mar.

17

oct.

2017

Ovni à Montreuil - ODHTv - 17 octobre 2017

0 commentaires

jeu.

12

oct.

2017

L'avion secret US le TR-3B est bien réel - 12 octobre 2017

 

 

Vous vous souvenez certainement de la vague d’ovnis en Belgique dans les années 90 ?

Ou des observations d’ovnis triangulaires un peu partout sur Terre ?

C’est le TR-3B conçu par les Etats-Unis (grâce aux contribuables des USA plutôt). Ils contribuent tous pécuniairement à l’élaboration de cet engin sans jamais savoir qu’il existe.

 

La grande majorité des ovnis triangulaires sont effectivement des TR-3B bien terrestres et ils n’ont rien à voir avec les extraterrestres.

 

Contemplez les prouesses technologiques de la race humaine 

 

0 commentaires

dim.

08

oct.

2017

Programme Spatial Secret contre Ovnis ? 08 Octobre 2017

 

Un chasseur d’OVNIs est convaincu d’avoir trouvé la preuve ultime que le Programme Spatial Top-Secret est réel et qu’il faut s’appuyer sur des vidéos de la NASA pour le ‘démontrer’.

 

Selon les chasseurs d’extraterrestres, notre gouvernement dispose d’un programme spatial du style de « Star Wars » qui permet aux militaires de protéger notre planète et même la station spatiale internationale de menaces en provenance de vaisseaux spatiaux extraterrestres.

 

Le chasseur d’ovnis a contacté le MUFON et a soumis son dossier dont le numéro est désormais #75904.

 

Le chasseur d’ovnis a repéré le mystère alors qu’il regardait une webcam de la NASA à bord de la Station Spatiale Internationale en orbite de la Terre.

 

Il a remarqué une curieuse orbe autour de la Terre quelques moments après avoir quitté la Terre pour rejoindre l’espace. L’ovni semble accélérer alors qu’un laser surgit de la Terre et semble vouloir l’abattre. L’ovni effectue un virage à droite et arrive à échapper aux charges électromagnétiques de justesse.

 

 

Après la disparition de l’ovnis, un faisceau lumineux est tiré depuis la Terre et se dirige droit sur l’Ovni.

 

Selon le chasseur d’ovnis, l’ovni en forme d’orbe a certainement repéré le « danger » à temps, et a réussi à fuir le faisceau énergétique qui a été très certainement tiré depuis un centre spatial top secret sur Terre. En outre, il semblerait que quelqu’un a délibérément visé l’ovni, et a tiré dessus sachant que c’était bien un vaisseau extraterrestre.

 

Dans le rapport soumis à MUFON, le chasseur d’ovnis déclare qu’en se basant sur les distances entra la Station Spatiale Internationale et « l’Ovni », le vaisseau devait être vraiment gigantesque.

 

« J’espère que quelqu’un ayant les capacités techniques de déterminer le lieu où le faisceau énergétique a été tiré le fera, car il en va de la survie de l’espèce humaine. On n’a pas le droit de tirer sur nos frères et soeurs du cosmos. C’est très dangereux. »

 

 

La vidéo a suscité un vif débat de ce que les gens ont vu, et de nombreuses personnes ont expliqué que la NASA n’avait aucune raison de couper le direct. D’autres plus enthousiastes semblent savoir pourquoi la NASA a tout coupé.

 

Mais tout le monde ne pense pas de cette façon là. Scott. C. Waring, l’homme qui gère le site UFO Sightings Daily, ne croit pas qu’une arme a été tirée dans l’espace pour abattre une ovni extraterrestre le plus vite possible.

 

Waring croit que l’objet peut avoir été un ovni mais que la lumière brillante en provenance de la Terre est probablement un trou de ver ouvert par l’ovni lui-même afin de voyager dans l’espace et faire de grandes distances en un clin d’oeil.

 

« C’est peut-être un trou de ver, un long tunnel pour transporter quelqu’un ou quelque chose de distant. »

 

« Ne vous inquiétez pas, ce sont juste des extraterrestres voyageurs dans le temps, » explique-t-il .

0 commentaires

dim.

08

oct.

2017

Mystérieuses Reliques d'OVNIS faites d'un Métal inconnu sur Terre - 08 Octobre 2017

Des reliques d'OVNIS faites d'un métal inconnu sur Terre et les éléments matériels recueillis aux quatre coins du globe constituent les preuves les plus convaincantes des visites extraterrestres menées depuis des siècles sur notre planète...

 

Vidéo mise en ligne par le site La Vérité est Ailleurs

0 commentaires

ven.

06

oct.

2017

Entretien sur les ovnis avec un journaliste scientifique - 06 octobre 2017

 

Interview inédite et exclusive de 

Jocelin Morisson par le site Ovnis-direct 

 

Il est journaliste scientifique depuis plus de vingt ans et nous livre dans cette interview inédite son approche sur le phénoméne ovni et l'étude de la conscience.

 

Thèmes : 

 

Quels sont les principaux éléments qui permettent de valider la réalité physique du phénomène ovni ?

 

Quels sont les cas les plus probants ?

 

Quelle est la part matérielle et immatérielle des ovnis ?

 

Que pensez du cas de Point Pleasant ?

 

 

 

0 commentaires

ven.

29

sept.

2017

Les enquêtes du MUFON : La technologie extraterrestre - 29 septembre 2017

 

Les enquêtes du MUFON : Suite à des crashs d'OVNIS, l'armée américaine aurait récupéré en secret de la technologie extraterrestre...

0 commentaires

mer.

27

sept.

2017

Rétroingénierie des ovnis et dangers du transhumanisme - Daniel Robin

Le site Ovnis-direct nous propose une  interview de l'écrivain Daniel ROBIN  sur le thème de  la rétro-ingénierie des ovnis ainsi que les dangers du transhumanisme.

L'auteur des ouvrages "Fatima - Le quatrième secret" et plus récemment "Civilisation planétaire"   prône un rapprochement entre science et spiritualité.

0 commentaires

sam.

23

sept.

2017

OVNIs : Canulars et Désinformations » avec Franck Maurin

 

« OVNIs : Canulars et Désinformations » avec Franck Maurin

 

Franck Maurin est ufologue et conférencier. Diplômé d’école de commerce et de gestion (Inseec Bordeaux) et d’un Master 2 marketing (Université de Toulouse), il étudie depuis de nombreuses années l’énigme du phénomène ovni. Ufologue, romancier et conférencier, ses investigations se basent sur des analyses historiques, aéronautiques, militaires, psychologiques et les univers imaginés par la science-fiction.

 

Il est notamment l’auteur du livre « Les mystères du phénomène OVNI : De la préhistoire à nos jours » 

 

Vous souhaitez commander le livre de Franck Maurin ? Voici un lien utile :

 

- Les mystères du phénomène OVNI - De la préhistoire à nos jours

https://www.amazon.fr/gp/product/2366960387?ie=UTF8&tag=nutv-21&camp=1642&linkCode=xm2&creativeASIN=2366960387

2 commentaires

sam.

23

sept.

2017

Fatima et système d’apprentissage exogène & Rétroingénierie des ovnis et dangers du transhumanisme

 

 

Présenté par Nagib KARY, responsable du média Ovnis-Direct

 

Diffusion en direct sur  le site Ovnis-direct ainsi que sur Facebook.

 

Nous vous proposons ce soir une interview de l'écrivain Daniel ROBIN en deux parties.

 

Il nous présentera tout d'abord le cas de Fatima ainsi que la théorie du système d’apprentissage.

 

Puis la deuxième partie de l’interview évoquera la rétro-ingénierie des ovnis ainsi que les dangers du transhumanisme.

 

L'auteur des ouvrages "Fatima - Le quatrième secret" et plus récemment "Civilisation planétaire"   prône un rapprochement entre science et spiritualité.

 

1 commentaires

sam.

23

sept.

2017

Documents de la CIA : 3 Ovnis au-dessus de bases militaires en Antarctique

 

Les soucoupes volantes de l’Antarctique : des soucoupes volantes ont été vues en train de survoler l’île de la Déception pendant deux heures par des bases (militaires) argentines, chiliennes et britanniques en Antarctique. Les soucoupes volantes ont également été vues en formation au-dessus des îles Orcades du Sud.

 

C’est incroyable ce que vous pouvez trouver lorsque vous recherchez dans les documents déclassifiés de la CIA et du FBI.

 

L’idée des OVNIS et de la vie extraterrestre a été ridiculisée et n’est considérée comme rien d’autre que de l’imagination si on regarde en arrière quelques décennies dans le passé.

 

Alors qu’il y avait des preuves «concluantes» que les OVNIS sont réels, les gens n’étaient pas aussi intéressés que la société l’est aujourd’hui dans le phénomène OVNI.

 

Cela est probablement dû au fait qu’il existe d’innombrables preuves pour soutenir l’idée aujourd’hui.

 

Des centaines de milliers de documents (documents déclassifiés) ont été mis à la disposition du public au cours des dernières décennies.

 

 

Ces documents incroyables fournis par des organismes gouvernementaux tels que le FBI et la CIA prouvent sans aucun doute que la Terre a été témoin de «choses» que les humains ne peuvent pas expliquer.

 

Les documents montrent comment les militaires, les pilotes et même les astronautes ont été témoins de «technologie» qui va bien au-delà de ce que les humains peuvent créer.

 

Grâce à la salle de lecture électronique de la Loi sur la liberté d’information de la CIA, nous sommes en mesure de rechercher d’innombrables documents liés aux ovnis et aux soucoupes volantes. Ces documents sont disponibles gratuitement sur le site officiel de la CIA.

 

D’innombrables documents comme ceux de la CIA et du FBI sont étayés par des allégations différentes faites par d’anciens astronautes, scientifiques et militaires ; le genre de personnes qui ont eu l’opportunité d’être au bon moment au bon endroit, d’être témoins de choses rares et inhabituelles.

 

En plus des innombrables documents, il est très important de faire attention à ce que les personnes appartenant à des postes de pouvoir ont à dire sur les OVNIS et les soucoupes volantes.

 

Theodor C. Loder III, Ph.D., Professeur émérite des Sciences de la Terre, université du New Hampshire a déclaré :

“Les êtres intelligents d’autres systèmes d’étoiles sont déjà venus et visitent encore notre planète Terre. Ils sont désignés comme visiteurs, autres, peuple des Étoiles, etc. Ils visitent la Terre maintenant ; Ce n’est pas une question de conjecture ou de pensée mélancolique.”

 

L’ancien astronaute Eugene Cernan, ancien capitaine de la marine américaine partage l’idée de Musgrave sur les civilisations extraterrestres avancées dans l’univers.

 

Cernan a déclaré :

 

“On m’a demandé ce que je pense des ovnis, et j’ai dit publiquement que je pensais qu’ils étaient quelqu’un d’autre, une autre civilisation.”

 

Alors que les citations ci-dessus sont intéressantes, les gens adorent les preuves, surtout quand elles parlent d’OVNIS, pourquoi ? Parce que les OVNIS n’existent pas officiellement n’est-ce pas ?

 

Eh bien, si vous croyez qu’ils ne sont pas réels, et que les OVNIS ne sont qu’un énorme fake mondial, regardez ce document de la CIA déclassifié qui mentionne 3 OVNIs qui planaient au-dessus des installations militaires de l’Antarctique.

 

Le document indique :

 

“SOUCOUPES VOLANTES DE L’ANTARCTIQUE” – Un groupe de soucoupes volantes rouges, vertes et jaunes a été vu en train de survoler l’île de la Déception pendant deux heures par des bases argentines, chiliennes et britanniques (militaires) en Antarctique. Les soucoupes volantes ont également été vus en formation au-dessus des îles Orcades du Sud.”

 

Source

0 commentaires

jeu.

14

sept.

2017

Intervention ovni à Tchernobyl ? - 14 septembre 2017

 

Pour accéder à la vidéo cliquez sur le lien ci-dessous 

Présenté par Nagib KARY, responsable du média Ovnis-Direct

 

Thème : 

 

À quels moments le phénomène ovni serait-il intervenu pour éviter des catastrophes :

 

Intervention ovni à Tchernobyl ?

 

Quel cas UFO a accouché d'une prédiction exacte ?

 

Quels messages faut-il décrypter derrière certains phénomènes paranormaux (apparitions mariales...) ?

 

 

0 commentaires

mar.

05

sept.

2017

Intéressant développement sur les incroyables corrélations Ovnis/Nucléaire par Nagib KARY - 05 Septembre 2017

 

Avec la menace nucléaire en toile de fond dans la course à l'armement nucléaire  du régime communiste de la Corée du Nord, la perspective d’une guerre totale n’est plus de l’ordre de l’impensable.

 

Donald Trump qui dans sa rhétorique belliqueuse suggère un apocalypse nucléaire doit bien comprendre qu'il mettrait en danger la vie de 25 millions de Coréens du Nord, mais aussi de 50 millions de Coréens du Sud, dont près de la moitié vit à moins de 100 kilomètres de la frontière. Outre ses capacités nucléaires, la Corée du Nord dispose également d’importants stocks d’armes biologiques et chimiques.

 

Dans ce contexte ce développement de Nagib KARY administrateur de l'excellent site OvnisDirect sur le thème des corrélations Ovnis/Nucléaires est la bienvenue, d'autant plus qu'il est bien documentée -  à voir et revoir ... merci monsieur N. KARY ... peut-être que le régime de Pyongyang en prendra connaissance !

 

0 commentaires

sam.

02

sept.

2017

Retour sur Ovnis et Légendes - 02 Septembre 2017

 

3ème Episode présenté par Gilles THOMAS

 

Le Triangle de la Burle, le Triangle d'or, les Champs de Feu et conclusion.

Avec la participation de Renaud Benoist, Guillaume Chevallier, Rémy Fauchereau, Jack Obin, Yann, Danielle Chamarande, Christian Morgenthaler, Alain Le Kern et Gaëtan.

Un reportage-documentaire réalisé par Gilles.THOMAS

Le deuxième épisode ci-dessous

mar.

22

août

2017

Cédric Liopé , un contacté hors du Commun - 22 Août 2017

 

Cédric Liopé, un nom qui va faire de plus en plus parler de lui je pense…

Effectivement, l'expérience de Cédric Liopé relève l'une des histoires les plus incroyables que j'ai connue jusqu'à aujourd'hui en termes de Rencontres du 3ème Type!

Venez découvrir dans cette nouvelle vidéo, l'histoire de Cédric Liopé, comment a-t-il vécu son abduction, ces expériences incroyables et qu’est-ce que Cédric veut nous faire passer comme message aujourd'hui...

 

Cédric Liopé avait une vie tout à fait normale avant son enlèvement, tout ce qu'il y a de plus normale, un travail, une vie, des ami(e)s… Jusqu'à son enlèvement où sa vie a littéralement changé. Et oui!

Cédric Liopé a été victime d'une abduction (enlèvements supposés en lien direct avec des entités extraterrestres) il y a quelque temps par une certaine forme d'entité inconnue, et depuis son enlèvement qu'il nous dévoile dans cette vidéo, il observe depuis chez lui des "ballets" d’OVNIs chaque nuits, ou du moins de boules lumineuses étranges que l'on peut définir comme des engins "PAN" (Phénomène Aérospatial Non identifié), et Cédric prend l'initiative de les filmer, quand, ceux qui sont derrière ces phénomènes leur donnent l'autorisation…

Nous avons trouvé cela bien étrange et nous avons décidé de contacter Cédric pour plus d'explications!

Cédric nous à très gentiment accepté une interview dans Monde Mystérieux, où il se montre pour la première fois au grand public, et où il nous explique en détails toute son histoire.

Après plus de deux ans et une centaines de vidéos, il nous explique aussi comment il arrive à filmer ces OVNIs ou ces "PAN" depuis chez lui…

Croyez-moi, l'histoire de Cédric Liopé est l'une des plus incroyables que j'ai connue parmi tant d'autres, et dont je voulais vous en parler dans Monde Mystérieux…

Cédric est très enthousiaste de vous donner cette interview, et il sera d'accord pour revenir très prochainement pour nous donner d'autres news le concernant.

 

Nous avons réalisé cette interview au mois d'Avril dernier, nous sommes désolés pour le retard de vous la diffuser aussi tardivement, mais l'accumulation des derniers événements a fait que nous n'avons pas pu la sortir plus tôt…

Ceci dit j'espère que cette vidéo vous a plu et que l'interview de Cédric Liopé vous a peut-être encourager pour certains, et vous appuie la preuve que l'existence d'une autre Civilisation avancée est bien possible, puisque nous verrons par la suite d'autres cas de RR3 (Rencontres rapprochées du 3ème Type) et d'autres cas d'abductions… En tout cas merci à tous et je vous retrouve très bientôt pour de prochaines vidéos dans Monde Mystérieux!

Merci à tous à bientôt! Hervé R.

 

0 commentaires

sam.

19

août

2017

« Comment créer sa réalité ? » en BD

Publié le 06/08/2017 | Kaizen Magazine | Extrait de l’ouvrage "Friandises philosophiques", Editions PourPenser

 

 

Découvrez ces fabuleux extraits de la BD "Friandises philosophiques" inspirée d’une conférence du physicien Philippe Guillemant. 

 

Elle met en évidence une autre notion du temps et la manière de créer sa réalité à l’aide de son GPS naturel.

 

0 commentaires

sam.

19

août

2017

Les Ovnis qui se cachent dans les nuages - 19 Août 2017

 

Certes nous savons depuis longtemps que les nuages sont un lieu privilégié pour les aéronefs extraterrestres (ou avion secrets humains) pour voler et observer caché, mais de là à imaginer un Ovni dans chaque nuage à forme  géométrique est trop facile

 

NUAGE ARCUS assez fréquent en particulier dans la région du Lac Léman

Aucune explication pour ce nuage

Nuage avec phénomène de réfraction de la lumière

Ovnis Orbes dans un nuage

Un observation récente d'un nuage coloré 

 

Il ressemble à une traînée de météorite ou à une tornade, gelée dans le temps. Au deuxième coup d’œil, cela ressemble plus à une formidable formation de nuages.

 

Le témoin : 

 

João Paulo Magalhães a capturé le nuage dans toute sa splendeur à 17 h dans la ville de Teixeira de Freitas, à l’extrême sud de l’État brésilien de Bahia.

Magalhães a déclaré que le nuage « très inhabituel » n’est resté qu’environ quatre minutes, les gens craignaient la formation d’une tornade.

« Il ressemblait vraiment à la traînée d’une météorite ou quelque chose du genre », a-t-il déclaré.

D’autres résidents ont affiché des images du phénomène étrange, certains l’appelant le «travail de Dieu».

 

0 commentaires

sam.

19

août

2017

Retour sur le mystère du col Dyatlov - 19 août 2017

De gauche à droite :Zinaida Kolmogorova (22 ans), Georgui Krivonischenko (24 ans), Nikolaï Thibeaux-Brignolles (24 ans) et Roustem Slobodine (23 ans). Celle-ci, organisée par Igor Dyatlov, 23 ans, avait pour but d’explorer Otorten, une montagne située dans la partie nord de l’Oural, et débuta le 28 janvier 1959.

Cheap Offers:

crédit image:

u-fil-du-ciel.eklablog.fr/

 

En 1959, un groupe d’étudiants et d’enseignants Russes de l’Ural Polytechnical Institute parti  en cession de sport de Ski à travers le nord de l’Oural dans Sverdlovsk Oblast, ont été retrouvés morts dans des circonstances étranges, pour ne pas dire paranormales.

 

C’est à partir du 10 Février que le groupe ne donnait plus de signe de vie, les forces de l’ordre et les militaires ont ainsi été alertés par l’université et le 26 Février ils ont commencé à mettre en place les opérations de recherches dont certains de l’université s’étaient portés volontaires pour retrouver leurs collègues.

 

9 cadavres ont été retrouvés durant plusieurs mois de recherche, mais les circonstances sont assez particulières. Le campement où étaient posés les Tentes de nos chers disparus ont tous été déchirés de l’intérieur, les traces des pas selon les enquêteurs laissaient supposer que le groupe fuyait quelque chose puisqu’ils n’ont même pas eut le temps de se vêtir ou de se munir de provisions. Ils se sont donc enfuis pieds nus à travers la neige plus ou moins dévêtus dans un froid sibérien quasi absolu.

 

6 sont mort par hypothermie et 3 cadavres montrent des traces de blessures fatales, un  dont la langue a été arrachée tandis que les autres avaient eu  le thorax et crane défoncés mais sans aucun signe de dommage sur l’épiderme.

 

D’après les enquêteurs seul une force surhumaine ou des conditions d’un accident de voiture à pleine vitesse aurait pu commettre de telles blessures fatales.

 

Ce qui est étrange c’est qu’il n’y a aucune trace d’éventuels poursuivants ou d’animaux sauvages aux alentours, il y a aucune trace de lutte. Ce qui d’ailleurs disculpe les peuples Mansi d’être les auteurs de ces meurtres.

 

Le plus impressionnant et le plus insolite des détails est le fait que Les corps ainsi que leurs vêtements présentaient de très fortes concentrations de radiations, si bien que les cadavres avaient un teint de peau marron-gris.

 

Les radiations étaient si élevées qu’ils ont été enterré dans des coffres en zinc lors de la cérémonie funéraire.

 

L’autre fait curieux est que plusieurs témoins indépendants aussi bien des peuples locaux appelés les Mansi et la station météorologique ont vu des sphères lumineuses aux alentours du Kholat Syakhl, la région montagneuse où est mort  le groupe de hikers en question durant les mêmes jours de leur disparition.

 

Dans la langue locale cette région montagneuse Kholat Syakhl signifie « la montagne de la mort », le mont qu’ils visaient pour leurs excursions sportives se nomme le mont Otorten qui signifie en Mansi « Ne va pas là-bas ». L’histoire sombre de cette région auprès de ce peuple vient du fait que beaucoup d’entre eux y sont morts de manière toute aussi inexpliquée.

 

Depuis cet incident, ce passage montagneux a été baptisé The Dyatlov pass en l’honneur du chef du groupe des disparus. Il existe aussi un musée Dyatlov à l Ural State Technical University et une fondation du même nom qui milite pour la réouverture du dossier qui a été gardé secret par le gouvernement Russe jusqu’en 1990, dont les conclusions restent toujours à ce jour les mêmes, 9 hikers ont été tués par une force inconnue et il s’agirait non pas d’un accident mais de meurtre.

 

Ainsi en spéculant soit il s’agit d’un OVNI, cette fameuse boule lumineuse aperçue durant l’incident à l’origine de ces radiations fatales et qui semblent être aussi à l’origine de cette réputation morbide véhiculé par les peuples autochtones de la région les Mansi, ou bien le groupe a découvert une base secrète militaire russe qui semblerait développer de nouvelles armes à radiation. Une théorie toute aussi contestée.

 

 

 

FAITS NOUVEAUX 

 

Russie -15:20 14.08.2017

 

Un objet mystérieux a été trouvé non loin du col Dyatlov, devenu cimetière pour neuf skieurs dont la mort a été causée par «une force irrésistible inconnue» dans les années 50 en Russie.

 

La découverte pourrait-elle enfin dévoiler les détails d’une des tragédies les plus inexplicables du siècle précédent?

 

L’Affaire du col Dyatlov, qui recèle la mort à ce jour inexpliquée de neuf skieurs dans le nord de l’Oural (en Russie) en 1959, pourrait enfin être élucidée, estime Valentin Degterev, chercheur dans le domaine des phénomènes paranormaux.

 

L’expert a minutieusement étudié les images satellites du lieu du drame et a remarqué un objet mystérieux qui pourrait être lié à la tragédie, explique-t-il sur son blog.

 

Après l’analyse des clichés, M.Degterev a détecté, à une dizaine de kilomètres au sud de l’endroit où sont morts les membres du groupe de randonneurs, une structure abandonnée de 25 à 30 mètres de long et 10 à 15 mètres de large. Le chercheur estime qu’il s’agit de la partie hors-sol d’un bunker construit pendant la guerre froide dans les montagnes de l’Oural.

 

Il suppose que les touristes ont pu se rendre au col un jour où des tests d’armes à neutrons étaient effectués, ce qui expliquerait la présence d’une substance radioactive sur les vêtements des victimes.

 

Valentin Degterev est d’avis que la base a été fermée suite à l’accident et que tous les tests ont été suspendus. La partie sous-sol de la construction a été ensuite probablement détruite tandis que sa partie supérieure est demeurée intacte.

 

 

Comment fonctionne une bombe à neutrons ?

 

La bombe à neutrons est un petit engin thermonucléaire fusion-fission à radiations augmentées de type Teller-Ulam, dans lequel le flux de neutrons émis par la réaction de fusion nucléaire est volontairement libéré, au lieu d’être absorbé.

 

Les miroirs à rayons X ainsi que l’enveloppe de la bombe sont faits de nickel ou de chrome, de telle manière que les neutrons puissent s’échapper.

 

La conception est donc différente de celle des bombes A et H et a fortiori de celle des bombes salées.

 

Le principal mécanisme provoquant les destructions est l’émission massive de neutrons.

 

Contrairement à une idée répandue, la bombe à neutrons ne laisse pas forcément les infrastructures intactes, notamment les infrastructures civiles.

En réalité, l’effet de l’émission de neutrons a un rayon d’action supérieur à celui de l’effet de souffle, contrairement à un engin thermonucléaire classique.

 

L’essentiel des dégâts causés par une bombe N provenant de la radiation ionisante, et non de la chaleur ou du souffle, la puissance de la bombe exprimée en kilotonnes est donc peu représentative de son potentiel dévastateur.

 

En effet, la puissance d’une bombe à neutrons avoisine généralement le kilotonne, soit approximativement 1/10e de la puissance de Little Boy, larguée sur Hiroshima le 6 août 1945, et 100 fois plus que la plus puissante bombe conventionnelle, ce qui reste considérable.

 

Une bombe à neutrons a besoin d’une quantité très importante de tritium, estimée de 10 à 30 grammes contre 4 grammes en moyenne dans une tête thermonucléaire ou dopée.

 

Le tritium est un isotope radioactif de l’hydrogène ayant une demi-vie de 12,32 ans. Ceci rend impossible le stockage de ces armes sur de longues durées. Les bombes à neutrons utilisées par l’armée américaine par le passé étaient des variantes des engins nucléaires tactiques de type W70 et W79.

 

L'arme à neutrons est nécessairement une arme à fusion pour les raisons principales suivantes :

Lors de la fusion deutérium-tritium l'énergie libérée est de 17,6 MeV avec émission de 1 neutron ; soit donc 17,6 MeV/neutron. Lors de la fission, l'énergie libérée est de 179,0 MeV environ avec une émission de 2,47 neutrons dans le cas de l'uranium 235 ou de 186,4 MeV avec 2,91 neutrons dans le cas du plutonium 239, soit donc en moyenne environ 67,9 MeV/neutron (qui peut cependant être un peu abaissée dans le cas des armes à fission dopées). Ainsi, avant toute disposition pour renforcer le rayonnement de neutrons, pour une même énergie dissipée lors de l'explosion, le nombre de neutrons émis est environ 3,85 fois plus élevé dans le cas de l'arme à fusion que dans le cas de l'arme à fission.

 

Le neutron de fusion a une énergie de 14,1 MeV (vitesse 51 400 km/s) alors que les neutrons de fission ont en moyenne une énergie de 2,0 MeV (vitesse 19 500 km/s) ; le rayon d'action des neutrons de fusion est plus important.

 

0 commentaires

jeu.

17

août

2017

Retour sur le satellite alien en orbite autour de la Terre appelé le « Chevalier Noir » est dit être vieux de 13 000 ans

 

L’univers est rempli de mystères qui remettent en question notre savoir actuel.

 

Pendant plus d’un siècle, il y a eu des signaux d’un vieux satellite « alien » en orbite autour de notre planète.

 

Pour la première fois en 1998, des images en haute définition de ce satellite « non-terrestre » ont été prises par des astronautes de la navette spatiale Endeavour depuis l’espace. Ce satellite est seulement connu comme étant le « Chevalier Noir ».

 

Depuis la découverte d’étranges signaux venant de l’espace extérieur par le célèbre inventeur Nikola Tesla, au nombre d’observations de mystérieux satellites artificiels dans les années 1950 et 1960, certaines preuves suggèrent qu’il y aurait un ou plusieurs satellites « étrangers » en orbite autour de la Terre.

 

Le satellite en question a été appelé le « Chevalier Noir » d’après une fusée développée par les Anglais dans les années 1950.

 

 

Après que le Pentagone ait classé l’objet comme « astéroïde », des gens ont finalement fini par se convaincre de cette explication …

Ce jusqu’à ce qu’il ait été filmé à la fin des années 1990.

 

 

Lorsque la preuve visuelle de la navette spatiale Endeavour a finalement capturé des images de ce qu’on pensait être le Chevalier Noir en 1998, l’intérêt du public pour le sujet a été relancé : un regain d’intérêt pour les histoires des décennies passées ; la découverte de Tesla, d’étranges signaux de l’espace, des observations innombrables, et des messages décodés qui ont alimenté cette légende au cours du XXe siècle.

 

 

Sur ce qu’est cet énigmatique satellite noir – ce qu’il fait et d’où il vient – il n’y a pas de conclusions définitives à ce jour.

 

Certains disent que Nikola Tesla l’a découvert lorsqu’il a commencé à recevoir d’étrange signaux « chronométrés » alors qu’il testait un transmetteur à haute tension en 1899.

 

 

Tesla fut choqué par la découverte et en a déduit qu’ils venaient soit d’extraterrestres, soit de Mars ou d’ailleurs dans l’espace extérieur.

 

Certains ont spéculé que Tesla aurait été en contact avec des aliens, qui l’auraient aidé à créer ses inventions électriques et dont il recevait les idées par des communications télépathiques, des idées qui lui auraient permis de réaliser une nouvelle technologie révolutionnaire.

 

D’autres inventeurs comme Guglielmo Marconi ont bientôt commencé à rapporter un étrange phénomène similaire.

 

Ils ont découvert que des signaux en code Morse envoyés depuis leurs transmetteurs leurs étaient renvoyés à eux depuis une source inconnue après un délai inhabituel de plusieurs secondes.

 

Les signaux renvoyés ont été qualifiés de « échos longs différés » [ndr : long delayed echos, LDE], tandis que certains considèrent qu’ils étaient d’origine extraterrestre.

 

 

La détection de ces signaux inexpliqués a causé une forte émotion dans la presse, et de nombreuses expériences ont été réalisées de 1928 aux années 1930 qui ont vérifié l’existence des LDE bien qu’on ne puisse les expliquer.

 

Les scientifiques n’ont à ce jour pas d’explication définitive à leur existence.

 

Après ces expériences, le sujet est devenu encore plus important dans les médias … Puis sont venus les observations.

 

 

L’histoire décolle de nouveau en 1954, lorsque les journaux St. Louis Dispatch et San Francisco Examiner ont rapporté que des satellites artificiels et étranges avaient été aperçus.

 

Après un troisième article paru dans Aviation Week and Space Technology, le Pentagone s’est exprimé en qualifiant les objets de simples astéroïdes, une explication qui a ensuite pris du poids.

 

Beaucoup n’y croyaient cependant pas, pensant à une origine russe ou alien.

 

 

Une autre vision a pourtant eu lieu en mars 1960, qui différait des précédentes.

 

À ce moment là, un grand objet noir qu’on pense peser près de 15 tonnes  était en « orbite polaire » autour de la Terre (ce qui veut dire qu’il stationnait au dessus des axes polaires), voyageant à deux fois la vitesse des satellites normaux.

 

Pourtant les Russes aussi bien que les Américains n’avaient pas la capacité de mettre un satellite en orbite polaire à cette époque, et n’étaient pas non plus capable de lancer un satellite aussi lourd.

 

Après cette apparition l’objet a gagné son nom de « Chevalier Noir », et a fait les gros titres dans de nombreux journaux.

 

 

Beaucoup d’astronomes et d’observatoires ont commencé à tracer ces satellites  (des rapports suggèrent qu’il y en avait plusieurs), qui étaient dit apparaître et disparaître, parfois pendant des années, avant de réapparaître à nouveau. Les objets ont également été indiqué avoir changé de directions, faisant des tours de 90 à 180° en vol.

 

Le directeur du planétarium Adler, Robert L. Johnson, a indiqué : « L’objet ne semble même pas avoir la décence de maintenir une programmation régulière, comme tout autre objet céleste ou fait par l’homme… Nous ne savons pas quand l’observer. »

 

 

Ce n’est qu’en 1972 que Duncan Lunan, un écrivain scientifique et astronome, a déchiffré un code des LDE documentés des décennies plus tôt en se basant sur les mesures de temps des échos différés, qui ont révélé un message tout à fait étonnant et apparemment venant d’extraterrestres.

 

Le message « alien » qu’il a décodé rapporte :

 

Commence ici. Notre maison est epsilon bootis. Qui est une étoile double.

 

Nous vivons sur la 6ème planète sur 7 – Vérifier ça, 6ème sur 7 – compté à partir du soleil qui est le plus large des deux.

 

Notre planète a une lune, notre 4ème planète en a trois, notre 1ère et 3ème planète chacun une.

 

Notre sonde est dans l’orbite de votre lune.

 

Cela met à jour la position d’Arcturus vue sur nos cartes.

 

 

Comme si cela n’était pas assez choquant, Lunan a aussi tracé les signaux et découvert qu’ils formaient un motif, qui correspondait à ce à quoi ressemblait la constellation Epsilon Bootis il y a 13 000 ans.

 

En se basant là-dessus il a théorisé que la sonde Chevalier Noir devait avoir été envoyée sur Terre en des temps préhistoriques, et qu’elle avait au moins 13 000 ans !

 

Pièce de monnaie antique, montrant une structure ressemblant à un bouclier dans le ciel (YouTube Screenshot | Martin Mikuaš)

 

Bien qu’il soit impossible de vérifier l’exactitude des ces découvertes – on peut seulement faire des conjectures sur ce qu’est l’objet, combien est-il vieux, d’où vient-il, et à quoi sert-il – une chose est certaine : le Chevalier Noir n’est pas un satellite ordinaire.

 

Pensez-vous que le Chevalier Noir est un satellite alien envoyé sur Terre il y a 13 000 ans ? Ou qu’il est un simple astéroïde comme l’affirme le Pentagone ? Faites-nous part de vos commentaires !

 

0 commentaires

lun.

14

août

2017

J.T. Ovni du 12 août 2017

 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région.

 

L'édition est présentée par Gilles THOMAS

 

 

- Sortie du DVD: "Ovni sous les tropiques; l'affaire des Babas Michelin"

- UFO Cloud: Interview d'Adrien de la chaîne youtube "The Bushcraft Spiritual"

- UFO Cloud: Interview d'Hervé de la chaîne youtube "Monde Mystérieux"

- Ovni Dans l'Histoire: Ovni à Bonnard en 1951, Yonne avec Rémy Fauchereau

- Astuces du veilleur: Satellites à éclipse avec Gaëtan

- Actu Ovni en France de juin à août 2017

- Dossier du mois: Ovni en Vendée 2

 

0 commentaires

dim.

06

août

2017

VZ-9 OU L’ÉTRANGE HISTOIRE DE LA SOUCOUPE VOLANTE DE L’US ARMY

 

L’US Army et l’US Air Force ont travaillé sur une soucoupe volante à la fin des années 40, en partenariat avec une entreprise canadienne spécialisée dans l’aéronautique, Avro Aircraft Ltd : le VZ-9 Avrocar.

 

L’histoire de cet étrange aéronef trouve ses origines en 1948 et donc en pleine Guerre Froide. Le département de la défense américain avait en effet demandé à l’ingénieur americo britannique John Forst de travailler sur les aéronefs à aile lenticulaire et donc sur les soucoupes volantes.

 

L’homme disposait d’une solide expérience en la matière et il avait ainsi passé plusieurs années chez l’avionneur De Havilland Aircraft Company à travailler sur plusieurs chasseurs et sur un avion de ligne.

 

L’US Army rêvait de posséder sa soucoupe volante

 

Toutefois, entre temps, il avait quitté son poste pour rejoindre une entreprise canadienne très en vue sur le secteur : Avro Aircraft Ltd.

 

L’idée de départ était simple. Les États-Unis souhaitaient prendre l’avantage sur les Russes et le département de la défense voulait se constituer la meilleure flotte aérienne possible pour se protéger de l’ennemi communiste. Il souhaitait donc déterminer si les soucoupes volantes pouvaient remplacer avantageusement les chasseurs et donner ainsi l’avantage aux troupes déployées à travers le monde.

 

La tâche n’était pas aisée, mais John Forst a eu l’idée de s’appuyer sur le fameux effet Coandă pour parvenir à ses fins.

 

Découvert en 1886 par l’ingénieur roumain Henri Coandă, cet effet porte sur les surfaces convexes et plus précisément sur l’attraction ou l’attachement d’un jet de fluide s’écoulant sur une surface de ce type.

