’objet se sont éteintes et il s’est éloigné en direction Nord-Ouest. »

 

L'OVNI aurait ainsi permis d'abaisser la température du réacteur et donc d'empêcher une inévitable explosion.

 

Cette incroyable histoire a été publiée par Pravda, un grand quotidien russe, au mois de septembre 2002.

 

Le 16 septembre 1989, une femme médecin, le Dr. Gospina, aurait observé un objet « qui ressemblait à de l'ambre ». Ce dernier planait juste au-dessus du réacteur 4. Le plus étrange c'est que son apparition coïncide avec une fuite de radiations qui venait d'être découverte.

 

Le 12 octobre 1991, Vladimir Savran, un reporter du journal local l’Echo de Tchernobyl a photographié un OVNI alors qu'il réalisait un reportage consacré à la centrale. Il avoue n'avoir rien vu de ses propres yeux. Toutefois, il précise que cet objet ressemblait en tous points à celui décrit par Mme Gospina.

 

Depuis longtemps des ufologues ont remarqué que les OVNI s'intéressaient à notre civilisation.

 

Ainsi, à chaque catastrophe, à chaque guerre, à chaque événement important, de mystérieux objets sont observés …

Article déjà paru sur ce sujet ICI

 

sam.

23

avril

2016

Ovni versus Nucléaire - 23 avril 2016

Cette chaîne vous présente des informations riches et sérieuses sur le phénomène ovni et paranormal.

 

Elle est destiné aux personnes, témoins ou non, qui souhaitent visionner et échanger dans la bonne humeur et le respect.

 

L'ufologie a pour principal objectif d'identifier les "phénomènes" à l'origine des observations. Il serait donc souhaitable d'associer, volontés, compétences et savoir-faire au service de la recherche et de l'information.

 

Votre aide est précieuse est chacun peut avec ses moyens apporter sa pierre à l'édifice.THOR Odyssey

mer.

20

avril

2016

Ovni et sites sensibles (ODH Tv) - 20 avril 2016

OEIL Saison 6: Etudes Géo'ufologiques

#12. Ovni et sites sensibles 2 

Réalisation:

Gaëtan.B

Gilles.T

Avec la participation de Rémy Fauchereau de l'AEPA, Laurent Boulanger de LDLN, Yves Herbo du site SFH et Franck Maurin auteur du livre "Mystères du phénomène ovni

dim.

27

mars

2016

L'accident de Tchernobyl, une présence dans le ciel - 26 mars 2016

Pour découvrir cette information extraordinaire voici l' INTEREVIEW   RADIOPHONIQUE ICI

Voici un article paru sur le site http://feairplane.canalblog.com/

dont nous vous invitons à consulter l'article en entier avec  le lien suivant : 

http://feairplane.canalblog.com/archives/2016/03/26/33577979.html

Cet article a été publié par monsieur Michel Ribardière, pésident de la F.E.A.

 

Trente années après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, certains évènements insolites sont demeurés un mystère pour les experts.

 

Le 26 Avril 1986 à 1:23 am, la centrale de Tchernobyl en Ukraine est le théâtre d’une expérience. Un groupe d'ingénieurs cherche à découvrir le délai durant lequel le rotor d’un réacteur continue de produire de l’énergie lorsque le générateur est éteint. Alors qu'il se trouve pratiquement à l'arrêt, la conjonction de plusieurs erreurs provoque en quelques secondes, un emballement du réacteur nucléaire. Devant cet évènement inattendu, des hésitations vont se payer lourdement car il devient très rapidement impossible de  redresser la situation. Il s'en suit deux explosions thermiques, s'accompagnant de la dispersion dans l’atmosphère de plusieurs tonnes de produits radioactifs, ainsi que l’apparition de plusieurs foyers d’incendie. L’intervention des pompiers aura lieu dans les minutes qui suivent. Ces derniers périront plus tard, à l’instar de beaucoup des sept cent autres milles personnes, aux fonctions de liquidateurs (liquidateurs des radiations)(1) que le gouvernement soviétique enverra pour procéder à l’extinction du réacteur et effectuer les travaux de décontamination.

Ce quatrième réacteur nucléaire a été partiellement endommagé par la vapeur surchauffée. Il n’y a pas eu d’explosion nucléaire alors que 180 tonnes d'uranium enrichi se trouvent dans le réacteur dont la fusion sera avérée. Si l’explosion avait eu lieu, les experts considèrent que la moitié de l'Europe aurait été rayée de la carte.

Il existe plusieurs théories pour expliquer l’absence d’explosion nucléaire. L’une d’entre elles envisage sérieusement l’aide qu’aurait apporté un objet volant non identifié aperçu par des centaines de témoins dès que la situation s’est aggravée. Certains témoins prétendent que l’objet volant a stationné au-dessus du quatrième réacteur durant près de six heures. D'autres témoins comme Mikhail Varitsky, présent sur le site avec son équipe au cours de la nuit, racontent avoir observé une boule de feu de 6 à 8 m de diamètre qui volait très lentement au-dessus du quatrième réacteur. Deux rayons de couleur pourpre auraient été lancés sur le réacteur durant 3 minutes. L’objet se serait ensuite éloigné en direction du nord-ouest. 

Parmi les évènements les plus insolites, peut être liés aux manifestations ovnis durant l'accident, un certain nombre d'entre eux sont restés totalement inexplicables. Par exemple, Elena, le couvercle du réacteur N°4, constitué de béton et pesant près de 2000 tonnes a mystérieusement été soulevé et renversé sur le côté. La possibilité que le couvercle ai sauté suite à une pression de l'intérieur, telle qu'une explosion est actuellement exclue car si une pression de gaz avait été suffisante pour soulever une telle masse, elle aurait d'abord détruit les parois du réacteur pourtant retrouvées pratiquement indemnes, sans la moindre déformation et ayant conservé leur peinture ainsi que des graphitis des ouvriers tracés à la construction (ce qui exclut par la même occasion une température supérieure à 300 degrés)

D'autre part, les 180 tonnes d’uranium enrichi n'ont effectivement pas pu fusionner, et créer une explosion nucléaire aux conséquences dramatique. Tout simplement, parce qu’ils ont mystérieusement disparu. Autour du réacteur, on retrouvera toutefois une dizaine de tonnes d’aluminium, dont la présence aussi mystérieuse que la disparition de l'uranium, invite à une correllation... Peut-on parler de transmutation, ou bien le plus gros de l'uranium a-t-il été éloigné par l'ovni???

Il est intéressant de noter que trois ans plus tard, le 16 Septembre, 1989, (2)le quatrième réacteur pourtant recouvert d’un sarcophage de béton, laisse échapper un rayonnement dans l'atmosphère. Quelques heures plus tard, un objet volant inconnu sera observé au dessus de la centrale. 

 

En 1990, un reporter du journal l'Echo de Tchernobyl, V. Navran, photographiait l'atelier d'usinage de la centrale de Tchernobyl. Au développement du film, il aperçoit à son tour sur la photographie un objet présent dans le ciel.

 

 

 

(1) Le chiffre officiel enregistré par la Fédération de Russie évalue à 200 000 - 300 000 le nombre total des liquidateurs invalides et entre 60 000 - 100 000 les décédés, à ce jour. On dénombre 11 millions de morts pour les 75 millions d'habitants pris en compte en Ukraine

(2) référence à la Pravda du 16 septembre 2002 (Cliquez ici)

 

http://www.pravdareport.com/news/russia/16-09-2002/18024-0/

UFO Prevents Blast at Chernobyl Nuclear Plant

16.09.2002 | Source: Pravda.Ru

 

Eyewitnesses say that they saw an UFO hovering above the exploded reactor

Sixteen years have passed since the disaster at the Chernobyl nuclear plant on April 26, 1986. The explosion happened at 1:23 a.m. Tons of radioactive products were emitted into the atmosphere. The machine shop of the plant was gripped with fire, and the fire was about to move on to the third power-generating unit of the plant. Firemen managed to extinguish the fire several hours later. Many of them died later of radiation exposure.

Much has been written about the Chernobyl disaster, both in Russia and abroad. It seems that the physical nature of the tragedy has determined, as well as the people who were responsible for it. The fourth power-generating unit was supposed to be repaired. Yet, before shutting it down, the administration of the plant decided to perform several experiments. Steam delivery was cut to one of the turbogenerators in order to discover the period of time that electric power would still be generated due to the rotation of the rotor. The experiment was not well-organized. There was another test conducted simultaneously: the study of turbine vibration.

They started decreasing the capacity of the generating unit at 1 a.m. on April 25. The emergency cooling system of the reactor was shut down at 2 p.m. This was supposed to stop the reactor.

However, the Kievenergo energy company did not know anything about these tests. An energy control officer did not allow the fourth generating unit of the plant to be stopped. These were the prerequisites of the tragedy. Many people are still suffering.

The explosion was very large, but, luckily, it was a thermal blast. The fourth power generating unit was basically destroyed by overheated steam. There was no nuclear explosion. Roughly 180 tons of enriched uranium were in the reactor. If a large blast had happened, half of Europe would not currently be depicted on any maps.

There are many theories to explain such luck. One of the theories is that there was help from an Unidentified Flying Object. When troublesome events started to occur, some people saw a spaceship hovering above the fourth generating unit of the Chernobyl plant. Eyewitnesses say that an UFO was there for six hours and that hundreds of people saw it. People started writing about it only two years after the catastrophe. Of course, such information appeared in magazines on ufology. As it is generally believed, serious people don’t read such magazines and journals.

Here is what Mikhail Varitsky had to say: “I and other people from my team went to the site of the blast at night. We saw a ball of fire, and it was slowly flying in the sky. I think the ball was six or eight meters in diameter. Then, we saw two rays of crimson light stretching towards the fourth unit. The object was some 300 meters from the reactor. The event lasted for about three minutes. The lights of the object went out and it flew away in the northwestern direction.”

The UFO brought the radiation level down. The level was decreased almost four times. This probably prevented a nuclear blast.

Three years later (on September 16, 1989), the fourth power-generating unit emitted radiation into the atmosphere. Several hours later, a doctor saw an object in the sky above the Chernobyl plant. Doctor Gospina described it as “amber-like.” She said she could see the top and the bottom of it as well.

In October of 1990, a reporter from the newspaper the Echo of Chernobyl , V. Navran, was photographing the machine shop of the Chernobyl plant. “I photographed the top of it, includomg a part of the hole above. I remember everything very well; I did not see any UFO. However, when I developed the film, I clearly saw an object that was hovering above the hole in the roof.” The object looked like the one doctor Gospina saw.

It seems that aliens are not worried with the fate of humanity. They are basically worried about the planets environment.

- See more at: http://www.pravdareport.com/news/russia/16-09-2002/18024-0/#sthash.qulwSPWP.dpuf

SOURCE http://feairplane.canalblog.com/archives/2016/03/26/33577979.html

dim.

17

janv.

2016

Retour à l'énigme Dyatlov : découverte d'un cadavre au même endroit et l'hypothèse Ovni

Mystérieux Oural

En cette période hivernale revenons sur la mort non résolu en 1959 de 9 étudiants Russes et l'hypothèse extraterrestre.

Récemment, un homme d'une cinquantaine d'années a été retrouvé mort par des touristes au col Dyatlov.

 

Cet endroit est tristement célèbre car en 1959 neuf randonneurs avaient trouvé la mort dans des conditions toujours inexpliquées... 

 

La triste histoire de 1959 est-elle en train de se répéter ?

 

Un groupe de randonneurs parti en excursion a fait appel aux services d'urgence la nuit de vendredi. Leur signal satellite à permis de les localiser, mais en raison de mauvaises conditions météo les secours peinent à se rendre sur les lieux où le corps a été retrouvé.

 

Les voyageurs avaient commencé leur voyage le 1er janvier pour un des sentiers les plus difficiles de cette partie de l'Oural.

 

Le site où le corps aurait été retrouvé est tristement célèbre car il y 57 ans, neufs randonneurs y avaient trouvé la mort. 

L'histoire débute en janvier 1959 dans le nord de l'Oural, dix randonneurs, neuf hommes et deux femmes, pour la plupart des étudiants de l'Institut polytechnique de l'Oural décident de faire un trek de 350 kilomètres en ski de fond pour rejoindre le mont Ortoten.

 

En cette période cette route est considérée comme extrêmement dangereuse, mais tous les membres de groupe étaient des randonneurs et des skieurs chevronnés. Alors que le voyage commence début janvier, l'un des membres tombe malade et doit quitter l'aventure. 

 

Les neuf randonneurs continuent leur parcours, le chef de fil Igor Dyatlov qui donnera son nom au col par la suite, avait décidé d'envoyer un télégramme à leur club sportif dès leur retour à Vizhay prévu initialement pour le 12 février 1959. Mais les neuf compagnons n'auront jamais de voyage de retour... 

 

Le 31 janvier les voyageurs arrivent dans la région de hautes terres et vont débuter leur ascension. Ils déposent des vivres en plus pour leur retour dans ce camp. Le lendemain, ils attaquent la traversée du col, initialement ils souhaitent camper de l'autre côté la nuit suivante, mais les mauvaises conditions météo les contraignent à changer de direction. Ils s'égarent et dévient vers l'ouest, ils décident alors de camper non loin de Kholat Syakhl (« Montagne de la Mort »). 

 

Quelques jours après le 12 février, leur date de retour, toujours sans nouvelles, les familles commencent à s'inquiéter.

 

Le 20 février une équipe de secours part à leur recherche. Et 6 jours plus tard ils retrouvent un camp abandonné sur le mont Kholat Syakhl.

 

Là les secours découvrent la tente découpée depuis l'intérieur avec un objet pointu. Les randonneurs ont laissé tous les biens dans la tente, et les secours suivent les empreintes de pas qui mènent à une lisière d'un bois tout proche. A l'entrée du bois, ils retrouvent des restes d'un feu de camp et deux premiers corps, ils sont déchaussés et vêtus uniquement de leur sous-vêtement. Un peu plus loin cinq autres corps sont trouvés. Puis quelques mois plus tard les autres membres sont eux aussi retrouvés morts enfouis sous la neige. 

Certains d'entre eux portent des signes de lutte, tels que des crânes fracturés ou des côtés cassés. L'une des femmes à même sa langue coupée. 

 

Cette sombre histoire a donné lieu à de nombreuses rumeurs. L'enquête pénale de 1959 n'a pas réussi à établir les causes de l'accident, et a conclu qu'une « force irrésistible inconnue » avait tué les skieurs. 

 

Ce drame qui reste l'un des mystères non résolus les plus terrifiants du 20e siècle a suscité de nombreuses théories.