 

L’enveloppe budgétaire allouée au projet était cependant limitée et Frost a donc choisi de travailler sur un monoplace afin de limiter autant que possible les coûts de fabrication. Les années suivantes ont été particulièrement mouvementées et Avro Aircraft Ltd a ainsi eu besoin de huit ans pour développer une première maquette à l’échelle 1.

 

L’avionneur s’est ensuite tourné vers un spécialiste de la motorisation afin de développer le moteur de l’appareil. Le choix de l’entreprise canadienne s’est porté sur Turboméca, le créateur du moteur Marboré utilisé sur l’avion à réaction subsonique Fouga CM-170 Magister, un avion par un autre géant de l’aéronautique : Aerospatiale-Potez.

 

Un premier essai aux résultats médiocres

 

La société s’est exécutée et Avro Aircraft Ltd a fini par accoucher de la toute première soucoupe volante de l’humanité : le VZ-9, aussi baptisé Avrocar.

 

La soucoupe en question se composait d’une aile lenticulaire dotée d’un cockpit ouvert et d’un train d’atterrissage fixe. Dépourvu d’empennage, le mécanisme de stabilisation de l’appareil reposait intégralement sur une hélice placée au centre du fuselage.

 

Le VZ-9 a effectué son premier vol le 12 novembre 1959, soit une dizaine d’années après le lancement du programme.

 

L’essai a duré pendant dix minutes environ et à trente centimètres du sol. L’armée américaine n’a pas été particulièrement emballée, mais elle a tout de même commandé un second prototype. Elle souhaitait en effet voir si cette étrange soucoupe pouvait être utilisée comme une voiture volante.

 

Cette fois encore, le succès n’a pas été au rendez-vous et le VZ-9A a ainsi péniblement atteint un mètre de hauteur. En 1961, le département de la défense a donc décidé d’enterrer définitivement le projet pour se focaliser sur les avions à décollage vertical.

 

L’opinion publique avait beaucoup critiqué ce revirement à l’époque, d’autant que le programme avait coûté 100 millions de dollars. Une somme colossale à l’époque.

 

Les deux prototypes n’ont cependant pas disparu et ils sont ainsi conservés au National Air & Space Museum de Washington et au Toronto Aerospace Museum du Canada.

 

0 commentaires

mer.

02

août

2017

France : L'incroyable mystère du triangle de la Burle - 02 Août 2017

 

Depuis 1943, il y a un total de 14 tragédies aériennes et plus de 60 morts autour du massif du Mézenc, dans le sud de la France. Cette succession de catastrophes demeure un grand mystère de l'histoire.

 

Certains n'hésitent pas à accuser les OVNI d'avoir provoquer ces crashs à répétition …

 

Cette région maléfique va du massif du Tanargue au Pilat, en passant par par les Bouttières et les contreforts du Mézenc et du Gerbier-de-Jonc.

 

Depuis plus d'un demi siècle, des catastrophes se succèdent à intervalles réguliers. Aujourd'hui, ce lieu à la sinistre réputation a été baptisé le « triangle de la Burle », en référence au fameux triangle des Bermudes.

 

Le journaliste et écrivain Jean Peyrard écrivait :

 

« Terres énigmatiques, presque surnaturelles, où les griffes de la burle (vent du nord) dépeçaient les avions, chauve-souris d’acier plantées par le vent, telles des bêtes crucifiées. »

 

La légende débute le 3 novembre 1943.

 

Ce jour-là, un bombardier britannique Halifax, dont la mission était de larguer des armes et de l'argent aux résistants français de la Drôme, explose en pleine nuit alors qu'il volait à haute altitude.

 

Un peu plus tard, l'épave fut retrouvée au col des 4-Vios, non loin de Saint-Pierreville.

Cet accident fit sept morts et un seul rescapé.

Ce dernier affirma que son appareil avait été attiré par

un « phénomène inexplicable ».

Par ailleurs, cette nuit-là, une multitude de lumières furent observées dans le ciel et il ne s'agissait pas des tirs d'une batterie allemande.

 

Le 13 mai 1948, peu avant 18 heures et alors que le ciel était orageux, un avion anglais heurta une crête rocheuse isolée à Taillas, un lieu-dit situé dans la commune de Saint-Bauzille.

 

Un cultivateur fut témoin de cet événement. Il alla sur place mais, à cause du mauvais temps et de la nuit, il rentra à son domicile et donna l'alerte.

 

Les sauveteurs arrivèrent sur place le lendemain matin et découvrirent quatre cadavres dont celui de Kathleen Harlington, la sœur du futur président des États-Unis, John-Fitzgerald Kennedy. Quelques mois plus tard, Joseph Kennedy se rendit sur place pour se recueillir.

 

Le 21 janvier 1971, vers 9h40, un avion de type « Nord 262 » s'écrasa à 1342 mètres d'altitude au suc du Paradou, entre le hameau de Mézilhac et le col des 4-Vios. Les 21 passagers y perdirent la vie.

Parmi eux, se trouvaient des spécialistes du nucléaire ainsi que le directeur des programmes du Commissariat à l'énergie atomiques. Le groupe se rendait à la centrale du Tricastin afin de donner une conférence.

 

Trois hélicoptères et des dizaines de sapeurs-pompiers et gendarmes partirent à la recherche de l'épave. En fin d'après-midi, ils finirent par découvrir les débris de l'accident à trois kilomètres de Mézilhac.

 

500 militaires allèrent sur place, neutralisèrent l'ensemble des routes d'accès afin de retrouver les documents ultra-confidentiels qui étaient transportés.

Certains ont prétendu que cet « accident » était, en vérité, un attentat.

 

D'autres témoins rapportèrent avoir observé une soucoupe volante provenant du Mézenc !

 

ven.

28

juil.

2017

De l’ADN extraterrestre : le cas Peter Khoury - 28 Juillet 2017

 

Dans certains cas d’« abduction », il est fait mention d’implants retrouvés dans le corps des « abductés ».

 

La preuve matérielle de ce type d’implant accréditerait la thèse de la réalité objective des enlèvements perpétrés par des représentants d’une race étrangère à notre planète.

 

 

Voici maintenant un cas qui va en quelque sorte plus loin, puisqu’il s’agit cette fois-ci de l’analyse ADN d’un cheveu retrouvé sur le corps d’un homme ayant subi un rapport sexuel avec une femme étrangère à notre espèce.

 

 

Il s’agit du cas Peter Khoury, un cas qui a été relaté, en France, par Joël Mesnard (1) et Jean Sider (2). J’ai moi-même rédigé, pour la revue « Le monde de l’inconnu » (3), un petit texte directement inspiré de la présentation succincte qu’a fait Joël Mesnard du cas. Voici les éléments du dossier.

 

C’est Bill Chalker, un ufologue australien travaillant dans l’industrie chimique, qui a étudié le cas. Il est l’auteur d’un livre sur les phénomènes OVNIs et paranormaux rapportés en Australie et en Nouvelle-Zélande (« The Oz Files », 1996). Depuis 1988, il a enquêté avec des psychologues sur les témoignages d’« abductions », et en 1996 il a aidé le psychiatre américain John Mack dans ses recherches sur les cas d’« abduction » signalés par des Aborigènes.

 

 

1. Le témoignage de Peter Khoury :

 

C’est dans le numéro du printemps 1999 de la revue du CUFOS (association américaine ufologique), « International UFO Reporter », que Bill Chalker a publié son premier article sur le cas de Peter Khoury, un Australien d’origine libanaise (né en 1964) qui dit avoir vécu une surprenante aventure survenue le 23 juillet 1992 alors qu’il était âgé de 28 ans.

 

Il y eut cependant, avant cet événement mémorable, d’autres incidents de nature « paranormale » dans la vie de Peter Khoury.

 

Pendant l’été 1972, au Liban, Peter Khoury, alors âgé de 7 ans, était en compagnie de plusieurs autres enfants sur le toit en terrasse de la résidence d’un voisin.

 

Il remarqua soudain que ses camarades étaient transformés « en statues » : ils étaient incapables de se mouvoir.

 

C’est en levant la tête qu’il vit, au-dessus du toit, un appareil aérien silencieux en forme d’œuf. Plus tard, tous les enfants se retrouvèrent sur le sol avec une période de temps non mémorisée.

 

Le 12 juillet 1988, à Sydney, il se réveilla, complètement paralysé, dans son lit.

 

Autour de lui, il y avait plusieurs créatures.

 

L’une d’elles était d’une taille élancée et avait une peau jaune or avec de grands yeux noirs.

 

Cette entité lui enfonça une sorte de longue aiguille dans un côté de la tête, le témoin perdant alors conscience.

 

Lorsqu’il reprit connaissance, il se rua dans la chambre voisine où il trouva sa famille dans un état de semi léthargie.

 

Et il s’aperçut qu’un laps de temps d’une à deux heures s’était écoulé entre la vue des entités groupées autour de son lit et son « réveil », avec la même anomalie temporelle pour son épouse et son enfant.

 

Venons-en à l’événement principal.

 

En juillet 1992, Peter Khoury souffrait des séquelles d’une violente agression (par trois individus) dont il avait été victime quelque temps auparavant. Il se remettait péniblement des coups reçus à la tête.

 

Un jour, après avoir sombré dans le sommeil, Peter Khoury sursauta et se redressa soudain. Il avait fermé à clé la porte de la maison et, en dépit de cela, il y avait deux femmes entièrement nues, agenouillées sur son lit : une blonde de très grande taille, qui « s’intéressait » à lui, et une brune au visage de type asiatique qui observait la scène sans intervenir !

 

Ces deux femmes avaient des yeux beaucoup plus grands que ceux d’une Terrienne.

 

La blonde avait un très long visage au menton en pointe, des yeux bleus deux ou trois fois plus grands que les nôtres, une chevelure abondante, une peau claire. Elle était très grande (environ 1 mètre 80) et elle avait une force musculaire hors du commun contre laquelle le témoin ne put résister.

 

L’autre entité avait des cheveux noirs coupés courts à la manière d’un garçon et des yeux presque entièrement noirs.

 

Il y eut un coït entre la grande blonde et le témoin.

 

Ici, les versions divergent : dans la version Mesnard, Peter Khoury fut pris d’une quinte de toux et les deux intruses disparurent instantanément, comme « dématérialisées », alors que dans la version Sider, le témoin perdit conscience pour la reprendre un moment plus tard et constater que les deux visiteuses avaient disparu.

 

Jean Sider note que c’est en allant prendre une douche que Peter Khoury découvrit, sur son pénis, deux cheveux blonds identiques à l’abondant système pileux de la blonde créature inconnue, l’un mesurant de 10 à 12 centimètres, l’autre de 6 à 8 centimètres.

 

Il mit ces cheveux dans un flacon. Joël Mesnard, quant à lui, parle d’une sorte de cheveu, fin, presque blanc.

 

Il y eut d’autres expériences, notamment en 1994, 1995 et 1996, lesquelles impliquaient surtout des phénomènes de

type « poltergeist » : effets de paralysie momentanée, bruits divers (de coups et d’explosions), impressions de présences invisibles, etc.

 

En 1996, le professeur de psychiatrie John Mack (qui enseignait à l’université d’Harvard, aux Etats-Unis) soumit le témoin à plusieurs séances de régression hypnotique.

 

John Mack se trouvait alors en Australie pour une tournée de conférences, ce qui explique qu’il avait été sollicité par Bill Chalker, à qui le témoin s’était confié quelques années après son expérience du 23 juillet 1992.

 

Le récit sous hypnose fit apparaître un enlèvement dans un vaisseau spatial, sans toutefois beaucoup de détails.

 

 

2. L’analyse ADN :

 

Bill Chalker commença, en 1998, ses recherches sur les cheveux.

 

Il les confia à des collègues biochimistes qui entreprirent des analyses de l’ADN des matériaux en effectuant d’abord un test PCR (Polymerase Chain Reaction) afin de déterminer leur nature biologique, notamment par le séquençage mitochondrial de l’ADN, les mitochondries étant des corpuscules qui se trouvent dans le cytoplasme de chaque cellule, en dehors du noyau où sont stockés les chromosomes, et qui contiennent les éléments héréditaires du lignage originel maternel.

 

On notera que l’APEG (Anomaly Physical Evidence Group), qui effectua en avril 1999 une analyse ADN, est un groupe constitué de scientifiques australiens intéressés par la recherche ufologique.

 

Parmi les scientifiques impliqués dans cette recherche, il y a le docteur Kary B. Mullis, prix Nobel de chimie en 1993 pour sa découverte sur la technique du PCR.

 

Il utilisa donc sa propre invention pour faire les analyses qui portèrent sur des éléments extraits de la tige du cheveu le plus court.

 

L’analyse confirma que cette pilosité était issue d’une personne génétiquement proche du standard humain, le type racial étant cependant très inhabituel.

 

On identifia en effet un ADN mitochondrial d’un type chinois ou mongol, l’un des plus rares lignages connus… Il est anormal de trouver un tel ADN asiatique aussi peu commun dans un cheveu blond, lieu d’un ADN caucasien.

 

D’autres analyses portèrent sur des extraits tendres de la racine du même cheveu, l’ADN mitochondrial se révélant être, dans ce cas, d’origine gaëlique ou basque.

 

Or, deux origines totalement différentes ne peuvent se trouver dans les mitochondries, et encore moins dans des prélèvements effectués sur deux endroits différents du même échantillon.

 

Il ne s’agissait pas d’un cas très rare d’hétéroplasmie, situation dans laquelle deux types d’ADN mitochondrial, l’un « mutant », l’autre « sauvage », peuvent coexister.

 

Ces analyses ne peuvent pas provenir d’une contamination ni d’une erreur de laboratoire, les biochimistes n’ayant pu expliquer ces résultats.

 

En outre, les biologistes ont noté que l’échantillon ne possède pas les deux gênes qui contrôlent la production de la protéine CCR5, cette dernière rendant possible la pénétration du virus du sida dans les cellules. Son absence peut conférer l’immunité à cette maladie, tout comme elle peut fournir une résistance à d’autres virus tel celui de la variole.

 

 

Les résultats de l’analyse ADN ont été publiés dans le numéro du printemps 1999 de la revue du CUFOS, et ils ont été rappelés dans le numéro de l’automne 2004 de la même revue.

 

Le sujet est également abordé dans le « Mufon UFO Journal » (n° 399, juillet 2001 ; n° 447, juillet 2005), les articles étant aussi de Bill Chalker. 81wvCG0aM8LEn outre, Bill Chalker a publié, en 2005, un livre sur cette affaire : « Hair of the Alien » (Paraview Pocket Books).

 

La traduction française du sous-titre du livre est :

 

« L’ADN et autres preuves judiciaires des enlèvements extraterrestres ».

 

Bill Chalker note que l’analyse ADN effectuée a fourni

un « extraordinaire niveau de certitude sur la réalité de la rencontre de juillet 1992 ».

 

Sans cette analyse, il aurait été facile, pour les spécialistes du dénigrement, d’expliquer le cas par la prise de médicaments et donc d’imputer l’aventure de Peter Khoury à un effet secondaire du traitement consécutif à la blessure reçue à la tête.

 

Avec le cas Khoury, exit donc les explications psychologiques, les entités fluidiques et énergétiques, et la CIA !

 

Nous avions déjà les « implants » découverts dans le corps de certains « abductés », qui montraient que certaines

« abductions » n’étaient pas si « virtuelles » que cela.

 

Avec le cas Khoury, nous passons à un stade supérieur d’attestation de matérialité de certaines « abductions » et

« visites en chambre ».

 

 

Bill Chalker écrit qu’une partie de cette approche impliquant des examens de l’ADN a mis en évidence des « modèles non darwiniens » qui pourraient refléter l’influence d’une intelligence peut-être extraterrestre, « autrement dit un signe d’évolution ou d’intervention artificielle ».

 

Questionné par Bill Chalker le 12 avril 2005, le professeur Paul Davies, du Centre Australien d’Astrobiologie à l’université Macquarie (Sydney), a avoué que spéculer sur un lien possible extraterrestre dans l’ADN de l’espèce humaine pouvait se faire sur des bases sérieuses.

 

Il considère cette idée aussi crédible que la recherche de signaux radio issus d’autres civilisations cosmiques dans le cadre du programme SETI.

 

On notera que le Prix Nobel de physiologie (1962) Francis H. C. Crick, co-découvreur de l’ADN, a émis l’idée, avec le chimiste Leslie Orgel, que la vie sur Terre serait le résultat d’une panspermie dirigée, autrement dit d’une entreprise menée par des Extraterrestres pour faire naître la vie sur notre planète.

 

 

Cette théorie fut d’abord publiée en 1973 dans la revue américaine « Icarus » et elle fut développée en 1981 dans un livre.

 

Voici, en outre, un élément pour le moins surprenant : le Prix Nobel Kary Mullis, le chimiste américain qui a œuvré sur les analyses des cheveux fournis par Peter Khoury, a admis avoir vécu une expérience de type « Alien-abduction » !

 

Il a même avoué à Bill Chalker avoir enregistré d’autres incidents similaires dans l’une de ses résidences du nord-est de la Californie.

 

Bill Chalker fait le parallèle entre le cas de Peter Khoury et celui d’Antonio Villas-Boas, un Brésilien qui prétendit avoir eu, le 16 octobre 1957, un rapport sexuel avec une petite créature féminine d’apparence humaine, à l’intérieur d’un OVNI posé au sol.

 

Ceci s’était produit près de San Francisco de Salles, dans l’Etat de Minas Gerais.

 

La chevelure de cette femme non terrestre était également blonde, ses yeux étaient en amande et son menton était pointu.

 

 

 

3. Réalité physique ou fluidique ?

 

Bill Chalker considère les analyses effectuées comme une preuve physique incontestable de la réalité physique des occupants des OVNIs, ce qui est aussi, bien sûr, ma position (en ce qui concerne notamment, en tout cas, les êtres responsables des « abductions »).

 

Mais Jean Sider n’est pas, bien sûr, d’accord avec cette conclusion, ce théoricien faisant intervenir, en matière d’OVNIs et de phénomènes paranormaux, de mythiques entités énergétiques ou fluidiques.

 

Faisant référence au Prix Nobel Kary Mullis, il pose cette question :

 

« Combien y a-t-il de chances pour qu’un Prix Nobel, inventeur d’une technique nouvelle (PCR) pour identifier le type mitochondrial de l’ADN d’une espèce, puisse œuvrer sur un cheveu censé appartenir à un Extraterrestre, tout en utilisant lui-même son invention à cette fin, et en même temps avoir vécu plusieurs expériences paranormales du genre ‘enlèvement’ par des ravisseurs censés venir d’un autre monde que le nôtre ? »

 

De là à dire, ajoute Jean Sider, qu’il a été influencé par le phénomène pour faciliter

« une extraordinaire manipulation visant à mystifier les enquêteurs et leur faire croire que la femme blonde était bien une créature humanoïde en chair et en os, il y a un pas que l’on peut franchir allégrement ».

 

Et Jean Sider termine par son leitmotiv :

 

« N’oublions pas que l’intelligence qui met en œuvre ces incidents est experte dans l’art de la tromperie. Méfiance, donc, et évitons de pavoiser. »

 

Nous avons vu que dans la version Joël Mesnard, les êtres/entités ont brutalement disparu, comme « dématérialisés », ce qui pourrait rentrer dans le cadre de la théorie de Jean Sider, lequel fait le parallèle entre ce type de manifestation et les matérialisations obtenues dans un contexte spirite.

 

Néanmoins, les analogies peuvent être trompeuses car des phénomènes différents peuvent par ailleurs produire des effets semblables.

 

Des entités extraterrestres pourraient ainsi fort bien avoir maîtrisé le processus de téléportation de la matière vivante.

 

Quoi qu’il en soit, il y a bien un élément matériel indiscutable : deux cheveux.

 

Ceci permet d’éliminer d’office toute explication faisant intervenir une théorie psychologique (référence à un trauma sexuel, etc.) !

 

Et cela ne s’accorde absolument pas avec l’idée d’une

entité « énergétique » ou « fluidique » !

 

Rappelons, incidemment, que le cas de Florence Cook/Katie King, évoqué par Jean Sider, a été très contesté.

 

Dans ce cas remontant au dix-neuvième siècle, la présumée entité Katie King a laissé, lors de sa dernière séance, quelques éléments matériels.

 

Mais s’agissait-il de l’entité ou de Florence Cook simulant cette dernière ?

 

Des auteurs comme Robert Tocquet et Yves Lignon ont soutenu, dans leurs écrits, que Florence Cooke n’était qu’une fraudeuse, le physicien William Crookes ayant été abusé par elle.

 

Mais je n’entre pas ici dans cette polémique.

 

Disons seulement que le cas Khoury évoque irrésistiblement les histoires d’incubes/succubes d’antan.

 

Dans mon propre modèle théorique, cette similitude s’explique aisément par ceci : certains cas d’incubes/succubes s’expliquent sûrement par d’anciens cas d’« abduction » (au sens extraterrestre).

 

(Voyez mon long article, sur ce site et dans la même rubrique, consacré à la critique de la théorie de Jean Sider.)

 

0 commentaires

mer.

26

juil.

2017

Un mystérieux objet magnétique d'origine inconnue est retiré du bras d'un homme... 26 Juillet 2017

 

L'opération de Tim Cullen : Le 5 février 2000, l'équipe du Dr Leir procéda à l'ablation d'un objet inconnu sur Tim Cullen.

 

Cet implant fut découvert dans le poignet gauche du sujet au cours d'une radio effectuée à la suite d'un traumatisme. Aucune cicatrice d'entrée n'a été trouvée sur son bras et étrangement, l'objet émettait un champ magnétique... 

0 commentaires

ven.

14

juil.

2017

Vidéo : témoignages d'ovnis, approche psycho-spirituelle et mise au point sur l'Alien Project - 14 juillet 2017

Illustrations du cas de Quimper

 

Observation de 2015

0 commentaires

jeu.

13

juil.

2017

À 370 km au-dessus de la Terre, un astronaute aperçoit une chose extraordinaire...12 Juillet 2017

 

L’ancien astronaute de La Nasa Leroy Chiao relate une observation d’ovnis dans l’espace en 2005 lorsqu’il était le commandant de la Station Spatiale Internationale (ISS) durant six mois et demi.

 

Ce jour-là, il était de sortie en mission dans l'espace avec le cosmonaute Salizhan Sharipov, afin d’entreprendre l'installation des antennes de navigation.

 

Ils se trouvaient à environ 230 miles au-dessus de la Terre, et se déplaçaient à plus de 17.000 miles par heure, lorsque quelque chose d'inhabituel attira l'attention de Leroy Chiao.

 

 

"J'ai observé des lumières disposées en ligne et volant de manière terriblement étrange" dit Chiao au Huffington Post.

 

Par contre, Sharipov n'avait pas vu les lumières étant donné qu'il était opposé à Chia. Cette expérience a été reconstituée dans la vidéo  (ainsi que sur l'image) extraite d’une des émissions de la

« Science Channel » intitulée, " Sommes-nous seuls ? " et dont le thème était cette fois-ci consacré aux « fichiers inexpliqués de La Nasa », débutée le 2 mars 2014.

 

Une explication terre-à-terre est proposée pour l'observation de Chiao. Il s’agirait de lumières en provenance d'un bateau de pêche situé à des centaines de miles en dessous de l’astronaute.

 

Chiao déclare :

« Je suis sceptique par rapport à l’idée que nous ayons pu être visités par des Aliens venant d'une autre planète ou dimension, mais je n’exclus pas ces hypothèses à 100%. J'ai l’esprit ouvert et je crois que la vie existe dans l'univers. »

 

L’émission consacrée aux " Fichiers inexpliqués de La Nasa " met en lumière l’éventualité que des astronautes aient pu observer des ovnis durant leurs missions spatiales.

 

Il existe une pièce photographique de présumées preuves des ovnis capturés lors de la mission Apollo 16 de 1972 sur la lune au moment où les astronautes revenaient sur Terre et dont l’un des films montrait un objet fascinant situé au-dessus de la surface lunaire, quelque chose qui ressemblait beaucoup à une soucoupe volante "classique".

 

Ce dont on est certain c’est que l'astronaute Leroy Chiao est convainque que ce qu’il a observé depuis l’ISS n’était pas des lumières provenant d’un bateau de pêche.

 

Source La vérité est ailleurs

dim.

09

juil.

2017

JT Ovni en France - Juillet 2017

 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région.

 

L'édition est présentée par Rémy Fauchereau et Gilles.T

- Les Rendez-vous d'odhtv du 10 juin 2017 dans l'Yonne avec Rémy Fauchereau de l'AEPA, Yves Herbo du site Sciences, Fictions et Histoire et Bernadette

- Les Rencontres Ufologiques de Valensole 2017 avec Maurice Chaspoul, Mathieu Ader d'UFO Science, Adrien de The Bushcraft Spiritual, Hervé de Monde Mystérieux et Guy de l'association Ain Ovni

- Interview du mois: Guy de l'association "Ain Ovni"

- Astuces du veilleur: ISS avec Gaëtan

- Actu Ovni en France avec Rémy Fauchereau

- Dossier du mois: Ovni dans le Cher 3 avec Yann de l'OCF, Rémy Fauchereau de l'AEPA et Joël Mesnard, ufologue. 

 

ven.

07

juil.

2017

Un OVNI Cigare prend en chasse un hélicoptère militaire US !

 

Dans la nuit du 18 octobre 1973, le capitaine Lawrence Coyne, pilote militaire d'hélicoptère, a fait une surprenante rencontre avec un objet volant non-identifié de 18 mètres de long environ, de couleur grise, en forme de cigare près de Mansfield, Ohio, USA.

mer.

05

juil.

2017

Retour sur va Vague Belge d'OVNIS de 1989 à 1991

 

Le 29 novembre 1989, dans l'Est de la Belgique, de nombreux témoins, dont des policiers, signalèrent avoir vu des OVNIS dans le ciel, ce qui fut le début de ce que l'on nommera par la suite "la vague Belge" qui dura en tout 18 mois.

 

En général, les témoins déclarent avoir observé une forme triangulaire aux angles arrondis, un éclairage identique (trois phares aux extrémités du triangle et un phare rouge au centre) et un déplacement sans ou avec très peu de bruit...

 

0 commentaires

mar.

04

juil.

2017

La science aux frontières du réel avec l'astrophysicien Jean-Pierre PETIT - 04 Juillet 2017

0 commentaires

mar.

04

juil.

2017

Des images incroyables d'un aéronef transparent dans le ciel de Kaufman, au Texas, ou phénomène optique ? - 04 juillet 2017

 

En conduisant sur la route 175 près de Kaufman au Texas, le témoin a remarqué un objet brillant dans le ciel.

 

Au début, il pensait qu'il s'agissait d'un avion, mais il n'y avait aucun son et cela paraissait assez étrange car l'objet ne bougeait pas.

Il a rapidement pris deux photographies successives de l'objet brillant avant qu'il ne disparaisse soudainement. 

 

Après avoir regardé les images, il a été choqué par ce qui apparaissait  sur la photo : un objet qui ressemble à un aéronef translucide !

 

Les images ont été prises l'année dernière, le 19 juillet 2016 et soumises à l'avis du Mufon, affaire classée N° 84792.

 

 

Cela nous rappelle l'image étonnante capturée par un résident de Vienne en Autriche en 2014 d'un immense vaisseau transparent flottant au dessus des nuages pendant 2 minutes avant son départ.

 

 

L'avion transparent est -il une vision de l'avion du futur ?

 

Cependant on ne peut éliminer un phénomène optique.

 

lun.

03

juil.

2017

Jacques Vallée, Ovnis et radio-isotopes

 

Jacques Vallée est l'un des témoins et surtout l'un acteurs les plus actifs de l'Ufologie mondiale  depuis les années 1940

 

Il était à Paris pour faire le point sur ces dernières recherches  lors d'une conférence  le 26 juin 2017.

 

 

Cela nous donne l'occasion de faire à nouveau le point sur l'ufologue français le plus célèbre qui baigne dans cette recherche depuis tout jeune. 

 

Jacques Fabrice Vallée est  né en France et il vit maintenant dans la région de San Francisco.

 

Adolescent, à Pontoise, Vallée fait une 1ère observation : une soucoupe classique, argentée, réfléchissant le Soleil, avec une sorte de dôme transparent dessus. Un ami à lui habitant à 1 km de là voit le même objet aux jumelles. Tous deux ne s'expliquent pas leur observation, mais Vallée pense à l'époque à un prototype secret  .

 

Vallée part à Lille pour une maîtrise d'astrophysique.

 

Au cours de son travail astronomique, Vallée observe des ovnis.

 

En 1961, il les suit et les vise au théodolite, comme nombre de ses collègues :

 

Les objets que nous suivions au théodolite n'étaient pas spectaculaires. Ils se comportaient comme des satellites artificiels, mais leur orbite était rétrograde et l'on arrivait presque jamais à les retrouver. A cette époque, aucun pays au monde n'avait de fusée assez puissante pour lancer un satellite rétrograde. Et la probabilité était infime pour qu'il s'agisse d'astéroïdes capturés par hasard par l'attraction terrestre (les américains ont dans leurs dossiers des plaques photographiques montrant un de ces satellites inconnus

sur 2 orbites successives)  .

 

Mais ce qui étonne le plus Vallée, c'est le comportement des scientifiques qui l'entourent :

leur unique préoccupation est d'éliminer ces observations en les niant.

Après avoir apporté la preuve que de tels objets ne peuvent être des avions, il assiste un jour dans un grand observatoire à la destruction des bandes magnétiques d'objets non identifiés observés pendant la nuit.

 

Outré, il déclarera à ce sujet :

 

"L'attitude du directeur de l'observatoire était non scientifique." A l'automne 1962, suite à ce choc, et dégoûté de la politique française en général, il décide de quitter la France aux Etats Unis. "

 

 

Il a participé en 2014 au CAIPAN organisé par le GEIPAN les 8 et 9 juillet :

" le CNES a réuni à Paris des scientifiques et des ufologues  pour un atelier sur les méthodes et outils susceptibles d’améliorer la Collecte et l’Analyse des Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés (CAIPAN). Cette rencontre internationale a permis pour la première fois d’associer l’expérience des associations d’ufologie aux recherches en psychologie et astronomie, ainsi qu’à l’expertise de la Gendarmerie nationale et de l’Armée de l’air"

 

 

 

Ceci dit, Jacques Vallée avec Bertrand Méheust sont  les deux intellectuels qui  nt permis de comprendre que le phénomène ovni n'avait rien de farfelu et que dans certains cas, les témoins vivaient de vraies expériences extraordinaires.

 

Ces deux chercheurs ont aussi abouti à la conclusion qu' entre la crédulité extrême des uns et l'hyper-rationalisme des autres existe une troisième voie qui est celle de la quête de la connaissance.

 

Et cette quête n'a pas besoin de se faire au vu et au su de tout le monde.

 

 

Revenons à cette dernière conférence qui était un peu la suite de celle de novembre 2000 avec le CENCES où il avait exposé les cas d'ovnis ayant rejeté du métal fondu.

 

Cette fois-ci il apporta des éléments d'étude de quelques uns de ces cas avec la proportion d'isotopes de ces fragments métalliques afin de déterminer une différence avec la proportion terrestre normale.

 

Les résultats d'analyses ont été réalisées par lui en laboratoire.

 

Donc, dans certains cas, les échantillons correspondent aux normes naturelles, et dans d'autres cas non.

 

Pas de doute, nous sommes bien dans le cadre du phénomène OVNI.

On remarquera qu'il n'y a pas d'isotopes "exotiques".

Ce sont les proportions des isotopes qui varient.

 

On remarquera que pour "Muestra-B", Mg(24) arrive en première position, Mg(26) en seconde, et Mg(25) en troisième position pour les trois (naturel,+ 2 "exotiques"). 

 

On remarquera aussi la présence identique du sodium et du silicium...

 

Idem pour "Sierra-1", Ti(48) est le plus important, Ti(46) et Ti(50) sont très similaires.

 

Pour les autres isotopes, les écarts ne semblent pas très significatifs.

 

Bref, si ces échantillons exotiques ont vraiment été produits par des ovnis, ils pourraient démontrer que ces phénomènes changeraient la composition en isotopes de matériaux bien de chez nous...Il faudrait donc regarder quelle réaction nucléaire est à considérer ici...On pourrait trèa bien avoir de drôles de surprises (notamment avec l'âge des échantillons...) 

 

 

Mr Jacques Vallée a invité les chimistes et labos à partager leurs avis et leur savoir sur cette question.

 

Il les a également invité à analyser les rares échantillons en sa possession pour comparaison des résultats.

 

La conférence  fut filmée et peut-être que nous disposerons de son intégralité sur le net.

 

 

Concernant les isotopes  (magnésium, titanium) la littérature scientifique est très claire à ce sujet.

 

Les pourcentages d'isotopes stables (3 isotopes stables pour le magnésium) ne sont pas figés dans le temps et peuvent aussi varier ici même sur Terre d'un endroit à l'autre.

 

Ce qui fait que par exemple le nombre de masse (=nbre de protons + nbre de neutrons) de l'oxygène qui est 15,9994

(calculé à partir des pondérations en fonction de l'abondance relative de ses isotopes stables 16, 17 et 18 et des 9 autres radio-isotopes) peut varier (même si cette variation est très très petite) d'un endroit à un autre en fonction de facteurs climatiques par exemple.

 

Un exemple ici pour l'isotope O(18) en fonction du temps:

 

 

Ces variations sont donc connues en géologie et elles concernent tous les éléments.

 

Maintenant, la question qu'il faut se poser est la suivante : 

 

Est-ce que ces variations naturelles peuvent expliquer ce que l'étude de Jacques Vallée  a identifié comme écart ?

 

Et bien il semblerait que ce n'est pas le cas...

 

 C'est qu'une étude scientifique (voir ici) prouve bien que des variations naturelles pour le magnésium existent bel et bien mais elles sont vraiment très très faibles par rapport aux variations soulignées par l'étude de Jacques Vallée :

 

Cliquer pour agrandir

 

 

Comme élément de réponse nous avons en main une étude scientifique qui établit très clairement les variations de l'abondance isotopique.

 

Alors nous avons là la possibilité de comparer des pommes avec des pommes.

 

 

Les calculs ne sont pas compliqués; nous allons utiliser l'équation ci-dessous.

 

Si on se base sur la méthodologie décrite plus haut(i=26 et j=24), pour le premier échantillon exotique,

 

on trouve delta(26Mg)= 1176 o/oo.

 

Quand au second : delta(26Mg)= 822 o/oo.

 

A comparer avec delta(26Mg)= -1.95 o/oo

 

qui constitue la variation la plus importante de l'isotope Mg(26) connue à ce jour  !!

 

 

Remarque :  

 

Il y a deux erreurs mineures dans les données.

 

Pour l'échantillon "Shard 3a", le total dépasse 100% !

 

Aussi, pour la référence et en raison des chiffres significatifs, on devrait avoir Mg(26)=11.01 et Mg(24)=78.99 ou si on arrondit à un chiffre après la virgule: Mg(26)=11.0 et Mg(24)=79.0.

 

Mais ceci ne change rien au fait que les écarts établis par JV sont vraiment intrigants...

 

 

Les écarts sont donc très significatifs pour le magnésium dans le cas des deux échantillons exotiques analysés...

 

On comprend mieux maintenant la conclusion de JV pour le magnésium:

 

"Ratios are significantly different from terrestrial". cheers 

 

Ceci dit, nous savons aujourd'hui que certains ovnis semblent rejeter ces matériaux.

 

Nous avons donc les possibilités suivantes:

 

- Un processus physique pourrait être à l'origine de la transmutation de certains isotopes stables.

Ceci suppose des réactions nucléaires qui seraient initiées par l'ovni lui-même.

Or, nous avons de très nombreux cas crédibles (exemple le très fameux cas de Cash-Landrum de 1980 au Texas) où les témoins ont rapportés avoir subi des lésions et des effets physiologiques ressemblant à ceux que causerait la radioactivité (liée à des isotopes instables dont la durée de vie pourrait être très courte).

 

- Ces variations pourraient aussi être dues au fait que le matériau rejeté pourrait provenir d'un "autre endroit spatio-temporel" où ces taux seraient différents.

 

Ceux qui connaissent les idées de Jacques Vallée sur le phénomène comprendront l'intérêt que ce dernier porte å ces analyses et la raison qui le pousse à ne pas vouloir conclure.

 

Maintenant, prenons le cas du titanium.

 

Est-ce que les écarts identifiés par JV sont aussi significatifs comme le sont ceux du magnésium ?

 

 

Voici ce que l'on trouve sur le site de l'AIEA

 

 

Ti(47) = 7.44+-0.02% |  JV trouve 5.33 % et 3.83%

 

Ti(49) = 5.41+-0.02 % | JV trouve 6.30% et 6.70%

 

Avec la formule suivante, l'importance des écarts est encore plus évidente !