 

Parmi ces explications :

une avalanche ?

Les randonneurs auraient surpris des tests militaires que le gouvernement essayait de cacher ?

Une créature inconnue ?

Une activité paranormale ? 

Extraterrestres rejetant les corps après abductions ?

 

Le mystère de l'accident du col Dyatlov a inspiré les réalisateurs de film d'horreur. Le film « La Passe du Diable» est inspiré de cette histoire où cinq étudiants tentent d'enquêter sur l'incident. 

 

mar.

22

déc.

2015

Etude du phénomène : ovnis et nucléaire, une corrélation de bonne augure ?

L'humanité s'est orientée vers le nucléaire dans la plus grande clandestinité. Les mensonges ou les dissimulations qui concernent le domaine de l'atome durent depuis des décennies maintenant.

 

Dès la mise en œuvre du fameux projet "Manhattan" qui permettra de générer les premières bombes atomiques en 1945, les mystifications se sont multipliées afin de nous cacher la véritable incidence de cette technologie sur notre planète et son environnement.

 

Même si le phénomène ovni n'a pas attendu 1945 pour voir le jour, il est important de relever la corrélation qui existe entre la mise en œuvre de la technologie nucléaire et l'activité ovni.

 

Quel rapport ?

Certainement la curiosité avec laquelle nous agissons vis à vis du nucléaire. Car Il faut avouer qu'à bien y regarder, l'humain quand il manipule cette énergie ressemble à un enfant qui jouerait avec des allumettes dans un champs de paille.

 

Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, l'humain fait preuve de quelques "qualités" qui ne peuvent passer inaperçues à nos voisins de l'espace.

 

Est-il si fréquent de pouvoir observer une espèce qui pour quelques morceaux de papiers, quelques bouts de métaux brillants, quelques zones magnétiques figurant des zéros derrières un chiffre, n'hésite pas à mentir à ses prochains tout en contaminant son monde pour des milliers d'années.

 

Car quand elle manipule le nucléaire, notre espèces condamne sa descendance à vivre avec un fardeau écologique qu'il faudra prendre en charge (ou subir) des milliers d'années.

 

Parallèlement, créer une arme basée sur une réaction atomique en chaine dont on ne savait même pas si elle allait prendre fin avant de l'expérimenter concrètement c'est un peu risqué non ?

 

Pour reprendre sous une forme différente un adage bien connu, on peut dire que la science est quelque chose de bien trop sérieuse pour ne la confier qu'aux scientifiques. Les ufologues ne le savent que trop. Le nucléaire en est une nouvelle preuve.

 

Depuis quand constate t'on cette corrélation ?

D'anciens militaires de l'US Air Force et de la Royal Air Force affirment que depuis plus de 60 ans des ovnis survolent des bases militaires qui disposent d'armes nucléaires (voir vidéo au bas de la page).

 

Pour preuve, notons que le complexe de Los Alamos fut au centre des manifestations d’ovnis.

Entre 1947 et 1952, on a dénombré 37 observations d’ovnis au-dessus des périmètres du complexe de Oak Ridge et de la base de Clarksville qui étaient des hauts lieux de la recherche nucléaire.

Un mémorandum confidentiel daté du 2 décembre 1952 rédigé par H. Marshall Chadwell (assistant directeur de la recherche scientifique de la CIA au directeur de l’agence centrale de renseignement Walter Bedell Smith) expliquait que "les observations d’engins non-identifiés volant à haute altitude et se déplaçant à grande vitesse dans le voisinage des principales installations de défense américaines ne sont ni attribuables à des phénomènes naturels ni à des engins connus".

 

Parallèlement, le fameux incident du “crash de Roswell” ne s'est il pas déroulé à proximité du "Roswell Army Air Field" qui abritait à l'époque la seule et unique escadrille de bombardiers atomiques au monde, la 509th Bomb Group.

 

De son coté, le professeur Donald Johnson a a créé une base de données regroupant plus de 150 000 rapports dénommée UFOCAT.

Il a ainsi pu analyser la fréquence des phénomènes liés aux ovnis entre 1945 et 2001 en tenant compte de la distribution géographique des installations nucléaires sur le territoire des Etats-Unis.

Il a fini par conclure que les résultats suggèrent une corrélation très significative entre la présence d’installations nucléaires et la fréquence d’observations d’ovnis ou les rencontres rapprochées avec des extraterrestres (étude en lien ici).

Quelques incidents marquants :

Un missile nucléaire de test pulvérisé en 1964.

Le 15 septembre 1964, à La Vandenberg Air Force Base qui est une base militaire américaine située dans le comté de Santa Barbara, en Californie, le lieutenant Robert Jacobs filme le tir d’une fusée Atlas F et transmet le film pour développement. Le lendemain, le major F.J. Mansmann le convoque. Le film réalisé la veille est analysé. On peut y voir la fusée, qui était équipée d’une ogive nucléaire factice, décoller et poursuivre normalement sa course jusqu'à ce qu'un objet volant non identifié et ne tire un rayon lumineux sur l’ogive à quatre reprises afin de la détruire.

M Jacobs ne livrera l'information qu'en 1982 au terme de sa carrière militaire. Son récit sera confirmé  par le major Mansmann, alors retraité. Il déclara " l’histoire racontée par Robert Jacobs est authentique. Deux agents du gouvernement ont confisqué la pellicule et l’ont emportée. Je reçus ensuite l’ordre de mon responsable hiérarchique de considérer cet incident comme top secret".

Des missiles intercontinentaux mis hors service en 1967.

Les faits se déroulèrent à la Malmstrom Air Force Base qui est une base de l'United States Air Force située dans le Montana. Cette base abrite le 341st Missile Wing du Global Strike Command.

Le 16 mars 1967, le lieutenant Robert Salas qui est de service est informé que d’étranges lumières sont observées dans le ciel. Parallèlement, un incident est signalé sur l’un des silos de missiles. En quelques secondes, huit missiles intercontinentaux sont déclarés hors service. On lui rapporte ensuite que des militaire sont légèrement blessé alors qu'ils cherchaient à d’un OVNI rougeoyant en forme de soucoupe qui se trouvait à proximité directe de la base.

Quand il s'exprime au sujet de cet évènement, M Salas explique "J’ai toujours eu le sentiment que cet objet nous avait envoyé une sorte de message au sujet de nos armes nucléaires. C’était une démonstration de force, sans nul doute pour nous montrer que nous sommes observés de près. Le public a le droit de savoir. Il est temps de dire qu’une partie de nos missiles intercontinentaux ont été rendus hors service pendant que des OVNIs étaient observés dans les parages par des témoins on ne peut plus crédibles. L’Air Force continue de démentir que ce phénomène a été à l’origine de la panne survenue sur nos missiles. Pourtant c’est faux et le public mérite tout simplement de connaître la vérité » .

Notons que la Malmstrom AFB sera à nouveau touchée par de nouvelles apparitions d’ovnis dans le cadre d’une vague de grande ampleur qui concernera plusieurs bases entre le 27 octobre et le 11 novembre 1975.

Interventions contre des armes nucléaires en 1980.

Bentwaters fut le lieu de ces évènements entre le 27 et le 30 décembre 1980. C'est une ancienne base aérienne de l'United States Air Force en Angleterre, maintenant connu sous le nom Bentwaters Parks. La base est située 50 Km de Londres.

Dans un rapport officiel, le lieutenant-colonel Charles Halt décrit des objets qui tiraient des rayons en direction du sol.

Nick Pope, à l'époque responsable du bureau d’enquête officiel de la reine d'Angleterre au sujet des ovnis, fut informé que ces rayons visaient précisément les entrepôts d’armes nucléaires de Woodbridge. Cette intervention fut confirmée par l’enquêteur Peter Robbins qui nota que «"les objets volant non identifiés ont tiré des rayons lumineux sur les bunkers stockant des ogives nucléaires".

L’affaire commençant à se répandre dans la presse, le ministère de la Défense britannique prit l’initiative de publier une "Defensive Press Line" dont l'objectif était d'expliquer que cet incident ne présentait  aucun problème de sécurité nationale.

Un ovni au dessus de Tchernobyl le jour de l'incident de 1986

Le 26 avril 1986 la centrale nucléaire de Tchernobyl dans l’ex-union soviétique a explosée en provoquant l’émission dans l'atmosphère de tonnes de matières radioactives.

Mais cette explosion aurait pu être bien plus grave encore si une réaction en chaine s'était activée via explosion des quelques 180 tonnes d’uranium enrichi qui se trouvaient sur le site.

Bien des théories circulent pour expliquer comment une telle catastrophe fut évitée. L’une d’entre elles explique qu’il y aurait eu une aide de la part d’un ovni. En effet, quand la catastrophe s’est déclenchée, des témoins ont vu un étrange objet volant planer au-dessus du quatrième réacteur de la centrale nucléaire. Des centaines de personnes ont aperçurent ensuite l’objet y stationner pendant six heures.

Le témoignage de Mikaïl Varitsky : « Nous avons vu une boule de feu de six à huit mètres de diamètre qui évoluait lentement dans le ciel. Lorsqu’elle fut à quelques mètres du quatrième réacteur, deux rayons de lumière pourpre s’allongèrent vers le réacteur. Tout ceci dura environ trois minutes. Ensuite, les lumières de l’objet s’éteignirent et il s’éloigna en direction Nord-Ouest. Par la suite, le niveau des réacteurs a décru jusqu’à être quatre fois moins puissant, ce qui a probablement évité l’explosion nucléaire".

CLIQUEZ sur ce LIEN

"Les Ovnis et les risques atomiques - interview radiophonique d'utilité publique et révélation stupéfiante sur Tchernobyl, Juillet 2015"

Une centrale nucléaire Japonaise surveillée de près depuis 2011.

Chacun se souviendra de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon qui fût ravagée par un tsunami le 11 mars 2011. Cette catastrophe écologique fût suivie par l'observation de nombreux ovnis qui semblaient porter un véritable intérêt à ce site dont émanait une radioactivité incroyablement élevée qui a contaminé la nature environnante pour des milliers d'années. Les témoignages vidéo ne manquent pas. Cous pourrez consulter certains d'entre eux au bas de la page.

Mais pourquoi les ovnis s'intéressent ils au nucléaire ?

Les raisons d'un tel intérêt pourraient être multiples.

Néanmoins, les phénomènes constatés  surviennent généralement au cours de périodes charnières, marquées par de graves tensions internationales (comme le fût la guerre froide par exemple) ou dans le cas de fortes crises environnementales.

 

Des exemples ?

La grande vague d'ovni que l'on connait en Europe en 1954 et en particulier en France et en Italie, se déroule alors que cette même année correspond à l'année ou le danger d'une attaque nucléaire russe était à son maximum. Une directive du conseil national de sécurité (NSC-68) rédigée par Paul Nitze, éminent spécialiste en stratégie nucléaire en témoigne.

 

1957 marque une importante vague d'observations d'ovnis aux Etats-Unis. Cette année est justement marquée par des essais réussis par l'URSS de missiles intercontinentaux dans le Pacifique à des ( 4 octobre 1957). Cette même année le premier satellite artificiel (spoutnik) sera lancé.

 

La vague de 1973 survient alors que les troupes égyptiennes franchissent le canal de Suez, le 6 octobre. Au même moment, l'armée syrienne, avec l'aide d'unités irakiennes, pénètre dans la zone d'occupation israélienne du Golan. La tension internationale est alors à son comble.

 

Les impressionnantes vagues d'Ovnis de 1989-1991, qui touchent la Belgique, la Russie, le Canada, ainsi que certaines parties des Etats-Unis coïncident avec une période critique de l'histoire, riche en bouleversements. On se souviendra de l'effondrement du bloc de l'Est, symbolisé par la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. Le démantèlement de l'URSS secouera l'échiquier politique de nombreux pays. Alors que l'opinion publique, incrédule, assiste à ces évènements, les Etats-Unis envahissent Panama avant d'intervenir en Irak, au début de l'année 1991. Rarement autant de crises se sont concentrées sur une période si courte, coïncident avec d'intenses manifestations d'OVNIs d'un continent à l'autre.

La fin de la guerre froide n'a pas modifié les paramètres de l'interventionnisme OVNI. Les crises, les tensions et menaces écologiques subsistent.

 

Alors des voisins de l'espace viennent ils assister à notre autodestruction ? ou au contraire viennent ils nous aider ?

Le mystère reste entier et l'avenir nous le dira mais il y a de fortes chances que le mauvais exemple que nous donnons au travers de notre activité nucléaire ne soit pas source à générer des rapports amicaux avec nous.

 

Je n'ose conclure cette présentation sans vous recommander de visiter le site www.ovnis-direct.com qui proposait en Octobre 2015 une documentation très complète réalisée autour d'une étude française qui confirme le lien OVNI/nucléaire (lien ici)

Je vous laisse enfin la possibilité de consulter ci-dessous quelques documents vidéos qui viennent étayer les arguments figurant dans cet article :

 

Vidéo de la conférence de presse du 27 septembre 2010 traitant de la corrélation ovnis / nucléaire donnée par sept officiers à la retraite au "National Press Club de Washington" et retransmise sur CNN.

Des ovnis filmés au dessus de centrales nucléaires (dont Tchernobyl).

Des ovnis filmés au dessus de la centrale de Fukushima au Japon.

 

26 Mars 2011

12 avril 2011

Remarque : merci au site http://www.parlons-ovni.fr/,  www.ufoevidence.org, et www.forum-ovni-ufologie.com pour cet excellent article qui apporte un peu d'espoir en cette fin d'année, car, manifestement, les humains sont sous surveillance "écologique" de la part d'êtres exotiques qui ne souhaitent pas voir notre planète s'autodétruire !!

Le réchauffement climatique ne semble pas être leur préoccupation principale mais bien le maniement de l'atome.

jeu.

26

nov.

2015

Des OVNI filmés au-dessus de la centrale nucléaire de Gravelines

Le 1er octobre 2015, un homme prénommé Freddy a filmé plusieurs objets volants non identifiés qui se matérialisaient juste au-dessus de la centrale nucléaire de Gravelines, dans le Nord de la France. Notons que ce n'est pas la première fois que des civilisations venues d'ailleurs semblent s'intéresser de très près à ces installations si sensibles ….


Témoignage :


« Depuis que cette centrale nucléaire existe, il se matérialise de drôle de gros points lumineux ayant une magnitude visuelle de celle de la planète Vénus et parfois même supérieure ?