 

 

>  Pour Ti(i=47)(j=48), on a delta(47TI)= -285.44 o/oo et                                                            delta(47TI)= -504.31 o/oo

 

comparés

 

à un delta(47TI) maximal de 3.10 o/oo accepté par l'AIEA

 

 

>  Pour Ti(i=49)(j=48), on a delta(49TI)=161.52 o/oo et                                                             delta(49TI)=192.51 o/oo

 

comparés

 

à delta(49TI) maximal de 4.11 o/oo accepté par l'AIEA

 

CONCLUSION 

 

Même si on doit prendre en compte les variations des taux d'abondance des isotopes du magnésium et du titanium sur la planète Terre, les écarts identifiés s'avèrent comme étant clairement très significatifs. 

 

Maintenant, il va falloir répliquer l'analyse de JV puis devoir expliquer l'origine des écarts.

 

 

C'est qu'ils ne sont pas supposés du tout exister sur notre belle planète !!

 

0 commentaires

lun.

03

juil.

2017

Les Programmes Spatiaux Secrets : Le DARPA - 03 juillet 2017

 

Et si on parlait Vraiment d'Ufologie #05 - Les Programmes Spatiaux Secrets (SSP) : Le DARPA avec Marc Gray, PAM & Jean-Christophe

lun.

03

juil.

2017

Le dossier troublant des implants extraterrestres - 03 juillet 2017

lun.

03

juil.

2017

Un Ovni triangulaire passe devant la Lune - 03 juillet 2017

 

Le 17 juillet 2016, un OVNI surprenant a été filmé alors qu'il passait juste devant la Lune. La vidéo a été prise depuis la France et demeure inexpliquée.

 

Ces images ont été publiées sur YouTube le 1er juillet 2017 par un homme prénommé George. Celles-ci nous montrent, un objet volant non identifié de forme triangulaire se mouvoir à une vitesse relativement importante le ciel.

 

L'OVNI n'émet aucune lumière et aucune trace quelconque n'est visible derrière lui. En outre, il semble se déplacer verticalement.

 

Que pensez-vous de ces images ?

 

jeu.

29

juin

2017

Une connaissance spirituelle essentielle: les deux sortes d’entités perceptibles physiquement - 29 juin 2017

Article de Daniel Harran 

 

Tous les phénomènes considérés comme mystérieux – du type ovnis, cropcircles, pierres mouvantes, chutes de pierres, disparitions d’objets et autres MIDIM – sont aujourd’hui incompréhensibles par la science et sont rangés dans la catégorie des phénomènes paranormaux.

 

Or Rudolf Steiner, fondateur du mouvement spirituel de l’Anthroposophie, qui fait partie de ces hommes remarquables qui ont jalonné l’histoire de l’humanité, a écrit :

 

« Le monde devient plus compréhensible quand on prend connaissance de la réalité décrite par les perceptions suprasensibles, que l’on ait soi-même ces perceptions ou pas, mais en acceptant leur existence.

Tous les phénomènes mystérieux prennent sens quand on prend en compte la réalité des âmes humaines et des êtres élémentaires dans le plan éthérique élémentaire. »

 

Il était lui-même clairvoyant et avait donc la capacité de percevoir directement les êtres présents dans le plan éthérique élémentaire, qui est au-delà du monde matériel sensible.

 

Toute sa vie, il a œuvré pour faire connaître ce monde invisible, peuplé d’une part par des âmes humaines défuntes prisonnières de ce plan, d’autre part par des êtres élémentaires, mais il semble qu’il ne se soit jamais exprimé publiquement sur la nature des phénomènes de type ovni.

 

Il est vrai qu’on en parlait beaucoup moins de son vivant.

 

 

Des âmes humaines errantes

 

La science spirituelle enseigne que, après avoir quitté le plan matériel avec le décès du corps physique, les âmes humaines séjournent pendant trois jours environ dans le plan éthérique, avant de poursuivre leur évolution dans le plan astral.

 

Cependant, certaines âmes humaines restent prisonnières du plan éthérique élémentaire, qui est situé entre le plan éthérique (subtil) et le plan matériel (dense), et restent bloquées dans leur évolution, parfois pendant de longues durées.

 

C’est le cas des âmes qui étaient très attachées au monde matériel, soit aux lieux où elles avaient vécu (leur maison souvent), soit aux êtres humains aux côtés desquels elles avaient vécu.

 

Le plan éthérique élémentaire étant proche du plan matériel dense, ces âmes humaines peuvent alors se manifester sous des formes partiellement densifiées ou bien par des sons, si leur énergie le permet, et peuvent ainsi être perçues par les hommes.

 

Ce sont par exemple des portes qui grincent, des coups sur un mur, des bruits de pas ou des lueurs, la nuit le plus souvent, quand la maison est calme, ou encore un souffle d’air.

 

Selon le niveau de densification de ces âmes et le niveau de perception du témoin, ces manifestations peuvent apparaître sur une photographie seulement, sans que l’œil humain les ait perçues.

 

Dans tous les cas, ces âmes restent très proches des lieux qu’elles avaient habités de leur vivant et leur action se limite à errer dans ces lieux, – à les hanter -, parfois pour se rappeler à la mémoire des vivants.

 

C’est là la véritable explication des visions de fantômes et des manifestations paranormales dans les maisons.

 

Il faut comprendre que dans tous les cas ces âmes humaines errantes sont en souffrance.

 

Leur conscience a quitté leur corps physique mais leur attachement excessif au monde matériel les empêche d’en prendre conscience : elles n’ont pas compris qu’elles étaient mortes.

 

Ces âmes restent alors bloquées dans un lieu ou une maison, jusqu’à ce que leur énergie se dissipe ou qu’un « passeur

d’âmes » les aide à prendre conscience de leur situation et à poursuivre leur évolution.

 

Un exemple de telles manifestations a été rapporté et analysé dans l’article de ce blog daté du 12 décembre 2016 (Présences de nuit dans les maisons : des MIDIM).

 

 

Des êtres élémentaires

 

Les manières de se manifester de ces âmes humaines sont donc très différentes de ce que les témoins d’ovnis ou autres MIDIM rapportent : des phénomènes le plus souvent ostentatoires, – qui cherchent à attirer l’attention des hommes dans des lieux très divers, sous des formes très diverses, dans des conditions très diverses -, et surtout visibles à l’œil nu.

 

La phrase de Rudolf Steiner confirme donc parfaitement l’interprétation proposée dans la présente étude :

 

les ovnis et les phénomènes apparentés, qui sont des manifestations intelligentes non-humaines et donc issues du monde invisible, doivent être attribués à des êtres élémentaires, qui vivent dans le plan élémentaire.

 

D’ailleurs, cette appellation de plan élémentaire exprime bien qu’il est occupé par les êtres élémentaires.

 

Les êtres de la nature sont une catégorie de cette grande famille des êtres élémentaires, ce sont ceux qui sont présents dans les éléments de la nature et, en particulier, dans le règne végétal.

 

Comme pour les âmes humaines, c’est la proximité du plan élémentaire avec le plan matériel qui permet aux êtres élémentaires (et donc aux êtres de la nature) de se manifester aux yeux des hommes, pour leur rappeler leur existence.

 

Ces manifestations, qui impliquent une densification de la matière, nécessitent une certaine énergie et sont donc le plus souvent de courte durée.

 

Et comme toute règle a ses exceptions, on peut rappeler que l’auteur du double agroglyphe de Chilbolton (2001) s’était présenté dans son message codé comme appartenant à l’espèce humaine, bien que présent dans le plan spirituel.

 

L’analyse avait montré, sur la base de connaissances (souvent méconnues) sur la nature humaine du point de vue spirituel, que c’était un être humain non incarné mais parvenu à un niveau d’évolution très élevé, qui avait décidé d’envoyer à l’humanité un signe de sa présence.

 

 

L'interprétation sur le lien ci-dessous sur ce site

 

 

Interprétation du double agroglyphe de Chilbolton (2001) 

 

Une connaissance spirituelle capitale

 

On peut ajouter que les autres entités des mondes invisibles, telles par exemple que celles appelées anges, archanges, etc., par la tradition chrétienne, sont présentes dans le monde spirituel.

 

Étant plus éloignées du monde matériel, elles n’ont pas la possibilité de se manifester directement dans celui-ci, comme peuvent le faire les entités précédentes.

 

Après avoir rappelé cette connaissance spirituelle, on se rend compte qu’en effet, comme l’exprimait Rudolf Steiner, les phénomènes soi-disant mystérieux deviennent compréhensibles quand on a cette connaissance et que l’on accepte la réalité des êtres élémentaires dans le plan élémentaire, tout proche du monde matériel.

 

Que l’on en ait soi-même la perception ou pas, elle est parfaitement cohérente avec toutes les observations, ce qui permet de la valider.

 

Même si elle n’était pas exprimée dans ces termes, cette connaissance spirituelle était présente dans les connaissances traditionnelles et religieuses qui témoignent de l’existence des êtres de la nature et ont constitué le socle de cette étude.

 

Mais les hommes de notre époque moderne sont trop enfermés dans la vision matérialiste du monde et, en conséquence, ignorent cette connaissance spirituelle.

 

 

D’où l’hypothèse extraterrestre proposée par la science, qui est tout à fait logique mais repose sur l’ignorance de l’existence des mondes invisibles (monde éthérique élémentaire, monde éthérique, monde astral, monde spirituel).

 

Seules les personnes ouvertes à l’existence des mondes invisibles peuvent acquérir une compréhension correcte des manifestations issues de ces mondes.

 

 

jeu.

15

juin

2017

L’énigme des batteries de Bagdad - 15 Juin 2017

 

Des piles de plus de 2 000 ans, cela semble invraisemblable, non ? Apparemment. Cependant, les Perses, utilisaient déjà l’énergie électrique il y a 2 000 ans.

 

Dans les années 1930, l’archéologue autrichien Wilhelm König a découvert dans les sous-sols du Musée national d’Irak à Bagdad une poterie de 15 cm de haut pour un diamètre d’environ 7,5 cm.

 

Cette poterie remonterait à l’an 224 avant J.-C. Quelques-unes ont été découvertes dans les ruines de Khujut Rabu près de Bagdad et dix autres à Ctésiphon.

 

Les sceptiques essaient d’expliquer certains artefacts par des phénomènes naturels. Mais dans le cas de la pile électrique de Bagdad, on ne peut pas nier que cet objet a été créé par des mains humaines.

 

Pas encore Duracel, mais…

 

« Ces batteries ont toujours suscité intérêt et curiosité », a déclaré le Dr Paul Craddock, métallurgiste du British Museum, à de la BBC en 2003.

 

« Elles sont uniques. Aussi loin que nous cherchons, personne n’a jamais trouvé quelque chose comme ça. Elles tombent complètement hors ligne ; elles sont l’une des énigmes de la

vie ».

 

Les batteries ont été construites sur le principe de l’électrolyse.

 

Dans une poterie vide, un tube de cuivre a été branché en bas avec de l’asphalte.

Dans ce tube, un électrolyte a été ajouté et on a mis en suspension une tige de fer.

Entre le cylindre en cuivre et la barre de fer, la tension pouvait être exploitée.

La tige de fer était enfoncée dans un bouchon en asphalte fermant le récipient.

L’asphalte, isolant souple et imperméable à l’eau, était idéal pour ce type de construction.

 

Un appareil électrique, relié à la tige de fer d’un côté et au tube de cuivre de l’autre côté, pourrait donc être alimenté en énergie.

 

Des répliques montrent que cette batterie aurait pu produire plus d’un volt. On pourrait même obtenir des tensions plus élevées en combinant plusieurs batteries.

 

 

 

Les archéologues restent toutefois divisés sur l’utilisation réelle de l’objet : même si plusieurs expériences ont prouvé que celui-ci pouvait délivrer un courant électrique, le faible rendement de celui-ci, ainsi que certains détails (absence de fils électriques/points de connexion, fermeture hermétique du vase, niveaux de connaissances à cette époque) seraient des arguments défavorables à l’utilisation de l’objet en tant que pile.

 

Smith College : « Probablement une batterie »

 

 

Le collège Smith dans le Massachusetts a fabriqué une réplique de cette poterie.

 

Dans un post sur le site Web du Collège on lit : « Il n’y a aucune trace écrite de l’exploitation de la jarre. Mais au vu de nos connaissances actuelles, il semble que ce soit une sorte de batterie. »

 

Certains scientifiques pensent que cette sorte de batterie a pu être utilisée pour revêtir des objets métalliques avec de l’or.

 

Cela a du sens dans le contexte où en Égypte, il y a 2 000 ans, on savait fabriquer de très beaux bijoux en plaqué or.

 

Une pratique qui trouve encore son application en Irak aujourd’hui.

 

lun.

12

juin

2017

Un Nouveau Télescope détecterait des Extraterrestres et d’Autres Entités invisibles sur Terre - 12 juin 2017

Les entités énergétiques orageuses ont été révélées par le télescope Santilli qui est capable de repérer des entités à base d’anti-matière.

 

 

Les verres du télescope sont très différents de ceux disponibles dans des labos de recherche. Les rapports indiquent qu’il y a une présence massive de fantômes, démons et même d’extraterrestres sur Terre.

 

ven.

09

juin

2017

Des Ovnis laissent une empreinte au sol sous forme d'agroglyphes - 09 juin 2017

 

Un fermier canadien est témoin de l'apparition de mystérieux engins volants en forme de dômes qui laisseront des cercles de culture dans son champ avant de repartir... (Langenburg, Canada, 1974).

jeu.

08

juin

2017

Des Rods filmés - 08 Juin 2017

 

LES RODS

 

Les RODS sont des Objets volants non identifiés en forme de tiges et le débat concernant leur origine est encore plus houleux que celui des soucoupes volantes.

 

RODS est un terme anglais désignant " bâtonnets ".

 

Ils sont découverts pour la 1ère fois le 19 mars 1994 par José Escamilla lors de la réalisation d'un film vidéo.

 

Ils se déplacent très rapidement à une vitesse que l'on estimerait entre 500 et 1500 km/h.

 

C'est en voulant filmer des OVNIS à Midway (Nouveau-Mexique) qu'il est tombé sur ce phénomène étrange.

 

Selon J. Escamilla, les RODS se répartiraient en 3 catégories :

1) Baguette blanchâtre ayant donné le nom de

" ROD "

2) Sortes de mille-pattes avec des appendices, des " ergots " équidistants, des ailettes ou des spirales sur tout le corps.

3) Forme de flèche très fine sans appendice du tout.

 

Ils ont tous une forme globalement cylindrique et auraient une couleur jaune ardent, blanc ou brun et sont dits " translucides ".

 

On ne les remarque, dans la majorité des cas, que lors de la visualisation d'un film, et semble invisible à l'œil nu.

 

Leur taille irait de 15 cm à 3 mètres.

 

Ils évoluent généralement dans le milieu aérien même si on affirme les avoirs filmés sous l'eau.

 

Des RODS ont été "capturés" sur film dans le monde entier : Chine, Corée, Grande-Bretagne, États-Unis, Suède, Finlande, Canada, Hawaï, République Dominicaine, Philippines, Mexique…

 

Des lieux tels que les cascades, ou par exemple San Luis Potosi (Mexique) seraient le théâtre de nombreuses apparitions de RODS.

 

D'où peuvent-ils venir et quelles sont les hypothèses que nous émettons aujourd'hui à ce sujet ?

 

L'Hypothèse de l'insecte où de l'oiseau :

 

Ils voleraient si vite que leur image deviendrait floue sur la pellicule.

Mais pourquoi lorsqu'on fait un arrêt sur image ou ralentit, on n'en voit pas exactement l'oiseau ou l'insecte ? 

 

Il s'agirait, selon Rob Whithead, d'insectes terrestres qui auraient pu évoluer selon deux modes différents.

 

Pourquoi pas ?

 

Selon " Science et Vie ", les RODS sont tout simplement des insectes passant près de la caméra alors qu'on a l'impression qu'ils sont loin dans le ciel.

 

L'Hypothèse du reflet de l'objectif de la caméra 

 

 

Cela serait causé par la lumière du soleil.

 

Mais comment ça pourrait donc bouger aussi rapidement et naturellement donc et d'une manière intelligente?

 

 

L'Hypothèse du défaut de la pellicule 

 

 

Cela parait illogique dans la mesure où on a des lieux bien particuliers (la grotte aux hirondelles,…) en proie à des observations de RODS, sans compter le reste. 

 

 

L'Hypothèse de l'univers parallèle

 

 

L'autre théorie serait que les Rods soient issus d'un univers parallèle que l'on capte grâce aux nouvelles technologies.

 

Mais il n'y a aucune étude scientifique sur le sujet. Les Rods rejoignent un autre phénomène, les ORDS, qui sont des taches de lumière qui existent sur les photos et les vidéos."

 

 

L'Hypothèse militaire

 

 

A supposer qu'il s'agisse d'une technologie militaire, comment se fait-il qu'on en trouve plus particulièrement prés de certaines grottes et cascades.

 

À moins que ça soit pour faire diversion afin d'induire en erreur le public.

 

 

L'Hypothèse du canular 

 

 

Il y a trop de vidéos amateurs venant de la planète entière pour faire croire à un canular.

 

 

L'Hypothèse extraterrestre

 

 

Il pourrait peut-être s'agir d'un animal extrémophile venu de l'espace et tombé par hasard sur la terre.

 

Ce qui expliquerait qu'on ait du mal à expliquer ce phénomène pour le moment.

 

L'autre hypothèse exotique serait que des ET les aient envoyé sur terre afin de mieux nous observer et analyser.

 

Il s'agirait, pour eux, d'un genre de drone que nos armées utilisent pour espionner.

 

Il est difficile de sérieusement orienter le lecteur concernant ce phénomène étant donné le manque d'information à ce sujet.

 

0 commentaires

mar.

06

juin

2017

Un roman de science-fiction de 1949 nomme le leader de la civilisation martienne « Elon » - 06 Juin 2017

 

Musk sera-t-il le prochain visionnaire des temps modernes dans le domaine spatial  et technologique ?

 

 

En 1949, le spécialiste en fusée Wernher von Braun a écrit un livre de science-fiction sur la première mission de l’humanité vers Mars.

 

Von Braun a utilisé ses connaissances techniques considérables pour écrire Project Mars: A Technical Tale. Dans son histoire, dans les années 1980, dix grands vaisseaux spatiaux font le voyage, un projet qui exige «plus de 1000 vols dans l’orbite terrestre» afin de «construire, approvisionner et alimenter ces dix vaisseaux et c’est une coopérative internationale projet ».

 

Lors du Congrès international d’astronautique au Mexique, Musk a montré sa vision d’une fusée géante qui pourrait mener des hommes et des femmes à la planète rouge «dans quelques années».

 

« Nous devons partir de ces premières missions exploratoires pour vraiment construire une ville », a-t-il déclaré au public au centre d’exposition à Guadalajara.

 

Musk a exposé une vidéo futuriste représentant son concept d’un système de transport interplanétaire basé sur la réutilisation des fusées, un propulseur sur Mars et 1000 engins spatiaux en orbite, portant 100 personnes chacune.

 

 

Le vaisseau spatial aurait des restaurants, des cabines, des jeux sans gravité et des films. « Ça doit être amusant ou excitant. Ça ne peut pas être ennuyant », a-t-il dit.

 

Le premier vol serait coûteux, mais le but est de «rendre accessible à quiconque veut y aller», abaissant le prix d’entrée à chaque fois jusqu’à atteindre 100 000 $, a déclaré Musk.

 

Des millions de tonnes de cargaison seraient également nécessaires pour décoller à bord de la puissante fusée, décrite par lui comme une «version à grande échelle de la fusée Falcon 9», le système actuel de l’entreprise qui peut atterrir à la verticale.

 

mar.

06

juin

2017

Des nanospirales métalliques vieilles de 20 000 ans ? 06 Juin 2017

 

Les minuscules spirales métalliques déterrées en Russie provoquent toujours de nombreux débats houleux sur Internet.

Nombre d’entre elles défient la technologie des métaux d’aujourd’hui.

 

Ces pièces métalliques minuscules ont été trouvées à une profondeur de 3 à 12 mètres et sont âgées entre 20 000 à 300 000 ans.

 

Elles ont été découvertes lors d’études géologiques d’extraction d’or, dans les montagnes de l’Oural, près des rivières Kozhim, Narada et Balbanyu en 1991.

 

Ces objets signifieraient-ils qu’une culture préhistorique sophistiquée dominait déjà la nanotechnologie ?

 

En fait, ces spirales n’ont pu être créées que par des mains humaines.

 

 

Ces trouvailles sont faites de tungstène et de molybdène

 

Parmi les trouvailles, on trouve des morceaux de bobines, des spirales, des tiges et autres éléments non identifiables.

 

Selon une analyse de l’Académie russe des sciences à Syktyvkar, les plus gros éléments sont en cuivre, les plus petits en tungstène ou molybdène.

 

 

La taille des pièces varie entre trois centimètres et trois millièmes de millimètre (de la taille de bactéries).

 

Elles ressemblent étonnamment à des éléments de constructions miniatures comme on en voit dans la nanotechnologie.

 

Des vestiges de missiles russes ?

 

L’hypothèse évidente que ces petites structures seraient des restes de tests de missiles, à proximité du site de Plesetsk, a également été discutée.

Un Institut de Moscou a alors communiqué que ces parties métalliques étaient trop vieilles pour correspondre aux productions modernes.

Par ailleurs, EW Matvejeva, du Département central de recherche scientifique de géologie et du développement de métaux précieux à Moscou, a écrit en 1996 que ces éléments devaient, malgré leur âge considérable, avoir une origine technologique.

 

Les pièces ont été trouvées dans les couches sédimentaires profondes de trois à douze mètres, dont l’âge géologique a été estimé entre 20 000 et 318 000 ans.

 

Comment les hommes auraient-ils pu fabriquer ces petits composants, dans un passé si lointain et à quoi servaient-ils ?

 

 

Pour certains, ces artefacts sont la preuve que la race humaine dans le Pléistocène (l’Âge de Glace) a connu une période technologiquement avancée.

 

Pour d’autres, ils pourraient être l’œuvre des extraterrestres.

 

Un représentant connu de cette thèse est le Suisse, Erich von Däniken , qui a exposé quelques-uns des ooparts (« objet hors contexte ») au parc de Jungfrau à Berne.

 

Ces artefacts russes ont été étudiés par des instituts à Helsinki, Saint-Pétersbourg et Moscou.

 

Les recherches ont été interrompues en 1999 avec la mort de Johannes Fiebag, un expert dans ce domaine.

 

dim.

04

juin

2017

Les ovnis en Eure-et-Loir et Nord Pas-de-Calais - 04 Juin 2017

 

Elles fascinent et effrayent à la fois. Les histoires de soucoupes volantes ont, de tout temps, attisé la curiosité. Certaines affaires ont été prises très au sérieux, notamment en Eure-et-Loir.

 

 

À la suite d’une vague de flying saucer (soucoupes volantes), observée en 1947 par l’aviateur américain Arnold, pionnier en la matière, la contagion des extraterrestres gagna le monde. Il n’y avait donc aucune raison pour qu’elle épargne le ciel du département.

 

"Apparition de mystérieux engins dans le ciel"

 

Titrant sur « les soucoupes volantes dans la région chartraine », la presse se fit un devoir de rapporter les témoignages sur « l’apparition de mystérieux engins dans le ciel ».

 

Au-dessus de la cathédrale, à 18 h 40, le mercredi 4 juin 1952, des ouvriers virent un instant un « disque blanc » qui prit soudain de l’altitude « en tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre ».

 

 

Une traînée lumineuse

 

Si l’on suit les époux Descazaux, « le disque » dont la dimension était celle d’une assiette, avait des contours « très nets » qui rendaient impossible la confusion avec un avion.

 

Le même jour, la femme Faure, vers 8 h 20, aperçut en direction du terrain d’aviation et au-dessus de l’usine à gaz une traînée lumineuse qui « brillait comme de l’argent et dessinait une sorte de “S” », semblable à un ruban, de longueur assez faible.

 

Elle ne pouvait provenir d’un avion à réaction asséna un fonctionnaire des PTT ; pas du tout, contesta un Maintenonais pour qui les traînées blanchâtres étaient comparables à celles laissées par les chasseurs anglais pendant la guerre.

 

Un disque jaune pâle se déplaçant sans bruit

 

Plus fort encore, vers minuit, la femme Breton-Coudière d’Ymonville avait nettement distingué dans le ciel étoilé un disque jaune pâle se déplaçant sans bruit et qui abandonnait derrière lui de petits flocons.

 

Aucun Chartrain n’eut la chance de vivre l’aventure de l’américain Georges Adamski : la même année, le 20 novembre, alors qu’il pique-niquait dans le désert, un astronef se posa,

une créature « aux cheveux longs » en sortit et se présenta à lui comme un Vénusien.

 

Il en fit un livre, Les soucoupes volantes ont atterri, un best-seller traduit en dix-huit langues, que d’aucuns tiennent encore pour vrai…

 

 

Alexandre Ananoff avait « vu de ses yeux vus » une soucoupe volante dans le ciel drouais

 

19 août 1965. Cette fois, c’était sûr.

 

Lauréat en 1950 – un an avant Von Braun – du prix international d’astronautique, autodidacte de génie et auteur de plusieurs ouvrages de renom, Alexandre Ananoff avait « vu de ses yeux vus » une soucoupe volante dans le ciel drouais.

 

Le scientifique qui était, selon L’Écho Républicain, « tout le contraire d’un rêveur ou d’un fantaisiste », avait été alerté à 20 h 05 par son fils : du jardin de leur propriété de Fermaincourt, il avait remarqué une étrange lueur dans le ciel estival, vierge de tout nuage.

 

Muni de jumelles, Ananoff observa un engin d’une intensité lumineuse de deux à trois fois celle de Vénus, donnant

« l’impression d’une opaline transparente » et qui se déplaçait sans bruit à une vitesse prodigieuse.

Le mystérieux phénomène fit un second passage après 23 heures.

 

« Un ballon-sonde ou peut-être une fusée ou un satellite », conclut la base aérienne d’Évreux (Eure) qui avait enregistré le double passage.

 

Un ballon-sonde, répliqua le savant, « ne se déplace pas à très grande vitesse et une fusée ou un satellite suivent une orbite régulière ».

 

De nos jours, les ovnis se font discrets dans les médias

 

 

La presse nationale et l’ORTF se précipitèrent à Fermaincourt pour interviewer Ananoff, sa voisine et le maire de Montreuil (Eure) qui eux aussi avaient vu la « chose ».

 

Elle avait peut-être abusé le célèbre scientifique, pionnier des voyages spatiaux et dont les travaux avaient inspiré Hergé,

très soucieux de sa documentation, pour « On a marché sur la Lune ».

 

« Je n’ai fait que romancer, dit le père de Tintin, des bouquins qui existaient déjà, en particulier L’Astronautique d’Alexandre Ananoff. »

 

Depuis le début des années 70, les « ovnis » - objets volants non identifiés – ont remplacé les soucoupes volantes. L’un d’eux fut aperçu en 1976 dans la nuit, du côté de Louville-la-Chenard.

 

Mais celui qui tint en haleine la France entière se posa à Cergy-Pontoise (Val d’Oise), le 26 novembre 1979.

Il enleva un jeune homme qui réapparut huit jours plus tard…

 

De nos jours, les ovnis se font discrets dans les médias, mais les sites Internet qui leur sont consacrés sont nombreux. Et bien réels.

lun.

29

mai

2017

"Ovnis sur la France des années 1940 à nos jours – Apparitions et chercheurs privés"

 

Ouvrage publié par Manuel Wiroth

 

Ovnis sur la France des années 1940 à nos jours – Apparitions et chercheurs privés est le volume 1 de la version "livre" de la thèse de doctorat en histoire contemporaine de Manuel Wiroth.

 

Il l’a soutenue en octobre 2016 à l’Université de Lyon III sous le titre original de "Histoire de l’ufologie française – Des premières recherches individuelles sur les soucoupes volantes à la constitution de réseaux d’étude des ovnis".

 

Manuel Wiroth

 

Outre l’évocation d’observations classiques et moins connues, cette thèse brosse les traits de la recherche qui s’est mise en place en France pour comprendre ces phénomènes mystérieux.

 

La recherche sur les soucoupes volantes commence à la fin des années 1940 en France.

 

Elle est principalement le fait de ceux qui se

nomment « soucoupistes ».

En parallèle de cette activité exercée essentiellement à titre individuel, l’armée mène également ses propres enquêtes. Son intérêt pour la question ne se dément pas depuis les années 1940, même si les informations concernant son implication et son action se révèlent peu accessibles.

 

De leur côté les soucoupistes s’agrègent et les premiers groupements privés d’envergure apparaissent dans les années 1950 et se généralisent à la fin des années 1960.

 

La décennie 1970 correspond, quant à elle, à l’âge d’or de l’ufologie en France : les organisations se comptent par centaines et les ufologues par milliers. Un véritable réseau de recherche sur les ovnis apparait donc.

Ce réseau s’articule autour des groupements de personnes et des individus -qui publient dans des revues spécialisées- et tente de se connecter à une ufologie scientifique publique en plein essor.

 

Cette dernière, placée sous l’égide du CNES, prend le nom de GEPAN. Ce service, plusieurs fois rebaptisé, existe toujours aujourd’hui.

Il s’appuie sur l’armée –principalement la gendarmerie- et certaines administrations qui le pourvoient en informations OVNI.

 

L’ufologie française –en déclin depuis les années 1980- se caractérise donc par la coexistence d’un réseau de recherche privé et d’un réseau public qui, hormis en de rares occasions, collaborèrent très peu, cette situation contribuant à la maigreur des résultats obtenus par les ufologues.

 

 

Aspects inédits

 

La plupart des informations contenues dans cette thèse sont inédites : la première et la deuxième partie ont des perspectives socio-historiques, décrivant les hommes, les associations et leurs actions. Elles s’appuient en grande parties sur des archives privées jamais dépouillées (courriers, documents administratifs divers, fiches d’adhérents, actes de comptabilité, etc.). Tout cela n’a jamais été fait en France dans le cadre d’une étude universitaire.

 

La dernière partie s’intéresse à l’action de l’Etat et, là-aussi, beaucoup d’informations sont inédites, notamment concernant le rôle discret que l’armée mène en la matière depuis plus de 70 ans, ainsi que l’action des politiques et des services secrets.

 

Biographie de l'auteur 

 

Manuel Wiroth est docteur en histoire contemporaine, diplômé de l’Université de Lyon.

 

Il est actuellement professeur dans le secondaire. Intéressé dès l’adolescence par le phénomène OVNI, il a réussi à associer cette passion à ses études.

 

Ce livre en est l’aboutissement, constituant la version allégée et quelque peu remaniée de sa thèse de doctorat qu’il a soutenue en octobre 2016, devant un jury où siégeait notamment Jean-Pierre Rospars.

 

ven.

26

mai

2017

Marilyn Monroe assassinée à cause des OVNI ? 26 Mai 2017

 

Un ufologue mondialement reconnu pour ses travaux dans ce domaine si controversé a récemment exposé une théorie plus qu'étonnant sur la mort tragique de l'une des plus célèbres actrices Américaines.

 

Dans un documentaire intitulé « Unacknowledged », le réalisateur Michael Mazzola s'est intéressé aux OVNI, aux extraterrestres ainsi qu'au gouvernement des États-Unis qui cacherait, selon lui, de nombreuses preuves sur ces sujets si épineux.

 

Pour ce travail l'homme est allé interrogé le docteur Steven Greer, un médecin Américain qui a fait de l'ufologie sa grande passion.

 

Cet expert pense que Marilyn Monroe aurait été assassinée puisqu'elle aurait menacé de divulguer publiquement des rapports classés secret-défense sur les OVNI.

 

Cette théorie pourrait être plausible d'autant qu'encore aujourd'hui de nombreuses incertitudes entourent la mort de cette icône atypique.

 

Il était de notoriété publique qu'elle avait entretenu une liaison avec le président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy.

 

De ce fait, elle pouvait avoir accès à des informations classifiées et secrètes …

0 commentaires

mer.

24

mai

2017

ISS : Ovni filmés lors de la sortie d'astronautes dans l'espace - 24 mai 2017

 

Les astronautes de la NASA Peggy Whitson et Jack Fischer se préparent à une sortie spatiale non planifiée à l'extérieur de la Station spatiale internationale le mardi 23 mai 2017.

 

Whitson, le commandant de l'expédition 51 et Fischer, l'ingénieur de vol, vont tenté de remplacer une boîte de relais d'ordinateur dans un état critique qui a échoué le 20 mai.

La boîte de relais, appelée multiplexeur-démultiplexeur (MDM), est l'une des deux unités qui régulent le fonctionnement des radiateurs, des panneaux solaires et et des circuits de refroidissement. 

 

Pendant la sortie, la caméra en direct enregistre non seulement les activités de l'astronaute à l'extérieur de l'ISS mais aussi deux objets volants inconnus.

 

Est-ce juste une réflexion ou ces objets peuvent-ils correspondre a des Ovnis ?

mar.

23

mai

2017

Anneaux de Saturne et OVNIS géants - 23 Mai 2017

 

La vidéo ci-dessous est un clip de Kerry Cassidy du Project Camelot qui s'entretien avec le Dr Norman Bergrun au sujet de ce qui se passe réellement dans l’espace.

 

Ingénieur en mécanique, le Dr Bergrun a travaillé pour le Laboratoire de recherche Ames, NACA (Comité consultatif national pour l’aéronautique) et Lockheed Missiles and Space Company, maintenant appelé Lockheed Martin.

Il a ensuite travaillé pour Bergrun Engineering and Research.

 

Vous pouvez voir certaines de ses publications pour la NASA, où il a travaillé pendant plus d’une décennie, ici.

 

À partir de son niveau de connaissance élevé, nous pouvons émettre  plusieurs hypothèses de base à propos de lui, notamment parce qu’il est très intelligent. Nous pouvons également supposer qu’il connaît et a travaillé avec d’autres personnes intelligentes et puissantes et qu’il a eu accès à des données extrêmement sensibles, il en parle lui-même dans l’interview ci-dessous et dans son livre The Ringmakers of Saturn.

 

Ce qui rend l’histoire de Norman intrigante n’est pas seulement son contexte impressionnant, mais le fait que des centaines d’autres scientifiques, politiciens et militaires de haut rang ont également partagé des informations comme celle-ci.

 

Il est juste l’un des nombreux initiés à exposer la réalité des objets volants non identifiés (OVNIS) et des extraterrestres.

 

 

Lorsque l’ancien astronaute de la NASA et professeur de physique de Princeton, le Dr Brian O’Leary, a déclaré qu’il y avait

«des preuves abondantes que nous sommes contactés, que  des civilisations nous ont visité depuis très longtemps»,

 

il ne plaisantait pas.

 

Il existe maintenant des documents officiellement déclassifiés qui vérifient une longue histoire de rencontres militaires avec ces objets ; des objets qui effectuent des manœuvres qu’aucun avion connu ne peut effectuer, tout en voyageant à des vitesses qu’aucun avion ne peut atteindre.

Non seulement cela, mais en même temps que les pilotes confirment visuellement leurs observations, ces objets sont suivis sur le radar aérien et terrestre.

 

Le Dr Jacques Vallee (un membre important du  développement conjoint de la première cartographie informatisée de Mars pour la NASA ,et pour son travail chez SRI International sur le centre d’information sur le réseau pour ARPANET, un précurseur de l’Internet moderne)  a publié un article dans "Journal of Scientific Exploration" intitulé «Estimations de la puissance optique dans six cas d’objets aériens inexpliqués avec des caractéristiques de luminosité définies» (source) .

 

Vous pouvez voir quelques photos prises par les pilotes militaires des objets qu’ils ont rencontrés.

 

10.1.1.482.4562.pdf
Document Adobe Acrobat 186.9 KB

 

Lors d’une approche dans le périmètre de ces objets, il n’est pas rare que les équipements électriques critiques cessent de fonctionner.

 

Les OVNIS ont également été vus autour des installations mondiales de missiles nucléaires, date à laquelle ces installations se sont complètement arrêtées et les armes nucléaires ont été hors service.

 

Selon Herman Oberth, l’un des pères fondateurs de la fuséologie et de l’astronautique :

 

«Les soucoupes volantes sont réelles et ce sont des vaisseaux spatiaux provenant d’un autre système solaire. Je pense qu’ils sont équipés par des observateurs intelligents qui sont membres d’une race qui a peut-être été l’objet de recherches sur notre Terre depuis des siècles.» (Oberth, Hermann :« Les soucoupes volantes proviennent d’un monde lointain », The American Weekly, 24 octobre 1954 )

 

(source) (source)

 

Il y a littéralement des centaines de citations choquantes de personnes de milieux aussi réputés et des milliers de documents relatifs au phénomène OVNI, ce qui donne encore plus de crédibilité à la vidéo ci-dessous.

 

« Ce que j’ai découvert, c’est que ces choses habitent à Saturne, c’est là que je les ai découvertes et qu’elles prolifèrent. »

Et aussi, les vaisseaux dont Norman parle autour des anneaux de Saturne, ils sont gigantesques.

 

Vous pouvez accéder à l’interview complète, qui dure plus d’une heure, ICI.

 

OutsideTheBox-TedLoderPaper.pdf
Document Adobe Acrobat 244.2 KB

lun.

22

mai

2017

Classification de rapports d’observation ovnis ou de phénomènes inexpliqués par J. Vallée

Jacques Vallée

Source : Méthodologie tirée du livre de Vallée, Jacques. Confrontations: a scientist’s search for alien contact. New York: Ballantine Books, 1990.

 

Types d’Observation

 

 

Anomalie (AN)

 

AN1 : Ce sont des anomalies qui n’ont pas d’effets physiques à long terme comme des lumières amorphes ou des explosions inexplicables.

AN2 : Ce sont des anomalies avec effets physiques à long terme comme le phénomène de poltergeist, des apports (objets matérialisés) et des endroits où il y a trace au sol comme un cercle céréalier.

AN3 : Ce sont des anomalies associées à des entités. Ce type inclut les rapports d’observation de fantômes, yetis et autres animaux mystérieux que l’on retrouve en cryptozoologie ainsi que des elfes et autres spirites.

AN4 : Ce sont des rapports d’anomalies dans lesquels les témoins expérimentent une interaction personnelle avec des entités et leur réalité. Cela inclut les expériences de mort imminente (NDE), les phénomènes religieux comme les miracles et visions et plusieurs cas de voyages astraux ou hors du corps.

AN5 : Ce sont les catégories de cas de blessures ou morts étranges comme les combustions humaines spontanées (SHC) ou des blessures inexplicables. Les cas de guérisons permanentes souvent décrites dans la littérature paranormale font partie de ce type.

 

 

Manoeuvre (MA)

 

 

MA1 : Comprend les observations d’ovnis impliquant un objet avec une trajectoire discontinue (i.e. une descente, une manoeuvre ou une boucle).

MA2 : Inclut les cas qui ont un effet physique sur l’environnement en plus d’une trajectoire discontinue.

MA3 : Inclut les cas d’objets à trajectoires discontinues où des êtres sont observés à bord.

MA4 : Inclut les cas de manoeuvres accompagnées par un sentiment de transformation de la réalité pour l’observateur.

MA5 : Inclut les cas de manoeuvres qui résultent en des témoins souffrant de blessures permanentes ou la mort ou bien encore de guérison permanente.

 

 

FlyBy (FB)

 

 

FB1 : Inclut les simples observations d’ovni qui passe dans le ciel.

FB2 : Inclut les simples observations accompagnées d’évidences physiques.

FB3 : Inclut les simples observations accompagnées d’une observation d’entités ou d’êtres à bord.

FB4 : Inclut les simples observations où le témoin expérimente une transformation de sa réalité dans la réalité de l’objet et des occupants.

FB5 : Inclut les simples observations qui résultent en des blessures permanentes que subiraient le ou les témoins.

 

 

 

 

Rencontre Rapprochée (CE)

 

CE1 : Ce sont les cas où l’objet est au sol ou à courte distance de l’observateur.

CE2 : Inclut les rencontres rapprochées dans lesquelles des effets ou traces physiques sont présentes.

CE3 : Inclut les rencontres rapprochées impliquant des entités ou occupants mais qui exclut le contact répété.

CE4 : Inclut les enlèvements extraterrestres.

CE5 : Inclut les rencontres rapprochées dans lesquelles les témoins ont souffert de blessures permanentes ou autres séquelles physiologiques.

 

 

Degré de Crédibilité – Indice °SVP

 

Premier Chiffre : Source du Rapport (S)

 

0 : Source inconnue ou non-fiable.

1 : Rapport d’une source connue mais non mesurable.

2 : Rapport de seconde main d’une source fiable.

3 : Rapport de première main d’une source fiable.

4 : Entrevue avec le témoin direct par une source prouvée fiable.

 

 

Deuxième Chiffre : Visite du Site d’Observation (V)

 

 

0 : Pas de visite du site ou réponse inconnue.

1 : Visite du site par une personne non familière avec ce phénomène.

2 : Visite du site par une ou plusieurs personnes familières avec ce

phénomène.

3 : Visite du site par un enquêteur fiable avec expérience.

4 : Visite du site par un analyste ou enquêteur expérimenté et compétent.

 

 

Troisième Chiffre : Explication Possible (P)

 

0 : Données correspondant avec une ou plusieurs causes naturelles.

1 : Explication naturelle requérant seulement une modification partielle

des données.

2 : Explication naturelle requérant une grande modification d’un paramètre.

3 : Explication naturelle requérant une grande modification de plusieurs

paramètres.

4 : Aucune explication naturelle possible selon les données recueillies.

 

ven.

19

mai

2017

Un Indien de 18 ans crée un satellite le plus léger au monde - 19 mai 2017

Créé par un jeune indien de 18 ans, le KalamSat, satellite le plus léger du monde (64 grammes seulement), sera lancé dans l’espace par la NASA le 21 juin.

 

Il semblerait que la NASA ait encore déniché une véritable pépite.

Rifath Shaarook, un jeune indien de 18 ans, vient en effet de remporter un concours international organisé par la célèbre agence spatiale américaine, Idoodle (société spécialisée dans l’apprentissage), et le Colorado Space Grant Consortium. Pour remporter ce « Cube Quest Challenge« , les participants devaient mettre au point un objet capable de tenir dans un cube de 4 cm3, d’un poids égal ou inférieur à 64 grammes, et bien évidemment à même d’aller dans l’espace.

 

Aidé d’une petite équipe de 6 camarades, Rifath est ainsi parvenu à créer le satellite le plus léger au monde.

 

Il est baptisé « KalamSat » et ne pèse – comme prévu – que 64 grammes, soit nettement moins que le poids moyen d’un smartphone.

 

 

 

Motif de satisfaction ultime pour le jeune homme et son équipe, la NASA a bel et bien prévu d’utiliser leur petit satellite dans le cadre d’un vol spatial suborbital. Inutile de préciser que Rifath Shaarook risque, pour sa part, d’être remarqué et convoité dans un avenir proche pour ses talents d’ingénieur.

 

Le satellite le plus léger au monde, fabriqué grâce à une imprimante 3D

 

Lorsqu’il parle de son satellite miniature, voilà ce que le jeune indien déclare :

« Nous sommes partis de rien pour le concevoir. Il possède un nouveau type d’ordinateur de bord ainsi que huit capteurs intégrés capables de mesurer l’accélération, la rotation et la magnétosphère de la Terre« . Un objet high-tech conçu avec amour, patience… Et imprimante 3D.

 

C’est d’ailleurs – entre autres – pour s’assurer que la fibre carbone imprimée 3D (qui compose l’essentiel de l’appareil) tient le choc en conditions d’utilisation réelles, que la NASA a décidé faire faire subir au « KalamSat » un vol suborbital de douze minutes (le 21 juin prochain) dans un environnement spatial caractérisé par le phénomène de microgravité.

 

Ah, et si vous voulez savoir pourquoi Rifath a nommé son satellite « Kalamsat« , eh bien sachez que c’est en hommage à l’ancien président – Abdul Kalam -, dont le mandat avait été marqué par l’accent mis sur le développement de l’Inde en matière d’aéronautique.

Un bel hommage non ?

 

jeu.

18

mai

2017

Brevet Officiel du TR-3B ( Vaisseau Spatial )

 

Voici Deux Brevets intéressants, à savoir du TR-3B

et une application pour un système de propulsion électromagnétique

US20060145019.pdf
Document Adobe Acrobat 480.6 KB
US20030209637.pdf
Document Adobe Acrobat 549.9 KB

Triangular spacecraft 

US 20060145019 A1

 

L'intégralité du Brevet est présent sur ce lien : https://www.google.com/patents/US20060145019?pageId=111028569981762970673

 

 

Ceci a été discuté sur l'émission de radio ( en anglais ) " Talk is Cheap " https://www.youtube.com/watch?v=nZ90xojxrfk et https://www.youtube.com/watch?v=u8RO75Qjy7M

mar.

16

mai

2017

3 OVNIs ont été filmés par le satellite COR2

 

Ces 3 objets inconnus ont été filmés par le satellite de la Nasa derrière notre Soleil à environ 180 millions de miles par rapport à notre Terre.

Il est impossible d'en déduire quelque chose : gigantesque vaisseaux tubulaires, entités énergétiques, anomalies du capteur ..un point lumineux apparaît sur le premier objet (reflet du soleil sur une structure massive ?)

 

 

Source

dim.

14

mai

2017

ODH Tv Ovnis en ILLe et Vilaine

 

L'édition est présentée par Gilles.THOMAS

 

- Ovni à Bassou (Yonne) avec Rémy Fauchereau

- Interview du mois: Observation d'ovni à Nice avec Eric Zürcher

- Ovni dans l'histoire: Retour à Trans en Provence avec Marilyne

- Astuce du veilleur: Les flash iridium avec Gaëtan

- Actu ovni dans l'Yonne avec Rémy Fauchereau

- Dossier: Ovni en Ille et Vilaine 2

0 commentaires

jeu.

11

mai

2017

Les OVNIS du Passé - Documentaire HD

 

Sur le site "La vérité est ailleurs"  les mystérieux phénomènes célestes observés dans le passé, avec des commentaires d'historiens, d'archivistes, d'astronomes, et du journaliste Jean-Claude Bourret.

 

mer.

10

mai

2017

PORTUGAL : Il y a 100 ans le 13 mai 1917 première apparition de la Vierge Marie à Fatima relatée par Pierre Jovanovic

 

Hier soir mardi 09 mai 2017  sur la chaîne de télévision diffusée en France "RMC Découverte", le fabuleux reportage consacré aux apparitions de la Vierge Marie à Fatima, et au "Troisième Secret de Fatima"...

 

Il y a plusieurs interventions de Pierre Jovanovic !

 

Ci-après, on peut revoir pendant un certain temps, cet excellent reportage en replay sur le site de "RMC Découverte" :

LE MYSTERE DE FATIMA

 

Disponible jusqu'au mardi 16 mai 00H00 sur "RMC Découverte"

 

Le 13 mai 1917, à Fatima, un petit village rural du Portugal, trois enfants témoignent d'une apparition de la Vierge Marie qui aurait délivré un message contenant trois prophéties sur l'avenir de l'humanité.

 

Selon l´interprétation donnée alors par la Congrégation, les deux premiers secrets concerneraient les deux guerres mondiales et l'effondrement du communisme.

 

La troisième prophétie fut envoyée aux Archives secrètes du Saint-Office à Rome. Elle devait être dévoilée en 1960 sous Jean XXIII, mais après en avoir pris connaissance, le pape aurait décidé que «le secret de Fatima ne sera jamais rendu public». C´est l´attentat dont fut victime Jean Paul II en 1981 qui l´a convaincu de prendre connaissance du troisième secret. La révélation prophétique affirmait que l´évêque vêtu de blanc «était le pape qui souffrait», et que «le Pape agonisant s´arrêta ainsi au seuil de la mort».

 

A partir de ce moment là, son pontificat fut totalement bouleversé. Jean Paul II fut le premier pape à attacher de l'importance a ces prophéties.

 

Ce n´est que lors de sa visite à Fatima en juin 2000, que le pape demanda que soit officiellement rendue publique la troisième prophétie du secret de Fatima. Encore aujourd'hui, beaucoup pensent que l´Eglise a occulté une partie du troisième secret de Fatima...

 

0 commentaires

ven.

05

mai

2017

Les meilleures observations d'Ovnis d'Avril 2017

mer.

03

mai

2017

Ovnis triangulaires issus de la rétro-ingénierie ?

De nombreux rapports d’ovnis de forme triangulaire ont été récemment signalés à travers les Etats-Unis, selon le MUFON.

 

Ils agissent souvent similairement, en l’occurrence de manière silencieux et lent. Leur taille est similaire à celle d’un terrain de football. 

 

D’ailleurs, de plus en plus de chercheurs soupçonnent qu’il puisse s’agir d’engins issus de la rétro-ingénierie et donc majoritairement construit par l’armée.

 

Problématique générale du phénomène ovni et ovnis de forme triangulaire

 

 

1) Pourquoi une étude spécifique des Objets Volants Triangulaires Non-Identifiés (ovtni) ?

 

Si j’ai décidé d’entreprendre la rédaction de ce DOSSIER N°13, c’est parce que j’ai moi-même été le témoin d’un phénomène étrange impliquant l’observation d’un « objet » de forme triangulaire.

 

J’ai tenté de décrire ce que j’avais vu, avec le maximum de précisions, dans le DOSSIER N°7 : « L’immense triangle de Brindas », http://www.lesconfins.com/triangle.pdf.

 

Mon objectif en proposant ces quelques points de repère sur la problématique du phénomène ovni (et plus particulièrement sur la problématique des ovtnis) n’est pas de révéler au monde

« l’horrible vérité » au sujet des ovnis (certains écrivains qui se prétendent ufologues s’imaginent être investis de cette mission salvatrice).

 

Mon objectif consiste tout bonnement à informer le public, et à lui faire prendre conscience qu’il existe bien dans notre atmosphère des phénomènes qui ne sont ni d’origine naturelle, ni d’origine humaine.

 

Voici la définition du nom « problématique » donnée par le Petit Robert :

« la problématique est l’art ou la science de poser les problèmes. C’est la science du questionnement. La problématique pose un ensemble de problèmes dont les éléments sont liés entre eux. Problématique du sens (par exemple) ».

 

Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’aujourd’hui, je ne dis

plus : « je crois, ou je pense, que les ovnis existent », je dis (depuis la soirée du jeudi 10 août 2000), « je sais que les ovnis existent vraiment », et si je dis cela, ce n’est pas pour me vanter sottement, mais uniquement parce que c’est vrai.

 

La vraie question, désormais, est celle de savoir d’où viennent les ovnis et quel est le sens de leurs manifestations ?

 

 

 

2) Phénomène ovni et phénomènes paranormaux

 

 

Le fait d’avoir vu « quelque chose » au-dessus de l’aérodrome de Brindas est sans conteste la raison principale (décisive), qui a motivé la rédaction de ce dossier.

 

Après cette observation, je voulais en savoir plus sur les ovnis, et plus particulièrement sur les ovnis de forme triangulaire.

 

Mais en réalité les événements s’avèrent plus complexes que la simple observation d’un phénomène bizarre dans le ciel d’été.

 

Des raisons d’un ordre plus subtil, des motivations secrètes même, pourraient aussi être invoquées pour justifier mes recherches.

 

En effet, cette « histoire de triangles » rôde dans ma vie (si je puis dire) depuis déjà un certain temps.

Il y a une dizaine d’années environ, j’ai écrit un roman

intitulé : « LES VEILLEURS DE L’INVISIBLE » (ouvrage non publié à ce jour), où il était question d’immenses triangles survolant le mystérieux pic de Bugarach situé non loin du village, ô combien célèbre, de Rennes-le-Château dans le département de l’Aude.

 

Après réflexion, j’ai aujourd’hui le sentiment que ce

roman « ésotéricoufologique » était, dans un certain sens, une oeuvre prémonitoire à ce qui allait se produire plus tard dans ma vie.

 

Des auteurs dignes de foi (Jacques Vallée par exemple) avaient déjà signalé que le phénomène ovni pouvait être associé à des événements paranormaux (parapsychiques), comme les synchronicités, les prémonitions, la télépathie, etc..

 

Cette composante paranormale liée au phénomène ovni n’est pas à négliger, bien au contraire.

En tout cas, en ce qui me concerne, diverses circonstances, impliquant des synchronicités, semblent former une sorte

de « constellation » de faits subtils survenus en liaison plus ou moins directe avec le phénomène ovni.

 

Toutefois, je ne vais pas m’aventurer plus avant dans le domaine étrange et fascinant des synchronicités car c’est un sujet tellement vaste, que son étude déborderait largement les limites de ce modeste travail.

D’autant plus qu’il s’agit de faits ne relevant que de ma propre subjectivité qui n’apporteraient donc aucun élément susceptible d’informer objectivement le lecteur.

 

Nous devons nous rendre à l’évidence : il y a des événements qui se déroulent dans nos vies que nous ne pouvons pas expliquer à nos semblables.

 

Car ces circonstances sont parfois si fines et si subtiles, qu’il est presque impossible d’en décrire le déroulement et les implications.

 

Les mots manquent pour décrire ces situations si particulières.

 

Dans cet ordre d’idée, il n’est donc pas absurde de penser que, d’une façon ou d’une autre, il peut y avoir, dans certains cas, une sorte d’interférence psychique entre le phénomène ovni est un témoin.

 

Quelle est la nature et la portée de cette interférence ?

 

C’est une question à laquelle nous ne pouvons pas répondre aujourd’hui.

Nous savons seulement que la composante psychique joue quelques fois un rôle (bien que cette dimension des observations reste encore à étudier avec plus de précision) dans le phénomène ovni.

 

Il y a sûrement là un vaste domaine de recherches qui devrait s’ouvrir devant nous et dont nous soupçonnons à peine l’étendue et les implications. 

 

3) Matériel, immatériel, ou les deux à la fois ?

 

Le grand psychologue et psychanaliste, C.G. Jung (1875-1961), l’avait d’ailleurs parfaitement compris.

 

Dans l’introduction de sa magistrale étude consacrée aux ovnis, et intitulée :

« UN MYTHE MODERNE, Des signes du ciel » (1959), C.G.

 

Jung écrit : « Le problème de la réalité physique des soucoupes volantes est posé depuis une dizaine d’années, sans pouvoir être tranché définitivement, ni dans un sens ni dans l’autre, bien qu’on ait accumulé durant cette période un grand matériel expérimental. Plus cette incertitude se prolongeait, plus grandissait la probabilité que le phénomène, manifestement compliqué, comportât également - à côté d’un substratum physique possible - une composante psychique d’un poids essentiel. Ceci n’est pas fait pour nous surprendre, puisqu’il s’agit là d’un phénomène apparemment physique, caractérisé d’une part par la fréquence de ses manifestations, de l’autre par son étrangeté, sa bizarrerie, son potentiel d’inconnu, voire même par sa nature physique contradictoire. Un tel objet - par son imprécision et son évanescence même - peut provoquer, mieux que tout autre, des imaginations conscientes ou des fantasmes inconscients ».

 

Plus loin il ajoute :

« Les matériaux dont j’ai pu avoir connaissance jusqu’ici, légitiment également les deux points de vue (c’est-à-dire, soit le phénomène ovni est une réalité physique primaire induisant des  fantasmes, soit au contraire, c’est une fantaisie inconsciente primaire inondant le conscient d’illusions et de visions - note personnelle). Dans un cas c’est un événement objectivement réel, donc physique, qui constitue le point d’appel du mythe, dont il s’accompagne dorénavant ; dans l’autre cas, c’est un archétype qui crée la vision correspondante. A ces relations causales, il faut ajouter une troisième possibilité, celle d’une coïncidence synchronique, c’est-à-dire acausale, mais pourvue de sens, coïncidence qui a toujours préoccupé les esprits depuis Geulincx, Leibnitz et Schopenhauer. Cette dernière façon de voir les choses s’impose en particulier pour les phénomènes étudiés ici, car ils sont en rapport avec certains processus psychiques de nature archétypique ».

 

En quelques phrases tout est dit sur la problématique ovni. Les questions essentielles sont posées. Ce que C.G. Jung disait des soucoupes volantes observées durant la fin des années 40 et les années 50, reste, vous l’aurez deviné, tout à fait valable aujourd’hui.

 

En effet, nous ne savons toujours pas avec une certitude à 100% si le phénomène ovni est purement matériel (bien que la réalité matérielle du phénomène ovni soit avérée dans de nombreux cas d’observations), ou s’il est au contraire immatériel, ou bien s’il est tantôt matériel et tantôt immatériel, ou encore matériel et immatériel à la fois. Nous ne comprenons pas pourquoi il se manifeste si fréquemment sans pour autant se dévoiler totalement. Nous savons en revanche qu’il a un comportement hautement étrange, paradoxale, et qu’il ne se laisse pas enfermer dans une logique exclusivement binaire. Nous pressentons qu’il est associé à une composante psychique, voir paranormale, mais nous ne savons pas expliquer comment il agit à ce niveau là. Bref, même si nous avons accumulé, comme C.G.

 

Jung, un grand matériel expérimental, nous ne sommes guère plus avancés que lui dans la compréhension du phénomène. Ce que nous pouvons dire, tout au plus, c’est que des formes nouvelles d’ovnis sont apparues, et que parmi elles, la forme triangulaire occupe une place de choix.

 

D’ailleurs, l’une des plus spectaculaires affaires ufologiques du XXème siècle (la fameuse « vague belge » de 1989-1991) mettait en scène des engins de forme triangulaire.

 

 

 

4) Ovnis et manipulation de la conscience.

 

A ma connaissance, il n’existe pas d’étude consacrée exclusivement aux observations d’ovnis triangulaires (ovtnis).

 

J’espère donc faire, avec ce modeste dossier, un travail original et montrer qu’il faut tenir compte de données nouvelles dans les observations d’ovnis depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cela ne veut pas dire qu’ il n’ y a pas eu de manifestations d’ovnis avant la fin de la seconde guerre mondiale, mais pour ne pas trop alourdir cette étude, nous nous référerons aux observations enregistrées depuis 1947.

 

Ces témoignages d’observations indiquent clairement qu’il y a une augmentation des cas mentionnant des engins de forme triangulaire (ovtnis).

 

Alors peut-on parler d’une sorte d’évolution du phénomène ovni ? Je ne le pense pas.

En tout cas, en matière d’ovnis, il ne faut rien systématiser, et plus qu’une évolution, je préfère évoquer une tendance impliquant cette forme. Il est important de comprendre que le phénomène ovni ne se laisse pas enfermer facilement dans le cadre d’une loi. Les quelques constantes que nous parvenons péniblement à dégager de l’ensemble des témoignages ne constituent, à mon avis, qu’une forme mineure d’approche du phénomène. Ce que nous savons des ovnis correspond sans doute à ce que le phénomène veut bien que l’on sache de lui (ce qu’il laisse montrer en quelque sorte).

 

Autrement dit, j’ai de plus en plus la conviction que les cas d’observations ne doivent peut-être rien au hasard.

 

Dans cet ordre d’idées, il n’est pas interdit de penser que le phénomène utilise une forme très subtile de manipulation de la conscience humaine pour parvenir à ses fins.

 

Mais mes convictions ne regardent que moi, et je ne dis pas qu’elles sont vraies. Ce que je viens de dire n’est pas une constatation objective irréfutable, ce n’est qu’une intuition fondée sur l’expérience et quelques déductions logiques.

 

 

 

5) Sciences et ufologie.

 

 

L’étude des ovnis (ou ufologie, de U.F.O : Unidentified Flying Objects ) est devenue, et cela depuis les premiers rapports établis en 1947 sur les fameuses soucoupes volants,

une « discipline » (ou pour certains un divertissement) très complexe qui demande beaucoup de patience et de pugnacité.

 

Certes l’ufologie n’est pas une science exacte, comme les mathématiques, la physique ou l’astronomie, ni une science humaine, comme la psychologie ou la sociologie.

 

Mais si elle-même n’est pas une science, l’ufologie peut (et doit) utiliser toutes les sciences actuellement existantes pour étudier son « objet ».

Se pose alors la question de savoir quelle est la nature des phénomènes étudiés par l’ufologie ?

 

Cette question nous conduit au paradoxe suivant : l’ufologie étudie un « objet » qu’elle ne connaît pas, mais qu’elle tente, par tous les moyens dont elle dispose, de définir. Si la physique étudie le monde de la matière, l’astronomie l’immensité du cosmos, la psychologie les mécanismes de la psyché humaine, la sociologie les sociétés, la biologie la vie, par contre l’ufologie n’est pas en mesure de définir avec précision son « objet » d’étude.

 

S’il est bien établi que l’ufologie n’est pas une science, elle offre cependant quelques points communs avec la recherche historique.

 

Des rapprochements très fructueux pourraient aussi être faits avec les enquêtes policières (témoins, enquêtes, indices, traces). Comme l’histoire, la matière première de l’ufologie est le témoignage humain, qu’il s’agisse du témoignage écrit ou orale. Non dépourvu d’inconvénients et de faiblesses, le témoignage humain n’en reste pas moins le principal vecteur de l’information en ce qui concerne des circonstances et des faits éloignés de nous dans l’espace et dans le temps.

 

En attendant l’atterrissage, peu probable, d’une superbe soucoupe volante place de la Concorde à Paris (ou place Bellecour pour les lyonnais), nous sommes contraints d’utiliser le témoignage humain pour tenter de cerner au plus près l’énigme des ovnis.

Et les témoignages humains, ce n’est pas ce qui manque !

 

Cette abondance de témoignages étonnait déjà beaucoup l’astronome et ufologue J. Allen Hynek. Il est difficile, voir même impossible, de calculer le nombre d’observations (ayant fait l’objet d’une enquête ou non) du phénomène ovni depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui (2009), et sur toute la planète.

 

Jacques Vallée aborde cette délicate question dans son ouvrage (qui date de 1991) intitulé :

« REVELATIONS, contact avec un autre monde ou manipulation humaine ? » (Robert Laffont, collection « Les énigmes de l’univers », page 286).

 

Sa conclusion est que :

« si les habitants de la terre étaient uniformément répartis sur les terres émergées (ce qui n’est pas le cas), et s’ils faisaient connaître toute rencontre rapprochée s’étant effectivement déroulée, le nombre de cas serait de l’ordre de un million ».

 

Et encore, Jacques Vallée ne mentionne ici que les rencontres rapprochées au cour desquelles le témoin observe un phénomène qui se trouve dans son environnement immédiat.

 

Il ne tient pas compte des cas où l’ovni est simplement vu dans le ciel. L’ufologie est donc une discipline riche en témoignages humains aussi nombreux que variés. D’où la complexité que j’évoquais plus haut. Or qui dit complexité, dit aussi spécialisation.

 

A l’heure actuelle, il est impossible de traiter et d’analyser l’ensemble des témoignages collectés depuis 1947, et je ne fais référence ici qu’aux seuls témoignages visuels humains.

 

De plus, rien ne nous dit que cette accumulation de témoignages va cesser. En ce qui concerne les observations de triangles il semble exister très peu de cas relatant un atterrissage avec traces au sol (avec ou sans créature(s) extraterrestre(s)), ou avec une action directe sur des témoins.

 

Pour ce type d’engins, les témoignages visuels, les photos, les films, et les enregistrements radar, prédominent (ce qui n’est déjà pas si mal).

 

A ce propos, nous pouvons imaginer que le développement exponentiel de la technologie numérique va sûrement bouleverser, d’ici peu, l’approche du phénomène ovni.

Jusqu’à présent, la principale source de données était le témoignage humain.

 

Depuis quelques années, nous commençons à engranger de plus en plus de photos et de films (je ne parle bien sûr que des documents authentiques), ce qui va peut-être modifier l’approche du phénomène.

 

La baisse du coût d’achat des appareils photos et des caméras numériques, leur miniaturisation croissante facilitant leur transport, ainsi que leur diffusion à grande échelle, va sans doute permettre de voir en film, ou en photo, ce qui n’était jusqu’à présent enregistré que par l’oeil humain.

 

 

6) Photos, films et enregistrements radar.

 

Qui ne connaît la fabuleuse photo prise au-dessus de la commune de Petit-Rechain (province de Liège) le 6 avril 1990, en pleine vague belge ?

 

L’étude minutieuse de cet exceptionnel document photographique par des physiciens, a permis de récolter de précieuses informations sur les triangles qui ont survolé la Belgique à cette époque.

 

Des films d’amateurs ont également été réalisés, montrant le déplacement de lumières blanches disposées en triangle, et suggérant l’existence d’une plate-forme porteuse ayant la même forme.

Il existe aussi des enregistrements radar effectués par des avions en vol.

Un des enregistrements radar les plus troublants effectués par des avions en vol, est celui obtenu par les deux chasseurs F-16A Fighting Falcon de la Force aérienne belge, le 31 mars 1990.

 

C’est lors du déroulement de leur mission d’interception de nuit baptisée « Alpha Scramble », au-dessus de la région de Louvain (Belgique), que les deux chasseurs ont enregistré sur leurs radars, les incroyables évolutions d’un ovni qui est passé d’une altitude de 3000 mètres, à moins de 300 mètres, et d’une vitesse de 300 km/h, à 1000 km/h en une seconde !

 

 

 

7) L’ufologie recouvre des domaines très variés.

 

L’étude des ovnis se révèle être au fil du temps une discipline impliquant des domaines de recherches qui peuvent sembler forts variés.

En effet, en plus du nombre impressionnant d’observations enregistrées dans le monde entier depuis la seconde guerre mondiale, il faut aussi tenir compte de l’hétérogénéité de toutes ces observations.

D’une façon générale, la forme des ovnis varie d’un témoignage à l’autre, et parfois même l’ovni change de forme sous le regard médusé du (ou des) témoin. Il est indéniable que ce caractère polymorphe du phénomène intrigue beaucoup les ufologues. Il est vrai, malgré tout, que certaines formes d’ovnis sont récurrentes (disques ou triangles par exemple), mais d’une façon générale on est frappé par la diversité des structures observées.

 

Des engins de toutes formes et de toutes dimensions, statiques ou en mouvements, ont été vus aussi bien au-dessus des vastes mégapoles occidentales que dans des régions très peu peuplées.

Quelques fois, ces engins laissent des traces au sol qui peuvent faire l’objet d’analyses approfondies. Il faut aussi mentionner les effets (dûment constatés) du phénomène ovni sur la croissance des végétaux, et noter le fait souvent observé, qu’à l’endroit d’un atterrissage, la végétation n’est plus aussi vigoureuse.

 

Ajoutons à cela, le nombre croissant de personnes (désignées sous le vocable d’abductés) qui prétendent avoir été enlevées par un ovni, ou qui découvrent brusquement lors d’une séance d’hypnose qu’elles ont été capturées par des extraterrestres et qu’elles ont subi des examens médicaux traumatisants.

 

Aux Etats-Unis, ce phénomène des enlèvements semble prendre des proportions considérables (plusieurs millions de cas recensés à ce jour). Les éléments d’informations dont nous disposons à l’heure actuelle, ne nous permettent pas de dire si les événements décrits par les témoins sont réels ou s’il s’agit d’une sorte d’« implant psychique » déposé dans leur inconscient et capable de restituer des scènes fictives.

 

 

D’ailleurs, il ne s’agirait pas seulement d’« implants psychiques », mais aussi de véritables implants physiques (de quelques millimètres seulement) déposés dans certaines zones précises du corps des personnes enlevées.

 

L’énigmatique dossier des abductés nous conduit encore une fois à poser la question d’une possible manipulation mentale orchestrée à grande échelle par le phénomène ovni.

Ce phénomène des enlèvements pose du même coup la délicate question de l’existence des aliens (voir de plusieurs races d’aliens) et de leurs intentions à notre égard.

 

Je ne pense pas, cependant, que nous puissions apporter des réponses définitives à toutes ces questions dans l’immédiat.

 

En plus des enlèvements humains, il faut aussi tenir compte du dossier morbides des mutilations du bétail, qui encore une fois concerne surtout les Etats-Unis.

 

Enfin, nous pouvons mentionner les affaires de crashs d’ovnis, dont le plus célèbre reste celui de Roswell, et envisager la possibilité que des débris de technologie extraterrestre aient été récupérées par l’armée américaine.

 

 

8) Phénomène ovni et désinformation.

 

A ce propos, il n’est peut être pas inutile de dire quelques mots du formidable mécanisme de désinformation mis en place par les Etats-Unis avec la complicité des autres puissances occidentales.

 

Sans même tenir compte de l’hypothèse fantastique de la récupération d’une soucoupe volante (avec occupants ou non) par l’armée américaine, il est de plus en plus patent que les puissances occidentales détiennent de précieuses informations concernant le phénomène ovni. Je ne doute pas une seconde que ces puissances savent depuis longtemps que les ovnis existent et qu’ils se déplacent en permanence dans notre environnement terrestre.

 

 

Les raisons de cette désinformation (ou debunking, qui vient de debunker qui veut dire « déboulonneur »), savamment orchestrée par les puissances occidentales, demeurent obscures pour les simples citoyens que nous sommes.

 

Cette désinformation est cependant si constante dans le temps, et si généralisée dans le monde occidental, que nous devons soupçonner de la part de ces puissances de sérieuses raisons pour la maintenir.

Elles disposent en effet, à l’heure actuelle, des moyens suffisants de détection et d’enregistrement radar (militaires ou civils), pour avoir la certitude absolue que les ovnis existent.

 

Alors, pourquoi observent-elles un silence gêné sur ce sujet ?

 

Je n’ai certes pas la prétention de répondre à cette épineuse question, mais je peux avancer l’idée que des cercles très fermés composés de militaires, de scientifiques de haut niveau, voir de quelques hommes politiques (en supposant qu’il existe des hommes politiques qui connaissent sérieusement le dossier), savent à quoi s’en tenir au sujet des ovnis, et que des laboratoires parfaitement équipés poursuivent dans le plus grand secret des recherches extrêmement poussées.

 

Ce qui est sûr, c’est que le grand public ne connaîtra peut-être jamais les résultats de ces recherches, et qu’il ne saura sans doute jamais s’il y a lieu d’être inquiet, ou pas, en ce qui concerne une possible intrusion du phénomène ovni dans la marche des affaires humaines. 

 

 

 

 

9) Quelque chose de plus pour l’humanité.

 

 

Si donc, nous tenons compte de l’ensemble des faits disparates, et apparemment sans lien entre eux, que nous avons décrit ci-dessus, nous aurons alors une idée (qui ne sera encore qu’approximative) de l’époustouflante variété des manifestations du phénomène ovni et de la complexité de sa problématique.

 

Il va sans dire que nous n’avons fait que survoler le sujet en évoquant l’ensemble de ces faits. La question des ovnis est en réalité beaucoup plus riche et plus variée qu’il n’y paraît.

 

D’où, dans ces conditions, l’extrême difficulté à avoir une vision globale et synthétique de ce phénomène.

 

Confronté à un champ d’étude si vaste, et désemparé face à la masse extraordinaire d’informations provenant de sources aussi diverses, l’ufologue peu naturellement être tenté par la spécialisation.

Or la spécialisation n’est pas forcément une mauvaise façon d’aborder le phénomène ovni. Se spécialiser ne signifie pas nécessairement que l’on doive s’imposer des limites ou des bornes à ne pas dépasser. Se spécialiser veut dire, au contraire, qu’il y a une exigence d’approfondissement du sujet étudié, et que la recherche doit être poussée aussi loin que possible. Le spécialiste à le souci du détail, et en ufologie chaque détail a son importance.

De toute façon, c’est un fait que l’ufologie va de plus en plus avoir besoin de spécialistes dans les domaines les plus variés de la science et de la technologie.

Si nous voulons vraiment comprendre ce qui se passe derrière l’ensemble des manifestations du phénomène ovni, il va falloir faire appel à toutes sortes de gens compétents et sérieux.

C’est à ce prix, je crois, que nous pourrons peut-être espérer entrevoir quelques bribes de la vérité.

 

Je dis bien, « peut-être espérer entrevoir quelques bribes de la vérité », car plus j’étudie les ovnis, et plus je m’« enfonce », si je puis dire, dans l’humilité et la modestie.

 

J’ai en effet l’intime conviction que la vérité au sujet des ovnis est sûrement très au-dessus de tout ce que le cerveau de l’homme moderne est capable d’imaginer.

 

Pourtant, ce constat ne dois pas nous tétaniser et nous empêcher de poursuivre l’étude du phénomène. Certes, il faut avouer que l’énigme des ovnis est à plus d’un titre irritante et désarmante, mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras.

 

Je suis convaincu, en effet, que cette énigme revêt une grande importance pour l’humanité, même s’il est difficile de dire aujourd’hui avec précision, pourquoi et comment, la solution de cette énigme nous apportera quelque chose de plus.

 

Par contre, j’ai le sentiment que le simple fait de participer à la recherche de la solution peut, d’une certaine façon, élargir notre propre champ de conscience et nous faire toucher du doigt l’écart qu’il y a entre l’humanité et l’intelligence supérieure qui se dissimule derrière le phénomène ovni.

 

J’ai souvent pensé que l’un des impacts des ovnis sur l’humanité était de l’obliger à réfléchir sur elle-même, à revoir sans cesse ses certitudes, et ce faisant, de l’inciter subtilement à dépasser ses propres limites.