La première fois que nous avons pu observer ces ovnis c'était dans les années 80 ,il s'agissait de la matérialisation de 2 points lumineux jaunes qui était immobile et séparés d'une distance assez importante , puis il se sont rapprochés l'un vers l'autre et ont disparu instantanément ,à la jumelle il n'y avait plus rien à voir ?


J'ai repris depuis peu mes observations en direction de cette centrale et il me fallut que peu de temps pour en filmer 1 ,cette vidéo date du 1 oct 2015 à 20 h45,la centrale se trouve plus à gauche et ce que nous voyons au loin ce sont des portiques du port Ouest dont la hauteur avoisine 25 m environ.


Il n'y a pas de date indiquées c'est que en fait il s'agit d'une lunette de visée nocturne que j'ai acheté récemment et je ne sais pas encore bien m'en servir .


Bien entendu l'ovni ne fait aucun bruit mais comme j'ignore sa distance ceci explique cela. »


ven.

23

oct.

2015

Étude française confirmant le lien OVNI/nucléaire - Octobre 2015

Les résultats d’une étude rédigée en anglais, en date du 3 septembre 2015, et publiée sur le site anglo-saxon arxiv.org confirment les troublantes corrélations entre les ovnis et l’écologie (nucléaires,…).

 

Le plus fascinant est qu’elle provient de trois universitaires français, dont un membre duGEIPAN.

 

Ce rapport extrêmement pointu, et qui semble être une initiative privée, utilise la méthode des outils et modèles de statistique spatiale explique (page 18) : 

« Le lien entre les activités nucléaires et les PAN (phénomènes aérospatiaux non identifiés) de  type D, lequel a été longtemps suspecté, est désormais pour la première fois mesurée. Ce lien est  étonnamment élevé. Nous avons également découvert une forte corrélation entre les PAN de type D et les sites contaminés ».

Selon le modèle de classification du GEIPAN, les PAN D correspondent à des enquêtes qui n'ont pas permis d'avancer une explication aux observations rapportées, malgré la qualité et la consistance des données et des témoignages. Ce sont, au vrai sens du terme, des "phénomènes aérospatiaux non identifiés".

 

Sachant que, sur la base des témoignages recueillis par le GEIPAN, les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés de type D représenteraient 22% des témoignages.

Une corrélation Ovni/nucléaire déjà connue


Fabrice Bonvin, spécialiste du phénomène ovni, rappelle que contrairement à ce que dit le rapport, ce n'est pas la première étude qui valide le lien entre "OVNI et nucléaire" puisqu’il a lui-même consacré de nombreux textes sur le sujet ainsi que certains chapitres de ces ouvrages précédents, sans oublier de citer le dernier en date et intitulé "Ovnis et Conscience".


Ce même auteur explique dans son texte intitulé "Les OVNIs et l’écologie" que le phénomène OVNI est au coeur de la question de la santé planétaire et de l’écologie.

Le nucléaire joue donc un rôle important dans les apparitions d’OVNIs, comme l’attestent les documents officiels du FBI, de la CIA ou de l’Armée de l’Air. Par exemple, H. Marshall Chadwell, assistant directeur du renseignement scientifique de la CIA, adressait les lignes suivantes au directeur du renseignement, Walter Smith, en décembre 1952 : 

« des observations d’engins non-identifiés (…) dans les environs des principales installations de défense américaines sont d’une telle nature qu’elles ne sont pas attribuables à un phénomène naturel ou à un type de véhicule connu ».

N’oublions pas l’ouvrage de JJ Vélasco sur la question du lien OVNI/nucléaire et intitulé "Troubles dans le ciel" (2007).

D'autres études, notamment aux États-Unis, l'ont confirmé il y a bien longtemps, mais avec des outils statistiques différents.

 

Cette étude a le mérite d’apporter des certitudes et d'établir une corrélation entre les sites contaminés (pollués) et le phénomène OVNI.

 

On peut donc aujourd’hui affirmer que l'écologie planétaire est au cœur des manifestations du phénomène.

Qui sont les auteurs de ce rapport ?


Thibault Laurent, Ingénieur statisticien

Employé du CNRS depuis 2008, son travail consiste à analyser, définir et mettre en œuvre les outils statistiques et informatiques pour la collecte, la gestion et le traitement des données dans le cadre d’une étude statistique ou d’un projet de recherche.

 

Christine Thomas-Agnan, Professeur de Mathématiques à l’université Toulouse 1

Découvrez son CV. Elle fait partie du Groupe de Recherche en Economie Mathématique et Quantitative France et travaille dans le domaine des Outils et modèles de statistique spatiale.

 

Michael Vaillant, informaticien et expert du GEIPAN, fondateur de la future plateforme de gestion des connaissances et stratégie de travail collaboratif du GEIPAN.

L'Affaire des drones au-dessus des centrales françaises


Rappelons que la quasi-totalité des centrales nucléaires françaises a été survolée dés octobre 2014 par des soit disant drones, que nous préférons qualifiés d'ovnis. Les coupables de ces survols simultanés et parfaitement coordonnés n'ont jamais été identifiés malgré l'important dispositif d'enquête et de sécurité mis en place. Tous les organismes et mouvements écologiques ont démenti en être les auteurs.


Ces manœuvres, extrêmement bien coordonnées, n’ont-elles pas pour objectif de nous faire prendre conscience du danger que court notre environnement terrestre ? Ou peut-être nous sensibiliser quant au niveau de sécurité de nos centrales ?

Découvrez le dossier complet.

Des témoins militaires d'ovnis prennent la parole


Rappelons que des militaires de l'US Air Force et de la Royal Air Force ont affirmé, depuis plus de 60 ans, que des ovnis survolent des bases militaires pour saboter les missiles nucléaires. 


Voici un extrait vidéo de la conférence en date du 27 septembre 2010 au "National Press Club" de Washington, au sujet des témoins militaires d’ovni sur des sites nucléaires qui témoignent.

Pourquoi ce rapport sort-il si tardivement ? 


La corrélation, déjà largement évoquée ci-dessus, demeure une évidence depuis des décennies pour la majorité des ufologues et certains scientifiques qui s'intéressent au sujet des ovnis. Il suffit de constater les multiples témoignages de civils et même de militaires au-dessus ou à proximité de sites réputés sensibles.


Posons-nous tout simplement la question de savoir pourquoi le nombre d'apparitions d'ovnis a exploser à partir des années 1940, suite à l'explosion de la première bombe atomique dans le désert du Nouveau-Mexique.


Les hauts responsables, relativement bien informés sur le dossier ovni, sont sans aucun doute tout aussi au courant du rapport entre les ovnis et l'écologie. Ils n'ignorent sans doute pas le fait que des pratiques polluantes ou destructitrices pour la planète sont à l'origine d'apparitions d'ovnis bien localisées. Cela expliquerait pourquoi les grandes firmes de l'armement s'intéressent aussi à ce phénomène qui les nargue de manière symbolique dans ses manifestations.


Les "autorités informées " de certains pays savent pertinemment que la quantité importante des manifestations ovnienes résulte de notre incapacité à nous développer sans détruire notre environnement.

Aux antipodes d'un changement de paradigme

 

La machine capitaliste est si incroyablement lancée que le point de non-retour semble atteint. 


Les firmes qui s'enrichissent de manière considérable, en ne se préoccupant pas de l'environnement, ne réaliseront pas la moindre concession à ce niveau et continueront à produire de manière effrénée pour satisfaire les besoins de notre société matérialiste.


Devrions-nous évoluer vers plus de spiritualité et accroitre notre niveau de conscience ?


Ces entités exogènes, ne nous préviennent-elles pas à travers certaines rencontres rapprochées, des dangers qui nous guettent ?


Ne serions-nous pas aux antipodes du changement de paradigme qu'ils souhaitent nous voir emprunter ? Est-ce la raison du non-contact ? Sommes-nous tout simplement capables de percevoir leurs messages ?

Ovnis et spiritualité


Fabrice Bonvin expliquait dans les "Agents du Changement", il y a 10 ans :

 

"Les manifestations de cette intelligence remettent en question notre conception de la réalité et confrontent les théories en vigueur sur l'essence du monde. Au moyen de ses manifestations, véritables koans cosmiques, elle oblige l'esprit à faire un saut quantique jusqu'au niveau immédiatement supérieur, appelé satori par les moines zen (...). Pour McKenna, cette intelligence vise à déconcerter et à confondre la toute-puissance de la science, au potentiel destructeur pour la race humaine et les écosystèmes".

 

"Cette intelligence agit comme agent du changement (...). Elle vise précisément à imprégner l'humanité de ce principe d'interconnexion, suggérant que tout organisme, pensée ou acte est lié à un grand "Tout". Le cosmos fonctionnerait à l'image d'un énorme réseau de consciences au sein duquel toute pensée ou action aurait des répercussions sur la dynamique de la matrice du vivant". 


Écouter la partie consacrée à l'affaire des survols des centrales nucléaires françaises dés la 26em minute :

mar.

06

oct.

2015

OVNI : Document déclassifié australien sur sites nucléaires - Octobre 2015

Les OVNIS surveillent  les bases d’armes nucléaires,  c’est ce que confirme un nouveau document déclassifié issu des archives nationales australiennes (Australian National Archives).


Ce nouveau document déclassifié intitulé « observations d’OVNIS sur les sites d’essais d’armes » révèle des témoignages d’observations d’OVNI sur une zone de tests atomiques au cours des années 1950-1960.


Ce rapport a été rédigé le 24 Juillet 1960 par l’agent de sûreté Hanlon, et rend compte d’observations d’ovnis dans la région interdite de Woomera où, de 1959 à 1963, se sont déroulés plus de 40 essais top-secret d’armes nucléaires.


Plusieurs dizaines de témoins ont été interviewés : police, personnel du WRE, des forces armées, un «indigène patrouilleur» et des membres du public, etc.


Les experts scientifiques qui ont été consultés pour ce rapport proposent une large gamme d’explications pour les phénomènes observés , allant des ovnis aux réflexions

« des feux des véhicules éloignés sur une couche d’inversion faible, en passant par l’électricité statique des ballons-sondes... Phil Noyant


source :

 http://vrroom.naa.gov.au/records/?

ID=26096 


- Weapons Research Establishment (WRE), Salisbury – Department of Supply


Notes: The file of which this document is a part was transferred to the Royal Commission into British Nuclear Tests in Australia in 1984–85.



Remarque : 

 On ne peut s'empêcher de penser à toutes ces observations de faux "drones" au-dessus des centrales nucléaires françaises en 2014 et début 2015...

Airbus travaille à l'élaboration d'armes neutralisant les "drones" !



dim.

19

juil.

2015

Les Ovnis et les risques atomiques - interview radiophonique d'utilité publique et révélation stupéfiante sur Tchernobyl, Juillet 2015

Quel rapport peut-on établir entre l’existence possible des ovnis et la bombe atomique? 1942: la bataille de Los Angeles. 1945: Trinity. L’ Attaque de la base de Vandenberg. Le RapportCometa. La catastrophe de Tchernobyl, celle de Fukushima ?...


Et que penser de l’observation de supposés “drones” au-dessus de nos centrales nucléaires ?

Les Aventuriers de l’Impossible tentent aujourd’hui de nous rapprocher de la vérité.., si tant est qu’il en existe une et une seule.


Une révélation stupéfiante :

Résumé : un immense vaisseau au-dessus de la centrale qui aurait empêché une explosion nucléaire qui aurait eu des conséquences beaucoup plus dramatiques pour les populations européennes si elle s’était produite.

Le vaisseau aurait émis un étrange rayonnement qui aurait transformé l’uranium du réacteur en aluminium (métal qui n’est jamais utilisé dans une centrale nucléaire), neutralisant ainsi la réaction en chaîne qui aurait dû se produire.


Lien vers le site de Jean-Pierre Petit qui résume les événements de Tchernobyl :

 http://www.jp-petit.org/Presse/tchernobyl_mon_amour.htm


Invité dans l’émission :

Vladimir Fedorovski, écrivain russe. Auteur de La volupté des neiges (Albin Michel)

Source : RTL

Les Ovnis et secret défense
7779089253-secret-defense-les-ovnis.mp3
Fichier Audio MP3 34.7 MB

OU

Interview ICI

dim.

31

mai

2015

Le Méga-Réacteur Nucléaire (naturel ?) d'Oklo  de 2 milliards d’années découvert en Afrique, Mai 2015

Il y a deux milliards d’années, des morceaux d’un gisement d’uranium d’Afrique ont spontanément subi une fission nucléaire, mais les preuves indiquent plutôt un dessein intelligent.


En 1972, un ouvrier d’une centrale de traitement du combustible nucléaire a remarqué quelque chose de suspect lors d’une analyse de routine d’uranium provenant d’une source minérale habituelle en Afrique.


Comme cela est le cas pour tout l’uranium naturel, le matériau étudié comprenait trois isotopes – soit trois formes avec différentes masses atomiques : l’uranium 238, la variété la plus abondante; l’uranium 234, le plus rare; et de l’uranium 235, l’isotope qui est convoité car il peut provoquer une réaction en chaîne nucléaire.

Pendant des semaines, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) est resté perplexe.


Partout ailleurs dans la croûte de la terre, sur la lune et même dans les météorites, nous trouvons des atomes d’uranium 235 qui composent seulement 0,720 pour cent du total.

Mais dans les échantillons qui ont été analysés, qui sont venus du dépot d’Oklo au Gabon, une ancienne colonie française en Afrique de l’Ouest, l’uranium 235 ne constituait que 0,717 pour cent.

Cette petite différence était suffisante pour alerter les scientifiques Français qu’il y avait quelque chose de très étrange dans ces minerais.


Ces petits détails ont conduit à de nouvelles enquêtes qui ont montré que près de la moitié de la superficie de la mine était bien en dessous de la quantité normale d’uranium 235 : quelques 200 kg semblent avoir été extraits dans un passé lointain, aujourd’hui, ce montant est suffisant pour faire une demi-douzaine de bombes nucléaires.


Rapidement, les chercheurs et scientifiques du monde entier se sont rassemblés au Gabon pour comprendre le mystère entourant l’uranium d’Oklo.


Ce qui a été découvert à Oklo a surpris tout le monde, le site sur lequel repose la mine d’uranium est actuellement une centrale nucléaire souterraine qui va beaucoup plus loin que toutes nos capacités et connaissances scientifiques.

Des chercheurs pensent que cet ancien réacteur nucléaire est vieux de 1,8 milliards d’années et qu’il fonctionnait encore il y a 500,000 ans !!


Les scientifiques ont effectué plusieurs enquêtes dans la mine d’uranium et les résultats ont été rendus publics lors d’une conférence de l’Agence internationale de l’énergie atomique.