 

Daniel ROBIN

mer.

03

mai

2017

Un OVNI « Méduse » survole la ville d’Angeles, aux Philippines, le 1er mai 2017

Date de l’observation : 1er mai 2017

Lieu de l’observation : Angeles, Philippines

Source : MUFON #83456

 

 

D'après Scott C. Waring, cet Ovni en forme de méduse a été repéré dans le ciel philippin cette semaine.

 

L’OVNI a de longues tentacules qui sont probablement des pattes d’atterrissage, mais qui peuvent également être des armes.

 

Les Philippines sont un domaine culturel diversifié et ancien où les extraterrestres peuvent avoir une expérience unique sur Terre.

Trois photos ont été soumises, mais seulement deux étaient semi-ciblées.

Ce sont des preuves extraordinaires que les extraterrestres observent les Philippines.

jeu.

27

avril

2017

OVNIS : Le Secret américain -  27 Avril 2017

 

Un officier de contre-espionnage français raconte comment il a percé le secret de l’astronome américain Allen Hynek, conseiller officiel de l’US Air-Force pendant vingt ans, et conseiller occulte du film " Rencontre du Troisième Type ".

 

L’Américain est mort avec son secret, le Français en est aujourd’hui le dépositaire… et il ne dort plus très bien...

 

mer.

26

avril

2017

Technologie non-humaine antique - 26 Avril 2017

 

"Une espèce technologique indigène antérieure aurait pu surgir sur la Terre ancienne ou sur un autre corps, comme une  Vénus avant effet de serre ou une Mars humide."

 

C’est l’objet d’un article du Dr Jason T. Wright, professeur agrégé d’astronomie et d’astrophysique de Penn State University.

Publié cette semaine dans l’article intitulé « Prior Indigenous Technological Species » est basé sur l’idée de Wright selon laquelle une ancienne espèce habitait la Terre et peut-être une ou plusieurs autres planètes dans notre système solaire il y a des milliards d’années.

 

Ces espèces peuvent provenir de l’extérieur du système solaire, mais il s’attaque également à la possibilité qu’elles soient originaires de la Terre.

Alors, où sont-ils maintenant ?

Et s’ils sont partis, où est la preuve qu’ils étaient là ?

 

Faune de l’explosion cambrienne

 

"La question n’est pas de savoir jusqu’à quel point du passé, nous pourrions être capables de détecter les restes fossiles de l’espèce – nous ne savons pas comment mesurer l’intelligence de manière fiable à partir de fossiles d’os, mais de détecter des technosignatures non ambiguës."

 

 

Wright souligne à juste titre que les fossiles, les outils, le logement vivant et d’autres objets conventionnels pourraient ne pas avoir survécu il y a des milliards d’années.

 

La biodégradation, l’érosion, la tectonique des plaques et d’autres forces pourraient les réduire à la poussière.

 

S’ils survécurent, ils sont enterrés beaucoup plus profondément sous la surface que les humains ont exploré jusqu’à présent.

 

S’ils ne l’ont pas fait, nous devons rechercher de nouvelles formes de preuves où et comment vivaient ces espèces autochtones anciennes.

 

Sans parler de «quand».

 

C’était évidemment avant l’explosion cambrienne il y a 541 millions d’années, lorsque la vie animale est apparue sur Terre, mais combien de temps avant ?

Un événement massif a-t-il enflammé l’explosion cambrienne? Dans l’affirmative, a--il également éteint toute espèce antérieure et enterré profondément la preuve de leur existence ?

 

Wright spécule également que ces espèces potentiellement intelligentes peuvent avoir vécu sous la surface de la Terre.

 

Si tel est le cas, de nouvelles formes de radar de subsurface seront nécessaires pour pénétrer suffisamment profondément pour les trouver.

 

Encore une fois, la technologie peut déjà exister mais elle est pointée dans la mauvaise direction.

 

Wright suggère que Mars et Venus sont également candidats à des espèces anciennes qui ont été anéanties, éventuellement par la perte de l’eau sur Mars ou par des changements climatiques sévères sur Venus.

 

Il propose d’utiliser des outils spatiaux sur Terre pour rechercher des rapports isotopiques non naturels, des éléments synthétiques ou des preuves d’exploitation minière.

 

"De telles découvertes pourraient se produire en utilisant les outils du champ en plein essor de l’archéologie de l’espace qui comprend la recherche, la découverte et l’interprétation d’objets humains dans l’espace."

 

 

Si ces espèces anciennes existaient sur Mars, Vénus ou l’une des lunes de Saturne ou de Jupiter, il faudrait envoyer des humains ou des robots sur leur surface pour creuser assez profondément pour trouver des technosignatures anciennes.

 

Mais d’abord, nous devons faire la même chose sur Terre pour trouver des preuves d’«espèces technologiques autochtones antérieures», d’où provenaient-elles et pourquoi sont-elles parties … ou qu’est ce qui a mis fin à leur existence sur Terre.

 

Qui a besoin de voyages spatiaux lorsque vous pouvez creuser pour les extraterrestres ou des non-humains ?

 

mar.

25

avril

2017

Russie/1991 : 23 Soldats Russes ont été tués par une Entité Extraterrestre en Sibérie (CIA) - 25 Avril 2017

 

Des extraterrestres survivants ont apparemment attaqué et tué des militaires russes après avoir été abattus par ces derniers, révèle un rapport déclassifié de la CIA.

 

Le rapport de la CIA comprend des allégations selon lesquelles les extraterrestres dans l’OVNI se sont transformés en une boule de lumière et ont transformé les 23 soldats en pierre.

 

Le rapport aurait été enterré parmi des milliers d’autres fichiers déclassifiés publiés en ligne par l’agence de renseignement américaine.

 

Le rapport choquant, publié le 27 mars 1993, est apparemment la traduction de la CIA d’un rapport du journal Ternopil vechirniy basé en Ukraine.

 

Selon le rapport du journal, de nombreux fichiers du KGB ont été obtenus par la CIA après que Mikhail Gorbatchev ait perdu son pouvoir en 1991.

 

Le rapport indiquait qu’une unité militaire a remarqué une soucoupe en basse altitude en train de s’entraîner en Sibérie.

 

Un des soldats a ensuite tiré un missile sol-air, ce qui a abattu l’OVNI, a déclaré le rapport.

 

Il a en outre indiqué que cinq petits humanoïdes, avec de grandes têtes et d’énormes yeux noirs, sont sortis.

 

Deux soldats survivants ont vu les cinq êtres se transformer en une boule de lumière sphérique blanche qui bourdonnait.

 

La boule de lumière a ensuite explosé et changé les 23 soldats en pierre, selon le rapport.

 

Deux soldats dans une zone ombragée ont survécu à l’attaque présumée.

 

Le rapport ajoute que les restes des soldats pétrifiés ont été rapportés dans un institut de recherche secret près de Moscou selon le rapport du KGB.

 

mer.

19

avril

2017

Ovnis en France sur ODH-TV2 présenté par Gilles Thomas - 19 Avril 2017

 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région.

 

L'édition est présentée par Gilles.T

- Ovni à Bassou (Yonne) avec Rémy Fauchereau

- Interview du mois: Observation d'ovni à Nice avec Eric Zürcher

- Ovni dans l'histoire: Retour à Trans en Provence avec Marilyne

- Astuce du veilleur: Les flash iridium avec Gaëtan

- Actu ovni dans l'Yonne avec Rémy Fauchereau

- Dossier: Ovni en Ille et Vilaine 2

lun.

17

avril

2017

L'US Air Force enquête sur l'existence du Programme Spatial Secret de la Navy (Corey Goode) - 17 Avril 2017

 

 Nouvelles révélations de Corey Goode sur les programmes spatiaux secrets américains.

 

Source : http://exopolitics.org/us-air-force-officials-investigate-claims-of-secret-navy-space-program/

lun.

17

avril

2017

En Quête d'OVNI (Documentaire) - 17 Avril 2017

jeu.

13

avril

2017

USA : vague d'Ovnis triangulaires ? - 13 Avril 2017

 

Une vague d'observations d’ovnis de forme de triangle semble actuellement se produire aux Etats-Unis tel que l’illustre le cas suivant.

 

 

En effet, un témoin a déclaré avoir observé le vol à basse altitude d’un objet silencieux de forme triangulaire.

 

L'homme était en train de conduire le long d’une route rurale d’Orrington dans le Maine en compagnie de ses amis à 23h19 heure locale lorsque l'incident est survenu.

 

Le témoin a rapporté au MUFON : « Nous nous dirigions vers le lac Brewer Road lorsque nous avons remarqué ces feux rouges à faible altitude et au-dessus du barrage d’un lac ».

 

Il a d'abord pensé qu'il pouvait s’agir d’un avion de l'aéroport international de Bangor avant d’ajouter : « Mais il y avait quelque chose d'inhabituel à propos de ces lumières. »

 

« Cette silhouette triangulaire est passé de 200 à 400 pieds environ ».

 

« La façon dont l'objet s’est déplacé vers le bas était très étrange et j'étais euphorique, mais terrifié en même temps. »

 

« La meilleure façon de décrire cette observation est de la comparer à une feuille en train de tomber vers le sol. »

 

L'homme a ensuite essayé de filmer l’observation.

 

Il a dit : « Nous cherchions tous un triangle équilatéral noir avec des lumières brillante et rouge vif à chaque extrémité. »

 

« L'objet comportait également une lumière blanche située sur la partie centrale et qui rayonnait. L'objet était sombre dans le ciel nocturne et semblait mesurer 40 à 60 pieds de diamètre. »

 

« Puis nous avons regardé la vidéo sans que nous ne puissions observer quoique ce soit de concret. ». 

 

 

jeu.

13

avril

2017

ODH Tv : Ovnis et Vortex - 13 Avril 2017

 

Interférences avec le temps, les dimensions et l'au-delà

avec Gilles THOMAS 

mer.

12

avril

2017

Ovnis près du Soleil - 12 Avril 2017

mar.

11

avril

2017

Jean-Claude Bourret nous parle des ovnis - 11 Avril 2017

 

Interview mise en ligne le 09 avril 2017, sur le site ici du journal L'Union :

Jean-Claude Bourret : “Il existe un autre univers à côté du nôtre”

À la faveur d’un nouveau livre, Jean-Claude Bourret fait le point sur quarante années de découvertes et d’hypothèses scientifiques pour faire émerger la vérité sur le phénomène ovni.

 

Le journaliste Jean-Claude Bourret associé à un ancien directeur de recherche au CNRS, Jean-Pierre Petit, relancent la question des univers parallèles…

 

Quelle est cette «extraordinaire» découverte que vous annoncez dans votre livre ?

 

L’ouvrage est constitué de deux parties.

 

La première s’adresse au grand public, elle est accessible à tous.

 

La seconde est plutôt réservée aux scientifiques de haut niveau.

 

Jean-Pierre Petit nous expose le résultat de ses 40 années de recherches.

 

Il a trouvé une formule mathématique révolutionnaire qui, si elle est avérée, devrait lui valoir un prix Nobel.

 

Cette formule prouve qu’il existe un autre univers à côté du nôtre.

 

Tandis que nous sommes dans un univers « positif », il existerait un univers « négatif » dans lequel la vitesse de la lumière est différente, c’est-à-dire plus de 300.000 kilomètres par seconde.

 

Ainsi, des civilisations extraterrestres utiliseraient les lois physiques de leur univers pour rejoindre le nôtre et nous observer depuis des millénaires.

 

Les calculs et hypothèses de Jean-Pierre Petit ont été publiés dans des revues scientifiques de haut niveau.

 

On a toutefois du mal à le suivre lorsqu’il dit que ses recherches ont été inspirées par de mystérieuses lettres émanant de gens qui prétendent être des extraterrestres !

 

Ça paraît fou parce qu’on ne connaît pas le dossier, donc on a tendance à prendre Petit pour un illuminé.

 

Il m’a montré certaines de ces lettres «anonymes» qui lui ont permis de progresser et de transcender la formule de la relativité d’Einstein.

 

Au début, il croyait à un canular.

 

Mais quand il a vérifié ces formules et il a constaté que ça marchait parfaitement. Il a fait des simulations sur ordinateur qui permettent de faire un bond en avant considérable sur la compréhension de la constitution des galaxies.

 

Il faut ajouter qu’aucun scientifique n’a contesté le travail de Jean-Pierre.

 

À votre avis, d’où viennent ces lettres ?

 

Personnellement, j’ai toujours considéré que Jean-Pierre Petit avait eu accès à une connaissance initiatique qui lui avait été transmise.

 

Un polytechnicien de haut niveau, qui travaillait pour le Premier ministre, m’avait dit être au courant et que, même si ça paraît invraisemblable, les résultats annoncés par Petit étaient scientifiquement recevables.

 

Selon lui, ça pouvait venir des services secrets soviétiques qui, faute de temps et de budget, les transmettaient à des scientifiques très pointus pour faire avancer les recherches.

 

Jean-Pierre ne cache pas que son obstination à travailler sur les ovnis lui a coûté sa carrière !

 

“Prétendre que nous sommes seuls dans l’univers est une absurdité totale”

 

Jean-Claude Bourret

 

 

Pourquoi le phénomène ovni dérange-t-il autant ?

 

 

J’ai mis longtemps à le comprendre.

 

En fait, les scientifiques sont très hostiles parce que, face aux ovnis, ils perdent leur statut de personnalité la plus cultivée et la plus intelligente de la planète terre.

 

Quand le «professeur Duchemoll» est confronté à la vie extraterrestre, il se rend compte qu’il est comme un singe par rapport à un prix Nobel.

 

Prétendre que nous sommes seuls dans l’univers est une a

bsurdité totale.

 

À votre avis, quelles seraient les conséquences si on révélait l’existence d’extraterrestres ?

 

Elles seraient immenses car ça remettrait tout en cause.

 

Nos connaissances, les maladies et tout notre système seraient détruits par les avances technologiques et philosophiques d’une civilisation extraterrestre qui serait forcément bien supérieure à la nôtre.

 

Sans parler de la remise en cause de toutes les religions.

 

C’est une supposition, mais imaginez qu’ils nous disent

 

« Sur la planète Terre, vous vous tuez entre musulmans, juifs, chrétiens, protestants et hindous, en disant «C’est mon Dieu qui est le meilleur !»

 

Maintenant, je vais vous dire que Dieu n’existe pas, et voilà comment l’univers a été créé ! »

 

À ce moment-là, toutes les religions s’effondreraient.

 

À ce propos, l’Italien Mauro Biglino, traducteur officiel pour le Vatican, va très loin puisqu’il remet en cause les fondements même de la religion en affirmant que la Bible évoque les véritables créateurs de l’espèce humaine, c’est-à-dire une race extraterrestre.

 

Dans votre livre, vous donnez tous les détails pour fabriquer un détecteur d’ovnis (« Ufo-catch »)…

 

C’est l’autre point important du livre.

 

On en a assez de voir que les États nous cachent les observations d’ovnis depuis 40 ans.

 

Donc, on va se prendre en main en construisant ce système qui ne coûte pas cher (entre 100 et 160 euros).

 

Avec les bénéfices du livre, qui sont intégralement reversés à l’association de Jean-Pierre Petit, nous ferons fabriquer une série qu’on vendra au prix coûtant, pour que chacun puisse mettre une caméra sur son toit ou son balcon.

 

Chacun pourra dialoguer à travers un forum et échanger ses données.

 

Vous savez, je dis aux gens

 

« Apprenez à vos enfants à regarder les étoiles. On ne peut pas continuer à vivre sur cette petite planète terre comme si on était seuls dans l’univers ».

 

Il faut apprendre à nos enfants qu’il y a des milliards de civilisations et qu’elles sont beaucoup plus avancées que la nôtre.

 

Diriez-vous comme Fox Muller, dans la série « X-Files », que « la vérité est ailleurs » ?

 

Non, la vérité est universelle.

Mais il faut ouvrir la bonne porte pour avoir sa lumière !

 

Propos recueillis par

 J.-M.P.

lun.

10

avril

2017

Deux soucoupes volantes débusquées dans les archives de la NASA - 10 Avril 2017

 

Au mois d'octobre 2013, un ufologue de renom international a découvert la présence de deux soucoupes volantes luminescentes sur des photos d'archive de la NASA.

 

De s'agit-il ?

 

Scott C. Waring explique :

 

« Regardez attentivement ces disques lumineux. Ils ont une brume comme de l'aura autour d'eux.

Des millions de comptes rendus de témoins oculaires les décrivent ainsi.

Ils sont de couleur bleue, tout comme la manière dont ils ont déjà été décrit par le passé.

Mais ce que vous ne savez pas, c'est que ces deux OVNI brillants sont très proches du module de la NASA ...

Ils regardent la mission de la NASA et le font savoir ...

non seulement les humains ne sont pas seuls dans l'espace, mais ce lieu leur appartient !

 

Une autre raison qui va probablement vous convaincre que tout cela est réel, c'est la manière dont la NASA a nommé l'URL de ces OVNI.

Le mot 'UNIDENTIFIED' est au centre de cette adresse, ce qui signifie que la NASA sait qu'il s'agit d'OVNIS ou objets volants non identifiés.

 

Maintenant, si cette photo vient effectivement de la NASA, alors vous devriez être complètement convaincus que ce sont des vaisseaux extraterrestres.

 

Les photos de la NASA, depuis longtemps, ne sont pas modifiées, ce qui signifie qu'elles ne mentent pas comme les photos retouchées d'aujourd'hui.

 

Ensuite, la source gouvernementale a étiqueté la photo ainsi, car ils savent que les OVNIS sont réels et que ce sont deux d'entre eux.

 

Comprenez également que ces photos ne sont pas destinées au public, mais la NASA a donné une grande partie de ses anciennes archives à l'Université de l'État de l'Arizona (ASU) pour que les étudiants les étudient et les examinent.

 

Apparemment, la NASA a oublié de vérifier toutes les photos, ce qui signifie que certaines peuvent contenir des preuves extraterrestres comme celle-ci. »

 

 

mer.

05

avril

2017

Soleil : long OVNI filmé par SOHO  - 05 Avril 2017

 

Le 30 mars, 2017, le satellite SOHO de la NASA a filmé un immense OVNI en forme de cigare qui laissait, derrière lui, une longue traînée de plasma.

 

Mais, de quoi s'agit-il ?

 

Ces images nous montrent un très long objet non identifié qui semble quitter la surface brûlante du Soleil.

 

En étudiant scrupuleusement la vidéo mise en ligne, des passionnés ont estimé que cet engin avait plus ou moins la taille de la Terre !

 

Selon de nombreux ufologues, des civilisations extraterrestres approcheraient leurs vaisseaux du soleil afin d'en exploiter l'énergie. Ils considèrent qu'ils utiliseraient divers procédés afin de récupérer le plasma pour recharger leurs véhicules spatiaux.

 

lun.

03

avril

2017

Irlande : beau nuage lenticulaire et méprise avec un Ovni - 03 Avril 2017

Date : 29 Mars 2017

Localisation : Carlow, Irlande

Source : http://www.carlow-nationalist.ie/2017/04/02/ufo-seen-over-the-skies-of-carlow/

Ce nuage lenticulaire est bien un nuage et non un Ovni comme certains pourraient l'évoquer. 

C'est un phénomène plutôt visible au-dessus de zones montagneuses.

On peut toujours penser à un Ovni caché dans ce nuage mais par pur spéculation.

Les témoins se sont quand même posée la question d'un Ovni !

Qu'en pensez-vous ?

 

Les témoins déclarent : 

 

Greg MacLennan and his wife from Carlow town were out for a drive on Saturday evening when they spotted the large, dark, stationery cloud near Carlow Train Station.

 

“It was very odd,” said Greg. “All the other clouds were very high and light like a cirrus type of cloud. This was totally one of its own. Me and my wife were both thinking it’s very odd. It was just sticking out like an eyesore, if you know what I mean. We were saying that ‘it looks like a UFO, doesn’t it’, or something was hiding inside of it, like camouflage! ‘UFO clouds’ are another name that’s given for this particular cloud.”

 

Greg considers himself open-minded but, disappointingy for The Nationalist, did not believe these were UFOs. Although, he could well be in denial.

 

A sober, rational assessment would indicate that it was a lenticular type of cloud, according to Greg.

 

“They usually form over mountains. It has to do with the warm air that moves up from the base of the mountain. Sometimes they form when there is low pressure on the way.”

 

However, sober assessments are no fun and The Nationalist prefers the idea of camouflaged UFOs watching us do a shop at Aldi.

lun.

03

avril

2017

Physique des civilisations extraterrestres : à quel point pourraient-elles être avancées ? - 03 Avril 2017

par Michio Kaku, Titulaire de la Chaire Henry Semat et professeur en physique théorique au City College de New York.

 

Le regretté Carl Sagan a posé cette question : « Qu’est-ce que cela signifie pour une civilisation d’être âgée d’un million d’années ?

 

Nous n’avons des radiotélescopes et des vaisseaux spatiaux que depuis quelques décennies, notre civilisation technique n’est âgée que de quelques centaines d’années … une civilisation avancée âgée de plusieurs millions d’années est au moins aussi en avance sur nous que nous ne le sommes nous-même sur un Macaque ou sur un Bushbaby* ». (*petit primate de la famille des Galagidae)

 

Bien que toute conjecture autour de telles civilisations avancées ne soit que pure spéculation, on peut toujours utiliser les lois de la physique pour poser les limites supérieures et inférieures de ces civilisations.

 

En particulier, maintenant que les lois de la théorie des champs quantiques, la relativité générale, la thermodynamique, etc sont assez bien établis, la physique peut imposer des limites physiques qui définissent et contraignent un peu mieux les paramètres de ces civilisations.

 

Cette question n’est plus seulement une pure question de spéculation.

L’humanité pourrait bientôt faire face à un choc existentiel tandis qu’à notre liste actuelle d’une dizaine de planètes extrasolaires de la taille de Jupiter devraient s’ajouter prochainement des centaines de planètes de la taille de la Terre, presque des jumelles identiques dans notre patrie céleste.

 

Cela pourrait bien ouvrir la voie à une nouvelle ère dans nos relations à l’univers :

nous ne verrons plus jamais le ciel nocturne de la même manière, réalisant que les scientifiques pourraient éventuellement compiler une encyclopédie identifiant les coordonnées précises de peut-être des centaines de planètes comme la Terre.

 

Aujourd’hui, toutes les quelques semaines apportent des informations sur la possible découverte d’une nouvelle planète extra-solaire de la taille de Jupiter, la dernière étant située à environ 15 années-lumière, en orbite autour de l’étoile Gliese 876.

 

Le plus spectaculaire de ces résultats a été photographié par le télescope spatial Hubble, qui a capturé des photos d’une planète à couper le souffle, située à 450 années-lumière et prise en sandwich dans un système à double-étoile.

 

 

Mais le meilleur est encore à venir.

 

Au début de la prochaine décennie, les scientifiques vont lancer un nouveau type de télescope, le télescope spatial expérimental interferome, qui utilise l’interférence des rayons lumineux pour renforcer la puissance de résolution des télescopes.

 

Par exemple, le Space Interferometry Mission (SIM), qui sera lancé au début de la prochaine décennie, se compose de plusieurs télescopes placés le long d’une structure de 9 mètres.

Avec une résolution sans précédent approchant les limites physiques de l’optique, le SIM est si sensible qu’il défie presque l’entendement : en orbite autour de la terre, il peut détecter le mouvement d’une lanterne agitée par un astronaute situé sur Mars !

 

Le SIM, à son tour, ouvrira la voie au Terrestrial Planet Finder, qui sera lancé à la fin de la décennie suivante, et qui devrait identifier encore plus de planètes semblables à la Terre. Il va scanner les 1000 étoiles les plus brillantes situées à moins de 50 années-lumière de la terre et se concentrera sur les 50 à 100 systèmes solaires les plus brillants.

 

Tout cela, à son tour, stimulera un effort actif pour déterminer si l’un d’eux abrite la vie, et peut-être des civilisations plus avancées que la nôtre.

 

Bien qu’il soit impossible de prédire les caractéristiques précises de civilisations avancées, leurs grandes lignes peuvent être analysées en utilisant les lois de la physique.

 

Peu importe combien de millions d’années nous séparent d’eux, ils doivent cependant obéir aux lois de la physique, qui sont maintenant suffisamment avancées pour tout expliquer, des particules sub-atomiques pour arriver, au travers de 43 incroyables ordres de grandeur, à la structure à grande échelle de l’univers.

 

 

Nous pouvons classer plus spécifiquement les civilisations en fonction de leur consommation d’énergie, selon les principes suivants :

 

1) Les lois de la thermodynamique. Même une civilisation avancée est soumise aux lois de la thermodynamique, en particulier la Seconde Loi, et peut donc être classée en fonction de l’énergie à sa disposition.

 

2) Les lois de stabilité de la matière. La matière baryonique (par exemple, basée sur les protons et neutrons) se divise en trois grands groupes : les planètes, les étoiles et les galaxies. (Il s’agit d’une définition bien établie de la formation et de l’évolution des étoiles et des galaxies, de la fusion thermonucléaire, etc). Ainsi, leur énergie sera également basée sur trois types distincts, ce qui établit des limites supérieures à leurs niveaux de consommation d’énergie.

 

3) Les lois de l’évolution planétaire. Toute civilisation avancée doit développer sa consommation d’énergie plus rapidement que la fréquence des catastrophes menaçant la vie (par exemple des impacts de météores, les périodes glaciaires, les supernovas, etc). Si elles croissent plus lentement, elles sont vouées à disparaître. Cela impose des limites mathématiques minimales au taux de croissance de ces civilisations.

 

Dans un article publié en 1964 dans le Journal de l’astronomie soviétique, l’Astrophysicien russe Nicolai Kardashev a théorisé que des civilisations avancées doivent donc être regroupées selon trois types : Type I, II et III, qui sont respectivement parvenu à maîtrisé des formes d’énergie planétaires, stellaires et galactiques.

 

Il a calculé que la consommation d’énergie de ces trois types de civilisation seraient séparées par un facteur de plusieurs milliards.

 

Mais combien de temps faut-il pour atteindre le statut de civilisation de type II ou III ?

 

Plus vite qu’on ne le croit

 

Don Goldsmith, un Astronome de Berkeley nous rappelle que la terre reçoit environ un milliardième de l’énergie du soleil, et que les humains n’utilisent environ qu’un millionième de cette énergie.

 

Donc, nous consommons environ un million de milliardième de l’énergie totale du Soleil.

 

À l’heure actuelle, notre production d’énergie planétaire est d’environ 10 milliards de milliards d’ERGs par seconde.

Mais la croissance de notre énergie est en augmentation exponentielle, et donc nous pouvons calculer combien de temps il nous faudra pour nous élever au niveau de civilisations de Type II ou III.

 

Goldsmith dit :

« Regardez dans quelle mesure nous sommes arrivés à consommer plus d’énergie une fois que nous avons compris comment la manipuler, la façon réelle d’obtenir des combustibles fossiles, et comment créer de l’énergie électrique d’origine hydraulique, et ainsi de suite; nous avons trouvé dans l’énergie une quantité remarquable d’usages en seulement quelques siècles par rapport aux milliards d’années d’existence de notre planète… et ce même genre de chose peut s’appliquer à d’autres civilisations. »

 

Le physicien Freeman Dyson de l’Institute for Advanced Study estime que dans moins de 2 siècles environ, nous devrions atteindre le Type I.

 

En fait, notre modeste taux de croissance s’élève à 1% par an, Kardashev a estimé qu’il ne faudrait que 3200 ans pour atteindre le Type II, et 5800 ans pour atteindre le Type III.

 

 

 

Vivre dans une civilisation de Type I, II ou III

 

Par exemple, une civilisation de type I est une civilisation véritablement planétaire, qui a maîtrisé la plupart des formes d’énergie planétaire.

 

Leur production d’énergie serait de l’ordre de milliers à des millions de fois notre production planétaire actuelle.

 

Mark Twain a dit : « Tout le monde se plaint de la météo, mais personne ne fait rien à ce sujet. » Cela pourrait changer avec une civilisation de type I, qui a assez d’énergie pour modifier le temps.

Ils ont également assez d’énergie pour modifier le cours des tremblements de terre, des volcans, et construire des villes sur leurs océans.

 

Actuellement, notre production d’énergie nous place au rang de civilisation de Type 0.

 

Nous ne tirons pas notre énergie des forces globales, mais par la combustion de végétaux morts (par exemple le pétrole et le charbon). Mais déjà, nous pouvons voir les germes d’une civilisation de type I.

 

Nous voyons le début d’une langue planétaire (en anglais), un système de communication planétaire (Internet), une économie planétaire (création de l’Union européenne), et même les débuts d’une culture planétaire (via les médias de masse, la télévision, la musique rock , et des films d’Hollywood).

 

Par définition, une civilisation avancée doit croître plus vite que la fréquence des catastrophes mortelles.

 

Tandis que des impacts de météores ou de grandes comètes ont lieu une fois tous les quelques milliers d’années, une civilisation de type I doit maîtriser le Voyage dans l’espace pour savoir détourner les débris spatiaux dans ce délai, ce qui ne devrait pas poser trop de problème pour elle.

 

Les périodes glaciaires peuvent avoir lieu sur une échelle de temps comprise entre des dizaines de milliers d’années, alors une civilisation de type I doit apprendre à modifier le climat dans ce laps de temps.

 

Des catastrophes artificielles internes doivent aussi être gérées.

 

Mais le problème de la pollution mondiale n’est une menace mortelle que pour une civilisation de Type 0, une civilisation de Type I ayant vécu pendant plusieurs millénaires en tant que civilisation planétaire, a nécessairement atteint un équilibre écologique planétaire.

 

Les problèmes internes tels que les guerres constituent une grave menace récurrente, mais ils ont des milliers d’années pour résoudre les conflits raciaux, nationaux, et sectaires.

 

Finalement, après plusieurs milliers d’années, une civilisation de Type I aura épuisé l’énergie de sa planète, et tirera son énergie en consommant toute la production de son soleil, soit environ un milliard de trillions de trillions d’ERGs par seconde.

 

Avec un rendement énergétique comparable à celui d’une petite étoile, ils doivent être visibles de l’espace.

 

Dyson a proposé qu’une civilisation de type II peut même construire une gigantesque sphère autour de son étoile afin d’utiliser plus efficacement sa production totale d’énergie.

 

Même s’ils essaient de cacher leur existence, ils doivent, selon la deuxième loi de la thermodynamique, émettre des déchets chauds.

 

De l’espace, leur planète peut briller telle la décoration d’un arbre de Noël. Dyson a même proposé de rechercher spécifiquement les émissions infrarouges (plutôt que de radio et de télévision) pour identifier des civilisations de type II.

 

Il est possible que la seule menace sérieuse pour une civilisation de type II soit l’explosion d’une supernova voisine, dont la soudaine éruption pourrait brûler leur planète dans une marée de rayons X dévastateurs, détruisant toutes formes de vie.

 

Ainsi, la civilisation la plus intéressante est peut-être celle de type III, car elle serait vraiment immortelle.

 

Elle aura épuisé l’énergie d’une étoile entière, et aura atteint d’autres systèmes stellaires. Aucune catastrophe naturelle connue de la science ne serait capable de détruire une civilisation de type III.

 

Confrontée au voisinage d’une supernova, elle aurait plusieurs alternatives, telles que modifier l’évolution de cette étoile géante rouge mourante et sur le point d’exploser, ou quitter ce système solaire et terraformer notamment un système planétaire voisin.

 

Cependant, d’autres obstacles se présentent avant de passer à une civilisation de type III.

 

Finalement, elle est confrontée à une autre loi fondamentale de la physique, la théorie de la relativité.

Dyson estime que cela pourrait retarder la transition vers une civilisation de type III de peut-être plusieurs millions d’années.

 

Mais même avec la barrière de la lumière, il y a un certain nombre de moyens d’atteindre des vitesses proches de la lumière.

Par exemple, la mesure ultime des capacités d’un moteur à combustion est obtenue par ce qu’on appelle l’ « impulsion spécifique » (définie comme le produit de la poussée et de la durée, mesurée en secondes). Les fusées chimiques peuvent atteindre des impulsions spécifiques de plusieurs centaines à plusieurs milliers de secondes. Les moteurs ioniques peuvent atteindre des impulsions spécifiques de dizaines de milliers de secondes. Mais pour atteindre une vitesse proche de la lumière, on doit être capable d’atteindre une impulsion spécifique d’environ 30 millions de secondes, ce qui est bien au-delà de nos capacités actuelles, mais pas de celles d’une civilisation de type III.

Une variété de systèmes de propulsion serait disponible pour les sondes à vitesse inférieures à la lumière (comme les moteurs à fusion, statoréacteurs, moteurs photonique, etc).

 

Comment explorer la galaxie ?

 

Parce que les distances entre les étoiles sont si vastes, et le nombre de systèmes solaires impropres à la vie si grand, une civilisation de type III serait confrontée à la question suivante : quel est le moyen le plus efficace d’explorer mathématiquement les centaines de milliards d’étoiles dans la galaxie ?

 

En science-fiction, la recherche de mondes habitables a été immortalisée à la télévision par les capitaines audacieux et héroïques qui commandaient un navire étoile solitaire, ou tel que le meurtrier Borg, une civilisation de type III qui absorbe une civilisation inférieure de type II (telles que la Fédération).

 

Cependant, la méthode la plus efficace mathématiquement pour explorer l’espace est beaucoup moins glamour :

pour envoyer des flottes de « sondes de Von Neumann » dans toute la galaxie (John Von Neumann a établi les lois mathématiques des systèmes d’auto-réplication).

Une sonde de Von Neumann est un robot conçu pour atteindre des systèmes solaires lointains et de créer des usines qui reproduisent des copies par milliers.

Une lune morte plutôt qu’une planète serait la destination idéale pour les sondes de Von Neumann, car ils pourraient facilement atterrir et décoller à partir de ces lunes, et aussi parce que ces lunes n’ont pas d’érosion.

Ces sondes vivraient hors de la terre en utilisant des dépôts de production naturelle de fer, de nickel, etc pour créer les ingrédients de base pour construire une usine de robots.

Ils créeraient des milliers de copies d’eux-mêmes, qui ensuite se disperseraient et rechercheraient d’autres systèmes solaires.

Similaires à un virus colonisant un corps faisant plusieurs fois sa taille, par la suite ils formeraient un ensemble de trillions de sondes de Von Neumann en expansion dans toutes les directions, qui augmenterait à une fraction de la vitesse de la lumière.

De cette façon, même une galaxie mesurant 100000 années lumière pourrait être complètement analysée en, disons, un million d’années.

 

Si une sonde de Von Neumann ne trouve que des preuves de vie primitive (comme une civilisation instable et sauvage de type 0), ils pourraient tout simplement rester en sommeil sur la lune, attendant silencieusement qu’une civilisation de type 0 évolue vers une civilisation de type I.

 

Après avoir attendu tranquillement pendant plusieurs millénaires, ils pourraient être activés lorsque la nouvelle civilisation de type I serait assez avancée pour établir une colonie lunaire.

 

Le physicien Paul Davies de l’Université d’Adélaïde a même évoqué la possibilité d’une sonde de Von Neumann en sommeil sur notre Lune, vestige d’une visite précédente dans notre système il y a des éons.

 

(Si cela vous semble un peu familier, c’est parce que ç’était la base du film 2001, l’Odissey de l’Espace. À l’origine, Stanley Kubrick a commencé le film avec une série de scientifiques expliquant comment ce genre de sondes constituerait la méthode la plus efficace pour explorer l’espace extra-atmosphérique. Malheureusement, à la dernière minute, Kubrick coupa cette introduction de son film, et ses monolithes sont ensuite devenues des entités quasi mystiques)

Sonde de Van Neumann

 

 

Nouveaux développements

 

Depuis que Kardashev a donné son classement initial des civilisations, de nombreux développements scientifiques sont venus affiner et étendre son analyse de départ, tels que des développements récents en matière de nanotechnologie, de biotechnologie, de physique quantique, etc…

 

Par exemple, les nanotechnologies peuvent faciliter le développement de sondes de Von Neumann.

 

Comme le physicien Richard Feynman l’a observé dans son essai séminal, «il ya beaucoup de possibilités à la base », il n’y a rien dans les lois de la physique qui n’interdit la fabrication d’armées de machines moléculaires.

 

À l’heure actuelle, les scientifiques ont déjà construit de curieux objets à l’échelle atomique, tels qu’une sorte de Buckyballs atomique ou une guitare atomique constituée de chaînes d’environ 100 atomes.

 

Paul Davies spécule qu’une civilisation capable de voyages dans son espace lointain pourrait utiliser la nanotechnologie pour construire des sondes miniatures pas plus grandes que la paume de votre main afin d’explorer sa galaxie.

 

Davies dit :

 

« Les sondes miniatures dont je parle seraient si discrètes qu’il n’est pas surprenant que nous n’en ayons pas remarqué. Ce n’est pas le genre de chose sur laquelle vous allez trébucher dans votre arrière cour. Donc, si c’est la façon dont la technologie se développe, à savoir toujours plus petit, plus rapide, moins cher et si d’autres civilisations ont emprunté cette voie, alors il est possible que nous soyons entourés par des dispositifs de surveillance. »

 

En outre, le développement de la biotechnologie a ouvert des possibilités entièrement nouvelles.

 

Ces sondes pourraient agir en tant que formes de vie, reproduisant leur information génétique, mutant et évoluant à chaque étape de leur reproduction pour renforcer leurs capacités, et pourraient être douées d’intelligence artificielle accélérant leur recherche.

 

En outre, la théorie de l’information modifie l’analyse originale de Kardashev.

 

L’actuel projet SETI scanne seulement quelques fréquences parmis toutes les émissions de radio et de télévision transmises par une civilisation de type 0, mais peut-être pas toutes celles d’une civilisation avancée.

 

En raison de l’énorme quantité des parasites qui se trouvent dans l’espace profond, la diffusion sur une seule fréquence présente une sérieuse source d’erreur.

 

Au lieu de mettre tous vos œufs dans le même panier, un système plus efficace consisterait à découper votre message et de l’étaler sur toutes les fréquences (la transformée de Fourier par exemple) puis de réassembler le signal seulement à son extrême destination.

 

De cette façon, même si certaines fréquences sont perturbées par électricité statique, des portions suffisamment précises du message subsisteront pour permettre de remonter le message via des routines de correction d’erreurs.

 

Cependant, toute civilisation de type 0 écoutant un tel message sur une seule bande de fréquences n’entendra rien d’autre que des inepties.

 

En d’autres termes, notre galaxie pourrait bien grouiller de messages provenant de diverses civilisations de types II et III, mais nos radiotélescopes de Type n’entendent que du charabia.

 

 

Enfin, il y a aussi la possibilité qu’une civilisation de Type II ou III pourrait être en mesure d’atteindre la légendaire énergie de Planck (10 ^ 19 milliards d’électron-volts) avec ses machines.

 

Cette énergie est un quadrillion fois plus puissante que notre accélérateur de particules le plus puissant. Cette énergie, aussi fantastique qu’elle puisse paraître, est (par définition) à la portée de civilisations de Type II ou III.

 

 

L’énergie de Planck se produit uniquement au centre des trous noirs et au moment du Big Bang.

Mais avec les progrès récents en gravité quantique et de la théorie des supercordes, il y a un regain d’intérêt parmi les physiciens autour d’énergies assez vastes pour générer des effets quantiques capables de déchirer le tissu de l’espace et du temps.

 

Bien qu’il soit loin d’être certain que la physique quantique permettra de créer des trous de ver stables, cela soulève la possibilité que des civilisations suffisamment avancé puissent être capables de se déplacer par des trous dans l’espace, comme dans le miroir d’Alice.

 

Et si ces civilisations réussissent à naviguer au travers de galeries stables, alors atteindre une impulsion spécifique d’un million de secondes n’est plus un problème.

 

Elles se contenteraient de prendre un raccourci à travers la galaxie. Ce qui réduirait considérablement la transition d’une civilisation de Type II vers le Type III.

 

Deuxièmement, la capacité de déchirer les trous dans l’espace et le temps pourrait être utile un jour.

 

Les astronomes, après analyse de la lumière de supernovae lointaines, ont conclu récemment que l’univers pourrait être en train d’accélérer, plutôt que de ralentir.

 

Si cela est vrai, il se pourrait qu’il existe une force anti-gravitée (peut-être la constante cosmologique d’Einstein), luttant contre l’attraction gravitationnelle des galaxies lointaines.

 

Mais cela signifie aussi que l’univers pourrait s’étendre indéfiniment, jusqu’à ce que sa température approche le quasi-zéro absolu.

 

Plusieurs articles ont récemment mis en évidence ce à quoi un univers si lugubre pourrait ressembler. Ce serait un spectacle pitoyable : toute civilisation survivante serait désespérément entassée à côté des braises mourantes d’étoiles à neutrons et de trous noirs mourants. Toute vie intelligente devra mourir à la mort de l’univers.

 

En contemplant la mort du soleil, le philosophe Bertrand Russel a écrit peut-être le point le plus déprimant dans la langue anglaise :

« … Tous les travaux de tous les temps, tout le dévouement, toute l’inspiration, tout l’éclat du génie humain, sont destinés à l’extinction par la mort de vastes systèmes solaires, et le temple des réalisations humaines doit inévitablement être enterré sous les débris d’un univers en ruines … »

 

Aujourd’hui, nous nous rendons compte que des moteurs suffisamment puissants pourraient nous sauver de la mort de notre soleil programmée dans 5 milliards d’années, quand nos océans seront portés à ébullition et quand nos montagnes entreront en fusion.

 

Mais comment échapper à la mort de l’univers lui-même ?

 

L’astronome John Barrows de l’Université de Sussex écrit

 

« Supposons que nous étendions vers le haut le classement de Kardashev. Les membres de ces hypothétiques civilisations de Type IV, V, VI, … et ainsi de suite, seraient capables de manipuler les structures de l’univers à des échelles plus grandes et plus importantes, regroupant des groupes de galaxies, des amas, et superamas de galaxies. »

 

Des civilisations au-delà du Type III pourraient disposer d’assez d’énergie pour échapper à la mort de notre univers par des trous dans l’espace.

 

Enfin, le physicien Alan Guth du MIT, l’un des initiateurs de la théorie de l’univers inflationniste, a même calculé l’énergie nécessaire pour créer un bébé-univers en laboratoire (une température de 1000 milliards de degrés, qui serait à la portée de ces hypothétiques civilisations).

 

Bien sûr, jusqu’à ce que quelqu’un établisse effectivement un contact avec une civilisation avancée, tout cela revient à une spéculation tempérée par les lois de la physique, rien de plus qu’un guide utile dans notre recherche d’une intelligence extra-terrestre.

 

Mais un jour, nous serons nombreux à admirer l’encyclopédie contenant les coordonnées de peut-être plusieurs centaines de planètes similaires à la Terre dans notre secteur de la galaxie.

 

Nous nous demanderons alors, comme Sagan l’a fait lui-même, à quoi ressemble une civilisation en avance d’un millions d’années sur la nôtre…

sam.

25

mars

2017

L’ISS filme ce qui semble être une réunion entre deux objets en orbite de la Terre - 25 Mars 2017

 

Il y a quelques jours, la caméra de l’ISS a fait une étrange rencontre entre deux objets bizarres qui se sont passés au-dessus de nos têtes.

 

La vidéo a été mise sur YouTube par Streetcap1 et a immédiatement attiré l’attention des amateurs d’OVNI.

 

La vidéo de 7 minutes montre deux objets dorés, métalliques s’approchant lentement l’un de l’autre, mais le film se coupe avant la conclusion que nous attendions tous.

 

L’observation a eu lieu devant la Station spatiale internationale et il est intrigant comment cette fois-ci l’alimentation n’a pas été abruptement coupée.

 

Au cours des 4 premières minutes de la vidéo, les deux objets présentent une transparence étrange et cela a donné aux sceptiques la raison de croire que les apparitions ne sont rien d’autre que des artefacts d’image causés par l’évasement de la lentille.

 

Mais à partir de 4 minutes, la forme des deux objets commence à devenir plus apparente.

 

Ils semblent également faire des ajustements subtils à leur direction et vitesse, tout en s’allumant et en modifiant lentement leur forme.

 

À en juger par les réactions des commentateurs YouTube, cet incident a laissé la forte impression d’une réunion orbitale qui aurait dû rester secrète.

 

« Il semble y avoir un changement d’aspect tridimensionnel autour des deux objets lorsque la lumière se déplace autour entre la 4ème et 5ème  minute. Les deux objets semblent avoir des sphères attachées.  »

 

« Quand je regarde cette séquence encore et encore, je sens que l’image de droite pourrait être le satellite Hubble. Sur la gauche, je réfléchis et pense que c’est le Chevalier Noir ? Cet objet montre certainement une symétrie similaire.

 

Cette étrange vidéo nous permet de tirer des conclusions intéressantes.

 

Tout d’abord, la vitesse des deux objets correspond à celle de la Station spatiale internationale.

 

Puisqu’ils sont restés en vue au moins pendant la durée de la vidéo, on peut supposer que les occupants de l’ISS étaient bien conscients de la présence des deux objets.

 

Deuxièmement, lorsqu’ils sont en orbite autour de la Terre ou d’une autre planète / satellite, deux vaisseaux spatiaux qui ont des vitesses correspondantes tentent habituellement de s’amarrer les uns aux autres. Cela nous donne raison de soupçonner qu’un ou les deux objets ont rencontré l’ISS, avant ou après la prises de vues.

 

Ce ne serait pas la première fois qu’un tel contact a eu lieu. L’année dernière, l’ancien ingénieur de la NASA, Mark McClelland, a affirmé avoir assisté à une réunion entre des astronautes et un alien de 9 pieds dans la baie de chargement d’une navette spatiale. Un scénario semblable aurait pu se dérouler à bord de l’ISS.

ven.

24

mars

2017

Rétroingénierie des phénomènes extraordinaires - 24 Mars 2017

 

Conférence de Philippe Guillemant au colloque des réalités invisibles de Laon, le 11 février 2017.

 

Rappelons que  Philippe Guillemant est ingénieur Centrale Paris et chercheur au CNRS, est un spécialiste du chaos et de l'intelligence artificielle. Il est l’auteur de « La Route du Temps - Théorie de la Double Causalité » (Le Temps Présent, 2010) et de « La physique de la conscience » (Trédaniel, 2015).

 

SOURCE

ven.

24

mars

2017

France :  Ovnis Aliens en Vendée qui assaillent une famille - 24 Mars 2017

 

Le  lundi 20 mars 2017, en fin d'après-midi, Christian MACE reçoit un appel téléphonique d'une Dame résident en Vendée, en France.

L'entretien téléphonique a duré plusieurs heures... Monsieur MACE connaissait déjà cette Dame, car il avait eu auparavant une longue conversation par téléphone...

 

Par soucis de discrétion, Monsieur MACE convient avec cette Dame de ne pas rendre publique cette affaire Ovnis Aliens extrêmement importante, à laquelle doit faire face cette Dame et sa famille, habitant dans leur maison, en Vendée...

 

Il s'agit d'un véritable cauchemar que vit en ce moment même cette famille...

 

Mais aujourd'hui cette Dame est d'accord pour parler sur le blog de Christian MACE .

Mais elle pose une condition que par soucis de discrétion, ne soit pas mentionnés  ni son prénom et ni son nom de famille, et qu'on n'indique pas la ville où la Dame habite.

 

Disons que c'est dans le département de la Vendée, en France. 

 

La Dame a adressé par email deux photos d'ovnis prises par la famille, ainsi que leurs vidéos ovnis.

 

Ci-après, ovnis pris en photo par la famille de Vendée :

 

Oui, depuis plusieurs mois cette famille est assiégée par des présences d'ovnis associés à des productions de phénomènes paranormaux.

 

Cela a des effets sur cette Dame, âgée d'une quarantaine d'années, sur son mari, son enfant d'un an, et sa fille de 8 ans.

 

La Dame a une autre fille âgée de 18 ans, vivant avec un jeune homme, hors du domicile familial...

 

La personne ciblée le plus par ces phénomènes est le mari de la Dame.

 

Des effets physiques ont été constatés sur le visage du père de famille, ainsi que sur le visage du bébé, comme une cicatrice, apparue étrangement, sans en connaître l'origine.

 

Ce qui se passe dans leur maison en Vendée, est digne d'un cauchemar d'une maison hantée, type Amityville, la maison de l'horreur

 

http://documystere.com/fantomes-demons/amityville-lhistoire-vraie/

 

Le plafond de la maison semble bouger, se gondoler. Des ombres apparaissent. Sur des photos prises par la famille, des figures et personnages étranges apparaissent sur des supports des meubles, etc.

 

Quand le Monsieur et la Dame prennent leur voiture, des ovnis les accompagnent, type soucoupes volantes.

 

La Dame m'a dit qu'un jour de façon inexplicable, alors qu'elle conduisait seule, il y a eu un effet mystérieux sur sa voiture sur les freins et l'accélérateur...

 

Ci-après, cet autre ovni pris en photo par la famille de Vendée :

 

 

 

La Dame et et son époux photographient et filment tout cela.

 

Ainsi sur des documents filmés par la famille adressés par email à monsieur MACE  on voit bien toutes sortes de phénomènes ovnis lumineux bizarres.

 

Par exemple dans un film tourné par cette famille devant "leur" maison, on voit un ovni en forme de boîte à lettres Américaine de couleur bleue !

 

D'ailleurs la Dame a intitulé cette séquence "Boîte bleue".

 

Christian MACE a visionné cette vidéo, et effectivement on voit bien une lueur bleue, et après une structure bleue d'aspect cylindrique, ressemblant à une boîte à lettre des USA !

 

Monsieur MACE dit avoir visionné un nombre incalculable de vidéos, et là, c'est la première fois qu'il voit une telle forme d'ovni aussi bizarre !

 

Manifestement cette famille de Vendée est sous l'emprise d'Entités Aliens, qui perturbent gravement leur vie de famille.

 

On peut soupçonner notamment que le père de famille doit avoir un implant Alien, car il est la cible principale des Aliens.

 

Cette homme très cartésien n'en peut plus, et a été obligé d'arrêter son travail, ainsi que son épouse...

 

Ci-après, Chr. MACE a  mis en ligne les documents vidéos, ces films des ovnis de cette famille de Vendée...  

 

En premier, l'ovni "Boîte Bleue", ressemblant à une boîte à lettres des USA !

 

Filmé devant la maison familiale de Vendée, à 15 mètres environ...

Boîte bleue. MTS

Séquence filmée devant la maison de la famille, en Vendée. Notamment un ovni de couleur bleue, puis cette forme étrange cylindrique comme une boîte à lettres des USA...

 

Etoile Membrane.MTS

Autre document ovni, filmé par cette famille de Vendée...

 

00047.MTS

Cet autre document ovni, filmé par cette famille de Vendée...

 

 

AIDONS CETTE FAMILLE...

 

Oui, cette famille vit un véritable cauchemar en ce moment même à leur maison en Vendée, en France, où la famille est en proie sans-arrêt à des ovnis, causant en plus des phénomènes paranormaux. Cela au moins depuis plusieurs mois...

 

Le père de famille et son épouse sont même poursuivis par ces différents ovnis, notamment soucoupes volantes, triangles, sphères lumineuses, lorsqu'ils circulent en automobile...

 

Des fois, quand ils circulent en voiture la nuit, tout s'éteint derrière eux, les lampadaires cessent de fonctionner...

 

Cette famille est déstabilisée à cause de tout cela.

 

Pensez, ils ont même vu une Créature Alien ressemblant à une mante religieuse !

 

Les époux dorment mal, et se relaient la nuit pour surveiller leur domicile et leur bébé de un an... Ils ont arrêté leur travail, et des difficultés vont apparaître pour se nourrir... La Dame, mère de famille, a beaucoup maigris...

 

En en-tête de cette page, j'ai extrait cette image de la vidéo que m'a adressée la Dame, où la famille a filmé cet ovni, cette lueur dans le ciel, à 15 mètres environ devant leur maison.

 

Quand la lueur bleue a été zoomée, on aperçoit alors une forme insolite bleue, comme une boîte à lettres des USA !

 

Hier matin le 23 mars 2017, Cr. MACE reçoit  un appel téléphonique de la part de la mère du Monsieur, ce père de famille assailli par ces Ovnis Aliens.

 

Cette Dame est très angoissée et  demande quoi faire pour arrêter tout cela, où son fils et son épouse y perdent leur santé.

 

La Dame demande si l'hypnose pourrait enrayer tout cela ?

 

Monsieur MACE  lui a  répondu que cela serait peu probable.

 

Et il a  ajouté qu'il avait  fourni à l'épouse de son fils des renseignements pour combattre tout cela.

 

Monsieur MACE  signale au Monsieur, les initiales "N.D.A.", d'un individu qui combat en faisant appel à certaines Energies, ces intrusions Aliens intempestives, certainement de type Aliens Gris et Reptiliens...

 

D'ailleurs CR. MACE précise qu'il avait eu au téléphone ce Combattant Anti Aliens. Normalement ce Combattant doit venir avec deux autres personnes amies, rendre visite à cette famille de Vendée, pour arrêter ces manifestations Ovnis Aliens et Paranormales... Car la Dame de Vendée a contacté ce Monsieur "NDA" habitant en Bretagne, en France, pour un proche rendez-vous à leur maison en Vendée...

 

Comme le préconise MACE  à l'épouse, et à la mère du père de famille, mieux vaut ne pas alerter les autorités officielles type Gendarmerie, Police, Geipan, et autres...

 

Réfléchissons, même si les Gendarmes viendraient et pourraient être témoins de ces manifestations Aliens en photographiant et en filmant, que pourraient-ils faire de plus ?

 

Cela ne résoudrait pas le coeur du problème : arrêter à tout prix l'intrusion Alien !

 

Et attention, si les services officiels seraient alertés, cette famille pourrait être considérée comme "folle", et pourrait se faire retirer la garde de leurs enfant sous leur toit, un bébé de un an, et une fillette de 8 ans...

 

Source

 

jeu.

23

mars

2017

Interview de J.P. Petit sur la chaîne INRESS TV - 23 Mars 2017

Que penser de la question OVNI ?

 

Où en sont les recherches concernant ce type de dossiers controversés et débattus passionnément ?

 

Rencontre avec Jean-Pierre Petit, astrophysicien. 

 

Ancien directeur de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), spécialiste en mécanique des fluides, physique des plasmas et magnétohydrodynamique (MHD), Jean-Pierre Petit est surtout connu pour ses ouvrages de vulgarisation scientifique et ses recherches autour de la question OVNI.

 

Dans cet épisode de BEYOND, il nous livre sans langue de bois son parcours et ses interrogations, non sans humour et rhétorique. Rencontre

mar.

21

mars

2017

Carl Jung accusait l’Air Force de dissimuler des informations sur les ovnis - 21 Mars 2017

 

Lorsqu’un certain nombre d’ovnis ont pénétré dans l’espace aérien de Washington en 1952, le pays entier est entré en état d’alerte et la nouvelle s’est répandue dans toute la nation.

 

Peu après l’incident, le président Harry Truman a été contraint de tenir une conférence de presse pour s’exprimer au sujet de l’événement.

 

A la suite de cette conférence, ainsi que la grande vague d’ovnis qui a précédé la bombe atomique, le sujet a été englouti dans le secret.

 

À l’instar des fuites récentes révélant l’étendue des programmes de surveillance de la NSA, le sujet des OVNIS est entré dans la catégorie des programmes d’accès spéciaux non reconnus et abandonnés.

 

Selon un rapport du Sénat des États-Unis de 1997, ces programmes sont «si sensibles qu’ils sont exemptés des exigences de déclaration standard au Congrès».

 

L’ancien chef de la CIA, Roscoe Hilenkoetter, l’a bien montré en 1960 quand il a dit à la nation que

 

« dans les coulisses, les officiers de l’armée de l’air de haut rang sont sobrement préoccupés par les ovnis. Mais à cause du secret officiel et du ridicule, un grand nombre de citoyens sont amenés à croire que les objets volants non identifiés sont des sottises. » 

 

Aujourd’hui, c’est une toute autre histoire.

 

Un certain nombre de gouvernements et d’organismes gouvernementaux, appuyés par plusieurs milliers de demandes concernant la Loi sur l’accès à l’information (FOIA), ont tous publié des documents qui étaient auparavant classifiés confirmant l’existence des ovnis.

 

Pour les compléter, des centaines (sinon des milliers) de dénonciateurs de haut rang ont également partagé leurs histoires.

 

Le sujet est actuellement en train de quitter les sphères privées et d’entrer dans le courant dominant à un rythme très élevé.

 

Tout comme il y avait des preuves pour les ovnis, il y a aussi des preuves que certains d’entre eux sont en fait extraterrestres à l’origine.

 

Tout cela devient normal, et de plus en plus de gens commencent à ouvrir leur esprit à la possibilité, et à l’évidence, que le gouvernement (et ceux qui le dirigent) retiennent des informations sur les visites intelligentes extraterrestres sur notre planète.

 

Le document

 

Le document déclassifié fait partie du lot de milliers d’autres documents qui ont été récemment déclassifiés et publiés par la CIA. Ces documents abordent un grand nombre de sujets, allant des expériences en parapsychologie de la CIA à des informations sur les ovnis.

 

L’un des documents, écrit par un «Fred A. Kirsch», se lit comme une «copie épurée validée pour être publiée».

En d’autres termes, il a été dédouané des informations trop sensibles pour un accès public. Il se lit comme suit :

 

« C’est une réponse à la lettre critiquant le Dr Carl Jung pour sa croyance dans les soucoupes volantes et ses accusations que la Force aérienne a dissimulé la vérité sur ces objets. Je tiens à souligner que le Dr Jung n’est pas la première réputée et intègre à émettre de tels chefs d’accusation. Il n’est que le dernier. »

 

Le document continue de nommer d’autres personnes, y compris Hillenkoetter :

 

La même accusation a été émise par l’amiral Delmar Fahrney, ancien directeur du programme naval de recherche sur les missiles guidés, et par R.M., Hillenkoetter, ancien chef de la Central Intelligence Agency.

 

Si Jung était la seule personne responsable à faire de telles accusations, nous pourrions nous débarrasser de ses accusations comme étant absurdes.

 

Cependant, quand un certain nombre de pilotes, d’opérateurs de radar et d’autres observateurs qualifiés conviennent que les ovnis sont réels, une réévaluation sérieuse de la situation est de mise.

 

Cela ne signifie pas que tous les autres documents et informations de la CIA concernent uniquement le phénomène ovni, mais montre néanmoins la manière dont la CIA a dissimuler des informations pendant tout ce temps.

 

Ce document énonce clairement, et valide ce que de nombreuses personnes ont également soutenu, que Jung a vraiment cru en ce phénomène et a soutenu l’hypothèse extraterrestre comme une explication plausible de l’existence des ovnis.

 

Il a même écrit un livre sur le sujet intitulé

 

« Soucoupes volantes : un mythe moderne de choses vues dans le ciel »

 

où il spécule sur leur nature, abordant le sujet d’un point de vue psychologique plutôt que personnel.

 

Selon The Guardian, Jung avait étudié les ovnis pendant plus d’une décennie et déclaré qu’il «ne peut même pas affirmer si ils existent ou non», et qu’il mettait sa « réputation durement acquise en jeu pour la véracité, la fiabilité et la capacité du jugement scientifique ».

 

Il a également été cité en disant :

 

«Au cours des dernières années, j’ai rassemblé une masse considérable d’observations, y compris dans les rapports de deux témoins oculaires que je connais personnellement (je n’ai jamais rien vu !). J’ai également lu la question. Cependant, je ne peux que dire avec certitude : ces choses ne sont pas une simple rumeur, quelque chose a bien été observé. »

 

Il a aussi discuté de ce que la CIA a mentionné ci-dessus :

 

Ce qui m’étonne le plus, c’est que l’armée de l’air américaine, en dépit de toutes les informations en sa possession et de sa soi-disant crainte de semer la panique, sembler systématiquement œuvrer pour cette chose précise car elle n’a encore jamais publié un récit authentique et certain des faits, ne laissant que rarement fuiter l’information pour que les journalistes se l’arrachent.

 

J’ai aussi trouvé un lien vers des citations sur un blog de Princeton.

 

Il est tout à fait étonnant de voir combien de personnes «crédibles» ont évoqué ce sujet après avoir enquêté sur les preuves, pendant des décennies, et maintenant nous savons que cette longue liste comprend Carl Jung.

lun.

20

mars

2017

Etrange faisceau de lumière dans l' axe du cratère du volcan Etna , et qui se déplace !  - 20 mars 2017

 

 

Récemment, une équipe de la chaîne de télévision britannique BBC s'est retrouvée au cœur de l'éruption du volcan Etna, en Sicile.

Des journalistes, mais aussi des scientifiques et des touristes, ont été blessés par la pluie de lave et de vapeur qui s'est abattue sur eux après une explosion.

 

Six personnes ont notamment été conduites à l'hôpital pour des contusions et traumatismes, en particulier crâniens.

 

La BBC a aussi interrogé un vulcanologue, qui a décrit l’incident comme “le plus dangereux qu’il ait connu en trente ans de carrière”. L’Etna est l’un des volcans les plus actifs au monde : il s’agit de sa troisième éruption en trois semaines. 

 

“Les éruptions phréatiques surviennent quand le magma augmente la température de la terre, provoquant l’évaporation quasi instantanée de l’eau, et donc une explosion de vapeur, d’eau, de cendres et de roche”, reprend le quotidien La Sicilia, qui s’est entretenu avec un spécialiste. 

 

Le maire de Nicolosi, au pied de l’Etna, a pour sa part estimé que “cette expérience confirme la nécessité de respecter au maximum le volcan et de n’accéder au sommet que dans des conditions de sécurité maximale, avec un guide professionnel”. 

 

Mais plus étrange une vision d'un immense faisceau de lumière a été aperçu dans la nuit qui a suivi !

 

 

Celui-ci n'est pas de nature humaine et encore une fois les extraterrestres semblent interférer avec nos volcans !

Ce faisceau est-il destiné  à effectuer des mesures scientifiques ou aurait-il le pouvoir de diminuer cette éruption potentiellement dévastatrice ?

 

BPEarthWatch de YouTube analyse cet événement étrange !

 

ven.

17

mars

2017

Notre technologie aurait-elle  été inspirée d'une technologie extraterrestre ? - 17 Mars 2017

 

C'est en 1941 à Cap-Girardeau dans le Missouri qu'un ovni s'est écrasé dans les bois. Un révèrent a été appelé pour donner les derniers sacrements au pilote. Une fois sur place, il a retrouvé les pompiers, la police et le FBI qui l'ont escorté près d'une soucoupe volante où trois créatures étranges étaient en train de mourir. Le temps que le pasteur faisait ses prières, l'armée en a profité pour ramasser les morceaux du vaisseau. C'est ainsi qu'ils ont découvert une technologie encore inconnue. Par la suite, les militaires ont étudié l'engin à l'université de Purdue avec un brillant étudiant et sept ans plus tard, le transistor voyait le jour. Cela voudrait dire que nos inventions auraient été inspirées par la technologie extraterrestre.

 

Depuis 70 ans, notre technologie a évolué de façon considérable. Que ce soit la communication, la médecine, les transports ou l'activité militaire, tout a évolué et tout cela serait grâce à des crashs d'ovnis. Aujourd'hui, le transistor est courant, mais cette découverte a permis de réduire la taille de nos appareils électriques. Sans ce crash d'ovni, notre technologie n'aurait peut-être pas évolué aussi rapidement. D'autres crashs ont pu nous aider dans le progrès.

Le crash de Roswell en 1947 ferait partie de ceux-là. Un colonel a confirmé le crash d'un ovni et il a affirmé que grâce à la récupération de l'engin, d'autres avancés technologiques ont eu lieux, comme la vision nocturne, la technologie furtive et les micro-ondes. C'est des grands scientifiques qui se sont attelés à cette lourde tâche.

 

Bob Lazar a parlé de la conception d'appareils militaires secrets en 1989 grâce à la retro-ingénierie sur des ovnis. C'est ainsi qu'il a dévoilé une technologie de propulsion et a parlé d'une base située à quelques kilomètres de la zone 51. La base serait souterraine et servirait de laboratoire. Il a déclaré que le gouvernement travaillait sur des soucoupes volantes et a expliqué que des scientifiques travaillaient sur le voyage intergalactique grâce à l'l'élément 115 donné par les extraterrestres. Cela voudrait dire que les gouvernements collaborent directement avec eux. Par la suite, Bob Lazar a été ridiculisé, quand en 2004, des scientifiques ont déclaré avoir découvert l'élément 115. Cette déclaration confirmerait celle faite par Bob Lazar.

 

C'est en Californie en 1989 qu'un ingénieur qui travaillait sur des projets top secret a été réduit au silence. En effet, suite à une injection qu'il a reçue, il a tout oublié des projets sur lesquelles ils travaillaient. Un ancien fournisseur de la défense a écrit son témoignage juste avant de mourir et il a déclaré que des travaux étaient en court sur des ovnis et les progrès qui en ont découlé proviendraient de ces recherches. Dans cette lettre, l'armée détiendrait une technologie extrêmement développée, mais garder secrète. Il a confirmé également qu'une collaboration avait lieu entre les gouvernements et les extraterrestres.

 

Pendant la seconde guerre mondiale, des scientifiques auraient travaillé sur une technologie très avancée. En Allemagne, les militaires auraient récupéré un ovni victime d'un crash en 1936. Adolf Hitler s'y est rapidement intéressé et a demandé qu'on étudie l'ovni de très près pour créer une nouvelle arme très puissante. C'est ainsi qu'est né le projet Die Glocke, mais faute d'y parvenir, le projet a été abandonné.

 

D'autres pays ont travaillé sur de telles technologies. En décembre 2011, un drone américain a été intercepté par les iraniens durant un vol. L'appareil n'a subi aucun dégât et les américains se sont demandé comment cela était possible. Certains pensent qu'ils ont pu créer un appareil qui se servirait d'un rayon tracteur grâce à un crash qui a eu lieu en 2004. Les militaires iraniens auraient récupéré l'épave de l'ovni et l'auraient étudié pour pouvoir se servir de cette invention.

Tous ces dossiers tenteraient à prouver que les gouvernements travailleraient sur la technologie extraterrestre dans un but militaire. Cela serait possible grâce à une potentielle collaboration entre deux mondes et grâce à la récupération des ovnis victimes de crash sur terre

mer.

15

mars

2017

« D’étranges contacts » avec Nicolas AUGUSTO - Nuréa TV - 15 mars 2017

 

« D’Étranges Contacts » avec Nicolas Augusto

 

Nicolas Augusto est un auteur, producteur et conférencier.

 

Passionné par le paranormal et le surnaturel, il crée en 2006 avec son frère Anthony, un groupe d’investigation nommé R.I.P. – Recherches Investigations Paranormal.

 

Il démarre sa carrière télévisuelle en 2007 avec un nouveau programme au sujet des phénomènes paranormaux et rend enfin publiques ses enquêtes.

 

Il devient producteur et les enquêtes de RIP apparaissent à la télévision suisse et françaises.

 

A ce jour, cette émission reste l’unique programme français exclusivement dédié aux enquêtes sur le surnaturel.

 

En 2012, après 2 ans de travail aux Etats-Unis dans l’industrie du cinéma et du divertissement, Nicolas Augusto est confronté à la mort d’Ani, son compagnon canin, et après ces expériences enrichissantes et troublantes, il décide de prendre du temps pour mettre sur papier ses pensées, ses ressentis sur le monde dans lequel nous vivons.

 

En Juillet 2016 après de longues années de travail d’écriture et de recherches, il publie son roman Les saisons du Paradis, un mélange d’amour et de mystère sur ce qui est en chacun de nous et ce qui fera notre futur.

 

Dans cet ouvrage, Nico Augusto réussit à mettre en mots les particularités de la vie et de l’après.

 

Nicolas nous rejoint cette fois-ci sur Nuréa TV pour partager avec nous différentes histoires ufologiques et paranormales qui ont jalonné son parcours d’enquêteur du paranormal.

 

mer.

15

mars

2017

Idées délirantes à propos d'une étrange sphère, en mouvement, dans l'océan Pacifique - 15 Mars 2017

Beaucoup d’amateurs d’ufologie scrutent google map dans l’espoir de voir des preuves d’une activité extraterrestre.

 

Et justement une de ces personnes aurait découvert une mystérieuse sphère au fond de l’océan pacifique.

La fameuse image disponible ci-dessous :

 

En effet s’il, on regarde aux coordonnées 4.250044,-28.712918 on peut voir une sorte de sphère qui semble avoir laissé des traces assez importantes dans le fond marin.

 

Nous sommes ici à environ neuf mille pieds de profondeur.

 

D’après les estimations, cet objet mesurerait environ quatre kilomètres cinq de diamètre.

 

Les traces se prolongent sur environ quatre-vingts kilomètres.

 

Derrière cette anomalie, on peut voir des traînées, comme si celle-ci s’était déplacé dans le fond marin.

 

Notre objet semble parfaitement rond.

Ce qui est très étonnant dans cette affaire, ce sont les traces laissées, on a vraiment l’impression que notre sphère à rouler sur le sol.

 

Au vu de ses dimensions, difficile de croire que ce sont les courants qui l’ont poussé.

 

Mais si ce n’est pas quelque chose de naturel de quoi s’agit-il ?

 

Pour certains ufologues, il pourrait s’agit d’un engin extraterrestre qui explorerait le fond marin.

 

Au vu de la profondeur, il sera difficile d’aller voir, si cette étrange boule est encore sur place.

 

Il pourrait aussi s’agir d’un sorte d’animal, mais son déplacement serait très lent et un animal comme celui-ci serait vraiment colossal.

 

Il pourrait aussi s’agir d’une anomalie liée au sonar qui a exploré la région.

 

Sans plus d’exploration, il sera difficile de conclure sur ces étranges photos.

On est très loin de connaitre parfaitement les fonds marins.

 

Ici encore nous avons une étrange sphère que rien ne semble expliquer.

 

Peut-être qu’au prochain passage du sonar, nous en serons plus, ou bien, elle aura disparu sans explication.

 

À votre avis, de quoi s’agit-il ? Engin extraterrestre ? Phénomène naturel ? Anomalie du sonar ?

Ci-dessous une petite vidéo complètement délirante pour les amateurs de sensations fortes  !!

mar.

14

mars

2017

Matin Ovni au 13 Mars 2017 avec Gilles Thomas - 14 Mars 2017

 

Ajoutée le 13 mars 2017

 

Edition du mois de mars 2017 présentée par Gilles.THOMAS

 

- Il était une fois: Les cas anciens d'ovni avec Rémy Fauchereau (AEPA) et Jean-Louis Peyrault

- Ovni dans l'histoire: RR3 à Tindouf, Algérie

- Cultur'Ovni: Ovni et conscience, 1 an après avec Fabrice Bonvin

- Actu ovni dans le monde en février et mars 2017

- Dossier: Ovni en province de Gérone 3

 

En partenariat avec:

http://ovniparanormal.over-blog.com/

http://www.sciences-fictions-histoire...

http://ufoetscience.wordpress.com/

http://aepa89asso.blogspot.fr/

dim.

12

mars

2017

« Cercles réciproques »            Le Cercle et le Cycle : le secret du fonctionnement des ovnis - 11 mars 2017

Un temps « psychologique »

Illusionnés par nos sens physiques et par notre quotidien chronophage, nous avons tous fait l’expérience de la sensation d’un ralentissement ou d’une accélération du temps. Face à une situation ennuyeuse ou au contraire face à une situation passionnante, tout semble se passer comme si en fonction de notre état d’esprit ou notre palier de Conscience, nous étions en mesure de ressentir un effet de lenteur ou d’accélération du temps.

Le cas le plus extrême est surement celui du dormeur, pour qui la nuit passe en un éclair, comme si la « bulle de rêve » lui avait permis de réaliser un bond vers le futur. Les insomniaques, eux, restent sur le bord de la route, privés de ce voyage !

Ceci est un premier état de fait qui nous laisse entrevoir toute la subtilité du temps qui passe grâce au muscle de la pensée !

 

 

Un temps « physique »

 

Vient s’ajouter au temps « psychologique » un temps « physique » qui lui nous semble bien réel… mais qui n’est encore qu’une autre illusion. C’est le temps rythmé par l’horlogerie des astres : la rotation terrestre journalière autour du soleil, de 23 heures 56 minutes et 4 secondes, entrainant le cycle des saisons, notre année de 365,24 jours ainsi que la rotation de notre bonne vieille Lune avec une rotation orbitale de 27,32 jours.

Mais comme l’explique les travaux de la « Relativité Générale » : déménagez sur une autre planète ou empruntez une fusée et le temps se met aussitôt à vous jouer des « tours » (sans jeu de mot) ! Nous sommes en fait l’équipage permanent d’une horloge à roulette se déplaçant circulairement dans la succession « d’horloges gigognes » que sont le système solaire, la voie lactée, notre amas de galaxies « locales »… (Voir notre article sur le Chiffre 273).