Selon les médias Africains, les chercheurs ont trouvé des traces de résultats de fission ainsi que des déchets de combustibles nucléaires à divers endroits dans la mine.


D’après les études, cet ancien réacteur nucléaire était long de plusieurs kilomètres. Il est intéressant, pour un grand réacteur nucléaire de cette taille, de constater que l’impact thermique sur l’environnement s’est limitée à 40 mètres seulement tout autour de la mine.


Ce qu’ils ont découvert est encore plus extraordinaire, c’est que les déchets radioactifs n’ont toujours pas bougé et sont contenus dans des réservoirs naturels contenus dans la roche.


Ce qui est encore plus surprenant est que la réaction nucléaire s’est produite et que son produit dérivé, le plutonium, a été créé. Ce qui veut dire que la réaction nucléaire a été contrôlée.


Cette découverte est considérée comme un Graal de la science atomique.

La capacité de contrôler la réaction nucléaire indique qu’une fois qu’elle a été initiée, il a été possible de tirer parti de la puissance de sortie d’une manière contrôlée, avec la possibilité d’éviter des explosions catastrophiques ou la libération de l’énergie en une seule fois.


Les chercheurs ont surnommé le réacteur nucléaire d’Oklo, le « réacteur nucléaire naturel », mais en vérité, tout cela dépasse notre compréhension normale de la physique et de la géologie.


Quelques uns des chercheurs qui ont participé aux tests disent qu’il y a 1,8 milliards d’années, une réaction en chaîne nucléaire s’est spontanément produite. Ils ont aussi conclu que de l’eau a forcément été utilisée pour contrôler la réaction de la même façon que les réacteurs nucléaires modernes le font de nos jours, pour éviter une explosion.


Tout cela, « naturellement ».


Cependant, le Dr. Glenn T. Seaborg, directeur de la commission des États-Unis pour l’énergie nucléaire de 1961 à 1971 et lauréat d’un Prix Nobel pour ses travaux sur les éléments de synthèse lourds, a démontré que pour que l’uranium se « consume », il faut que toutes les conditions requises soient absolument à la bonne place.

Par exemple, l’eau utilisée dans la réaction nucléaire doit être extrêmement pure. Si quelques petits morceaux sont contaminés parmi des millions d’autres, ils « empoisonneront » la réaction, ce qui l’emperchera de continuer à produire de la chaleur.


Le problème c’est qu’une telle eau aussi pure n’existe pas naturellement.


D’une certaine façon, une réaction a eu lieu, suggérant que l’uranium d’origine était bien plus riche en Uranium 235 que ce qui est naturel trouvé dans une formation rocheuse.

dim.

24

mai

2015

Nouveau record pour le grand collisionneur de hadrons, Mai 2015

Le LHC placé dans un tunnel circulaire de 27 km à la frontière franco-suisse a fonctionné à une énergie de collision deux fois supérieure au record précédent enregistré en 2012.

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus grand et plus puissant accélérateur de particules du monde situé à la frontière franco-suisse, a battu un nouveau record dans la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN).

« La nuit dernière, des protons sont entrés en collision dans le Grand collisionneur de hadrons (LHC) pour la première fois à l'énergie record de 13 TeV (13.000 milliards d'électronvolts). Ces collisions tests doivent permettre de régler les systèmes qui protègent la machine et les détecteurs des particules qui s’écartent du faisceau », lit-on dans une déclaration du CERN.

Le LHC placé dans un tunnel circulaire de 27 km a ainsi fonctionné à une énergie de collision deux fois supérieure à celle enregistrée en 2012 (8 TeV).

Le niveau d'énergie maximal du Grand collisionneur de hadrons est de 14 TeV.

En 2013, le collisionneur a été arrêté pour travaux de maintenance et de consolidation après avoir fonctionné pendant trois ans. En avril, les faisceaux de protons ont fait leur retour pour la première fois dans l'accélérateur. De nouvelles expériences scientifiques sont prévues pour début juin.

D'un coût de plus de 6 milliards d'euros, le LHC est construit à 100 m sous terre sur la frontière entre la France et la Suisse. Il a démarré en septembre 2008.

En 2012, le CERN a annoncé avoir découvert le boson de Higgs, une particule instable faisant partie du mécanisme qui donne leur masse aux autres particules de l'Univers et dont l'existence n'avait jusqu'alors jamais été prouvée.  Des physiciens, techniciens et ingénieurs de plus de 80 pays, dont la Russie, participent aux expériences du LHC.

mar.

12

mai

2015

Ovnis et bases militaires contenant des missiles nucléaires, Mai 2015

Illustration

James Swagger un ancien de l'Air Force et robert Salas ancien employé de la FAA, ont réfuté la déclaration de la Force aérienne: "... Aucun OVNI signalé, examiné et évalué par l'Armée de l'Air n'a jamais été une source de menace pour notre sécurité nationale» 

Ils relatent les événements de Mars 1967 dans lesquels un OVNI a survolé Malmstrom AFB dans le Montana. Pendant ce survol les missiles nucléaires de la base étaient désactivés, et les gardiens des missiles  ont rapporté avoir aperçu des lumières étranges dans le ciel, qui silencieusement volaient à des vitesses élevées avec des trajectoires insolites. 

Un événement similaire avait eu lieu une semaine plus tôt dans une autre base, où 10 missiles ont été neutralisés lors de l'apparition d'un OVNI. L'engin non identifié envoyait un certain type de signal spécifique qui avait la capacité de pénétrer dans le béton... Salas croit que les occupants de l'OVNI nous adressaient  un message simple: «se débarrasser de vos armes nucléaires.

ven.

27

févr.

2015

France : drones, Ovnis et centrales nucléaires, Février 2015

Des drones ont survolé Paris deux nuits consécutives, planant au-dessus de zones sensibles ou touristiques dont la Tour Eiffel, les Invalides et l'ambassade américaine. Le 20 janvier dernier, un autre engin avait été aperçu au dessus de l'Elysée. Cette mini vague de drones sur la capitale survient après celle plus inquiétante de survols du parc nucléaire français par des appareils non identifiés. Alors qu'aucun responsable de ces intrusions n'a été interpellé, certains témoignages concernant le survol des centrales nucléaires de ces derniers mois laissent entrevoir une toute autre histoire : et si ces drones avaient une origine beaucoup plus énigmatique ?

En quatre mois, les deux tiers des 19 centrales nucléaires françaises ont été survolés à une ou à plusieurs reprises. Et les centrales ne sont pas les seules visées par ces inquiétantes tournées d'inspection aériennes: dans la nuit du 26 et 27 janvier, le site militaire de l'île Longue, dans la rade de Brest, où sont abrités les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins français a aussi été visité. 

Dans la seule soirée du 31 octobre 2014, pas moins de six sites ont été visités entre 18 heures et 22 heures : les centrales de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), Dampierre en Burly (Loiret), Belleville-sur-Loire (Cher), Fessenheim (Haut-Rhin), Flamanville (Manche) et Penly (Seine-Maritime)

Une telle simultanéité sur une vaste étendue de territoire suppose une organisation et une logistique sans faille, guère à la portée d'une bande de plaisantins équipée de drones vendus dans le commerce.

«Le survol des centrales nucléaires est interdit dans un périmètre de cinq kilomètres et de 1.000 mètres d'altitude autour des sites. L'espace aérien au-dessus des centrales nucléaires est surveillé par l'armée de l'air, dans le cadre d'un protocole avec EDF», rappelle l'AFP.

Pourtant, après trois mois de survols qui remettent en cause la sécurité du parc nucléaire français, aucune arrestation n'a été effectuée, aucun drone n'a été abattu et aucune piste sérieuse n'est envisagée, du moins publiquement. On ignore même quels types d'appareils sont utilisés : «Les témoignages de gendarmes recueillis sur le site de Crès-Malville parlent de survols dans des conditions météo de vents de 70 km/h et avec de la pluie. On a des hélicoptères à Golfech qui suivent pendant 9 km ces drones. On a un drone qui circule entre Flamanville et la Hague sur 18 km. La thèse des petits drones que l’on pilote le nez sur la clôture ne tient pas» résume pour Science et Avenir Yannick Rousselet, en charge de la campagne sur le nucléaire chez Greenpeace.

"L’ARMÉE SE TROUVE CONFRONTÉE À UNE STRATÉGIE SOUTENUE PAR UNE TECHNOLOGIE 'EXOGÈNE'"


Pour l'instant, les drones qui survolent les centrales françaises sont donc au sens le plus littéral du terme des OVNIS, des Objets Volants Non Identifiés. De fait, la communauté française des spécialistes des OVNIS n'a pas tardé à s'emparer du sujet : l'ufologue Claude Levat a écrit le 6 décembre une «lettre ouverte au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian» qu'il interpelle en ces termes :

«L’armée se trouve confrontée à une stratégie soutenue par une technologie "exogène". La même méthodologie peut nous faire craindre une poursuite aggravée de ces manifestations avec démonstrations ostensibles vis à vis d’un public non "préparé". En conséquence en tant que citoyens concernés par la défense du territoire, nous avons l’honneur de vous demander votre opinion concernant cette question.»

Une technologie «exogène», autrement dit non terrestre sous-entend Claude Lavat...

Le Geipan (groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés), l'organisme officiel dépendant du CNES en charge de l'étude des PANS (Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, la terminologie scientifique désormais en vigueur pour désigner les OVNIs) a aussi été saisi par l'ufologue Jacky Kozan, de l'association «l'Académie d'ufologie» : «Vous avez certainement pris connaissance par les média nationaux et étrangers du fait que nos installations nucléaires civiles et militaires sont depuis plusieurs semaines survolées par des “engins non identifiés”. Ces nouvelles ont été confirmées fin octobre 2014 par un directeur national d’EDF s’exprimant sur les chaînes de télévision, en utilisant l’expression “engins volants non identifiés”. En conséquence et sans information provenant du GEIPAN, nous vous demandons de nous faire connaître les résultats d’une enquête qui a certainement été diligentée par le GEIPAN.»

Contrairement au ministère de la Défense, Xavier Passot, responsable du GEIPAN nommé en 2011 n'a pas tardé à répondre : 

«Pour votre information, le GEIPAN n’a pas été sollicité sur cette affaire récente de survol de centrales nucléaires. (…) Le GEIPAN, qui n’a été sollicité ni par EDF, ni par la gendarmerie, ni par aucun témoin sur cette affaire, n’a aucune activité sur ce sujet, si ce n’est la veille sur les informations de la presse. Et vous savez que nous n’avons pas mission d’aller chercher des observations inexpliquées. Nous sommes bien sûr très curieux de l’origine précise de ces engins volants, mais étant donné le lourd dispositif déjà déployé par la gendarmerie sur le sujet, l’apport du GEIPAN sur cette affaire serait bien maigre.»

Interrogé sur France Culture à propos de ces survols, Xavier Passot confirme mais laisse transparaître quelques doutes sur la version officielle  : «Je n'ai pas reçu personnellement de témoignages. Tous les témoins de ces survols sont des employés des centrales nucléaires. Mais je sais qu'une personne a vu quelque chose près de Golfech et a contacté les gendarmes. L'observation a été classée drone (…) Je ne sais même pas sur quels critères tous ces objets ont été identifiés comme des drones. J'espère que c'est sur de bons critères mais je n'en suis pas absolument certain.»

"NOUS SAVONS QU’UN TÉMOIN A DÉPOSÉ À LA GENDARMERIE UN TÉMOIGNAGE D’OBSERVATION À SISTEL"

Xavier Passot évoque aussi dans sa réponse à Jacky Kozan cette observation d'un PAN près de la centrale de Golfech, le jour d'un survol de drone, le 30 novembre 2014 : «Nous savons toutefois par les forums qu’un témoin a déposé à la gendarmerie un témoignage d’observation à Sistel. Comme d’autres témoins ont observé un drone survolant la centrale de Golfech ce jour-là, ce témoignage a rejoint le dossier de l’enquête judiciaire en cours sur le survol des centrales nucléaires par des drones.»

Ce témoignage, publié sur le forum Mystères des Ovnis est le seul à notre connaissance dans lequel un témoin extérieur à EDF corrobore le survol d'une centrale nucléaire et fournit une description précise de l'objet impliqué, à supposer qu'il s'agit du même objet que celui signalé par la direction de la centrale. Or, le récit du témoin, Marc T., ajoute encore au trouble concernant la nature exacte de cet engin volant:

«Observation du 30 Octobre 2014, entre 20h50 et 21h00. La maison où je me trouvais se situe en hauteur, sur l'un des coteaux de la commune... Avec une vue dégagée sur la Centrale de Golfech. (…)

On ne voyait qu'un gros point lumineux de couleur blanche (sans couleur) à l'horizon direction Nord Est vers Donzac (au dessus de Donzac pour être plus précis). A environs 4 à 5 kilomètres de nous et à une altitude de 200 m environ (pas beaucoup plus haut que les tours de la centrale elle-même). (…)

Puis il a commencé à bouger lentement à très faible vitesse. Tout en pivotant sur lui-même comme pour amorcer un virage. A ce moment là, j'ai pu voir aux jumelles (et mon ami à l’œil nu) une seconde lumière de type flash. Comme un stroboscope. (...)

Puis, il a commencé à se déplacer de plus en plus vite, à la vitesse d'un petit avion de type Cessna. Il se dirige maintenant plus vers St Loup, pour ensuite effectuer un virage assez serré se dirigeant alors dans notre direction. A mesure qu'il s'est rapproché de nous, j'ai pu voir aux jumelles un point rouge assez distinctement, assez brillant lui aussi. (…)

A environ 300 m de nous, de face, toujours avec son gros spot blanc, il reste presque immobile environ 15 à 20 secondes. J'ai alors eu le temps, mon ami aussi, de voir sa forme de face. C'est à ce moment là qu'il est le plus prêt de nous. Il a alors une forme "d'avion". Il ne faisait aucun bruit... rien du tout. On pouvait entendre la moissonneuse-batteuse sur le coteau d'à côté (à notre droite) mais rien pour cet objet. J'ai donc pu voir deux ailes. Son envergure faisait bien 6 à 7 m.

"J'AI OBSERVÉ UN OVNI TRIANGULAIRE, NOIR MAT AVEC TROIS LUMIÈRES CLIGNOTANTE"


 (…) Toujours aux jumelles, maintenant à 500 m de moi, mais cette fois de profil, j'ai été très surpris car j'avais beau le suivre (il n'avançait pas très vite) je n'arrivais pas à lui donner une forme précise. J'avais bien vu ces ailes juste avant, mais cette fois pratiquement de profil, je ne voyais pas bien les contours de l'objet. Ça faisait un peu l'effet d'un mirage dans le dessert.»