Et chaque membre de cet équipage terrestre est lui-même contraint par l’horlogerie de son propre corps biologique et par l’expérience de sa Conscience, selon qu’il est jeune ou vieux. Car il a été prouvé que plus un homme vieillit, plus il fait l’expérience des jours, des mois et des années qui passent et plus il sait segmenter et percevoir ce temps terrestre : ce qui fait que le souvenir du temps de son enfance inexpérimentée lui semble plus long que le temps du monde des adultes. Son expérience à ressentir le temps s’affinant, son temps présent ressenti s’accélère.

 

Quelle place reste-t-il alors pour notre représentation linéaire et rigoureuse du temps : la frise chronologique de notre enfance, sur laquelle nous positionnions la préhistoire, le moyen âge, la renaissance…, est-elle le bon canevas ?

Ce schéma rectiligne que tout un chacun a intégré dans sa vie quotidienne nous semble pourtant tellement rassurant et réel. Car comme dans la théorie de Nassim Nicholas Taleb, tout semble indiquer que le jour succède à la nuit, comme le futur succède au passé et rien ne semble modifier cette conception devenue une certitude puisque rien n’est venu s’y opposer (sauf pour les témoins d’Ovnis).

Pourtant, il semble que tout comme les moyenâgeux voyaient une terre plate (notion d’espace), nous, hommes moyens du XXIème siècle, nous pensons encore le temps avec cette même vision moyenâgeuse d’un temps plat et linéaire.

Le Cycle et le Cercle : la danse du couple Espace-Temps

Le temps est cyclique et fractal

Il semblerait en fait que notre espace et notre temps soient de nature sphérique et cyclique : cela revient à prendre notre frise chronologique d’écolier et à la joindre par les deux bouts !

Pour le démontrer, un calcul simple peut nous mettre la puce à l’oreille.

Prenons la donnée « matière » 3.14 (Pi) qui représente le périmètre d’un cercle de diamètre 1 (peu importe l’unité appliquée).

Multiplions Pi par le chiffre 116 qui représente la donnée temporelle locale de 4 x 29 jours lunaires (période synodique)

Appliquons alors le calcul du périmètre d’une sphère pour remarquer que le résultat obtenu est de 364.24 soit le nombre de jours terrestres du calendrier dit « Essénien », inspiré du Livre des Jubilés et du livre d’Hénoch (360 jours + 2 Équinoxes et 2 Solstices). Un calcul surprenant liant la matière (le cercle) au temps (le cycle).

C’est justement le point essentiel dans la compréhension du temps. Car comme l’électricité ne peut être dissocié du magnétisme. Le temps est toujours lié au facteur « espace » (entendez « espace » par « la matière physique »).

Tout est là, car c’est bien la matière, par le jeu de la gravité, qui contraint le temps :

Plus il y a d’espace et moins il y a de temps, moins il y a d’espace et plus il y a de temps.

Pour voyager sans contrainte d’espace (limite de la vitesse de la lumière), il faut donc supprimer la matière. Cette « dématérialisation » donne alors accès à une quantité de temps illimitée, permettant le voyage instantané à la vitesse de la pensée. Cela vous semble fou ? Pourtant vous réalisez ce voyage chaque nuit, par le rêve, lorsque les liens avec votre matière (le corps physique) se desserrent.

 

 

Théorie sur la technologie temporelle ovni : Contrainte de l’Espace/Temps par un champ électromagnétique dématérialisant.

 

 

Est-ce que cette nouvelle vision de l’espace-temps peut expliquer les bizarreries du phénomène Ovni ?

D’étranges véhicules aériens en rotation et aux formes simples (souvent circulaires, triangulaires…), semblent bousculer l’espace et le temps local terrestre.

Que se soient nos quelques enquêtes ufologiques au Geepi (lien ici) ou toutes les autres de par le monde, nous ne pouvons que constater les récurrences des témoignages. Je parle des pertes de repères « Espaces/temps » des témoins intégrés à la bulle de surréalité générée par ces véhicules délocalisables :

Le temps semblait plus lent sous l’Ovni !

J’ai perdu 1 heure ce jour-là !

L’environnement autour de nous c’est comme tu !

Nous étions comme sous cloche !

Plus de bruits d’oiseaux, plus de voitures sur la route immédiatement à côté !

Pour les membres du Geepi, cela ne fait aucun doute : les ovnis génèrent leur propre temps, se libérant des contraintes de l’espace : une machinerie copiant le fonctionnement gravitationnel des Astres comme l’homme a copié les oiseaux pour apprendre à voler.

Je vous renvoie alors à notre précédent article sur l’Atome, le temps et les Ovnis afin de bien comprendre cette étrange théorie qui colle cependant admirablement aux constatations sur le phénomène ovni.

Cependant, il manque un « delta » pour bien comprendre la machinerie ovni.

.

La greffe des ovnis sur le maillage électromagnétique terrestre

Selon notre hypothèse, un ovni serait :

Une structure de géométrique simple, souvent une sphère ou un disque

Appliquant en son centre de gravité un double mouvement rotatif opposé (et polarisé)

Possédant un noyau de nature cristalline et fractale

Générant un champ électromagnétique puissant

Ceci permettant une espèce de « dématérialisation » et d’accumulation de temps. Certains diront « pompage de chronons ». Il y a donc création d’une bulle d’Espace/Temps navigant sur d’autres échelles de temps : comme une goutte d’huile sur un océan.

Mais ce n’est pas tout. Il semblerait que pour interagir localement avec le plan terrestre, l’ovni doit se greffer, à une période favorable, sur un réseau électromagnétique à l’échelle planétaire : il s’agit du fameux maillage tellurique de  « Leys » décrit dans nos précédents articles en lien ici et là.

Cette théorie mêlant à la fois « Espace-Temps/Conscience » et « Maillage Tellurique/Géométrique sacrée » aurait l’intérêt d’expliquer le phénomène ovni dans toutes ses bizarreries :

Comportement à l’encontre des lois physiques et aéronautiques (domination du tissu « Espace-Temps »)

Interaction avec la Conscience humaine, via son immatérialité et donc sa capacité à interagir directement avec les Consciences humaine.

Le lien mystérieux des ovnis avec certains sites terrestres récurrents (lien énergétique).

Des vagues ovnis à des périodes où le réseau telluriques est le plus énergétique du fait des échanges Cosmo-telluriques favorisés entre l’équinoxe de printemps, le Solstice d’été et l’Équinoxe d’automne (Exposition maximale aux courants solaires).

.

Voyage de la Conscience : la clef de tous les phénomènes inexpliqués !

 

Notre Conscience, c’est-à-dire le principe intelligent (mental), pilotant le corps physique via le cerveau, est lui aussi contraint par l’Espace/Temps sur notre plan terrestre dense. La période d’endormissement libère la Consucience de son corps de matière, lui permettant ponctuellement certaines bizarreries (expliquées notamment par les spirites et les ésotéristes) : rêves où l’on communique avec des défunts, abductions non physiques, rêve Marial ou prémonitoires…

Ce sont les voyages dits « astraux » ou « mentaux », que certains expérienceurs ou chamanes savent produire selon certaines techniques occultes ou par des moyens « chimiques ». Il est alors logique d’entendre dans certains de ces récits, des contacts avec ces mêmes Ovnis et leurs supposés pilotes (eux aussi libérés de la matière) : par sympathie vibratoire.

Source Geepi.fr

mar.

07

mars

2017

Volcan Popocateptl : nouvel Ovni Cigare survolant son cratère - 06 Mars 2017

Date : 06 mars 2017

Lieu: volcan Popocateptl, Mexique

 

Cet OVNI a été capturé par Martes Salas de Youtube hier.

 

Cette vidéo issu d'un montage accéléré d'une succession de photos à partir des "webcamdemexico"  montre une forme d'Ovni Cigare,  bien connu des ufologues, lumineux se déplaçant au dessus du cratère du volcan à vitesse régulière.

Au moment où on attend sa sortie il n'est plus là, ce qui laisse supposer qu'il a fait un arrêt assez court au-dessus du cratère, voire même exploré plus en profondeur celui-ci , probablement dans un objectif de monitoring de son activité !

Notre Terre est toujours sous surveillance !!

 

Certains ufologues émettent l'hypothèse de l'existence d'une base OVNI en dessous de ce volcan, à  environ 4-5km de profondeur !

 

Des autochnones de la région auraient  observé des êtres d'un hauteur de 3 mètres aux longs cheveux avec des griffes pointues escaladant les pentes de cette montagne volcanique 10 fois plus vite que les alpinistes (légende ou vérité ?)

 

Cette race n'est pas celle des "gris".

ven.

03

mars

2017

Un OVNI géant observé depuis la station spatiale ? -  03 Mars 2017

 

Date de l’observation: Mars 2017

Lieu de l’observation: Orbite de la Terre

 

D'après Scott C. Waring:

 

Cet ovni géant a été repéré par Streetcap1 aujourd’hui. Il était en orbite à haute altitude autour de notre planète, mais vous n’en entendrez pas parler de la part de sources gouvernementales. Super découverte.

 

Streetcap1 déclare: J’ai cru que je voyais des choses. J’ai du agir rapidement. Cette observation devrait apparaître dans les archives plus tard pour la confirmer. L’obscurcissement vers la fin est certainement un geste de la part de la NASA qui ne veut pas qu’on en sache trop à ce sujet. Une chose est certaine, cet objet était situé à des centaines de kilomètres de l’ISS. Streecap1.

jeu.

02

mars

2017

Un entretien avec Jean-Gabriel Greslé sur les ovnis- 02 Mars 2017

Ancien pilote de chasse et commandant de bord français, Jean-Gabriel Greslé cherche à lever le voile sur l’existence des extraterrestres et des secrets qui les protègent.

 

« Je préfère vous prévenir, je suis sur écoute. »

 

Lors de nos précédents entretiens téléphoniques, Jean-Gabriel Greslé a tenu à me mettre en garde à plusieurs reprises. Il faut dire que l'homme œuvre sur un sujet délicat. Les documents qui constituent son enquête sont presque tous tamponnés de la mention Top secret. Ils datent pour la plupart des années 1940-1960 et proviennent d'archives américaines, qui depuis la loi Freedom of Information and Protection of Privacy Act signée en 1966 par l'ancien président Lyndon B. Johnson, obligent les agences fédérales à transmettre leurs documents à quiconque en fait la demande – et ce, quelle que soit sa nationalité.

 

C'est donc à l'aide d'un simple courrier postal envoyé au FBI que Greslé a reçu deux mois plus tard près de 1 600 pages de documents déclassifiés, dont certains, signés de la main du président américain Roosevelt, parlent de « savoir-faire non terrestre ».

 

Quelques semaines plus tard, je me retrouvais assis dans la maison de Greslé pour discuter avec lui de ses recherches.

 

Poignée de main ferme et regard déterminé, cet octogénaire a un parcours que l'on pourrait difficilement qualifier de quelconque.

 

Ancien pilote de chasse dans l'armée de l'air française formé par l'US Air Force dans les années 1950, puis commandant de bord chez Air France pendant plus de 20 ans, Greslé aura passé plus de temps dans le ciel que sur terre.

« Une carrière tout à fait classique », résume-t-il humblement.

 

Ce qui l'est moins, c'est ce qu'il verra et entendra au cours de ces années, comme lors de cette soirée du 19 juillet 1952. Le jeune pilote en formation en Caroline du Sud, âgé alors de seulement 20 ans, entend l'émission de musique classique qu'il écoutait à la radio avec ses camarades se couper brutalement :

 

« Mesdames et Messieurs, nous interrompons les émissions sur la totalité du territoire Américain parce qu'il se passe des choses très graves. Des engins inconnus survolent le Pentagone et la Maison Blanche »,

 

me raconte-t-il en mimant la voix inquiétante de l'annonce.

 

« C'était la première fois que j'entendais ça ! Au bout de 30 minutes, tout est revenu à la normale, comme s'il ne s'était rien passé. » Mais le lundi suivant, les jeunes cadets de la base aérienne – dont Greslé – n'ont pu se retenir de poser des questions à leurs instructeurs.

 

« Ils ont confirmé qu'il y avait bien eu des engins inconnus au-dessus des deux seules zones interdites à tous les pilotes », m'explique-t-il. « À partir de là, j'ai su qu'il y avait quelque chose à creuser. »

 

 

En 1966, alors devenu commandant de bord sur Air France après avoir quitté l'armée, il aperçoit des objets non-identifiés depuis son cockpit de Boeing :

 

« Alors que nous volions tranquillement au-dessus d'une mer de nuages, au sud-ouest de Buenos Aires, nous avons été dépassés par un engin qui allait à environ 5 000 km/h. Il laissait une sorte de traînée lumineuse derrière lui. Il s'est arrêté, avant de repartir dans la direction opposée »

 

– la vitesse lui a été confirmée par le radar de la tour de contrôle la plus proche. Une situation similaire s'est produite au-dessus de Détroit, lors d'un vol Los Angeles-Montréal.

 

« L'arrêt sur place d'une masse réactive, qui repart ensuite à 5 000 km/h repose sur une technologie qu'on ne connaît pas. Même un planeur utilise la réaction ! »,

 

étoffe-t-il après avoir constaté mon ignorance en matière de physique.

 

Mais Greslé n'a pas attendu toutes ces observations pour entamer son enquête.

Grâce à son statut de jeune pilote de chasse de l'US Air Force, il a pu consulter tous les documents américains classés Top Secret disponibles à la bibliothèque de la base aérienne de Caroline du Sud dans laquelle il était affecté :

 

« Je me suis consacré pleinement à ces recherches durant ma retraite, mais déjà à l'époque, j'avais pu constater l'intérêt des États-Unis pour le sujet »,

affirme-t-il.

 

Il a donc commencé à éplucher de nombreux documents, comme des rapports et des relevés radars à même d'apporter quelques éléments de réponse sur ce qu'il a eu l'occasion de voir – une mission qu'il poursuit toujours aujourd'hui, à l'aide des milliers de documents déclassifiés qu'il a en sa possession.

 

Lors de notre rencontre, j'ai pu observer la masse de documents dont dispose Greslé, qu'il avait préalablement étalés sur la grande table en bois de son salon.

 

Je pourrais probablement écrire un article sur chacun d'eux.

J'ai par exemple vu des documents remontant à la présidence de Roosevelt, d'Eisenhower ou encore de Truman, des documents militaires français et américain faisant état de récupération « d'objets inconnus » ou de « corps non humains » – documents que l'auteur présente en grande partie dans son dernier livre, 1942-1954, la genèse d'un secret d'État (« Très bien classé sur Amazon », selon ses dires).

 

Si certains documents techniques et scientifiques ne sont pas à la portée de tous, d'autres semblent plus parlants pour le commun des mortels.

 

L'un d'eux, datant du 5 mars 1942, rédigé par le général Marshall (Chef d'État-Major des États-Unis de l'époque) à destination du président Roosevelt – et où figure la mention Top Secret – évoque la récupération d'un OVNI au large de la Californie :

 

« Le renseignement a informé le département de la Guerre d'une récupération navale d'un avion non identifié […], tellement différent qu'il n'autorisait pas une explication conventionnelle. […] Ces mystérieux aéronefs ne sont pas en réalité d'origine terrestre, et suivant des sources secrètes de renseignement, seraient selon toute probabilité d'origine interplanétaire ».

 

Dans un second document datant du 22 février 1944, portant cette fois la mention Double Top Secret et signé de la main du président Franklin Roosevelt, on peut lire :

 

« Il viendra un temps, quand la guerre sera gagnée, où des fonds supplémentaires pourront être disponibles pour poursuivre un programme destiné à comprendre la science non terrestre et sa technologie ».

 

Après un bref instant, Greslé me regarde avec insistance et dit : « C'est ici que le secret est né. »

 

« La masse d'informations et de données qui tendent à crédibiliser une présence externe est énorme.  »

 

Aussi troublant que cela puisse paraître, ces documents ont bien été envoyés par le FBI dans le cadre d'une déclassification, comme en témoigne le courrier adressé à Greslé que j'ai pu consulter.

 

Comme les signataires présumés des documents ne sont plus de ce monde, il est impossible d'avoir une preuve absolue de la véracité des informations qui y sont décrites – quand bien même le document serait effectivement authentique.

 

Au yeux de mon interlocuteur, il n'y aurait plus de doute quant au phénomène :

« La conclusion de tout ça, elle est accablante. La masse d'informations et de données qui tendent à crédibiliser une présence externe est énorme. »

 

Au milieu de ces milliers de pages se trouve un autre document plutôt intriguant. Il me présente le Manuel d'instruction destiné aux équipes de récupération.

 

Ce document américain de plusieurs pages daté d'avril 1954 est apposé des mentions Top Secret et MAJIC Eyes Only.

 

« Son authenticité est difficile à établir, car il a été trouvé sur internet il y a longtemps » m'explique-t-il.

 

Le seul point qui rassure Greslé, ce sont  les mains encore présentes sur les photocopies – qui laisseraient penser à une copie illicite « faite un peu à la hâte, vous voyez ».

 

Le tampon MAJIC Eyes Only serait aussi un indicateur selon lui – celui-ci fait référence à l'organisation Majestic-12 établit le 24 septembre 1947, dont la mission aurait été de lancer des recherches top secrètes dont seul un groupe restreint et le président avaient connaissance.

 

Ce manuel aurait pour but de « préparer les membres du Majestic 12 aux opérations futures concernant les ovnis, les entités extraterrestres et leur technologie ».

Si ce document est difficile à étudier du fait de sa provenance incertaine, il faut savoir que le manuel des pompiers de New York comporte une partie sur ce qu'ils doivent faire en cas de crash d'ovnis. « C'est la même chose pour les pompiers en France, ils ont une procédure », ajoute Greslé.

 

 

Bien évidemment, on peut se demander si ces documents ne sont pas tout simplement des faux faisant partie d'une désinformation à grande échelle visant à décrédibiliser tous les enquêteurs, ufologues et scientifiques qui s'intéresseraient au phénomène.

 

Mais c'est un coup à devenir pire que complotiste. On peut aussi penser à une vaste plaisanterie, comme cette émission présentée par Orson Welles en 1938, dans laquelle le présentateur avait affirmé en direct que des extraterrestres étaient en train d'envahir le pays, ce qui pour certains aurait causé de nombreux suicides dans tout le pays. Mais aux yeux de Greslé, la question de l'authenticité de ces documents ne se pose pas, puisqu'ils proviennent d'agences fédérales contraintes par la Freedom of Information and Protection of Privacy Act.

 

« Vous savez, les documents faux ont une raison d'être, comme affirmer le contraire que ce que disent les autres », m'explique-t-il. « La plupart des faux tournent autour de Roswell. » 

 

« Quand on lit tout ça, on se rend compte que Roswell a eu peu d'importance. Ils avaient déjà récupéré deux engins avant. Ils savaient donc à qui ils avaient affaire »,

poursuit l'ancien pilote.

 

L'auteur a consacré presque tout un ouvrage à cette affaire.

 

« Le plus drôle, c'est qu'à l'époque de ma formation à l'US Air Force, nous faisions nos heures de vol à Roswell », me dit-il, dans le but de me « prouver » à quel point cette affaire aurait été parfaitement étouffée.

 

 

« Si nos visiteurs voulaient qu'on soit au courant de leur présence, ils pourraient le faire très facilement. »

 

Si la plupart de ces documents concernent les États-Unis, Greslé n'oublie pas la France pour autant.

 

Mais le travail y est plus compliqué, me confie-t-il :

« Il se trouve que les lois de notre pays sont beaucoup plus restrictives que les lois américaines en ce qui concerne la divulgation d'informations sensibles. »

Pourtant, d'autres ont assuré que nos services secrets s'intéressent eux aussi au phénomène. 

 

George Langelaan, ancien espion des services secrets Français pendant la Seconde Guerre mondiale, s'épanchait sur le sujet lors d'une conférence en 1966 :

 

« Alors que pour les savants et le monde scientifique, on n'y croit pas, dans certains services on est persuadé de deux choses : les soucoupes existent, et elles ne sont pas d'origine terrestre. […] Aujourd'hui, les services s'intéressent à l'anti-gravité, et les Français sont les plus avancés. »

 

Quand je lis cette citation à mon interlocuteur, il s'arrête net et prend un air sérieux :

« Je ne confirme rien, mais le bruit court qu'il y aurait effectivement des contacts entre nos visiteurs et ces services ».

 

Mais aucun document ne peut cette fois appuyer son hypothèse. Il m'explique simplement qu'au sein de Direction Générale de l'Armement existe la Direction des applications militaires du commissariat de l'énergie atomique, qui serait selon lui l'organisme le plus secret de France.

 

« Ce service est éclaté en six lieux qui n'existent pas officiellement, mais qui sont surveillés 24 heures sur 24 par la gendarmerie », ajoute-t-il.

 

Il me montre finalement un document français transmis aux États-Unis, faisant état de survol d'objets inconnus au-dessus de la Scandinavie.

 

Il y a aussi le rapport de Valensole, un petit village du sud de la France où un homme se serait retrouvé face à un OVNI dans son jardin, et dont deux « êtres » seraient sortis.

 

Le CNES avait enquêté et montré que des marques d'atterrissage étaient bien présentes. Le sol était devenu entièrement stérile.

Finalement, le CNES a classé l'affaire comme « sans explications ».

 

Une chose semble être certaine pour Greslé : si nos visiteurs voulaient que l'on soit au courant de leur présence, ils pourraient nous avertir très facilement.

 

« S'ils ne le font pas, c'est qu'il y a sans doute une raison. »

 

 

Quand je demande à Greslé si un document a retenu son attention en particulier, il hésite longuement.

 

Il finit par me montrer un rapport daté de 1947, signé par l'ancien président Truman et Vannevar Bush (ingénieur et directeur du Research and Development Board), dans lequel est décrite une récupération de corps « non humain » lors d'un crash d'OVNI près de Socorro, au Nouveau-Mexique.

 

« Mais le plus important n'est pas la récupération, car ce n'était pas nouveau à cette époque », me dit-il en feuilletant les pages.

 

Ce rapport se termine par des considérations politiques du phénomène selon l'administration américaine.

 

« Accrochez votre ceinture », me prévient-il avant d'en entamer la lecture :

 

« Si l'administration rendait aujourd'hui publiques les informations contenues dans ce rapport, le résultat serait dommageable et peut-être fatal à la structure politique du monde telle qu'elle existe actuellement. »

 

Il saute un passage caviardé et poursuit :

 

« Dans le contexte politique actuel, l'histoire et la religion auraient à souffrir des plus graves dommages, causant des soulèvements sociaux sans précédent et une profonde atteinte au bien-être psychologique. »

 

Greslé n'est pas le seul à mener ce combat.

 

Paul Hellyer, ancien ministre de la défense et Premier ministre Canadien, avait affirmé lors d'une commission publique que les ovnis existaient et que plusieurs races extraterrestres étaient en contact avec le gouvernement américain.

« C'est un homme très courageux » me confie Greslé.

 

Dans son livre The Money Mafia : A World in Crisis, paru en 2014, Hellyer développe sa théorie selon laquelle des extraterrestres seraient présents dans notre société sans que nous puissions nous en rendre compte.

Il confirmait cela dans une interview réalisée par nos confrères de Motherboard.

Une théorie que partage Greslé, qui estime que nous pourrions même les « détecter ».

Alors que de mon côté je trouve cela relativement effrayant, Greslé m'interrompt :

« Et pourquoi ? Je trouve l'humanité nettement plus effrayante. Nous ne pensons qu'à nous faire la guerre et à détruire notre environnement. Ces visiteurs n'ont jamais rien fait de tel envers nous. »

 

En effet, les seules interventions physiques de ces éventuels visiteurs – en mettant de côté le phénomène des abductions, qui constitue encore une autre histoire – auraient été de désactiver les missiles nucléaires des bases de l'armée.

 

« Ils semblent chercher quelque chose. »

 

Des documents du FBI rapportent qu'en l'espace de six mois, en 1947, tous les sites atomiques américains où la bombe a été conçue, fabriquée, stockée sont survolés par des ovnis.

 

Ces zones totalisent la plupart des observations d'ovnis, qui sont compilées dans 239 rapports.

Le fait que ces installations soient survolées indiquerait aux États-Unis que « tous leurs secrets atomiques sont connus » et ferait office de dissuasion, toujours selon Greslé.

 

Alors que la lumière du jour se fait de moins en moins présente dans le grand salon de l'ancien commandant de bord, il m'explique, accoudé à une bibliothèque :

 

« Vous savez, peu de personnes savent ce que vous avez vu aujourd'hui. Et ce n'est que le sommet de l'iceberg. »

 

Il est certain que la presse traditionnelle a toujours préféré se moquer des ovnis plutôt que d'en parler sérieusement avec ceux qui s'y intéressent.

 

Et même s'il est naturel de prendre de la distance avec ces informations qu'il est difficile – voire carrément impossible – de vérifier, je suis sorti de la maison de Greslé tel Fox Mulder dans X-Files : prêt à croire, mais conscient d'une possible désillusion. 

lun.

27

févr.

2017

TOP 10 des vidéos d'OVNIS les plus crédibles  - 27 Février 2017

dim.

26

févr.

2017

Matin Ovni dans le monde - Ovnis en Toscane - 26 Février 2017

 

Matin Ovni dans le monde partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques dans le monde mais également un dossier sur l'ufologie dans une région ou un pays.

 

L'édition du mois de février 2017 est présentée par Gilles.T

 

- Il était une fois: Histoire de l'Acronyme OVNI avec Gilles Durand (SCEAU), Rémy Fauchereau (AEPA) et Gaëtan

 

- Ovni dans l'histoire avec Eric Zürcher

 

- Actu ovni dans le monde en décembre 2016 et janvier 2017

 

- Dossier: Ovni en Toscane 2: Province de Pise

mar.

21

févr.

2017

Rétroingénierie des phénomènes extraordinaires avec Ph. Guillemant - 21 Février 2017

mar.

21

févr.

2017

Plusieurs ovnis filmés dans l’espace? S'agit-il d'un mixage vidéo ? - 21 Février 2017

 

De nouvelles supposées images extraites du flux de la NASA de la Station spatiale internationale met en évidence six grands ovnis. Ce n'est bien évidemment pas la première fois que l’on observe ce type de phénomène, bien que cette instance contienne des caractéristiques uniques mais soumise à caution.

 

 

L’extrait a été publié le 17 février par Streetcap1, coutumier de ce type de vidéos d’ovnis autour de l’ISS. Restons tout de même prudent étant donné l’aspect extrêmement lucratif de ce type de vidéos.

 

Nos analystes demeurent tout de même partagés quant à l’authenticité de cet extrait.

 

Six objets volants non identifiés semblent survoler par la droite la station spatiale. Ensuite, ce qui est présenté comme le flux vidéo de la Nasa, a brutalement été interrompu par un "problème technique". A l’écran, la retransmission est alors remplacée par des images d’une salle de réunion. Un incident troublant, aussitôt interprété par les ufologues comme la volonté de censurer des images dérangeantes.

 

Il semblerait que des images aient été capturées par la Nasa en 2010, avant d'être mixées à des séquences actuelles de l'ISS pour créer ce montage que l’agence américaine avait expliqué à l’époque par des "débris spatiaux". 

 

mar.

21

févr.

2017

SpaceX fait avancée la conquête spatiale avec sa fusée réutilisable, et rentre dans l'Histoire ! - 21 Février 2017

 

La société SpaceX d’Elon Musk est entrée dans l’HISTOIRE. Regardez les vidéos incrpyables ci-dessous de la fusée de SpaceX qui se pose à Cape Canaveral après avoir ravitaillé la Station Spatiale Internationale.

 

 

La vidéo – qui est devenue virale après avoir été partagée d’innombrables fois sur tous les réseaux sociaux – montre le moment où la fusée Falcon 9 atterrit avec succès au Centre spatial Kennedy.

 

La fusée a décollé à 9h38 dimanche et a réussi à aller dans l’espace puis elle a accompli sa mission de ravitailler l’ISS en nourritures et autres besoins nécessaires et est rentrée sur Terre le jour-même.

 

Le PDG de SpaceX Elon Musk a mis « Le bébé est rentré » comme légende pour sa vidéo sur Instagram.

 

C’est la première fois que la fusée Falcon9 a réussi à atterrir sur un terrain solide. SpaceX a réussi à atterrir la roquette cinq fois avec succès sur des plateformes en mer dans le passé.

 

La fusée d’Elon Musk a décollé depuis la même rampe de lancement que celle des astronautes de la NASA envoyés sur la Lune il y a près de cinquante ans.

 

Le centre de contrôle des missions de SpaceX a applaudi lors de la mise en orbite de la fusée.

 

La fusée Falcon 9 avait à son bord le vaisseau cargo d’approvisionnement Dragon contenant 2,3 tonnes de vivres, de matériels scientifiques et d’autres biens nécessaires pour les six astronautes à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

 

Selon les rapports, lorsque le vaisseau Dragon arrivera au laboratoire en orbite mardi matin (ce 21 février), l’astronaute français Thomas Pesquet le récupérera et l’amarrera à la station spatiale en utilisant le bras robotique Canadarm2, en étant assisté par l’astronaute de la NASA (et le commandant de la station) Shane Kimbrough.

 

Impressionnant : Tintin sur la Lune c 'est pour bientôt !

 

Le vaisseau Dragon de SpaceX reviendra sur Terre dans un mois après sa mission et partira dans l’océan Pacifique non loin de la côte californienne.

 

Selon les rapports, il s’agit de la dixième mission de ravitaillement de SpaceX qui, avec Orbital ATK, a un contrat en or avec la NASA pour aider à transporter les cargos d’approvisionnements dans l’espace.

 

Le président de SpaceX, Gwynne Shotwell, a déclaré plus tôt ce mois-ci que la compagnie avait l’intention de lancer des fusées toutes les deux ou trois semaines en 2017.

Et le stock de fusées de SpaceX pourrait finalement se retrouver dans les airs à nouveau. À l’origine, la première fusée réutilisable était censée voler à nouveau l’automne dernier, mais ce plan a été changé après l’explosion du 1er septembre. La fusée suivante sera lancée au mois de Mars selon Shotwell.

 

sam.

18

févr.

2017

Ovnis en France : Jean-Pierre D’Hondt  a recensé les cas les plus troublants dans l’Artois - 18 Février 2017

 

Cinquante ans que ce Fox Mulder de l’Artois les traque inlassablement à travers le Nord et le Pas-de-Calais, en rejetant les témoignages farfelus, dans un esprit scientifique.

 

Sa quête n’est pas terminée, mais Jean-Pierre D’Hondt a des certitudes.

 

« J’ai dénombré 750 cas formels pour le Nord/Pas-de-Calais. Le plus ancien date de l’année 920. Je détaille les 75 cas les plus probants dans mon livre. »

 

Avec des éléments parfois troublants. Nous ne nous sommes pas rendus chez lui les mains vides.

 

Deux clichés étranges, pris à Violaines, au lendemain d’un témoignage stupéfiant à propos d’un phénomène qui s’est produit à Cuinchy : quelque chose qui n’a rien d’un drone ni d’une météorite.

 

Jean-Pierre trouve une explication rationnelle :

« L’élément lumineux qui apparaît sur seulement un des deux clichés pris à quelques secondes d’intervalle pose bien sûr question. C’est intéressant, mais il s’agit probablement d’un cas de post-combustion : un avion de chasse qui accélère. Il faudra vérifier. »

 

Pour le témoignage de la Cuinchynoise, il ne s’emballe pas non plus :

« D’après la description, ce n’est pas un avion, un drone, une lampe thaïlandaise ou quelque chose comme cela. La trajectoire est caractéristique. Malheureusement, le témoignage n’est pas étayé par d’autres observations. »

 

 

Preuves accablantes

 

S’il ne bondit pas sur ce témoignage inédit, c’est que Jean-Pierre a bien mieux dans sa besace. Du récit d’un chroniqueur arrageois en 1461, agrémenté d’un dessin dans le manuscrit, aux constatations des gendarmes dans l’affaire d’Hulluch en 1973, les preuves ne manquent pas.

 

« Les gendarmes ont fait les constatations sur place très peu de temps après les faits. Ils connaissaient bien le témoin, un commerçant qu’ils décrivent comme une personne sensée. Des moulages des pas laissés dans le sol gelé ont été réalisés. Ils ne menaient nulle part. »

 

 

Dans la conversation, Jean-Pierre évoque des cas encore plus troublants, constatés par des pilotes chevronnés, qui n’ont pas intérêt à dire n’importe quoi, sous peine de voir leur licence s’envoler.

 

« Les vitesses des engins aperçus sont sidérantes. C’est tellement rapide parfois que le témoin raconte que l’objet se désintègre littéralement avant de réapparaître un peu plus tard. »

 

Un peu ce que raconte d’ailleurs la Cuinchynoise.

 

On lui pose alors clairement la question qui brûle les lèvres :

 

« Vous croyez donc aux extraterrestres ? »

 

Sa réponse est étonnante : nul doute qu’après la lecture de ce chapitre 12, vous ne regarderez plus les étoiles de la même façon.

 

 

Le contexte

 

Jean-Pierre D’Hondt, ufologue, publie un ouvrage troublant dans lequel il recense 75 apparitions dérangeantes, preuves à l’appui.

 

Son livre : Ovnis, un siècle d’observation dans le nord de la France, Le Temps présent, collection enigma. 400 pages. 22,50 euros.

jeu.

16

févr.

2017

L'Ovni est identifié - la nouvelle voiture volante présentée au salon de Dubaï - 16 Février 2017

 

Du drone de loisir au drone utilitaire prétendant être une voiture volante - attention aux télescopages aériens !

 

 

Et s’il était possible de survoler les bouchons ?

 

L’entreprise chinoise EHang a présenté à Dubaï une automobile pas comme les autres…

 

Alors que les ingénieurs se creusent la tête pour apprendre aux voitures à rouler sans pilote, la société chinoise EHang propose de sortir des sentiers battus et… de prendre les airs.

 

Ce scénario n'a rien de fantaisiste et l'entreprise l'a facilement démontré en inaugurant son premier véhicule volant au Sommet mondial des gouvernements, qui se déroule actuellement à Dubaï, relate le site khaleejtimes.com.

 

 

 

« Intelligent et très écologique », l'engin est capable de voler sans pilote et de transporter des passagers sur de courtes distances en survolant les bouchons. L'appareil est doté de mécanismes de sécurité ultramodernes: dès que le système identifie un dysfonctionnement, il lance un signal d'alerte et le véhicule atterrit immédiatement dans la zone appropriée la plus proche. L'ordinateur de bord bloque d'ailleurs le décollage dans les conditions météo extrêmes.

 

Comme l'indique le Khaleej Times, cette voiture innovante est en outre très facile à piloter.

 

Vous vous mettez dans la cabine, communiquez au navigateur votre destination, appuyez le bouton de lancement et c'est parti!

 

L'engin vous transportera là où vous voulez. Notez cependant qu'il est impossible de modifier le trajet en cours de route. Une mesure destinée à assurer la sécurité du passager.

 

La voiture volante fonctionne à l'électricité et elle peut se conduire sans permis.

La date exacte à laquelle l'engin sera mis en vente n'a pas été dévoilée, cependant de nombreuses personnes présentes au salon ont manifesté un vif intérêt vis-à-vis de cette innovation.

 

 

lun.

13

févr.

2017

Connaissez-vous  "Le phénomène WALK-IN" - 13 Février 2017

 

C’est un phénomène trop peu connu dans le paranormal mais il est pourtant bien réel.

 

Le phénomène des Walk-in est en deux mots un échange d’âme à âme.

 

Vous avez toutes et tous changer au moins une fois de véhicule, de voiture voire encore de vêtements.

 

Cet échange subviendrait lors d’un choc, d’un accident ou autre moment assez grave et c’est à ce moment là que votre corps, qui ne l’oublions pas reste un véhicule, va changer de….propriétaire.

 

Thierry Rodhan un spécialiste de la question nous en parle dans cette vidéo….

lun.

13

févr.

2017

Emission audio avec Joël Mesnard et la vague d'OVNI de 1954 - RR4 - Les Men in Black - 13 Février 2017

Cette émission est totalement indépendante et gratuite. 

Le site UFO Conscience existe grâce à votre aide, soutenez l'émission en faisant un don: http://olivierdesedona.wix.com/ufo-co...

ven.

10

févr.

2017

Mexique : Ovni photographié sur deux périodes successives autour du volcan de Colima le 07 février 2017

Date de l' observation: 9 Février 2017

Lieu d'observation: Volcan de Colima, au Mexique

Source 1:  http://webcamsdemexico.net/colima1/2017-02-09/0938.jpg

Source 2:  http://webcamsdemexico.net/colima1 /2017-02-09/0912.jpg

 

A l'inspection des images fournies par  la web camera  public du volcan de Colima au Mexique, Scott Waring remarque un OVNI sur plans fixes qui se succèdent.

Les deux objets sombres repérés semblent être le même OVNI, mais ceci à  26 minutes d' intervalle.

Sur une photo l'OVNI est près du cratère du volcan, l'autre photo le montre de plus près de telle  sorte qu'il apparaît plus grand.