Résumons : un gros objet de six à sept mètres d'envergure, des lumières clignotantes, une forme floue «comme un mirage», une vitesse variable allant du sur-place à celle d'un avion de tourisme, aucun bruit, des «flashs stroboscopiques» que le témoin a interprété comme les flashs d'un appareil photographique... Il est clair que ce type de «drone» ne se trouve pas au supermarché du coin. Ci-dessous, une reconstitution de l'objet vu par les témoins :

Mais il y a plus étonnant encore. Le témoin a rapporté son observation aux gendarmes qui lui auraient confié avoir eux aussi vu quelque chose : «En discutant avec les gendarmes qui ont été très à l'écoute, ils m’ont dit avoir vu plus tard dans la soirée vers 21h50, près de l'un des ponts de la Garonne (…), quelque chose d’encore plus gros, bien plus imposant, presque comme un avion de ligne mais de forme carrée...»

Ce n’est pas la première fois que la centrale de Golfech est survolée par un engin mystérieux. En 2010, deux employés de la centrale ont observé et filmé un objet pour le moins insolite si l’on en croit cette description qui figure dans une enquête réalisée par l’ufologue Christophe Albiero: «Cela s'est déroulé le 6 octobre 2010 entre 20h15 et 20h17 à la centrale nucléaire de Golfech, à quelques mètres du bâtiment de sécurité du site. Il faisait très beau, le ciel est très clair, pas de vent, pas de nuages, visibilité parfaite, pas d'arbres vue complètement dégagée. J'ai observé un ovni triangulaire, noir mat avec trois lumières clignotantes blanches à chaque extrémité, et une rouge clignotante au centre. L'objet volait à basse altitude, j'ai pu le voir de très près. Il était assez grand et se déplaçait très lentement. J'ai pu le suivre a pied en marchant parallèlement à sa trajectoire. A un moment donné je me suis retrouvé pratiquement sous l'objet.

"L’OBJET EST DONC PASSÉ TRÈS PRÈS DES DEUX RÉACTEURS NUCLÉAIRE"


Celui-ci ne faisait aucun bruit (moteur, sifflement etc), il n'y avait pas de souffle, pas d’odeur. L'objet a continué sa route en silence puis à environ trente mètres de moi sur ma gauche, il a pivoté sur sa droite puis est parti toujours lentement en prenant de l'altitude se dirigeant vers une colline. (…)

Je travaille à la centrale nucléaire de Golfech. L’objet était si bas que pour nous il n'était pas au dessus de la centrale mais bien à l'intérieur aussi haut que les cheminées de la centrale d’environ 150/200 m. L’objet est donc passé très près des deux réacteurs nucléaire. Il a survolé l'allée centrale, le bâtiment sécurité du site sans déclencher d'alarme à notre grand étonnement.»

Les deux témoins, Pascal et Sofiane, âgés de 44 et 20 ans à l’époque, ont contacté le GEIPAN mais ils sont en désaccord complet avec la conclusion assez lapidaire du rapport de l’organisme public: «Observation probable d’un avion».

Les OVNIS et les centrales nucléaires semblent entretenir un rapport complexe depuis des décennies en France et dans le monde. Au point d’inquiéter les autorités responsables ?

Peut-être, du moins si l’on en croit cet article du Canard Enchaîné consacré à une affaire de piratage informatique mené à l’encontre d’un militant de Greenpeace paru le 8 avril 2009.

L’hebdomadaire révèle que des enquêteurs du groupe Geos, chargés d’un audit de la sécurité de la tour EDF de La Défense «ont mis la main sur un rapport confidentiel de 260 pages consacré aux… extraterrestres.» 

Que penser enfin de cette confidence de Pascal Pezzani, directeur de la centrale nucléaire du Blayais, elle aussi survolée le 13 octobre dernier ?

Lors de la «présentation des résultats 2014 et des perspectives de la centrale nucléaire» Pascal Pezzani, rapporte «Sud-Ouest» a «minimisé» les problèmes de sécurité:  «Ici, on n'a pas vu de drone. On a vu un ovni et il n'y a eu aucun impact sur la sûreté de nos sites.»

mar.

03

févr.

2015

Phénomène Ovni - Drones et nucléaire en France

Voici  un article de la fédération anti-nucléaire de Bretagne paru dans http://7seizh.info/ , le jour du survol par un soi-disant drone de la base de l'Ile Longue : 


La Fédération anti-nucléaire Bretagne apprend ce matin par les médias, le survol de la base de l’Ile Longue par un drone non identifié. A L’Ile Longue stationnent les sous-marins nucléaires de la France qui constituent d’après nos gouvernants « la force de dissuasion ».

En fait, la multiplication des sites nucléaires en France (centrales nucléaires, site d’extraction du plutonium dit « de retraitement » de La Hague, base de sous-marins nucléaires etc….) accroissent la vulnérabilité de la France en autant de cibles potentielles pour toute action malveillante.

Depuis octobre, ces sites ont quasiment été tous survolés par des drones dont l’armée et la police sont impuissantes à identifier les auteurs. Les attentats du 11 septembre 2001 et plus récemment la tuerie à la rédaction de Charlie Hebdo ont démontré que tout peut arriver.

La seule façon pour la France de ne plus faire peser sur ses citoyens une menace insupportable est d’arrêter le nucléaire immédiatement.

Que les ministères de l’intérieur et de la défense ne perdent pas de temps du côté des organisations antinucléaires, elles ne sont pour rien dans le survol des drones dont l’ampleur de l’opération les inquiète particulièrement.

La Fédération anti-nucléaire Bretagne soulignait, dans son communiqué du 2 octobre 2014 sur l’imminence d’un tir de missile M51, que la  « dissuasion » atomique nous est servie pour faire accepter les budgets démentiels du nucléaire civil et militaire. Elle ne fait qu’exacerber les tensions,  accroître notre vulnérabilité avec les multiples installations nucléaires qui sont des cibles potentielles pour tout « terroriste » ne supportant plus l’arrogance de l’Etat français et ses pratiques coloniales voire mafieuses » .

Voici un exemple de réaction provoqué par le survol par des drones de notre technologie nucléaire.

Allons plus loin dans l'analyse en supposant que les intervenants sont des êtres venus d'autres planètes.

Si la France est le second détenteur de centrales nucléaires après les Etats-Unis, elle décroche toutefois le palmarès pour la plus grosse densité de réacteurs nucléaires (nombre de réacteurs/population).

Mais la France, bien qu’installée sur un territoire de petite taille, comparativement à de nombreuses autres nations, bien que rassemblant une population peu importante avec moins de 70 millions d’habitants, est l’un des cinq membres permanents des Nations Unies et l’une des voix les plus fortes dans le domaine de la politique et de l’économie planétaire.

S’il fallait caricaturer cette nation par quelques termes, on ne pourrait écarter son idéalisme historique, son esprit laïc et généralement agnostique, cherchant dans les relations internationales à imposer une voie légitime sans égard pour les intérêts politico-économiques des plus puissants, au profit d’une liberté des populations, d’une égalité de traitement entre nations; une voie idéale vers une fraternité planétaire.


LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE telle est la devise de sa république, une institution qui lui a couté le prix du sang en d’autres temps.


Son histoire, sa conduite et sa pensée rationnelle quelques fois jusqu’au cartésianisme le plus farfelu, font-ils de cette nation un choix prépondérant pour les opérateurs anonymes qui procèdent aux nombreux survols des sites nucléaires français?

Depuis l’automne 2014, les centrales, les centres de recherches nucléaires français, ainsi que les sites de stockage sont l’objet de nombreuses visites mystérieuses répétées. Plus d’une trentaine de survols entre septembre et novembre, se déployant quelques fois sur six centrales la même nuit. Dès le mois de janvier 2015, plus d’une trentaine de survols, dont l’un au-dessus de l’Elysée et quelques autres, au-dessus de l’Ille Longue, la base militaire de stockage de missiles et de sous-marins nucléaires. Mais les survols de sites nucléaires par des objets volants inconnus ne sont pas une nouveauté. Des témoins les ont signalés depuis des décennies. 

Cet automne, lorsque les manifestations répétées ont impliqué trop de témoins, les autorités ont prétendu qu'il s'agissait d'opérations illégales lancées par des associations pour la protection de l’environnement, comme Greenpeace.


Mais ces associations ont réfuté les accusations, en expliquant bien qu'elles auraient elles-mêmes informé les médias sur l'incompétence de la sécurité si elles avaient été les auteurs de ces survols.

Alors, les autorités ont annoncé publiquement le dépôt de plaintes à l’encontre des visiteurs anonymes. 

Sans le déclarer formellement, les discours officiels suggéraient que les survols étaient l'oeuvre de jeunes gens équipés de drones achetés dans les commerces.

Il est bien difficile de déclarer l’inavouable.

Mais à ce rythme, on finit par croire que la protection des sites nucléaires, des bases nucléaires et de sous-marins, la défense aérienne et tous les systèmes de surveillance peuvent être déjoués n'importe quand et plusieurs fois par jour, par des enfants équipés d’un hélico et d’un joystick.

Cependant, un drone vendu dans le commerce, peut-il semer un  hélicoptère Gazelle du 5ieme régiment d'helicoptère de combat de Pau qui a une vitesse de croisière de 230km/h et une vitesse maximale de 310km/h, comme ce fut le cas, non loin de de la centrale nucléaire de Golfech le 1er décembre dernier ?

Devant la conduite des services publics et du gouvernement, présentant comme à l'accoutumée à l'occasion de semblables événements, de fausses explications les unes après les autres, indépendamment de la vérité des faits, les citoyens français finissent par s'interroger sur le sérieux avec lequel les autorités ont enquêté et communiqué.


Est-il acceptable qu'un ministre de l'intérieur déclare devant les médias "- On ne sait pas ce que c'est, mais ce n'est pas dangereux !".

Le défaut d'identication des auteurs de ces visites et de compréhension de leurs projets, ne supprime en rien la réalité de leurs présences répétées.

S’il s’agit, comme les témoignages d'anciens responsables de sites nucléaires français et étrangers permet de le supposer, de manoeuvres organisées par des intelligences extérieures à notre monde, rien n'exonère de l'étude de leurs interventions et de leurs éventuels messages transactionnels. Rien n'exonère non plus d'une transparence appropriée qui permettrait aux citoyens français et aux terriens en règle général de jouir de leur libre arbitre.

Quelques points indiscutables sur les survols de ces derniers mois :


1) ils étaient prévisibles et annoncés par les ovniologues en début 2014, suite à une augmentation des survols de centrales nucléaires par des ovnis en France, ces dernières années.

 

2) les manifestations se produisent au-dessus des installations liées au domaine du nucléaire (sites nucléaires ainsi que sites administratifs liés au nucléaire civil et militaire). Nous ne connaissons pas les détails sur le survol de l’Elysée dans la nuit du 15 au 16 janvier 2015 et s’il s’agit bien du même type de visites. Cependant, il n’est pas irrationnel de faire un lien entre le nucléaire français et l’autorité suprême qui dirige l’état et est responsable de la politique du nucléaire pour la France. Rappelons en passant que la présence d’un OVNI au-dessus de l’Elysée avait déjà été signalée dans les années 80 au temps du Président Mitterrand.


3) jusqu’à présent ces opérations ont fait un sans-faute en matière de pertes collatérales. Il n’y a eu aucun accident, aucune perte de leurs véhicules, aucun décès ni aucun blessé des deux bords. Les principaux troubles émergent avec la mise en doute des capacités de surveillance, de protection et d'interception des gendarmes et des militaires qui ont en charge les installations sensibles. Notons que le défaut de transparence sur les détails des survols ainsi que la volonté délibérée de classer les objets observés dans une catégorie à laquelle ils n'appartiennent pas, les drônes, tout en accusant à tord et à travers tous les suspects potentiels, nuît profondément à l'image de la Défense, de la justice et du gouvernement. Lorsque certains hauts-fonctionnaires comme le Directeur de la centrale de Blayais témoignent de façon loyale, les citoyens saisissent alors pourquoi les sécurités aériennes de nos sites sensibles ont des difficultés à opérer. Ainsi, la difficulté est plus explicite, bien que non moins stupéfiante, lorsque ce responsable déclare dans son rapport annuel de résultats et de perspectives: "[...] -Ici, on a pas vu de drône, on a vu un ovni [...]" (Cliquer ici). Car jusqu'à present, les manifestations ovnis ne sont pas réputées comme ayant détruits des sites nucléaires ni empoisonné des matériaux radioactifs dans les airs. On reconnait leurs manifestations et leur apparente neutralité voire inertie. Bien entendu, une étude plus approfondie permet de se rendre compte d'une autre réalité.


4) ces manifestations doivent être considérées comme porteuse d’un message. Une civilisation extérieure qui aurait un degré de développement scientifique, technologique et probablement éthique très en avance, doit être considérée comme pouvant se faire discrète ou invisible. Si leurs manifestations sont observables, c’est parce qu'elles le veulent bien. Leurs objectifs n'interdisent donc pas que nous les apercevions et incluent éventuellement ces observations.


5) Si un message est délivré par ces manifestations, il faut dès lors envisager qu’il s’adresse à plusieurs catégories de personnes qui n’ont pas les même connaissances ou la même ouverture de conscience. Il s’agira donc d’un message dont les charges émotionnelles autant qu’informatives seront variables selon les individus. Par exemple, la population dans sa masse la moins informée sur le sujet des ovnis pourra les interpréter comme des incidents inhabituels sans importance jusqu'au degré supérieur, comme la visite de civilisations extérieures non-terrestres. Certaines franges de population discerneront  un peu plus loin. Par exemple, des tentatives extérieures d’inférer sur le développement préjudiciable des technologies actuelles liées aux domaines nucléaires. Les autorités constitutionnelles, scientifiques ou financières se trouvant dans la confidence auront, de leur coté, parfaitement compris ce dont il s’agit et les projets officiels ou encore confidentiels que ces interventions veulent surveiller, modifier ou interrompre.


6) Si, il s’agit d’un message, ce dernier est-il adressé avec insistance à la nation française, compte tenu de son profil psychologique tel que décrit en début d’article. Une « petite » nation serait-elle plus facile à convaincre ? Ses principes républicains, tout autant que son sens de l’argumentation et de la critique, ainsi que son sur-équipement dans le domaine nucléaire, fait-elle de la nation Française, un des meilleurs ambassadeurs pour un virage énergétique impératif dans un avenir proche au niveau planétaire ?


7) Quel qu’il soit, le contenu du message représente une menace potentielle incontournable pour les autorités et un ensemble de promesses sur l’avenir. La menace est présente à différents niveaux dans les termes suivants :

- Vous ne pouvez pas nous empêcher d’intervenir dans votre espace aérien, territorial et sur vos sites les plus sensibles et les mieux protégés.

- Vous ne pouvez pas nous atteindre ou nuire à nos opérations.

- Vous ne voulez pas reconnaitre que nous venons d’ailleurs, alors que nous savons tout de vous, de vos projets les plus secrets et pouvons intervenir où bon nous semble.

- Vous ne nous connaissez pas, alors que nous vous étudions et nous interférons avec votre développement à des niveaux que vous ne soupçonnez pas.

- Vous ignorez tout de nos projets, notre agenda et le rôle ou la place que vous y occupez.

- Vos technologies sont très en dessous de nos possibilités. Vos sciences sont enfantines. Et nous vous en faisons la démonstration régulièrement.

- Jusqu'à présent nous avons préféré demeurer discret mais nous pourrions forcer la main des autorités en nous montrant ouvertement aux populations, outre passant leur décision de vous maintenir dans l’ignorance de notre présence.

- Votre libre arbitre à des limites et nous interviendrons si vous tentez de les dépasser.

- Certaines technologies que vous développez ont des implications que vous ne percevez pas et peuvent dépasser votre niveau de contrôle. Ce dernier constitue une limite que nous ne souhaitons pas vous laisser franchir.

etc…

Les promesses se situent à différents niveaux :

- Vos moyens, votre développement et vos connaissances se situent à un stade primitif, il existe des civilisations bien plus avancées que vous et nous dans l’Univers. Vous pourriez, un jour, atteindre des niveaux plus élevés.

- Vos moyens liés au domaine nucléaire sont dangereux alors qu’il existe de meilleures solutions que nous pourrions partager avec vous. (Il faut aussi envisager que ces solutions aient déjà été transmises et qu’elles se situent dans quelques coffres forts de grands propriétaires du consortium pétrolier par exemple ou encore entre les mains de gouvernements que le choc économique collatéral peut effrayer).

- Nous avons survécu au stade évolutif périlleux que vous traversez, vous pourriez y survivre vous aussi.

- Les « miracles » de technologie que nous vous démontrons à chaque fois seront un jour à votre portée.

Etc…

A quoi doit-on se préparer ?


Si la vague de manifestation ovnienne au-dessus des sites liés au domaine du nucléaire ne parvient pas à se faire entendre par les autorités ou les populations auxquelles elle s’adresse, les intelligences en amont de ces manifestations envisagent-elles d’autres interventions ?


Il est intéressant de considérer que les consciences qui organisent actuellement ces opérations ont mis en place une véritable logistique pour atteindre leurs objectifs. Ces survols répétés nécessitent une préparation, du temps, des moyens, des énergies, des technologies, la probable participation de nombreux êtres, une analyse approfondie prenant en compte son impact sur notre culture, sur notre stade évolutif, sur nos croyances, notre histoire. Tous ces éléments, à ajouter à l’obtention d’autorisations selon leurs propres conventions, leurs lois et d’autres procédures auxquelles nous ne pensons pas, faute de connaître leur monde, sont plus probables qu’un simple voyage touristique.


Et cela sans évoquer les risques encourus pour eux-mêmes.

Un tel investissement laisse entendre que son enjeu est important, soit pour eux, soit pour nous, soit pour les deux parties. Après quatre mois de survols réguliers par des engins inconnus, la population française, pour sa presque totalité, n’a pas encore réalisé ni l’origine, ni l'importance de ces survols. Sa barrière immuno-sociologique n'a pas encore cédé et la plupart des penseurs ainsi que les médias n'ont qu'effleuré le sujet sans oser l’approfondir par conformisme avec le modèle bien-pensant et sérieux le plus politiquement correct.

Une répétition de ces survols pourrait amener la population à atteindre une compréhension plus large et initier une ouverture plus rationnelle sur le sujet des ovnis. Selon notre évaluation, une telle répétition, à la fois non invasive mais insistante provoquerait l'émergence d'une légitimité scientifique dans les deux à cinq années suivantes. Cette ouverture grosse de profonds bouleversements à venir dans la conscience humaine serait le signe le plus prometteur et le plus marquant, annonçant une transformation totale de la civilisation humaine, vers un stade à rapprocher d’un âge d’or, de découvertes scientifiques, psychiques, au sens propre, et d’exploration dans tous les domaines de la connaissance, de la conscience, entre autres...


Dans son analyse, Claude Lavat de son coté, envisage que les opérations actuelles relèvent de méthodes similaires à celles déployées aux Etats-Unis depuis l’invention de la bombe nucléaire. Ainsi le survol des sites nucléaires américains qui se sont produits dès la fin des années quarante jusqu’au survol de la Maison Blanche en 1952 est à comparer avec ceux de nos centrales nucléaires suivi du survol récent de l’Elysée. Par la suite, de multiples interventions avaient eu lieu sur des bases de silos nucléaires américaines, avec l'objectif de désactiver ces missiles.

En France, les actions de nos visiteurs pourraient donner lieu à un schéma comparable sur notre territoire national. Selon son analyse (recherche opérationnelle), il faut s’attendre prochainement à des manifestations plus concrètes ayant pour but d'interrompre le bon fonctionnement de certaines de nos technologies. Les sites visés seraient alors choisis parmi les sites relevant de la défense nationale, stockant ou transportant des armes de destruction de masse tels que les missiles nucléaires ou les sites de stockage de déchets nucléaires par exemple. Ceci pourrait se dérouler jusqu’à obtention d'une évolution significative de la politique nucléaire menée par nos gouvernants.

Maison Blanche survolée par des ovnis en 1952

Conclusion


Chaque année depuis plusieurs décennies, le nombre de films et de documentaires sur les visiteurs extraterrestres est en augmentation. On ne peut trouver pédagogue plus indirect et plus efficace pour préparer nos populations à l'avenir étonnant qui se profile à l'horizon.

Scientifiques, Politiques et journalistes de la presse dite "sérieuse" commencent tout juste à soupçonner l'étape fabuleuse que notre monde en transition pourrait atteindre prochaînement. D'autres mondes frappent à notre porte avec de plus en plus d'insistance. Et la distance qui nous sépare du stade de la reconnaissance officielle d'univers intelligents d'origines non-humaines ou non-terrestres dans notre environnement, est de plus en plus mince. Cauchemar pour les uns, miracle pour les autres, notre monde sera bientôt amené à comprendre qu'il n'est pas seul et devra écouter ce que ses voisins ont à lui dire.

mer.

21

janv.

2015

France  : "C'est un Ovni, pas un drone" qui a survolé la centrale nucléaire du Blayais, dixit le Directeur de la Centrale, le 20 janvier 2015

Mardi, lors de la présentation des résultats 2014 et des perspectives de la centrale nucléaire du Blayais, le directeur Pascal Pezzani est revenu brièvement sur l'affaire des drones.


La centrale avait été survolée par un objet volant non identifié en octobre dernier .


Pascal Pezzani, directeur de la centrale nucléaire du Blayais, a fait la présentation hier des résultats 2014 et des perspectives pour la nouvelle année.


Pour la centrale du Blayais, l'année qui s'est achevée a été « dense, voire exceptionnelle ». Le directeur a rappelé la charge des activités de maintenance avec l'arrêt de l'unité de production n°4 pour le rechargement en combustible, la visite partielle de l'unité de production n°1 et la visite décennale de l'unité de production n°3.


2015 sera tout aussi chargée avec le remplacement des trois générateurs de vapeur de l'unité de production n°3 et la visite décennale de l'unité de production n°4.


Cette visite sera la dernière du cycle des troisièmes visites décennales de cette centrale construite au début des années 80. Lorsque l'Autorité de sûrenté nucléaire aura donné le feu vert, la centrale du Blayais sera alors sur les rails pour être exploitées dix ans de plus.


Aucune fermeture de réacteur en perspective

Pascal Pezzani n'a pas caché que l'objectif était bien le cap des 60 ans.  Il a même rappelé que le site a la capacité d'accueillir une cinquième unité de production et a fait comprendre que la centrale du Blayais n'était pas concernée par la fermeture d'un ou plusieurs réacteurs dans le cadre de la loi de transition énergétique.

 

 

Sur le bilan de la production,


le directeur a fait part de son satisfecit : « On a produit ce que l'on avait prévu de produire. C'est très bien. »

Concernant les effectifs, la centrale compte 1347 agents, avec plus de 300 embauches sur les quatre dernières années.

Enfin, le directeur a rappelé que le CNPE du Blayais a travaillé à hauteur de 27 millions d'euros avec les entreprises de Gironde. C'est le premier département en terme d'investissements, devant les Bouches-du-Rhones, et loin derrière le Rhône.


Des soucis avec la sécurité en 2014


En revanche, il a fait part des difficultés qu'a connues la centrale en 2014 en terme de sûreté. Comme par exemple la détection tardive d'un robinet «inétanche» situé sur un circuit de sauvegarde,  la remise sous tension inappropriée d'un tableau électrique, la détection tardive d'un écart de positionnement des grappes de commande du réacteur de l'unité de production n°2, ou encore  des traces de contamination externe au niveau du visage d'un intervenant qui n'avaient cependant  pas justifié  de traitement médical particulier.

La centrale rappelle que ces événements n'ont eu aucune conséquence sur la sûreté des installations.

« Nous avons été chahutés sur la sûreté en début d'année 2014. Ce n'est pas à la hauteur de nos attentes. Nous avons su garder le cap et relever le défi. Le niveau d'excellence sur la sûreté est notre objectif », a insisté Pascal Pezzani.

Octobre 2014 : drone ou pas drone?


Suite à la question d'un élu sur l'affaire des drones, le directeur a minimisé l'événement.

« Ici, on n'a pas vu de drone. On a vu un ovni et il n'y a eu aucun impact sur la sûreté de nos sites. Notre position est claire, lorsqu'il y a survol du site nous portons plainte et on communique. »

Une communication qui avait cependant était jugée tardive lors de l'assemblée générale de la Commission locale d'information du nucléaire réunie en décembre.

ven.

19

déc.

2014

Drones et centrales nucléaires sur BVTLV

Le 17 décembre 2014, deux membres de la F.E.A sont invités sur la radio BTLV (Bob, Toute La Vérité) afin de discuter des survols d'engins inconnus au dessus des centrales françaises qui sont détectés de façon régulière depuis septembre 2014.

Pour regarder cette emission, ainsi que de nombreuses autres toutes aussi intéressantes, nous vous recommandons de vous abonner à cette radio:


 http://www.bob-toutelaverite.fr/

mer.

17

déc.

2014

Révélations du chercheur Robert Hastings sur les Ovnis et armes nucléaires, Décembre 2014

Robert Hastings est l'un des chercheurs les plus reconnus dans l'étude du phénomène OVNI et il a enquêté sur les cas d'OVNI rencontrés au-dessus des bases nucléaires aux Etats-Unis où sont entreposés des missiles avec des ogives nucléaires.

Un documentaire du site TercermilienioTV

jeu.

27

nov.

2014

Mars victime d'une guerre nucléaire ? Novembre 2014

article: http://journalofcosmology.com/JOC24/Brandenburg.pdf 



Un physicien a récemment proposé une très étonnante théorie sur la disparition de la vie sur la planète Mars. Selon ce chercheur, c’est une guerre nucléaire survenue entre deux colonies d’extraterrestres qui auraient décimé la totalité de ses habitants ...


Aujourd’hui beaucoup de scientifiques pensent que ce sont les volcans, en apportant de l’eau, qui sont à l’origine de l’apparition de la vie sur Mars, il y a des centaines de millions d’années. Toutefois, un physicien avance une théorie jugée loufoque par ses compères. Selon lui, en des temps très reculés, Mars était habitée par deux peuples : les Cydonians et les Utopians. Hélas, un jour, leur douce civilisation fut littéralement anéantie par une race inconnue d’extraterrestres !

Cette rocambolesque hypothèse a été proposée par un certain John Brandenburg.


Le Dr John Brandebourg,  physicien des plasmas, a obtenu son doctorat de l'Université de Californie, Davis. Il est un expert en technologies de propulsion et un ancien consultant de ​​l'espace de défense antimissile et armes à énergie dirigée. Il mène actuellement des travaux de recherche au "Orbital Technologies" à Madison dans le Wisconsin.


Pour étayer ses dires, il se base avant tout sur la rougeur des roches. D’après cet homme, cette couleur très atypique résulterait de multiples explosions nécessitant de la fission et de la fusion, ce qui aurait pu effectivement être provoqué par d’intenses bombardements nucléaires ! En outre, l’atmosphère de la planète Rouge est composée d’une forte concentration de Xenon-129 accréditant encore plus ses affirmations.

En outre, après avoir analysé de nombreuses photos prises par le rover Curiosity, il certifie qu’un grand nombre d’entre elles montrent de véritables sites archéologiques encore inexplorés par l’homme.

Cette hypothèse est loin de faire l’unanimité dans la communauté scientifique. En revanche, parmi les ufologues, elle semble connaître un certain succès …


jeu.

20

nov.

2014

Drones et Nucléaire, une analyse de Claude Lavat, 17 Novembre 2014

Dicton du jour:

Il faut aller “au devant du phénomène” et ne pas rester béat,

comme les vaches regardant les trains passer!


Les “engins non identifiés” qui survolent nos centrales (expression textuelle d’un directeur d’EDF le 31/10/14, sur les TV); donc je retiens que ce n’est pas un ovniologue, comme moi, à l’esprit mal tourné par définition, qui a lancé l’hypothèse OVNI; c’était pratiquement un appel au secours que lançait ce directeur!


 En conséquence, je propose à je ne sais qui, excepté au GEIPAN qui attend une demande tamponnée en 3 exemplaires pour se bouger, le schéma de ce qui pourrait être une enquête sincère & scientifique.


Voici:

1/ Qui ont été les observateurs premiers des “engins non identifiés”?

2/ Quel a été le cheminement de l’information jusqu’à nous-mêmes?

3/ Quels sont les domaines physiques impactés: visuel, auditif, électromagnétique, thermique, psychologique, autres?

4/ A-t-on observé des perturbations aux niveaux nucléaire, électrique-électronique (systèmes de gestion technique et sureté-sécurité)? (réf: Minot et vallée de l’Hudson en 90)

5/ Si l’on obtient une réponse positive à l’une des questions précédentes, quels ont été les niveaux d’énergie reçus, nécessaires et suffisants pour induire les effets constatés?