Scott Waring ainsi que d'autres ufologues ont étudié ce volcan depuis plus de 5 ans, et ils sont arrivés à la conclusion que les OVNIS ne viendraient pas à visiter ces sites volcaniques sans aucune raison.

Au contraire , ils sont bien présents car les volcans et les failles géologiques sont pour eux source d'une  surveillance attentionnée,  sur l'étendue de notre Terre,  et en particulier les volcans mexicains car ils sont toujours actifs ; d'autres estiment qu'il y a, peut-être, une base extraterrestre a environ 4-5 km de profondeur dans cette zone, ainsi que pour le volcan Popocateptl.

 

 

mar.

07

févr.

2017

USA : un ovni de 10 mètres de diamètre remorqué dans le Missouri en pleine nuit ?  le 07 Février 2017

Date de l’observation: Février 2017

Lieu de l’observation: Missouri, USA

Source #1: http://www.nuforc.org/webreports/132/S132436.html

Source #2: https://www.youtube.com/user/unitedlove77/videos

 

D'après Scott  Waring :

 

Il y a deux rapports différents sur ce vaisseau spatial qui a été remorqué dans le Missouri.

L’un des rapports indique que l’engin est actuellement transporté en direction de la  zone 51. Comme vous pouvez le constater, c’est une toute nouvelle vidéo d’une soucoupe qui est escortée par la police et des militaires.

Cette soucoupe est énorme, elle mesure  environ 10 mètres de diamètre et  tient en équilibre sur un trépied.

Les deux rapports ont été rédigés indépendamment et confirment bien que la soucoupe est réelle.

 

Certaines personnes se poseront surement la question,

« si c’est un ovni, pourquoi ne vole-t-il pas  directement

là-bas ? » .

Car si l’engin a été acheté par les humains aux extraterrestres, comme dans le passé, il faut beaucoup de temps et d’entrainement pour piloter un de ces engins là.

L’US Air Force n’a pas de pilotes capables de piloter des soucoupes donc elle est là en attente d’être pilotée.

 

La dernière chose qu’ils veulent c’est un nouveau crash de Roswell.

 

Et aussi, si ce n’était pas un ovni, alors pourquoi l’ont-ils transporté au beau milieu de la nuit ?

 

ven.

03

févr.

2017

D'êtres semblables à de très petits hommes aux incohérences de l'hypothèse extraterrestre - 03 Février 2017

Lutin mauve

 

Cet article est tiré du blog de Daniel HARAN, défenseur de l'idée qu'il existe dans notre monde physique des Manifestations Inter-Dimensionnelles (MIDim), par lesquelles des êtres d'une autre dimension – que nous définirons "êtres élémentaux" dans la plupart des cas – envoient des signes de leur présence aux hommes.

Pour Daniel HARAN il  existe de nombreuses autres formes de MIDim, qui sont encore aujourd'hui considérées comme des phénomènes mystérieux, d'origine inconnue.

 

Parmi ceux-ci il inclut : 

les crop circles, les OVNIs, les Orbes (ou sphères lumineuses),

les chutes de pierres inexpliquées,  les émissions de bruits mystérieux, les disparitions d'objets divers, les enlèvements d'êtres humains, certaines disparitions d'êtres humains, les 

« hommes en noir », les mutilations animales inexpliquées, les pierres mouvantes (dans la Vallée de la Mort aux États-Unis notamment), les statues ou peintures qui pleurent ou qui saignent, les apparitions mariales, et enfin les phénomènes spirites.

Pour lui cette liste parait très éclectique, mais tous ces phénomènes, dont la réalité est avérée même s'ils sont peu connus, sont inexpliqués par la science moderne.

 

Pour chacun d'eux, l'observation montre qu'ils sont gouvernés par une intelligence non-humaine, invisible. C'est d'ailleurs pour cette raison que plusieurs d'entre eux sont habituellement associés à l'hypothèse d'une origine extraterrestre.

 

LES ÊTRES DE LA NATURE

 

Daniel HARAN avance donc l'idée que la plupart des phénomènes mystérieux de type OVNI ou crop circles sont des manifestations d’êtres de la nature.

 

Mais pour beaucoup de gens, la difficulté première pour accepter de prendre en considération cette interprétation nouvelle est que les hommes de notre époque ne croient pas en l’existence de ces êtres.

 

Et même si on leur explique que ces êtres étaient bien connus et respectés des hommes d’autrefois, que la religion islamique en parle abondamment (les djinns), que les petits enfants et les clairvoyants les perçoivent directement, ceci reste intellectuel et ils n’y croient pas davantage.

 

Pourtant, d’autres témoignages sérieux prouvent que ces êtres existent réellement, même de nos jours.

 

En effet, en ce 21ème siècle, dans certaines régions d’Afrique noire encore en partie préservées de l’influence de la civilisation occidentale, la culture indigène connaît l’existence d’êtres, semblables à de petits hommes, qui sont habituellement invisibles et vivent dans « un autre monde » que le nôtre.

 

A ce sujet, deux ouvrages récents méritent toute notre attention car ils ont été écrits par deux hommes qui ont personnellement rencontré de tels êtres.

 

Le premier, intitulé « Sagesse africaine » a été écrit par un auteur africain, Malidoma Patrice Somé, initié aux traditions encore vivantes par les Anciens de son village et plus tard instruit à un haut niveau dans des universités prestigieuses, en France et aux États-Unis. Cette double formation lui a permis de faire un pont extrêmement précieux entre la culture traditionnelle africaine et la culture occidentale moderne.

 

Le deuxième ouvrage a pour titre « Rencontre avec des êtres d’un autre monde » (auteur : Maen). Il a été écrit par un Français, qui est sans doute le premier homme occidental à avoir pu rencontrer directement et à plusieurs reprises de tels êtres, grâce à ses contacts privilégiés avec un guérisseur traditionnel.

 

Ces êtres sont décrits comme des êtres très intelligents et très puissants qui vivent dans une dimension proche de la nôtre, de petits êtres semblables à ceux que la mythologie occidentale appelle des lutins.

 

Ces auteurs expliquent comment ils ont pu les rencontrer physiquement, dans des grottes. Ils ont pu les toucher, échanger des objets, et même parler avec eux.

 

Tout ceci paraît tout à fait incroyable mais ces témoignages sont authentiques. La description qui en est faite conduit à voir une très grande similarité avec les êtres de la nature, tels qu’on les appelle en Occident.

 

C’est grâce à leur mode de vie marqué par des rapports intimes avec la nature que ces peuples indigènes d’Afrique ont développé depuis des temps très anciens le contact et la connaissance de « ces êtres d’un autre monde ».

 

En Occident, c’est le développement de la société technologique et matérialiste qui a entraîné pour les hommes la perte de leurs capacités de perception de ces êtres, puis la fin des relations avec eux et l’oubli de leur existence.

 

En fait, ces connaissances sont courantes aussi en Asie et probablement ailleurs, dans les peuples qui ont pu conserver un lien étroit avec la nature, étant encore relativement préservés de l’influence occidentale.

 

Ces êtres, qui vivent dans une autre dimension que la nôtre, sont tout aussi présents qu’autrefois, que les hommes les perçoivent ou pas.

 

En Afrique noire, ils sont au service des hommes grâce en particulier aux guérisseurs traditionnels avec qui ils ont de fréquents contacts, car les hommes les reconnaissent et les respectent.

 

Ailleurs dans le monde, ils envoient régulièrement aux hommes qui les ignorent des signes de leur existence, mais selon les pays ou les régions, ils se manifestent sous des formes différentes, car ils sont très indépendants entre eux.

 

Farfadet coloré

 

Le témoignage personnel de l’auteur du livre « Sagesse africaine » (Malidoma Patrice Somé) est très instructif pour mesurer la difficulté considérable, presque insurmontable, qu’il y a pour chacun à concilier la vision matérialiste des Occidentaux avec la connaissance de l’existence d’êtres vivant sur Terre dans des plans invisibles.

 

Cet auteur africain rapporte qu’au cours de ses études secondaires, qu’il a suivies dans son pays dans une école dirigée par des missionnaires blancs, il avait été contraint à assimiler la conscience occidentale, associée à un sentiment de supériorité.

 

Il lui fallut longtemps, quand il revint ensuite dans son village, pour reconnaître la valeur de la vision indigène sur la réalité du monde, cette vision étant très différente de la vision occidentale.

 

Il s’est rendu compte que l’instruction qu’il avait reçue l’avait tellement formé à analyser les choses que, quand il n’arrivait pas à comprendre certains événements, il les écartait lui-même comme « des supercheries primitives, indignes d’une pensée civilisée. »

 

Ce n’est que longtemps après qu’il a pu comprendre que

 

« ce qu’il croyait être son esprit civilisé était en fait un esprit plutôt borné » (sic).

 

Ce témoignage est très précieux parce qu’il provient d’une personne parfaitement qualifiée pour établir un pont entre la culture indigène africaine et la culture moderne occidentale, et qui pourtant a eu beaucoup de mal à concilier les deux.

 

Il permet de comprendre pourquoi l’article publié en 1983 puis de nouveau en 1988 par Gordon Creighton au sujet de l’origine des ovnis, a été complètement ignoré par la communauté ufologique, sans être même discuté.

 

Dans cet article étaient rapportées des connaissances de la religion et des traditions islamiques sur les djinns, méconnues en Occident.

 

Les capacités des djinns (nom donné à certains êtres de la nature par la religion islamique) étant étonnamment proches des caractéristiques des manifestations d’ovnis.

 

Gordon Creihton concluait logiquement que ces êtres pouvaient être les auteurs des ovnis (cet article, intitulé « Brief account on the true nature of the ufo entities », a été traduit et intégré en annexe du livre « OVNIs, Crop circles et MIDIM », de Daniel Harran).

 

Or, ces connaissances sur les djinns  – des êtres invisibles mais très intelligents et présents sur Terre dans une autre dimension – sont radicalement opposées à la vision matérialiste du monde en Occident.

 

On peut comprendre alors qu’il était, et il est encore, très difficile pour les esprits occidentaux de les accepter comme des réalités.

 

Elles ont été, et elles sont encore très souvent, automatiquement rejetées, parce qu’incompatibles avec la vision scientifique du monde.

 

Il n’aura sans doute pas échappé au lecteur que, les mêmes causes entraînant les mêmes effets, la communauté ufologique a encore aujourd’hui une très forte tendance à ignorer la présente étude qui conduit à voir dans les ovnis des manifestations d’êtres de la nature, et se situe ainsi dans le prolongement du travail de Gordon Creighton.

 

Cette situation est une conséquence de la difficulté énorme à laquelle chacun est obligatoirement confronté quand il cherche à comprendre la nature des ovnis, du fait des conditionnements reçus inconsciemment dans notre société moderne, qui nous enferment dans une vision matérialiste du monde.

 

Cette réflexion permet de comprendre qu’aujourd’hui encore, l’hypothèse extraterrestre reste l’hypothèse dominante pour interpréter l’origine des ovnis.

 

Cette hypothèse est pourtant incompatible avec plusieurs caractéristiques du phénomène ovni et un certain nombre de chercheurs sont réservés à son égard mais, selon les termes du rapport COMETA, c’est la seule hypothèse qui ne fasse appel qu’à la science d’aujourd’hui et c’est pourquoi elle est implicitement admise par la grande majorité des gens.

 

Seuls ceux qui, parmi les vrais chercheurs, parviennent à se libérer des conditionnements inculqués par la vision scientifique du monde, pourront espérer toucher la vérité sur cette question essentielle de la nature des ovnis, comme sur beaucoup d’autres phénomènes inexpliqués par la science.

 

 

Les incohérences de l’hypothèse extraterrestre

 

Il est largement admis que les OVNIs, comme les crop circles (authentiques), sont animés ou réalisés par des êtres intelligents non-humains.

 

Qui sont-ils ?

 

Les inconditionnels de la science, sous l’emprise de la vision matérialiste du monde, sont persuadés que l’être humain est le seul être intelligent sur Terre.

 

Selon eux, ces intelligences non-humaines viennent donc nécessairement de l’espace : c’est l’hypothèse extraterrestre bien connue, qui domine aujourd’hui encore parmi tous les chercheurs et passionnés de ces phénomènes.

 

1. Les Insuffisances de l’hypothèse extraterrestre :

 

Or cette hypothèse extraterrestre n’a apporté aucune réponse capable d’expliquer le comportement jugé « aberrant » des OVNIs au regard de la science.

 

Elle n’explique pas davantage comment des crop circles peuvent être réalisés … en quelques secondes sans cause visible.

 

Elle n’a pas permis que de nouvelles théories scientifiques soient proposées, qui puissent rendre compte de ces phénomènes, lesquels restent inexpliqués.

 

C’est pourquoi l’hypothèse est parfois prolongée par l’idée que les auteurs de ces phénomènes seraient présents dans une autre dimension, un autre espace-temps dans lequel les lois physiques seraient différentes.

 

Mais bizarrement cette idée reste toujours associée à l’hypothèse extraterrestre : les êtres qui pilotent les OVNIs seraient des êtres d’origine extraterrestre présents dans une autre dimension.

 

Il n’a pas été envisagé (en dehors du blog de Daniel HARRAN « Ecoute la Terre » …), que les auteurs puissent être présents dans une autre dimension et en même temps d’origine terrestre.

 

Pour qui s’efforce d’observer objectivement cela, cette idée d’une autre dimension est envisagée de façon très restrictive.

 

On peut voir là l’influence (ou le conditionnement) imposée par la vision matérialiste de la science. Car cela signifierait implicitement que la réalité d’une vie dans une autre dimension pourrait exister ailleurs, dans d’autres systèmes stellaires, et non pas chez nous sur Terre !

 

Cette limitation n’est pas logique.

 

2. Incohérences de l’hypothèse extraterrestre :

 

De plus, l’incohérence de l’hypothèse extraterrestre vis-à-vis de certaines caractéristiques du phénomène a été relevée par un certain nombre de chercheurs.

 

En effet parmi les caractéristiques du phénomène OVNI on peut noter :

 

- le nombre très élevé de manifestations observées, qui se chiffre par millions,

 

- l’ancienneté avérée du phénomène, qui remonte au moins à l’Antiquité, alors que les formes de manifestations semblent avoir peu évolué depuis cette époque,

 

- le comportement souvent ostensible de ces objets, qui cherchent à attirer notre attention, mais restent toujours insaisissables et équivoques,

 

- le caractère apparemment absurde de certaines manifestations (selon les critères habituels de la raison), qui a été souvent rapporté.

 

Quant au phénomène des crop circles, il intrigue aussi par le fait que leurs réalisations se chiffrent par milliers (tous différents) depuis trois décennies.

 

Ces caractéristiques ne sont pas cohérentes avec l’idée de visiteurs extraterrestres.

 

Il est raisonnable de penser en effet que, si des êtres en provenance d’une autre planète ou d’un autre système stellaire étaient capables de venir sur Terre, (et on peut penser que c’est très probablement le cas), ils seraient nécessairement beaucoup plus évolués que les êtres humains et auraient atteint des niveaux de savoir, de savoir-faire et de savoir-être bien au-delà du niveau actuel des hommes.

 

En conséquence :

 

– soit ils resteraient parfaitement discrets pour observer la Terre et les hommes, sans les perturber et sans interférer dans leur évolution, ce qui est incompatible avec le nombre très élevé et l’ancienneté des observations, incompatible également avec le caractère très souvent ostentatoire des OVNIs,

 

– soit ils se manifesteraient comme des « tuteurs », attentifs à l’évolution des hommes pour les aider discrètement sans interférer, ce qui n’est pas cohérent avec le comportement ostentatoire et parfois absurde des OVNIs,

 

– soit ils se manifesteraient ouvertement aux yeux de tous et interviendraient, de façon bienveillante ou pas, pour influencer leur évolution, ce qui n’est manifestement pas le cas.

 

Cette hypothèse extraterrestre, bien que parfaitement logique compte tenu des connaissances de la science d’aujourd’hui, n’est donc pas cohérente et n’a d’ailleurs jamais été validée à ce jour.

 

Pourtant, beaucoup de personnes, considérant que c’est la seule hypothèse qui puisse être sérieusement envisagée, pensent que cela suffit pour la valider et la prennent pour une vérité, au point que le phénomène OVNI est devenu pour la plupart des gens synonyme d’origine extraterrestre.

 

Par contre, l’étude développée par « Ecoute la Terre » a montré que l’hypothèse d’êtres intelligents présents sur Terre dans une autre dimension, basée sur la réappropriation de connaissances anciennes et oubliées, est parfaitement cohérente avec les caractéristiques des phénomènes.

 

 

3. L’hypothèse extraterrestre adaptée à quelques cas exceptionnels :

 

Un petit nombre de rapports d’observations d’OVNIs, à l’exemple de la rencontre de Valensole en France (1965), se distinguent par le fait que des êtres d’apparence humanoïde ont été surpris en train d’observer ou de prélever des échantillons de végétaux au sol.

 

Mais aussitôt ces êtres se sont retirés dans leur vaisseau stationné tout près et ont rapidement disparu, sans chercher à contacter les témoins.

 

Ces cas-là restent rares, mais il est vrai que ces récits frappent très fortement l’esprit de ceux qui les connaissent.

 

Ils se différencient par le fait qu’il n’y a dans ces cas-là aucun comportement ostensible de la part de ces êtres, mais au contraire une attitude d’évitement par rapport aux hommes, avec une volonté de ne pas interférer dans leurs activités.

 

Ces comportements étant totalement opposés à ceux observés dans tous les autres cas, il semble logique de penser que l’origine de ces OVNIs et de ces êtres serait différente, et que l’origine extraterrestre serait ici justifiée.

 

Mais ces cas restent très exceptionnels.

 

Commentaire de Daniel HARAN :

 

C'est  l’humanité dans son ensemble qui est confrontée à cette question de la nature et de l’origine de ces OVNIs, car ils existent partout dans le monde, et depuis très longtemps.

 

Les scientifiques et les politiques ne se prononcent quasiment jamais sur ce sujet.

 

Deux raisons sont possibles à leur silence:

 

– soit ils ne s’y intéressent pas, et c’est le cas de la très grande majorité des scientifiques et des politiques;

 

– soit ils (les politiques) ont compris que des êtres intelligents non-humains viennent là intervenir dans les affaires des hommes. La croyance dominante veut que ces êtres soient d’origine extraterrestre. Les politiques, dont la volonté est de diriger les peuples, voient là une concurrence possible à leur pouvoir, ou pour le moins une limitation à leur pouvoir car ils sont complètement impuissants devant ces êtres et dépassés par leurs capacités.

 

Ils préfèrent donc « faire l’autruche », c’est à dire faire semblant de ne pas voir le problème, faire comme s’il n’existait pas, et faire croire qu’il n’existe pas.

 

« Qui et que croire » : c’est à chacun de nous de se faire sa propre opinion, et de faire preuve de discernement.

mer.

01

févr.

2017

Ovni ou nouveau prototype d'avion secret basé au Jet Propulsion Laboratory ? - 01 Février 2017

Date de la découverte: 1 Février 2017

Lieu de la découverte: Jet Propulsion Labs, Nouveau Mexique

Coordonnées Google: 34°12’18.59″N 118°10’13.12″W

 

D'après Scott C. Waring :

 

"Voici une découverte époustouflante effectuée sur Google Earth par le youtubeur Name Shame.

Il a actuellement découvert qu’une soucoupe volante était garée près du laboratoire militaire top secret au sommet de la montagne.

Il déclare, « Un vaisseau spatial a été repéré au bout de la route mesa rd JPI. La NASA aime jouer à des jeux… ont-ils capturé un ovni? Qu’est ce que c’est ! »

 

Ce disque est bas et au niveau du sol. Tant et si bien qu’il ne projette pas d’ombre, même quand la voiture à proximité le fait. Donc, ce disque fait environ 3 mètres de long et environ 1,5 mètres sur les côtés. C’est trop bas pour être un château d’eau.

Un château d’eau serait 5 à 10X plus grand !

Mais il n’y a pas d’ombre, donc ce n’est pas un château d’eau pour sûr.

 

C’est plutôt un vaisseau extraterrestre qui subit une batterie de tests au Jet Propulsion Labs et comme il est garé à l’extérieur, c’est peut être parce que c’est trop compliqué que le déplacer à l’intérieur du complexe pour faire des vols d’essai.

 

Comme vous pouvez le constater, il est situé sur une route qui mène au bâtiment. Puis quelques instants après il est caché dans les buissons.

mar.

31

janv.

2017

"Ovnis : les oubliés de la science" - Robert Roussel - 31 janvier 2017

 

Article paru sur le site du GEEPI le 31 janvier 2017 

 

Robert Roussel est journaliste caméraman aéronautique.

 

Spécialiste des dossiers militaires, ayant couvert les principaux conflits de ces quarante dernières années, Robert Roussel dénonce aussi aujourd’hui la torpeur des institutions confrontées à ces phénomènes qui pourraient être une des principale interrogation que notre humanité ait portée.

 

Sous forme d’enquête, son dernier ouvrage "OVNIS, les oubliés de la science", décrypte la dérobade de la science face à ce dossier, grâce à, entre autres, des avis et commentaires d’experts du CNES passés à la tête du GEIPAN et des descriptions de débats au sein de la commission SIGMA.

 

Une rencontre avec Robert Roussel ne s’oublie pas. Et ne se rate pas. L’homme, par son parcours, force le respect. Il est d’ailleurs significatif de voir à quel point les pseudo-zététiciens sont particulièrement silencieux à son sujet.

Il aurait été dommage pour le GEEPI de rater le repas ufologique du 14 janvier au restaurant Chez Cyrille (aux plats de bonne qualité, au passage), dans le 18ième arrondissement de Paris.

 

Il y avait une bonne vingtaine de convives – j’ai compté 23.

 

Les repas ufologiques sont rarement traités par la presse parisienne, contrairement à la presse provinciale qui non seulement couvre ces repas mais avec une ouverture d’esprit à faire ressusciter un sceptique radical mort depuis des siècles.

 

En 2017, ce type de repas attire toutes les couches de la société civile. Et force est de constater que la plupart des convives ont les pieds sur terre.

Il y avait bien une personne qui en début de repas essayait de me parler des ummites, des grands frères bienveillants de l’espace : elle me soutenait qu’il y avait 180 extraterrestres déguisés en humains à Bruxelles en ce moment même dont le but était de nous sauver – de quoi, vaste programme. En même temps, la Belgique…enfin je m’égare…cette personne au demeurant tout à fait charmante était complètement isolée, à l’autre bout de la longue tablée.

 

Et pendant la conférence de Robert Roussel, je l’observais parfois. Elle était complètement ailleurs, noyée dans d’étranges pensées, le regard absent.

 

Notre journaliste devait être trop sérieux, trop terre à terre pour elle, perdue dans les confins de la planète Zorgba avec ce cruel dilemme : quand ils viendront sur terre, faudra t-il les accueillir avec un pudding ou une tarte tatin ?

 

La voir si loin de nous, quel symbole. La plupart des convives entre eux discutaient du CNES, Du Geipan, de l’armée chilienne, des supposés drones au-dessus des centrales nucléaires, bref de choses assez concrètes.

 

Ils ne sont pas du tout déconnectés de la vie de tous les jours, suivent l’actualité, ont des opinions politiques, des emplois du temps chargés, ils sont dans le ‘réel’ immédiat, quotidien.

 

Ils s’intéressent à l’ufologie comme ils iraient à une conférence sur les risques du communautarisme ou sur la décroissance.

Il y a, et nous ne sommes pas tout seuls au Geepi à l’avoir constaté, une vraie appétence de la société civile, pour le sujet OVNI, une curiosité croissante, presque…un sens du devoir, celui de savoir le maximum que l’on doit savoir sur le sujet, parce que sait-on jamais, ce savoir peut s’avérer fort utile en certaines circonstances.

 

Dans le fond, peut-on dire que le déni des autorités françaises dans leur ensemble sur le phénomène OVNI est similaire au déni des mêmes autorités durant trente ans sur le terrorisme dû à l’Islam radical, en dépit de tous les signaux visibles ? 

 

Lorsque je lui pose cette question, Monsieur Roussel est étonné, agréablement étonné :

 

"C’est le genre de question qu’on ne me pose jamais, hélas et vous avez tout à fait raison de la poser. Tout au long de mon parcours, j’ai rencontré des hommes politiques de gauche, de droite, tout à fait aimables, respectueux vis-à-vis de ma personne, de mon travail, qui avaient bien compris que je n’étais pas un plaisantin. Mais qui me faisaient comprendre que le sujet n’était pas une priorité. Difficile de les blâmer. Les politiques s’occupent des problèmes une fois qu’ils sont là, actés.

Tant que c’est abstrait, tant que l’impact est limité, pourquoi s’en préoccuper ?

Les politiques travaillent dans l’urgence et le court terme. On peut le regretter, mais c’est ainsi."

 

Me revient alors à l’esprit au moment où je rédige ces lignes la confession d’une commerçante de mon quartier.

Un de ses clients était venu récemment la voir, le visage livide.

Il peinait à se remettre d’une observation d’ovni qu’il avait faite en région parisienne. Un objet lumineux à l’aube, alors qu’il se rendait au travail, s’était posé sur un champs de blé qu’il avait l’habitude de longer en voiture.

Il avait ressenti un sentiment de peur extrême et avait appuyé sur l’accélérateur sans demander son reste. Une personne seule, dans un petit coin isolé de la région parisienne, à l’écart des grands axes, à l’aube. Cela ressemble à un mauvais film.

 

C’est pourtant ce qui arrive à des milliers de gens chaque année. C’est ce qui fait que le sujet OVNI est comme de la mauvaise herbe.

Politiques et gros médias peuvent le taire – d’ailleurs, comme il est plus difficile de nos jours de le tourner en dérision, les journalistes en vue choisissent le silence la plupart du temps – oui mais…le phénomène est là, encore et toujours : encore et toujours.

On aimerait entendre ce que pourraient dire à ce sujet Christophe Barbier, par exemple, ou Raphaëlle Bacqué.

Ce serait légitime, pleinement, en 2017 que Laurent Ruquier invite Robert Roussel sur l’émission d »On n’est pas couché’. Lorsque je lui demande s’il n’éprouve pas une certaine frustration à être invité par Bob, ce fameux animateur radio qui prétend nous dire toute la vérité, et non France 2, ou Arte, le journaliste hausse les épaules par dépit.

 

Son dernier ouvrage est de bonne facture, sérieux, rigoureux et édité par l’Harmattan et non une maison d’édition de plus spécialisée dans l’ésotérisme.

 

Cet ouvrage mériterait sa place dans les bibliothèques municipales.

 

Ne désespérons pas, qui sait ce que l’avenir nous réserve. Après tout, Yves Calvi avait bien proposé un ‘C’est dans l’air’ spécial OVNI avec pour invité Gildas Bourdais le 30 juillet 2007.

 

A juste titre, Robert Roussel durant la conférence explique à quel point la société civile, elle, a intégré le fait OVNI.

 

C’est dire la dichotomie entre cette société civile et ceux et celles qui assument le rôle ingrat d’en être les représentants officiels : politiques, journalistes, intellectuels, scientifiques.

 

La maigre conclusion de 45 ans d’études, selon le journaliste, c’est qu’il n’y a pas de secrets en haut lieu sur le phénomène. Il n’y aurait même pas des bruits de couloir au niveau des plus hautes instances. Ce sera là notre léger désaccord.

 

Il rappelle également que le CNES évite le sujet, tant il est flou et brûlant.

Lorsqu’une convive pose la question sur le survol des centrales par des ovnis, la fameuse affaire des supposés drones, il élude le sujet en disant que Greenpeace était derrière.

Mais il a l’humilité de dire qu’il peut se tromper. D’autant plus qu’à voix basse, un collègue ayant suivi l’affaire me confirme que Greenpeace avait démenti être derrière ce genre d’opération.

 

Ne soyons pas démesurément sévère avec l’Etat Français.

 

Après tout, seuls la France et le Chili disposent d’une organisation spécialisée dans l’étude des Phénomènes Aériens Non-Identifiés reconnue par l’Etat.

Des organisations qui valent ce qu’elles valent mais enfin, elles sont là.

 

Lorsque je lui demande son avis sur le comportement très ambivalent du sociologue Pierre Lagrange qui parfois se comporte comme s’il n’assumait pas son objet d’études, les OVNI, Robert Roussel prend sa défense en rappelant à quel point l’universitaire est dans une situation assez compliquée et que l’ufologie lui doit beaucoup.

Il est après tout le seul sociologue français à enseigner le fait OVNI dans les universités.

 

Il doit manœuvrer entre les croyants qui font feu de tout bois au détriment des faits et les sceptiques radicaux qui ont complètement dévoyé la zététique (l’art du doute).

 

Je ne m’attarderai pas sur la petite polémique entre le conférencier et un convive sur les crop-circles.

C’est par excellence un sujet tarte à la crème dont je ne sais que penser, manifestement c’est la même chose pour Robert Roussel qui estime que c’est un non-sujet.

 

Lorsque je lui demande s’il n’a pas l’impression d’avoir perdu son temps toutes ses années à étudier le sujet, il évoque avec beaucoup d’émotion le témoignage d’un homme qui fit une rencontre rapprochée, témoignage qu’il a mis sur son lecteur MP3 et qu’il écoute lorsqu’il se ballade en forêt.

 

Tout au long de son parcours, Robert Roussel a rencontré des gens passionnants : des pilotes, des militaires etc.

 

Ma vie a été faite d’enrichissements personnels’ dit-il, et c’est rafraîchissant de voir à quel point ce désir de comprendre, de connaître, de savoir a été un moteur de vie, lui qui a tant affronté au cours de son travail de reporter de guerre, la mort, vu des charniers. Son enthousiasme ne s’est jamais démenti.

 

A titre personnel, déblayant, il faut le dire, poussé par des raisons personnelles, le terrain miné de l’ufologie depuis deux ans, je ne peux pas dire que j’ai appris quelque chose de fondamentalement nouveau.

 

Mais au fur et à mesure, l’ufologie, qui n’est pas une science, ni une pseudo-science d’ailleurs, mais qui est une discipline se situant à l’intersection de plusieurs domaines d’études (de l’anthropologie à l’écologie, en passant par l’économie, la sociologie, l’astronomie etc), acquiert ses lettres de noblesse.

Et on le doit à des personnalités telles que Robert Roussel. L’occasion de le rencontrer en chair et en os s’est présentée, nous l’avons saisie, sans regret.

 

Enfin, il faut rendre un hommage appuyé à Chantal Duverne-Eggenspieler et Jean-Daniel Fortin qui sont derrière ces repas ufologiques et permettent des rencontres d’une telle qualité, c’est tout à leur honneur.

 

A la fin de la conférence, Robert Roussel a dédicacé des exemplaires, au moment de nous quitter, sa poignée de main fut fort chaleureuse.

 

Avant le début de la conférence à proprement parler, je dois dire que nous avons parlé de façon informelle sur certains aspects dérangeants du phénomène OVNI, par exemple la triste affaire de Colares au Brésil*.

 

Mais ça, c’est une autre histoire, sur laquelle probablement nous reviendrons.

F.C, pour le Geepi

 

Commentaire 

 

Robert Roussel ne dit pas autre chose que la plupart des spécialistes chevronnés du phénomènes OVNI : ceux qui nous visitent la plupart du temps semblent être complètement indifférents à ce que nous sommes, à nos cultures, nos modes de vies, nos civilisations, nos conflits, ils ne semblent pas pressés de nous faire rentrer dans la grande confrérie intergalactique. Ils observent.

 

Faut-il s’en réjouir ?

 

Pas forcément.

 

La plupart du temps, nous sommes indifférents aux abeilles et à leurs ruches sophistiquées. Tellement indifférents que nous ne faisons rien, ou si peu, quand un crétin de notre espèce, s’amuse à détruire une ruche. Nous ne faisons rien quand deux groupes de singes de la même espèce se battent à mort pour la maîtrise d’un territoire.

 

L’indifférence, tôt ou tard, tue.

 

Il ne faudrait pas interpréter le manque d’empathie manifeste des visiteurs comme un signal positif pour notre humanité.

 

Et les mettre sur un piédestal n’est pas forcément très judicieux de notre part.

 

Rien n’indique qu’ils soient SI supérieurs à nous en tout.

 

Enfin, comme l’a montré l’affaire Colares, parmi d’autres affaires sinistres, de l’indifférence à l’agressivité, le chemin est court..

 

ven.

27

janv.

2017

Norvège : nouvel Ovni à Hessdalen ou phénomène naturel ? - 27 janvier 2017

Les lumières d'Hessdalen sont des phénomènes lumineux observés régulièrement dans la vallée d'Hessdalen, en Norvège.

 

L'explication scientifique est celle d'un processus aérien de combustion incomplète mettant en jeu des nuages de poussière provenant du sol et contenant du scandium.

Ces lumières spectaculaires ont été enregistrées et étudiées par des physiciens italiens et français, mais surtout norvégiens des universités environnantes qui organisent chaque été des chantiers réunissant étudiants et lycéens afin de recueillir et analyser des données.

 

Les progrès en matière d'appareil-photo reflex mono-objectif et l'emploi de filtres à réseau pour obtenir des spectres optiques ont permis d'identifier les éléments chimiques qui sont à la source du phénomène.

 

Il s'agit d'un processus aérien de combustion incomplète mettant en jeu des nuages de poussière provenant du sol de la vallée et contenant du scandium

Le phénomène a fait l'objet d'un numéro du magazine Spécial investigation de Canal +.

 

Ce documentaire, dans la partie qu'il consacre à Hessdalen, aborde notamment le fait que les scientifiques sur place étudiant le phénomène ont pu influencer son comportement à l'aide d'un laser : alors qu'une de ces lueurs se déplaçait en clignotant à un rythme régulier, on a observé que l'usage d'un rayon laser permettait de doubler ce rythme.

 

À l'arrêt du laser, le phénomène reprenait son rythme de clignotement initial.

 

Ceci laisserait entendre qu'il s'agit d'un phénomène impliquant du plasma réagissant à l'apport d'énergie du laser.

 

Cependant le scientifique de la base émet l'hypothèse, d'après le spectre lumineux obtenu par un filtre sur une photographie (servant à identifier la composition chimique de la source, grâce à sa signature spectrale), qu'il pourrait s'agir d'un objet solide. Appuyée par une forte trace écho radar enregistrée par l'institut de radio-astronomie de Medicina au même moment.

Pour les ufologues il s'agirait d'Orbes ou d'Ovnis qui auraient une base dans cette région !

ven.

27

janv.

2017

Mexique : une flotte d’ovnis dans le ciel du Mexique stoppe le trafic ! 26 janvier 2017

Date de l’observation: 26 janviener 2017

Lieu de l’observation: Frontière mexicaine

 

D'après Scott C. Waring :

 

Voici une vidéo à couper le souffle de Tyler de SecureTeam10.

 

Il a déjà publié une tonne de vidéos présentant des flottes d’ovnis en plein jour au Mexique. Et c’est juste temps car la vidéo originale a,  soit été supprimée par la source soit par des pirates du gouvernement américain.

 

Cela arrive plus souvent que vous le croyez. Si Tyler n’avait pas pu sauvegarder la vidéo pour nous, elle aurait été perdue à tout jamais.

 

Le Mexique est un point chaud des observations d’ovnis et d’osnis. Les gouvernements ne veulent pas que vous sachiez la vérité donc partagez la vidéo.

 

C’est juste incroyable de voir qu’un tel événement peut totalement paralyser le trafic routier. Vous entendez les gens énervés en train de klaxonner et d’autres personnes qui visent le ciel avec leurs smartphones.

 

Vraiment, quelle vidéo incroyable!

Recherche sur ce site

par mots clés

Citations

"SEUL LE FANTASTIQUE A DES CHANCES D' ÊTRE VRAI"

Teilhard de Chardin

"LA PIRE ABERRATION DE L'ESPRIT HUMAIN EST DE VOIR LES CHOSES COMME ON SOUHAITE QU'ELLES SOIENT ET NON COMME ELLES SONT"

Bossuet

"IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES"

Guillaume Apollinaire

“CE QUE JE VOUS DEMANDE C'EST D'OUVRIR VOTRE ESPRIT NON DE CROIRE ”

Jiddu Krishnamurti

"SI TU NE GUETTES PAS L 'IMPREVU TU NE CONNAITRAS JAMAIS LA VERITE"

Héraclite

''LA VERITE EST LE POINT D'EQUILIBRE

ENTRE TOUTES LES OPPOSITIONS.''

"NOUS NE SOMMES PAS DES ETRES HUMAINS VIVANT UNE EXPERIENCE SPIRITUELLE.NOUS SOMMES DES ETRES SPIRITUELS VIVANT UNE EXPERIENCE HUMAINE".

Teilhard de Chardin

"Ôdla t'instruira"