6/ Les centrales concernées présentaient-elles des caractéristiques communes dans leurs histoires: valeurs du MTBF, particularités dans leur obsolescence, leur espérance de vie, les projets de démantèlement éventuels etc… etc…


Voilà de la belle Science telle que je la conçois et du travail devant inspirer tout organisme officiel ou autre.


Question subsidiaire: qui relèvera le défi?

 

Raisons de se placer dans l'hypothèse d'une démonstration exogène


A - élimination des autres possibilités:


 a) celle des drones manipulés par des radios modélistes facétieux : pourquoi souvent la nuit ?  

L'étendue, la persistance de la vague avec très souvent des opérations simultanées sur plusieurs centrales et notamment le CEA de Saclay et Marcoule ostensiblement protégés par les forces de police, nous amène à éliminer cette hypothèse.


 b) du coté Greenpeace ou autre groupement antinucléaire : 


auto-élimination par un responsable de ce mouvement avec des arguments incontournables. De leur propre aveu ils font ce genre de démonstration a des fins publicitaires et a grand bruit dans les médias.


c) l'hypothèse d'une action par une nation ou un groupe lié à l'industrie pétrolière ou similaire: ces lobbies disposent d'éléments plus directs et sans équivoque pour défendre leurs intérêts.


d) l'hypothèse de chantage/pression politique exercé par une autre nation: réponse identique à l'hypothèse précédente.


Nous sommes donc contraints de retenir une cause exogène qui serait, par définition, extraterrestre au sens large du concept.


B - les causes possibles à la lumière de ce que nous apprend l'histoire du phénomène.

Références:

Minot

Vallée de l'Hudson en 1989

Plateau d'Albion

- et bien d'autres en URSS puis Russie.


C'est donc bien le nucléaire civil et le nucléaire militaire qui sont concernés.


C - Pour qui les messages ? 

Essentiellement pour les autorités politiques et industrielles ayant le nucléaire entre leur mains 


D - évolution de la stratégie de nos visiteurs


On peut remarquer que progressivement le degré d'ostentation de démonstration vis a vis du public en général est en augmentation (5 novembre 90, la vague belge 89/90) faisant ainsi apparaitre un court circuit des autorités politiques annonçant peut-être une stratégie de "révélation" progressive a la population devant l'incapacité des systèmes politiques à préparer, informer, former les populations dont ils ont, parait-il, la responsabilité.


Après décantation et centrifugation de ce qui précède, voilà ce qu'il en ressort après filtrage et évacuation des déchets.


Avant de prétendre définir une exopolitique, ne faut-il pas auparavant définir une "exosociologie" ?


Conclusion provisoire :


Qui va ramer avec moi sur le sable. Il y a encore beaucoup de place sur le radeau de la "Science d'en Bas", la "Science d'en Haut" s'étant déjà sabordée par son dogmatisme.


Claude Lavat

dim.

09

nov.

2014

Les extraterrestres vont-ils être plus agressifs vis-à-vis des centrales nucléaires et de l'armement  militaire dans le monde entier ? Novembre 2014

Actuellement on assiste à un renforcement de la surveillance des centrales nucléaires dans le monde entier par les extraterrestres; est-ce pour notre bien ? le récents événements de Fukushima devraient faire réagir tous les responsables politiques de notre planète afin d'accélérer la transition énergétique au niveau mondial !

De même les armes nucléaires sont certainement ciblées au premier plan car il ne serait pas question de détruire notre "petit bijou" de planète.Plusieurs militaires ont été les témoins du désamorçage des ogives nucléaires lors du survol de sites nucléaires militaires par des aéronefs "étrangers".

dim.

09

nov.

2014

Ovni observé au-dessus d'une centrale nucléaire, Veracruz, Mexique, 05 Novembre 2014

Date de l'observation: 5 Novembre, 2014 

Lieu de l'observation: Centrale nucléaire de Laguna Verde , Veracruz, Mexique  


Ceci est la seconde de ces   2 dernières années montrant un Ovni survolant une centrale nucléaire. Les extraterrestres sont intéressés par nos avancées technologiques et la façon dont nous produisons de l'énergie avec son impact sur la pollution de la Terre.

Cette courte vidéo a été réalisée par un ingénieur de l'usine électrique nucléaire de Veracruz, au Mexique, où un OVNI a été enregistré par hasard en forme de croix. 

mer.

02

avril

2014

Ovni et atomes (article de F. Bonvin)

F. Bonvin, dont les articles sont d'une analyse toujours pertinente, a publié dans la revue NEXUS, une étude approfondie sur les corrélations entre les observations d'Ovnis et l'évolution de l'industrie nucléaire dans le monde.

Veuillez télécharger l'article au format PDF.

nucleaire_final.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

dim.

02

mars

2014

J.P.Petit : la manipulation des "Pigetons" sur les déchets nucléaires = bombe à retardement

Vous connaissez J.P.Petit, ancien directeur de recherche au CNRS, Astrophysicien, éditeur de bandes dessinées gratuites sur les lois de la physique, passionné d'Ufologie, et ancien contacté dans son enfance par des E.T., éminent scientifique sur la MHD, passionné d'Ufologie, et bien d'autres...nous livre dans cet interview de le "Voix de la Russie" son avis toujours aussi caustique et humoristique du risque nucléaire pour l'humanité et en particulier des déchets nucléaires. Sa parole est de la plus haute importance et mérite un immense respect, car voici, enfin, un scientifique qui communique des idées très souvent véhiculées par les messages extraterrestres qui ont plusieurs longueurs d'avance sur nos faibles connaissances scientifiques actuelles.

J.P. Petit, les déchets nucléaires = bom
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

mer.

22

janv.

2014

Fukushima : aggravation de la situation = silence des médias

Merci de consulter cet article en version PDF

Fukushima.pdf
Document Adobe Acrobat 137.4 KB

lun.

30

déc.

2013

J'ai mal pour ma planète --ALERTE RADIOACTIVITE--

ALERTE - Fukushima: Les experts pensent que le réacteur 3 est entré en fusion !

 

steamreactor-3.jpgUne vapeur radioactive (photo) s’échappe du réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Fukushima depuis plusieurs jours. TEPCO confirme l’information et précise que nul ne peut pénétrer le bâtiment pour voir ce qu’il se passe exactement en raison des radiations mortelles.

Les experts prétendent que cela pourrait être le début d'un "seuil de criticité de la piscine de combustible (fusion)". 

89 tonnes de combustible nucléaire brûlent dans l'atmosphère et se dirigent vers l'Amérique du Nord.  

 

Article original ci-dessous.

Cet article a été réalisé par traduction automatique et n 'a pas été re-écrit en raison de l 'urgence

** NOUVELLES FLASH - URGENT ** VAPEUR EMANANT SOUDAIN DE FUKUSHIMA REACTEUR N ° 3 - côte ouest d'Amérique du Nord devrait commencer les préparatifs de radiation possible CLOUD 3 à 5 jours

 

 TEPCO dit qu'ils ne pas savoir pourquoi ce qui se passe et ne peuvent pas aller dans le bâtiment pour voir ce qui est passe en raison de niveaux de radiation mortelles dans ce bâtiment dommages et. Les experts disent que cela pourrait être le début d'un "passé la criticité de la piscine de combustible (de fusion)" impliquant jusqu'à 89 tonnes de combustible nucléaire brûle dans l'atmosphère et se dirigeant vers l'Amérique du Nord. photo de vapeur, tous les détails et les méthodes proposées pour vous protéger apparaissent ci-dessous.


Le 28 Décembre 2013, la Tokyo Electric Power Company (TEPCO) a admis la vapeur a été vu s'échappait de la construction du réacteur n ° 3, en disant la vapeur semblait venir de ce qui reste du cinquième étage de l'immeuble principalement détruite. Il est bien connu que les personnes ne peuvent pas pénétrer à l'intérieur bâtiment du réacteur n ° 3, car il est gravement endommagé et hautement radioactifs, si TEPCO ne peut pas dire avec certitude ce qui se passe dans ce bâtiment ou pourquoi.TEPCO admet qu'ils ne savent pas pourquoi cette vapeur est générée, mais la matière d'un ton neutre révélé aujourd'hui (28 Décembre), la vapeur a d'abord été repéré le 19 Décembre pour une courte période de temps, puis de nouveau le 24 Décembre et le 25 Décembre à nouveau .

 


Experts de l'énergie nucléaire ont dit TRN que la seule façon cela pourrait se produire est si matières radioactives précédemment éjecté de l'explosion du réacteur en Mars 2011, a mélangé avec d'autres matériaux et a commencé sa propre réaction (s) autonome, également connu sous le nom un «criticité." En d'autres termes, une autre "crise" peut être en cours.

 

 

 

Il existe essentiellement deux possibilités si une autre crise est en cours:

1) Des pastilles de combustible radioactif, éjectés lorsque le réacteur a explosé, ont mélangé ensemble et effondrements "mini" sont en cours avec ces petits amas de granules. Ce serait pas un problème horrible et peut être gérable, OU;

2) des pastilles de combustible radioactif, éjectés lorsque le réacteur a explosé, sont allés dans la piscine de combustible usé situé au-dessus du réacteur et ont commencé à fondre tellement au sérieux qu'ils bouillent hors de l'eau dans la piscine de combustible usé.

 

Depuis vapeur est visible, les experts disent que TRN Scénario n ° 2 ci-dessus est est le scénario le plus probable et si c'est le cas, ce serait un cauchemar absolu - pire que la catastrophe de Fukushima originale ! La piscine de combustible usé a été situé au quatrième étage au-dessus du réacteur n ° 3, et si c'est la source de la vapeur, la situation pourrait dégénérer rapidement hors de contrôle.

 

 

 

L'Comme le montre le schéma à gauche, la piscine de combustible usé est pasune structure contenue, il est littéralement un «pool» rempli d'eau, de garder les anciennes frais de carburant. (Le combustible radioactif de métal, une fois enlevé d'un réacteur nucléaire, reste assez chaud pour se fondre pendant deux à troisANS après avoir été retiré d'un réacteur.) Les experts disent TRN que si la vapeur s'échappe du bâtiment du réacteur n ° 3 cela pourrait très bien être le début d'un communiqué de rayonnement bien pire, car une fois la piscine de combustible usé commence ses propres réactions, tout cela aura incontrôlée et incontrôlable .

 

 

 

 

Pour donner un aperçu de la façon dont beaucoup de peine ce qui pourrait être, le tableau ci-dessous montre que, selon TEPCO, le réacteur n ° 3 a été chargé avec 566 assemblages de combustible. La piscine de combustible usé dans le bâtiment du réacteur n ° 3 contient 514 assemblages; environ 89 tonnes. Si ce "va critique" il n'y a rien pour contenir le rayonnement qui ira directement dans l'air.

 

 

 

 

La vidéo ci-dessous a été prise il ya plusieurs mois par TEPCO. Il montre que le toit est totalement arrachée bâtiment du réacteur n ° 3 et montre une grue robotique étant actionné par télécommande, en essayant de nettoyer les débris du réacteur n ° 3 consacré piscine de combustible. TEPCO est forcé utilisation grues robotiques télécommandés parce que la région est si contaminée, toute personne entrant dans la zone mourrait de rayonnement dans un heure.

 

 

 

 

Imaginez, maintenant, 89 tonnes de combustible nucléaire bouillante loin que la piscine de combustible usé de l'eau et la libération de 89 tonnes de combustible radioactif mortel directement dans l'air.  Deux à trois jours plus tard, la côte ouest de l'Amérique du Nord serait «frit» par les niveaux de l'air rayonnement et «particules chaudes» qui pourraient tuer.

 

PREPARATIFS vous devriez considérer (Nous faisons **** PAS **** vendre les produits proposés ci-dessous)

 

1) Tenez-vous au courant des développements via Internet. L'mass-médias n'est pas fiable parce que, comme le gouvernement, ils veulent éviter tout mouvement de panique.Bien que ce soit un objectif noble, la rétention d'information comme cela a été fait précédemment lorsque la catastrophe de Fukushima frappée en Mars 2011, a permis aux gens de se exposés à des radiations qui pourraient les tuer maintenant - ou les années à partir de maintenant. TRN croit que les gens ont le droit de savoir, de façon à prendre des décisions quant à savoir si un de se protéger ou non.  

 

2) Aller immédiatement (en ce moment) à l'amélioration de votre maison ou dans un magasin de matériel pour des rouleaux de plastique, ruban adhésif , ruban adhésif large et un couple de rouleaux d'auto-adhésif coupe-froid. Vous voulez avoir un rouleau ou deux du type de plastique qui est utilisé par les peintres; (le genre qu'ils utilisent pour couvrir votre plancher et mobilier en cas coulées de peinture)  et un rouleau ou deux de ruban adhésif. Ne déployez pas encore, mais si le rayonnement arrive, vous aurez ce que vous devez et ne serez pas aux prises avec un million d'autres personnes qui tentent d'obtenir une certaine quand le danger frappe réellement. Vous pouvez utiliser les choses de bande plastique et conduit à couvrir l'intérieur de vos fenêtres, portes, prises électriques à courant alternatif, les interrupteurs, les évents salle de bains d'échappement, les évents poêle d'échappement, - même les évents de plafond, d'essayer de garder les particules de rayonnement une fois que vous savez Ils arrivent. (REMARQUE: ce peut ne pas être efficace à 100% des maisons ont des charges de coins et recoins qui permettent à l'air de l'extérieur à pénétrer à l'intérieur Si vous couvrez les plus grands, vous êtes au moins vous et votre famille en donnant une chance...) Ce fournitures sont disponibles immédiatement à: Home Depot Lowes Walmart TrueValue Ace et de nombreux autres magasins de détail. 

 

3) Si le rayonnement est identifié comme dirigeant vers votre région ou est arrivé dans votre région :

a) Couper les feuilles de rouleau de plastique, assez grand pour couvrir vos fenêtres, cadres de fenêtre / boiseries , portes de verre coulissantes, portes de chienchien, etc, et le faire à l'intérieur de votre maison. Une fois que les feuilles sont coupées à la taille, garantir que le plastique à l'intérieur de vos murs à l'aide de ruban adhésif. Vous souhaitez couvrir des choses à l'intérieur pas à l'extérieur si le temps ne provoque pas le plastique pour faire du bruit ou arnaquer lors de grands vents, de la pluie ou de la neige peut-être. L'ruban adhésif doit couvrir 100% de la limite de la matière plastique, une bonne étanchéité autour de la fenêtre, des portes coulissantes en verre, portes de chienchien, etc Il est important de noter que le plastique doit faire le tour de la menuiserie à l'intérieur de la fenêtre / porte et pas seulement autour du périmètre intérieur de la fenêtre elle-même. Les écarts entre les ensembles de fenêtres et les murs extérieurs pourraient ne pas être étanche à l'air, surtout dans les vieilles maisons où le silicone météo scellant autour de portes / fenêtres est porté ou dans les zones sujettes aux tremblements de terre, où la secousse a desserrés-up joints de porte / fenêtre. Cela vous aidera à sceller les particules de rayonnement dans l'air afin qu'ils ne devraient pas être en mesure de pénétrer à l'intérieur de votre maison. Ceux d'entre vous dans des résidences privées devrait faire étanchéité sur CHAQUE ouverture vers l'extérieur (portes, fenêtres, ouvertures) sur chaque étage de votre maison, de la cave au grenier. Ceux d'entre vous qui n'ont pas les sous-sols, trouveront généralement évents le long de la dalle de fondation qui sont conçus pour ventiler naturellement sous la maison. Sceller ces de l'extérieur du mieux que vous le pouvez. De même, ceux d'entre vous sans greniers pleins, seront généralement voir les évents d'un certain type pour la région de chevron. Sceller ces mieux que vous le pouvez aussi. (S'IL VOUS PLAÎT ne tombent pas n'importe quel toit ou désactiver toute échelle. Soyez prudent !)

 

b) Couper les petites feuilles du rouleau de plastique pour couvrir les prises électriques et les interrupteurs d'éclairage à l'intérieur de la maison. Ces prises et les interrupteurs des ruptures dans les murs de la structure intérieure de la maison. La structure interne se ventilée naturellement sous les toits et les auvents de la maison. Alors que le flux d'air n'est généralement pas beaucoup, il est là, vous voulez sceller dehors. Comme pour les fenêtres, utilisez ruban adhésif pour maintenir le plastique un pouce ou deux tout autour du périmètre de la lumière changer nos prises électriques. 

 

c) Couper les feuilles de rouleau de plastique pour couvrir les évents: Salle de bain., poêles Rappelez-vous, ce n'est qu'une situation temporaire et la radiation sera généralement blow-dessus ou diluer dans une semaine ou deux. Bien qu'aucun d'entre nous aime l'odeur dans la salle de bain après il est utilisé, il est préférable de mettre en place avec ce que pour quelques jours que d'avoir un rayonnement là par les évents.  ÊTRE TRÈS PRUDENT si vous choisissez de couvrir une buse d'évacuation; VOUS DON 't voulez la PLASTIQUE PASSE feu si vous faites cuire.

 

d) Ne pas utiliser du ruban adhésif ou de plastique sur votre porte principale d'entrée / sortie. Si, à Dieu ne plaise, il ya un feu, vous voulez être en mesure de quitter rapidement et ne pas être aux prises du ruban adhésif pour sortir. Au lieu de cela, peut-être vérifier la bise autour de la porte est en bon état ou, au pire, ajouter une nouvelle couche de froid pour ce qui est déjà là. Le bas du seuil de porte peut être recouverte d'une serviette enroulée, si nécessaire, pour éviter les courants d'air au bas de la porte.

 

NOTE: Le ruban adhésif, une fois enlevé, peut endommager la surface de la paroi, il a été collé. Il peut décoller la peinture ou même le revêtement de papier de panneaux de gypse lorsque vous le retirez. Si c'est un problème, vous voudrez peut-être utiliser du ruban adhésif WIDE place. Nous ne recommandons pas de ruban-cache, mais il peut être viable que si vous êtes préoccupé par décollement de la bande de conduit lorsque la situation d'urgence est terminée.

 

4) Obtenez un "NIOSH N100-certifié" masque filtrant minimum pour vous et chaque membre de votre famille. NIOSH signifie Institut national pour la sécurité et la santé (NIOSH), qui est une agence du gouvernement des États-Unis. Ils évaluent l'équipement de protection pour les industries diverses et le niveau le plus bas possible de masque avec quelque espoir de filtrer les particules de rayonnement doivent être évalués par le NIOSH comme N100. Les masques coûtent environ 30 $ sur Ebay et ressemblent à celle de l'image à gauche ci-dessous.

 

 

NOTE DE GRAVES: Il ya des contraintes de temps sur l'utilisation du masque N100-classé dans un environnement hostile. Avoir un tel masque n'est pas une licence pour sortir et avoir du plaisir. Il s'agit d'un masque limité, avec une capacité limitée pour une période limitée dans le temps, pour vous aider à protéger dans ce type de situation d'urgence.

 

Bien sûr, vous pouvez aller tous azimuts et obtenez une super-masque pour plusieurs centaines de dollars, mais le minimum dont vous avez besoin est un masque N100 classé.

 

Quoi que vous fassiez, ne pas essayer d'obtenir "cute" et vous pouvez comprendre "sortir avec" un masque qui est évalué N95 ou moins. Un masque N95 ne sera pas filtrer les particules minuscules impliqués ici et vous serez tromper vous-même si vous achetez un masque nominale inférieure à N100.

 

Il est important de comprendre que le "masque de l'hôpital« normalement utilisée par les médecins, NE VOUS PROTÉGER DU TOUT de particules radioactives. Les particules sont si petites, ils peuvent s'adapter à droite à travers un masque chirurgical typique utilisée par les médecins. Si vous respirez-en des «particules chaudes» de rayonnement, il fera des ravages sur vos poumons et provoquer une détérioration très rapide de votre santé.Cancers, leucémies, hémorragies. . . . vous avez l'idée.

 

 

5) A propos de votre travail et d'aller travailler pendant une situation d'urgence radiologique. . . .

Ceux d'entre nous avec des emplois ne peut pas simplement appeler dans et dire au patron que nous pouvons «venir travailler aujourd'hui parce que nous avons peur de la radiation. Donc commencer à discuter de cette situation avec vos patrons première chose aujourd'hui.Voir si la société dans son ensemble est prêt à développer un certain type de stratégie pour faire face à s'absenter en raison d'un panache radioactif arrive sur la côte ouest de l'Amérique du Nord du Japon, faire des choses dangereuses pour quelques jours. Commencez la conversation. Ne pas attendre que les choses spirale hors de contrôle et les gens sont pris de panique.

 

6) Si vous devez sortir, vêtements obtiendra contaminés; être prêt à vous protéger

Porter un masque NIOSH N100 en tout temps lorsque vous êtes en dehors de votre maison pendant l'arrivée et la présence de la plume. Oui, vous allez probablement se sentir comme un imbécile, surtout quand les ignorants, les ignorants et ceux "dans le déni" sur le danger réel, commencer moquer de vous. N'oubliez pas que vous aurez le dernier mot.

 

Un outil très utile pour cette situation est un costume et bottines de TYVEK jetable. Vous pouvez les obtenir à la plupart des magasins de rénovation domiciliaire et sur EBAY pour environ 8 $ . 
combinaison Tyvek sont vêtements une pièce, généralement blanc, couramment porté par les mécaniciens, ouvriers peintres, installateurs d'installation, et de laboratoire et salle blanche où, usage unique d'un temps combinaison est nécessaire. Ils sont également utilisés pour certaines applications de matières dangereuses légers, tels que l'amiante et le travail de rayonnement, mais ne fournissent pas la protection d'une combinaison de matières dangereuses complet. Portez-le au travail, quand vous arrivez à l'intérieur, prenez à droite à la porte et le jeter dans une poubelle près de la porte. C'est fait. Ne touchez pas à nouveau. Ensuite, allez vous laver les mains et le visage pour laver tout ce qui peut avoir accumulé sur eux. Ces combinaisons sont également disponibles chez les détaillants énumérés ci-dessus (Home Depot, Lowes, etc.)

 

Si vous refusez simplement de marcher à l'extérieur habillé comme un lapin, vous devez réaliser que les vêtements portés pendant que vous êtes en dehors de la contamination aura sur elle . Cela est inévitable. Une fois que vous avez été à l'extérieur et entrez votre travail, enlever vos vêtements et placez-le aussi près de la porte que vous pouvez. Vous pouvez emballer un changement de vêtements dans un sac de sport bien fermé, à changer-en au travail. Avoir un changement de vêtements pour quand vous arrivez à travailler ne serait pas une mauvaise idée. Le changement de vêtements devrait inclure CHAUSSURES.

 

Lorsque vous êtes à l'extérieur, vos chaussures va être ramasser la contamination qui est tombé sur le sol. Cela est inévitable. Ce que vous pouvez faire, c'est de prendre ces chaussures une fois que vous obtenez où vous allez, et donc pas suivre le rayonnement en où que vous soyez. Vous pouvez obtenir " Couvre-chaussures en plastique jetables"pour éviter au moins une partie du rayonnement de monter sur vos chaussures. Ces couvre-chaussures ne coûtent pas cher, et vous les jeter dès que vous obtenez à l'intérieur de votre destination.

 

Pour la protection des yeux, nous vous proposons une paire de lunettes pas cher du nageur. Ils varient en coût de 99 cents à environ 10 $ sur Ebay - ou votre magasin d'articles de sport. Le but est d'empêcher les particules radioactives de se poser sur vos yeux. Des lunettes de nageur s'adapter à la loi assez bien et vous pouvez les laver une fois que vous arrivez à l'endroit où vous allez, et utiliser les lunettes à nouveau la prochaine fois que vous sortez. Rayonnement lave avec de l'eau et du savon.

 

7) DANS ET HORS DE VOTRE MAISON

Les mêmes procédures indiquées ci-dessus pour aller et revenir du travail, devraient être utilisées par vous et votre famille pour aller à / de la maison. Après tout, vous ne voulez pas apporter rayonnement dans votre maison sur vos vêtements, chaussures, etc, ou marchez-il-dans toute la maison une fois que vous arrivez. Mettez un porte-manteau juste à l'intérieur de la porte d'entrée. Mettez une étagère à chaussures trop. La première chose que tout le monde n'a quand ils marchent dans la porte - le fossé de survêtement et des chaussures droite puis et là. Vous ne voulez pas être suivi rayonnement dans et dans toute votre maison, alors il répandant dans l'air lorsque vous passez l'aspirateur et il vient avec l'air d'échappement sous vide. Vous voulez arrêter le rayonnement le plus près de la porte que vous pouvez. Si vous préférez, mettre un panier à linge - doublé d'un PLASTIQUE PELOUSE ET-LEAF-sac de taille juste à l'intérieur de la porte avant et changer vos vêtements au moment où vous obtenez po Quand le panier est plein, joint-le sac, prendre à la machine à laver et laver le rayonnement loin.

 

8) Laver obsessionnelle pendant la situation d'urgence

Matières radioactives externe lave avec de l'eau et du savon. Quand vous considérez que tout ce que vous touchez et tout l'air qui vous touche extérieur peut être contaminé, il est important de laver les parties exposées du corps (visage et mains) avec de l'eau et du savon souvent. Lorsque vous arrivez à la maison à partir de votre routine quotidienne et de sortir de vêtements potentiellement contaminés, prendre une douche avant toute autre chose.  DOUCHE, PAS UN BAIN . Douche permettra le rayonnement de tomber et vous tomber à l'eau alors qu'un bain pourrait permettre possible les matières radioactives à s'accrocher à votre corps que vous laissez l'eau du bain.   Malheureusement, cela nous amène à un, finale, MAJOR, MAJOR, problème majeur : l'eau provient de réservoirs et réservoirs sont à l'air libre; rayonnement a et va continuer à tomber dans nos réserves d'eau.

 

AGENTS LOCAUX CAUGHT VOLONTAIREMENT CACHER UN RAYONNEMENT EN EAU POTABLE

 

L'Environmental Protection Agency (EPA) indique les limites maximales de sécurité et les méthodes approuvées par le gouvernement pour éliminer, le rayonnement dans l'eau.Pourtant, selon KHOU-TV au Texas, les autorités locales et de l'État dans cet état délibérément conspiré pour les années à modifier les résultats de leurs tests d'eau municipales, à dissimulé volontairement des niveaux élevés de rayonnement dans l'eau municipale! Si les autorités locales et de l'Etat dans un Etat ont déjà été pris délibérément rayonnement cachant dans l'eau, peut toute personne rationnelle croire qu'ils ne le font pas maintenant dans d'autres Etats - ou ne le fera pas (encore) à l'avenir? Vous pouvez lire cette histoire et regarder la télévision KHOU nouvelles vidéo ICI .

 

En fait, KHOU-TV a constaté que le rayonnement dans l'eau locale était si grave, qu'il a fait les conduites d'eau souterraines et les chauffe-eau à l'intérieur des maisons radioactives; dans certains cas 11 fois plus radioactif que permise par la loi! Les tuyaux et les chauffe-eau étaient tellement radioactifs qu'aucune de ces choses pourrait être mis au rebut dans un parc à ferraille! Vous pouvez lire cette histoire KHOU-TV séparé et regardez la vidéo ICI .

 

Compte tenu de la preuve irréfutable ci-dessus nous vous conseillons d'équiper vos éviers et tête (s) d'eau avec un filtre à eau. Maintenant, pour le rayonnement hors de l'eau n'est pas simple. Les filtres en papier ne font rien à ce sujet.

 

Les filtres à charbon actif en grains ont montré une certaine capacité à supprimer certains types de rayonnements. Osmose inverse a montré une bonne capacité à supprimer d'autres types de rayonnements. ION Exhange est la dernière méthode qui a montré une bonne capacité à éliminer les radiations. Pourtant, arriver tous ces types de filtres dans un système n'est pas facile et il est considérablement coûteux. En tant que tel, nous suggérons que d'avoir un filtre d'un certain type est mieux que pas de filtre du tout . Bien sûr, une fois que les filtres sont saturés par des polluants, ils sont inutiles, alors attendez-vous à changer de départ ces filtres précisément selon la recommandation du fabricant ou plus fréquemment encore. Oui, cela va coûter un peu d'argent, mais c'est une situation extraordinaire appelant à une réponse extraordinaire. A quoi bon toute la sécurité que vous exercez avec les étapes ci-dessus, alors si vous mangez, buvez et se baigner dans l'eau contaminée?

 

Les suggestions ci-dessus sont juste que des suggestions. Qu'est-ce que vous choisissez de faire - ou ne pas faire - est, bien sûr, à vous. Une chose est claire, cependant: Fukushima agit à nouveau et quand il le fait, le vent et, plus tard, la mer mènera les résultats en Amérique du Nord dans quelques jours.

 

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

“CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE ”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"